[Index] Psy : Jasons psychologie, psychiatrie...

Pour les gens qui ont simplement envie de discuter sans souhaiter faire passer d'information particulière.
Répondre
Message
Auteur
Avatar du membre
hazufel
Modératrice
Messages : 4423
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 15:06

Re: Jasons psychologie (cognitive, sociale, etc.), psychiatr

#106 Message par hazufel » samedi 2 septembre 2017 à 14:15

Est-ce que le TOP est forcément corrélé à un autre trouble ?
Un de mes petits gars (pas celui suspecté TSA, l'autre et qui lui a été suspecté HQI par la psy qui le suivait en maternelle pour ses explosions émotionnelles quotidiennes...) est toujours dans la négation et l'opposition, en colère. Mais qu'avec nous et jamais en public.
Je ne sais donc pas trop si c'est à un niveau pathologique :innocent:
Diagnostiquée TSA type Asperger,
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA type Asperger, dyspraxiques, dysgraphiques, dysexécutifs.

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 28416
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Jasons psychologie (cognitive, sociale, etc.), psychiatr

#107 Message par freeshost » samedi 2 septembre 2017 à 14:24

Il est, le plus souvent, avec le TDA/H. Non ou mal traité, il peut virer vers le TC (trouble des conduites).

D'où l'importance d'être persévérant malgré le long chemin et les nuages qui ne semblent pas bouger.

D'où l'importance encore plus grande d'insister sur le positif, de féliciter des bonnes conduites, de donner des consignes positifs (des ordres) et non des consignes négatives (des défenses), de faire ce qu'on a dit (donc de ne pas menacer de punitions qu'on ne tiendra pas), de collaborer avec les différents acteurs qui doivent s'occuper de l'enfant (parents, enseignants, éducateurs, personnel de maison, etc.), de faire participer l'enfant au processus thérapeutique, de lui en parler.

Il y a pas mal de points - pas tous - qui font penser à l'éducation cognitivo-comportementale des chiens.

Récemment, j'ai commencé à télécharger des fichiers pdf (en français, en anglais, pourquoi pas en d'autres langues :mrgreen: ) sur le trouble oppositionnel avec provocation. Peut-être bien que j'achèterai des livres.
Modifié en dernier par freeshost le samedi 2 septembre 2017 à 14:32, modifié 1 fois.
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Avatar du membre
hazufel
Modératrice
Messages : 4423
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 15:06

Re: Jasons psychologie (cognitive, sociale, etc.), psychiatr

#108 Message par hazufel » samedi 2 septembre 2017 à 14:29

Merci, la graphotherapeute qu'il a vu pour un bilan (parce qu'il écrivait parfois lentement parfois rapidement et que la maîtresse voulait écarter un trouble éventuel) a dit qu'il avait un léger trouble de l'attention possible. Mais que c'était souvent le cas des enfants HP, surtout quand le sujet ne les passionne pas ou qu'ils craignent l'échec.
Merci pour tes consignes c'est ce qu'avait préconisé la psy (qui était très chouette mais est partie à la retraite),
Je veux bien les pdf si possible et je vais regarder du côté des livres aussi.

Le renforcement positif ça me parle et ça ne me choque pas que tu fasses mention de l'éducation canine. Mais mon chien est nettement moins révolutionnaire que mon fils :lol:
Diagnostiquée TSA type Asperger,
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA type Asperger, dyspraxiques, dysgraphiques, dysexécutifs.

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 28416
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Jasons psychologie (cognitive, sociale, etc.), psychiatr

#109 Message par freeshost » samedi 2 septembre 2017 à 14:42

Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Avatar du membre
hazufel
Modératrice
Messages : 4423
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 15:06

Re: Jasons psychologie (cognitive, sociale, etc.), psychiatr

#110 Message par hazufel » samedi 2 septembre 2017 à 15:49

Génial :bravo: merci beaucoup :bravo:
Diagnostiquée TSA type Asperger,
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA type Asperger, dyspraxiques, dysgraphiques, dysexécutifs.

Avatar du membre
Alone3545
Forcené
Messages : 3165
Enregistré le : mercredi 11 novembre 2015 à 13:43

Re: Jasons psychologie (cognitive, sociale, etc.), psychiatr

#111 Message par Alone3545 » mercredi 13 septembre 2017 à 0:01

Effet Zeigarnick une bonne méthode pour aller plutot rapide dans ses projets ou une source de confusion et d'anxiété ?
Diagnostiqué, 24 ans.

Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 2912
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 21:00
Localisation : Toulouse

Re: Jasons psychologie (cognitive, sociale, etc.), psychiatr

#112 Message par olivierfh » mercredi 13 septembre 2017 à 11:41

Alone3545 a écrit :Effet Zeigarnick une bonne méthode pour aller plutot rapide dans ses projets ou une source de confusion et d'anxiété ?
Effet Zeigarnik = mieux se rappeler de ce qui a été interrompu: comme méthode pour aller plus vite en se rappelant des tâches, je soupçonne que le stress d'un autiste à être interrompu le ferait finalement aller plus lentement...
TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017) + HQI (11/2016).
4 grands enfants avec quelques traits me ressemblant, les 2 cadets en début de parcours de diagnostic.

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 28416
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Jasons psychologie (cognitive, sociale, etc.), psychiatr

#113 Message par freeshost » lundi 18 septembre 2017 à 16:18

La musique joyeuse renforce la créativité.
L’écoute d’une musique gaie ou entraînante favorise notre créativité. De quoi ranimer le vieux débat sur «l’effet Mozart», cette capacité de certaines pièces musicales à stimuler nos fonctions cognitives.

Vous cherchez à booster votre créativité? Eh bien, écoutez de la musique «heureuse»! Telle est la conclusion d’une étude publiée le 6 septembre, dans la revue Plos One. Au vrai, une pléthore d’études scientifiques s’est déjà intéressée aux effets de la musique sur nos facultés cognitives. Confirmant, globalement, cette intuition de Platon: la musique «donne une âme à nos cœurs, des ailes à la pensée, un essor à l’imagination».

«La créativité peut être considérée comme une des compétences clés du XXIe siècle», relèvent les deux auteurs, Simone Ritter, de l’Université Radboud (Pays-Bas), et Sam Ferguson, de l’Université de Sydney. Pour autant, «les effets de l’écoute musicale sur la cognition créative ont été peu explorés». Inspiration divine au Moyen-Age, la créativité était, à la Renaissance, vue comme un don inné, réservé à de rares génies. Aujourd’hui, cette capacité à trouver des idées et des solutions originales apparaît comme une faculté qui peut être renforcée.

Les chercheurs ont recruté 155 participants, dont 121 femmes (moyenne d’âge: 22,5 ans). Ces volontaires ont été tirés au sort pour faire partie d’un des groupes suivants: le premier écoutait une musique «calme» («Le cygne» du Carnaval des animaux de Camille Saint-Saens); le deuxième une musique «heureuse» (Les Quatre Saisons de Vivaldi); le troisième une musique «triste» (L’Adagio pour cordes de Samuel Barber); le quatrième une musique «anxiogène» («Mars, celui qui apporte la guerre» tiré des Planètes de Gustav Holst). Quant au cinquième groupe, il «travaillait» en silence (groupe contrôle).

Augmentation de la flexibilité de la pensée

Les participants ont d’abord écouté durant quinze secondes la pièce musicale de leur groupe (ou le silence). Puis leur inventivité a été évaluée par une série de tests d’une durée maximale de trois minutes, durant lesquels ils continuaient d’écouter cette musique (ou le silence). Certains tests mesuraient leur créativité «divergente», dont l’enjeu est de trouver le maximum de solutions innovantes – par exemple, des utilisations originales d’un objet usuel, tel un cube. D’autres évaluaient leur créativité «convergente»: il s’agissait alors de découvrir la meilleure solution à un problème donné.

Résultats: ceux qui écoutaient Les Quatre Saisons ont amélioré leur créativité divergente. Ainsi, leur «score global de pensée divergente» était de 93,9 (+/- 32), contre 76,1 (+/- 33) chez ceux qui faisaient le test en silence. En revanche, l’écoute de cette musique «joyeuse» n’a pas augmenté la créativité convergente. Les trois autres musiques (calme, triste ou anxiogène), par ailleurs, n’ont modifié aucune forme de créativité. Selon les auteurs, la musique joyeuse, par son caractère positif et entraînant, augmenterait la flexibilité de notre pensée, permettant d’être attentifs à de nouvelles solutions.

Symphonie neuronale

Quid des effets, dans notre cerveau, d’une musique «heureuse»? «Le plaisir que nous éprouvons à entendre une musique qui nous plaît stimule le circuit cérébral de la récompense», explique le professeur Hervé Platel, neuropsychologue à l’Université de Caen (Inserm, France). «Ce vaste circuit relie des aires cérébrales profondes, comme le noyau accumbens, à des structures situées à l’avant du cerveau, comme le cortex cingulaire antérieur. Il interagit aussi avec des structures proches du cortex frontal, qui jouent un rôle important dans la prise de décision, le contrôle attentionnel ou le lâcher-prise.»

Grâce à cette chimie cérébrale, poursuit le chercheur, «une musique qui nous plaît peut nous rendre euphorique. Cette émotion va lever certaines inhibitions: elle nous fera prendre plus de risques. Or la créativité consiste à oser davantage, à faire preuve d’originalité en associant des idées entre elles.» Cette étude est à rapprocher de la conclusion d’un travail étonnant: ceux qui entendent une musique «plaisante» ont tendance à prendre plus de risques dans des jeux d’argent!

Par ailleurs, la pratique ou l’écoute de la musique créent une véritable «symphonie neuronale». C’est qu’elles activent, en même temps, une multitude d’aires cérébrales: entrent ainsi dans la danse des aires impliquées dans l’écoute perceptive, dans les émotions (amygdale et cortex orbitofrontal), dans la motricité (cervelet et cortex moteur), mais aussi dans le langage (aire de Broca…) et les représentations visuelles et cinétiques, ainsi que dans la mémoire, pour les airs familiers (hippocampe et cortex frontal). «La musique a pour vertu d’augmenter ainsi la connectivité fonctionnelle de notre cerveau, donc sa capacité à associer des informations, même a priori très éloignées», indique Hervé Platel.

Cercle vertueux pédagogique

Seule une musique joyeuse aurait donc cet effet? La question rejoint une polémique vieille de plus de 20 ans: «l’effet Mozart» existe-t-il? En 1993, une étude retentissante était publiée dans la revue Nature: chez des étudiants américains, l’écoute de la Sonate pour deux pianos en ré majeur de Mozart semblait améliorer les performances à un test de mémoire spatiale, montrait une équipe californienne. Problème: ces résultats peineront ensuite à être reproduits. Ce qui n’empêchera pas la publication d’un livre à succès, outrancier, conduisant à ce raccourci abusif: «La musique rend les enfants plus intelligents.» Aux Etats-Unis, des disques de Mozart seront même distribués dans les crèches!

Mais Hervé Platel est formel: «On ne peut plus dire que la musique rend plus intelligent. Elle renforce certaines fonctions cognitives, mais de façon limitée et temporaire.» De plus, toute musique dynamique qui nous plaît, même triste, stimulera sans doute ces fonctions, «qu’il s’agisse de Mozart, de Beethoven ou de Lady Gaga!»

Les travaux les plus convaincants, à cet égard, sont ceux de Glenn Schellenberg, de l’Université de Toronto (Canada). Dans les années 1990 et 2000, il a montré que l’écoute d’une musique, chez des enfants, augmente leurs capacités d’attention et améliore leur mémoire de travail. D’où des «bénéfices collatéraux sur les apprentissages scolaires», note Hervé Platel.

Effet Mozart ou non, la musique pourrait offrir «un moyen efficace et bon marché de stimuler la pensée créative dans des cadres variés, scientifiques, éducatifs ou organisationnels», concluent les auteurs de l’article dans Plos One. Plus généralement, on sait que lorsque notre capacité de jugement esthétique augmente, nos capacités créatrices sont accrues – et réciproquement. «Cela crée un cercle vertueux pédagogique, relève Hervé Platel. En éduquant les enfants à différents arts, on stimule leur créativité.»

L’effet Mozart existe-t-il vraiment?

On croyait la controverse sur «l’effet Mozart» enterrée. Erreur! En janvier 2016, une étude publiée dans Scientific Reports a montré comment les chercheurs aiment à malmener Mozart. Une équipe chinoise a fait écouter à 60 étudiants cette même fameuse sonate de Mozart jouée tantôt à l’endroit… tantôt à l’envers – c’est-à-dire de la fin vers le début. Eh bien, alors que les performances de ces étudiants à divers tests cognitifs (découper des formes en papier ou faire des origamis) étaient améliorées par l’écoute de «Mozart à l’endroit», elles étaient diminuées par l’écoute de «Mozart à l’envers».

Mais le plus stupéfiant est ailleurs. Les chercheurs ont aussi testé cet «effet Mozart» sur des rats! Verdict: «Mozart à l’endroit» améliore les performances de ces rongeurs au test de la «piscine de Morris» – un labyrinthe immergé. Mais «Mozart à l’envers» les dégrade. Mieux encore: les vertus cognitives de Mozart, joué dans le bon sens, semblent liées à la formation de nouveaux neurones dans l’hippocampe des animaux… «Comment expliquer cet effet chez un mammifère pour qui la musique ne correspond à aucune référence culturelle?» s’étonne encore Hervé Platel. Le mystère reste entier.
J'espère donc que vous écoutez beaucoup de musique qui vous rend joyeux et que vous n'abusez pas de musique qui éveille en vous tristesse, colère et peur. :mrgreen:
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 27287
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Jasons psychologie (cognitive, sociale, etc.), psychiatr

#114 Message par Tugdual » samedi 18 novembre 2017 à 19:03

Les cours de Stanislas Dehaene au Collège de France : En guise de mise en bouche, la leçon inaugurale :
TCS = trouble de la communication sociale (24/09/2014).

Avatar du membre
hazufel
Modératrice
Messages : 4423
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 15:06

Re: Jasons psychologie (cognitive, sociale, etc.), psychiatr

#115 Message par hazufel » samedi 18 novembre 2017 à 19:09

Je les écoute en vacances, sur la route. Tous ses cours sont passionnément géniaux.
Ceux que la structure de l’apprentissage du langage et de la lecture étaient passionnants.
Pourquoi les responsables de l’éducation Nationale ne les écoutent-ils pas ?!? Il a travaillé avec la classe de Céline Alvarez, des enfants en zep, qui savaient lire à 5 ans. Passés au pet scan.
Et le gouvernement a stoppé la classe. Trop difficile à mettre en place partout :shock: trop nul.
Sa pédagogie était basée sur Montessori.
Diagnostiquée TSA type Asperger,
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA type Asperger, dyspraxiques, dysgraphiques, dysexécutifs.

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 27287
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Jasons psychologie (cognitive, sociale, etc.), psychiatr

#116 Message par Tugdual » samedi 18 novembre 2017 à 19:29

Je démarre tout juste ces cours (je n'ai pas encore
fini de visualiser ceux de Gérard Berry), mais moi
qui ne suis pas très "vidéo", je dois avouer que je
me régale (en plus les supports sont disponibles) ...
TCS = trouble de la communication sociale (24/09/2014).

Avatar du membre
hazufel
Modératrice
Messages : 4423
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 15:06

Re: Jasons psychologie (cognitive, sociale, etc.), psychiatr

#117 Message par hazufel » samedi 18 novembre 2017 à 21:39

Paroles, musique et mathématique est excellent aussi :bravo:
Il fait un temps à s’en régaler tout le week-end.
Diagnostiquée TSA type Asperger,
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA type Asperger, dyspraxiques, dysgraphiques, dysexécutifs.

Avatar du membre
Anahata
Forcené
Messages : 1386
Enregistré le : mercredi 26 juillet 2017 à 17:51

Re: Jasons psychologie (cognitive, sociale, etc.), psychiatr

#118 Message par Anahata » dimanche 19 novembre 2017 à 19:08

Par rapport au sujet, je vois la différence comme un perturbateur. Et toutes les questions qui s'ensuivent. ' est ce normal ? A t il mal, est il dangereux pour moi ? A mon avis, la différence observée doit activer le système émotionnel archaïque de survie.
Après, tout dépend de l'éducation des enfants, ceux davantage portés vers la diversité ont à mon avis davantage bénéficié d'un climat familial positif, secure.
:arrow: Diagnostiquée sur le Spectre de l'Autisme :shock: :D :? :cry: :innocent: :wink: :geek: :arrow:

scorame
Forcené
Messages : 526
Enregistré le : lundi 16 janvier 2017 à 19:09

Re: Jasons psychologie (cognitive, sociale, etc.), psychiatr

#119 Message par scorame » dimanche 19 novembre 2017 à 19:34

dans la nature on observe que les animaux dis différents sont aussi cataloguer et chassé d eleurs groupe, les albinos par exemple , on n'est des animaux :mryellow:
jnnjn

Avatar du membre
hazufel
Modératrice
Messages : 4423
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 15:06

Re: Jasons psychologie (cognitive, sociale, etc.), psychiatr

#120 Message par hazufel » mercredi 3 janvier 2018 à 12:42

D'autres conférences de Stanislas Dehaene, toujours passionnantes Vers une science de la vie mentale
Diagnostiquée TSA type Asperger,
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA type Asperger, dyspraxiques, dysgraphiques, dysexécutifs.

Répondre