Écriture

Pour les gens qui ont simplement envie de discuter sans souhaiter faire passer d'information particulière.
Message
Auteur
Avatar du membre
Siobhan
Forcené
Messages : 1832
Enregistré le : mardi 20 mars 2018 à 23:54

Re: Écriture

#61 Message par Siobhan » vendredi 10 mai 2019 à 22:06

AlexKain a écrit :
vendredi 10 mai 2019 à 0:51
Ouais, peaufiner et relire. Sans fin. Je connais ça.

(...)
Il est aussi possible d'écrire, relire, puis conserver ou jeter. D'un coup.

Je ne suis pas très productif quand j'essaie de relire ce que j'écris plusieurs fois. C'est à dire qu'en fait on trouve des trucs à modifier à chaque relecture :lol: .
homme, diagnostic TSA.

AlexKain
Adepte
Messages : 210
Enregistré le : mardi 7 mai 2019 à 16:40

Re: Écriture

#62 Message par AlexKain » vendredi 10 mai 2019 à 23:56

lulamae a écrit :
vendredi 10 mai 2019 à 8:16
AlexKain a écrit :
vendredi 10 mai 2019 à 0:51

Même si, comme je le disais, ça fait quelques temps que je n'écris plus du tout de toute façon. Je ne sais pas si je retrouverais cette envie.
Je ne pense pas que ça disparaisse : ça reste en sommeil, et ça continue sous la surface. Si tu te remets à écrire, tu verras que ça a évolué pendant tout ce temps.
Ouais, je pense que tout ce que tu dis est pertinent. (j'ai suppr la majorité du message pour pas que ça prenne trop de place)


Et oui, quand on relit, on a toujours envie de retoucher des passages, ce qui est assez horrible. Surtout quand on a pas de délai justement. Je pense que des fois ça pourrait être pas mal de devoir sortir le texte, que ce soit sur internet ou l'envoyer à un ami/membre de la famille par exemple, histoire d'être obligé d'en finir. ^^
TSA/syndrome d'Asperger + trouble anxieux (diagnostiqué par psychiatre en juin 2019)

Avatar du membre
Riji
Habitué
Messages : 64
Enregistré le : samedi 23 février 2019 à 21:15
Localisation : Dans un soupir

Re: Écriture

#63 Message par Riji » samedi 11 mai 2019 à 0:14

Je me permets de rejoindre la conversation, sur invitation de lulamae (merci à toi) et après ce que j'ai lu ici, je suis impressionnée par l'intensité des efforts que vous consacrez à cette activité. Et la diversité des genres aussi...

Pour ma part, j'ai eu envie d'écrire la première fois vers 15 ans, mais c'est surtout après avoir découvert Marguerite Duras et René Fallet, j'en avais 17. Avant ça, je ne lisais pas beaucoup, il n'y avait pas de bouquins à la maison, et la fréquentation d'une bibliothèque provoquait des malaises. Puis j'ai écrit un livre vers 22 ans, sur une machine mécanique, environ 280 pages si je me souviens bien, sur un épisode de ma vie, du genre de ce que produit Christian Oster mais en très très mauvais ; je l'ai perdu, je ne sais pas ce qu'il est devenu. À l'époque je ne connaissais rien à la littérature.

J'en connais pas beaucoup plus aujourd'hui, ceci dit. Ma culture est cinématographique. Et c'est Internet qui s'est imposé à moi vers 2006 comme un outil au service de mon inspiration. Lancer des mots dans les tuyaux, ça donnait du sens à ma démarche, puisque j'écris sur ce que je vois. Je réalise que c'est la même chose pour la photographie. Je n'invente pas d'histoire. J'ai essayé une fois et c'était rigolo, mais j'ai peur que ça m'aspire.

Est-ce un style journalistique ? Est-ce vraiment de l'écriture... ?

Donc c'est en créant un premier blog que j'ai commencé à écrire régulièrement : politique, sociologie, écologie, mais depuis un angle local. J'habitais Bordeaux, Sarko se présentait aux présidentielles et Juppé n'était pas encore parti purger sa con-damnation au Québec. Je me suis vue passée des joooours à éplucher des résultats électoraux pour mettre en perspective la part réelle de la population ayant basculé du côté FN.
Et puis un 2e blog, et un 3e, parce que petit à petit j'ai préféré restreindre mes sujets (les temps de recherches étant moultement chronophages) jusqu'à ma seule vie de chômeuse, aujourd'hui, dans une barre HLM. Passionnant, nesspa. Je m'efforce de poster tous les mois. C'est une sorte de médiation pour faire jaillir ma tragédie personnelle (...) et la mettre à distance. Un truc comme ça.

Récemment, j'ai co-animé pendant deux ans un atelier d'écriture théâtrale, et j'ai trouvé certains exercices vraiment stimulants, comme par exemple décrire de la manière la plus scrupuleusement détaillée possible un endroit, une pièce de chez soi, un coin de parc, un café, ce que l'on veut, mais un endroit choisi, avec lequel on a un lien. Ou par exemple lister des souvenirs sur le modèle des "Je me souviens" de Georges Pérec, c-à-d en évitant les pronoms possessifs. Ça donne un caractère universel à des moments personnels. Je sais pas si j'explique bien...
(Pré)diag TSA+HPI avec psychiatre - En attente des tests au CRA.

AlexKain
Adepte
Messages : 210
Enregistré le : mardi 7 mai 2019 à 16:40

Re: Écriture

#64 Message par AlexKain » samedi 11 mai 2019 à 0:59

Ah ouais, lien assez particulier avec l'écriture en effet.
Il faut souvent un "truc" pour se lancer. Toi par exemple ce fut tes blogs qui ont su te stimuler.
Ce n'est pas toujours relié à la lecture au final, même si on peut le penser. (car ça reste assez logique d'associer les 2)

De mon côté les 2 se mélangent. Car j'ai un peu un début contraire au tien. Dès que j'ai su lire, j'ai aimé dévorer des dizaines de romans empruntés à la bibliothèque, comme les Chair de Poule. (années 90)
Et au collège et lycée (lorsque j'y allais), le CDI fut certainement l'endroit où je me sentais le mieux et où je passais le plus de temps. (il m'a fait découvrir aussi certaines saga que j'ai adoré, comme A la Croisée des Mondes (Les Royaumes du Nord ; connu aussi sous le nom de la Boussole d'Or))
Ce fut à partir de cette période que j'ai commencé à écrire. Les cours ne me semblaient pas intéressants, surtout ceux où en fait, le cours était complétement inclus dans le livre (genre histoire-géo), donc lors des moments où on devait justement prendre le cours (parfois en recopiant des trucs rétro-projeté... pourquoi ne pas juste donner le polycopié ?), bah moi j'écrivais toute autre chose, des histoires, sorties de mon imagination.
Et pour les devoirs surveillés, et bien je lisais juste le contenu du livre la veille, et voilà. Cela ne me semblait pas très compliqué et donc je ne comprenais pas pourquoi on passait autant de temps à voir ces choses là.

Maintenant je sais qu'il existe plusieurs formes de mémorisation, visuelle, auditive, associative, etc... donc pour certains c'était important d'avoir un cours énoncé et qu'il soit écrit par eux-même car la lecture seule d'un texte n'aurait sans doute pas été suffisant. Et donc les cours permettent de couvrir un peu tous les types de mémoires. C'est bien fait. Mais donc à l'époque, je savais pas tout ça et je préférais largement écrire mes nouvelles plutôt que de recopier le texte.

Le gros hic en fait, c'est que tout ce que j'ai pu recopier a fini à la poubelle avec le temps. J'en viens parfois à regretter, même si je ne doute pas un instant que la qualité aurait été très médiocre, je me dis que j'aurais bien aimé pouvoir relire ces choses.
TSA/syndrome d'Asperger + trouble anxieux (diagnostiqué par psychiatre en juin 2019)

Radulphus
Occasionnel
Messages : 19
Enregistré le : mercredi 11 juillet 2018 à 17:17

Re: Écriture

#65 Message par Radulphus » jeudi 16 mai 2019 à 13:16

Bonjour à vous,

On m'a parlé de ce sujet et après vous avoir lu j'avais aussi envie d'apporter mon vécu sur la question de l'écriture :)

C'est quelque chose qui est venu tôt chez moi (mon premier souvenir est d’avoir écrit une mini-nouvelle d’horreur quand j’avais 8 - 9 ans) et n'a jamais arrêté de revenir et repartir ; toujours en laissant quelques traces et aspirations diffuses, un peu comme un poids à l'intérieur qui n'arrive pas à sortir.

Ça m’a souvent amené à me questionner sur le fait de savoir si je n’avais pas encore trouvé le « bon » mode d’expression ou si j’étais simplement fait pour écrire dans la frustration.

Parce que je crois que, paradoxalement, je n’aime pas écrire. M’y mettre est extrêmement complexe, je ne prends pas un grand plaisir à le faire et encore moins à me relire et affiner (je suis plutôt dans l’optique de « plus vite ça sort plus vite je passe à autre chose »).

Pour aller plus loin dans la contradiction être lu ne m’est pas agréable, voire même carrément désagréable parfois, mais si ce que j’écris n’a pas pour visée d’être lu (ou juste diffusé) je n'arrive pas à écrire.

Et si je n'écris pas, je sens que quelque chose "ne va pas". J'ai besoin d'être dans une sorte d'émulation créatrice. J’ai souvent compensé différemment, par le biais de relations e-épistolaires notamment.


Par moment j’ai essayé de créer des univers, répondre à des appels à textes... la période la plus notable étant vers mai - août 2017, où j’ai dû écrire une vingtaine de participations sur un laps de temps assez court, dans des styles et formes différentes : fantasy, sf, fantastique, poésie en prose et en vers (et contre tout ; mes excuses, je n'ai pas pu ne pas la faire).

J’ai d’ailleurs ressentis à ces moments, durant l’élaboration des nouvelles (pour lesquelles je n’avais pour ainsi dire jamais de plan, plutôt une sensation de départ, un concept et une toile qui s’élaborait au fur et à mesure) une sorte de rencontre avec moi ou des thématiques sous-jacentes et omniprésentes dans ma vie s’invitaient dans le texte par des formes très détournées. On m'a d'ailleurs souvent pointé, positivement, que mes textes étaient courts mais à plusieurs niveaux de lecture. Ce qui est venu plutôt naturellement.

Par moment aussi j’ai eu l’envie d'écrire sur des univers imaginaires, comme de travailler aux cohérences historiques et conceptuelles de jdr amateurs.

D’autres où je me suis longuement interrogé sur le fait de créer un blog, pour parler notamment de perception du monde et de ressentis (en essayant d’adapter la forme des phrases aux ressentis plus qu’en en explicitant le fond).


J’ai bien perçu qu’il m’était difficile d’écrire pour être publié : au-delà d’un style perfectible (parce que ça peut toujours se travailler) il y a surtout que l’attente d’un éventuel public contraste beaucoup trop avec mon mode d’expression.

On m’a souvent reproché ça de ne pas assez détailler l’Univers, qu’il était incohérent alors qu’en fait chaque exemple qu’on m’opposait était réfutable, je les avais pensé, je n’en avais juste pas donné tous les indices car le prisme de mon texte était le ressentis émotionnel. Ou que le style ne détaillait pas assez l’histoire alors que mon objectif de base était de faire tenir un univers entier en très peu de signe.

Bref, un rapport composite et un peu compliqué à interpréter pour moi, et surtout un peu exclusif : j'ai du mal à avoir envie de travailler plus qu'une approche (je vais souvent choisir entre l'émotion ou l'univers par exemple, les deux à la fois c'est compliqué).

Et aussi la compréhension que les lecteurices ont une attente typée qui ne s'embarrasse pas de l’intention de l’auteurice (ce qui se comprends, mais ce qui n’est pas forcément évident à percevoir, quand on écrit).

Il y a une sorte d'injustice vécue à recevoir un "tu devrais travailler si" plutôt que "je n'aime pas ce que tu as voulu transmettre" (ou toute autre variante, comme le fait que ça ne rentre pas dans une ligne éditoriale). C'est quelque chose qui m'a beaucoup heurté sur le moment et que je comprends mieux maintenant.


Bref, c'est un sujet complexe chez moi et je ne sais pas trop encore comment et si je dois évoluer dessus. Mais vous lire m'a donné beaucoup de pistes et permis déjà de poser cette réflexion sur mon rapport avec l'écriture, alors merci :)
Diagnostiqué TSA (syndrome d'Asperger) le 17/04/19.

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 4099
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: Écriture

#66 Message par lulamae » jeudi 16 mai 2019 à 14:17

Radulphus a écrit : C'est quelque chose qui est venu tôt chez moi (mon premier souvenir est d’avoir écrit une mini-nouvelle d’horreur quand j’avais 8 - 9 ans) et n'a jamais arrêté de revenir et repartir ; toujours en laissant quelques traces et aspirations diffuses, un peu comme un poids à l'intérieur qui n'arrive pas à sortir.

Ça m’a souvent amené à me questionner sur le fait de savoir si je n’avais pas encore trouvé le « bon » mode d’expression ou si j’étais simplement fait pour écrire dans la frustration.

Parce que je crois que, paradoxalement, je n’aime pas écrire. M’y mettre est extrêmement complexe, je ne prends pas un grand plaisir à le faire et encore moins à me relire et affiner (je suis plutôt dans l’optique de « plus vite ça sort plus vite je passe à autre chose »).

Pour aller plus loin dans la contradiction être lu ne m’est pas agréable, voire même carrément désagréable parfois, mais si ce que j’écris n’a pas pour visée d’être lu (ou juste diffusé) je n'arrive pas à écrire.

Et si je n'écris pas, je sens que quelque chose "ne va pas". J'ai besoin d'être dans une sorte d'émulation créatrice. J’ai souvent compensé différemment, par le biais de relations e-épistolaires notamment.
C'est exactement la même chose pour moi ! Ca me fait comprendre des choses d'ailleurs, de le voir écrit comme ça. Je n'ai pas trop d'idées aujourd'hui, et n'écris pas trop en ce moment, mais je dirais que je n'ai imaginé que deux parades : l'écriture poétique (un peu loin derrière maintenant, mais ça revient assez régulièrement), et le fait d'avoir un(e) destinataire, par exemple l'écriture épistolaire (même fictive). J'ai besoin aussi souvent de penser à des personnes réelles, à qui je voudrais dire des choses que je n'ai pas pu leur dire.
Un peu aussi le fait d'utiliser des supports (cartes de jeu), des contraintes formelles, etc...
Tu parles de créer des univers : j'éprouve aussi ce besoin, et le relie à une envie d'explorer des documents, une époque, une problématique. J'aime bien, sur la base d'un univers dystopique ou steampunk, "croiser" deux sujets : par exemple les avions à vapeur + le colonialisme, ou encore les camps de concentration/le chaminisme, etc... Ca me donne des idées en tous cas.
Modifié en dernier par lulamae le vendredi 23 août 2019 à 10:15, modifié 1 fois.
Diagnostic d'autisme juillet 2019.

Radulphus
Occasionnel
Messages : 19
Enregistré le : mercredi 11 juillet 2018 à 17:17

Re: Écriture

#67 Message par Radulphus » jeudi 16 mai 2019 à 19:14

lulamae a écrit :
jeudi 16 mai 2019 à 14:17
Tu parles de créer des univers : j'éprouve aussi ce besoin, et le relie à une envie d'explorer des documents, une époque, une problématique. J'aime bien, sur la base d'un univers dystopique ou steampunk, "croiser" deux sujets : par exemple les avions à vapeur + le colonialisme, ou encore les camps de concentration/le chaminisme, etc... Ca me donne des idées en tous cas.
Il m'est aussi arrivé de travailler à "renforcer" la cohésion d'univers écrit par d'autre pour lever le blocage initial. Il y a un truc assez fascinant je trouve à faire s'entrecroiser les lignes temporelles et avoir un regard critique sur des concepts déjà en place. Mais par contre c'est compliqué de trouver une chouette relation de création avec quelqu'un...
Diagnostiqué TSA (syndrome d'Asperger) le 17/04/19.

AlexKain
Adepte
Messages : 210
Enregistré le : mardi 7 mai 2019 à 16:40

Re: Écriture

#68 Message par AlexKain » jeudi 16 mai 2019 à 20:19

Je me suis pris le bundle "Write Like a Writer" de Humble Bundle proposant des livres (en format numérique, .pdf, .epub ou .mobi) sur l'écriture.

Ils sont en anglais, mais mon niveau de compréhension est suffisant je pense pour qu'ils puissent m'être utile si un jour je décide de les lire pour m'améliorer sur mes écrits.
TSA/syndrome d'Asperger + trouble anxieux (diagnostiqué par psychiatre en juin 2019)

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 4099
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: Écriture

#69 Message par lulamae » jeudi 16 mai 2019 à 21:04

Radulphus a écrit :
jeudi 16 mai 2019 à 19:14
lulamae a écrit :
jeudi 16 mai 2019 à 14:17
Tu parles de créer des univers : j'éprouve aussi ce besoin, et le relie à une envie d'explorer des documents, une époque, une problématique. J'aime bien, sur la base d'un univers dystopique ou steampunk, "croiser" deux sujets : par exemple les avions à vapeur + le colonialisme, ou encore les camps de concentration/le chaminisme, etc... Ca me donne des idées en tous cas.
Il m'est aussi arrivé de travailler à "renforcer" la cohésion d'univers écrit par d'autre pour lever le blocage initial. Il y a un truc assez fascinant je trouve à faire s'entrecroiser les lignes temporelles et avoir un regard critique sur des concepts déjà en place. Mais par contre c'est compliqué de trouver une chouette relation de création avec quelqu'un...
Ca ne m'est jamais arrivé. En tous cas, pas dans la même branche : avec des gens qui peignent, font des photos ou composent, oui, c'était fructueux, mais avec des gens qui écrivent, je n'ai jamais eu l'occasion d'en parler, encore moins de travailler ensemble.
Diagnostic d'autisme juillet 2019.

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 4099
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: Écriture

#70 Message par lulamae » jeudi 16 mai 2019 à 21:05

AlexKain a écrit :
jeudi 16 mai 2019 à 20:19
Je me suis pris le bundle "Write Like a Writer" de Humble Bundle proposant des livres (en format numérique, .pdf, .epub ou .mobi) sur l'écriture.

Ils sont en anglais, mais mon niveau de compréhension est suffisant je pense pour qu'ils puissent m'être utile si un jour je décide de les lire pour m'améliorer sur mes écrits.
Tu nous diras ? Je ne suis pas très e-books, mais ça doit être intéressant. :)
Diagnostic d'autisme juillet 2019.

AlexKain
Adepte
Messages : 210
Enregistré le : mardi 7 mai 2019 à 16:40

Re: Écriture

#71 Message par AlexKain » jeudi 16 mai 2019 à 23:20

lulamae a écrit :
jeudi 16 mai 2019 à 21:05
AlexKain a écrit :
jeudi 16 mai 2019 à 20:19
Je me suis pris le bundle "Write Like a Writer" de Humble Bundle proposant des livres (en format numérique, .pdf, .epub ou .mobi) sur l'écriture.

Ils sont en anglais, mais mon niveau de compréhension est suffisant je pense pour qu'ils puissent m'être utile si un jour je décide de les lire pour m'améliorer sur mes écrits.
Tu nous diras ? Je ne suis pas très e-books, mais ça doit être intéressant. :)
Ouais, si un jour je les lis. :mrgreen:
Je m'étais pris des trucs pour développer des jeux vidéos, je m'en suis jamais servi.
Le seul truc que j'ai déjà lancé, c'est RPK Maker. Pour le reste je me dis toujours "bah, on verra demain".
Là en plus en sachant que c'est en anglais, ça risque de pas vraiment me motiver à les lire, malgré l'intérêt que je peux avoir pour tout ça, donc c'est très certainement de l'argent gâché. (ils auraient été en français, je pense que j'en aurais au moins lu un ou 2, notamment celui sur la fantasy)
TSA/syndrome d'Asperger + trouble anxieux (diagnostiqué par psychiatre en juin 2019)

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 26883
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Écriture

#72 Message par Tugdual » vendredi 23 août 2019 à 9:40

Un peu décalée (mais pas tant que ça) par rapport au sujet de la discussion, voici l'interview de Ghislaine Pujol, scénariste d'animation, trouvée sur la chaîne d'Alice In Animation :

Spoiler : ▮▶ (1) : 
Spoiler : ▮▶ (2) : 
TCS = trouble de la communication sociale (24/09/2014).

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 26883
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Écriture

#73 Message par Tugdual » vendredi 10 avril 2020 à 12:31

Vu ici, pour écrire à son moi futur :
Qu’aimeriez vous dire à votre moi déconfiné ?

Comment aimeriez-vous vous rappeler de cette période historique ?

Grâce à Futurme, vous pouvez vous écrire à vous-même avec la certitude de recevoir un mail intéressant dans 1, 3 ou 5 ans.

A vos plumes.
TCS = trouble de la communication sociale (24/09/2014).

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 4099
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: Écriture

#74 Message par lulamae » lundi 22 juin 2020 à 18:51

Traduction d'un article qui m'a bien plu :
https://www.nature.com/articles/d41586-020-01826-3
Depuis que je suis à l’école, longtemps avant de commencer à travailler sur une thèse de microbiologie à l’Université de l’État du Colorado à Fort Collins, j’ai tenu un journal manuscrit pour consigner mes pensées et mes sentiments, comme un moyen d’expression personnelle. Mon journal m’aide à ré-assembler des expériences quotidiennes fragmentées, de manière à pouvoir en définitive refléter et en apprendre davantage sur moi et sur le monde. Cette habitude m’a donné l’idée d’entretenir régulièrement une prise de notes sur un carnet scientifique, pour chaque projet sur lequel je travaille. Ces carnets restent après mon passage dans les laboratoires où j’ai travaillé, pour que d’autres puissent les consulter. J’ai constaté qu’un carnet scientifique manuscrit, annoté d’observations détaillées, est irremplaçable. En revenant dans mes souvenirs à la période où je désirais devenir scientifique et écrivain, je me rends compte à présent que le fait de tenir deux journaux, un à la maison et un au labo, m’a appris à observer le monde naturel et à enregistrer mes pensées d’une manière organisée, souvent par le biais de temps d’écriture courts mais réguliers.
tenir deux journaux.odt
(252.19 Kio) Téléchargé 4 fois
Diagnostic d'autisme juillet 2019.

Répondre