Epigénétique - sujet global

Pour les gens qui ont simplement envie de discuter sans souhaiter faire passer d'information particulière.
Message
Auteur
Kilauea
Passionné
Messages : 378
Enregistré le : jeudi 31 décembre 2015 à 11:48

Epigénétique - sujet global

#1 Message par Kilauea » mercredi 17 février 2016 à 12:00

Je me lance, je mets ça ici car le sujet est global et non lié spécifiquement à l’autisme.
J’ai déjà trouvé un sujet ici (si c’est redondant, un modérateur pourra fusionner ?)
http://forum.asperansa.org/viewtopic.p ... e#p163481
J’ai lu il y a quelques mois dans le magazine la recherche, un article qui traitait de l’épigénétique. Comme ça m’a intéressé, j’ai commencé à creuser le sujet, et à lire pas mal de chose sur le sujet (dont en ce moment une thèse intitulée « Epigénétique et méthylation de l’ADN : Etude des mécanismes d’interaction du domaine SRA de UHRF1 avec l’ADN hémi-méthylé », si ça en intéresse certains).
Vu que je n’ai pas de formation scientifique poussée, je serai bien incapable d’expliquer avec des termes précis ce dont tout ceci relève (Wikipédia et google sont bien plus doués que moi sur ce sujet), mais d’après ce que j’en ai comprit, c’est vraiment passionnant !

Et me voici donc dans mes réflexions existentielles (encore) sur ce sujet.
Alors l’épigénétique est depuis quelques années de plus en plus étudiée. De nombreuses études ont révélées que l’environnement pouvait en effet avoir des impacts sur l’individu dans l’expression de ces gènes (me corriger si j’ai mal résumé l’idée), et que ces modifications pouvaient également se transmettre aux générations suivantes.

Ainsi, les cancers (certains ?), pourraient être causés par ces « mutations ». Les chercheurs travaillent donc à comprendre le mécanisme, les causes, les paramètres… afin de pouvoir inverser cette action, et donc « modifier » les gènes eux même pour soigner le cancer. Jusque là, très bien, je trouve ça passionnant, et si ça peut éviter aux gens de mourir de cancer, c’est vraiment très bien.

Ensuite, certaines maladie et troubles neurologiques, pourraient également découler de ces modifications (ma prochaine mission est de trouver une étude à lire dans ce sens). Donc, on se dit tient, on pourrait agir sur l’expression de ces gènes pour soigner les gens. La encore, très bien, c’est dans le but d’améliorer la vie des personnes.

Et c’est donc là que mes questions existentielles commencent.
Dans le cas du SA, et je m’adresse donc aux personnes diagnostiquées, mais aussi à celle en démarche, si demain un chercheur venait avec une technique révolutionnaire qui modifierait les gènes de votre cerveau, de manière à le modifier, pour que par exemple, le problème de communication disparaisse, accepteriez vous ?
Dans un sens, ok ça vous enlève un handicap, ça améliorerait sans doute votre vie dans le sens où ça serait plus facile, mais ça modifierait aussi et surtout votre personnalité, votre vous !
Là on ne parle pas de transformer des cellules cancéreuses en cellules saine, mais de modifier littéralement votre cerveau :crazy: (oui j’ai poussé mes réflexions assez loin).


Si on a la possibilité de « réparer » tous ce qui ne marche pas dans le cerveau… déjà j’ai une question, comment définit on que quelque chose ne marche pas quand il s’agit du comportement ?
Je m’explique, que votre cerveau provoque un trouble moteur, c’est fonctionnel. Que votre cerveau ne comprend pas l’implicite, c’est interne. Dans ce cas, modifions le cerveau des gens qui comme moi sont nul en physique. (je ne sais pas si je réussis a exprimer mon idée)

Tout ce qui touche à ce domaine se rapporte beaucoup à l’idée de normalité. Dans ce cas, on pourrait se servir de l’épigénétique pour corriger tout et n’importe quoi (j’extrapole volontairement là)

Enfin, voilà l’idée. Ca m’intéresserai d’avoir vos opinions.
(Et j’arrête volontairement ce post ici où je continuerai encore pour plusieurs centaines de lignes)

(et désolée pour l’orthographe:/, j’ai beau relire, j’ai du mal à tout corriger)
non diagnostiquée
En cours de réflexion

Avatar du membre
Ixy
Forcené
Messages : 4618
Enregistré le : jeudi 20 mars 2014 à 20:59
Localisation : 92

Re: Epigénétique - sujet global

#2 Message par Ixy » mercredi 17 février 2016 à 12:19

je ne comprend pas pourquoi tu parles de modifications génétiques dans ta deuxième partie car justement l'épigénétique s'intéresse à la variabilité de l'expression génétique sans altérer l'ADN. Les découvertes que l'on est en train de faire montrent que l'effet de facteurs génétiques peuvent être réduits ou amplifiés selon l'environnement et l'histoire d'une personne.

Il y a eu un reportage sur Arte http://www.arte.tv/guide/fr/052761-000- ... e-heredite malheureusement il n'est plus disponible actuellement à moins de louer le documentaire.

EDIT : le documentaire se trouve sur Youtube :
Je n'ai pas de diagnostic /!\
Ce que tu as la force d'être, tu as aussi le droit de l'être - Max Stirner

Avatar du membre
Kyhiil
Forcené
Messages : 894
Enregistré le : mardi 26 janvier 2016 à 22:58
Localisation : Caen

Re: Epigénétique - sujet global

#3 Message par Kyhiil » mercredi 17 février 2016 à 12:21

Moi je refuserai.
On veut que je sois comme tout le monde. J'ai essayé. Ça ne m'a pas plus. Je n'ai pas envie d'abandonner ma personalité, mes difficultés parce que je perdrai ma force et mon identité.
Ma force, c'est de reussir à traverser la realité sans qu'elle m'atteigne, et à mettre une cape d'invisibilité sur moi. De ce fait, j'observe et je reflechis sur les actions des autres. Oui je ne comprend que peut de chose. Alors pourquoi j'aurais envie d'etre ce que je ne comprend pas?
Ce n'est pas une question de handicap, c'est une question "humaine". Le droit de choisir qui l'on est. (Je ne sais pas si je m'exprime bien.). C'est comme si on disait aux NT qu'on allait leurs mettre les difficultés des aspies. Ça n'a pas de sens de transformer des gens puisque selon moi ça ne peut qu'etre transformer des gens en pire.
De même, une fois "operé", je m'imagine mal etre capable d'avoir une vie normale parce que je me souviendrai.
Je pense aussi qu'au fil des années les aspies créent leurs bouclier contre le monde qu'ils voient, mais les NT ont aussi leurs systeme de defense, contre leurs difficultés non? Transformer un aspie en NT rendrait leurs bouclier ineficace, car le monde perçu serait different. La readaptation serait peut etre plus dure qu'on ne le pense.

Mais je ne dis ça peut etre parce que je ne me sens pas handicappée mais juste moi même. Un aspie qui vit mal sa situation verra peut être cette solution comme une delivrance.
Recommence à songer doucement au diagnostique..

Avatar du membre
Moonygirl
Forcené
Messages : 956
Enregistré le : jeudi 28 mai 2015 à 22:47

Re: Epigénétique - sujet global

#4 Message par Moonygirl » mercredi 17 février 2016 à 12:39

C'est compliqué. Et ça dépend des jours. Mais en gros: oui, ça modifierais complètement la personne que je suis, mais je ne m'aime pas spécialement, donc ...

Si on me proposais ça dans un mauvais jour ... :roll:
TSA, TDA, Dyspraxie neuro-visuelle (08/12/15)

Kilauea
Passionné
Messages : 378
Enregistré le : jeudi 31 décembre 2015 à 11:48

Re: Epigénétique - sujet global

#5 Message par Kilauea » mercredi 17 février 2016 à 12:41

je ne comprend pas pourquoi tu parles de modifications génétiques dans ta deuxième partie car justement l'épigénétique s'intéresse à la variabilité de l'expression génétique sans altérer l'ADN. Les découvertes que l'on est en train de faire montrent que l'effet de facteurs génétiques peuvent être réduits ou amplifiés selon l'environnement et l'histoire d'une personne
Parce que comme annoncé, je suis super nulle pour résumer mon idée avec les bons mots (c'est pour ça que certains sont accompagnés de guillemets, car je suis persuadée que ce n'est pas les bons, un dessins serait plus clair). Là en effet ça peut porter à confusion. Mais j'ai bien comprit qu'on ne manipule pas le gène, mais qu'on active/amplifie ou inhibe certains caractères. (Je me trompe encore? :? )

Je ne sais pas comment je pourrai résumer ça de manière correcte.
non diagnostiquée
En cours de réflexion

Avatar du membre
Ixy
Forcené
Messages : 4618
Enregistré le : jeudi 20 mars 2014 à 20:59
Localisation : 92

Re: Epigénétique - sujet global

#6 Message par Ixy » mercredi 17 février 2016 à 12:46

Oui c'est tout à fait ça :bravo: . Mais les recherches ne sont qu'à leur balbutiements. Ce qui serait un pas serait de comprendre déjà l'influence d'éléments sur lesquels on a facilement le contrôle comme l'alimentation :)
Je n'ai pas de diagnostic /!\
Ce que tu as la force d'être, tu as aussi le droit de l'être - Max Stirner

Kilauea
Passionné
Messages : 378
Enregistré le : jeudi 31 décembre 2015 à 11:48

Re: Epigénétique - sujet global

#7 Message par Kilauea » mercredi 17 février 2016 à 12:54

Ixy a écrit :Oui c'est tout à fait ça :bravo: .
:lol: Cool je ne suis pas complètement stupide, je ne trouves juste pas mes mots.

Dans l'article que j'ai lu par exemple, la chercheuse qui donnait l'interview travaillait beaucoup sur le chromosome X. L'article était super bien fait (il faudrait que je le retrouve en ligne ou que je le retape)

Pour l'alimentation ça semble simple, mais je penses que c'est un des domaines extrêmement complexe de par sa diversité.
Si tu étudies dans un premier temps l'expression des gènes en présence d'une substance unique, j'imagine que les résultats sont plus simples à collecter (et encore). Mais l'alimentation, il faudrait tester plusieurs aliment, sur des périodes de temps variables, en associations variées :crazy: (dans mon esprit l’alimentation est plus compliqué que l'exposition à l’amiante par exemple, mais ça ne reste que la représentation que je m'en fais)
non diagnostiquée
En cours de réflexion

Avatar du membre
Ixy
Forcené
Messages : 4618
Enregistré le : jeudi 20 mars 2014 à 20:59
Localisation : 92

Re: Epigénétique - sujet global

#8 Message par Ixy » mercredi 17 février 2016 à 12:58

Bien sûr mais reste toutefois plus simple que des facteurs comportementaux par exemple :bravo:
Je n'ai pas de diagnostic /!\
Ce que tu as la force d'être, tu as aussi le droit de l'être - Max Stirner

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 29943
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Epigénétique - sujet global

#9 Message par Tugdual » mercredi 17 février 2016 à 15:15

Ixy a écrit :je ne comprend pas pourquoi tu parles de modifications génétiques dans ta deuxième partie car justement l'épigénétique s'intéresse à la variabilité de l'expression génétique sans altérer l'ADN. Les découvertes que l'on est en train de faire montrent que l'effet de facteurs génétiques peuvent être réduits ou amplifiés selon l'environnement et l'histoire d'une personne.
Et on peut ajouter que ces modifications épigénétiques,
si elles peuvent parfois être transmises à la génération
suivante, ont pour caractéristique d'être réversibles ...
TCS = trouble de la communication sociale (24/09/2014).

Kilauea
Passionné
Messages : 378
Enregistré le : jeudi 31 décembre 2015 à 11:48

Re: Epigénétique - sujet global

#10 Message par Kilauea » mercredi 17 février 2016 à 15:52

Tugdual a écrit :Et on peut ajouter que ces modifications épigénétiques,
si elles peuvent parfois être transmises à la génération
suivante, ont pour caractéristique d'être réversibles ...
:roll: Réversible chez la génération suivante tu veux dire?
Je vais tenter de mieux m'exprimer. Si il y a une modification épigénétique chez la personne A et qu'elle transmet son gène dans l'état avec une certaine activation ou inhibition à une personne de A+1 (génération suivante), la caractéristique de ce gène sera celui de base de la personne A+1. Donc on peut imaginer qu'on peut modifier son expression artificiellement, par facteur environnant ou chimique (imaginons...).
Ca voudrait dire qu'une fois l'expression du gène modifier chez A+1, on pourrait faire rechanger l'expression du même gène pour revenir à son état initial?

Je pose la question, parce que ça serait flippant, et un peu étrange par rapport à ce que j'ai lu sur le chromosome X et son action d'inactivation. L'inactivation ne modifie pas l'ADN mais entraîne tout de même des changements importants (de ce que je comprends, encore une fois, peut être que je comprends mal)

extrait d'un article sur l'inactivation du chromosome X

"Dans les années quatre-vingt-dix, de nombreuses études ont en effet montré que le gène Xist était l'élément clé indispensable à la mise en place de l'inactivation [6]. D'une part, plusieurs équipes ont effectué des délétions* de ce gène au niveau d'un des deux chromosomes X de cellules femelles. Elles ont observé que, systématiquement, le chromosome X ainsi délété ne pouvait plus être inactivé. D'autre part, d'autres groupes ont introduit, par transgenèse, différentes parties du centre d'inactivation au sein de chromosomes non sexuels. Ils ont alors observé que, lorsque le gène Xist fait partie de la séquence transférée et qu'il est transcrit, l'ARN qu'il produit recouvre l'autosome qui le porte comme s'il s'agissait d'un chromosome X, ce qui aboutit à l'inactivation des gènes de cet autosome. C'est également le cas lorsque Xist est transféré seul, et qu'il est transcrit. L'ensemble de ces études démontrait donc que l'ARN Xist était non seulement nécessaire, mais même suffisant, à la mise en place de l'inactivation [7].

Toutefois, la fenêtre de temps durant laquelle il peut agir est limitée. Anton Wutz et Rudolph Jaenisch, du Whitehead Institute for Biomedical Research, aux États-Unis, ont en effet observé, en 2000, que, si l'on retarde l'expression du gène Xist, l'ARN recouvre toujours le chromosome dont il est issu mais n'a plus aucun effet sur la transcription de ses gènes. Inversement, une fois l'inactivation du chromosome établie, l'élimination de Xist n'a plus aucun effet sur l'extinction des gènes. Xist n'est donc nécessaire qu'à l'initiation de l'inactivation, et non à son maintien."

Si je comprends bien, une fois le processus d'inactivation lancé, c'est lancé.

Après cet exemple, c'est une grosse inactivation.
Tu veux dire que l'expression des gènes peut naturellement faire le yoyo?

(je suis chiante désolée, mais ça me laisse plein de questions ta phrase, et je suis curieuse :))
non diagnostiquée
En cours de réflexion

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 29943
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Epigénétique - sujet global

#11 Message par Tugdual » mercredi 17 février 2016 à 16:04

Kilauea a écrit :Tu veux dire que l'expression des gènes peut naturellement faire le yoyo?
Oui, dans certains cas au moins c'est prouvé.

Et c'est logique : l'épigénétique concerne l'adaptation
à l'environnement, que ce soit dans un sens, ou dans l'autre.

Mais de mémoire, il y a parfois une certaine "inertie",
c'est à dire que la "réversabilité" peut avoir être effective
à la génération "n+1" ou "n+2" (si environnement adéquat).

Je vais rechercher mes sources ...

À noter que ce domaine de recherches est assez neuf, et
en plein développement : les mécanismes d'expression
des gênes sont de plus en plus finement connus ...

Par ailleurs, il n'y a pas un unique mécanisme de contrôle
de l'expressivité des gênes, et le cas du chromosome X
est particulier ...
TCS = trouble de la communication sociale (24/09/2014).

Kilauea
Passionné
Messages : 378
Enregistré le : jeudi 31 décembre 2015 à 11:48

Re: Epigénétique - sujet global

#12 Message par Kilauea » mercredi 17 février 2016 à 16:10

:) Si tu retrouves les sources, je les veux bien.

Après ce que tu dis, j'arrive à le conceptualiser dans le cas d'une accentuation ou d'une inhibition. Mais dans le cas extrême ou c'est inactivé, je n'arrive pas à m'imaginer comment ça peut "naturellement" se réactiver sur la même génération. Ca existe d'après ce que tu me dis, mais sans support visuel et bien décrit, j'ai vraiment du mal à schématiser tout ça dans ma tête.
non diagnostiquée
En cours de réflexion

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 29943
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Epigénétique - sujet global

#13 Message par Tugdual » mercredi 17 février 2016 à 16:14

Un article qui présente globalement l'épigénétique : Un article plus léger qui parle dans le cas
du stress de la sur-expression de Crf1 : D'autres articles plus récents : Modifications :
  • 17/02/2016 : Ajout de deux liens.
  • 17/02/2016 : Ajout d'un troisième lien.
TCS = trouble de la communication sociale (24/09/2014).

Avatar du membre
Rudy
Forcené
Messages : 1128
Enregistré le : samedi 28 mars 2015 à 18:52

Re: Epigénétique - sujet global

#14 Message par Rudy » mercredi 17 février 2016 à 16:53

Je ne pourrai pas répondre aux questions sur l'épigénétique. Pour celles ci :
Kilauea a écrit :Et c’est donc là que mes questions existentielles commencent.
Dans le cas du SA, et je m’adresse donc aux personnes diagnostiquées, mais aussi à celle en démarche, si demain un chercheur venait avec une technique révolutionnaire qui modifierait les gènes de votre cerveau, de manière à le modifier, pour que par exemple, le problème de communication disparaisse, accepteriez vous ?
Je dirai que oui. Mais, à partir du moment où ça se fait dans l'enfance et pas après. Parce qu'en soit, je ne suis pas particulièrement attachée à mes difficultés qui induisent ceci ou cela, mais pas dans l'optique de ne pas changer ce que je suis, mais, je suppose que si on venait à changer ma façon de fonctionner en tant qu'adulte, cela demanderait une réadaptation très importante, beaucoup d'incompréhension, puisque je n'aurai jamais appris à vivre comme ça. Je suppose que ça créerait des troubles de la personnalité, de l'identité...
Kilauea a écrit :déjà j’ai une question, comment définit on que quelque chose ne marche pas quand il s’agit du comportement ?
Je ne suis pas sûre de comprendre... pour moi, le troubles du comportement sont très différents des déficits. Le comportement, on le considère inadapté ou "pas dans la norme" ou problématique lorsque ce n'est pas favorable à son intégration dans la société (ça concerne pour beaucoup les comportements hyperactifs, violents, auto-mutilatoire...). Comme je l'ai interprété très personnellement dans le guide d'Atwood, il y a une façon simple de "supprimer" l'autisme d'une personne... c'est de le retirer des autres. Dans le sens où, pour qu'on considère qu'il y a un soucis, il faut bien qu'ils soient en contact avec les autres.
Diagnostiquée avec un TSA léger (anciennement Asperger) par un CRA.

Avatar du membre
misty
Forcené
Messages : 4592
Enregistré le : vendredi 23 janvier 2015 à 18:16

Re: Epigénétique - sujet global

#15 Message par misty » mercredi 17 février 2016 à 17:11

Je suis passionnée de tout ça aussi en ce moment (surtout concernant les neuro-sciences) mais aujourd'hui je vais avoir du mal à communiquer dessus (la tête trop ailleurs)...

En attendant:
Dans le cas du SA, et je m’adresse donc aux personnes diagnostiquées, mais aussi à celle en démarche, si demain un chercheur venait avec une technique révolutionnaire qui modifierait les gènes de votre cerveau, de manière à le modifier, pour que par exemple, le problème de communication disparaisse, accepteriez vous ?
Non, car 1/ça me ferait peur et 2/ça me poserait un problème niveau éthique.
Tu veux dire que l'expression des gènes peut naturellement faire le yoyo?
C'est même ce qui se passe souvent, à ce que j'ai cru comprendre. L'expression des gènes dépend de beaucoup de facteurs (pas tous connus d'ailleurs).
Si on a la possibilité de « réparer » tous ce qui ne marche pas dans le cerveau… déjà j’ai une question, comment définit on que quelque chose ne marche pas quand il s’agit du comportement ?
Je pense que pour définir ça effectivement il faudrait définir une norme. Pas simple... :?
*Diag TSA*

***Nullius in verba***

Répondre