[Livre] Musique autiste (Antoine Ouellette)

Livres, publications, films en rapport avec l'autisme : donnez ici votre avis.
Message
Auteur
Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 25877
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: musique autiste

#16 Message par freeshost » dimanche 30 mars 2014 à 23:52

Mince, si j'avais lu assez tôt, j'aurais pu faire un saut à Lausanne jeudi.
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Jef
Occasionnel
Messages : 13
Enregistré le : mercredi 2 avril 2014 à 10:37

Re: musique autiste

#17 Message par Jef » mercredi 2 avril 2014 à 11:00

Je confirme, ce livre est excellent.

Très bien écrit,avec finesse et humour, original de part son point de vue et bien plus riche d'enseignements que bon nombre d'ouvrages rédigés par des spécialistes.

Ajoutez à cela une personnalité attachante et une passion communicative pour la musique classique et vous avez un livre vraiment passionnant!

Avatar du membre
misty
Forcené
Messages : 4102
Enregistré le : vendredi 23 janvier 2015 à 18:16

Re: musique autiste

#18 Message par misty » dimanche 3 janvier 2016 à 20:22

Je fais remonter ce sujet (un peu poussiéreux :mryellow: ) parce que je suis en train de lire ce livre que je trouve vraiment exceptionnel. :bravo:
De simplicité, de lucidité, de passion... De vie...

Même si je n'ai pas vraiment de mots adéquats pour exprimer exactement ce que cette lecture m'apporte, je le conseille vivement :wink:
*Diag TSA*

"Aucun arbre ne peut pousser jusqu'au paradis sans que ses racines n'atteignent l'enfer."

Avatar du membre
rainbow
Passionné
Messages : 484
Enregistré le : mardi 25 août 2015 à 7:31

Re: musique autiste

#19 Message par rainbow » vendredi 16 septembre 2016 à 15:22

Je viens de finir son bouquin et j'ai vraiment beaucoup aimé ! :bravo:
Tellement que j'ai recopié certains passages qui me parlent... (ce qui en tout fait 25 pages ! :lol: S'il y a des gens intéressés par mon fichier, n'hésitez pas à me contacter pour que je vous le partage).

En attendant un passage de la fin de livre que j'aime bien (p 291 à 293) :
Spoiler :  : 
« Je ne dis pas que les autistes sont meilleurs ; je dis simplement que l’augmentation de leur nombre pourrait avoir des effets bénéfiques. Ne nous craignez pas ! Nous sommes compagnons de route, et nous espérons autant que vous un monde où il fera bon vivre pour tous.
Allons un peu plus loin. Après tout, je peux me le permettre puisque tant de choses terribles ont été écrites sur nous. Il se pourrait que cette augmentation soit l’amorce d’un processus de transformation évolutive de l’espère humaine ; un processus qui, s’il se maintient, pourrait mener vers une nouvelle humanité, basée sur de nouvelles valeurs, une nouvelle culture et un lien nouveau avec la Terre. Alors, comment serait le monde si les autistes étaient aussi nombreux que le sont les neurotypiques aujourd’hui ? C’est de la science-fiction, mais l’exercice est amusant. Ce monde ne serait pas le paradis (nous ne sommes pas des anges), mais il serait différent. Familier aussi, malgré tout. Ses grandes lignes pourraient ressembler à celles-ci.
Ce ne serait pas un monde robotisé, mais la technologie y serait omniprésente, l’informatisation poussée vers de nouveaux développements. La connaissance serait une valeur primordiale, la connaissance à des fins pratiques mais surtout celle liée au savoir, à la recherche fondamentale. La connaissance serait d’abord un plaisir. Les découvertes et les inventions seraient du domaine public, comme Marie Curie a tenu à ce qu’il en soit pour les siennes.
La population serait moins nombreuse. Les villes seraient presque silencieuses et aucunement suréclairées : la nuit, on verrait les étoiles. Les villes seraient aussi plus tranquilles et sécuritaires. Les bâtiments seraient plus uniformes et symétriques (mais pas nécessairement de formes conventionnelles), certainement plus écologiques. Les villes seraient plus discrètes, presque fondues dans le paysage. L’énergie serait produite non par des mégastructures mais par des technologies légères d’utilisation très décentralisée. Les matériaux et les ressources seraient intégralement recyclés, et les dépotoirs n’existeraient pas. Le rythme de vie serait plus calme, et le concept de tourisme tomberait en désuétude. Paradoxalement, les choses évolueraient avec plus de fluidité.
Les méthodes adéquates enfin trouvées, mises au point et perfectionnées par l’expérience de vie, le système éducatif serait très différent, basé sur le mentorat et donc davantage personnalisé, pour permettre à chaque enfant de se développer à sa manière, à son rythme. Généralisée, l’excentricité ne poserait pas de problème. Il y aurait beaucoup de routines individuelles, mais peu de routine collective. Les frontières seraient floues, plus théoriques que réelles, des vestiges en fait. Les célébrations d’identité collective seraient d’ailleurs rares, peut-être inexistantes. Il n’y aurait pas le même culte de la médaille, du trophée, de la récompense, du prestige. Si l’argent continuait d’exister sous la forme que nous lui connaissons, il n’aurait pas le même statut : il serait relégué à celui de pure utilité et servirait strictement au bien de tous. Son accumulation n’aurait pas de sens. Les citoyens auraient des besoins modestes et peu d’envies ; le logement, la nourriture, les soins de santé, l’éducation seraient presque gratuits pour tous.
L’âge de la majorité serait plus élevé. Les élus seraient moins les représentants de partis politiques que des gens sages, possédant d’excellentes qualités de discernement. Les personnes âgées seraient non seulement respectées mais actives, notamment auprès des jeunes. Très décentralisé, le mode de gouvernance donnerait la primauté à la personne plutôt qu’aux institutions. Ces dernières seraient peu envahissantes, de petite taille, reliées entre elles en temps réel par l’informatique. Il y aurait peu de lois, mais elles seraient davantage respectées et fermement fondées sur la justice et l’équité. Ce serait un monde moins agressif ; il n’y aurait ni guerres, ni meurtres, ni pendaisons – disons moins, pour ne pas trop idéaliser ! Les budgets liés à la sécurité et au militaire seraient nettement inférieurs, comme le nombre nécessaire de policiers, d’avocats, et de juges. Y aurait-il encore des prisons ?
Dans ce monde, il y aurait moins d’empathie, mais plus de compassion, non seulement entre humains mais aussi entre les humains et les autres formes de vie. Les animaux n’y seraient pas considérés comme de simples « biens meubles ». On n’y laisserait personne souffrir indûment ou sans lui porter secours. L’être humain ne se verrait plus comme le dominateur, mais comme un berger respectueux de toutes formes de vie et dont le rôle serait d’arbitrer les conflits entres espèces.
Dans un tel monde, je trouverais la vie moins étrange, moins violente et moins anxiogène. Peut-être les neurotypiques trouveraient-ils ce monde ennuyant ! »
Enfin diagnostiquée Syndrome d'Asperger à 36 ans !

http://hors-competition.over-blog.com

Lilette
Forcené
Messages : 10282
Enregistré le : mardi 29 juillet 2014 à 11:15

Re: musique autiste

#20 Message par Lilette » vendredi 16 septembre 2016 à 15:26

Il se pourrait que cette augmentation soit l’amorce d’un processus de transformation évolutive de l’espère humaine
Ah non, pas ça encore une fois ici .... ><
TSA.

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 25877
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: [Livre] Musique autiste (Antoine Ouellette)

#21 Message par freeshost » vendredi 1 mars 2019 à 1:34

Je le mets plutôt dans les autobiographies de personnes autistes ou dans les livres explicatifs ? Ou dans les deux ? :mrgreen:
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Répondre