[Livre] La marquise aux pieds nus (Fougeras, Nathalie)

Livres, publications, films en rapport avec l'autisme : donnez ici votre avis.
Répondre
Message
Auteur
Avatar du membre
hazufel
Modératrice
Messages : 3223
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 15:06

[Livre] La marquise aux pieds nus (Fougeras, Nathalie)

#1 Message par hazufel » dimanche 19 mai 2019 à 10:12

À paraître le 30 mai aux éditions Faralonn (auparavant H.Tag Éditions)

Tous ces éléments viennent de la page Facebook La marquise aux pieds nus, avec l’autorisation de l’auteur.

Présentation de l’ouvrage :

« La marquise aux pieds nus » aborde le thème de l'autisme au travers de ma vision féminine du sujet, de mon expérience personnelle, et de mon regard d'artiste.

Le manuscrit est articulé en deux parties distinctes.

La première (environ 1/3 de l’ouvrage), raconte mon parcours personnel, celui d’une personne autiste diagnostiquée à l'âge de 47 ans. Cette partie explique, entre autres choses, les raisons de ma prise de conscience tardive, directement liée à mon environnement familial particulier ainsi qu'à mon contexte professionnel atypique d'artiste.

La seconde partie (environ 2/3 de l’ouvrage), forme un glossaire, constitué de mots-clés en lien direct ou indirect avec ma condition particulière de personne autiste. Cette suite de chroniques me permet d’expliquer non seulement mes spécificités autistiques, mais aussi de m’exprimer sur l'autisme en général.

L'ensemble de l'ouvrage a donc vocation à montrer l'autisme de l’intérieur, à décrire l'ambivalence entre capacités particulières et handicaps, et à inviter le lecteur à porter un regard bienveillant sur les personnes autistes plus visiblement invalides.

Le but étant que le grand public et les personnes autistes puissent envisager le spectre de l'autisme comme un continuum et comprendre qu'il n'y a pas lieu de tracer des frontières, ou de créer des catégories, entre les personnes autistes. Qu'elles soient verbales ou non verbales, lourdement handicapées ou plus autonomes.

Seuls les handicaps varient d'un individu à l'autre, l'autisme, lui, est toujours le même.


Première préface du Docteur David Gourion, psychiatre

De nombreux livres ont été écrits sur les troubles du spectre autistique, mais celui-ci est spécial. Spécial d’une part parce que celle qui l’écrit, Nathalie Fougeras, est une femme d’exception. Écrivain, musicienne, peintre, elle excelle dans tous les domaines artistiques et décrit à merveille les arcanes poétiques et mystérieux de l’autisme tel qu’elle l’a vécu de l’intérieur, depuis toujours, sans même le savoir. Spécial, ce livre l’est également de par son ton et sa forme atypiques, qui mêlent avec intelligence et tendresse souvenirs d’enfance, images familiales, phénoménologie de la neuro-diversité et dictionnaire éclairé et humaniste des termes relatifs à l’autisme. C’est tout cela que l’on trouve dans son ouvrage, et plus encore, sous la surface des mots, une profondeur émouvante et une grande poésie.

Lorsqu’elle m’a écrit pour me solliciter pour cette préface, Nathalie Fougeras m’a appris que ce n’était que très récemment et tout à fait par hasard, suite à la lecture d’un article consacré à l'autisme au féminin, qu’elle s’est reconnue dans le diagnostic. Le choc pour elle a été, j’utilise ses mots, « considérable », « immense », ce d’autant qu’elle n’avait jamais consulté de psy. Durant son enfance, et du fait de l’atypicité de sa famille – elle décrit ses parents comme des êtres excentriques -, personne ne s’était étonné de ses habitudes « bizarres », de ses centres d’intérêts spéciaux, ou de son manque de besoin de relations sociales. Mais l’autisme, elle l’a rencontré également chez l’autre, lors d’une rencontre extraordinaire, décrite avec une grande finesse dans son ouvrage, avec un jeune adolescent autiste non verbal avec lequel elle a noué un lien indiciblement puissant.

Par cette heureuse contribution, la lumière qu’elle apporte sur la compréhension des troubles du spectre autistique (TSA) est fondamentale, car il faut le dire, dans notre pays, en dépit des progrès récents, les choses n’avancent pas suffisamment vite. Tant en termes de diagnostic précoce – rappelons que selon les chiffres de l’agence américaine CDC, les TSA concernent une personne sur 59, ce qui est considérable, sachant que le diagnostic peut se faire, lorsque les pédiatres et les enseignants sont correctement formés, dès les premières années de vie. Or comme souvent chez les femmes de haut niveau comme Nathalie Fougeras, le diagnostic n’est pas fait ou bien fait très –trop- tardivement, engendrant toutes sortes de souffrances et d’incompréhension au cours de l’enfance, de l’adolescence, durant la scolarité, les études et plus tard, dans le monde professionnel.

Les études réalisées sur le sujet montrent que les enfants atteints de TSA souffrent bien plus que les autres d’exclusion, de harcèlement scolaire, de toutes situations qui vont de la simple ignorance, le plus souvent, à la vraie méchanceté –parfois- qui montrent à quel point ces personnes sont stigmatisées, moquées, isolées, rejetées et, quand l’environnement familial n’est pas tolérant et protecteur, laisse imaginer à quel point elles peuvent être malheureuses. Les situations dramatiques, conduisant parfois au suicide, ne sont pas rares, loin s’en faut, chez ces adolescentes qui ignorant tous des raisons de leur différence, mettent au point des stratégies élaborées et complexes pour camoufler et compenser leurs difficultés tout en mimant les stéréotypes sociaux et sexuels qui leurs sont imposés par la société, se transformant en véritables « caméléons sociaux », mais au prix d’une intense fatigue et d’un sentiment de dépersonnalisation qui les conduit à interroger leur condition et leur identité même.

Accompagnée de son mari, de son chat, de la nature et de ses œuvres, Nathalie Fougeras déambule dans l’existence avec bonheur –et pour le nôtre- et projette tout autour d’elle ses étincelles de magie -car cette femme lumineuse est indéniablement une vraie magicienne-. Espérons qu’elle continuera longtemps de nous illuminer !

Docteur David Gourion, psychiatre.


Deuxième préface d’Isabelle Hénault, psychologue.

J’ai eu la chance de rencontrer Nathalie en Novembre 2018 à l’occasion d’une conférence à Perpignan. Cette croisée de chemins improviste mais opportune a été pour moi l’occasion d’écouter une partie de son histoire.

Cette histoire fascinante qui permet l’exploration intime et la découverte de l’autisme au féminin.
Ces dix dernières années, un nombre croissant de femmes adultes a appris son autisme à la suite d’une évaluation diagnostique tardive. Ce qu’elles considèrent souvent elles-mêmes comme une sorte de révélation fait malheureusement souvent suite à plusieurs années d’un parcours de vie semé d’incompréhensions face au monde, mais surtout face aux autres.
C’est l’un de ces parcours parmi tant d’autres que nous dévoile ce livre. Avec une aisance littéraire n’ayant rien à envier d’une Colette, Nathalie nous raconte sans fards sa vie et sa façon de voir le monde.

Le récit est poignant, les pages sont un regard pur qui nous promène dans un monde aux dimensions insoupçonnées.
Immédiatement, on comprend qu’il ne s’agit pas pour l’auteure de mettre une étiquette sur un mal-être et de s’en débarrasser. Le récit nous donne accès à son ressenti, sa sensorialité, son intelligence et sa grande sensibilité. Il s’agit ainsi de nous ouvrir à son monde, d’en prendre conscience pour gommer notre incapacité à le comprendre.

Les caractéristiques comportementales, aussi barbare et froid que ce terme puisse être, sont habituellement moins sévères chez les femmes que chez les hommes autistes. Les femmes autistes camouflent, imitent, s’exténuent pour passer sous silence des difficultés pourtant sources d’angoisses intarissables. Grâce à l’éveil de la société à la notion de neurodiversité, elles sont maintenant nombreuses à se regrouper. Leur voix jadis isolées s’unissent pour une reconnaissance.
Ce livre inspirant n’a finalement qu’un but : que les autistes trouvent leur place dans ce monde. En cela, le diagnostic est une étape-clé vers la compréhension de soi, mais aussi de jalons de vie. Du tout blanc au tout noir, la palette s’élargit, s’enrichit, s’articule et prend forme.

La marquise aux pieds nus, même avec ses « œillères magiques », en artiste peintre accomplie, a pris cette palette pour exprimer avec force et détermination ce que c’est que d’être une femme autiste.

Isabelle Hénault, psychologue
Directrice de la Clinique Autisme & Asperger de Montréal, Québec, Canada

À lire à partir du 30 mai !
Diagnostiquée TSA type Asperger,
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA type Asperger.

Avatar du membre
hazufel
Modératrice
Messages : 3223
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 15:06

Re: [Livre] La marquise aux pieds nus (Fougeras, Nathalie)

#2 Message par hazufel » dimanche 9 juin 2019 à 8:48

J’ai reçu le livre hier, l’ai lu dans la journée.
Il est difficile à lâcher dès qu’on l’a commencé.
Il est scindé en deux grandes parties, et un chapitre spécial en toute fin. Ils sont distincts, très complémentaires tout en ayant leur fonction propre.

J’aime beaucoup le style très sensitif, relatant chaque détail. Le texte est très beau.
Je me suis beaucoup retrouvée petite, sans me rappeler des autres, mais de l’herbe que je foulais, les arbres où je grimpais, les étendues que je contemplais, les senteurs que j’humais.
On perçoit les fractures, les souffrances, les incompréhensions du monde, des autres, mais l’auteure a su puiser ce qui lui donnait sa force, celle de faire les meilleurs choix surtout.
Le texte autobiographique de la première partie est très beau, il résonne beaucoup en moi, de choses que je n’aurais jamais su décrire aussi bien...
Je le trouve bouleversant parce qu’il fait de nouveau remonter tout ce qui était différent dans l’enfance des personnes autistes.
Tout ce qu’on vivait à côté des autres... toujours à côté.

La deuxième partie, le glossaire est très pertinent et intéressant.
Il illustre les particularités de l’autisme par le biais de l’expérience de l’auteure, mais est toujours appuyé par des études ou des auteurs reconnus dans le domaine.
Il permet de comprendre de nombreuses facettes rarement explicitées ailleurs, ou de façon trop théorique que l’on n’arrive pas à relier au concret.
Comme l’explique Nathalie, je reste persuadée que ce qui nous aide le plus est la stabilité, l’équilibre.
Le reste nous le vivons comme un chaos incompréhensible...
Les volets sensoriels sont très parlants et j’espère qu’ils permettront aux personnes non autistes de comprendre ce que l’on vit au quotidien.
Le chapitre sur l’époque est vraiment très important car il montre combien les personnes comme nous, et les enfants sont stigmatisés aujourd’hui... ça rejoint le dernier livre de Schovanec sur la normalisation vers la médiocrité, et les échanges sociaux à outrance vs la qualité de travail...

Ce n’est pas seulement une vision personnelle parce que les références rappellent que les caractéristiques avancées sont étudiées et reconnues.
Quand je lis je me retrouve dans mille choses (j’ai à peu près les mêmes soucis de santé, les extrasystoles en plus... et d’autres en moins), mais je me retrouve encore une fois avec cette perception pesante d’avoir toujours cette paroi de verre entre nous et les autres.
On ne voit (presque) rien quand on nous voit, et nous on brûle.
Les éléments de glossaire apportent beaucoup à l’histoire personnelle de l’auteure, pour expliquer son ressenti et celui de beaucoup d’autistes.

Le dernier petit chapitre est très beau mais aussi tellement triste.

Le livre de Nathalie est de ceux qui marquent, qui bouleversent.
On comprend mieux ce que doit surmonter, endurer une personne autiste et enfin ses choix pour mieux vivre.
Diagnostiquée TSA type Asperger,
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA type Asperger.

Avatar du membre
misty
Forcené
Messages : 4238
Enregistré le : vendredi 23 janvier 2015 à 18:16

Re: [Livre] La marquise aux pieds nus (Fougeras, Nathalie)

#3 Message par misty » mardi 11 juin 2019 à 9:33

Merci de ton retour, j'hésitais beaucoup à le commander (souvent été déçue voire démoralisée par ce type d'ouvrage) mais à ce que tu en dis ça pourrait bien m'aider pour certaines choses. :)
*Diag TSA*

“Some lose all mind and become soul, insane.
Some lose all soul and become mind, intellectual.
Some lose both and become accepted.”

Avatar du membre
Phantom
Nouveau
Messages : 4
Enregistré le : lundi 3 juin 2019 à 13:07
Contact :

Re: [Livre] La marquise aux pieds nus (Fougeras, Nathalie)

#4 Message par Phantom » jeudi 20 juin 2019 à 21:56

J'ai commencé à le lire, je le trouve aussi très bien pour l'instant. Je suis fatiguée et j'ai des difficultés à me concentrer en ce moment donc ca n'aide pas mais à chaque fois que j'ai un moment, je prends plaisir à m'installer dans un coin pour continuer la lecture :)
Diagnostiquée dans le CRA de ma région en 2017

Avatar du membre
Alpha
Fidèle
Messages : 132
Enregistré le : mardi 14 mai 2019 à 8:35

Re: [Livre] La marquise aux pieds nus (Fougeras, Nathalie)

#5 Message par Alpha » lundi 1 juillet 2019 à 13:59

Reçu hier soir, terminé à l'instant, j'ai beaucoup aimé ce livre.
La précision de ses récits me donnait l'impression d'être à ses côtés. Certains d'entre eux ont fait écho avec quelques épisodes de ma vie.
Même si je ne suis pas à même d'évaluer la justesse de ses propos par rapport aux personnes touchées par les TSA (n'étant pas diag), je pense qu'elle a vraiment parlé de son ressenti et de son vécu, tout en faisant beaucoup référence à des études ou ouvrages sur les TSA.
Et personnellement, j'ai beaucoup plus apprécié cet ouvrage que celui de Julie Dachez, Dans ta bulle, que je trouve très moralisateur.

J'ai également trouvé le dernier chapitre très beau, porteur d'espoir, même si dans l'absolu il reste infiniment triste.
Spoiler : 
PS : j'ai moi aussi diagnostiqué un TSA chez mon chat. Je le ferai confirmer par le véto à la prochaine consultation. :mrgreen:
Sans diagnostic
Suspicion par le psychiatre HPI et/ou TSA

Avatar du membre
hazufel
Modératrice
Messages : 3223
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 15:06

Re: [Livre] La marquise aux pieds nus (Fougeras, Nathalie)

#6 Message par hazufel » lundi 1 juillet 2019 à 16:12

Alpha a écrit :
lundi 1 juillet 2019 à 13:59
personnellement, j'ai beaucoup plus apprécié cet ouvrage que celui de Julie Dachez, Dans ta bulle, que je trouve très moralisateur.

J'ai également trouvé le dernier chapitre très beau, porteur d'espoir, même si dans l'absolu il reste infiniment triste.
Moi aussi :(
Alpha a écrit :
lundi 1 juillet 2019 à 13:59
Spoiler : 
PS : j'ai moi aussi diagnostiqué un TSA chez mon chat. Je le ferai confirmer par le véto à la prochaine consultation. :mrgreen:
Frans de Waal, éthologue formidable, dit que les chats sont des chiens autistes :mryellow:
Diagnostiquée TSA type Asperger,
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA type Asperger.

Avatar du membre
Lilette
Forcené
Messages : 10476
Enregistré le : mardi 29 juillet 2014 à 11:15

Re: [Livre] La marquise aux pieds nus (Fougeras, Nathalie)

#7 Message par Lilette » lundi 1 juillet 2019 à 17:33

hazufel a écrit :
lundi 1 juillet 2019 à 16:12
[
Alpha a écrit :
lundi 1 juillet 2019 à 13:59
Spoiler : 
PS : j'ai moi aussi diagnostiqué un TSA chez mon chat. Je le ferai confirmer par le véto à la prochaine consultation. :mrgreen:
Frans de Waal, éthologue formidable, dit que les chats sont des chiens autistes :mryellow:
Ceci ne fait que confirmer la supériorité des chiens sur les chats 8) :lol:
TSA.

Avatar du membre
Alpha
Fidèle
Messages : 132
Enregistré le : mardi 14 mai 2019 à 8:35

Re: [Livre] La marquise aux pieds nus (Fougeras, Nathalie)

#8 Message par Alpha » lundi 1 juillet 2019 à 17:52

J'adore :lol:
Vous m'avez égayé ma journée :kiss:
Sans diagnostic
Suspicion par le psychiatre HPI et/ou TSA

Carapa
Adepte
Messages : 207
Enregistré le : dimanche 22 mars 2015 à 20:45

Re: [Livre] La marquise aux pieds nus (Fougeras, Nathalie)

#9 Message par Carapa » dimanche 14 juillet 2019 à 20:10

Alpha a écrit :
lundi 1 juillet 2019 à 13:59
Et personnellement, j'ai beaucoup plus apprécié cet ouvrage que celui de Julie Dachez, Dans ta bulle, que je trouve très moralisateur.
Content de voir que je ne suis pas le seul à qui Julie Dachez fait cette fâcheuse impression...
Diagnostiqué SA (septembre 2016).

Répondre