[Documentaire] Extra Ordinaire - Sarah Lebas

Livres, publications, films en rapport avec l'autisme : donnez ici votre avis.
Message
Auteur
Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 2101
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 21:00
Localisation : Toulouse

Re: [Documentaire] Extra Ordinaire - Sarah Lebas

#31 Message par olivierfh » jeudi 22 novembre 2018 à 8:43

Youhou a écrit :
mercredi 21 novembre 2018 à 22:06
position victimaire systématique de l'autiste asperger ?
Vous allez finir par faire croire à tous les parents qui passent par la avec des inquiétudes que leurs enfants sont voués à être de gros dépressifs.
C'est un fait que la prévalence de l'anxiété et de la dépression est bien plus forte chez les TSA. (Mais rien d'obligatoire: ce n'est pas une caractéristique propre de l'autisme mais une "comorbidité" dans un monde qui ne comprend pas les TSA.)
s'exclure en revendiquant une identité.
L'identité existe dès que la classification CIM/DSM existe (l'identité "je suis cela", sans forcément une "identité sociale" d'exclusion des autres).
Ma présentation - HQI (11/2016), TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017).
4 enfants avec légers traits Asperger, le cadet surtout, aucun diagnostic lancé.

Avatar du membre
misty
Forcené
Messages : 3968
Enregistré le : vendredi 23 janvier 2015 à 18:16

Re: [Documentaire] Extra Ordinaire - Sarah Lebas

#32 Message par misty » jeudi 22 novembre 2018 à 12:20

Benoit a écrit :Les humains ne sont pas encore des machines dont il faut optimiser tout le temps disponible.
En théorie non, mais en pratique on y est déjà clairement, en tout cas pour certains types de population (minorités). C'est le principe du handicap: il faut lutter plus que les autres pour prétendre à la même chose (voire moins).
Le raisonnement du père d'Aymeric à mon avis, c'est que pendant que les autres ados s'abrutissent sur les réseaux sociaux à coups de selfies et autres (quand ils ne regardent pas du porno), son fils lui doit travailler à développer sa valeur ajoutée. Je trouve cette notion très importante, et j'observe beaucoup ce discours chez les parents d'autistes: sans cette valeur ajoutée la pilule ne passera pas.

Une nuance que je trouve de taille concernant les intérêts spécifiques:
1/ ce sont des domaines nécessaires aux autistes car ils leur permettent de gérer leur anxiété, de créer un lien avec le monde et éventuellement de s'intégrer un minimum à la société.
2/ ces domaines deviennent liés à une obligation de résultat, d'expertise, un talent "exceptionnel" à développer pour ensuite devenir un passeport. Si tu ne présentes pas ce passeport à la "brigade en charge de l'intégration" la barrière ne s'ouvrira pas.

La 2nde option me dérange, pourtant on y va tout droit (cf le retour des âneries en cascade au sujet de L.Salander et cie). Des problèmes de socialisation/intégration ne sont envisageables que si tu es une punk génie de l'informatique. A la limite, tu peux être un scientifique hurluberlu qui amuse la galerie (N.Dragonneau), mais si tu n'es ni l'un ni l'autre tu peux retourner piocher d'autres cartes.
Dans le cas où tu es un genre de mix des 2 (génie attendrissant=> Shaun Murphy?) tu peux avoir quelques chances. Il faut juste accepter d'être considéré comme une bête de foire et pas comme une personne (et ne pas oublier de dire merci).

Il y a vraiment beaucoup de gens qui sont dans cet esprit de "valeur ajoutée", et ça me semble moins fréquent concernant d'autres troubles psys ou la trisomie 21 par exemple (les parents de Laura, on les voit moins dire "oui mais elle n'apprend rien", par contre ça semble normal en contexte autistique).

Je pense que le titre est ironique sur ce point, d'ailleurs c'est mentionné au tout début: devoir être "extraordinaire" pour avoir le droit d'être ordinaire (une personne trisomique qui a un emploi doit être "extraordinaire" pour devenir une employée ordinaire, par exemple).

Ixy a écrit :Après tout c'est recevable de dire qu'il vaut mieux se conformer à l'école quitte à en souffrir que de souffrir le reste de sa vie d'adulte parce qu'on est sorti du système étant jeune.
C'est recevable mais pas très pragmatique: choisir la 1ère option ne vaccine en rien contre le second résultat. Je pense que plein de gens sont dans une vision pas très réaliste de ces questions là. :?

Même si des choses m'ont dérangée, super documentaire et super initiative en tout cas! Merci aux personnes devant et derrière la caméra. :D
Spoiler : 
Ca m'a fait très bizarre de voir le début de la séquence sur Eloïse parce qu'elle a les mêmes rideaux et le même réveil que moi :shock: . Bien sûr, ce ne sont pas nos seuls points communs... :mryellow:
*Diag TSA*

“Balance every thought with its opposition. Because the marriage of them is the destruction of illusion.”
"Actions prove who someone is, words just prove who they pretend to be."

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8545
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: [Documentaire] Extra Ordinaire - Sarah Lebas

#33 Message par Benoit » jeudi 22 novembre 2018 à 12:50

A partir du moment où on envisage le handicap comme (d'un certain point de vue) une valeur ajoutée, un différenciateur (chose discutable déjà), je trouve idiot d'exiger plus de travail de la personne handicapée.

Bien au contraire, si c'est vraiment un différenciateur, la personne doit pouvoir la valoriser plus cher (loi de l'offre et de la demande) et donc avoir plus de temps "libre" ou disponible pour le reste.
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Avatar du membre
lepton
Forcené
Messages : 2002
Enregistré le : samedi 17 décembre 2016 à 19:19

Re: [Documentaire] Extra Ordinaire - Sarah Lebas

#34 Message par lepton » jeudi 22 novembre 2018 à 13:26

J'ai beaucoup aimé le film.

La réalisatrice a dû passer beaucoup de temps avec les intervenants avant le tournage, pour qu'ils se sentent en confiance, et qu'ils puissent se livrer comme ils l'ont fait.

Pas facile de faire oublier la présence de la caméra...

Il me semble que les parents d'Aymeric ont un peu comme objectif de corriger les "défauts" de leur fils.
Pour des non autistes, ce n'est peut être pas évident de comprendre à quel point les intérêts restreints sont vitaux et participent à notre équilibre. :innocent:
Diagnostiqué TSA/Asperger.

Cardamome
Forcené
Messages : 567
Enregistré le : samedi 4 février 2017 à 20:07

Re: [Documentaire] Extra Ordinaire - Sarah Lebas

#35 Message par Cardamome » jeudi 22 novembre 2018 à 19:14

J'ai fini de regarder.
Spoiler : 
passée la surprise du "choix" des personnes extraordinaires (pourquoi plusieurs (une majorité de) personnes avec TSA et une personne avec trisomie?) je ne sais pas comment exprimer, mais c'est "bizarre" comme choix; on dirait que le réalisateur voulait traiter du TSA et que d'un seul coup il s'est souvenu des autres? Mais toutes ces personnes extraordinaires m'ont apporté quelque chose!
En tant que maman d'un jeune avec TSA, c'est la première fois que je vois un documentaire qui montre les difficultés dans la vie quotidienne notamment pour une personne avec TSA qui, en apparence ne semble pas présenter beaucoup de difficultés.
Le cas de cette jeune fille, Éloïse par ailleurs très vive m'a énormément touchée. L'AVS qui explique son rôle pour ceux qui se diraient "mais...elle n'en a pas besoin, elle a l'air de bien s'exprimer,etc etc "
Spoiler : 
je la fais caricaturale (parce que ça me parle beaucoup j'ai du aller défendre le dossier de mon fils qui en apparence n'avait absolument pas besoin d'AVS selon notre MDPH, mon fils étant alors parmi les meilleurs de sa classe; j'ai pu mettre à l'aise les membres de la CDAPH en expliquant que oui on peut avoir une très bonne moyenne générale et se mettre en situation de danger, en se barrant du collège quand il n'arrivait pas à gérer tout l'entourage "bienveillant" :x d'alors)
Puis sa maman qui l'aide à se coiffer, lui donne des conseils pour se nettoyer le visage...je n'avais jamais vu ce genre de choses abordées concernant le TSA!
Et ce que dit la maman sur le côté "non je ne couve pas ma fille" m'a parlé.
(et aussi l'autre maman qui dit "quand je n'aurai plus la force?"...et oui...
maman d'un ado diagnostiqué avec TSA, en 2017.

"Caminante, no hay camino, se hace camino al andar."
Antonio Machado

bézèdach44
Forcené
Messages : 1219
Enregistré le : mercredi 9 décembre 2015 à 21:17
Localisation : Breizh

Re: [Documentaire] Extra Ordinaire - Sarah Lebas

#36 Message par bézèdach44 » jeudi 22 novembre 2018 à 19:17

Cardamome a écrit :
jeudi 22 novembre 2018 à 19:14
passée la surprise du "choix" des personnes extraordinaires (pourquoi plusieurs (une majorité de) personnes avec TSA et une personne avec trisomie?) je ne sais pas comment exprimer, mais c'est "bizarre" comme choix; on dirait que le réalisateur voulait traiter du TSA et que d'un seul coup il s'est souvenu des autres? Mais toutes ces personnes extraordinaires m'ont apporté quelque chose!
Peut être que c'est tout simplement lié à la phase de casting, ils ont peut être "trouvé" des personnes autistes et seulement 1 personne trisomique en situation d'inclusion, souhaitant s'exprimer dans le reportage ?
Autiste.

Avatar du membre
misty
Forcené
Messages : 3968
Enregistré le : vendredi 23 janvier 2015 à 18:16

Re: [Documentaire] Extra Ordinaire - Sarah Lebas

#37 Message par misty » jeudi 22 novembre 2018 à 20:04

Benoit a écrit :A partir du moment où on envisage le handicap comme (d'un certain point de vue) une valeur ajoutée, un différenciateur (chose discutable déjà), je trouve idiot d'exiger plus de travail de la personne handicapée.
Moi aussi, mais ce qui me gêne surtout c'est que ça ressemble à de l'inclusion à géométrie variable où on "accepte" les individus dont "il y a quelque chose à tirer" et on laisse les autres sur le bord de la route.
Je suis personnellement (à l'heure actuelle) en poste dans un domaine ultra-bouché grâce à des pics de compétences spécifiques, malgré une scolarité chaotique, donc mon idée n'est pas de cracher dans la soupe; seulement ce qui me dérange c'est que si je me mets à trouver ça normal et à encourager ce type "d'inclusion" je fais partie du problème et pas de la solution.
Cette mentalité de la "valeur ajoutée" et le fait d'y adhérer sont le meilleur moyen pour que des autistes comme Julien aient un avenir encore plus sombre que ce qu'il est déjà. Je ne signe pas et je ne signerai jamais parce que pour moi c'est tout le monde ou personne.

Cardamome a écrit :Et ce que dit la maman sur le côté "non je ne couve pas ma fille" m'a parlé.
Oui, c'est vrai qu'en plus de tout le reste les parents sont souvent taxés de laxisme ou "couvage". Je constate ça dans d'autres types de handicap (surdité) aussi. C'est important de le dire je trouve.

Ce qui m'a touchée aussi c'est le fait de s'excuser, M.Pignard en parle très bien. Je croise régulièrement une jeune femme autiste sévère qui adore venir me toucher doucement le visage et sa mère s'excuse à chaque fois, ça me rend dingue. Je lui ai dit plusieurs fois que c'était ok et que ça ne me gênait pas, pourtant elle continue en me disant "non, ça ne se fait pas, c'est normal que je m'excuse" (en fait je l'évite un peu du coup, parce que je sens que je vais finir par vraiment m'énerver).
Plein de gens me touchent le bras ou l'épaule en me parlant parce que c'est soi-disant un code social, ça me gêne beaucoup mais jamais je n'ai eu d'excuses. Je ne parle même pas de la drague lourde (code social aussi= tout va bien). Par contre dès que c'est une personne autiste "profonde" qui le fait les parents s'aplatissent, et comme dit M.Pignard ça donne l'impression qu'ils s'excusent d'avoir un enfant autiste/qu'il existe.
Je trouve ça bien qu'elle en ait parlé et j'espère que plein de gens le verront parce que c'est un détail qui m'exaspère au plus haut point.
*Diag TSA*

“Balance every thought with its opposition. Because the marriage of them is the destruction of illusion.”
"Actions prove who someone is, words just prove who they pretend to be."

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 25492
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: [Documentaire] Extra Ordinaire - Sarah Lebas

#38 Message par freeshost » jeudi 22 novembre 2018 à 23:40

misty a écrit :
jeudi 22 novembre 2018 à 12:20
Benoit a écrit :Les humains ne sont pas encore des machines dont il faut optimiser tout le temps disponible.
En théorie non, mais en pratique on y est déjà clairement, en tout cas pour certains types de population (minorités). C'est le principe du handicap: il faut lutter plus que les autres pour prétendre à la même chose (voire moins).
Le productivisme va foncer drette dans l'mur ! On voit déjà ça avec la disparition d'espèces et des ressources, le réchauffement, la délégation aux machines, le syndrome d'épuisement, etc.
misty a écrit :
jeudi 22 novembre 2018 à 12:20
Une nuance que je trouve de taille concernant les intérêts spécifiques:
1/ ce sont des domaines nécessaires aux autistes car ils leur permettent de gérer leur anxiété, de créer un lien avec le monde et éventuellement de s'intégrer un minimum à la société.
2/ ces domaines deviennent liés à une obligation de résultat, d'expertise, un talent "exceptionnel" à développer pour ensuite devenir un passeport. Si tu ne présentes pas ce passeport à la "brigade en charge de l'intégration" la barrière ne s'ouvrira pas.
Oui, les intérêts spécifiques peuvent aussi être des portes d'entrée à d'autres intérêts spécifiques par la suite (et éventuellement plus en lien avec les attentes), de fil en aiguille (surtout avec une pensée arborescente :mrgreen: ). Ça prend du temps donc de la patience.

Mais "le temps, c'est de l'argent". Patience ne rime donc pas forcément avec "urgence" (productiviste...).

La recherche fondamentale délaissée au profit de la recherche appliquée (et productiviste) ?

Des bêtes de foire pour la société du spectacle ?

"Sans ennui car je veux ma dopamine toutes les huit secondes." :lol:

Il y a vraiment beaucoup de gens qui sont dans cet esprit de "valeur ajoutée", et ça me semble moins fréquent concernant d'autres troubles psys ou la trisomie 21 par exemple (les parents de Laura, on les voit moins dire "oui mais elle n'apprend rien", par contre ça semble normal en contexte autistique).

Je pense que le titre est ironique sur ce point, d'ailleurs c'est mentionné au tout début: devoir être "extraordinaire" pour avoir le droit d'être ordinaire (une personne trisomique qui a un emploi doit être "extraordinaire" pour devenir une employée ordinaire, par exemple).

On peut voir le vidéo à quelque part (depuis la Suisse) ?
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Cardamome
Forcené
Messages : 567
Enregistré le : samedi 4 février 2017 à 20:07

Re: [Documentaire] Extra Ordinaire - Sarah Lebas

#39 Message par Cardamome » vendredi 23 novembre 2018 à 9:33

maman d'un ado diagnostiqué avec TSA, en 2017.

"Caminante, no hay camino, se hace camino al andar."
Antonio Machado

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8545
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: [Documentaire] Extra Ordinaire - Sarah Lebas

#40 Message par Benoit » vendredi 23 novembre 2018 à 9:38

Pluzz (ou les autres replays) ne marchent pas de l'autre côté de la frontière. Le plus simple serait que tu t'en approches pour récupérer une @ française par wifi.
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Avatar du membre
TiZ
Forcené
Messages : 2817
Enregistré le : dimanche 16 septembre 2012 à 11:31

Re: [Documentaire] Extra Ordinaire - Sarah Lebas

#41 Message par TiZ » vendredi 23 novembre 2018 à 9:38

Diagnostiquée Aspie en février 2015 (psychiatre libéral) puis confirmation au CRA en novembre 2016

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8545
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: [Documentaire] Extra Ordinaire - Sarah Lebas

#42 Message par Benoit » vendredi 23 novembre 2018 à 11:02

Le débat juste après :
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 25492
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: [Documentaire] Extra Ordinaire - Sarah Lebas

#43 Message par freeshost » samedi 24 novembre 2018 à 0:39

Merci. Je vais télécharger d'AlphaTube. :mrgreen:
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

pimpoline
Passionné
Messages : 347
Enregistré le : lundi 1 mai 2017 à 20:51

Re: [Documentaire] Extra Ordinaire - Sarah Lebas

#44 Message par pimpoline » dimanche 25 novembre 2018 à 13:09

J'ai bien aimé le film car j'ai trouvé toutes les personnes, parents comme enfants, attachantes.
Je ne vais pas faire de redites mais je partage dans une large mesure vos commentaires.

Ce qu'il m'en reste surtout, c'est cette impression que ces personnes ont réussi à s'intégrer. Tout est presque toujours à sens unique... Les efforts déployés par l'entourage et les aidants pour comprendre sont certes louables, mais au final il faut quand même toujours se couler dans le moule non?
Bref, ça me laisse un avis quand même bien mitigé sur la bienveillance du message passé. On va mettre plus de moyens pour que les gens qui ne sont soi-disant pas comme les autres réussissent à s'intégrer dans un système qui lui ne se remet jamais en cause. Je sais que c'est très bateau ce que je dis, mais ça m'énerve. D'autant plus qu'à côté de ces personnes filmées finalement privilégiées (de leurs propres mots), on continue dans le positivisme à tout crin plutôt que regarder à la base ce qui cloche. Ou en tout cas pas trop, pas longtemps. L'intention du docu me semble tout à fait louable mais au final c'est hyper consensuel.
En attente du RDV au CRA pour fin 2019...

Répondre