[Index] Rêves dirigés, lucides

Pour les gens qui ont simplement envie de discuter sans souhaiter faire passer d'information particulière.
Message
Auteur
Avatar du membre
Niejcas
Forcené
Messages : 618
Enregistré le : mardi 8 avril 2014 à 18:14
Localisation : Paris 12

Re: Rêves dirigés

#61 Message par Niejcas » vendredi 29 août 2014 à 21:26

J'en avais parlé, mais comme c'est un peu long je n'avais pas encore pris le temps de le faire :
Mi-2011 et début 2012, j'ai eu une assez longue hospitalisation avec traitements antidep et anxio réguliers qui ont sans doute eu leur part de responsabilité dans les suites de rêve que je vais raconter. Il y aura de l'émotion, de l'action, du suspens et même du sexe !


Image <- ça c'est pour mes fautes d'orthographes et ma conjugaison, tellement que c'est violent.

Ça a commencé progressivement, à l'hôpital. Je sentais quelque chose d'étrange dans mes rêves et eux-mêmes étaient de plus en plus inhabituels.
Comme ce rêve où l'espace d'une grande salle où je me déplaçais ne correspondait pas avec la réalité que je pouvais toucher. Mes deux sens ne me renvoyaient pas la même réalité et il me fallait intellectualiser leur manque de concordance pour me déplacer sans trop de mal. Il y avait donc des meubles et des murs invisibles et d'autre à travers lesquels je pouvais passer. Et je finissais par m'endormir sur un bout de meuble qui était en fait un lit invisible, donc. Je considérais être fatigué, atteint d'une forme de fatigue oculaire qui me donnait l'impression de voir mes mains sous une forme proche d'un kaléidoscope. Je sais pas ce qu'ils mettent dans les médocs mais ça a l'air bon.

Puis est effectivement arrivé le moment où il me semblait que j'étais de plus en plus conscient d'être dans un rêve, de pouvoir me concentrer et agir dessus et d'en garder des souvenirs concrets à mon réveil.
Allez savoir pourquoi, mon premier réflexe a été de vouloir changer les couleurs de mon environnements. Non pas changer l'environnement directement, mais mon regard sur lui. Le voir différemment. Il était donc tout à fait logique et naturel de me faire une vision thermique façon Predator. Pas vous ? Ha bon. Sauf que ça a fini par partir en vrille quand un Predator apparait face à moi et m'a enfoncé sa lame dans le coeur. Non, je vous assure, je suis pas à fond dans les films d'action, littérature et jeux vidéo du genre :)
Il n'empêche que je sentais cette lame pénétrer en moi, en poussant mes organes internes pour se faire sa place. Ça me faisais prendre conscience de l'intérieur de mon corps au moment où j'allais mourir.

Cette sensation de rêve dirigé et de conscience, je l'ai plus vécu comme une impression de conscience. Ma capacité à modifier mes rêves comme une impression de capacité à modifier.
Je pense ça de ce que j'ai vécu car au final, quand j'ai commencé à bien maitriser la chose, je ne faisais qu'une seule chose tous les soirs : Avoir des relations sexuelles.
En même temps, vu le vide que j'ai sur ce plan depuis quelques années et la frustration à l'adolescence qui l'accompagne, je me dis que ça n'aurait rien d'étonnant d'en arriver à ça. Y compris si je me dis qu'au final ça n'est qu'une impression de capacité à contrôler mes rêves.
Je me rappelle de ce moment où je me mis à somnoler et à commencer à m'endormir. Je sentais des mains sur un côté du lit qui me poussaient, au risque de tomber de l'autre côté. Alors instinctivement, je me réveille. Puis je me rendors et les mains me poussent de nouveau. Je tombe lentement en glissant le long des draps jusqu'au sol, comme une feuille morte. Au sol, je réalise quand me relevant, je verrais sans doute qui m'a poussé. Et j'ai peur que ça soit un monstre. Je me relève quand même et je vois un chien assis sur le lit, un dobermann qui me fixe du regard. Là, je comprends que je suis dans un rêve, alors je mime une fermeture éclair sur sa tête que j'attrape pour ouvrir le chien et en faire sortir une femme. La suite c'est private.

Il y eu tout de même quelque chose d'étonnant qui se produisait dans ce genre de moment. Le sujet est un peu intime mais pas dérangeant pour moi, je pars du principe que c'est quelque chose qui arrive à tout le monde (ou qui vous arrivera bientôt un jour !). Mais si jamais vous avez moins de 18 ans ou ne voulez pas être gêné(e)s, je vous propose de vous boucher les oreilles, fermer les yeux, et de sauter par dessus le spoiler en chantonnant une mélodie. Je vous dirais après quand vous pourrez arrêter.
Spoiler : Oulalala : 
Rêver de relations sexuelles n'a rien de neuf pour personne, mais je n'avais jamais expérimenté la chose à ce niveau là de conscience. Ce fut la première fois que j'éjaculais dans mon sommeil. Très gênant à l'hôpital, mais personne n'a rien remarqué ce soir là.
Du coup, pour les soirs qui ont suivi, je faisais très attention dans mes rêves : J'avais conscience du plaisir de toucher un corps de femme, sans oublier mon propre corps dans le lit d'hôpital qui ne devait pas tâcher ses sous-vêtements alors je me retenais de trop jouir dans ces rêves.
Et ça marchait super bien !
C'est bon, arrêtez de chanter on reprend !

Puis je suis sorti de l'hôpital, à faire acte de présence au Centre d'Accueil Psychiatrique de Bastille en journée et dormir chez moi, le temps d'avoir une place dans un hôpital de jour fourre-tout qui n'a au final servi à rien sauf me faire perdre mon temps.
Mais durant la période CAP de Bastille, je dormais chez moi et les rêves ont pris une tournure vraiment terrible et c'est vraiment cette partie là que je veux vous raconter.

Il y a toujours eu trois peurs proéminentes dans mes rêves : l'obscurité, les fonds marins et l'Espace.
Toujours l'idée d'avoir peur de me perdre. Même les rêves dans lesquels je vole sont angoissants car j'y passe mon temps à me concentrer pour ne pas voler trop haut et risquer de me perdre dans l'espace sans possibilité de retour sur la terre ferme.
Avec l'eau, c'est la peur de voir surgir un monstre marin, comme un brouillard très dense et obscur d'où tout pourrait surgir. Et l'obscurité en tant que telle : l'impression d'être observé par quelqu'un ou quelque chose avec aussi l'impression qu'on va me sauter dessus. Mais l'observation est déjà très angoissante.

1) Apprivoisement
Tous les soirs durant deux semaines : le même rêve qui s'interrompt, puis reprend. Je passe mes nuits à me réveiller constamment et n'avoir souvenir que d'un seul rêve insistant.
Dans ce rêve, l'impression d'avoir du contrôle est toujours présente, mais je perds la sensation de conscience d'un rêve. Et pour cause : je ne me crois pas dans un rêve car je suis allongé dans mon lit dans mon studio. La seule différence, c'est l'obscurité qui me parait plus dense, plus menaçante. Alors dans mon lit, l'angoisse monte et la panique lui succède : je ne me sens pas seul, on m'observe. J'essaie de crier mais ma gorge ne laisse rien sortir. Je me sens tétanisé. Je finis par crier, ce qui me réveille vraiment et je réalise que je rêvais d'être allongé dans mon studio à l'endroit même où je me réveille. L'obscurité est de nouveau normal, je me calme, mon chat est descendu du lit quand j'ai crié et sursauté. Je pense aux voisins...
Puis je me rendors. Rebelote. Plusieurs fois par nuit pendant plusieurs jours.
Sauf que parfois je ne crie plus, je finis par comprendre que ça n'est plus mon studio mais un rêve. Alors je tente de tenir tête à l'angoisse mais c'est très difficile. Parfois je me force à me basculer de gauche à droite dans le lit pour espérer me réveiller. Ça marche. Mais tout ça pour quoi ? Me rendormir et me retrouver encore et toujours au même endroit.

L'angoisse se fait moins paralysante, je sens toujours la présence de quelque chose. Je me mets à parler dans le vide à ce quelque chose. Ou quelqu'un.
Parfois je peux vraiment bouger et me mets en tailleur sur le lit, attendant qu'on vienne à moi. Je ne me lève jamais, je reste sur le lit. L'obscurité est encore trop dense.
Une fois, le poste de télé sensé être sur le meuble au pied du lit (glandage suprême) n'est pas là, remplacé par un poste de radio allumé et beaucoup de parasite. On dirait une communication radio en tant de guerre. Et on me donne une mission : "Tu dois trouver quelqu'un".
Qui ? Pourquoi ?
Un homme ? Une femme ?
Lui parler ? L'aider ? Le tuer ?
Tout ça à la fois ?

Entre temps, je cogite la journée au CAP de Bastille. Et j'attends la nuit suivante.

2) Contact
Quand je n'ai pas grandi en Afrique, j'étais en Vendée. La maison qu'on y avait représente donc une part de mon enfance. Mes parents sont toujours dans la même commune mais on déménagé et d'autres gens habitent notre ancienne maison, ce qui me fait une sensation bizarre. Et cette première maison m'apparait souvent en rêve, forcément.

Je suis donc dans la salle de bain, debout sur la baignoire à regarder par la petite fenêtre. J'ai entendu quelqu'un crier au loin dans la nuit. Comme un combat.
Je laisse tomber et me dirige dans ma chambre, en me balançant comme un singe à des branches qui n'existent pas. Ma chambre est dans le noir et je constate que la lumière ne fonctionne pas. Je comprends donc que je n'y suis pas seul et commence à m'adresser à qui peut m'entendre. En sentant un courant d'air, je vois la fenêtre de ma chambre ouverte. Depuis le premier étage, j'ai une vue sur le rond point devant chez moi. Il fait nuit et il n'y a personne. Mais une branche de Pin rentrent par ma fenêtre. Normalement il n'y a pas d'arbre devant ma fenêtre. Je la repousse dehors et je dois me retrouver avec un peu de sève sur les mains parce que ça colle.

Je parle encore tout seul pour amener "l'autre" à entrer en contact. L'obscurité devient de plus en plus dense. Je n'ai pas la sensation que quelque chose approche, disons plutôt que quelque chose s'apprête à prendre la parole. Je me retrouve dans le noir complet, je décide donc de fermer les yeux.
Un tremblement se fait sentir, s'amplifie et devient un grondement puis un tremblement de terre. Je le crois accompagné d'un son angoissant dont je ne me rappelle plus bien et demande ouvertement d'arrêter ce son, sans me sentir encore trop paniqué.
Je rouvre alors les yeux et vois une silhouette floue en face de moi dans le noir et le tremblement. Ce dernier semble se faire progressivement oublier à mesure que la silhouette se précise. Enfin ce quelqu'un que je devais trouver ? Je fais mine de tendre mes bras pour l'accueillir. Je m'en doutais un peu mais ce quelqu'un, c'est juste un reflet dans un grand miroir. Car je ne suis plus dans ma chambre mais plutôt dans une assez vaste salle de gym comme j'en avais eu au collège. Un miroir recouvre la totalité du mur qui me fait face. Je crois distinguer quelqu'un dans l'ombre dans un coin à droite mais en attendant, ce reflet m'intrigue plus.

Je contrôle mon corps, mais pas ma position. Je me mets à glisser sur le sol sur une trajectoire en cercle sans aucun contrôle. Une boucle. Une voix résonne pour me dire quelque chose comme "Il n'y a aucun chemin".
Plutôt confiant malgré l'ambiance pesante depuis le début du rêve et les semaines précédentes, je me mets à faire quelque chose de très TRÈS récurrent dans la plupart de mes rêves depuis l'enfance : je cours en félin. D'ordinaire, les gens dans mes rêves se moquent de moi quand je fais ça. Mais là, ça me permet de me détacher de cette boucle et de foncer vers le miroir. Dans un premier temps j'ai l'impression que mon but est de le briser mais je me retrouve contre lui, sans effet. Comme je suis collé contre le miroir, j'ai l'idée de mettre mes yeux à son contact. Ils commencent à passer au travers. Puis la tête, le buste, les bras et les jambes et enfin les pieds et les mains. Le miroir reste figé mais c'est comme passer à travers de l'eau un peu froide, mais plus solide qu'un liquide. Donc il faut forcer un peu pour passer.

Une fois de l'autre côté, je suis dans un terrain vague, toujours en pleine nuit. Je constate en me retournant que les murs du gymnase sont entièrement transparents de ce côté-ci. La personne que j'avais vu dans l'ombre est toujours là, à l'extérieur du gymnase sur un autre côté que le mien. Il est habillé dans des vêtements qui cachent son visage dans l'ombre. Comme la capuche d'un manteau.
En me dirigeant vers lui, il se met à courir pour me fuir. Je lui cours après et il prend la posture du félin pour me distancer. Je le fais aussi. On dépasse le gymnase, de l'autre côté du terrain vague pour arriver dans ce qui ressemble à un de ces hôtels du bord de plage qui me rappellent Mombasa au Kenya. Il y fait toujours nuit et est désert, sans éclairage.

Pour tenter de me semer, l'étranger saute dans la piscine de l'hôtel. Et dans mes rêves, je crains l'eau. Voler me fait peur mais ça aurait été la seule solution. Je ne peux pas y aller et faire le tour serait trop long. Il sort de l'eau et s'apprête à courir de nouveau. Alors je l'interpelle.
"Tu n'es pas tout seul !"
Finalement il hésite à partir, il m'a entendu. Alors je cris encore.
"Je suis avec toi !"
Spoiler :  : 
J'ai déjà raconté tout ces rêves à ma psy. Mais ce passage me fait toujours monter les larmes aux yeux.
Dos à moi, je sais qu'il m'a écouté. Je me dis que je vais pouvoir le rejoindre alors je longe la piscine mais il se remet à courir et s'enfuit.

3) Retour
Je me réveille dans le lit de mon studio. Je sors tout juste de ce rêve que je commence déjà à essayer de me remémorer ce qu'il s'y est produit.
Mon PC allumé la nuit fait une petite lumière qui projette des ombres portées sur le mur à ma gauche. Tout en faisant une synthèse de ce rêve, je reste allongé et joue avec mes mains et les ombres sur ce mur. J'ai l'impression d'y voir des visages. Ou plusieurs face d'un même visage, peut être. Tout est trop imbriqué pour s'en faire une idée claire.
Je commence à pleurer en repensant à ce que je lui ai dis. À ce seul contact direct que j'ai eu avec lui.
Puis sous la couverture dans mon lit, je sens deux cartes dans la poche gauche de mon pantalon. Je fouille et y trouve ma Navigo et la carte d'accès à mon travail. Je ne comprends pas. Pourquoi dans ma poche ? Et pourquoi en pantalon dans mon lit ?
Je me réveille vraiment. Là, je suis bien en boxer et tee-shirt. Il est 6 heures du matin et je suis bien de retour.

Ce rêve m'aura travaillé toute la journée. Difficile de faire autrement.
En rentrant le soir, j'en écris sur mon ordi un peu tout les souvenirs qui me passent par la tête. Histoire ne pas oublier. Et pendant que j'écris, je pense au fait que rien ne me dit qu'il n'y aura pas de suite ce soir là. Et je me dis aussi que le fait d'écrire pourrait contrarier quelque chose en moi qui mettrait un terme à ces rêves. Ce fut bien le cas. Silence radio.

Ma psy m'a apporté une autre possibilité, finalement plus viable : Ça n'est pas parce que je les ai écris que mes rêves se seraient arrêtés mais peut être justement parce que mes rêves n'avaient rien de plus à me dire que j'ai spontanément commencé à en écrire une synthèse ce soir là.

J'ai toujours fais des rêves bizarres depuis l'enfance. Mais pas à ce point là. Et ils n'ont plus une telle redondance et une telle sensation de communication directe comme à cette époque de mon hospitalisation. Mais je leur accorde toujours une grande importance quand j'en garde un souvenir au réveil. Mais il est difficile de savoir bien les interpréter.
Il est bien difficile de se comprendre soit-même.
« How small a thought it takes to fill a whole life »

Entretien pré-diagnostic le 15 Mai 2014.
Diagnostic les 8 et 9 Octobre 2014.
Bilan le 4 décembre 2014.
TSA / HQI confirmé.

Avatar du membre
G.O.B.
Forcené
Messages : 7724
Enregistré le : vendredi 27 décembre 2013 à 22:07

Re: Rêves dirigés

#62 Message par G.O.B. » vendredi 30 janvier 2015 à 18:18

Pourquoi certains arrivent à contrôler leurs rêves (et d'autres non) - Sciences et Avenir - 29/01/2015

Des chercheurs allemands viennent de découvrir l'existence d'une zone cérébrale anormalement développée chez les "rêveurs lucides". (...)
F84.5 | Things go wrong so that you appreciate them when they're right, you believe lies so you eventually learn to trust no one but yourself, and sometimes good things fall apart so better things can fall together.

Avatar du membre
4sp3rg
Fidèle
Messages : 137
Enregistré le : mardi 13 janvier 2015 à 14:57

Re: Rêves dirigés

#63 Message par 4sp3rg » vendredi 30 janvier 2015 à 19:16

Oui assez sympa cette notion de rêves lucides.

J'ai eu plusieurs rêves conscients et surtout des cauchemar avec sifflements dans l'oreille et je me rend compte alors que je suis dans un rêve et j'essaye de me réveiller, je me réveille alors MAIS l'arnaque je suis encore dans le rêve et je me met dés lors a me concentrer de plus en plus sur mes yeux ou essayer de bouger mes mains et réfléchir comment bouger pour de bon et ne pas me faire avoir et rester dans le rêve. Ce rêve a duré une bonne période et il arrive de temps en temps et dés que j'entend les sifflement et comme un acouphène je comprend que c'est un rêve. Par contre j'ai peu dirigé des rêves MAIS je l'ai fais et je me garde des détails :mryellow: :mryellow: disons privés.

Sinon je me demande de l'impact des rêves sur nos sens, hormones (dopamines ..etc) car si on on éjacule dans un rêve, c'est le cas dans la réalité, car le corps apporte une réponse physiologique a la stimulation uniquement mentale? C'est assez troublant de voir que la réalité et le rêve peuvent se croiser.
Intelligence is the ability to adapt to change.
Stephen Hawking

Avatar du membre
Anarchy
Fidèle
Messages : 109
Enregistré le : mercredi 16 décembre 2015 à 12:59

[Intérêts] Rêves lucides.

#64 Message par Anarchy » dimanche 29 mai 2016 à 13:07

Bonjour tout le monde, je voudrais partager un sujet -voir, une expérience- qui me tient réellement à coeur.
Bref, entrons dans le vif du sujet !

Qu'est-ce qu'un rêve lucide ?

En gros, c'est un rêve où le rêveur prend partiellement ou pleinement conscience qu'il rêve. Une fois cela fait, il peut prendre contrôle du rêve ou dialoguer avec son inconscient.
Il existe 4 niveaux de rêve (selon une vidéo du Top5 dont je donne le lien tout en bas, ces niveau peuvent être légèrement différent d'une personne à l'autre) :
Le niveau 0: Rêve normal, le rêveur n'est pas conscient de rêver. On ne remet pas en cause la réalité, et le fait qu'il y ai eu une guerre dans votre lycée et que vous êtes artilleur ne vous choque pas le moins du monde.
Le niveau 1: On remet brièvement en cause la réalité, mais cela se dissipe rapidement en un "bof, c'est pas important".
Le niveau 2: On devient lucide pour une durée très très courte. Mais le fait de devenir lucide nous excite tellement qu'on perd tout de suite la lucidité en passant à un autre rêve ou en se réveillant.
Le niveau 3: On est lucide pour une période plus ou moins longue, mais on ne réalise pas qu'on est dans un rêve et que rien n'est réel. On essayera par exemple de convaincre les gens qu'on est dans un rêve (qui bien sûr, répondront non).
Le niveau 4: On est tout à fait lucide et tout à fait conscient qu'on rêve. On ne remet plus en cause la réalité, car justement on sait qu'il n y a pas de réalité. On sait aussi que rien de ce qu'on fait n'a d'importance, et que rien n'a de conséquence.

Que peut-on faire concrètement ?

L'approche de l'amusement:
-Voler (et franchement, c'est super ! )
-Respirer sous l'eau.
-Se goinfrer.
-Avec une force mentale nécessaire manipuler son environnement. (construire tout une ville etc)
L'approche Spirituelle (que je n'ai jamais tenté):
-Stopper un cauchemar récurrent en affrontant le danger.
-Parler avec quelqu'un qui nous manque.
-Parler dans un miroir pour parler directement avec son inconscient.

Est-ce dangereux ?

Non, pas particulièrement.
Cela n'affecte en rien la qualité du sommeil et ne rend pas dépendant.
Il est dit qu'il y a un risque accrue de souffrir d'une paralysie du sommeil (lien wiki ci dessous), mais même si c'est vrai, une fois qu'on a pris conscience de la réalité de la paralysie du sommeil elle devient moins angoissante. De plus, on est plus ou moins affecté selon la personne. Moi je suis une vraie trouillarde mais j'étais sous la couette, donc j'ai pas réalisé que je pouvais pas bouger et que j'avais une hallucination auditive.
Et aussi parler avec son inconscient permet de voir des choses enfuies au fond de nous même, donc si vous culpabilisez d'un meurtre, n'allez pas vous parler à vous même.

Comment procéder ?

Il existe deux types de techniques: l'induction directe dans un rêve, et la lucidité direct dans un rêve.
Personnellement, j'utilise la première technique (rarement la première): Quand je me réveille avant mon heure de réveil prévu ( de préférence pendant un rêve), j'essaie de faire un petit quelque chose pour réveiller un peu mon esprit, comme aller boire de l'eau, puis je me rendors. Une fois dans le lit, il faut tromper son cerveau, lui faire croire qu'on s'endort alors qu'on reste conscient. Cela demande un immense effort de concentration. Petit à petit, on sent ses muscles se paralyser (à cause de l'entrée en rêve) et on démarre le rêve directement au niveau 4. Pour moi cela marche des fois sans faire l'effort de concentration.
Pour le deuxième type de technique je passe les liens à la fin du post.

Mon expérience personnelle:

Un de mes premiers rêves lucides, je sortais dans mon jardin, puis j'ai remarqué qu'il neigeait, je me suis dite "Wut, de la neige en septembre, mais je suis en train de rêver là ? AH OUI MINCE ! " Je me suis envolée tout de suite, entourée par la neige, au dessus du mur de mon jardin pour voir la petit rue devant remplie de neige, plus quel réel, puis j'étais tellement contente que j'ai perdu ma lucidité. Bref, rêve de niveau 2.
Une autre fois, dans un rêve induit après un réveil, je volais dans les airs, dans un ciel rouge/rose , et en bas, il y avait pleins d'arbres (de pins, je pense) trouvant que les arbres sont trop "piquants" j'ai transformé les feuilles en guimauve (à distance) et je voyais en direct le changement s'opérer. C'est franchement unique comme sensation.
Autre fois, dans un rêve induit lui aussi, je me suis mise à parcourir la ville en volant, le ciel ayant une limite, comme la fond d'un bidon. En promenant au dessus de la ville, j'ai trouvé un café/pâtisserie. Je suis allée voir si je pouvais ressentir le goût. J'ai essayé de prendre une fraise, ça a pas marché aucun goût, dégoûtée, j'essaie de prendre une tartelette, et là, je reconnais clairement le goût de la fraise. Je passe donc le reste de mon temps dans le rêve à me goinfrer.

Liens divers:
Techniques pour rêves lucides (Le Top5): : https://www.youtube.com/watch?v=xuq5IwiE5WU
Faits divers (Le Top5): https://www.youtube.com/watch?v=V1RtzMPQqbA
Les 5 Niveaux de lucidité (Le Top5) : https://www.youtube.com/watch?v=RlepKSKkpGo
La paralysie du sommeil: https://fr.wikipedia.org/wiki/Paralysie_du_sommeil
Liste de conseils sur les rêves lucides (J'adore les listes ! ) http://ausujet.com/Faire-des-R%C3%AAves-Lucides


Modération (Tugdual) : Message déplacé.
Présente un tableau clinique d'Autiste Asperger selon son Neurpsychologue, mais difficile d'établir un diagnostic au vu de mes capacités de compensation sociales.
Sinon, trouble anxieux généralisé.

Rem 82
Forcené
Messages : 14210
Enregistré le : dimanche 3 février 2013 à 18:48

Re: Rêves dirigés

#65 Message par Rem 82 » dimanche 29 mai 2016 à 14:34

Ahhh les rêves lucides , le seul moment ou on peut se défouler sans qu'il nous arrive quoi que ce soit ! :P

J'en fais rarement mais lorsque ca arrive ben je joue mes cartes ... et le plus pénible c'est que on a envie que ca continue mais ce n'est plus possible car on est en état de réveil ! ^^
Aspi.

Je pars d'ici :arrow:

Djinpa
Forcené
Messages : 696
Enregistré le : mercredi 18 mai 2016 à 15:13
Localisation : Bourgogne du sud

Re: Rêves dirigés

#66 Message par Djinpa » dimanche 29 mai 2016 à 17:25

waow! sujet absolument passionnant! cela m'est trop rarement arrivé de faire des rêves lucides, mais je suis bien certaine de savoir faire la différence entre un rêve "normal" et cet état-là...
ma première fois: j'avais cinq ans, je faisais un cauchemar où je marchais dans un désert glacé, une tempête de neige se levait, une congère se formait autour de moi, je ne pouvais plus marcher , je renoncais , et me sentais plonger dans la torpeur et l'anesthésie, et je mourais, ce qui m'a réveillée; après un passage aux toilettes, j'ai voulu me rendormir, et j'ai ressenti de la colère d'avoir été morte dans mon cauchemar, à cause de mon renoncement; j'ai décidé d'y retourner, et de changer la fin de l'histoire: et j'ai réussi à me rendormir, et me retrouver dans ce désert glacé juste avant le moment où la congère me faisait trébucher; j'ai alors utilisé un "outil mental" que j'ignorais posséder pour réchauffer le vent et faire fondre la neige, puis faire revenir la lumière(c'était un gris clair comme dans un brouillard épais, je distinguais à peine la glace par terre), puis faire fondre la glace par terre, et faire pousser une prairie pleine de fleurs printanières....et puis je rencontrais un énorme ours brun (pourtant je ne suis pas canadienne!),et ce n'était pas moi qui l'avais créé, qui de loin me paraissait menaçant, je suis un peu partie, puis je me suis reprise, très délibérément et consciemment, en me disant" tu viens de réussir à faire fondre la glace et ne pas mourir, alors tu es assez forte pour juste aller vérifier si il est vraiment dangereux, ou pas,et je décidais de l'approcher quand même, et en fait il me "parlait" amicalement télépathiquement sans mot tirés du francais mais juste transmettait des concepts, et me proposait son amitié: j'acceptais, et je sentais sa force chaude et puissante me renforcer, puis je continuais ma promenade, et ai décidé de l'arrêter en arrêtant ce rêve lucide, avec la phrase qui a résonné dans mes oreilles "ca suffit pour aujourd'hui". et j'ai dû plonger dans le sommeil ordinaire, car le lendemain matin, je ne me suis pas rappelé d'autres rêves; par contre , j'ai essayé les soirs suivants de refaire des rêves lucides, mais je n'ai plus retrouvé le chemin... je m'étonnes moi-même de la précision de ce souvenir qui date d'il y a 45 ans, et auquel je n'avais plus guère repensé depuis...
peut-être Aspie, en attente d'un premier rdv demandé au CRA.
premier rdv le 04/07, demande de bilans ergo/neuro en cours
Premier diag Asperger posé par un neurologue expert juillet 2016, communiqué en décembre

Avatar du membre
Anarchy
Fidèle
Messages : 109
Enregistré le : mercredi 16 décembre 2015 à 12:59

Re: Rêves dirigés

#67 Message par Anarchy » mercredi 1 juin 2016 à 2:02

Djinpa> Jamais eu de rêve lucide suite à un cauchemar, mais ça a du laisser un grand souvenir et te amrquer pour que tu t'en souviennes encore avec autant de précision.

Aujourd"hui, je me suis réveillée et me suis rendormie qu'à moitié, vers 9h, donc mon sommeil était très léger. J'ai d'abord eu un rêve lucide pas très puissant, j'arrivais à peine à m'envoler, bref, j'étais rouillé, malgré le fait que je sache que je rêve.
Mais le plus intéressant survient après.
Dans un rêve de niveau 0 (ou plutôt niveau 0.75) j'entends comme un narrateur externe en voix off qui commente ce qui se passe. J'incarne une petit fille qui se balade avec son père (pas le mien), et là, elle/je lui dit :
"Nous n'existons pas, nous sommes juste le fruit de l'imagination d'une fille, peut être sommes nous écrits sur des pages si elle décide d'écrire cette histoire, ou alors nous sommes une BD, si elle décide de nous dessiner. Si tu me demandes "où sommes nous" je pourrais te répondre Page x case x"
ET là, je reviens sur un rêve tout à fait normal.
C'est fou que malgré le fait que je ne sache pas spécifiquement que je rêve, je savais que rien n'était réel.


J'ai aussi eu une paralysie du sommeil avec hallucination auditive. Comme je savais exactement ce que c'était, j'ai pas eu peur, j'ai plutôt dis "Rho mais tais-toi" à l'hallucination. J'ai par contre galéré à sortir de la paralysie, rien ne voulait bouger, d'habitude les petits muscles genre les doigts fonctionnent bien, mais rien. Je pense que j'ai même pas déparalysé que je me suis rendormie.
Présente un tableau clinique d'Autiste Asperger selon son Neurpsychologue, mais difficile d'établir un diagnostic au vu de mes capacités de compensation sociales.
Sinon, trouble anxieux généralisé.

Avatar du membre
evolution650HBn°2
Forcené
Messages : 4322
Enregistré le : dimanche 1 décembre 2013 à 17:58

Re: Rêves dirigés

#68 Message par evolution650HBn°2 » mercredi 27 juillet 2016 à 22:42

Je remonte ce sujet, car je m'y intéresse depuis quelques temps, avec pour objectif de parvenir à faire des rêves lucides.
Je fais des tests de réalité, pour l'instant la mission est un échec.
Je tente plus ou moins pas mal de choses, et en parler ici accroit mes chances de réussite.
Ca fait vraiment envie...

https://www.web-utopia.org/La-tribu-du-reve-Les-Senois
Non-diag.
"Just another brick in the wall."

Avatar du membre
Rudy
Forcené
Messages : 1128
Enregistré le : samedi 28 mars 2015 à 18:52

Re: Rêves dirigés

#69 Message par Rudy » mercredi 27 juillet 2016 à 23:18

Je fais souvent des rêves lucides. Et je ne pense pas que ça ait à voir avec ma conscience de moi, puisque j'en fais uniquement depuis que je suis insomniaque, insomnies qui m'a l'air davantage liée.

Mais vraiment, contrairement à d'autres personnes ici, je trouve ça horrible et je déteste en faire. Dès que j'ai conscience que je rêve, c'est la catastrophe. Parce que, contrairement à d'autres je ne me dis pas "chouette, je vais pouvoir faire ce que je veux!" mais "mince, ça veut dire que tout peut arriver!" et alors, je suis prise d'angoisse, je pense à tout ce dont j'ai peur, et mes peurs font surfaces. Par exemple, je vais penser "alors un méchant clown peut apparaître!" et un méchant clown apparaît. Je sais que ça se passe parce que j'y pense, mais, je ne peux jamais m'empêcher de le faire, même si je me force. Et le problème, c'est que si je pense fort à quelque chose pour me sauver, ça n'arrive pas.

Et le peu de fois où j'essaye de le contrôler mes rêves avec des choses agréables et où j'y arrive succintement, je tombe dans la paralysie du sommeil (à demi-éveillée, donc), qui est plus que désagréable et angoissant.

Du coup, je préfère rêver, mais de façon non lucide. Ou ne pas rêver du tout.

Sinon, une de mes astuces par rapport aux cauchemars, pour éviter de le faire ou de le re-refaire en me rendormant pour ceux que ça intéresserait... j'y pense avant de dormir. Je visualise le cauchemar le plus précisément possible. Du coup, le cauchemar ne vient pas pendant que je dors. L'explication et bien.. il paraît que les rêves sont le reflet de ce à quoi on évite de penser dans la journée.
Diagnostiquée avec un TSA léger (anciennement Asperger) par un CRA.

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 29394
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Rêves dirigés

#70 Message par Tugdual » jeudi 28 juillet 2016 à 8:53

Rudy a écrit :il paraît que les rêves sont le reflet de ce à quoi on évite de penser dans la journée.
Aux dernières nouvelles, les rêves (et cauchemars) seraient
un entrainement à l'inconnu de l'avenir, préparant le corps
et l'esprit à réagir plus rapidement à de futures situations ...
TCS = trouble de la communication sociale (24/09/2014).

Avatar du membre
evolution650HBn°2
Forcené
Messages : 4322
Enregistré le : dimanche 1 décembre 2013 à 17:58

Re: Rêves dirigés

#71 Message par evolution650HBn°2 » jeudi 28 juillet 2016 à 13:47

Rudy, je ne sais pas si ça va t'aider mais mon collègue fait quasi quotidiennement des rêves lucides ; il a développé cette faculté étant enfant justement à cause de cauchemars incessants - en se rendant compte qu'il était dans un rêve, il s'est rendu compte que rien ne pouvait réellement lui arriver. Pour réussir à faire disparaitre les choses désagréables, il m'a dit fermer les yeux, dans son rêve, en comptant jusqu'à 5.
Une fois fait ou bien il parvient en effet à les faire disparaitre, ou bien il se téléporte ailleurs.

Pour les rêves, j'avais entendu (mais ça commence à dater) qu'ils étaient un mélange de tout ce qu'on a perçu tout au long de notre journée, qu'ils permettaient d'évacuer le surplus d'informations.
Non-diag.
"Just another brick in the wall."

Avatar du membre
Rudy
Forcené
Messages : 1128
Enregistré le : samedi 28 mars 2015 à 18:52

Re: Rêves dirigés

#72 Message par Rudy » jeudi 28 juillet 2016 à 15:09

Tugdual a écrit :
Rudy a écrit :il paraît que les rêves sont le reflet de ce à quoi on évite de penser dans la journée.
Aux dernières nouvelles, les rêves (et cauchemars) seraient
un entrainement à l'inconnu de l'avenir, préparant le corps
et l'esprit à réagir plus rapidement à de futures situations ...
J'avais lu ça ici:

http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2617
Dans l’état actuel des connaissances scientifiques, on peut dire que le matériel onirique offre un échantillon de notre état et de nos préoccupations : des désirs certes, mais également des peurs, des aversions, des déceptions ; des souvenirs certes, mais aussi des anticipations, des tentatives de se préparer à des éventualités heureuses ou effrayantes. Des recherches67 montrent que Robert (1866) avait raison de dire qu’on rêve de choses auxquelles on a évité de penser pendant la journée, ce qui est tout différent de la théorie de Freud qui, lui, parle de souhaits refoulés, c’est-à-dire de représentations maintenues dans l’Inconscient à cause de la censure intérieure68. Les personnes déprimées rêvent beaucoup moins souvent d’accomplissements de souhaits que d’échecs, de déficiences, de la perte d’êtres chers ou d’objets de valeur69.
Merci evolution650HBn°2, je l'essaierai la prochaine fois que ça arrive!
Diagnostiquée avec un TSA léger (anciennement Asperger) par un CRA.

Rem 82
Forcené
Messages : 14210
Enregistré le : dimanche 3 février 2013 à 18:48

Re: Rêves dirigés

#73 Message par Rem 82 » mardi 2 août 2016 à 20:52

Tiens moi mon dernier rêve lucide remonte à ce matin , et j'ai pensé à ce topic ! :lol:

Il se passait pas grand chose , je m'amusais à contrôler un caillou par exemple un peu comme dans Insaisissables avec celui qui arrête les gouttes de pluie ...

Et mon subconscient (ou inconscient bref donnez moi la différence) était plus fort que moi et quelqu'un voulait m'agresser et je cherchais un moyen de me réveiller avant de me retrouver étouffé par un ballon porte par ce bonhomme qui ne cessait de gonfler jusqu'a plusieurs dizaines de metres de diamètre et de s'écraser contre moi au sol ! :o (Et accesoirement lui aussi mais je m'en fichais il voulait me tuer ^^)

J'ai réussi à force et retour au réel avec un réveil difficile ou autrement dit un beau retour de ce second monde fascinant dans lequel je me trouve en pleine sommeil ...
Aspi.

Je pars d'ici :arrow:

Télémaque_29
Occasionnel
Messages : 28
Enregistré le : samedi 30 juillet 2016 à 9:49

Re: Rêves dirigés

#74 Message par Télémaque_29 » mardi 2 août 2016 à 22:59

Bonjour,
Je ne suis pas coutumier des rêves lucides, même si ça m'arrive de temps en temps, mais voilà plusieurs mois, au cours d'un rêve j'ai compris que je rêvais. C'est un rêve très agréable au cours duquel j'étais avec des anciens amis dont je n'ai plus souvenir et on passait de pièces en pièces dans une sorte de grande bâtisse. J'ai vérifié que je dormais en ressentant le contact du lit sur ma joue, mais je voulais rester et j'ai compris que j'avais le choix. Alors je me suis amusé à rester le plus longtemps possible avec eux puis à un moment, j'ai dit, bon maintenant il faut que je sorte. Je n'avais jamais eu ce genre de liberté dans un rêve et ne l'ai plus eu depuis ...

Sinon, une autre fois, bien avant, un rêve m'a réveillé, mais je me suis réveillé exactement entre sommeil et éveil, et j'ai assisté en direct en quelque sorte à la "production" des rêves. Cela consistait en des images qui jaillissaient d'un point unique au rythme de 3 ou 4 par seconde. Je les regardais tout en respirant fort comme quand se réveille en sursaut, et j'étais étonné de leur brièveté et de l'absence totale de lien entre elles. C'était des images fixes, complètement aléatoires, et ça n'arrêtait pas ... Cela ne s'est jamais reproduit, mais j'ai toujours eu la sensation d'avoir assisté à quelque chose d'exceptionnel ...

A + :wink:
Non diagnostiqué SA - Phobie sociale diagnostiquée

Avatar du membre
Anarchy
Fidèle
Messages : 109
Enregistré le : mercredi 16 décembre 2015 à 12:59

Re: Rêves dirigés

#75 Message par Anarchy » lundi 8 août 2016 à 1:50

Rudy> Je connaissais quelqu'un comme ça, mais qui s'y intéressait, aux rêves lucides.
Moi quand je lis des articles sur les rêves lucide, je flippe un peu, je ne sais pas trop pourquoi, peut être l'idée de me savoir dans le noir, dans mon lit.
Mais une fois en plein dans le rêve, je m'en fichais complètement.
Le quelqu'un que je connaissais, c'était le contraire: Il lisait normal les astuces, les articles, mais une fois dans le rêve, panique totale.
Je ne saurais t'expliquer comment faire pour ne plus avoir peur vu que moi même je ne sais pas pourquoi je n'ai pas peur.

Télémaque> J'ai eu un truc un peu similaire.
Quand je faisais des rêves lucides assez souvent, donc des rêves lucides de niveau 4 plus souvent, j'avais réussi à faire ça.
J'ai TOUT fait disparaître. J'étais dans du blanc. Puis j'ai voulu être dans une ville futuriste. Au lieu de m'y téléporter, j'ai vu TOUT se construire autour de moi, comme un croquis ultra rapide, puis des couleurs, des détails. C'est fou comment l'e cerveau est surpuissant, des fois.

J'ai pensé à ce topic car j'ai essayé de faire un rêve lucide cet après midi, avant de faire une sieste.
J'étais franchement fatiguée (Enfin, à vrai dire, plus stressée que fatiguée X) )et j'ai voulu faire un rêve lucide.
J'ai presque réussi, mais je n'étais pas assez fatiguée.
Je me sentais partir lentement dans le rêve, mon corps se paralyser et tout, j'avais les yeux entrouverts et je fixais mon Synthétiseur dans la pénombre de ma chambre. Un rêve a commencé, mon cousin en maillot de bain une pièce, à fleur. J'ai tout de suite capté que je rêvais, mais j'étais tellement contente que je me suis réveillée. Encore à moitié paralysé, j'ai eu la chance de pas avoir de paralysie du sommeil. J'ai poussé ma paralysie à ses limites avant de pouvoir bouger.
Je réesseyais encore une fois, encore un début de rêve, mais impossible d'y entrer complètement: Raison simple: La télé dans la chambre de mes parents était trop forte pour que j'endors assez mon corps...
Je vais leur dire d ebaisser le son, et réessaie une troisièmee fois. Cette fois-ci je suis sur un banc, j'essaie la technique de regarder mes mains pour approfondir le rêve, mais les stimulis extérieur (Encore cette télé qui était toujours un poil trop forte) m'empêche de garder un bon équilibre entre éveillée et endormie.
Résolue, je fais une bonne sieste sans avoir rêvé lucide.
Un truc drole, lors de l'endormissement j'ia une hallucination auditive, quelqu'un ayant crié "OUIIIIIIII" dans mon oreille droite. Etrange.

Je pense réessayer a technique le matin, quand tout le monde dort pour être un peu plus fatiguée et ne pas avoir de bruits parasites, comme la télévision.
Présente un tableau clinique d'Autiste Asperger selon son Neurpsychologue, mais difficile d'établir un diagnostic au vu de mes capacités de compensation sociales.
Sinon, trouble anxieux généralisé.

Répondre