[Index] Psy : Jasons psychologie, psychiatrie...

Pour les gens qui ont simplement envie de discuter sans souhaiter faire passer d'information particulière.
Message
Auteur
Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 29432
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: [Index] Psy : Jasons psychologie, psychiatrie...

#511 Message par Tugdual » mercredi 14 octobre 2020 à 20:34

TDAH chez l'adulte :
TCS = trouble de la communication sociale (24/09/2014).

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 29432
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: [Index] Psy : Jasons psychologie, psychiatrie...

#512 Message par Tugdual » lundi 19 octobre 2020 à 20:39

TCS = trouble de la communication sociale (24/09/2014).

Avatar du membre
Curiouser
Modératrice
Messages : 1367
Enregistré le : mardi 3 septembre 2019 à 9:43
Localisation : Île-de-France

Re: [Index] Psy : Jasons psychologie, psychiatrie...

#513 Message par Curiouser » vendredi 23 octobre 2020 à 14:25

Je mets l'info ici, même si elle concerne également le domaine de la fiction :
Que se passe-t-il dans la tête d’Hannibal Lecter et dans celle de Rambo ? D’où vient l’inquiétante aura de Tony Soprano ? Que cache le sourire de Dexter ou le rire du Joker ?

Christophe Debien, psychiatre hospitalier et co-auteur de la chaîne youtube Psylab, révèle les troubles psychiatriques : dépression, schizophrénie, bipolaires…, des héros et anti-héros du cinéma et des séries télévisées.

Les illustrations de l’artiste Ben Fligans nous replonge dans les scènes cultes de Shining, The Voices ou Maniac.

Vous allez comprendre pourquoi vous adorez certains personnages fortement perturbés…
En lire une critique ici.
Diagnostiquée TSA en janvier 2021.
Conjoint diagnostiqué TSA en octobre 2020.

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 29432
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: [Index] Psy : Jasons psychologie, psychiatrie...

#514 Message par Tugdual » vendredi 23 octobre 2020 à 19:26

Ça peut effectivement être à la fois amusant et instructif...

:mryellow:
TCS = trouble de la communication sociale (24/09/2014).

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 29432
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: [Index] Psy : Jasons psychologie, psychiatrie...

#515 Message par Tugdual » lundi 26 octobre 2020 à 22:10

En rapport avec ceci :

Spoiler : ▮▶ : 
TCS = trouble de la communication sociale (24/09/2014).

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 28914
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: [Index] Psy : Jasons psychologie, psychiatrie...

#516 Message par freeshost » mardi 27 octobre 2020 à 17:20

J'ai partagé un fichier qui résume l'aversion au risque et l'aversion à l'incertitude ici, dans le dossier Prise_De_Decision . :P
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

Diagnostiqué autiste en l'été 2014 :)

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 29432
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: [Index] Psy : Jasons psychologie, psychiatrie...

#517 Message par Tugdual » vendredi 30 octobre 2020 à 11:27

Le dernier épisode de PsykoCouac sur les crises psychotiques :

Spoiler : ▮▶ : 
TCS = trouble de la communication sociale (24/09/2014).

Zia .
Fidèle
Messages : 167
Enregistré le : vendredi 24 juillet 2020 à 22:19

Re: [Index] Psy : Jasons psychologie, psychiatrie...

#518 Message par Zia . » samedi 31 octobre 2020 à 11:32

Tugdual a écrit :
vendredi 30 octobre 2020 à 11:27
Le dernier épisode de PsykoCouac sur les crises psychotiques :

Spoiler : ▮▶ : 
Je l'ai faite tourner au boulot. J'ai adoré le concept de "saillance".
HQI + troubles du comportement détecté dans l'enfance
SA évoqué par psychologue (non spécialisée)
Rencontre avec le neuropsychologue début janvier

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 29432
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: [Index] Psy : Jasons psychologie, psychiatrie...

#519 Message par Tugdual » jeudi 5 novembre 2020 à 13:39

La science d’une personnalité :
TCS = trouble de la communication sociale (24/09/2014).

Avatar du membre
Curiouser
Modératrice
Messages : 1367
Enregistré le : mardi 3 septembre 2019 à 9:43
Localisation : Île-de-France

Re: [Index] Psy : Jasons psychologie, psychiatrie...

#520 Message par Curiouser » jeudi 5 novembre 2020 à 14:06

Tugdual a écrit :
jeudi 5 novembre 2020 à 13:39
La science d’une personnalité :
Intéressant. Ça me fait penser à la petite série d'Arte intitulée Dopamine, qui montrait les effets des circuits de la récompense dans le cas des réseaux sociaux et autres applications.
Spoiler : 
On se disait avec mon conjoint, en regardant ces vidéos, que ben, on n'était pas du tout normaux vu que ce type de choses (bon, on utilise guère que Youtube, et un peu Twitter de mon côté) ne nous faisait pas ressentir les effets d'excitation et de plaisir décrits (contrairement au fait de trouver des livres, documentaires ou autres ressources sur des intérêts spécifiques ou des passions). J'avais émis l'hypothèse selon laquelle c'était parce que nous n'étions pas intéressés par les aspects sociaux (lui encore moins que moi), et que donc, ce qui était décrit dans Dopamine ne pouvait pas fonctionner chez nous :mrgreen:
Il y aurait des choses à creuser du côté du cortex préfrontal, donc...
Diagnostiquée TSA en janvier 2021.
Conjoint diagnostiqué TSA en octobre 2020.

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 29432
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: [Index] Psy : Jasons psychologie, psychiatrie...

#521 Message par Tugdual » jeudi 5 novembre 2020 à 17:42

Oui, et j'avais évoqué cette série sur le forum ici (j'en ai profité pour mettre à jour le post).

Spoiler : 
Tout pareil.

:mryellow:
TCS = trouble de la communication sociale (24/09/2014).

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 29432
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: [Index] Psy : Jasons psychologie, psychiatrie...

#522 Message par Tugdual » lundi 9 novembre 2020 à 9:33

Ce que le cinéma et les séries :
TCS = trouble de la communication sociale (24/09/2014).

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 28914
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: [Index] Psy : Jasons psychologie, psychiatrie...

#523 Message par freeshost » mercredi 11 novembre 2020 à 7:48

Chaos, complotisme, etc.
Bertrand Kiefer

2 septembre 2020



L’OFSP qui se trompe sur les chiffres, les masques inutiles puis obligatoires, les experts qui cacophonisent pendant que de pseudo-experts surgissent des placards du populisme. Le jeu des quarantaines et rétorsions entre pays voisins, les études bidonnées, le Lancet et le NEJM qui se font bananer. Et puis les allumés, ceux qui produisent une bonne partie de l’info lue par le pékin moyen, les complotistes qui savent, ceux qui affirment que les masques empêchent l’oxygénation du cerveau, ou tuent, ceux qui ont Trump le « serial liar » comme idole, les enquêteurs anti science « officielle » qui proclament, dans une même certitude, que le virus n’existe pas et qu’il a été créé par des labos chinois/du FBI, ou encore qu’il est transmis par la 5G. Toute la sphère du refus qui part à la dérive, postant sur les réseaux sociaux des liens vers des sites fascistes, antisémites, homophobes, intégristes, négationnistes. Le réveil de la magie, de l’exclusion identitaire, du chacun pour soi arrogant au nom de la liberté. Et, de plus en plus, la violence, pour le moment maîtrisée mais qui enfle, se complexifie, annonçant des conflits plus ouverts, claniques, religieux – de cette religion que distille l’alambic du Net, pétillante de passions tristes.

Et tout cela, c’est un virus de 14 gènes qui l’a fait émerger. Impressionnant, ce virus. Il est petit, mais à lui tout seul il fait convulser la modernité.

Donc, oui, les responsables sanitaires et politiques n’ont pas fait tout juste, ont un peu menti et dit quelques bêtises. À leur décharge, il faut dire que la science du virus s’est construite en temps réel, avançant à tâtons, se solidifiant lentement, sous les yeux de la population, suscitant des critiques et des doutes légitimes. Mais il ne s’agit pas de doutes, dans ce qui arrive à l’époque, ni de saines remises en question démocratique. Un autre phénomène est à l’œuvre.

D’abord, avec Internet, la production d’informations s’est emballée, et surtout dérégulée, sans que nul ne sache plus qui a autorité, ni même s’il existe encore une autorité. Comment comprendre où se trouve le récit scientifique et pourquoi d’autres récits, souvent beaucoup plus séduisants, ne sont pas en prise avec la réalité ? Produire de la connaissance scientifique a l’air simple. N’importe qui s’estime capable de le faire, comme n’importe qui peut taper sur les touches d’un piano en prétendant faire de la musique. Seulement voilà : la science suppose des codes, des systèmes de référence, un vaste dispositif permettant un rapport au réel. Elle n’affirme pas une vérité, mais elle se prétend capable de dire que ceci est plus vrai que cela. Dans le monde du Net, où le vrai se résume à une affaire d’opinion, cette démarche apparaît irrecevable et même scandaleuse. Chacun veut faire valoir son point de vue, la musique de la science est dépecée en morceaux, les individus s’amusent avec les touches du piano scientifique, émerveillés par leurs propres sons. Et chacun cherche d’autres petits sons semblables à ceux qu’il produit, s’enfermant dans des bulles d’influence et des biais de confirmation.

Mais le complotisme, c’est différent. Ou plutôt, il part de cela pour avancer vers un tout autre registre. Dans un monde désenchanté, où la science n’a pas de solutions aux drames environnementaux, sauf à nous dire qu’il faut changer radicalement de manière de vivre, et où, concernant la pandémie, elle n’a aucun savoir solide sur sa durée, l’arrivée possible d’un traitement efficace ou d’un vaccin, le complotisme, lui, propose des certitudes et des remèdes. Par exemple : la pandémie est terminée (ou n’a jamais existé), les masques sont dangereux et inutiles et l’hydroxychloroquine guérit. Mais le complotisme ne se contente pas de fabriquer des vérités. À la manière d’une religion, il produit du mystère. Il affirme – plus exactement : croit et fait croire – qu’il existe un secret. Il prétend connaître l’existence cachée de mises en scène au service d’intérêts invisibles. « On » nous ment, « on » nous cache quelque chose. Qui est ce « on » ? Le président-complotiste d’une démocratie nord-américaine ne cesse d’évoquer un mystérieux « État profond ». Qui est derrière ? C’est un secret. Et c’est dans le savoir-révélation du secret que se trouve le ressort religieux. Ce qui est caché – généralement un complot visant à manipuler les masses – les naïfs, les crédules, ne sont même pas capables de l’imaginer. Seuls les complotistes (qui eux-mêmes ne s’appellent jamais ainsi), parce qu’ils osent penser différemment, comprennent. Ils constituent une élite, un peuple élu, les illuminati d’un savoir gnostique. Comme dans n’importe quelle secte, il y a donc « eux » et « nous ». D’un côté, ceux qui acceptent le discours « officiel », incapables de voir qu’on leur ment, qu’on les manipule, qu’on les amène vers un but précis de contrôle et de domination, ou de remplacement identitaire. Et d’un autre côté, ceux – les complotistes – qui ne croient pas ce discours, qui refusent d’être des moutons, qui constituent l’élite de la liberté, partageant la position et le sentiment de supériorité que donne la « véritable pensée critique ».

Pour le complotisme, les événements résultent d’une volonté. Quelqu’un – une entité obscure – organise de grands événement tragiques, comme la pandémie de Covid, et en contrôle les tenants et aboutissants. Ce qui revient à croire à des pouvoirs magiques. Fascinés par leur savoir gnostique, les complotistes ne comprennent pas que la complexité d’une pandémie, de ses effets, des gains et pertes économiques et politiques qu’elle entraînent, sont impossibles à prévoir. Bien sûr, il existe des forces, en particulier de gigantesques pouvoirs économiques ou politiques, qui tentent de contrôler les comportements humains à leur profit. Mais d’abord, ces forces intéressent peu les complotistes : elles sont trop visibles et leur dénonciation trop mainstream. Même les médias – que les complotistes détestent – s’accordent sur leur existence. Il y a certes, autour du Covid, une dénonciation complotiste de l’industrie pharmaceutique, qui manipulerait les résultats des études. Mais cette dénonciation est confuse, les pharmas ayant des intérêts contradictoires et multiples, y compris dans les vaccins (et donc l’échec du traitement).

Le complotisme ne croit ni à la causalité (ni donc à la responsabilité individuelle ou collective), ni au hasard ou au contingent. À la tendance paranoïde des sociétés de l’abondance, il ajoute une défiance généralisée, un prêt-à-penser pseudo-rebelle, un refus du réel enveloppé dans une espèce de mystique de la pureté. Et cette forme de nihilisme – mentir et dénoncer partout le mensonge – s’accompagne de menaces, de textes violents sur les réseaux sociaux, d’une victimisation à la recherche de responsables, autrement dit d’un lâcher des amarres éthiques qui laisse partir les humains vers leurs vieux travers : l’entre-soi tribal, la certitude excluante. C’est cet archaïsme anthropologique, cette face sombre de l’humanité, qui est le port des complotistes. Ils détestent l’humilité que suppose la science, mais en même temps s’opposent aux différentes formes d’émancipation en se ralliant aux vieilles symboliques haineuses, organisées elles-mêmes en complot. Sous nos yeux, on peut voir, aussi éloigné cela semble-t-il du point de départ, le complotisme péri-Covid dériver vers le fascisme, l’antisémitisme, le machisme, l’homophobie et différentes formes de négationnisme. Comme fasciné par le pire, ou attiré par le vide. Le mouvement pourrait devenir incontrôlable. Il y a malaise dans la civilisation.
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

Diagnostiqué autiste en l'été 2014 :)

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 28914
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: [Index] Psy : Jasons psychologie, psychiatrie...

#524 Message par freeshost » mercredi 11 novembre 2020 à 7:57

Oui, ce n'est pas parce que la réalité est désagréable qu'il faut prendre l'habitude de la nier (on pourrait qualifier cette attitude comme exemple d'attitude de mauvais perdant, ou de refus de l'adversité).

Je vais donc autant que possible éviter le déni de réalité.

Bon, il arrive parfois que la réalité vécue soit tellement désagréable qu'il est difficile d'éviter (ou de trouver meilleure solution que) le déni de réalité.

Mais la pandémie est-elle une réalité insurmontable pour vous ?

On retrouve l'aversion au risque et la tentation totalitariste. Ou encore le fait de ne pas vouloir changer ses habitudes donc de préférer nier la réalité.

On ne le dira jamais assez : aucun être n'est omniscient, ni aucun groupe. Donc ouste les pensées "ils savent tout, on ne nous dit rien, on nous cache tout".

Il y est mentionné le fameux biais de confirmation, favoris par les bulles d'influence, l'entre-soi, les algorithmes qui te montrent ce qui te plaît, etc.

Tsé, cette pensée magique... ou aussi cette difficulté de certaines personnes à admettre "je ne sais pas", "nous ne savons pas", "personne ne sait", qui peut être liée au "j'le savais" (le biais rétrospectif)...
Modifié en dernier par freeshost le samedi 21 novembre 2020 à 23:55, modifié 1 fois.
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

Diagnostiqué autiste en l'été 2014 :)

Avatar du membre
Zebra3
Fidèle
Messages : 151
Enregistré le : samedi 31 décembre 2016 à 18:57

Re: [Index] Psy : Jasons psychologie, psychiatrie...

#525 Message par Zebra3 » jeudi 12 novembre 2020 à 1:10

Et cette forme de nihilisme – mentir et dénoncer partout le mensonge – s’accompagne de menaces, de textes violents sur les réseaux sociaux, d’une victimisation à la recherche de responsables, autrement dit d’un lâcher des amarres éthiques qui laisse partir les humains vers leurs vieux travers : l’entre-soi tribal, la certitude excluante. C’est cet archaïsme anthropologique, cette face sombre de l’humanité, qui est le port des complotistes. Ils détestent l’humilité que suppose la science, mais en même temps s’opposent aux différentes formes d’émancipation en se ralliant aux vieilles symboliques haineuses, organisées elles-mêmes en complot.
C'est marrant, pour moi qui adhère (humblement, par ressenti) aux théories (non scientifiques) tendance evopsy notamment sur le TDAH (comme quoi ça pourrait être un état plus proche de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs, mais comme le dit le texte, attention aux biais de confirmation), et pour reprendre les mots du texte, la prise en compte de l'aspect archaïque anthoropologique tribal et son observation grâce aux neurosciences permettrait justement d'arriver à un meilleur vivre-ensemble, une certitude inclusive, pour que tout un chacun s'émancipe, plutôt qu'un entre-soi. Mais il y a du boulot.
Statut : Proche d'éventuel(s) aspie(s) et/ou TDA/H. Personnellement, probable tendance TDA, doué, zébré :mryellow: éventuellement tendance aspie. Je vais peut-être faire un bilan neuropsy...

Répondre