[Écriture] Les enfants sauvages d'Asperger

Livres, publications, films en rapport avec l'autisme : donnez ici votre avis.
Message
Auteur
Avatar du membre
chill out
Fidèle
Messages : 127
Enregistré le : dimanche 9 septembre 2018 à 17:23
Localisation : Vienne 38
Contact :

[Écriture] Les enfants sauvages d'Asperger

#16 Message par chill out » mardi 12 février 2019 à 23:50

L’ENFANT DE LA LUNE

Jadis enfant sauvage, il fut un enfant de la lune…
Doté de bienveillance, il arpentait le monde en tous sens…
Voyageur dans l’âme, il était à l’image de cette lune observée depuis toujours par l’humanité…

Toujours présent dans l’esprit de celles et ceux qu’il avait croisé sur son chemin, il côtoyait le monde des humains et des enfants sauvages, passant de l’un à l’autre de manière naturelle.

Il possédait la compréhension des uns et des autres et sans difficultés aucunes et s’adaptait naturellement…
Comme tous les enfants sauvages, il était venu au monde parmi les humains et avait rejoint la forêt, le monde Autistan mais n’avait privilégié aucun des deux univers.
Possédant ainsi la particularité des deux langages, il pouvait communiquer avec tous.

Son apprentissage et sa culture métissé était une force et un atout dans son développement, ainsi, les années s’écoulèrent sans choix définitif jusqu’à cette rencontre avec l’enfant de la nuit.
Une enfant sauvage dont la joie et l’amour était sa nature profonde et possédant une force de vie peu commune…
Deux êtres que rien ne semblait pouvoir séparer tant leur croyance commune était forte.

De leur rencontre était né une union, un pacte d’amour éternel que rien n’aurait pu briser…
Mais il est dans la nature des enfants sauvages de ne jamais oublier ce qui compose leur particule élémentaire.
Celle qui composait l’enfant de la lune devait dans un avenir proche le mettre à nouveau sur le chemin du monde des humains délaissant ainsi celle qu’il aimait follement…
Il ne pouvait pas vivre dans un monde en niant l’autre et c’est lors d’une sombre nuit que le destin de ces deux êtres allait décider d’une mortelle séparation.

Lors d’une violente tempête alors qu’ils étaient sur les océans que leur navire affrontait sans peine, ils furent éperonnés par une galère en dérive au sein de laquelle quelques humains se trouvaient, gisant entre la vie et la mort.

L’une devait décider que la mort serait leur destin, lui qu’ils devaient vivre choisissant de sauver ces âmes perdues.
Sa compagne ne lui pardonnerait jamais cet abandon alors qu’il prenait la barre de cette galère perdue au milieu de nulle part…

Deux caps opposés pour l’enfant de la nuit qui regagnait sa terre natale tandis que l’enfant de la lune ramenait ses passagers dans leur monde…
Unis dans leur séparation, leurs regards ne devaient jamais plus se croiser.
La lune serait le lien entre deux mondes qui ne seraient jamais destinés à se rencontrer…
Je suis un enfant sauvage d'Asperger... Diagnostiqué à 47 ans.

Il est des personnes dont le seul talent est la normalité et d'être semblable au plus grand nombre...
Je n'ai de talent que celui d'être différent et de ne vouloir ressembler à personne...

Avatar du membre
chill out
Fidèle
Messages : 127
Enregistré le : dimanche 9 septembre 2018 à 17:23
Localisation : Vienne 38
Contact :

[Écriture] Les enfants sauvages d'Asperger

#17 Message par chill out » mardi 12 février 2019 à 23:52

L’ENFANT DE LA LIBERTÉ & L’ENFANT LOUP

Elle est une enfant de la liberté, une femme éprise des vents qui emportent les chaînes…
Elle voyageait dans les différents univers afin d’enseigner son humanité, son désir de liberté…
Parcourant les chemins de l’existence, son regard devait un jour croiser celui d’un enfant sauvage…
Un enfant sauvage effrayé par le monde, fuyant sans cesse pour retrouver ses origines, consumant tout ce qu’il touchait de son regard animal…

A peine approché par l’enfant de la liberté, qu’il se transformait en loup pour se défendre et fuir toujours plus vite, toujours plus loin…
Il ne lui laissa pas une infime chance de le pendre par la main, de lui sourire, de lui parler, l’enfant sauvage avait déjà disparu sur l’un de ses multiples chemins…
Elle l’aperçut parfois ici et là mais ne s’en approchait plus…
Il n’était qu’un fantôme, un souvenir, une pensée persistante…

Enfant de la liberté et enfant sauvage sont opposés et miroirs l’un de l’autre…
Ils portent en eux une intense humanité et une profonde croyance en un monde meilleur…
De cette croyance, naquit un jour un fil de soie qui devait les rapprocher en les menant sur un chemin commun…

Apercevant de nouveau cet enfant loup, elle se contentait aujourd’hui, de laisser une lettre qu’il ne manquerait pas de trouver, qu’il ne manquerait pas de parcourir…
Aujourd’hui, l’enfant sauvage s’approcherait… Doucement mais non sans crainte…
Il viendrait s’asseoir sur un petit banc de pierre au bord de ce sentier parcouru par ce fil de soie…
Aujourd’hui, il ne s’enfuirait pas…
Enfant de la liberté, Enfant sauvage, ensemble assis côte à côte, essayant de s’apprivoiser l’un l’autre…
Je suis un enfant sauvage d'Asperger... Diagnostiqué à 47 ans.

Il est des personnes dont le seul talent est la normalité et d'être semblable au plus grand nombre...
Je n'ai de talent que celui d'être différent et de ne vouloir ressembler à personne...

Avatar du membre
chill out
Fidèle
Messages : 127
Enregistré le : dimanche 9 septembre 2018 à 17:23
Localisation : Vienne 38
Contact :

[Écriture] Les enfants sauvages d'Asperger

#18 Message par chill out » mardi 12 février 2019 à 23:54

L’ENFANT DU MULTIVERS

L’enfant du multivers est venu au monde après la disparition d’une étoile ayant consumé l’intégralité des planètes qui orbitaient autour d’elle.
Autant de mondes habitant des êtres doués de conscience et dotés d’une singularité propre à leur nature.
De ces dizaines de milliards d’individus, un grand nombre d’enfants sauvages représentant chacun d’entre eux une communauté distincte.
Chacun de ces êtres singuliers vivaient en autarcie prenant le soin d’accumuler les connaissances de la communauté qu’ils représentaient.
De par l’évolution de leur monde, de nouvelles communautés s’étaient créées et de nouveaux enfants sauvages étaient apparus pour en devenir les représentants.
Des dizaines d’unicités et autant de particularités qui s’unifiaient autour d’une même croyance, d’une même quête de savoir et de connaissance universelle…
Des garçons et des filles ayant l’âge du monde dès leur naissance et destinés à accumuler leurs connaissances au sein d’un fragment de roche et à décider du dernier jour du reste de leur vie avant qu’il n’arrive.

Aucuns ne pouvant contenir en lui l’ensemble de la connaissance et du savoir, chacun d’eux ne possédaient qu’une partie d’un tout.

De cette étoile qui devait emporter leurs mondes et de ces milliers de fragments dispersés dans l’univers, certains ont atteints une planète bleue alors seulement peuplée de camps nomades épars.
L’histoire des enfants sauvages ne s’effacerait pas…
Leurs renaissances perpétuelles sous différentes formes de vie se déroulaient bien avant la naissance de cet univers que les humains imagine unique et indivisible.

Des univers si proches qu’ils se heurtent parfois créant de nouveaux big-bang donnant naissance à de multiples copies ou s’annihilant en une fraction de seconde.

De ces autres particules élémentaires qui n’ont atteint aucune destination, elles sont toujours en errance quelque part au sein des hivers stellaires, s’attirant invariablement pour fusionner et former une nouvelle entité.
Le début d’une nouvelle forme de vie, d’une nouvelle forme de conscience qui deviendrait au cours de l’évolution, l’enfant du multivers…
Je suis un enfant sauvage d'Asperger... Diagnostiqué à 47 ans.

Il est des personnes dont le seul talent est la normalité et d'être semblable au plus grand nombre...
Je n'ai de talent que celui d'être différent et de ne vouloir ressembler à personne...

Avatar du membre
chill out
Fidèle
Messages : 127
Enregistré le : dimanche 9 septembre 2018 à 17:23
Localisation : Vienne 38
Contact :

[Écriture] Les enfants sauvages d'Asperger

#19 Message par chill out » vendredi 22 février 2019 à 0:13

L’ENFANT DES NUAGES


Elle était une fille du vent, une fille de l’air… Aérienne et légère dans ses mots, sa grâce l’était tout autant dans sa démarche… Bienveillante et amoureuse de la vie, son regard d’azur translucide portait sur le monde la simplicité de l’innocence… Le grain de sa peau, l’odeur de son parfum, la liberté de ses cheveux, offrait la promesse d’un amour sincère… Nombreux furent les hommes à se défier par l’acier de leur lame pour obtenir ses faveurs, son attention, sinon un regard… De ses robes aux couleurs pourpres finement dentelés s’échappaient une taille fine tandis que de longs cheveux bouclés aux couleurs des incendies ravageurs, virevoltaient au gré des airs…

Disparaissant le temps d’un battement de paupière, d’une respiration, elle était insaisissable de par sa naissance…
D’une folle éternité, en générations qui se succédaient, elle était présente dans l’esprit des hommes, des guerriers qui luttaient sans cesse afin de s’en approcher…

Née au sein d’une tour végétale mêlée de verre sur une île éloignée et inaccessible pour l’humanité, elle était en voyage perpétuel aux confins d’une planète perdue dans une galaxie semblable à de millions d’autres.
Porté par le temps immuable dans l’esprit des hommes, de nombreux récits se succédaient… Des récits de voyageurs, de conteurs, de marchands, de bardes…
D’histoires en illustrations, ils devenaient mythes et légendes…

Une enfant de la nature devenue fille du vent…
Femme aux robes pourpres et aux cheveux de feu…
Être éthérée au regard pur menant les hommes à la folie…
Égale des dieux pour certaines civilisations…
Elle n’était jamais nommée autrement que par sa nature…
Elle était l’enfant des nuages…

Elle faisait partie comme d’autres, de ces enfants sauvages….
Insaisissables par nature, libres par instinct et voyageant par-delà le monde, emportant leur univers au creux de leurs mains…

D’une volonté indestructible, leurs quêtes éternelles pures et insatiables demeuraient intactes…
Ils mouraient de leur utopie mais renaissant toujours depuis l’aube de l’humanité…
Les particules élémentaires des enfants sauvages se dispersant pour donner naissance à d’autres plus nombreux encore…
Chacun se composait de l’une de ses particules élémentaires…

L’enfant de la terre, du soleil, des nuages, l’enfant loup et d’autres encore…
Des univers parfois opposés qui aussi se rencontraient en un cataclysme semant le chaos et menant à cette destruction ultime que seuls des enfants sauvages peuvent provoquer…

L’enfant des nuages était une perception de l’avenir de l’enfant de la terre…
Une future rencontre improbable mais déjà tissée par l’araignée du destin…
Je suis un enfant sauvage d'Asperger... Diagnostiqué à 47 ans.

Il est des personnes dont le seul talent est la normalité et d'être semblable au plus grand nombre...
Je n'ai de talent que celui d'être différent et de ne vouloir ressembler à personne...

Avatar du membre
chill out
Fidèle
Messages : 127
Enregistré le : dimanche 9 septembre 2018 à 17:23
Localisation : Vienne 38
Contact :

[Écriture] Les enfants sauvages d'Asperger

#20 Message par chill out » vendredi 22 février 2019 à 0:14

L’ENFANT DU TONNERRE

La violence des éclairs n’eut de cesse de terrifier et de fasciner les hommes depuis la nuit des temps, depuis le début de l’humanité et même bien avant.
Né lors d’un orage embrasant le ciel, il fut ainsi nommé au sein de sa tribu.

Jamais apaisé, nulle sérénité ne venait jamais l’étreindre sauf lorsque le temps s’accompagnait d’éclairs menaçant de consumer toute vies qui dans un fracassant craquement atteignaient le sol pour disparaître absorbé par la terre.
Seul instant de grâce au centre de ce monde étrange composé de campements éparse, d’hommes et de femmes tentant de survivre parmi les prédateurs et une nature hostile.

Cet enfant ainsi nommé destiné à devenir guerrier comme des générations avant lui n’avait de cesse de chercher querelle auprès des siens.
Les lunes innombrables s’écoulèrent et furent les témoins sans faille d’une succession de violence qui jalonnait l’existence de ce petit d’homme.

Isolé parmi les siens, exilé lors des nuits d’orages, il était l’enfant du tonnerre.
Ces zébrures qui se dessinait le calmait, l’affaiblissait le rendant vulnérable pour quelconque vengeance.
La prédiction s’était toujours réalisée pour les enfants du tonnerre nés avant lui.
Destiné à devenir un puissant guerrier, sa vie d’humain serait marquée par sa nature, par la particule élémentaire qui le composait.

Lors d’un déluge accompagné d’une violence inouïe de fracas lumineux, le conseil des sages déciderait que son exil serait définitif.
Profitant de son affaiblissement, les guerriers de la tribu s’emparèrent du jeune homme sans mal tant il était sans défense.
Incapable de lutter, sa force se dispersait un peu plus dans le ciel à chaque grondement.

Bâillonné, ligoté, il fut porté au-delà du camp, après les collines, au milieu de la plus lointaine montagne visible.
Broussaille, surplombs rocheux, torrents, ravines et cavernes composaient les flancs de sa nouvelle demeure.
Peut-être la dernière…

Abandonné sur place encore lié par ses entraves, c’est sans regard qu’il parvint à se libérer de ses attaches qui tranchaient sa chair.
Ses pairs avaient pris soin de le mutiler une dernière fois afin qu’ils ne retrouvent jamais le campement.
La sang qui coulait le long de ses joues associé à ses cris de douleurs devait alerter quelques loups affamés au ventre creux et ainsi devait s’achever la vie de l’enfant du tonnerre…

Lorsque la nuit pris fin, sa vie était entre les griffes et les crocs qui se portaient à sa gorge.
La mort porté par ce loup assoiffé de sang ne serait pas sa compagne au matin.
Celui qui le tenait entre ses mâchoires aux limites du trépas était l’enfant loup…
Un enfant sauvage changeant sa forme pour devenir loup gris…

Réunis par les hommes ignorants, deux êtres à la semblable naissance mais composé de particules élémentaires bien différentes.
L’enfant du tonnerre à la violence incontrôlée apprendrait de l’enfant loup…
Deux mortels destructeurs réunis par une sombre nuit et destinés à se protéger mutuellement…

Lors des nuits d’orage, les hurlements de loups ne sont aujourd’hui que le souvenir de cette rencontre…
Des hurlements destinés à rappeler aux hommes que la mort les attend au creux de la montagne…
Il était un enfant du tonnerre, il était un enfant sauvage…
Je suis un enfant sauvage d'Asperger... Diagnostiqué à 47 ans.

Il est des personnes dont le seul talent est la normalité et d'être semblable au plus grand nombre...
Je n'ai de talent que celui d'être différent et de ne vouloir ressembler à personne...

Avatar du membre
chill out
Fidèle
Messages : 127
Enregistré le : dimanche 9 septembre 2018 à 17:23
Localisation : Vienne 38
Contact :

[Écriture] Les enfants sauvages d'Asperger

#21 Message par chill out » vendredi 22 février 2019 à 0:14

L’ENFANT DE LA LUMIÈRE & L’ENFANT DE LA TERRE

Elle était une enfant de la lumière…
Venue au monde au cœur d’une étoile au fin fond de notre galaxie…
Il était un enfant de la Terre…
Venu au monde au cœur des entrailles de sa planète…

Deux êtres aux destinées opposées de par leurs naissances…
Deux âmes n’étant pas destinées à se croiser du regard…

L’enfant de la lumière voyageait d’une simple pensée entre les différents mondes tandis que l’enfant sauvage prenait le temps de poser un pas après l’autre dans la terre qui l’avait vu naître.
L’une vivant dans un amour absolu, l’autre forgeant son avenir incertain dans l’acier…

L’incertitude du monde dans lequel grandissait l’enfant de la Terre, le rendait plus fort chaque jour, chaque nuit…
Il surmontait les épreuves l’une après l’autre et parois au bord du précipice le plus profond, il regardait le ciel noir pour observer cette étoile au fin fond de la galaxie qui brillait silencieusement…

Elle l’observait avec amour, avec tendresse en silence depuis sa naissance…
Depuis toujours, elle avait aperçu, les éclairs venant de cette lointaine planète, perçu les cris de rage et de douleur, le fil des glaives d’acier s’entrechoquer dans un fracas assourdissant…
Elle s’était prise de tendresse pour ce garçon qui grandissait en forgeant son esprit pour chaque jour devenir plus fort.
Chacun dans son monde, dans son univers, profitant de chaque nuit pour s’observer en silence…
Ne percevant de l’autre qu’une présence lointaine…

Un jour, l’enfant de la lumière et l’enfant de la Terre se rencontreraient…
Dans un avenir lointain qui à déjà eu lieu…
De leur rencontre, un destin nouveau pour l’un de ses deux enfants prendrait vie…
Une porte vers un monde nouveau encore inconnu pour un enfant de la Terre…
Un monde qu’il ne quitterait jamais plus jusqu’à fuir définitivement les siens…

Deux enfants disparaissant chacun au regard de l’autre dans une dernière preuve d’amour…
De cette rencontre, de cet amour, serait forgé un cœur de pierre rouge que l’un conserverait près de lui en souvenir…

De ce symbole, sa résilience prendrait vie pour grandir en lui…
L’enfant de la Terre porte en lui, une parcelle de l’enfant de la lumière…
De sa résilience, prendrait vie un nouvel univers…
Son univers des possibles…
Je suis un enfant sauvage d'Asperger... Diagnostiqué à 47 ans.

Il est des personnes dont le seul talent est la normalité et d'être semblable au plus grand nombre...
Je n'ai de talent que celui d'être différent et de ne vouloir ressembler à personne...

Avatar du membre
chill out
Fidèle
Messages : 127
Enregistré le : dimanche 9 septembre 2018 à 17:23
Localisation : Vienne 38
Contact :

[Écriture] Les enfants sauvages d'Asperger

#22 Message par chill out » mardi 26 mars 2019 à 11:44

L’ENFANT DE LA NUIT

Apparaissant lors des nuits sans lune, elle n’était que rarement visible pour les autres enfants sauvages.
Sans doute la plus inatteignable d’entre toute, elle renaissait chaque nuit mais restait toujours à distance de l’humanité et souvent des siens.
Lors de cet instant si particulier du passage du jour à la nuit, son esprit prenait possession de son corps et l’enfant de la nuit prenait vie pour quelques heures partant à la recherche de celui qui se montrerait digne de perfection…
Traînant au sol une épée lourdement acérée tenue d’une main ferme, cette dernière étincelait malgré l’obscurité régnante.
Recouvert de gravure, cet objet de mort forgé dans le métal le plus pur semblait prendre vie chaque nuit et plus encore lorsque la lune étincelait.

Croisant uniquement le regard d’enfants sauvages, elle restait invisible au regard des simples humains et avait donné naissance à de nombreux mythes.
La pureté de ses sentiments, de son âme étaient à l’image du tranchant de sa lame et sa quête de perfection était absolue.
L’originel lui-même n’avait jamais croisé cette enfant de la lune, n’avait vu cette épée légendaire…
Il n’en connaissait que la description qui se propageait au fil du temps.

Fine d’un corps longiligne, arborant un regard translucide, un visage étonnamment froid dénué de toute expression, la grâce et la fluidité de ses mouvements captivaient instantanément jusqu’à l’agonie.
Ses cheveux tombaient en cascades jusqu’au creux de ses reins dans des boucles ondulatoires océaniques…
Tantôt noirs de geais, couleurs du soleil, rouge de braise et blanc pur, des couleurs différentes pour chaque conteur.
Simplement vêtue d’une robe de velours pourpre, elle avançait pied nu pour ressentir la force de la terre quelle foulait.

La légende racontait qu’elle fut autrefois prise d’un amour éternel pour un enfant sauvage mais que la perte de son élu éteignit son cœur à jamais.
Un enfant de la lune ayant décidé de consumer son existence parmi les humains délaissant ainsi l’enfant de la nuit et les siens…

Il en est ainsi parfois des enfants sauvages qui renoncent à leur nature profonde pour rejoindre la sécurité de la société des hommes.
Un renoncement définitif menant inévitablement à une mort prématuré de leur composante élémentaire.
L’enfant de la nuit, depuis cette disparition, s’était emmuré volontairement dans le silence pour le restant de sa vie.
Ayant rejoint son monde intérieur, seule son enveloppe corporelle était désormais visible de quelque uns.
Vouée à vivre un isolement perpétuel, elle était l’enfant de la nuit…
Je suis un enfant sauvage d'Asperger... Diagnostiqué à 47 ans.

Il est des personnes dont le seul talent est la normalité et d'être semblable au plus grand nombre...
Je n'ai de talent que celui d'être différent et de ne vouloir ressembler à personne...

Avatar du membre
chill out
Fidèle
Messages : 127
Enregistré le : dimanche 9 septembre 2018 à 17:23
Localisation : Vienne 38
Contact :

[Écriture] Les enfants sauvages d'Asperger

#23 Message par chill out » mardi 26 mars 2019 à 11:45

L’ENFANT DE LA FORÊT

De sa venue au monde au creux d’un arbre à sa disparition, il fut l’un des nombreux enfants sauvages qui vécurent au milieu de la forêt mais à la différence de des semblables, il n’eut jamais de contact avec la société des hommes en dehors de sa tribu de naissance…
Son histoire mêle à la fois le récit d’un d’enfant sauvage et le mythe né après sa disparition…
Il fut sans doute l’un des plus insaisissables…
Il fut le gardien de la forêt au sein de laquelle, il vint au monde parmi une société indigène.

Jusque l’âge de 10 ans, il était en communion parfaite avec les us et coutumes de sa tribu…
Lors du passage initiatique à l’âge adulte, il était de cette coutume que les enfants devaient prouver leur valeur pour obtenir la reconnaissance du clan, faire mourir l’enfant afin que le chasseur puisse naître.
Chacun des petits d’hommes étaient conduits les yeux bandés à plusieurs jours de marche du campement et abandonné sur place avec pour seule arme l’apprentissage de la communauté…

Ce rite pouvait sembler cruel mais indispensable à la survie de la tribu qui ne pouvait compter que sur ses chasseurs pour subvenir à ses besoins en nourriture.
Ces guerriers de la forêt, lors de leurs excursions s’éloignaient du camp seul dans toutes les directions et ainsi trouver de la nourriture en abondance, des plantes médicinales et d’autres lieux de campements.
Leur apprentissage commençait dès le plus jeune âge.
Le savoir de tous était mis en commun et les enfants ne faisaient pas exception.

Leur abandon en forêt était pour eux un moment de joie et attendu avec impatience pour certain.
Enfant, ils n’avaient pas de nom, cela étant l’apanage des adultes capables de subvenir aux besoins de la communauté.
Ainsi après plusieurs jours de trajet ligoté et yeux bandés, il fut laissé par les siens au pied de son arbre de naissance.
Libéré de ses liens, il attendit que chacun des hommes qui l’avaient accompagné fût parti pour ôter le bandage qui lui couvrait les yeux.
Chacun d’eux prenant une direction opposée afin qu’il ne puisse percevoir une direction à prendre…
Aux meilleurs d’entre eux, moins de quatre jours étaient nécessaires et à peine plus de six pour les plus faibles.

Cet enfant n’avait pour sa part aucun désir de retour.
De ses dix premières années de vie, il avait partagé l’apprentissage du clan, la chasse, les plantes qui nourrissent et celle qui guérissent.
La construction d’un abri, les pièges et tout ce qui était indispensable à la vie en forêt.
Dix années d’attente pour l’un des enfants sauvages les plus énigmatiques d’entre tous.
Jamais, il ne revint au campement rejoindre sa communauté de naissance et de ce jour naquit la légende de l’enfant de la forêt.

Il ne se cachait pas de son clan, se contentant d’éviter tout contact futur.
Parfois observé au travers des feuillages, souvent entendu et confondu avec les nombreux animaux dont il imitait le langage à la perfection, il avait malgré sa disparition volontaire obtenu son nom de chasseur.
Insaisissable, n’étant qu’une ombre passagère, un bruissement, il guettait souvent aux abords du camp qui se déplaçait régulièrement sans jamais n’être plus qu’un observateur silencieux.
Chacun des membres de son ancienne communauté sentait sa présence mais il refusait tout contact malgré les appels bienveillant.

Les saisons s’écoulèrent ainsi…
Les années ne furent pas différentes des précédentes.
Vivant au milieu des arbres, ayant construit des dizaines d’abris répartis sur l’ensemble de son territoire, laissant de la nourriture près du campement lors des périodes les moins fastes, disparaissant parfois durant plusieurs saisons, il était l’enfant de la forêt…

Ayant perdu le langage des humains au profit de celui des animaux, il en avait également acquis la crainte tout en veillant sur eux.
Lors des veillées nocturnes, la légende de l’enfant de la forêt considéré comme un esprit bienveillant prenait forme, s’enrichissant régulièrement de nouveaux récits.
Chacun des conteurs, au fil des siècles qui s’écoulèrent depuis sa naissance et bien après sa mort, avait paraît-il été en contact avec cet enfant sauvage.

Il était investi de pouvoirs magiques, d’une force inimaginable, d’une puissance incommensurable, de bienveillance et de la connaissance de toute chose.
Créateur du monde et de tout ce qui vit, il était l’enfant de la forêt…
Je suis un enfant sauvage d'Asperger... Diagnostiqué à 47 ans.

Il est des personnes dont le seul talent est la normalité et d'être semblable au plus grand nombre...
Je n'ai de talent que celui d'être différent et de ne vouloir ressembler à personne...

Avatar du membre
chill out
Fidèle
Messages : 127
Enregistré le : dimanche 9 septembre 2018 à 17:23
Localisation : Vienne 38
Contact :

[Écriture] Les enfants sauvages d'Asperger

#24 Message par chill out » mardi 26 mars 2019 à 11:46

L’ENFANT DE L’HUMANITÉ

Née dans les décombres d’une société mortifère, elle n’avait pas encore conscience de l’avenir incertain que l’humanité partagerait dans un silence assourdissant.
Destinée à devenir l’enfant de l’humanité, son cœur martelait fort dans sa poitrine.
Les cellules de son corps se multipliaient pour croître et développer cet organisme vivant.
Âgée de quelques heures à peine, elle était follement vivante…
Sa présence était un gage d’espoir pour l’humanité mourante.

De son cri de naissance, elle se reposait sur le corps chaud de sa mère qui l’avait mise au monde…
L’atmosphère dans la pièce était polaire et le feu qui brûlait faiblement à côté n’y changeait rien.

D’une ville désertée, d’un pays qui n’existait plus, d’un continent ravagé d’une planète dévastée par une apocalypse.
L’espèce humaine dominante sur la Terre avait au fil de son expansion épuisée tous les cycles de ressources biologiques disponibles.
Les populations avaient érodé les sols les plus fertiles pour nourrir une population mondiale en perpétuelle expansion.
Des mers et des océans devenus des bouillons d’incultures ou toutes vies avaient cessés d’exister plusieurs dizaines d’années auparavant.

Ce ne furent pas les germes d’une pollution à grande échelle qui vint à bout de la race humaine mais la famine qui se déployait en pandémie galopante.
Une surpopulation exponentielle liée aux guerres intestines de quelques pays avait été les prémices de conflits à plus grande échelle.

Aucun progrès technologique ne pouvait endiguer les maladies toujours plus nombreuses de se développer, de muter et de se reproduire…
Des millions d’années d’évolution entre la toute première cellule et les 30 milliards d’êtres humains qui se partageaient un monde unique.
Un retour au néant programmé dans les gènes de cette espèce incapable de poursuivre son évolution au sein d’un biotope limité…
La population en décroissance rapide survivait au milieu de mégalopole de béton et d’acier désertées par celles et ceux qui pouvaient encore se déplacer.

Les quelques terres encore propices à la culture étaient la proie du reste de l’humanité.
La terre était arrachée du sol et transporté à l’abri des regards pour être cultivée.
Ne restait comme ailleurs, qu’une terre débarrassée de tout éléments nutritifs.
Au fils des années, la planète fut stérilisée de force par l’espèce la plus avancée.
Aucune région du monde n’échappait à l’arasement de ses terres nécessaires à l’expansion humaine.

Elle fut l’une des dernières naissances de ce monde…
Une vie trop courte qui ne verrait jamais le soleil se lever…
Trop faible pour supporter le poids de la vie, elle aurait dû grandir pour devenir l’enfant de l’humanité…
Elle ne fut que le dernier enfant sauvage…

Une nuit étoilée pour la venue au monde de la dernière représentante de son espèce…
Sa naissance et son départ programmé depuis le début de la nuit, elle pousserait son dernier cri avant les premières lueurs de l’aube…
Elle reçut tout l’amour et l’infinie tendresse d’une mère avant son départ…
Elle était venue au monde pour disparaître d’un simple battement de paupières…
Il fût parfois, depuis le début de l’humanité, des enfants sauvages qui n’eurent pas la force de vivre au-delà d’une nuit étoilée…
S’achève avec cette dernière naissance, le mythe des enfants sauvages…
Je suis un enfant sauvage d'Asperger... Diagnostiqué à 47 ans.

Il est des personnes dont le seul talent est la normalité et d'être semblable au plus grand nombre...
Je n'ai de talent que celui d'être différent et de ne vouloir ressembler à personne...

Avatar du membre
chill out
Fidèle
Messages : 127
Enregistré le : dimanche 9 septembre 2018 à 17:23
Localisation : Vienne 38
Contact :

[Écriture] Les enfants sauvages d'Asperger

#25 Message par chill out » mardi 26 mars 2019 à 11:46

L’ENFANT DU CHAOS

Parmi les enfants sauvages, il en est quelques-uns qui ont arraché la particule élémentaire qui les composait en portant le trépas sur l’araignée du destin.
De ce renoncement aux voyages sans fin, de cette forêt qu’ils ont brûlés, ces enfants ont refusé le bannissement perpétuel pour rejoindre la société des hommes.
Une désintégration définitive de ce morceau de roche présent depuis la naissance de l’univers.

Ayant renoncé à leur exil, ils ont embrassé une destinée différente; Normative et exempte de peurs primales, de toutes folies créatives et destructrices…
De leurs vies précédentes, des souvenirs s’effacent, des orages se transforment en seul grondement sourd et lointain, des navires dérivent et se brisent sur ce qui était jadis l’île de la sérénité devenue pour eux un désert noir.

De ces univers qui ne verront pas le jour se lever, d’autres s’effaceront du grand livre des enfants sauvages.
De leurs nouvelles destinations, ils bâtiront des fondations solides, un ancrage empêchant tout futur départ et l’intense lueur de leur regard s’éteindra au fil des années qu’ils passeront dans cette nouvelle vie.

De ces choix d’abandon, nulles traces visibles ne persisteraient hormis quelques nuages éthérés qui se disperseraient trop rapidement pour être remarqué par la société des hommes.
Et de celles et ceux qui observeraient ces départs, de ces enfants sauvages n’ayant pas renoncé à leur folie, la douleur d’un poignard dans le cœur eût été plus douce à vivre que cette impuissance à les retenir de ces choix mortels.
Des sacrifices ultimes et sans retour apportant puissance à une enfant sauvage bannie de ses pairs dont tous craignaient le retour.

De la folie des hommes, naît la violence et de cette dernière, était née l’enfant du chaos.
Conçue dans le ressentiment le plus absolu et la violence la plus noire, elle devait forger autour de sa particule élémentaire des sillons semblables à autant de cicatrices que le monde pouvait engendrer.
De la furie guerrière de l’humanité et des abandons des enfants sauvages, elle se nourrissait également sans limites, renforçant ses rêves immortels de destruction et d’Apocalypse.
De sa particule élémentaire brisée par ses pairs dans un lointain passé pour l’affaiblir, ne manquait plus que quelques éclats et de sa nature d’enfant sauvage, son immortalité ne pouvait être éteinte par nul autre.

Animée d’une force sans égale et d’une folie tout autre propre à annihiler toutes traces de vies, elle s’était affranchie de toutes limites au premier jour de sa naissance errant parmi les hommes et les enfants sauvages franchissant perpétuellement la frontière des deux mondes…

Des milliers d’années à patienter avant ce retour sur cette planète lui avait été nécessaire avant l’accomplissement de son ouvrage salvateur de destruction.
De ses apparitions, s’étaient bâtis des légendes et des mythes dans l’univers des mortels…
Un destin unique et intensément destructeur dans l’histoire de cette folle humanité se précipitant au bord du précipice.

Une apparence frêle, un doux visage, des longs cheveux de couleur d’incendie ravageur et un regard sombre avaient subjugués des rois et des empereurs qui s’étaient agenouillés devant sa grâce et sa beauté aussi étrange qu’attirante tandis que sa froideur insensible à toutes formes de richesses et de pouvoir la rendait toujours plus inaccessible et désirable…
À moins que ce ne fût son goût immodéré pour les conflits et les guerres dont elle se nourrissait sans aucunes limites.

De son aura de violence qui l’entourait sur les champs de bataille, elle effrayait mortellement ses ennemis et de son épée forgée dans un métal pur, elle sen amusait, la maniant telle une feuille portée par le vent pourfendant chaque homme avec facilité et dédain…
De cette idée d’épargner la moindre victime traversant son regard, il n’en saurait eu être question.
Chaque combattant dont elle jugeait digne de porter le fer était destiné à tenter sa chance au milieu de la fureur et du sang du champ de bataille pour, ne serait-ce que l’effleurer de sa lame.
Mais de cette lassitude à annihiler tout espoir chez ses ennemis avant même de pouvoir engager le combat, elle se vengeait inlassablement avec plus de violence sur tous les autres sans faire état de leur appartenance d’un clan ou d’un autre.

Chacun tentant alors vainement de ne pas être à portée de son regard ou de son épée, se bousculant entre ennemis combattants, solidaire pour ne pas mourir de sa main.
Elle traversait le champ de bataille, avançant droit devant elle à pas lent avec des gestes précis d’une force inhumaine et d’une vitesse fulgurante.
Ses victimes n’avaient que le temps de croiser son regard avant de mourir sans avoir le temps de pousser un dernier cri d’effroi et de douleur.

Et lorsque cette soif quasi inextinguible de violence et de vengeance était apaisé, elle laissait tomber son épée à terre la traînant derrière semblable à un poids mort et disparaissant définitivement vers un ailleurs…
De cet instant d’un semblant de faiblesse, aucun n’eut jamais l’idée de tenter de lui porter le fer dans un ultime espoir de la faire vaciller…

De ses apparitions dans différentes régions de la planète qu’elle parcourait à la recherche de son égal, les scenarii étaient toujours identiques…
De sa silhouette fine, de ses longs cheveux aux reflets rouge, de sa robe de velours pourpre ou de son visage sans expression, on ne se souvenait jamais dans les souvenirs, seulement d’avoir croisé la déesse de la mort et d’avoir été épargné, après la contemplation de l’apocalypse…

Les légendes et les mythes racontait étaient différente selon les contrées, les pays, les époques…
Des gravures des temples d’Angkor ou Inca la représentait comme un être divin descendant du ciel déchaînant sa colère contre ses ennemis alors que dans les contrées du nord de l’Europe, elle était représentée en valkyrie défiant Odin ou en Grèce incarnant Minerve combattant Arès…

Nul ne sait à ce jour où s’écrit son histoire, où elle se trouve, chacun craignant son retour dans les deux univers…
Je suis un enfant sauvage d'Asperger... Diagnostiqué à 47 ans.

Il est des personnes dont le seul talent est la normalité et d'être semblable au plus grand nombre...
Je n'ai de talent que celui d'être différent et de ne vouloir ressembler à personne...

Avatar du membre
chill out
Fidèle
Messages : 127
Enregistré le : dimanche 9 septembre 2018 à 17:23
Localisation : Vienne 38
Contact :

[Écriture] Les enfants sauvages d'Asperger

#26 Message par chill out » mardi 26 mars 2019 à 11:47

LA DISPARITION DE L’ENFANT SAUVAGE

La violence des hommes avait été son berceau, son terrain de jeu, son univers de petit d’homme.
Un terreau infertile, une terre de désolation, un univers au sein duquel, la vie n’existe pas et la survie improbable…

De son regard qui embrassait cet univers et pour survivre plus que tout autre enfant, il avait accueilli en son sein un enfant sauvage…
Un être qui grandirait avec lui et le protégerait envers et contre tout…
De ces deux enfants qui vécurent ensemble, chacun portant en lui, une conception opposée du monde des humains, seul l’un deux avait survécu.

L’enfant sauvage portait en lui une violence naturelle et n’avait eu aucune difficulté à étouffer l’enfant qui l’avait accueilli.
Grandissant ainsi dans un monde familier, il avait atteint l’âge adulte emportant avec lui l’acier de son glaive.

Les années s’écoulèrent tandis que son monde se transformait lentement autour de lui.
De cette inhumanité qu’il avait portée ne restait plus qu’un homme lassé de ses guerres et qui n’aspirait plus désormais qu’à la paix de l’esprit.
Il avait partagé des draps, des vies, parcouru des routes interminablement longues, avait rencontré des femmes belles comme tous les matins du monde.
Des femmes bienveillantes à son égard et qui lui avait apporté tout l’amour dont un enfant sauvage pouvait rêver.
Mais sa nature était toujours présente…

Ce petit d’homme devenu adulte aimait maladroitement car toujours prompt à repartir sur les champs de batailles…
Les années qui s’écoulèrent ne furent qu’une intense répétition du terrain de jeu infertile de son enfance à un détail près…
Il n’avait plus au quotidien cet hôte qui l’avait accueilli et qu’il devait protéger envers et contre tout.
L’ayant simplement dépossédé avant de l’étouffer, il avait toutefois omis de brûler son essence de vie…

Ces hommes et ces femmes qu’il croisait au quotidien et qu’il ne voyait presque plus tant ils étaient invisible à son regard étaient le symbole d’une renaissance…
Peu à peu, son monde s’étiolait semblable à un arbre en automne, identique à une rivière qui s’assècherait sous le joug d’un soleil…
Cet enfant sauvage n’avait pas conscience que c’est lui qui s’effaçait lentement de cet univers.
Son hôte avait toujours été présent mais dissimulé au regard de tous pour apprendre et grandir sereinement.

Ce petit garçon n’avait plus besoin de cet enfant sauvage pour le protéger…
Je suis un enfant sauvage d'Asperger... Diagnostiqué à 47 ans.

Il est des personnes dont le seul talent est la normalité et d'être semblable au plus grand nombre...
Je n'ai de talent que celui d'être différent et de ne vouloir ressembler à personne...

Avatar du membre
chill out
Fidèle
Messages : 127
Enregistré le : dimanche 9 septembre 2018 à 17:23
Localisation : Vienne 38
Contact :

[Écriture] Les enfants sauvages d'Asperger

#27 Message par chill out » mardi 26 mars 2019 à 11:47

APOCALYPSE

De son regard sur un monde inconnu pour eux, il porterait la voix des mutiques, l’expression des siens qui n’auraient la force que d’une folie intérieure qu’il ne connaissait que trop bien…

De sa plume, il diffuserait les mots, les cris de détresse de ses semblables, des hurleurs, de ces âmes arrachés à leur monde et mutilés pour devenir des êtres sans défenses jetés en pâture dans l’arène de la violence sous les cris de la foule.

L’absolue nécessité de fuir, de s’arracher à cette humanité anthropophage, de retrouver leurs origines grandissaient chaque jour…
Combien d’entre eux avaient été enfermés, sujets d’expériences pour des sorciers blancs, des guérisseurs d’esprits, des apprentis tâtonnant incapables de percevoir une évolution dans ces êtres si différents de l’immense majorité du monde…

Ces enfants sauvages ne pouvant être guéris de leur différence, il conviendrait de les rééduquer, de les modeler, de corriger ces imperfections afin qu’ils puissent accepter les règles et les coutumes d’une société humaine malade d’elle-même…
De celles et ceux qui s’échapperaient au-delà des grillages, des fous qui refuseraient l’enfermement, ne leurs seraient accordés que l’opprobre et le déni de leur différence biologique.
Pourchassés au-delà des frontières, ils ne seraient qu’une anomalie à éradiquer, une maladie génétique dont il faudrait se débarrasser, se prémunir à n’importe quel prix.

De cette attente, assis à son bureau, il observerait par la fenêtre celles et ceux qui profiteraient de l’obscurité pour disparaître au regard du monde.
Il se saisirait d’une parcelle de leur existence, de leur soif de liberté, de leur souffrance, de leur passé qu’ils abandonneraient en lambeaux sur les lames acérés des fils barbelés étincelants, couverts de fines gouttelettes de sang séché afin nourrir son ouvrage, son encyclopédie destinée à conserver l’histoire de tous ces enfants sauvages…

Et de celles et ceux qui n’auraient jamais la force de s’échapper, de ces emmurés captifs de leurs terreurs infantiles dont le destin serait de ne jamais goûter, ne serait-ce qu’un instant de liberté, il n’aurait de cesse de leur transmettre les récits de leurs ancêtres, de ces enfants sauvages ayant vécu par-delà les siècles et au-delà des millénaires…

Un grand livre aux pages blanches, prenant forme au fil des semaines, des mois et des années et destiné à ne jamais se terminer tant qu’il resterait un conteur, un successeur pour reprendre sa tâche lorsqu’il suivrait le chemin le chemin de ces enfants sauvages…

De ses descendants, l’un d’entre eux poursuivrait son encyclopédie…
De ces cours récits, il tenterait l’impossible…
Saisir le cœur même de leur différence…
Celle-là même qui le consumait de l’intérieur et dévorait son esprit d’humain afin de ne laisser percevoir au travers de son regard que la lueur dégagée par son élément primaire, sa particule élémentaire…

De longues années d’attente et d’espoir que nombre d’entre eux franchiraient les barrières mises en place pour contenir leur évolution…

Le souhait que chacun de ces fuyards puissent, un jour, trouver un chemin protégé de l’inhumanité grandissante afin de rejoindre des communautés éparses riches de leurs différences.

De la folie qui était sienne, il prendrait soin de la dissimuler au plus grand nombre, de son ouvrage, il disséminerait des indices, de sa nature sauvage, il s’en abreuverait tel un vampire assoiffé de son propre sang pour ne jamais renoncer…
De ces hurlements intérieurs qui le dévoraient chaque jour un peu plus, il naviguerait au bord de l’océan du monde afin de contempler ce qu’il restait de ses souvenirs brisés sur les rochers acérés d’Hadès…
Je suis un enfant sauvage d'Asperger... Diagnostiqué à 47 ans.

Il est des personnes dont le seul talent est la normalité et d'être semblable au plus grand nombre...
Je n'ai de talent que celui d'être différent et de ne vouloir ressembler à personne...

Répondre