Pour parler des libertés numériques, ici !

Pour les gens qui ont simplement envie de discuter sans souhaiter faire passer d'information particulière.
Message
Auteur
Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 22520
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Pour parler des libertés numériques, ici !

#961 Message par Tugdual » mercredi 11 septembre 2019 à 9:49

Ce n’est pas que nous n’avons pas réussi à tenir Facebook et Google en laisse :
Bilan le 24/09/2014 : TCS = trouble de la communication sociale.

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 26600
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Pour parler des libertés numériques, ici !

#962 Message par freeshost » samedi 14 septembre 2019 à 14:02

Mémoires vives, l'histoire d'Edward Snowden par Edward Snowden
Spoiler : 
Qualifié de héros, de traître ou d’espion selon qui parle, Edward Snowden a incontestablement marqué l’histoire récente avec ses révélations sur l’espionnage mis en place par le gouvernement des États-Unis. Il raconte tout dans un livre à paraître.

En 2013 éclatait un scandale qui allait changer la face du web pour toujours. Edward Snowden, un contractuel gouvernemental, rendait publics le 5 juin des milliers de documents mettant en lumière un système d'espionnage mondial orchestré par l'Agence nationale de sécurité nord-américaine (NSA). PRISM, Bullrun, XKeyscore : ces termes abscons n'allaient pas tarder à faire les gros titres et le tour de la planète, dévoilant au grand public toute l'étendue du pouvoir US sur l'Internet mondial.

Cette histoire, que tout le monde ou presque connaît, est de nouveau retracée dans un ouvrage écrit par Snowden lui-même, Mémoires vives, qui sortira le 19 septembre en France. Le journal Le Monde, qui a enquêté sur la façon dont la NSA ciblait des personnalités françaises, publie les bonnes feuilles de ce qui s'annonce à mi-chemin entre un roman policier et un ouvrage historique d'importance.

“Nous tous étions trop naïfs”

La scène est posée d'entrée de jeu avec un Edward Snowden qui regrette de ne pas avoir vu plus tôt ce qui “aurait dû (lui) sauter aux yeux”, cette infrastructure qui ne laissait pas de doute sur le fait que “le gouvernement se livrerait à la surveillance de masse”. La faute aux autorités qui traitaient toutes celles et tous ceux qui osaient émettre des doutes comme des “junkies complotistes”. Le signal d'alarme avait pourtant déjà été tiré avant l'affaire Snowden.

En 2003, un lanceur d'alerte chez AT&T avait pointé du doigt la NSA et son système de surveillance du net. Aux États-Unis, l'Electronic Frontier Foundation (EFF) était à l'époque montée au créneau en attaquant l'administration Bush Junior en justice. Quelques années plus tard, en France, La Quadrature du Net tentait aussi de sensibiliser l'opinion publique aux risques d'un “Internet centralisé” dans les mains des grandes entreprises étasuniennes, soit plus d'une décennie avant la prise de conscience actuelle.

Des secrets gardés de tous

Mais il était à l'époque difficile pour Snowden d'envisager que “les autorités dissimuleraient (…) des secrets à leurs propres gardiens du secret”. Pour celui qui travaillait déjà dans le secteur du renseignement depuis 2004 et qui passera par la CIA et la NSA, impossible de “concevoir ce qui était pourtant manifeste”. Il faudra attendre 2009 et son affectation à Tokyo pour qu'il commence à prendre conscience de l'ampleur du problème. Pour autant, ce n'est qu'en 2012 que l'aventure telle qu'on la connaît commence vraiment.

Installé à Hawai, “un endroit important pour les communications américaines”, Edward Snowden devient administrateur système SharePoint, du nom de ce logiciel de Microsoft qui permet de gérer au niveau d'une société des documents, messages, formulaires, etc. Et quand cette société est la NSA, la teneur des documents est alors sensible. Les soupçons que Snowden traîne depuis 2009 sont rapidement confirmés et se met alors en branle l'une des plus grandes entreprises d'exfiltration d'informations secret-défense que le gouvernement américain ait jamais connues.

Spy vs spy

Dès lors, le jeune geek discret (et francophone) se métamorphose en personnage de cinéma. Sans “coucher sur le papier la manière précise dont j’ai fait ma propre copie et mon propre cryptage – pour que la NSA soit encore debout demain matin”, Snowden raconte tout de même la méthode employée pour faire sortir les documents top-secret de l'enceinte du bâtiment hyper sécurisé. Une méthode rendue célèbre par le film Snowden d'Oliver Stone : le Rubik's Cube.

Légèrement romancée dans le long-métrage, l'échappée de Snowden a malgré tout été rendue possible grâce au Rubik's Cube qui lui permettait de “maîtriser (s)on angoisse”. Une angoisse très bien racontée au moment où il décrit l'opération de transfert de fichiers en elle-même : “Tandis que la barre se remplissait jusqu’à atteindre l’immense soulagement des ‘100 %, tous les fichiers ont été copiés’, j’étais en nage, je voyais des ombres partout, j’entendais des pas venir des moindres recoins.” Plusieurs cartes micro-SD seront exfiltrées par Edward Snowden, parfois dans ses chaussettes, parfois même dans ses joues “afin de pouvoir l’avaler si nécessaire”.

La fuite

Même chez lui, l'auteur raconte ne pas s'être senti en sécurité, “inquiet à l’idée que ma maison soit sur écoute”. Une saine paranoïa dont on peut voir un extrait cette fois-ci dans l'excellent documentaire Citizenfour de Laura Poitras qui montre le lanceur d'alerte se draper d'une couverture au moment d'entrer le mot de passe de son ordinateur.

S'ensuit le récit de la fuite avortée de Snowden, condamné à rester en exil en Russie plutôt que d'y faire une simple escale, la faute au gouvernement des États-Unis qui a invalidé le passeport de celui qui sera rapidement inculpé “d'espionnage”. L'auteur raconte tout de même avoir “demandé l’asile politique à un total de 27 pays”, dont la France qui a rejeté sa demande par deux fois.

Source : Le Monde
Read also in English :

- In Edward Snowden’s New Memoir, the Disclosures This Time Are Personal,
- The man whose state surveillance revelations rocked the world speaks exclusively to the Guardian about his new life and concerns for the future.
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 26600
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Pour parler des libertés numériques, ici !

#963 Message par freeshost » samedi 14 septembre 2019 à 15:00

Firefox propose de tester son service VPN maison.
Mozilla, qui envisage des services payants pour son navigateur web, lance un réseau virtuel privé à l’essai aux États-Unis.

«La troisième fois est la bonne», écrit Mozilla dans un billet de blog annonçant le retour de Test Pilot. Lancé en 2009, puis une deuxième fois il y a trois ans, ce programme, qui permet de tester des fonctionnalités expérimentales du navigateur web Firefox, avait été fermé une nouvelle fois en janvier dernier. Il est de retour depuis mardi et inaugure au passage un nouveau service: un VPN maison.

Baptisé Firefox Private Network, ce réseau privé virtuel permet de chiffrer et sécuriser la connexion au web et les données personnelles en cachant notamment la véritable adresse IP de l’internaute. Cet outil, particulièrement utile lorsqu’on se connecte sur un wi-fi public, se présente comme une extension pour le navigateur Firefox. Il est actuellement en test gratuit, à condition d’habiter aux États-Unis.

À terme, ce service complémentaire sera facturé, mais Mozilla n’indique pour le moment pas d’échéance. La fondation a en effet indiqué, peu avant l’été, son intention de proposer des contenus additionnels payants pour son logiciel de navigation sur la base d’un abonnement. Un éventuel service de stockage dans le cloud avait à l’époque également été évoqué.
Site officiel
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Répondre