[Livre] Ginny Moon (Benjamin Ludwig)

Livres, publications, films, ressources en rapport avec l’autisme : donnez ici votre avis.
Répondre
Message
Auteur
Avatar du membre
misty
Forcené
Messages : 4580
Enregistré le : vendredi 23 janvier 2015 à 18:16

[Livre] Ginny Moon (Benjamin Ludwig)

#1 Message par misty » mardi 29 mai 2018 à 11:39

Détails et avis...

Ginny-Moon.jpg
Ginny-Moon.jpg (17.07 Kio) Vu 83 fois

Présentation :
Pour la première fois de sa vie, Ginny Moon a trouvé sa Maison-pour-Toujours : un foyer avec une famille aimante qui saura la protéger et l'entourer. Le foyer dont n'importe quel enfant adopté pourrait rêver. Alors pourquoi cette adolescente de 14 ans cherche-t-elle à tout prix à se faire kidnapper par sa mère biologique, incapable de s'occuper d'elle ? Pourquoi Ginny veut-elle absolument retourner dans cet appartement où elle a failli mourir ?
C'est une adolescente comme les autres : elle joue de la flûte, s'entraîne pour le tournoi de basket de l'école et étudie les poèmes de Robert Frost, à un détail près : elle est autiste.
Et certaines choses sont très importantes pour elle : commencer sa journée avec précisément neuf grains de raisin, chanter sur Michael Jackson (son idole), manger de la pizza au bacon et à l'ananas et, surtout, retrouver sa mère biologique pour pouvoir s'occuper de sa Poupée, qui court un grand danger.
Avec les moyens limités et pourtant redoutables d'une enfant enfermée dans son monde intérieur, Ginny va tout mettre en œuvre pour la sauver.

Benjamin Ludwig, lui-même parent adoptif d'une adolescente autiste, nous offre avec Ginny Moon un premier roman d'apprentissage émouvant, tendre et drôle, une plongée dans l'univers mental d'une enfant prisonnière des limites du langage, mais bien déterminée à parvenir à ses fins. On rit, et on retient son souffle jusqu'à la fin. Une petite merveille.

Je ne l'ai pas encore lu, mais j'ai eu de très bons retours (de non-autistes).
*Diag TSA*


“Though my soul may set in darkness, it will rise in perfect light;
I have loved the stars too fondly to be fearful of the night.”

Sarah Williams

Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 2863
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 21:00
Localisation : Toulouse

Re: [Livre] Ginny Moon

#2 Message par olivierfh » vendredi 27 juillet 2018 à 20:39

misty a écrit :En fait je l'ai terminé et je n'ai pas trop aimé (la fin m'a beaucoup déçue pour ne pas dire mise très très en pétard). Par contre, je comprends pourquoi il plaît aux non-autistes.
Ah pourquoi? (j'ai vu par exemple cette critique qui a un avis plutôt positif)
TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017) + HQI (11/2016).
4 grands enfants avec quelques traits me ressemblant, les 2 cadets en début de parcours de diagnostic.

Avatar du membre
misty
Forcené
Messages : 4580
Enregistré le : vendredi 23 janvier 2015 à 18:16

Re: [Livre] Ginny Moon

#3 Message par misty » mercredi 8 août 2018 à 19:43

Ah pourquoi?
Parce qu'au bout de plus de 400 pages d'"efforts" de sa famille d'accueil pour la comprendre (enfin essayer), il me semble qu'on est en droit d'attendre autre chose que "stp essaie d'être un peu moins secrète".
Ca m'a vraiment énervée parce qu'on me demande ça sans arrêt, sauf que comme je suis un peu un mystère pour moi-même aussi, je ne peux pas donner aux gens des clés que je n'ai pas. Je trouve que c'est pareil pour le personnage, et que les attentes des personnes qui "veulent l'aider" sont complètement aberrantes (sauf la psy qui semble au point et surtout à l'écoute). C'est peut-être parce que je suis "de l'autre côté" que je le vois comme ça mais pendant tout le livre les gens ne pigent rien et à la fin on dirait que c'est à elle de faire des efforts pour que eux la comprennent. :|

Si d'autres personnes l'ont lu ils ont certainement un autre avis mais perso ça m'a déçue (et la critique dont tu parles émane d'un parent également).
*Diag TSA*


“Though my soul may set in darkness, it will rise in perfect light;
I have loved the stars too fondly to be fearful of the night.”

Sarah Williams

Antigone
Adepte
Messages : 210
Enregistré le : samedi 26 octobre 2019 à 10:04

Re: [Livre] Ginny Moon (Benjamin Ludwig)

#4 Message par Antigone » vendredi 12 juin 2020 à 19:15

Ca y est je l'ai terminé et je l'ai beaucoup, beaucoup aimé (et question littérature je suis très exigeante).

D'abord, sans spoiler :
- J'ai trouvé que l'auteur reste complètement dans le rôle de Ginny, du début à la fin. Lorsqu'un auteur décide de faire parler un enfant à la première personne, c'est souvent hasardeux et un peu bancal. Surtout si l'enfant en question est autiste, ou juste "différent". Pour une fois, je n'ai senti la trace de l'adulte nulle part. Et il n'a pas été tenté de sauter d'un point de vue à l'autre, ce qui donne souvent des récits décousus (parce que l'auteur ne peut s'empêcher de donner le point de vue de l'adulte alors que l'enfant ne peut pas le connaître...). Ici, c'est Ginny l'héroïne et toute son histoire n'est vue que par son prisme.
- L'auteur n'a aucune complaisance pour les personnages. Pas d'apitoiement sur la petite fille autiste au passé très difficile... Ginny est très émouvante mais elle peut aussi être frustrante, casse-pied, désagréable... bref une ado quoi. Les parents adoptifs ne sont pas du tout présentés comme des super-héros au grand coeur. Au contraire. On sent toute la difficulté que la vie avec une ado autiste, adoptée de surcroit, dans leurs actions. On sent leur désarroi à travers les mots de Ginny, mais aussi leurs incompréhensions et leurs erreurs de jugement. Je crois que j'ai tour à tour eut envie de gifler et d'embrasser chaque personnage.
- Le style est très fluide. Les presque 400 pages filent à toute vitesse, car l'écriture est bien maîtrisée. Pas de niaiserie, de succession de phrases clichés et neuneu.
- Je suis loin d'être une experte en autisme, mais je trouve que les traits autistiques, les stéréotypies de Ginny sont bien rendues sans être forcé pour autant, ou clichés. On comprend chaque page en quoi son raisonnement diffère de celui d'une enfant "normale" (même si parfois il est un peu difficile de faire la part entre les difficultés qui relèvent de son enfance maltraitée et ce qui est lié à son autisme...tout est probablement très lié), on comprend pourquoi être autiste est un défi du quotidien... Chacun de ses gestes, de ses pensées est conditionné par son handicap. On ressent les mêmes frustrations qu'elle, lorsqu'elle ne comprend pas les adultes qui l'entourent ou ses craintes. J'étais frustrée avec elle lorsqu'elle essaie désespérement de comprendre les changements qui viennent en permanence. On voit aussi avec ce livre que les autistes vivent les émotions aussi bien que les neuro-typiques, même si de l'extérieur cela ne s'exprime pas différemment. Les moments où Ginny se sent rejetée, repoussée sont très poignant. Elle met du temps à analyser pourquoi elle se sent mal, ce qui ne va pas c'est vrai mais elle n'en ressent pas moins de la tristesse.

misty a écrit :C'est peut-être parce que je suis "de l'autre côté" que je le vois comme ça mais pendant tout le livre les gens ne pigent rien et à la fin on dirait que c'est à elle de faire des efforts pour que eux la comprennent.
Je pense que c'est un parti pris de l'auteur. Comme je le disais plus haut, il n'a aucune complaisance envers les adultes. Il les montre tels qu'ils peuvent être avec Ginny, parfois bienveillants, parfois nuls, parfois juste à côté de la plaque... Pour moi, c'est la réaction de Ginny qui compte à ce moment-là. Elle ne se dit pas qu'elle va devoir changer. Elle comprend qu'elle va rester un mystère dans l'équation, qu'elle même ne sait plus très bien qui elle est mais que ce n'est pas grave parce qu'elle a une famille-pour-toujours... même si cette famille est loin d'être idéale. Qui qu'elle soit ils l'aimeront. Ils font d'ailleurs des efforts eux aussi.
Je ne pense pas que la mère lui demande de changer d'ailleurs. Elle est frustrée comme n'importe quelle mère d'ado qui aimerait que son enfant lui dise ce qui se passe dans sa tête. Pour moi ce n'est pas une injonction à faire changer Ginny, c'est plus un voeu pieux.
Et j'ai beaucoup aimé cette fin parce qu'elle n'est pas irréaliste. Pas de déclic magique et tout le monde est heureux, sans nuage. On sent que tout va être compliqué pour tout le monde encore très longtemps. Mais tout le monde veut essayer... Ginny, ses parents, tout le monde pense que ça en vaut la peine.

Pour conclure, je conseillerai vivement de lire ce livre à toute personne non-autiste car oui, pour une fois, on a accès au mode de pensée particulier d'un autiste (assez proche de la réalité je trouve). Bien sûr ce n'est pas un "mode d'emploi", mais moi je me suis souvent reconnue dans les sentiments de frustration et d'angoisse de Ginny.

Par contre, je mettrai quand même en garde les parents. J'ai cru comprendre que ce roman était classé en jeunesse. Certes l'héroïne a 14 ans mais je me méfierai avant de le faire lire... Les épreuves que Ginny subit sont dures (pas seulement celles liées à sa mère biologique et son passé ; plutôt les moments où elle perd son identité, ou elle se sent rejetée), elles pourraient faire écho assez violemment. A lire et discuter ensemble, donc.
Je veux savoir comment je m'y prendrais, moi aussi, pour être heureuse. Vous dites que cest si beau, la vie. Je veux savoir comment je m'y prendrai pour vivre." Anhouil

TSA depuis octobre 2019 - QI hétérogène

Répondre