[Écriture] Les enfants sauvages d'Asperger

Livres, publications, films en rapport avec l'autisme : donnez ici votre avis.
Message
Auteur
Avatar du membre
chill out
Habitué
Messages : 89
Enregistré le : dimanche 9 septembre 2018 à 17:23
Localisation : Vienne 38

[Écriture] Les enfants sauvages d'Asperger

#16 Message par chill out » mardi 12 février 2019 à 23:50

L’ENFANT DE LA LUNE

Jadis enfant sauvage, il fut un enfant de la lune…
Doté de bienveillance, il arpentait le monde en tous sens…
Voyageur dans l’âme, il était à l’image de cette lune observée depuis toujours par l’humanité…

Toujours présent dans l’esprit de celles et ceux qu’il avait croisé sur son chemin, il côtoyait le monde des humains et des enfants sauvages, passant de l’un à l’autre de manière naturelle.

Il possédait la compréhension des uns et des autres et sans difficultés aucunes et s’adaptait naturellement…
Comme tous les enfants sauvages, il était venu au monde parmi les humains et avait rejoint la forêt, le monde Autistan mais n’avait privilégié aucun des deux univers.
Possédant ainsi la particularité des deux langages, il pouvait communiquer avec tous.

Son apprentissage et sa culture métissé était une force et un atout dans son développement, ainsi, les années s’écoulèrent sans choix définitif jusqu’à cette rencontre avec l’enfant de la nuit.
Une enfant sauvage dont la joie et l’amour était sa nature profonde et possédant une force de vie peu commune…
Deux êtres que rien ne semblait pouvoir séparer tant leur croyance commune était forte.

De leur rencontre était né une union, un pacte d’amour éternel que rien n’aurait pu briser…
Mais il est dans la nature des enfants sauvages de ne jamais oublier ce qui compose leur particule élémentaire.
Celle qui composait l’enfant de la lune devait dans un avenir proche le mettre à nouveau sur le chemin du monde des humains délaissant ainsi celle qu’il aimait follement…
Il ne pouvait pas vivre dans un monde en niant l’autre et c’est lors d’une sombre nuit que le destin de ces deux êtres allait décider d’une mortelle séparation.

Lors d’une violente tempête alors qu’ils étaient sur les océans que leur navire affrontait sans peine, ils furent éperonnés par une galère en dérive au sein de laquelle quelques humains se trouvaient, gisant entre la vie et la mort.

L’une devait décider que la mort serait leur destin, lui qu’ils devaient vivre choisissant de sauver ces âmes perdues.
Sa compagne ne lui pardonnerait jamais cet abandon alors qu’il prenait la barre de cette galère perdue au milieu de nulle part…

Deux caps opposés pour l’enfant de la nuit qui regagnait sa terre natale tandis que l’enfant de la lune ramenait ses passagers dans leur monde…
Unis dans leur séparation, leurs regards ne devaient jamais plus se croiser.
La lune serait le lien entre deux mondes qui ne seraient jamais destinés à se rencontrer…
Je suis un enfant sauvage d'Asperger...
Diagnostiqué à 47 ans.

Avatar du membre
chill out
Habitué
Messages : 89
Enregistré le : dimanche 9 septembre 2018 à 17:23
Localisation : Vienne 38

[Écriture] Les enfants sauvages d'Asperger

#17 Message par chill out » mardi 12 février 2019 à 23:52

L’ENFANT DE LA LIBERTÉ & L’ENFANT LOUP

Elle est une enfant de la liberté, une femme éprise des vents qui emportent les chaînes…
Elle voyageait dans les différents univers afin d’enseigner son humanité, son désir de liberté…
Parcourant les chemins de l’existence, son regard devait un jour croiser celui d’un enfant sauvage…
Un enfant sauvage effrayé par le monde, fuyant sans cesse pour retrouver ses origines, consumant tout ce qu’il touchait de son regard animal…

A peine approché par l’enfant de la liberté, qu’il se transformait en loup pour se défendre et fuir toujours plus vite, toujours plus loin…
Il ne lui laissa pas une infime chance de le pendre par la main, de lui sourire, de lui parler, l’enfant sauvage avait déjà disparu sur l’un de ses multiples chemins…
Elle l’aperçut parfois ici et là mais ne s’en approchait plus…
Il n’était qu’un fantôme, un souvenir, une pensée persistante…

Enfant de la liberté et enfant sauvage sont opposés et miroirs l’un de l’autre…
Ils portent en eux une intense humanité et une profonde croyance en un monde meilleur…
De cette croyance, naquit un jour un fil de soie qui devait les rapprocher en les menant sur un chemin commun…

Apercevant de nouveau cet enfant loup, elle se contentait aujourd’hui, de laisser une lettre qu’il ne manquerait pas de trouver, qu’il ne manquerait pas de parcourir…
Aujourd’hui, l’enfant sauvage s’approcherait… Doucement mais non sans crainte…
Il viendrait s’asseoir sur un petit banc de pierre au bord de ce sentier parcouru par ce fil de soie…
Aujourd’hui, il ne s’enfuirait pas…
Enfant de la liberté, Enfant sauvage, ensemble assis côte à côte, essayant de s’apprivoiser l’un l’autre…
Je suis un enfant sauvage d'Asperger...
Diagnostiqué à 47 ans.

Avatar du membre
chill out
Habitué
Messages : 89
Enregistré le : dimanche 9 septembre 2018 à 17:23
Localisation : Vienne 38

[Écriture] Les enfants sauvages d'Asperger

#18 Message par chill out » mardi 12 février 2019 à 23:54

L’ENFANT DU MULTIVERS

L’enfant du multivers est venu au monde après la disparition d’une étoile ayant consumé l’intégralité des planètes qui orbitaient autour d’elle.
Autant de mondes habitant des êtres doués de conscience et dotés d’une singularité propre à leur nature.
De ces dizaines de milliards d’individus, un grand nombre d’enfants sauvages représentant chacun d’entre eux une communauté distincte.
Chacun de ces êtres singuliers vivaient en autarcie prenant le soin d’accumuler les connaissances de la communauté qu’ils représentaient.
De par l’évolution de leur monde, de nouvelles communautés s’étaient créées et de nouveaux enfants sauvages étaient apparus pour en devenir les représentants.
Des dizaines d’unicités et autant de particularités qui s’unifiaient autour d’une même croyance, d’une même quête de savoir et de connaissance universelle…
Des garçons et des filles ayant l’âge du monde dès leur naissance et destinés à accumuler leurs connaissances au sein d’un fragment de roche et à décider du dernier jour du reste de leur vie avant qu’il n’arrive.

Aucuns ne pouvant contenir en lui l’ensemble de la connaissance et du savoir, chacun d’eux ne possédaient qu’une partie d’un tout.

De cette étoile qui devait emporter leurs mondes et de ces milliers de fragments dispersés dans l’univers, certains ont atteints une planète bleue alors seulement peuplée de camps nomades épars.
L’histoire des enfants sauvages ne s’effacerait pas…
Leurs renaissances perpétuelles sous différentes formes de vie se déroulaient bien avant la naissance de cet univers que les humains imagine unique et indivisible.

Des univers si proches qu’ils se heurtent parfois créant de nouveaux big-bang donnant naissance à de multiples copies ou s’annihilant en une fraction de seconde.

De ces autres particules élémentaires qui n’ont atteint aucune destination, elles sont toujours en errance quelque part au sein des hivers stellaires, s’attirant invariablement pour fusionner et former une nouvelle entité.
Le début d’une nouvelle forme de vie, d’une nouvelle forme de conscience qui deviendrait au cours de l’évolution, l’enfant du multivers…
Je suis un enfant sauvage d'Asperger...
Diagnostiqué à 47 ans.

Avatar du membre
chill out
Habitué
Messages : 89
Enregistré le : dimanche 9 septembre 2018 à 17:23
Localisation : Vienne 38

[Écriture] Les enfants sauvages d'Asperger

#19 Message par chill out » vendredi 22 février 2019 à 0:13

L’ENFANT DES NUAGES


Elle était une fille du vent, une fille de l’air… Aérienne et légère dans ses mots, sa grâce l’était tout autant dans sa démarche… Bienveillante et amoureuse de la vie, son regard d’azur translucide portait sur le monde la simplicité de l’innocence… Le grain de sa peau, l’odeur de son parfum, la liberté de ses cheveux, offrait la promesse d’un amour sincère… Nombreux furent les hommes à se défier par l’acier de leur lame pour obtenir ses faveurs, son attention, sinon un regard… De ses robes aux couleurs pourpres finement dentelés s’échappaient une taille fine tandis que de longs cheveux bouclés aux couleurs des incendies ravageurs, virevoltaient au gré des airs…

Disparaissant le temps d’un battement de paupière, d’une respiration, elle était insaisissable de par sa naissance…
D’une folle éternité, en générations qui se succédaient, elle était présente dans l’esprit des hommes, des guerriers qui luttaient sans cesse afin de s’en approcher…

Née au sein d’une tour végétale mêlée de verre sur une île éloignée et inaccessible pour l’humanité, elle était en voyage perpétuel aux confins d’une planète perdue dans une galaxie semblable à de millions d’autres.
Porté par le temps immuable dans l’esprit des hommes, de nombreux récits se succédaient… Des récits de voyageurs, de conteurs, de marchands, de bardes…
D’histoires en illustrations, ils devenaient mythes et légendes…

Une enfant de la nature devenue fille du vent…
Femme aux robes pourpres et aux cheveux de feu…
Être éthérée au regard pur menant les hommes à la folie…
Égale des dieux pour certaines civilisations…
Elle n’était jamais nommée autrement que par sa nature…
Elle était l’enfant des nuages…

Elle faisait partie comme d’autres, de ces enfants sauvages….
Insaisissables par nature, libres par instinct et voyageant par-delà le monde, emportant leur univers au creux de leurs mains…

D’une volonté indestructible, leurs quêtes éternelles pures et insatiables demeuraient intactes…
Ils mouraient de leur utopie mais renaissant toujours depuis l’aube de l’humanité…
Les particules élémentaires des enfants sauvages se dispersant pour donner naissance à d’autres plus nombreux encore…
Chacun se composait de l’une de ses particules élémentaires…

L’enfant de la terre, du soleil, des nuages, l’enfant loup et d’autres encore…
Des univers parfois opposés qui aussi se rencontraient en un cataclysme semant le chaos et menant à cette destruction ultime que seuls des enfants sauvages peuvent provoquer…

L’enfant des nuages était une perception de l’avenir de l’enfant de la terre…
Une future rencontre improbable mais déjà tissée par l’araignée du destin…
Je suis un enfant sauvage d'Asperger...
Diagnostiqué à 47 ans.

Avatar du membre
chill out
Habitué
Messages : 89
Enregistré le : dimanche 9 septembre 2018 à 17:23
Localisation : Vienne 38

[Écriture] Les enfants sauvages d'Asperger

#20 Message par chill out » vendredi 22 février 2019 à 0:14

L’ENFANT DU TONNERRE

La violence des éclairs n’eut de cesse de terrifier et de fasciner les hommes depuis la nuit des temps, depuis le début de l’humanité et même bien avant.
Né lors d’un orage embrasant le ciel, il fut ainsi nommé au sein de sa tribu.

Jamais apaisé, nulle sérénité ne venait jamais l’étreindre sauf lorsque le temps s’accompagnait d’éclairs menaçant de consumer toute vies qui dans un fracassant craquement atteignaient le sol pour disparaître absorbé par la terre.
Seul instant de grâce au centre de ce monde étrange composé de campements éparse, d’hommes et de femmes tentant de survivre parmi les prédateurs et une nature hostile.

Cet enfant ainsi nommé destiné à devenir guerrier comme des générations avant lui n’avait de cesse de chercher querelle auprès des siens.
Les lunes innombrables s’écoulèrent et furent les témoins sans faille d’une succession de violence qui jalonnait l’existence de ce petit d’homme.

Isolé parmi les siens, exilé lors des nuits d’orages, il était l’enfant du tonnerre.
Ces zébrures qui se dessinait le calmait, l’affaiblissait le rendant vulnérable pour quelconque vengeance.
La prédiction s’était toujours réalisée pour les enfants du tonnerre nés avant lui.
Destiné à devenir un puissant guerrier, sa vie d’humain serait marquée par sa nature, par la particule élémentaire qui le composait.

Lors d’un déluge accompagné d’une violence inouïe de fracas lumineux, le conseil des sages déciderait que son exil serait définitif.
Profitant de son affaiblissement, les guerriers de la tribu s’emparèrent du jeune homme sans mal tant il était sans défense.
Incapable de lutter, sa force se dispersait un peu plus dans le ciel à chaque grondement.

Bâillonné, ligoté, il fut porté au-delà du camp, après les collines, au milieu de la plus lointaine montagne visible.
Broussaille, surplombs rocheux, torrents, ravines et cavernes composaient les flancs de sa nouvelle demeure.
Peut-être la dernière…

Abandonné sur place encore lié par ses entraves, c’est sans regard qu’il parvint à se libérer de ses attaches qui tranchaient sa chair.
Ses pairs avaient pris soin de le mutiler une dernière fois afin qu’ils ne retrouvent jamais le campement.
La sang qui coulait le long de ses joues associé à ses cris de douleurs devait alerter quelques loups affamés au ventre creux et ainsi devait s’achever la vie de l’enfant du tonnerre…

Lorsque la nuit pris fin, sa vie était entre les griffes et les crocs qui se portaient à sa gorge.
La mort porté par ce loup assoiffé de sang ne serait pas sa compagne au matin.
Celui qui le tenait entre ses mâchoires aux limites du trépas était l’enfant loup…
Un enfant sauvage changeant sa forme pour devenir loup gris…

Réunis par les hommes ignorants, deux êtres à la semblable naissance mais composé de particules élémentaires bien différentes.
L’enfant du tonnerre à la violence incontrôlée apprendrait de l’enfant loup…
Deux mortels destructeurs réunis par une sombre nuit et destinés à se protéger mutuellement…

Lors des nuits d’orage, les hurlements de loups ne sont aujourd’hui que le souvenir de cette rencontre…
Des hurlements destinés à rappeler aux hommes que la mort les attend au creux de la montagne…
Il était un enfant du tonnerre, il était un enfant sauvage…
Je suis un enfant sauvage d'Asperger...
Diagnostiqué à 47 ans.

Avatar du membre
chill out
Habitué
Messages : 89
Enregistré le : dimanche 9 septembre 2018 à 17:23
Localisation : Vienne 38

[Écriture] Les enfants sauvages d'Asperger

#21 Message par chill out » vendredi 22 février 2019 à 0:14

L’ENFANT DE LA LUMIÈRE & L’ENFANT DE LA TERRE

Elle était une enfant de la lumière…
Venue au monde au cœur d’une étoile au fin fond de notre galaxie…
Il était un enfant de la Terre…
Venu au monde au cœur des entrailles de sa planète…

Deux êtres aux destinées opposées de par leurs naissances…
Deux âmes n’étant pas destinées à se croiser du regard…

L’enfant de la lumière voyageait d’une simple pensée entre les différents mondes tandis que l’enfant sauvage prenait le temps de poser un pas après l’autre dans la terre qui l’avait vu naître.
L’une vivant dans un amour absolu, l’autre forgeant son avenir incertain dans l’acier…

L’incertitude du monde dans lequel grandissait l’enfant de la Terre, le rendait plus fort chaque jour, chaque nuit…
Il surmontait les épreuves l’une après l’autre et parois au bord du précipice le plus profond, il regardait le ciel noir pour observer cette étoile au fin fond de la galaxie qui brillait silencieusement…

Elle l’observait avec amour, avec tendresse en silence depuis sa naissance…
Depuis toujours, elle avait aperçu, les éclairs venant de cette lointaine planète, perçu les cris de rage et de douleur, le fil des glaives d’acier s’entrechoquer dans un fracas assourdissant…
Elle s’était prise de tendresse pour ce garçon qui grandissait en forgeant son esprit pour chaque jour devenir plus fort.
Chacun dans son monde, dans son univers, profitant de chaque nuit pour s’observer en silence…
Ne percevant de l’autre qu’une présence lointaine…

Un jour, l’enfant de la lumière et l’enfant de la Terre se rencontreraient…
Dans un avenir lointain qui à déjà eu lieu…
De leur rencontre, un destin nouveau pour l’un de ses deux enfants prendrait vie…
Une porte vers un monde nouveau encore inconnu pour un enfant de la Terre…
Un monde qu’il ne quitterait jamais plus jusqu’à fuir définitivement les siens…

Deux enfants disparaissant chacun au regard de l’autre dans une dernière preuve d’amour…
De cette rencontre, de cet amour, serait forgé un cœur de pierre rouge que l’un conserverait près de lui en souvenir…

De ce symbole, sa résilience prendrait vie pour grandir en lui…
L’enfant de la Terre porte en lui, une parcelle de l’enfant de la lumière…
De sa résilience, prendrait vie un nouvel univers…
Son univers des possibles…
Je suis un enfant sauvage d'Asperger...
Diagnostiqué à 47 ans.

Répondre