Discutons ici du Covid-19 !

Pour les gens qui ont simplement envie de discuter sans souhaiter faire passer d'information particulière.
Message
Auteur
Avatar du membre
Curiouser
Forcené
Messages : 709
Enregistré le : mardi 3 septembre 2019 à 9:43
Localisation : Île-de-France

Re: Discutons ici du Covid-19 !

#1201 Message par Curiouser » samedi 4 juillet 2020 à 13:15

PetitNuage a écrit :
samedi 4 juillet 2020 à 12:58
lulamae a écrit :
samedi 4 juillet 2020 à 11:24
Curiouser a écrit :
samedi 4 juillet 2020 à 11:19
Différentes infographies (en anglais), sur la Covid-19 (assez régulièrement mis à jour) :

https://informationisbeautiful.net/visu ... -datapack/

Les fichiers Excel sont en accès libre sur leur google drive.
C'est bien conçu (activités à risque notamment). Merci ! :bravo:
Oui c'est super ! Je viens d'éplucher également les activités plus ou moins risquées...
Par contre la courbe de la France n'est pas très encourageante ...
Avec plaisir !
Ça donne effectivement un bonne vue d'ensemble sur certains points où on commence à avoir un peu plus de recul, même si ça reste parfois schématique.

Quant au relâchement, notamment pour les masques, je le constate aussi, et je comprends que tu ne sois pas sereine, PetitNuage (par exemple, je ne me vois pas du tout prendre le train cet été pour aller voir ma famille, ma grand-mère a 86 ans et le risque zéro n'existe pas - sans compter que presque 6h de voyage avec mon masque en tissu, ça ne me semble de toute façon pas possible -).
Non diagnostiquée
Début du parcours diagnostic en mars 2020. Ne reste plus qu'à poursuivre...

Avatar du membre
PetitNuage
Forcené
Messages : 820
Enregistré le : samedi 28 avril 2018 à 16:37

Re: Discutons ici du Covid-19 !

#1202 Message par PetitNuage » samedi 4 juillet 2020 à 13:36

ブノワ a écrit :
samedi 4 juillet 2020 à 13:05

Reste qu'il n'y a qu'une alternative triple:
- le virus disparait tout seul en mutant (ça arrive souvent, les virus "mortels" se transforment en truc moins grave pour l'hôte pour survivre eux aussi).
- une sorte d'immunité de groupe arrive à survenir à moyen terme à force de contaminations à faible dose et/ou de cycles de reconfinement.
- un vaccin est développé à long terme.

Je ne vois pas d'autre scénario plausibles.
Et l'hypothèse d'un traitement efficace dès les premiers symptômes, sans effet secondaire et accessible à tous qui permettrait d'enrayer la dégradation du patient et donc de limiter l'engorgement des hôpitaux ?

Avec tous les moyens mis en oeuvre au niveau international à l'heure actuelle, on peut espérer qu'ils finissent pas en trouver un ...

Ma psy pense, depuis qu'elle a découvert le syndrome d'Asperger, que je pourrais être Aspie.
Dossier envoyé au CRA. Délai d'attente annoncé 2 ans :roll: .

Avatar du membre
ブノワ
Passionné
Messages : 413
Enregistré le : jeudi 16 mai 2019 à 18:42

Re: Discutons ici du Covid-19 !

#1203 Message par ブノワ » samedi 4 juillet 2020 à 14:12

Ca fait environ 6 mois qu'ils essaient, ça. S'il y avait une solution simple et unique, les laboratoires se battraient pour dire qu'ils ont trouvé et sont les sauveurs du monde.
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 28355
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Discutons ici du Covid-19 !

#1204 Message par freeshost » lundi 6 juillet 2020 à 14:34

«Nous obliger à porter des masques, c’est de la tyrannie.»
Spoiler : Bienvenue chez les anti-maskers et autres coronavirus contrarians. : 
Isabelle Hanne - Libération à New York
Correspondante
6 juillet 2020
États-Unis

La scène se passe peu avant le meeting de Trump à Tulsa, en Oklahoma, le 20 juin. Un énorme pick-up blindé, bardé de drapeaux américains et des sigles Infowars, le média complotiste du paléo-conservateur Alex Jones, parade dans les rues autour de la salle où le président américain doit faire son grand retour en campagne, après une suspension de plusieurs mois en raison de la pandémie de coronavirus. Un type coiffé d’un chapeau de cow-boy est sorti jusqu’à la taille du toit ouvrant du véhicule : « Trump 2020 ! beugle-t-il au micro. Arrêtez avec les masques ! Si vous portez un masque, vous êtes un clown à mes yeux. » Il interpelle un passant : « Eh mec, pourquoi tu portes un masque ? Tu fais confiance à Joe Biden ou tu es un homme libre ? » Puis, montrant du doigt une équipe de télévision : « Regardez, les médias libéraux obligent leurs reporters à porter des masques, c’est ridicule. » Il reprend sa litanie : « Nous n’obéirons pas, nous sommes des Américains libres ! Nous n’avons pas besoin du gouvernement pour nous dire de quoi on doit avoir peur, ni ce qu’on doit porter. Ceci n’est pas un pays communiste ! »

« C’est de la tyrannie »

Au-delà du spectacle, le type au micro résume ce que de nombreux supporteurs de Trump pensent : porter un masque pour se protéger et protéger les autres de la COVID-19 serait un acte de « soumission », de « docilité », de « faiblesse ». L’obligation de le porter « viole les libertés individuelles garanties par la Constitution », répètent les partisans du chef de l’État. D’autres mettent en doute l’efficacité des masques, ou la dangerosité de la maladie elle-même. Y voient un « complot » ourdi par les démocrates et les médias, pour « ternir le bilan du président ». Comme l’écrasante majorité des pro-Trump rencontrés à son rassemblement, Shanda, d’Oklahoma City, refuse de porter un masque : « Je travaille à la poste, je côtoie tous les jours des centaines de personnes, je vais faire mes courses… Personne dans ma famille n’a été malade. Je n’y crois pas à ce virus. Nous obliger à porter des masques, c’est de la tyrannie. »

La volte-face des autorités sanitaires dans les premières semaines de la pandémie sur la question — d’abord ne pas conseiller aux Américains de se masquer, notamment pour tenter d’éviter une pénurie pour les soignants, puis dire l’inverse — n’a pas aidé. Le patchwork de lois en place, non plus : le port du masque n’est qu’une recommandation, adoptée en avril à l’échelle fédérale. En l’absence d’obligation nationale, seule la moitié des États fédérés ont imposé l’obligation du port du masque en public. Malgré le consensus de la recherche scientifique sur le sujet, rien n’y fait : le masque est devenu un symbole idéologique, un marqueur dans la guerre culturelle qui fait rage aux États-Unis depuis l’avènement de Donald Trump. Ces réfractaires ont même un nom, les « anti-maskers », et font partie d’une catégorie que les médias appellent les « coronavirus contrarians », pour désigner les sceptiques de la maladie.

La question du port du masque de protection et, plus largement, la perception de la COVID-19 suivent très nettement les lignes partisanes. Selon une étude du Pew Research Center publiée fin juin, 63 % des électeurs démocrates considèrent qu’il faut toujours porter un masque en public, contre seulement 29 % des électeurs républicains. Les moins enclins à porter un masque, selon l’étude du Pew, sont les républicains conservateurs. À l’inverse des démocrates progressistes, à l’autre bout du spectre.

« Crime contre l’humanité »

L’évolution de la situation épidémiologique, alors que le pays enregistre des records de nouveaux cas presque tous les jours, n’y a rien changé. Longtemps épargnées, quand les côtes et les grandes villes démocrates voyaient leurs hôpitaux saturés et la courbe des décès s’affoler, les terres trumpistes sont désormais les plus touchées par la maladie. Depuis fin mai, 75 % des nouveaux cas de COVID-19 sont recensés dans des États remportés par le milliardaire républicain en 2016. Entre-temps, de la Floride au Texas, les gouverneurs ont rouvert leur économie au forceps, dès le mois de mai. Mais devant la flambée de l’épidémie, même les plus réfractaires ont dû tourner casaque. À l’instar du gouverneur du Texas, Greg Abbott, qui a rendu obligatoire jeudi le port du masque en public dans les comtés qui recensent au moins vingt cas. Non seulement il s’était refusé, jusqu’ici, à le faire pour son État, mais il avait également empêché les autorités de certains comtés, plus volontaristes et inquiètes, de le faire à l’échelle locale.

Dans le Michigan, début mai, le vigile d’un magasin a été abattu par un client à qui il avait demandé de porter un masque. Des vidéos de clients non masqués en colère, vidant leurs chariots de rage dans les supermarchés, sont régulièrement partagées sur les réseaux sociaux. Comme celles d’anti-maskers prenant la parole lors de réunions publiques dans des comtés de Californie ou de Floride, qui s’apprêtaient à voter le port du masque obligatoire. Ils accusent les autorités locales de vouloir les « museler, comme des chiens enragés », de « réguler la respiration humaine », d’obéir à des « lois sataniques », voire de commettre un « crime contre l’humanité ». Le port du masque « tue des gens, littéralement », a même affirmé une résidente de Palm Beach, en Floride. Le Sunshine State connaît une augmentation de plus de 600 % de nouveaux cas en un mois, avec un nouveau record enregistré samedi (plus de 11 400 cas en 24 heures). Mais si certains comtés en ont pris la décision, le gouverneur républicain, Ron DeSantis, farouche partisan de Donald Trump, se refuse toujours à obliger, dans tout l’État, ses électeurs à se couvrir le nez et la bouche. Malgré les appels d’élus démocrates locaux, qui ont insisté, dans une lettre envoyée au gouverneur vendredi, sur le fait que le port du masque ne devait pas être « une question partisane ».

« Proche de personne »

Il faut dire qu’au sommet de la pyramide, il y en a un qui ne montre pas l’exemple. Donald Trump s’est obstinément refusé à porter un masque en public (même lors d’une visite d’usine fabriquant… des masques). Ils n’étaient pas obligatoires lors de son rassemblement à Tulsa, dans une megachurch en Arizona où il a fait un discours fin juin, ou au pied du mont Rushmore vendredi. En avril, le président avait affirmé qu’il ne suivrait pas la recommandation des autorités sanitaires, laissant entendre qu’il était inconvenant pour un commander-in-chief de porter un masque, notamment lors de rencontres avec ses homologues. Son rival démocrate pour la présidentielle de novembre, l’ancien vice-président Joe Biden, respecte, lui, scrupuleusement les directives sanitaires, a annoncé qu’il n’organiserait pas de rassemblements électoraux avant la présidentielle et ne sort jamais sans son masque — au mois de mai, il en portait même un sur sa photo de profil Twitter.

Devant les records de contamination observés ces jours-ci, le président américain a dû faire une première concession, rhétorique en tout cas. « Je suis complètement favorable aux masques, a-t-il affirmé lors d’une entrevue jeudi. Si j’étais dans un endroit serré avec des gens, j’en porterais un, absolument. » « Quand il n’y a personne autour, je ne vois pas de raison d’en porter un », a-t-il cependant précisé dans une autre entrevue. Il a fallu que plusieurs assistants soient déclarés positifs au coronavirus pour que la Maison-Blanche exige le port du masque pour ses employés, en mai. Mais pas pour Trump. « Dans mon cas, je ne suis proche de personne », arguait-il, rappelant qu’il est, comme les membres de son entourage, régulièrement testé. Vendredi soir, l’équipe de campagne de Trump annonçait d’ailleurs que Kimberly Guilfoyle, la compagne de Donald Trump Jr, le fils aîné du président, chargée de lever des fonds pour sa réélection, avait été déclarée positive à la COVID-19.
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Avatar du membre
lepton
Modérateur
Messages : 3230
Enregistré le : samedi 17 décembre 2016 à 19:19

Re: Discutons ici du Covid-19 !

#1205 Message par lepton » lundi 13 juillet 2020 à 11:57

Diagnostiqué TSA/Asperger.

Carapa
Adepte
Messages : 216
Enregistré le : dimanche 22 mars 2015 à 20:45

Re: Discutons ici du Covid-19 !

#1206 Message par Carapa » lundi 13 juillet 2020 à 22:38

Les experts de l'OMS font de grands progrès: ils viennent enfin de découvrir la transmission du SARS-COV2 par aérosols, ce dont tous les initiés étaient au courant depuis des semaines. Bientôt peut-être ils vont découvrir l'Amérique, et pourquoi pas, l'eau tiède...
https://www.nytimes.com/2020/07/09/heal ... s-who.html
Diagnostiqué SA (septembre 2016).

Avatar du membre
PetitNuage
Forcené
Messages : 820
Enregistré le : samedi 28 avril 2018 à 16:37

Re: Discutons ici du Covid-19 !

#1207 Message par PetitNuage » mardi 14 juillet 2020 à 0:51

Sait-on si les rassemblements lors du match de foot de Strasbourg de fin mai ou les manifestations du 20 juin à Paris ont engendré une multiplication des cas ?
Je n'ai pas l'impression que ce soient ces régions dans lesquelles on trouve actuellement une hausse de cas significative ?
(c'est plutôt rassurant pour les activités de plein air...)

Ma psy pense, depuis qu'elle a découvert le syndrome d'Asperger, que je pourrais être Aspie.
Dossier envoyé au CRA. Délai d'attente annoncé 2 ans :roll: .

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 28355
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Discutons ici du Covid-19 !

#1208 Message par freeshost » mardi 14 juillet 2020 à 21:19

Un cas de contamination intra-utérine au Covid-19 confirmé
Spoiler : Citation : 
14.07.2020. 18h17

Le nouveau-né, de sexe masculin, est né en mars et souffrait de symptômes neurologiques associés à la maladie.

Des médecins français ont rapporté le premier cas confirmé de contamination intra-utérine au Covid-19, dans une étude publiée mardi dans la revue «Nature Communications». Le nouveau-né, de sexe masculin, est né en mars et souffrait de symptômes neurologiques associés à la maladie. «Nous avons montré que la transmission de la mère au foetus est possible via le placenta dans les dernières semaines de grossesse», a dit à l'AFP le docteur Daniele De Luca, de l'hôpital Antoine Beclere de Clamart, auteur principal de l'étude.

Des précédentes études suggéraient la possibilité d'une transmission mère-enfant prénatale, mais cette nouvelle étude en apporte des preuves, a-t-il souligné. «Il faut analyser le sang maternel, le liquide amniotique, le sang du nouveau né, le placenta, etc... Réunir tous ces prélèvements pendant une épidémie avec des urgences dans tous les sens n'était pas simple, c'est pourquoi c'était suspecté, mais pas démontré," a-t-il expliqué.

Cas très rare

Les médecins ont mené l'étude sur une femme d'une vingtaine d'années, hospitalisée début mars. La naissance s'étant faite par césarienne, tous les prélèvements ont pu être menés sur les réservoirs potentiels du virus SARS-CoV-2, dont la charge la plus forte a été trouvée dans le placenta. «Il est passé de là à travers le cordon ombilical vers le bébé, où il s'est développé," a indiqué le docteur De Luca.

Vingt-quatre heures après la naissance, le nouveau-né a présenté des symptômes sévères, dont une rigidité des membres et des lésions au système nerveux cérébral. Symptômes qui ont finalement disparu d'eux-mêmes, avant que les médecins ne se décident sur un traitement, en l'absence de remède connu au Covid.

«La mauvaise nouvelle, c'est que ça puisse se produire. La bonne nouvelle est que c'est rare – très rare même rapporté à la population», a commenté le docteur De Luca.

Sur plusieurs milliers de cas d'enfants nés de mères souffrant du Covid-19, pas plus de 2% ont été testés positifs au virus, et encore moins ont développé des symptômes graves, a souligné Marian Knight, professeur de santé maternelle et infantile à l'université d'Oxford, qui n'a pas participé à l'étude.

«Le principal message pour les femmes enceintes reste d'éviter l'infection par le lavage des mains et la distanciation sociale," insiste cette experte.
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20686
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Discutons ici du Covid-19 !

#1209 Message par Jean » jeudi 16 juillet 2020 à 2:44

jim.fr
Transmission de la Covid-19 par les objets inanimés: un risque exagéré ?

L’extrême facilité avec laquelle le SARS-CoV-2 se transmet d’un humain à l’autre interroge. Certes, ce n’est pas l’agent pathogène le plus contagieux, mais au stade de la pandémie avec des millions de sujets infectés à l’échelon planétaire, le problème a gagné en ampleur et les questions restent en suspens. Les gouttelettes émises lors de la toux et des éternuements ou encore les postillons qui accompagnent la parole sont les vecteurs les plus déterminants qui expliquent la propagation extrême du virus en milieu confiné, l’exemple des abattoirs et des discothèques étant particulièrement démonstratif.

Les fomites à l’ordre du jour

Reste le problème de la transmission par les fomites qui, chez les anglophones, désignent les objets contaminés par les agents pathogènes et de facto susceptibles de propager l’infection. La contagion par les mains sales et ces objets contaminés est soupçonnée de longue date puisque, dès l’Antiquité, lors des épidémies de peste, il était jugé plus prudent de brûler les maisons et les biens des malades. Les épidémiologistes ont démontré sa réalité et la nécessité de se laver les mains pour éviter la transmission des microbes d’un humain à l’autre.

Il n’en reste pas moins que la transmission éventuelle par les fomites, notamment dans le cas de la Covid-19, comporte encore des zones d’ombre. L’OMS a d’ailleurs récemment modifié sa position sur le sujet des aérosols en admettant qu’ils pouvaient contribuer à la transmission du SARS-CoV2, même en dehors des procédures médicales : de quoi inciter à améliorer la ventilation des endroits confinés et à relativiser le rôle respectif des voies d’entrée potentielles du virus.
Hiatus entre les données expérimentales et le monde réel

Dr Emanuel Goldman (New Jersey, USA) est revenu sur les différences entre données expérimentales et la réalité de la transmission du SARS-CoV-2. Il note ainsi que les quelques études qui ont conduit à s’affoler sur la persistance du SARS-CoV-2 au sein des surfaces et des objets inanimés souvent sur des temps longs ont un point commun : le recours à des titres très élevés de particules virales infectantes sur la surface testée. La plus longue durée de vie du virus, de l’ordre de six jours, a été ainsi estimée avec un titre initial de 10⁷ particules. Une autre étude qui a abouti à une survie de 2 jours pour le SARS-CoV et SARS-CoV-2 sur un support matériel et de 3 jours au sein des aérosols produits en laboratoire est partie d’un inoculum de 10⁵–10⁷ particules/ml pour ce qui est de ces derniers et de 10⁴ pour ce qui est des surfaces testées. Si l’on se tourne vers d’autres coronavirus, tels le coronavirus humain 229E sur support matériel, la durée de la survie a été estimée à 5 jours à partie d’une charge virale de 10³ unités formatrices de plage de lyse. Les scénarios adoptés dans ces études semblent bien éloignés de la vie « réelle ».

Combien de particules virales dans les gouttelettes ?

A cet égard, quelles sont les quantités de coronavirus vivants présentes dans les gouttelettes émises par les patients sous forme d’aérosols notamment ? Il est bien difficile de répondre à cette question pourtant fondamentale. Si l’on se réfère aux données sur d’autres virus à ARN tels celui de la grippe, la quantité d’ARN virale semble équivalente à 10-100 particules virales par gouttelette, dont une faible proportion capable de se répliquer sur plaque.

D’autres études ont d’ailleurs conduit à des résultats bien différents quand le virus a été mis au sec sur diverses surfaces inertes qu’il s’agisse de gants chirurgicaux stériles en latex, d’éponges stériles ou encore d’aluminium. Ainsi, dans ces conditions, le coronavirus humain 229E ne survit pas plus de trois heures et son comparse OC43 ne tient, pour sa part, qu’une heure. Une autre étude qui a simulé les conditions du monde réel n’a pas permis de retrouver de SARS-CoV-2 viable sur une surface potentiellement contaminée par un patient…
Le superflu ne doit pas faire oublier l’essentiel

Dr Goldman ne remet pas en question la validité expérimentale des données expérimentales citées précédemment, mais s’interroge à juste titre sur la transposition de leurs résultats à d’autres contextes que celui du laboratoire. Entre les 10⁷, 10⁶, et 10⁴ particules infectantes déposées sur une petite surface par des mains expertes et la quantité de virus dans les gouttelettes émises par les patients infectés, il pourrait bien exister un fossé.

De l’avis de l’auteur, la probabilité de transmission par les surfaces ou les objets inanimés serait très faible à une exception près : si un patient atteint de la Covid-19 tousse ou éternue sur la cible en question déposant ainsi une charge virale a priori élevée. Il faudrait alors que cette cible soit manipulée dans les une à deux heures qui suivent pour que la contamination opère. Cette situation n’est pas impossible, mais n’est pas très probable sauf en milieu hospitalier où le virus est omniprésent en quantités élevées ce qui justifie la désinfection régulière des surfaces, le port des gants et le recours à des équipements de protection individuelle.

En pratique, le principe de précaution aidant, cette vision critique ne devrait en rien modifier les stratégies préventives actuelles dans le monde réel – hors du milieu hospitalier- et les gestes barrières ont tout lieu d’être maintenus sans toutefois tomber dans des errances obsessionnelles qui peuvent s’avérer contreproductives. Le port du masque dans les endroits à risque, le lavage des mains et la distanciation physique semblent donc plus appropriés que le nettoyage des poignées de porte ou des boutons d’ascenseur.

Dr Peter Stratford
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20686
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Discutons ici du Covid-19 !

#1210 Message par Jean » jeudi 16 juillet 2020 à 3:13

Les chercheurs aux prises avec l'anxiété, de nouvelles politiques à la réouverture des universités

Les recherches doivent être reprises en respectant les nouvelles conditions de sécurité. Les restrictions de voyage peuvent empêcher les embauches ou l'arrivée de nouveaux étudiants, Un changement de culture doit tenir compte des enseignements du confinement. spectrumnews.org
Traduction de "Researchers grapple with anxiety, new policies as universities reopen | Spectrum | Autism Research News" par Laura Dattaro / 13 juillet 2020
https://blogs.mediapart.fr/jean-vincot/ ... niversites
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 27020
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Discutons ici du Covid-19 !

#1211 Message par Tugdual » vendredi 17 juillet 2020 à 14:02

Inquiétant :
Extrait :
Alors que, dans l’Ouest, la Mayenne est sous haute surveillance, le taux de reproduction du coronavirus, ou R zéro, est en forte progression dans les quatre départements bretons. Selon les données publiées sur le site data.gouv.fr, à l’échelle régionale, ce nombre est passé de 0,92 à 2,62 entre le 10 et le 14 juillet.

Les jours prochains nous diront si c'est un pic ou une tendance de fond, mais clairement, ce n'est pas le moment de relâcher les mesures de précaution...
TCS = trouble de la communication sociale (24/09/2014).

Avatar du membre
ブノワ
Passionné
Messages : 413
Enregistré le : jeudi 16 mai 2019 à 18:42

Re: Discutons ici du Covid-19 !

#1212 Message par ブノワ » vendredi 17 juillet 2020 à 14:36

Il y a un site pour avoir les chiffres officiels du R0, ceux qui sont "moyennés" dans le temps ?
(fenêtre ajustée à 7 jours)
J'ai vu des graphes de temps en temps mais je ne trouve pas la source. (Et des données de 24h, qui plus est pendant des jours fériés, je trouve ça assez peu fiable).
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Avatar du membre
piedsboueux
Forcené
Messages : 699
Enregistré le : mardi 3 mai 2016 à 16:35
Localisation : CILAOS
Contact :

Re: Discutons ici du Covid-19 !

#1213 Message par piedsboueux » vendredi 17 juillet 2020 à 18:37

Image


Image
Diagnostiqué Asperger vers 37 ans (2007)

Avatar du membre
ブノワ
Passionné
Messages : 413
Enregistré le : jeudi 16 mai 2019 à 18:42

Re: Discutons ici du Covid-19 !

#1214 Message par ブノワ » vendredi 17 juillet 2020 à 18:58

Ouais, un chiffre journalier, sans intervalle de confiance, pile au moment où on annonce le port du masque obligatoire, je continue de trouver ça pas du tout sérieux.
Surtout quand on nous explique qu'il faut travaille 1800 heures par an sinon on est des glandeurs (même source = le gouvernement).
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Avatar du membre
Curiouser
Forcené
Messages : 709
Enregistré le : mardi 3 septembre 2019 à 9:43
Localisation : Île-de-France

Re: Discutons ici du Covid-19 !

#1215 Message par Curiouser » vendredi 17 juillet 2020 à 21:19

ブノワ a écrit :
vendredi 17 juillet 2020 à 14:36
Il y a un site pour avoir les chiffres officiels du R0, ceux qui sont "moyennés" dans le temps ?
(fenêtre ajustée à 7 jours)
J'ai vu des graphes de temps en temps mais je ne trouve pas la source. (Et des données de 24h, qui plus est pendant des jours fériés, je trouve ça assez peu fiable).
Voir peut-être là ?
https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/ta ... -covid-19/
Non diagnostiquée
Début du parcours diagnostic en mars 2020. Ne reste plus qu'à poursuivre...

Répondre