[Livre] Le syndrome d'Asperger et l'autisme ... (T. Attwood)

Livres, publications, films en rapport avec l'autisme : donnez ici votre avis.
Message
Auteur
Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19704
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: livre de Tony Attwood

#31 Message par Jean » samedi 15 mai 2010 à 12:37

Tes critiques sont pertinentes, mais n'épuisent pas le débat.

En effet, la réaction au harcèlement est quelque chose de difficile. Expliquer à une classe ce qu'est le SA, la "naïveté sociale", c'est prendre le risque de voir exploiter consciemment une faille.

Mais certains enseignants réussissent à faire prendre conscience. Il y a un climat de conscience collective qui se crée, avec des protecteurs peut-être un peu plus en pointe.

Mais ce qui peut être créé dans une classe est plus difficilement généralisable dans l'ensemble de l'école.

Je pense qu'il y a un principe à retenir : l'école ne peut garantir en tout lieu et tout temps la sécurité de l'élève "différent". Dans ce cas, elle doit lui offrir des refuges.

Quand le rapport de forces est utilisable, OK. Mais attention au contexte, à l'âge, à la capacité à proportionner la riposte à l'agression ...
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Mars
Modératrice
Messages : 8315
Enregistré le : vendredi 21 octobre 2005 à 15:02
Localisation : finistère

Re: livre de Tony Attwood

#32 Message par Mars » samedi 15 mai 2010 à 12:54

Je suis une adepte de la non-violence mais je reconnais le bien-fondé de ton analyse.
Je reconnais que certains conseils te T.A. sont inopérants et je me dis que ta technique qui consiste à impressionner vaut le coup d'être tentée.
Celle qui consiste à se défendre a produit généralement bien des dégâts car le jeune aspie se trouve souvent le seul à être puni, ses agresseurs, plus malins, trouvant le moyen de se défiler.
En ce qui me concerne, je m'emploie à permettre aux aspies de mon collège de se soustraire au harcèlement en leur offrant un lieu de repli (le CDI).
Je sais que ça ne règle pas le problème mais je me dis qu'en 4 ans, ces élèves auront acquis des repères, une confiance en eux et surtout gagné la bienveillance de ceux qui les auront côtoyés au CDI.
Je sais bien qu'en dehors de ce lieu, les problèmes ne sont pas règlés mais je pense aussi que, plus âgés, ils auront progressé dans la compréhension des autres et mis en place des stratégies pour éviter les agressions.
La pratique d'un sport de combat me semble une bonne chose pour donner aux aspies plus de confiance en eux. Chez moi ça n'a pas marché mais chez d'autres si ! Je te rejoins donc sur ce point.
Atypique sans être aspie. Maman de 2 jeunes filles dont une aspie.

System Beta Two
Régulier
Messages : 34
Enregistré le : vendredi 14 mai 2010 à 5:52
Localisation : Toulouse

Re: livre de Tony Attwood

#33 Message par System Beta Two » samedi 15 mai 2010 à 12:58

Mars a écrit :Je suis une adepte de la non-violence mais je reconnais le bien-fondé de ton analyse.
Je reconnais que certains conseils te T.A. sont inopérants et je me dis que ta technique qui consiste à impressionner vaut le coup d'être tentée.
Celle qui consiste à se défendre a produit généralement bien des dégâts car le jeune aspie se trouve souvent le seul à être puni, ses agresseurs, plus malins, trouvant le moyen de se défiler.
En ce qui me concerne, je m'emploie à permettre aux aspies de mon collège de se soustraire au harcèlement en leur offrant un lieu de repli (le CDI).
Je sais que ça ne règle pas le problème mais je me dis qu'en 4 ans, ces élèves auront acquis des repères, une confiance en eux et surtout gagné la bienveillance de ceux qui les auront côtoyés au CDI.
Je sais bien qu'en dehors de ce lieu, les problèmes ne sont pas règlés mais je pense aussi que, plus âgés, ils auront progressé dans la compréhension des autres et mis en place des stratégies pour éviter les agressions.
La pratique d'un sport de combat me semble une bonne chose pour donner aux aspies plus de confiance en eux. Chez moi ça n'a pas marché mais chez d'autres si ! Je te rejoins donc sur ce point.
Le CDI, que de souvenirs... Le problème c'est que la violence s'exerce aussi beaucoup dans les écoles, et il n'y a pas vraiment de repli possible dans ces endroits.

Avatar du membre
Jonquille57
Forcené
Messages : 10811
Enregistré le : samedi 14 juin 2008 à 5:39

Re: livre de Tony Attwood

#34 Message par Jonquille57 » samedi 15 mai 2010 à 17:32

System Beta Two a écrit : Le CDI, que de souvenirs... Le problème c'est que la violence s'exerce aussi beaucoup dans les écoles, et il n'y a pas vraiment de repli possible dans ces endroits.
C'est pourquoi l'information des adultes encadrants est essentiel pour ouvrir ces endroits aux enfants en difficultés.
Je pense que plutôt que de devoir répondre à la violence, il vaut mieux trouver des solutions pour l' éviter, tout au moins, au collège.

L'analyse que tu fais me semble très bonne, mais est-elle à la portée d'enfants de 11 ou 12 ans ?

System Beta Two
Régulier
Messages : 34
Enregistré le : vendredi 14 mai 2010 à 5:52
Localisation : Toulouse

Re: livre de Tony Attwood

#35 Message par System Beta Two » samedi 15 mai 2010 à 20:00

Jonquille57 a écrit :
System Beta Two a écrit : Le CDI, que de souvenirs... Le problème c'est que la violence s'exerce aussi beaucoup dans les écoles, et il n'y a pas vraiment de repli possible dans ces endroits.
C'est pourquoi l'information des adultes encadrants est essentiel pour ouvrir ces endroits aux enfants en difficultés.
Je pense que plutôt que de devoir répondre à la violence, il vaut mieux trouver des solutions pour l' éviter, tout au moins, au collège.

L'analyse que tu fais me semble très bonne, mais est-elle à la portée d'enfants de 11 ou 12 ans ?
J'ai dû me défendre entre 6 et 13 ans donc je dirais que oui. Après, j'ai appris sur le tas en comprenant ce que mes agresseurs attendaient de moi et ce qu'il ne fallait pas faire. J'ai quand même beaucoup utilisé l'ironie mais ça ne marchait pas très bien (une brute m'avait frappé parce que je lui avais fait remarquer que traiter quelqu'un de "petit nain" était un pléonasme, j'avais 10 - 11 ans). Il est clair que je ne recommande à aucun parent d'aspie de conseiller à son enfant de se préparer à la bagarre dès qu'on le cherche un peu mais il peut être utile de lui faire remarquer que c'est parfois nécessaire, qu'il a de grandes chances de passer par là et de s'y préparer. Apprendre certaines prises de dégagement notamment, lui expliquer que l'entrave des mouvements est un début de danger (si vous avez un militaire dans votre famille, allez voir de ce côté-là, ils apprennent ça en close-combat).

Avatar du membre
Mars
Modératrice
Messages : 8315
Enregistré le : vendredi 21 octobre 2005 à 15:02
Localisation : finistère

Re: livre de Tony Attwood

#36 Message par Mars » samedi 15 mai 2010 à 21:21

Ouh là, tu avais été très agressif : accuser quelqu'un de manier le pléonasme :wink:
C'était fort bien joué mais je ne suis hélas pas surprise que ça n'ait pas marché.
Atypique sans être aspie. Maman de 2 jeunes filles dont une aspie.

System Beta Two
Régulier
Messages : 34
Enregistré le : vendredi 14 mai 2010 à 5:52
Localisation : Toulouse

Re: livre de Tony Attwood

#37 Message par System Beta Two » samedi 15 mai 2010 à 21:27

Il a surtout cru que c'était une nouvelle insulte je crois. D'ailleurs si je recroisais ce type sur ma route, avec moi en voiture, je pense que je commencerais assez vite à chercher l'excuse du régulateur de vitesse bloqué.

Avatar du membre
Mars
Modératrice
Messages : 8315
Enregistré le : vendredi 21 octobre 2005 à 15:02
Localisation : finistère

Re: livre de Tony Attwood

#38 Message par Mars » dimanche 16 mai 2010 à 11:45

Eh oui, on le dit bien pourtant que la connaissance est l'antidote de la violence. J'en suis intimement persuadée (travaillant dans l'enseignement, ça vaut mieux)
Atypique sans être aspie. Maman de 2 jeunes filles dont une aspie.

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19704
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: livre de Tony Attwood

#39 Message par Jean » vendredi 3 décembre 2010 à 21:21

Publié sur un site russe d'aspies, le livre de Tony Attwood (401 pages) en anglais :
http://www.aspergers.ru/system/files/Th ... ndrome.pdf
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
omega
Forcené
Messages : 1669
Enregistré le : lundi 18 janvier 2010 à 17:22

Re: livre de Tony Attwood

#40 Message par omega » lundi 6 décembre 2010 à 9:40

Merci! :bravo:
«Nous sommes tous des farceurs: nous survivons à nos problèmes.» (Cioran)

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19704
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: livre de Tony Attwood

#41 Message par Jean » dimanche 9 janvier 2011 à 12:37

Puisque la question des relations de couples a été posée plusieurs fois récemment (par exemple les messages d'Ange et de Darkangel), je reproduis la conclusion du chapitre 13 du livre, les "points clefs et stratégies" qui résument chaque chapitre :

Chapitre 13 Relations de longue durée
p.363

L'homme Asperger :
Beaucoup de femmes décrivent la première impression de leur partenaire, qui à ce stade peut ne pas être diagnostiqué comme quelqu'un de gentil, attentif et légèrement immature : le très désirable « bel étranger silencieux ».
Il peut y avoir une forte compassion maternelle pour les aptitudes sociales limitées de la personne.
L'attractivité d'un homme Asperger en tant que partenaire peut être augmentée par ses aptitudes intellectuelles, ses perspectives de carrière et son degré d'attention envers sa partenaire pendant qu'il lui fait la cour.
Le partenaire Asperger est généralement parvenu à la maturité émotionnelle et relationnelle avec un certain retard
Beaucoup de femmes ont décrit combien leur partenaire Asperger ressemblait à leur père.
Les hommes Asperger sont souvent moins attentifs au physique de leur partenaire que les autres hommes, et sont de même moins attentifs à son âge ou aux différences culturelles.

Tandis que les hommes Asperger tendent à chercher un partenaire qui puisse compenser leurs difficultés dans la vie quotidienne - c'est-à-dire quelqu'un situé à l'autre bout du continuum des aptitudes sociales et émotionnelles -, les femmes Asperger recherchent souvent un partenaire avec une personnalité semblable à la leur.

Problèmes dans la relation:
La phase de séduction peut ne pas être révélatrice des problèmes qui peuvent se développer plus tard dans la relation.
L'optimisme initial que le partenaire Asperger changera peu à peu et deviendra plus mûr émotionnellement et plus apte socialement peut se muer en désespoir parce que ses aptitudes sociales n'évoluent pas en raison d'un manque de motivation à être plus sociable.
Le problème le plus courant pour le partenaire non Asperger est de se sentir seul ( e) .
Le partenaire non Asperger souffre souvent de carences affectives, pouvant contribuer à une mauvaise estime de soi et à la dépression.
La personne Asperger peut exprimer son amour de manière plus concrète que des gestes d'affection.
Une métaphore des besoins et de la capacité affectifs est que les personnes traditionnelles ont un seau à remplir, tandis que les Asperger ont une tasse qui est vite remplie.

Stratégies efficaces pour surmonter les difficultés :

L'expérience clinique et de thérapie de couple suggère qu’i y a trois prérequis pour une relation réussie. Le premier est que les deux partenaires acceptent le diagnostic. Le second prérequis est que les deux partenaires soient motivés pour changer et pour apprendre. Le troisième est qu'ils aient accès à une thérapie de couple modifiée pour correspondre à la gamme d'aptitudes et d'expériences du conjoint Asperger;
Il y a des stratégies pour venir en aide au partenaire non Asperger, à savoir développer un réseau d'amis pour réduire le sentiment d'isolement et pour revivre le plaisir des situations sociales.

Les parents avec le Syndrome d'Asperger:
Lorsque la relation fait que les conjoints deviennent parents, le partenaire et désormais parent avec le Syndrome d'Asperger comprend probablement mal les besoins et le comportement des enfants et des adolescents typiques.
Une mère ou un père Asperger peuvent apprendre comment devenir un bon parent.
Lorsque les enfants deviennent adultes et se rendent ultérieurement compte que l'un de leurs parents est Asperger, ils peuvent enfin comprendre la personnalité, les aptitudes et les mobiles de leur mère ou de leur père.
Il peut y avoir un lien naturel ou un antagonisme entre un parent et un enfant qui sont tous deux atteints du Syndrome
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Murielle
Forcené
Messages : 11099
Enregistré le : vendredi 21 octobre 2005 à 11:05
Localisation : Plougastel-Daoulas

Re: livre de Tony Attwood

#42 Message par Murielle » dimanche 9 janvier 2011 à 12:45

Drôlement intéressant Jean.! :bravo:
Merci.! :kiss:
Murielle,
Maman de Pauline 21 ans,Léo (asperger) 17 ans et demi .
Savoir profiter du moment présent ,
Savoir vivre pleinement chaque instant et ne pas uniquement penser aux jours à venir, voilà un défi à relever maintenant.

darkangel
Régulier
Messages : 44
Enregistré le : vendredi 7 janvier 2011 à 19:13

Re: livre de Tony Attwood

#43 Message par darkangel » dimanche 9 janvier 2011 à 19:40

Merci Jean pour ce résumé très intéressant ! :)

Ange
Occasionnel
Messages : 20
Enregistré le : lundi 27 décembre 2010 à 21:29

Re: livre de Tony Attwood

#44 Message par Ange » lundi 10 janvier 2011 à 6:36

Merci Jean, comme je n'ai que peu de connaissances de ce 'monde aspie' chaque lecture
m'aide et m'ouvre les yeux,m'aide à comprendre et à aller de l'avant.

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19704
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: livre de Tony Attwood

#45 Message par Jean » lundi 10 janvier 2011 à 19:42

Ce texte, à mon avis, devrait être plus éclairant pour Ange, qui est dans une logique de construction d'une relation de longue durée, que dans celui de Darkangel qui cherche à nouer une relation amoureuse.

Je vous signale par ailleurs qu'il existe une contestation de Tony Attwood par l'ANI, association américaine d'autistes, qui estime qu'il est trop indulgent en fréquentant des associations de femmes d'autistes : il donnerait des armes pour servir dans les combats judiciaires sur le divorce et la garde d'enfants.
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Répondre