[Index] Psy : Jasons psychologie, psychiatrie...

Pour les gens qui ont simplement envie de discuter sans souhaiter faire passer d'information particulière.
Message
Auteur
Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 4098
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: [Index] Psy : Jasons psychologie, psychiatrie...

#466 Message par lulamae » dimanche 10 mai 2020 à 23:43

De ce que je lis dans les dernières études en psychiatrie, l'avenir est à dépasser le(s) DSM pour les Research Domain Criteria : c'est ce vers quoi tendra maintenant le financement de la recherche ; la base étant la biologie et la physio-pathologie :
https://www.congresfrancaispsychiatrie. ... ge-du-dsm/

Il apparaît que dans les dernières recherches en psychiatrie, des regroupements ("clusters") de symptômes traversent les catégories diagnostiques habituelles, et qu'au regard de la génétique et des neurosciences, celles-ci paraissent de plus en plus caduques.
Diagnostic d'autisme juillet 2019.

Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 2859
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 21:00
Localisation : Toulouse

Re: [Index] Psy : Jasons psychologie, psychiatrie...

#467 Message par olivierfh » lundi 11 mai 2020 à 8:17

Intéressant:
Selon eux, les catégories diagnostiques issues du DSM comme de la CIM, fondées sur du consensus clinique reposant sur l’observation de signes et symptômes ne correspondent plus aux résultats des neurosciences cliniques et de la génétique ; elles ne prédisent pas les réponses aux traitements et elles ne permettent pas d’accéder aux mécanismes fondamentaux sous-jacents aux syndromes observés. Rien de surprenant à cela pour eux : dans tous les domaines de la médecine autres que la psychiatrie, les systèmes diagnostiques descriptifs conçus prématurément sans une compréhension fine de la pathophysiologie finissent toujours par poser des problèmes et par être abandonnés.
Alors on ne serait plus autiste mais quoi? porteur de certaines fragilités génétiques et de certains fonctionnements cognitifs, sans limites fixes (système dimensionnel) et pouvant donc recouvrir aussi bien dans la classification actuelle l'autisme que d'autres troubles souvent concomitants?
TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017) + HQI (11/2016).
4 grands enfants avec quelques traits me ressemblant, les 2 cadets en début de parcours de diagnostic.

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 26883
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: [Index] Psy : Jasons psychologie, psychiatrie...

#468 Message par Tugdual » lundi 11 mai 2020 à 8:24

Il faut être conscient que la situation en psychiatrie est forcément en constante évolution, vu le peu de connaissances qu'on a dans ce domaine.
TCS = trouble de la communication sociale (24/09/2014).

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 4098
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: [Index] Psy : Jasons psychologie, psychiatrie...

#469 Message par lulamae » lundi 11 mai 2020 à 8:29

olivierfh a écrit :
lundi 11 mai 2020 à 8:17
Intéressant:
Selon eux, les catégories diagnostiques issues du DSM comme de la CIM, fondées sur du consensus clinique reposant sur l’observation de signes et symptômes ne correspondent plus aux résultats des neurosciences cliniques et de la génétique ; elles ne prédisent pas les réponses aux traitements et elles ne permettent pas d’accéder aux mécanismes fondamentaux sous-jacents aux syndromes observés. Rien de surprenant à cela pour eux : dans tous les domaines de la médecine autres que la psychiatrie, les systèmes diagnostiques descriptifs conçus prématurément sans une compréhension fine de la pathophysiologie finissent toujours par poser des problèmes et par être abandonnés.
Alors on ne serait plus autiste mais quoi? porteur de certaines fragilités génétiques et de certains fonctionnements cognitifs, sans limites fixes (système dimensionnel) et pouvant donc recouvrir aussi bien dans la classification actuelle l'autisme que d'autres troubles souvent concomitants?
Ce passage-là m'a frappée aussi, et l'article que je traduis évoque des regroupements de symptômes qui chevauchent les différents troubles (ça a déjà été évoqué en recherche). L'article ne mentionne pas le type de diagnostic qui serait établi "à la place de" l'autisme, il faut que je recherche davantage. C'est vraisemblablement à l'état de recherche, mais si c'est le type de recherches qui seront dorénavant financées, ça devrait avancer rapidement.

En tous les cas, j'ai déjà lu ici l'avis selon lequel ça ne sert à rien de rechercher le diagnostic dans un but identitaire, que c'est le suivi qui importe : au moins cette approche se veut pragmatique et tend essentiellement à la recherche de traitements et médicaments pour soulager les symptômes.

D'ailleurs, je ne dis pas que c'est ce qu'il faut, je dis que c'est l'approche qui semble prendre le pas en psychiatrie.

Par rapport à l'article de Laurent Mottron, je l'ai trouvé quand même gêné aux entournures de nier toute la partie de recherches sur les "baby sibs" et les jumeaux autistes, par rapport à la notion de spectre - il a quand même dû en parler, mais on voit qu'il ne sait pas trop comment l'écarter.
Diagnostic d'autisme juillet 2019.

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 4098
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: [Index] Psy : Jasons psychologie, psychiatrie...

#470 Message par lulamae » lundi 11 mai 2020 à 8:34

Tugdual a écrit :
lundi 11 mai 2020 à 8:24
Il faut être conscient que la situation en psychiatrie est forcément en constante évolution, vu le peu de connaissances qu'on a dans ce domaine.
Je ne dis pas le contraire @Tugdual, je constate une tendance majeure (du moins qui va tendre à influencer le financement de la recherche), c'est tout ; je n'ai cité que des liens émanant de recherches scientifiques avérées.
Diagnostic d'autisme juillet 2019.

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 26883
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: [Index] Psy : Jasons psychologie, psychiatrie...

#471 Message par Tugdual » lundi 11 mai 2020 à 10:07

TCS = trouble de la communication sociale (24/09/2014).

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 26883
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: [Index] Psy : Jasons psychologie, psychiatrie...

#472 Message par Tugdual » jeudi 14 mai 2020 à 9:08

Angoisse excessive ou désinvolture inappropriée :
TCS = trouble de la communication sociale (24/09/2014).

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 26883
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: [Index] Psy : Jasons psychologie, psychiatrie...

#473 Message par Tugdual » vendredi 15 mai 2020 à 8:32

Dessiner un arbre généalogique avec son enfant :
TCS = trouble de la communication sociale (24/09/2014).

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 4098
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: [Index] Psy : Jasons psychologie, psychiatrie...

#474 Message par lulamae » vendredi 15 mai 2020 à 22:37

Les effets de la migration et des traumas présents chez les jeunes migrants sur leur santé mentale :
https://www.nature.com/articles/d41586-020-00922-8

Traduction ci-dessous.
traumatismes chez les réfugiés.odt
(115.52 Kio) Téléchargé 8 fois
Diagnostic d'autisme juillet 2019.

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 4098
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: [Index] Psy : Jasons psychologie, psychiatrie...

#475 Message par lulamae » samedi 16 mai 2020 à 11:15

olivierfh a écrit :
lundi 11 mai 2020 à 8:17

Alors on ne serait plus autiste mais quoi? porteur de certaines fragilités génétiques et de certains fonctionnements cognitifs, sans limites fixes (système dimensionnel) et pouvant donc recouvrir aussi bien dans la classification actuelle l'autisme que d'autres troubles souvent concomitants?
L'article sur l'approche dimensionnelle de la psychiatrie, en vue d'une refondation du DSM-5, non plus en diagnostics catégoriels, mais en dimensions, fondées sur la psychoanatomie, et la recherche actuelle en génétique :
https://www.nature.com/articles/d41586-020-00922-8
Dans l’espoir de découvrir une réponse, les scientifiques ont empilé une énorme quantité de données sur les dernières décennies, au travers d’études sur les gènes, l’activité cérébrale et la neuro-anatomie. Ils ont découvert des preuves sur le fait qu’un grand nombre de gènes similaires sous-tendent apparemment des troubles différents, comme la schizophrénie et l’autisme, et ces modifications dans les systèmes de décision du cerveau étaient peut-être impliqués dans de nombreux troubles.

Les chercheurs repensent également de manière drastique les théories sur le mauvais fonctionnement de nos cerveaux. La théorie selon laquelle la maladie mentale peut être classifiée en différentes catégories, distinctes les unes des autres, comme « anxiété » ou « psychose » a été infirmée dans une grande mesure. Au lieu de cela, les troubles se fondent les uns dans les autres, et aucune ligne franche ne les sépare – comme l’étude d’Oleguer Plana-Ripoll le démontre si clairement.

Aujourd’hui, les chercheurs tentent de comprendre la biologie sous-jacente dans ce spectre de la psychopathologie.
Un schéma intéressant :
d41586-020-00922-8_17947594.png

La traduction intégrale de l'étude :
les liens cachés entre les troubles mentaux.odt
(370.67 Kio) Téléchargé 10 fois

J'avais besoin de comprendre quelle était exactement l'autre approche, qui contrebalançait celle qui consiste à verrouiller davantage le diagnostic, notamment de l'autisme, en faveur d'une "version pure"* (par exemple ; je ne sais pas si des groupes demandent de rechercher une version pure de la schizophrénie ou du trouble bipolaire). Cela ne révolutionnera probablement pas la prochaine version du DSM, ni ne balayera les catégories existantes - c'est peut-être un consensus ou un compromis sur des approches radicales qui permettront de trouver des catégories diagnostiques offrant les atouts des marqueurs biologiques à venir, et la possibilité de trouver des traitements plus efficaces.

*En référence à l'article de Laurent Mottron :
https://www.nature.com/articles/s41380- ... ticle-info
Résumé de l'étude :

Les pratiques diagnostiques actuelles sont liées à une multiplication par 20 de la prévalence déclarée pour les TSA sur les 30 dernières années. La fragmentation du phénotype de l’autisme en « traits autistiques » dimensionnels débouche sur une reconnaissance présumée de symptômes apparentés à l’autisme en toute condition psychiatrique ou neurodéveloppementale, et chez des individus de moins en moins éloignés de la population neurotypique, et écarte prématurément la pertinence d’un seuil diagnostique. Les critères imprécis, socio-communicatifs et répétitifs du DSM-5, combinés à quatre prescripteurs quantitatifs, ainsi qu’à toutes leurs combinaisons possibles, rendent une multitude illimitée de représentations qui peuvent cadrer avec le diagnostic catégoriel de l’autisme. Nous proposons plusieurs solutions à ce problème : maintenir une ligne de recherche sur l’autisme prototypique ; restreindre l’hétérogénéité compatible avec un diagnostique catégoriel à des situations comprenant un chevauchement phénotypique et un lien étiologique validé avec l’autisme prototypique ; réintroduire les propriétés qualitatives des représentations de l’autisme et des prescripteurs dimensionnels actuels, le langage, l’intelligence, les comorbidités, et la gravité des critères utilisés pour diagnostiquer l’autisme en remplacement des critères quantitatifs « sociaux » et « répétitifs » ; se servir de ces traits qualitatifs, combinés avec l’intuition clinique des experts et des algorithmes d’apprentissage-machine, pour différencier des sous-catégories homogènes dans le spectre tel que nous le connaissons aujourd’hui ; étudier ces sous-catégories séparément, puis les comparer ; et remettre en question la nature autistique de ces « traits autistiques ».
Diagnostic d'autisme juillet 2019.

Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 2859
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 21:00
Localisation : Toulouse

Re: [Index] Psy : Jasons psychologie, psychiatrie...

#476 Message par olivierfh » samedi 16 mai 2020 à 18:45

lulamae a écrit :
samedi 16 mai 2020 à 11:15
Un schéma intéressant :
Ce qui me frappe dans ce schéma, c'est que l'autisme est celui qui est le moins lié aux autres, j'en étais resté à l'idée d'une base génétique en partie commune à l'autisme et à d'autres troubles psychiatriques.
TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017) + HQI (11/2016).
4 grands enfants avec quelques traits me ressemblant, les 2 cadets en début de parcours de diagnostic.

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 4098
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: [Index] Psy : Jasons psychologie, psychiatrie...

#477 Message par lulamae » samedi 16 mai 2020 à 19:57

olivierfh a écrit :
samedi 16 mai 2020 à 18:45
lulamae a écrit :
samedi 16 mai 2020 à 11:15
Un schéma intéressant :
Ce qui me frappe dans ce schéma, c'est que l'autisme est celui qui est le moins lié aux autres, j'en étais resté à l'idée d'une base génétique en partie commune à l'autisme et à d'autres troubles psychiatriques.
On peut relativiser quand même, parce que ce schéma émane d'une seule étude, la référence 8 :
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/299 ... t=Abstract
Abstract : Disorders of the brain can exhibit considerable epidemiological comorbidity and often share symptoms, provoking debate about their etiologic overlap. We quantified the genetic sharing of 25 brain disorders from genome-wide association studies of 265,218 patients and 784,643 control participants and assessed their relationship to 17 phenotypes from 1,191,588 individuals. Psychiatric disorders share common variant risk, whereas neurological disorders appear more distinct from one another and from the psychiatric disorders. We also identified significant sharing between disorders and a number of brain phenotypes, including cognitive measures. Further, we conducted simulations to explore how statistical power, diagnostic misclassification, and phenotypic heterogeneity affect genetic correlations. These results highlight the importance of common genetic variation as a risk factor for brain disorders and the value of heritability-based methods in understanding their etiology.
Dans les articles que j'ai traduits précédemment, j'ai comme toi le souvenir d'avoir vu l'autisme associé à la dépression, au trouble anxieux, au trouble de l'attention, à la schizophrénie aussi, et même à l'anorexie.
Diagnostic d'autisme juillet 2019.

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 26883
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: [Index] Psy : Jasons psychologie, psychiatrie...

#478 Message par Tugdual » jeudi 21 mai 2020 à 13:28

Fouloscopie parle des épidémies de panique :

Spoiler : ▮▶ : 
TCS = trouble de la communication sociale (24/09/2014).

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 26883
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: [Index] Psy : Jasons psychologie, psychiatrie...

#479 Message par Tugdual » samedi 23 mai 2020 à 9:25

Rejets répétés, syndrome de l'imposteur, burnout :
TCS = trouble de la communication sociale (24/09/2014).

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 26883
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: [Index] Psy : Jasons psychologie, psychiatrie...

#480 Message par Tugdual » mardi 26 mai 2020 à 9:38

TCS = trouble de la communication sociale (24/09/2014).

Répondre