Jasons psychologie (cognitive, sociale...), psychiatrie...

Pour les gens qui ont simplement envie de discuter sans souhaiter faire passer d'information particulière.
Message
Auteur
Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 3053
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: Jasons psychologie (cognitive, sociale...), psychiatrie, neurosciences...

#226 Message par lulamae » vendredi 30 novembre 2018 à 7:28

Tugdual a écrit :
jeudi 29 novembre 2018 à 23:26

Ce sont pourtant bien les mêmes ressorts qui sont à l'œuvre, entre la filiation, le milieu qui la promeut, la revendication de fondements idéologiques (c'est écrit noir sur blanc dans un des premiers liens que tu as donné)...
Je vois dans le lien qu'un parallèle est établi avec Jung, c'est tout. Viktor Frankl dont Irvin Yalom s'inspire était neurologue, d'abord relié à Freud, puis il a fondé sa propre théorie, après avoir été déporté à Auschwitz.
Aujourd'hui, les seules disciplines qui ne découlent pas de la psychanalyse sont les TCC. Ca ne veut pas dire que ça doit s'exclure : la thérapie existentielle est une forme de thérapie analytique, et certains patients peuvent avoir besoin d'élaborer leur connaissance de soi par la parole (disons que c'est une logothérapie). Aucune approche ne peut être universelle : on peut consulter un psychiatre pour un traitement chimique et suivre en parallèle une psycho-thérapie ou recourir à une TCC. Puisque dans la pratique, les psychiatres ne pratiquent quasiment plus de psycho-thérapie.
Tugdual a écrit : Accessoirement, ce genre de discours ressemble étonnamment à ce qu'on trouve sur les sites de développement personnel. De fait, ça ressemble plus au propos que tient un coach à quelqu'un qui a des problèmes de qualité de vie qu'à celui que tient un psychiatre à quelqu'un qui a des troubles mentaux...
N'oublie pas qu'il était psychiatre, donc médecin. Il recourait à des traitements médicamenteux aussi.

Bon cela dit, je ne le défends pas outre mesure. J'ai conscience d'être atypique, même pour une autiste, et je considère la parole comme un moyen d'élaborer ma pensée. Etant par ailleurs littéraire et de tempérament artiste, les mots, les symboles, les rêves sont un support pour ma créativité. Au-delà de ça, je n'ai pas de mépris pour le courant humaniste de la psycho-thérapie, donc les arguments que tu donnes sont importants pour des personnes qui pensent comme toi, mais ça ne peut pas me convaincre. Je ne pense pas que ce soit le but d'ailleurs, et je te remercie en tout cas pour tes liens de réponse (sauf ceux que j'avais déjà lus, car je les avais bien lus). C'est carré comme réponse, et précis.
Diagnostic au C3RP (Sainte Anne) le 31/07/2019 : indication d'autisme de haut niveau.

"We're all in the gutter, but some of us look at the stars." Oscar Wilde.

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 22812
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Jasons psychologie (cognitive, sociale...), psychiatrie, neurosciences...

#227 Message par Tugdual » vendredi 30 novembre 2018 à 14:43

lulamae a écrit :
vendredi 30 novembre 2018 à 7:28
Je vois dans le lien qu'un parallèle est établi avec Jung, c'est tout. Viktor Frankl dont Irvin Yalom s'inspire était neurologue, d'abord relié à Freud, puis il a fondé sa propre théorie, après avoir été déporté à Auschwitz.
C'est donc bien une filiation, qui repose sur les mêmes schémas analytiques, qui revendiquent des fondements idéologiques, simplement différents de ceux dont ils sont issus, et pas plus prouvés les uns que les autres. Ce n'est pas comme ça qu'on fait de la Science...

lulamae a écrit :
vendredi 30 novembre 2018 à 7:28
Aujourd'hui, les seules disciplines qui ne découlent pas de la psychanalyse sont les TCC. Ca ne veut pas dire que ça doit s'exclure : la thérapie existentielle est une forme de thérapie analytique, et certains patients peuvent avoir besoin d'élaborer leur connaissance de soi par la parole (disons que c'est une logothérapie).
Ce qui doit être exclu, c'est de mettre sur le même plan les thérapies qui ont fait leurs preuves avec les autres. Les présenter sur le même plan, comme des alternatives ou des compléments, est fondamentalement incorrect, voire malhonnête de la part des professionnels de santé (on retrouve le même problème avec les médecins homéopathes).

C'est ce manque d'exigence et de rigueur scientifique, qui est la cause de la mauvaise gestion de l'autisme (et pas que !) aujourd'hui. Dès qu'on parle de médecine, de thérapie, cette exigence de rigueur scientifique n'est pas négociable.

lulamae a écrit :
vendredi 30 novembre 2018 à 7:28
Aucune approche ne peut être universelle : [...]
Je ne dis pas le contraire, je dis que les psychiatres doivent proposer à leur patients des thérapies prouvées efficaces, et les conseiller, les accompagner dans le choix à faire parmi ces options.

Ne pas être clair sur ce point brouille l'image de la médecine, et ne rend pas service au patient, qui peine à faire la différence entre ce qui est sérieux, efficace et le reste.
Bilan le 24/09/2014 : TCS = trouble de la communication sociale.

Avatar du membre
Siobhan
Forcené
Messages : 1591
Enregistré le : mardi 20 mars 2018 à 23:54

Re: Jasons psychologie (cognitive, sociale...), psychiatrie, neurosciences...

#228 Message par Siobhan » samedi 1 décembre 2018 à 0:58

Tugdual a écrit :
vendredi 30 novembre 2018 à 14:43
(...)
Ce qui doit être exclu, c'est de mettre sur le même plan les thérapies qui ont fait leurs preuves avec les autres. Les présenter sur le même plan, comme des alternatives ou des compléments, est fondamentalement incorrect, voire malhonnête de la part des professionnels de santé (on retrouve le même problème avec les médecins homéopathes).

C'est ce manque d'exigence et de rigueur scientifique, qui est la cause de la mauvaise gestion de l'autisme (et pas que !) aujourd'hui. Dès qu'on parle de médecine, de thérapie, cette exigence de rigueur scientifique n'est pas négociable.

lulamae a écrit :
vendredi 30 novembre 2018 à 7:28
Aucune approche ne peut être universelle : [...]
Je ne dis pas le contraire, je dis que les psychiatres doivent proposer à leur patients des thérapies prouvées efficaces, et les conseiller, les accompagner dans le choix à faire parmi ces options.

Ne pas être clair sur ce point brouille l'image de la médecine, et ne rend pas service au patient, qui peine à faire la différence entre ce qui est sérieux, efficace et le reste.
+1

D'ailleurs, il me semble que le simple fait de qualifier une pratique de "m_ _ _ _ _ _ _e alternative", c'est déjà tomber dans un piège qui est de l'ordre d'une arnaque marketing.



À mettre en rapport peut-être avec tout le foin qui est fait en rapport avec le soit-disant "post-modernisme" qui est beaucoup mis en avant en ce moment. Autre nom d'une forme de poussée de relativisme qui ne dit pas son nom.


Un relativisme relativement "stable" dans son doute permanent, tout de même...

Cf. cet épisode de la chaîne "La Tronche en biais", "La méthode Hypercritique" :

(ex-MudBloodKnowItAll)

TSA

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 26720
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Jasons psychologie (cognitive, sociale...), psychiatrie, neurosciences...

#229 Message par freeshost » samedi 1 décembre 2018 à 1:27

MudBloodKnowItAll a écrit :
samedi 1 décembre 2018 à 0:58
D'ailleurs, il me semble que le simple fait de qualifier une pratique de "m_ _ _ _ _ _ _e alternative", c'est déjà tomber dans un piège qui est de l'ordre d'une arnaque marketing.
Pourquoi s'autocensurer en remplacer les lettres par des * ou des _ ?

Ce phénomène français me dépasse... et les libertés d'expression et d'opinion ?

Avec, en plus, la tendance aux acronymes et autres abréviations, on n'est pas sorti de l'auberge des malentendus...
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Avatar du membre
Siobhan
Forcené
Messages : 1591
Enregistré le : mardi 20 mars 2018 à 23:54

Re: Jasons psychologie (cognitive, sociale...), psychiatrie, neurosciences...

#230 Message par Siobhan » dimanche 2 décembre 2018 à 18:52

freeshost a écrit :
samedi 1 décembre 2018 à 1:27
MudBloodKnowItAll a écrit :
samedi 1 décembre 2018 à 0:58
D'ailleurs, il me semble que le simple fait de qualifier une pratique de "m_ _ _ _ _ _ _e alternative", c'est déjà tomber dans un piège qui est de l'ordre d'une arnaque marketing.
Pourquoi s'autocensurer en remplacer les lettres par des * ou des _ ?

Ce phénomène français me dépasse... et les libertés d'expression et d'opinion ?

Avec, en plus, la tendance aux acronymes et autres abréviations, on n'est pas sorti de l'auberge des malentendus...
Pardon, m_ _ _ _ _ _ _e, c'est pour "médecine".
(ex-MudBloodKnowItAll)

TSA

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 26720
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Jasons psychologie (cognitive, sociale...), psychiatrie, neurosciences...

#231 Message par freeshost » dimanche 2 décembre 2018 à 20:48

Je trouve que ça vire parfois trop à l'autocensure. :o

Il est possible de parler de pseudo-médecines comme on parle de pseudo-sciences. :mrgreen:
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Avatar du membre
misty
Forcené
Messages : 4327
Enregistré le : vendredi 23 janvier 2015 à 18:16

Re: Jasons psychologie (cognitive, sociale...), psychiatrie, neurosciences...

#232 Message par misty » lundi 3 décembre 2018 à 12:57

lulamae a écrit :J'ai conscience d'être atypique, même pour une autiste, et je considère la parole comme un moyen d'élaborer ma pensée. Etant par ailleurs littéraire et de tempérament artiste, les mots, les symboles, les rêves sont un support pour ma créativité.
Ah c'est vrai que c'est très atypique, oui, je n'ai jamais vu qui que ce soit considérer la parole comme un moyen d'élaborer sa pensée... Pareil pour ce que que tu dis sur la créativité: c'est très original! :roll: (=> oui c'est de l'ironie et oui c'est pas bien).

Je pensais qu'il y avait encore quelques espaces "egotrip free" sur le forum mais visiblement non, c'est vraiment le raz-de-marée total. Tant pis, et pardon d'avoir lu (je vais rayer absolument tous les topics de ma liste de "encore potentiellement lisibles").

Pour info: ce matin j'ai eu un petit souci lors d'un rdv médical parce que je n'ai pas avoué que j'étais autiste, la praticienne me l'a reproché en me disant qu'il fallait absolument en parler pour qu'ils puissent anticiper. Sauf que je suis au point où j'ai HONTE d'en parler. Pas du tout à cause de la supposée "vision négative" mais bien à force de lire et entendre ces délires narcissiques de "gens exceptionnels".

Ce n'est pas la peine de quitter-le-forum-de-ce-pas-parce-que-je-suis-méchante, en ne lisant vraiment plus rien j'ai maintenant zéro risque de réaction "inappropriée". Tout va bien.
J'ai juste réagi là parce que suite à ce matin ne rien dire me semblait être une sorte de mensonge par omission. Sur ce je retourne me planquer dans ma grotte, no stress.


Comme je ne venais pas ici pour péter un câble à la base, et que je ne pense pas que ça ait été évoqué, je venais relayer que l'EMDR avance à priori vers la validation scientifique.
Pour ceux que ça intéresse, désolée j'ai plus du tout envie de développer mais je poste quand même le lien qui m'amène:
Eye-Movement Intervention Enhances Extinction via Amygdala Deactivation
*Diag TSA*

“Some lose all mind and become soul, insane.
Some lose all soul and become mind, intellectual.
Some lose both and become accepted.”

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 3053
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: Jasons psychologie (cognitive, sociale...), psychiatrie, neurosciences...

#233 Message par lulamae » lundi 3 décembre 2018 à 22:28

misty a écrit :
lundi 3 décembre 2018 à 12:57
lulamae a écrit :J'ai conscience d'être atypique, même pour une autiste, et je considère la parole comme un moyen d'élaborer ma pensée. Etant par ailleurs littéraire et de tempérament artiste, les mots, les symboles, les rêves sont un support pour ma créativité.
Ah c'est vrai que c'est très atypique, oui, je n'ai jamais vu qui que ce soit considérer la parole comme un moyen d'élaborer sa pensée... Pareil pour ce que que tu dis sur la créativité: c'est très original! :roll: (=> oui c'est de l'ironie et oui c'est pas bien).

Je pensais qu'il y avait encore quelques espaces "egotrip free" sur le forum mais visiblement non, c'est vraiment le raz-de-marée total. Tant pis, et pardon d'avoir lu (je vais rayer absolument tous les topics de ma liste de "encore potentiellement lisibles").

Pour info: ce matin j'ai eu un petit souci lors d'un rdv médical parce que je n'ai pas avoué que j'étais autiste, la praticienne me l'a reproché en me disant qu'il fallait absolument en parler pour qu'ils puissent anticiper. Sauf que je suis au point où j'ai HONTE d'en parler. Pas du tout à cause de la supposée "vision négative" mais bien à force de lire et entendre ces délires narcissiques de "gens exceptionnels".

Ce n'est pas la peine de quitter-le-forum-de-ce-pas-parce-que-je-suis-méchante, en ne lisant vraiment plus rien j'ai maintenant zéro risque de réaction "inappropriée". Tout va bien.
J'ai juste réagi là parce que suite à ce matin ne rien dire me semblait être une sorte de mensonge par omission. Sur ce je retourne me planquer dans ma grotte, no stress.
Lu. C'est ton avis, qu'est-ce que tu veux... Tu as un biais dès le départ (voire en gras - en plus ça me fait rire, je n'ai pas du tout confiance en moi), je ne vois pas ce que quoi que je puisse dire y change. Ca me paraît sage de ne plus lire ce que j'écris, effectivement.
Diagnostic au C3RP (Sainte Anne) le 31/07/2019 : indication d'autisme de haut niveau.

"We're all in the gutter, but some of us look at the stars." Oscar Wilde.

Avatar du membre
misty
Forcené
Messages : 4327
Enregistré le : vendredi 23 janvier 2015 à 18:16

Re: Jasons psychologie (cognitive, sociale...), psychiatrie, neurosciences...

#234 Message par misty » mardi 4 décembre 2018 à 10:55

lulamae a écrit :Tu as un biais dès le départ (voire en gras - en plus ça me fait rire, je n'ai pas du tout confiance en moi),
Je ne vois pas trop ce qui te fait rire étant donné que le manque de confiance en soi est précisément l'élément sous-jacent dans la plupart des attitudes narcissiques. Pour quelqu'un qui n'a pas de souci avec ça, ou pour qui c'est un domaine totalement étranger, se gargariser de la sorte n'aurait aucun sens ni aucune finalité. Drôle de biais donc.

Et je parlais de ne plus lire le forum en général, non de ce que tu écris toi en particulier (se donner un peu moins d'importance, ça peut aider dans la vie, aussi).

Quand je parle de raz-de-marée c'est parce que c'est bien plus large que ta personne et que ça devient un peu la majorité des sensibilités qui s'expriment ici, et la majorité de ce qui colle à l'autisme à l'heure actuelle. Je pensais l'invasion moindre ici que sur les réseaux sociaux, ce n'est juste plus le cas on dirait.
En attendant que cette vague passe (ou pas), il me semble que dans ce contexte il est malvenu de se plaindre que des psys parlent de "diagnostic à la mode pour gens spéciaux". Surtout quand pour appuyer ces lustrages d'égos on prend des caractéristiques aussi banales que celles que tu évoques. Jamais on voit de la vraie caractéristique de vrais gens exceptionnels, genre savoir nouer des queues de cerises avec la langue, ou pouvoir réciter l'alphabet en rotant... Bref: du lourd, de l'atypisme qui claque, quoi... :innocent:
*Diag TSA*

“Some lose all mind and become soul, insane.
Some lose all soul and become mind, intellectual.
Some lose both and become accepted.”

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 3053
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: Jasons psychologie (cognitive, sociale...), psychiatrie, neurosciences...

#235 Message par lulamae » mardi 4 décembre 2018 à 11:12

misty a écrit :
mardi 4 décembre 2018 à 10:55
lulamae a écrit :Tu as un biais dès le départ (voire en gras - en plus ça me fait rire, je n'ai pas du tout confiance en moi),
Je ne vois pas trop ce qui te fait rire étant donné que le manque de confiance en soi est précisément l'élément sous-jacent dans la plupart des attitudes narcissiques. Pour quelqu'un qui n'a pas de souci avec ça, ou pour qui c'est un domaine totalement étranger, se gargariser de la sorte n'aurait aucun sens ni aucune finalité. Drôle de biais donc.

Et je parlais de ne plus lire le forum en général, non de ce que tu écris toi en particulier (se donner un peu moins d'importance, ça peut aider dans la vie, aussi).

Quand je parle de raz-de-marée c'est parce que c'est bien plus large que ta personne et que ça devient un peu la majorité des sensibilités qui s'expriment ici, et la majorité de ce qui colle à l'autisme à l'heure actuelle. Je pensais l'invasion moindre ici que sur les réseaux sociaux, ce n'est juste plus le cas on dirait.
En attendant que cette vague passe (ou pas), il me semble que dans ce contexte il est malvenu de se plaindre que des psys parlent de "diagnostic à la mode pour gens spéciaux". Surtout quand pour appuyer ces lustrages d'égos on prend des caractéristiques aussi banales que celles que tu évoques. Jamais on voit de la vraie caractéristique de vrais gens exceptionnels, genre savoir nouer des queues de cerises avec la langue, ou pouvoir réciter l'alphabet en rotant... Bref: du lourd, de l'atypisme qui claque, quoi... :innocent:
Je lis ce que tu écris avec intérêt, et te remercie de cet avis. Mais franchement, le diagnostic d'autisme n'est plus si important pour moi, sinon pour mes gamines, ainsi qu'une explication génétique pouvant m'aider à savoir quoi faire avec leurs symptômes physiques. Si une vie peut être changée par ça, c'est la leur, pas la mienne !
Donc, le sujet me semble clos, par manque d'intérêt principalement.
Diagnostic au C3RP (Sainte Anne) le 31/07/2019 : indication d'autisme de haut niveau.

"We're all in the gutter, but some of us look at the stars." Oscar Wilde.

Avatar du membre
Manichéenne
Modératrice
Messages : 4914
Enregistré le : jeudi 24 octobre 2013 à 9:54

Re: Jasons psychologie (cognitive, sociale...), psychiatrie, neurosciences...

#236 Message par Manichéenne » mardi 4 décembre 2018 à 11:43

Misty, c'est pas bien d'utiliser l'ironie, comme tu l'as toi même écrit. Tes messages manquent d'empathie... D'un point de vue neurotypique ils sont déplacés, d'un point de vue autistique je trouve bien que tu exprimes ta pensée et il y a des éléments de réflexion qui me parlent... même si malheureusement la réflexion part d'une personne et est donc prise de façon personnelle.

lulamae, ça soulève vraiment une question pour moi aussi le "j'ai conscience d'être atypique, même pour une autiste". Parce que je ne vois pas factuellement comment on peut se trouver atypique, et encore moins quand on a rencontré pas mal d'autistes.
Je me qualifie souvent d'aberration statistique (cumul de TSA, HQI, TDA, synesthésies, gémellité, et j'en passe), mais pour autant je ne dirais pas que je suis atypique parmi les autistes, parce que c'est un peu la caractéristique de l'autisme d'être atypique. Et quand on en rencontre pas mal, on relativise pas mal. Sans aller jusqu'à faire des trucs bizarres avec des queues de cerise, regarde du côté de Tammet, Schovanec, ou même Amélie Tsaag Valren... Nan, moi je ne suis pas atypique parmi les autistes, en tout cas moins qu'eux, et je suis loin d'être la mieux placée pour juger de mes propres différences par rapport à des normes qui m'échappent.

Mais bon, je crois que je me trompe de sujet/forum aussi, on n'est pas là pour débattre.

Je crois tout de même que le message de Misty rejoint une impression que j'ai eu plusieurs fois sur ce forum. Sans viser personne (c'est une impression d'ensemble), un intérêt restreint, ce n'est pas aimer le cinéma, la lecture, le sport, et les voyages. Etre solitaire et isolé, ce n'est pas n'avoir que 3 amis, une famille et quelques collègues. Avoir des stéréotypies, ce n'est pas faire craquer ses doigts ou se passer la main dans les cheveux. Une synesthésie, ce n'est pas un seul élément ("la musique". What ?!). Les gens qui s'expriment sur le forum ne sont parfois pas autiste du tout, et dans tous les cas pas représentatifs, ni parfois vraiment informés de ce qui relève ou non de l'autisme dans leur comportement. Comme je l'ai déjà écrit par ailleurs, j'ai vu irl des gens très visiblement autistes qui affirmaient être à l'extrémité du spectre et totalement invisibles, ou des personnes qui semblaient totalement normales (avec beaucoup de langage non verbal, et des discussions sociales) qui affirmaient être totalement atypiques et parfaitement autistes. Je ne suis pas psychiatre, je me fous de qui est autiste ou pas, mais sérieusement on n'est jamais vraiment compétent pour se juger soi-même, et les témoignages sur le forum doivent être pris avec beaucoup de réserve.
Diagnostiquée Autiste Asperger et TDA.
Mère de 3 enfants : fils Aîné TDAH et TSA, cadet TSA de type Asperger.

Avatar du membre
misty
Forcené
Messages : 4327
Enregistré le : vendredi 23 janvier 2015 à 18:16

Re: Jasons psychologie (cognitive, sociale...), psychiatrie, neurosciences...

#237 Message par misty » mardi 4 décembre 2018 à 13:05

Manichéenne a écrit :Misty, c'est pas bien d'utiliser l'ironie, comme tu l'as toi même écrit. Tes messages manquent d'empathie... D'un point de vue neurotypique ils sont déplacés, d'un point de vue autistique je trouve bien que tu exprimes ta pensée et il y a des éléments de réflexion qui me parlent... même si malheureusement la réflexion part d'une personne et est donc prise de façon personnelle.
Je comprends bien oui (et j'aurais même compris que ce soit écrit en vert) :) . C'est juste tombé sur une personne parce que je ne lis plus rien à part 1 ou 2 fils précis concernant l'évolution de certaines situations.
Je suis venue lâcher mon truc sur l'amygdale et l'EMDR, et en vérifiant que cette avancée en neurosciences/psycho n'ait pas déjà été évoquée j'ai vu le message qui m'a heurtée rapport à ce que je venais de vivre. Je me doute que plein d'autres choses m'auraient gênée si je les avais vues/lues mais voilà: ce n'est pas le cas.
Rien de perso donc, moralité: soit je ne suis plus adaptée aux discussions d'ici soit les discussions ne sont plus adaptées à moi. Dans les 2 cas la chose à faire est celle que j'ai évoquée = ne plus lire et mettre en place une façon plus constructive d'apporter de l'aide à des gens qui en ont besoin.

Je n'accuse personne directement des obstacles que me causent certains glissements/manques de retenue dans le domaine de l'autisme, simplement sur le coup ne pas l'évoquer m'aurait semblé malhonnête. C'est fait donc c'est cool.
*Diag TSA*

“Some lose all mind and become soul, insane.
Some lose all soul and become mind, intellectual.
Some lose both and become accepted.”

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8888
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: Jasons psychologie (cognitive, sociale...), psychiatrie, neurosciences...

#238 Message par Benoit » mardi 4 décembre 2018 à 14:02

Personnellement j'avais perçu le message de Manichéenne comme encore plus ironique que le tien.
C'est pas bien l'ironie les enfants, ne l'utilisez jamais, sa fait mourrire la planète.
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 3053
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: Jasons psychologie (cognitive, sociale...), psychiatrie, neurosciences...

#239 Message par lulamae » mardi 4 décembre 2018 à 14:26

Manichéenne a écrit :
mardi 4 décembre 2018 à 11:43
Misty, c'est pas bien d'utiliser l'ironie, comme tu l'as toi même écrit. Tes messages manquent d'empathie... D'un point de vue neurotypique ils sont déplacés, d'un point de vue autistique je trouve bien que tu exprimes ta pensée et il y a des éléments de réflexion qui me parlent... même si malheureusement la réflexion part d'une personne et est donc prise de façon personnelle.

lulamae, ça soulève vraiment une question pour moi aussi le "j'ai conscience d'être atypique, même pour une autiste". Parce que je ne vois pas factuellement comment on peut se trouver atypique, et encore moins quand on a rencontré pas mal d'autistes.
Je me qualifie souvent d'aberration statistique (cumul de TSA, HQI, TDA, synesthésies, gémellité, et j'en passe), mais pour autant je ne dirais pas que je suis atypique parmi les autistes, parce que c'est un peu la caractéristique de l'autisme d'être atypique. Et quand on en rencontre pas mal, on relativise pas mal. Sans aller jusqu'à faire des trucs bizarres avec des queues de cerise, regarde du côté de Tammet, Schovanec, ou même Amélie Tsaag Valren... Nan, moi je ne suis pas atypique parmi les autistes, en tout cas moins qu'eux, et je suis loin d'être la mieux placée pour juger de mes propres différences par rapport à des normes qui m'échappent.

Mais bon, je crois que je me trompe de sujet/forum aussi, on n'est pas là pour débattre.
Je t'ai répondu en MP parce que je trouve ces apartés HS sur le fil (mis à part le lien sur la reconnaissance scientifique de l'EMDR).
Spoiler : 
Dans la mesure où la citation qu'a fait @Misty m'est apparue notifiée, j'y ai répondu, c'est aussi simple que cela. Je pense n'avoir pris personnellement que les propos qu'elle m'adressait nommément. Je ne peux évidemment pas répondre de tendances générales, que d'ailleurs je ne connais pas.
Je m'aperçois que j'ai commis une maladresse d'expression, en ce sens où j'ai mentionné cette expression d'atypique, non pour m'auto-proclamer atypique, mais parce qu'une personne que je connais sur asperansa me le dit souvent, et je l'ai encore entendue ce samedi. Mais on s'en fiche. Je m'interroge justement sur ce en quoi je pourrais être atypique.
Spoiler : 
Benoit a écrit : Personnellement j'avais perçu le message de Manichéenne comme encore plus ironique que le tien.
C'est pas bien l'ironie les enfants, ne l'utilisez jamais, sa fait mourrire la planète.
Si vous arrivez à savoir qui fait de l'ironie ou non par écrit, vous êtes plus forts que moi : je ne la comprends jamais sans connaître (bien) les gens.
Je n'ai pas pris les propos de @Misty s'adressant à moi pour de l'ironie, mais pour l'expression de ce qu'elle pensait sincèrement.
Si l'ironie est un clin d'oeil entre vous, ne vous gênez pas, mais si je suis censée la comprendre, mieux vaut me l'indiquer explicitement. Je lis d'ailleurs très vite ce genre de propos "private jokes", et ne me sens pas concernée. Tu fais bien de le mentionner, ce qui me permet de rectifier mon message.
Diagnostic au C3RP (Sainte Anne) le 31/07/2019 : indication d'autisme de haut niveau.

"We're all in the gutter, but some of us look at the stars." Oscar Wilde.

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 26720
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Jasons psychologie (cognitive, sociale...), psychiatrie, neurosciences...

#240 Message par freeshost » mardi 4 décembre 2018 à 16:20

Manichéenne a écrit :
mardi 4 décembre 2018 à 11:43
lulamae, ça soulève vraiment une question pour moi aussi le "j'ai conscience d'être atypique, même pour une autiste". Parce que je ne vois pas factuellement comment on peut se trouver atypique, et encore moins quand on a rencontré pas mal d'autistes.
Il me semble que, dans tout ensemble de personnes, dans toute catégorie (cf. : catégorisation, La théorie de l'identité sociale, de Tajfel et Turner ; Théorie de l'auto-catégorisation), il peut y avoir de la diversité donc des éléments atypiques. Cet ensemble peut être un parti politique, un courant politique, philosophique, artistique, une famille, une caste, une situation, un forum, une classe sociale, une classe d'école, un club, une entreprise, etc.

D'un autre côté, plus un ensemble est perçu comme homogène, plus les éléments atypiques et leurs différences seront apparents voire saillants. À l'inverse, plus un ensemble est perçu comme hétérogène (diversifié, tel un spectre, comme le spectre autistique), moins ses éléments atypiques apparaîtront. Mais c'est peut-être moins évident avec les différences invisibles.

[Les "forces" contraires auraient tendance à s'équilibrer, un peu comme : Plus tu prévois, plus tu percevras d'imprévus. Moins tu prévois, moins tu percevras d'imprévus. [Les prévisions sont des sortes d'attente ; les imprévus sont des événements qui ne collent pas à tes attentes.]

Si l'ensemble est très hétérogène, on peut éventuellement utiliser la logique floue, laquelle se libère du principe du tiers exclu, pour proposer des définitions de degré d'appartenance à cet ensemble, selon divers critères.]
Manichéenne a écrit :
mardi 4 décembre 2018 à 11:43
parce que c'est un peu la caractéristique de l'autisme d'être atypique.
Remarquons qu'il y a diverses autres différences qui peuvent être perçues comme atypiques (notamment dépendant du degré d'apprivoisement et d'acceptation de l'ensemble de la société) : spectre schizophrénique, spectre bipolaire, spectre LGBTAQI, nombre d'enfants (un couple sans enfant et un couple avec beaucoup d'enfants seront souvent perçus comme atypiques), etc.

Bon, pour en revenir sur le fait d'être typique ou atypique, est-ce si important ? Pour le sentiment/besoin d'appartenance, éventuellement : appartenir à un ensemble typique ; appartenir à un ensemble atypique ; etc. Pour la pensée libre et critique, ce serait plutôt un obstacle, puisque c'est accorder une importance démesurée au conformisme ou à l'anticonformisme (tous deux liés à divers biais cognitifs).

Exemples de conformismes (excessifs) :

- Je vote de toute façon comme ce parti (sans réfléchir) !
- Je dois correspondre en tous points pour être autiste !
- Les autres autour de la table ont commandé chacun une bière, je dois aussi commander une bière.
- Ces numéros ont souvent été tirés les dernières fois à l'Euro Million, ils ont donc une plus grande probabilité d'être tirés au sort lors des prochains tirages.

Exemples d'anticonformismes (excessifs) :

- Peu importent les injonctions de vote de ce parti, je vote le contraire !
- Je suis capable de ... donc je ne suis pas autiste !
- Les autres autour de la table ont commandé de la bière ou du vin, je dois commander autre chose (un whisky, par exemple).
- Ces numéros ont souvent été tirés les dernières fois à l'Euro Million, ils ont donc une faible probabilité d'être tirés au sort lors des prochains tirages.

:mrgreen:
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Répondre