Vous aussi, vous souffrez du syndrome d'invisibilité ?

Pour les gens qui ont simplement envie de discuter sans souhaiter faire passer d'information particulière.
Message
Auteur
Avatar du membre
PetitNuage
Forcené
Messages : 820
Enregistré le : samedi 28 avril 2018 à 16:37

Re: Vous aussi, vous souffrez du syndrome d'invisibilité ?

#16 Message par PetitNuage » vendredi 3 juillet 2020 à 22:00

lulamae a écrit :
vendredi 3 juillet 2020 à 19:23
Là, je ne ME sens pas invisible, mais j'ai l'impression d'écrire [à l'encre] au clavier invisible. :mrgreen:
Mais non, tu n'es pas invisible !!

Hééééé... Je veux bien participer, moi aussi.
lulamae a écrit :
vendredi 3 juillet 2020 à 19:23
Pour ce qui est de la non-prise en compte de notre présence, de l'apparent manque d'intérêt pour nous, j'attribuerais cela au fait qu'une personne autiste (ou qui a des difficultés de compréhension et d'assimilation des codes sociaux et de l'implicite) ne sait pas envoyer des signaux visibles de réceptivité et d'envie de se joindre au groupe (et avouons, on n'en a peut-être pas vraiment envie). Donc, ne nous manifestant pas, n'allant pas spontanément vers les gens, on est oublié(e) au moment où ils décident de faire un truc ensemble.
Tout à fait !

En fait on peut ne pas avoir envie d'être avec les autres, de recevoir une invitation qu'on a juste envie de décliner.
Mais en même temps vouloir être reconnu comme un individu à part entière. (dont l'avis a par exemple autant d'importance que les autres)

Ma psy pense, depuis qu'elle a découvert le syndrome d'Asperger, que je pourrais être Aspie.
Dossier envoyé au CRA. Délai d'attente annoncé 2 ans :roll: .

apache
Habitué
Messages : 81
Enregistré le : jeudi 30 novembre 2017 à 15:12

Re: Vous aussi, vous souffrez du syndrome d'invisibilité ?

#17 Message par apache » vendredi 3 juillet 2020 à 22:29

Pour ma part, j'ai plutôt le problème "inverse" : c'est moi qui ai tendance à zapper les gens, les politesses, oublier de répondre aux messages, etc. :oops:
Soit je n'y pense pas spontanément, soit c'est parce que j'ai un doute sur l'attitude à adopter.
Mais dans les situations que tu décris, j'ai surtout l'impression que ces personnes ne savent pas comment interagir avec toi. Donc elles font en sorte d'éviter le contact, pour ne pas t'embarrasser ou être embarrassées elles-mêmes.
TSA de type syndrome Asperger

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 4114
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: Vous aussi, vous souffrez du syndrome d'invisibilité ?

#18 Message par lulamae » vendredi 3 juillet 2020 à 23:30

PetitNuage a écrit :
vendredi 3 juillet 2020 à 22:00
lulamae a écrit :
vendredi 3 juillet 2020 à 19:23
Pour ce qui est de la non-prise en compte de notre présence, de l'apparent manque d'intérêt pour nous, j'attribuerais cela au fait qu'une personne autiste (ou qui a des difficultés de compréhension et d'assimilation des codes sociaux et de l'implicite) ne sait pas envoyer des signaux visibles de réceptivité et d'envie de se joindre au groupe (et avouons, on n'en a peut-être pas vraiment envie). Donc, ne nous manifestant pas, n'allant pas spontanément vers les gens, on est oublié(e) au moment où ils décident de faire un truc ensemble.
Tout à fait !

En fait on peut ne pas avoir envie d'être avec les autres, de recevoir une invitation qu'on a juste envie de décliner.
Mais en même temps vouloir être reconnu comme un individu à part entière. (dont l'avis a par exemple autant d'importance que les autres)
En fait, ce n'est pas parce qu'on a pu décliner quelques fois une invitation à participer à une discussion par exemple, ou qu'on accepte certaines sollicitations mais pas d'autres, qu'on ne voudra plus jamais participer. Ca se passe parfois comme si les gens nous tenaient rigueur d'être resté(e) certaines fois à l'écart : "tu as passé ton tour ? alors reste en dehors maintenant, c'est toi qui l'as voulu".
J'ai envie de faire le parallèle avec les sports d'équipe quand on est jeune : tu es timide, tu n'as qu'à rester au bord et regarder... Tu ne fais pas gagner l'équipe ? On va se passer de toi plutôt que de t'apprendre.
Diagnostic d'autisme juillet 2019.

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 4114
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: Vous aussi, vous souffrez du syndrome d'invisibilité ?

#19 Message par lulamae » vendredi 3 juillet 2020 à 23:50

Curiouser a écrit :
vendredi 3 juillet 2020 à 21:59
lulamae a écrit :
vendredi 3 juillet 2020 à 21:43
Hééééé... Je veux bien participer, moi aussi.
Tu es la soeur de la femme invisible ? :mryellow:
Spoiler : 
Image
Edité.
Modifié en dernier par lulamae le samedi 4 juillet 2020 à 9:21, modifié 2 fois.
Diagnostic d'autisme juillet 2019.

Mylie
Adepte
Messages : 280
Enregistré le : lundi 20 avril 2020 à 13:12

Re: Vous aussi, vous souffrez du syndrome d'invisibilité ?

#20 Message par Mylie » samedi 4 juillet 2020 à 0:24

Ça m arrive aussi régulièrement notamment et surtout avec ma belle famille; quand ils sont ensembles, ils font attention à moi au début et puis ensuite ils sont entre eux, comme un clan, et je n existe plus.. Le pire a été des vacances au puy du fou avec eux, ils marchaient très vite car ils voulaient enchaîner les attractions dans un timing court, et moi qui m essouffle très vite ça a été un enfer (en plus il y avait plein de monde donc entre le stress d être dans une foule, les bruits, la peur de les perdre et l essoufflement.. Pires vacances de ma vie j ai détesté).

D ailleurs, "fun fact" on a refait des vacances ma belle sœur, des amis à elle et moi au ski. J ai adoré: ses amis nous ont laissé en plan quasi tout le temps, et comme elle skie mal et pas moi (à mon grand étonnement), je partais parfois devant (avant de m arrêter pour l attendre) et du coup je pouvais être dans ma bulle. Elle a détesté ces vacances sous prétexte que ses amis ne l avaient pas inclue assez, alors que pour moi c était juste parfait (et aussi parce que j ai eu la fierté personnelle de réussir à descendre une piste noire alors que je me pensais super nulle vu ma dernière précédente expérience catastrophique en la matière il y a 10 ans de ça et mon équilibre habituellement assez mauvais).
En questionnement - début de parcours au CRA
(J'ai une maladie pulmonaire depuis toujours)

Avatar du membre
Loner
Forcené
Messages : 1026
Enregistré le : jeudi 20 octobre 2011 à 21:03

Re: Vous aussi, vous souffrez du syndrome d'invisibilité ?

#21 Message par Loner » samedi 4 juillet 2020 à 0:29

C'etait mon lot pendant de nombreuses années alors que je me rendais à des soirées..
J'etais proche des gens mais terriblement à distance...Et encore aujourd'hui lors d'echange informels au boulot. J'ai décidé de ne plus faire attention...
Ce n est pas que je sois invisible, c'est juste que j'ai du mal à me greffer aux conversations..
HQI, Dyspraxique.
Autiste Asperger
Épileptique

Avatar du membre
Glaciell
Adepte
Messages : 293
Enregistré le : mercredi 8 janvier 2020 à 17:00

Re: Vous aussi, vous souffrez du syndrome d'invisibilité ?

#22 Message par Glaciell » samedi 4 juillet 2020 à 1:01

lulamae a écrit :
vendredi 3 juillet 2020 à 23:30
PetitNuage a écrit :
vendredi 3 juillet 2020 à 22:00
lulamae a écrit :
vendredi 3 juillet 2020 à 19:23
Pour ce qui est de la non-prise en compte de notre présence, de l'apparent manque d'intérêt pour nous, j'attribuerais cela au fait qu'une personne autiste (ou qui a des difficultés de compréhension et d'assimilation des codes sociaux et de l'implicite) ne sait pas envoyer des signaux visibles de réceptivité et d'envie de se joindre au groupe (et avouons, on n'en a peut-être pas vraiment envie). Donc, ne nous manifestant pas, n'allant pas spontanément vers les gens, on est oublié(e) au moment où ils décident de faire un truc ensemble.
Tout à fait !

En fait on peut ne pas avoir envie d'être avec les autres, de recevoir une invitation qu'on a juste envie de décliner.
Mais en même temps vouloir être reconnu comme un individu à part entière. (dont l'avis a par exemple autant d'importance que les autres)
En fait, ce n'est pas parce qu'on a pu décliner quelques fois une invitation à participer à une discussion par exemple, ou qu'on accepte certaines sollicitations mais pas d'autres, qu'on ne voudra plus jamais participer. Ca se passe parfois comme si les gens nous tenaient rigueur d'être resté(e) certaines fois à l'écart : "tu as passé ton tour ? alors reste en dehors maintenant, c'est toi qui l'as voulu".
J'ai envie de faire le parallèle avec les sports d'équipe quand on est jeune : tu es timide, tu n'as qu'à rester au bord et regarder... Tu ne fais pas gagner l'équipe ? On va se passer de toi plutôt que de t'apprendre.
Je suis d'accord avec ton interprétation.
Il y a aussi les gens qui supposent à ta place que tu t'ennuies parce que tu es un peu en retrait et qui ne te proposent plus parce qu'ils concluent que tu n'as pas envie. Ça m'est arrivé plusieurs fois et ça me blesse beaucoup. Je suppose que ça ne part pas d'un mauvais sentiment, mais bon...
Pas de diagnostic. Actuellement en tout début de réflexion et de cheminement...
Des doutes également concernant ma fille de 11 ans, HPI et TAG.

Avatar du membre
mrl
Passionné
Messages : 383
Enregistré le : mardi 2 avril 2019 à 16:41
Localisation : Lyon

Re: Vous aussi, vous souffrez du syndrome d'invisibilité ?

#23 Message par mrl » samedi 4 juillet 2020 à 8:06

Merci à tous pour vous messages. J’essaie de répondre à tous, en espérant n’oublier personne (ce serait le comble sur un fil sur l’invisibilité).
Lulamae, d’ailleurs, je ne veux plus jamais te voir dormir ! C'est trop flippant :sick: :sick: :sick:
(je préfère la danseuse)
PetitNuage a écrit :
vendredi 3 juillet 2020 à 18:52

Bonsoir,
Oui cela m'arrive aussi très souvent ...

Pas plus tard que cette semaine alors qu'Inspectrice et conseillers pédagogiques étaient venus dire au revoir,
les conseillers sont sortis du bureau de la directrice et passés à 10 cm de moi en m'ignorant totalement.

(après je me suis demandée si c'est parce que je n'ai pas dit bonjour en "entrant" dans le bureau mais ils étaient occupés à discuter et je n'ai pas voulu les interrompre. Le bureau étant petit et ils étaient déjà 6 dedans, je suis donc restée sur le pas de la porte mais ils pouvaient me voir.)

En même temps, parfois j'ai aussi envie d'être dans ma bulle donc je cherche parfois à ne pas me faire remarquer.
C'est très paradoxal ! Est-ce ton cas aussi ?
Oui, c’est mon cas aussi. Il faut sans doute que j’apprenne à couper la parole aux gens qui discutent. (alors que moi, quand je vois quelqu’un arriver, je m’interromps pour lui signifier que je l’ai vu).

..
lulamae a écrit :
vendredi 3 juillet 2020 à 19:23
C'est dur quand ça se cumule, mais je ne pense pas que les gens nous oublient vraiment : ils sont dans leurs préoccupations la plupart du temps, et ne pensent réellement pas aux autres (hormis leurs proches), ou plutôt, pas dans les détails pratiques ou concrets comme une allergie, ou penser à tenir compte des difficultés de quelqu'un d'autre (je vais faire du mauvais esprit : sauf s'il y a une plus-value sociale, "narcissisante", dans le fait d'être bien vu(e) de cette personne, auquel cas cela vaut la peine de faire un effort de mémoire).
Je ne pense pas que tu fasses du mauvais esprit, hélas.
J’ai eu deux exemples récemment. Un collègue a qui j’ai sauvé la mise deux fois en lui indiquant qu’il avait oublié de donner une info à l’équipe (ce sont les élèves qui m’ont prévenue). Même pas un mail de remerciement. Mais pendant le confinement, ce collègue a fait un « répondre à tous » au lieu de « répondre » et tout le monde a pu lire qu’il racontait sa vie dans le détail à la chef.
Hier, par hasard, je fais un compliment sur une déco à la chef. D’un coup son visage s’est illuminé et elle a fait preuve d’enthousiasme. J’ai même été triste pour elle, parce que c’est quand même beaucoup de fragilité d’être ainsi en demande narcissique.

L’analogie avec les sports d’équipe est pertinente. La sociabilité est bien un sport collectif.
--
lulamae a écrit :
vendredi 3 juillet 2020 à 19:23
J'apprends aussi avec la neuropsy à formuler des demandes, ou offres, propositions, plutôt que des reproches ou griefs, et j'essaie de m'en souvenir, quand par exception j'ai envie de proposer ma présence à d'autres personnes. :mryellow:
C’est le principe de la communication non-verbale. Plutôt que d’être frustré, il faut exprimer ce dont on a besoin. Ça marche avec les personnes de bonne volonté.
Pour mes collègues, par exemple, eh bien, ça ne passera pas. Je ne sais pas si tu te rappelles que je ne peux pas tenir debout, au sens propre, et que ça empire quand il y a du bruit. Imagine une salle des profs à la récré. Une collègue de ma discipline reste debout devant la machine à café et, chaque fois qu’une autre collègue de lettres passe, a un truc à lui dire. Il m’est arrivé plein de fois, cette année, que trois ou quatre personnes de l’équipe soient debout en train de parler tandis que je suis assise sur les fauteuils à quelques mètre. Une fois ou deux, j’ai amené une chaise et je l’ai posée au milieu parce que j’avais entendu de loin qu’elles parlaient bac blanc.

@Petitnuage : Oui, il faudra que ta collègue en parle au moment de la sortie. Ce serait plus correct.

@Curioser : Ça a l’air intéressant (en plus c’est un auteur dont j’ai entendu parler mais que je n’ai jamais lu), je vais voir si je peux le trouver sur liseuse. Là je suis dans la série Fils des brumes, et j’en ai encore pour un moment vu ma vitesse de lecture…

--
apache a écrit :
vendredi 3 juillet 2020 à 22:29
Mais dans les situations que tu décris, j'ai surtout l'impression que ces personnes ne savent pas comment interagir avec toi. Donc elles font en sorte d'éviter le contact, pour ne pas t'embarrasser ou être embarrassées elles-mêmes.
Oui, il doit y avoir de ça. En plus, ça doit être vraiment pénible d’intéragir avec quelqu’un qui a tout moment peut mettre en lumière tes erreurs alors que tu recherches du plaisir narcissique dans la relation à autrui
* mode blague on * : Peut-être qu’il faudrait créer un fil « les trois compliments de la semaine », comme un défi qu’on se donnerait pour satisfaire au narcissisme des autres.

--
Glaciell a écrit :
samedi 4 juillet 2020 à 1:01

Il y a aussi les gens qui supposent à ta place que tu t'ennuies parce que tu es un peu en retrait et qui ne te proposent plus parce qu'ils concluent que tu n'as pas envie. Ça m'est arrivé plusieurs fois et ça me blesse beaucoup. Je suppose que ça ne part pas d'un mauvais sentiment, mais bon...
Même chose pour moi. Je crois qu’il faut que j’apprenne à oraliser (à défaut d’avoir les bons signaux non-verbaux pendant la soiré/sortie) que ça m’a fait plaisir d'y être invitée en me forçant à sourire à ce moment-là.
D'ailleurs, je viens d’observer il y a peu que l’usage, après avoir été reçu chez quelqu’un, était d’envoyer un sms de remerciement très peu de temps après (en plus des remerciements oraux). Combien de fois m'a-t-on reproché de ne pas l'avoir fait ?
TSA (diag en novembre 2019)

Avatar du membre
PetitNuage
Forcené
Messages : 820
Enregistré le : samedi 28 avril 2018 à 16:37

Re: Vous aussi, vous souffrez du syndrome d'invisibilité ?

#24 Message par PetitNuage » samedi 4 juillet 2020 à 9:09

apache a écrit :
vendredi 3 juillet 2020 à 22:29
Pour ma part, j'ai plutôt le problème "inverse" : c'est moi qui ai tendance à zapper les gens, les politesses, oublier de répondre aux messages, etc. :oops:
Soit je n'y pense pas spontanément, soit c'est parce que j'ai un doute sur l'attitude à adopter.
J'avoue que c'est aussi un problème pour moi.
Spoiler : 
Quand j'entre à l'école, à gauche il y a le bureau de la directrice et à droite le périscolaire.
Si j'aperçois quelqu'un je dis un vague bonjour. Mais si je vois qu'ils ne regardent pas dans ma direction, je passe mon chemin.

Lorsque j'entre au CMP, j'essaie de dire bonjour à la secrétaire car on passe devant son bureau.
Mais souvent, une fois le bureau passé, quand je suis dans le couloir, je fais une sorte de "grimace" de décompression.
Comme si cela m'avait demandé un effort surhumain qu'il fallait que je compense...
Cela m'a intrigué pendant des années car je ne comprenais pas ce besoin étrange ...

Ma psy pense, depuis qu'elle a découvert le syndrome d'Asperger, que je pourrais être Aspie.
Dossier envoyé au CRA. Délai d'attente annoncé 2 ans :roll: .

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 4114
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: Vous aussi, vous souffrez du syndrome d'invisibilité ?

#25 Message par lulamae » samedi 4 juillet 2020 à 9:28

Loner a écrit :
samedi 4 juillet 2020 à 0:29
C'etait mon lot pendant de nombreuses années alors que je me rendais à des soirées..
J'etais proche des gens mais terriblement à distance...Et encore aujourd'hui lors d'echange informels au boulot. J'ai décidé de ne plus faire attention...
Ce n est pas que je sois invisible, c'est juste que j'ai du mal à me greffer aux conversations..
C'est compliqué de savoir à quel moment entrer dans la conversation et comment : est-ce qu'on doit dire quelque chose sur le fait qu'on va dire quelque chose ? Est-ce qu'on se jette à l'eau, quitte à interrompre des gens ? Mais si on est avec des personnes affirmées, on peut attendre longtemps...
Diagnostic d'autisme juillet 2019.

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 4114
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: Vous aussi, vous souffrez du syndrome d'invisibilité ?

#26 Message par lulamae » samedi 4 juillet 2020 à 9:42

mrl a écrit :
samedi 4 juillet 2020 à 8:06
Merci à tous pour vous messages. J’essaie de répondre à tous, en espérant n’oublier personne (ce serait le comble sur un fil sur l’invisibilité).
Lulamae, d’ailleurs, je ne veux plus jamais te voir dormir ! C'est trop flippant :sick: :sick: :sick:
(je préfère la danseuse)
J'ai édité en enlevant l'image, pardon !
mrl a écrit : Oui, c’est mon cas aussi. Il faut sans doute que j’apprenne à couper la parole aux gens qui discutent. (alors que moi, quand je vois quelqu’un arriver, je m’interromps pour lui signifier que je l’ai vu).
Je me demande si les gens prennent le plus mal le fait qu'on écoute timidement sans participer, ou qu'on intervienne sans savoir socialement en quelque sorte demander la parole, ou s'assurer qu'on le fait quand les autres sont d'accord pour qu'on le fasse. Je suis longtemps passée pour une personne très sûre d'elle, parce que je ne savais pas observer les attitudes de ceux qui parlaient. Si tu ajoutes le fait de mettre les gens en difficulté parce que tu pointes une imprécision, c'est difficile de trouver sa place. Je ne sais pas s'il y a un remède à ça quand il ne se trouve pas dans les collègues une ou des personnes inclusives.
mrl a écrit :
lulamae a écrit :
vendredi 3 juillet 2020 à 19:23
J'apprends aussi avec la neuropsy à formuler des demandes, ou offres, propositions, plutôt que des reproches ou griefs, et j'essaie de m'en souvenir, quand par exception j'ai envie de proposer ma présence à d'autres personnes. :mryellow:
C’est le principe de la communication non-verbale. Plutôt que d’être frustré, il faut exprimer ce dont on a besoin. Ça marche avec les personnes de bonne volonté. (pour moi, il s'agit plutôt de verbaliser l'explicite, non ?)
Pour mes collègues, par exemple, eh bien, ça ne passera pas. Je ne sais pas si tu te rappelles que je ne peux pas tenir debout, au sens propre, et que ça empire quand il y a du bruit. Imagine une salle des profs à la récré. Une collègue de ma discipline reste debout devant la machine à café et, chaque fois qu’une autre collègue de lettres passe, a un truc à lui dire. Il m’est arrivé plein de fois, cette année, que trois ou quatre personnes de l’équipe soient debout en train de parler tandis que je suis assise sur les fauteuils à quelques mètre. Une fois ou deux, j’ai amené une chaise et je l’ai posée au milieu parce que j’avais entendu de loin qu’elles parlaient bac blanc.
Je comprends mieux la situation : je me demandais pourquoi tu te forçais à rester debout. Même là, je me demande si ça te pose problème parce que tu attends qu'elles aient fini pour prendre un café, ou parce que tu voudrais les suivre mais préférerais rester assise. J'essaie de décoder la situation, et ce n'est pas facile : effectivement, je ne comprends pas très bien pourquoi elles restent debout toute la pause devant la machine...
Pour la satisfaction à recevoir un compliment, je le comprends plus facilement, et ça ne me gêne pas de faire plaisir une fois de temps en temps en ce sens, sinon qu'il n'est pas facile d'inventer un compliment quand on n'y pense pas. Je préfère remarquer des choses, le résultat d'un travail par exemple, ou un détail particulier. En revanche, il vaut mieux ne pas me faire de compliment, ça m'embarrasse, je ne sais pas comment réagir en disant simplement merci.
Mais bon, c'est le travail, je ne me vois pas expliquer les tenants et les aboutissants de certaines de mes réactions surprenantes (quand je comprends que j'en ai eu une, parce que souvent je ne percute pas du tout), je me fais une raison que c'est mon lot de paraître bizarre et parfois "pas sympa". Tant pis... Je souhaiterais seulement que les gens me disent quand je les ai blessés, parce que je n'aime pas faire du mal, et dans ces cas, j'aimerais pouvoir expliquer. :innocent:
Diagnostic d'autisme juillet 2019.

Avatar du membre
mrl
Passionné
Messages : 383
Enregistré le : mardi 2 avril 2019 à 16:41
Localisation : Lyon

Re: Vous aussi, vous souffrez du syndrome d'invisibilité ?

#27 Message par mrl » samedi 4 juillet 2020 à 10:02

En fait, pour les collègues, je voudrais juste être incluse dans le groupe (même si je ne dis quasiment rien) et là, de facto, dans les cas où le groupe reste debout, je suis exclue. Surtout que ma salle est proche de la salle des profs et que je suis déjà assise quand les autres collègues de lettres arrivent.
Mais je sens bien qu'on pense que je fais la gueule car je reste assise dans mon coin.
TSA (diag en novembre 2019)

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 4114
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: Vous aussi, vous souffrez du syndrome d'invisibilité ?

#28 Message par lulamae » samedi 4 juillet 2020 à 10:08

mrl a écrit :
samedi 4 juillet 2020 à 10:02
En fait, pour les collègues, je voudrais juste être incluse dans le groupe (même si je ne dis quasiment rien) et là, de facto, dans les cas où le groupe reste debout, je suis exclue. Surtout que ma salle est proche de la salle des profs et que je suis déjà assise quand les autres collègues de lettres arrivent.
Mais je sens bien qu'on pense que je fais la gueule car je reste assise dans mon coin.
Tes collègues savent bien donc que tu ne peux pas rester debout ? Il n'y a pas une collègue plus sympa et ouverte à qui tu pourrais carrément poser la question, en disant que tu ne restes pas volontairement à l'écart, et en demandant si elles peuvent venir s'assoir avec toi ?
Diagnostic d'autisme juillet 2019.

Avatar du membre
mrl
Passionné
Messages : 383
Enregistré le : mardi 2 avril 2019 à 16:41
Localisation : Lyon

Re: Vous aussi, vous souffrez du syndrome d'invisibilité ?

#29 Message par mrl » samedi 4 juillet 2020 à 10:25

lulamae a écrit :
samedi 4 juillet 2020 à 10:08
mrl a écrit :
samedi 4 juillet 2020 à 10:02
En fait, pour les collègues, je voudrais juste être incluse dans le groupe (même si je ne dis quasiment rien) et là, de facto, dans les cas où le groupe reste debout, je suis exclue. Surtout que ma salle est proche de la salle des profs et que je suis déjà assise quand les autres collègues de lettres arrivent.
Mais je sens bien qu'on pense que je fais la gueule car je reste assise dans mon coin.
Tes collègues savent bien donc que tu ne peux pas rester debout ? Il n'y a pas une collègue plus sympa et ouverte à qui tu pourrais carrément poser la question, en disant que tu ne restes pas volontairement à l'écart, et en demandant si elles peuvent venir s'assoir avec toi ?
Je sais, pour changer de "j'apporte ma chaise" au milieu d'elles qui sont debout, je vais envoyer des textos : " Et, les filles, vous vous rappelez que je dois rester assise !" :lol: :lol: :lol: (Ah ! les plaisirs de l'imagination...)
En fait, il y avait une collègue inclusive, mais elle est partie à la retraite il y a un an, et depuis c'est de mal en pis.

Je crois qu'à la rentrée je vais faire un topo sur mon handicap invisible (le problème d'équilibre, pas l'autre).
TSA (diag en novembre 2019)

Avatar du membre
mathieu frank
Adepte
Messages : 270
Enregistré le : samedi 29 septembre 2018 à 12:06
Localisation : landes

Re: Vous aussi, vous souffrez du syndrome d'invisibilité ?

#30 Message par mathieu frank » samedi 4 juillet 2020 à 12:36

pour moi les relations humaines sont basées sur la satisfaction d intérêt mutuels
comme l on apporte pas la ou les réactions souhaitées par les autres on passe vite a la trappe
tsa confirmé psychiatre libéral et comorbidités

Répondre