[Livre] L'Étranger (Albert Camus)

Livres, publications, films, ressources en rapport avec l’autisme : donnez ici votre avis.
Message
Auteur
stef_asper
Fidèle
Messages : 184
Enregistré le : dimanche 30 juin 2013 à 20:59

[Livre] L'Étranger (Albert Camus)

#1 Message par stef_asper » dimanche 28 juillet 2013 à 12:42

Détails et avis...

L-Etranger.jpg

Présentation :
Condamné à mort, Meursault. Sur une plage algérienne, il a tué un Arabe. À cause du soleil, dira-t-il, parce qu'il faisait chaud. On n'en tirera rien d'autre. Rien ne le fera plus réagir : ni l'annonce de sa condamnation, ni la mort de sa mère, ni les paroles du prêtre avant la fin.

Comme si, sur cette plage, il avait soudain eu la révélation de l'universelle équivalence du tout et du rien.

La conscience de n'être sur la terre qu'en sursis, d'une mort qui, quoi qu'il arrive, arrivera, sans espoir de salut. Et comment être autre chose qu'indifférent à tout après ça ?

Étranger sur la terre, étranger à lui-même, Meursault le bien nommé pose les questions qui deviendront un leitmotiv dans l’œuvre de Camus.

De La Peste à La Chute, mais aussi dans ses pièces et dans ses essais, celui qui allait devenir Prix Nobel de littérature en 1957 ne cessera de s'interroger sur le sens de l'existence. Sa violente en 1960 contribua quelque peu à rendre mythique ce maître à penser de toute une génération.

Avez vous lu, L'Etranger, de Camus ?

Je l'ai lu en classe de premiere, je devais avoir 16 ou 17 ans. Je l'ai lu vite. J'ai ressenti sur une moment une sorte de dégout envers le personnage principal, Meursault. Je me suis dis : c'est une épave.

Puis quand la prof nous a fait le commentaire de l'oeuvre j'ai été étonné qu'elle le presente comme un personnage "complexe".

Puis avec les années le personnage de Meursault a suscité chez moi un questionnement. Et j'ai de plus en plus considéré l'oeuvre comme un chef d'oeuvre tellement la facon dont Camus nous fait penetrer son monde est pleine de finesse.

Mais Meursault est autiste.

Le roman c'est juste la description clinique d'un autiste. A mon avis.

Qu'en pensez vous ?

Avatar du membre
Anty28
Passionné
Messages : 366
Enregistré le : dimanche 23 septembre 2012 à 19:27
Localisation : Paris, France
Contact :

Re: L'Etranger

#2 Message par Anty28 » dimanche 28 juillet 2013 à 15:18

Je ne pense pas. Le personnage possède effectivement des traits autistiques (et il est possible, rétrospectivement, qu'on puisse lui accoler le diagnostic d'Asperger), mais il est capable de créer des changements dans sa routine, il a un travail, des amis et trouve facilement une copine, donc c'est ouvert à interprétation.
http://ineakis.blogspot.fr/

Non encore diagnostiqué. Entamera peut-être des démarches d'ici quelques mois, suivant l'état de mes difficultés, notamment professionnelles.

stef_asper
Fidèle
Messages : 184
Enregistré le : dimanche 30 juin 2013 à 20:59

Re: L'Etranger

#3 Message par stef_asper » dimanche 28 juillet 2013 à 18:54

En effet je suis d'accord que c'est ouvert à interpretation.

Meursault a une copine avec qui il partage une sensualité, il ne semble pas être une personne isolée, et ce n'est pas vraiment un intello. Au premier abord on a meme l'impression qu'il est completement stupide.

Donc il correspond pas vraiment à l'aspers type.

Pendant longtemps je l'ai pris pour un hedoniste. Un jouisseur.

Et pourtant ce personnage n'arrete pas de m'intriguer.

Le jour de l'enterrement de sa mere, ce qui est juste un element de contexte (la chaleur et la luminosité) devient pour lui le seul fait notable de la journée. Ca a sur lui un effet ecrasant.

Quand il tire sur l'arabe sur la plage c'est bien l'eblouissement à cause du soleil qui provoque chez lui le passage à l'acte. Ce qui le differencie des autres c'est bien son rapport cognitif aux choses.
Il est hyper sensuel mais il ne le recherche pas vraiment. Il est plutot comme possédé. Il n'arrive pas à depasser ca et il est comme dans une prison.

Ce qui est tres etonnant aussi c'est son rapport à la verité. Il est incapable de mentir. Pendant son proces il aurait pu invoquer la legitime defense, surtout qu'il n'y avait aucun temoin. Pour se defendre il dit juste qu'il a tiré car il avait le soleil dans les yeux. A ce moment là la salle se met à rire en pensant que c'est faux. C'est pourtant là qu'il est le plus vrai. Et c'est là qu'il est pourtant le moins credible.

Finalement tout le monde l'a jugé mais personne ne l'a compris.

La veille de son execution la nuit devant les etoile il s'ouvre à la "tendre indifference du monde". On voit bien que c'est là qu'il se revele. Il a traversé l'existence dans une tendre indifference.

Le fait que Camus le nomme uniquement par son nom de famille et parle de lui comme un personnage secondaire rend ce personnage desincarné. Il est incapable d'"habiter son personnage", en tout cas dans le sens ou les "normaux" l'entendent.

Voyez ce qu'en dit Camus lui meme :
« J’ai résumé L’Étranger, il y a longtemps, par une phrase dont je reconnais qu’elle est très paradoxale : “Dans notre société tout homme qui ne pleure pas à l’enterrement de sa mère risque d’être condamné à mort.” Je voulais dire seulement que le héros du livre est condamné parce qu’il ne joue pas le jeu. En ce sens, il est étranger à la société où il vit, où il erre, en marge, dans les faubourgs de la vie privée, solitaire, sensuelle. Et c’est pourquoi des lecteurs ont été tentés de le considérer comme une épave. On aura cependant une idée plus exacte du personnage, plus conforme en tout cas aux intentions de son auteur, si l’on se demande en quoi Meursault ne joue pas le jeu. La réponse est simple : il refuse de mentir. »

Jacline
Passionné
Messages : 455
Enregistré le : samedi 5 janvier 2013 à 15:53
Localisation : 49

Re: L'Etranger

#4 Message par Jacline » dimanche 28 juillet 2013 à 20:12

Meursault ne ment pas... En cela il pourrait être autiste.
Vous n'êtes pas le seul Stef :
http://rivages.over-blog.net/article-l- ... 53920.html
(avec le cliché sur les émotions...)
Et bien d'autres...

Comment Camus aimait-il sa mère alors que sa grand-mère prenait toute la place... ?
Jacline
"autisme très marqué" Professeur Sizaret en 1953 / "trouble envahissant du développement" CRA Nantes 2012
Psycholoque clinicienne à la retraite. Oui, oui !

stef_asper
Fidèle
Messages : 184
Enregistré le : dimanche 30 juin 2013 à 20:59

Re: L'Etranger

#5 Message par stef_asper » lundi 29 juillet 2013 à 12:34

J'ai entendu dire que pour l'autiste le monde va trop vite.

L'autiste cherche à ralentir le monde.

Quand on dit à quelqu'un : "t'es autiste" ca veut dire : "t'es pas receptif" mais il y a bien chez l'autiste une hyper receptivité.

Quand Marie sa petite amie souhaite savoir si Meursault l'aime ? Il lui " a répondu que cela ne voulait rien dire, mais qu'il (lui) semblait que non."

Quand Marie lui demande s'il veut se marier avec elle. Meursault lui explique que cela n'a aucune importance et que si elle désire ils peuvent très bien se marier.

Sa relation à Marie le ramene à ca : Le soleil ; l'eau, le goût du sel, et les jeux amoureux dans les vagues. C'est ca qui prend toute la place.

Mais il est saturé. Pour pouvoir aimer Marie il faudrait d'abord qu'il commence à ralentir le monde. A "lacher prise".

Avatar du membre
chawacee
Forcené
Messages : 996
Enregistré le : mercredi 15 mai 2013 à 16:05

Re: L'Etranger

#6 Message par chawacee » lundi 29 juillet 2013 à 12:54

stef_asper a écrit :J'ai entendu dire que pour l'autiste le monde va trop vite.
J'ai failli dire que je n'étais pas forcément d'accord, dans le sens que pour moi, l'hypersensibilité rendait les choses insupportables les 3/4 du temps (parmi d'autres différences qui rendent la vie avec les NT ultra fatigante).

Puis j'ai réfléchi tout en commençant à écrire, en réalité, oui, il va trop vite car à mes yeux, vous enregistrez toutes les informations à une vitesse fulgurante, et il y en a tellement tellement dans la nature, et pire, dans notre société actuelle, qu'en effet, tout va définitivement trop vite....

Encore une fois, je me dis que sans être aspie.. j'ai des traits communs... Lorsque j'ai besoin de m'apaiser, je ferme les yeux, et je visualise un grand champ de blé en été, en colline, avec un gros chêne sous lequel s'asseoir. Totalement seule. Un paysage stable, calme, et délicieusement "lent". :)
Maman d'un enfant TED diagnostiqué au CRA de Reims.
Je ne suis pas très typique, sans avoir pourtant creusé la question d'une façon ou d'une autre.

Avatar du membre
evolution650HBn°2
Forcené
Messages : 4322
Enregistré le : dimanche 1 décembre 2013 à 17:58

Re: L'Etranger

#7 Message par evolution650HBn°2 » mercredi 4 décembre 2013 à 13:54

Je vois Meursault comme un asperger/schizoïde.
Ou plutôt, comme un asperger ayant développé une schizoïdie pour rendre la vie moins difficile.
Coupé des autres, ne comprenant pas les motivations des gens, étranger aux sentiments des autres qu'il ne peut réellement saisir, il a fini par se couper totalement de lui-même, ne plus tenir compte de ses préférences qu'il a par ailleurs oublié ; son indifférence quant à ce qu'il ressent face au mariage lui évite d'avoir à angoisser. L'indifférence coupe la liberté de choix. Accepter évite d'avoir à souffrir. De son "aspergerité" reste l'environnement extérieur qui ne dépend pas de lui : le soleil, le vent.. et qui l'opprime.
Non-diag.
"Just another brick in the wall."

cosima
Forcené
Messages : 1037
Enregistré le : mardi 8 octobre 2013 à 21:25
Localisation : Vaucluse

Re: L'Etranger

#8 Message par cosima » mercredi 4 décembre 2013 à 20:03

evolution650HBn°2 a écrit :Je vois Meursault comme un asperger/schizoïde.
Ou plutôt, comme un asperger ayant développé une schizoïdie pour rendre la vie moins difficile.
Coupé des autres, ne comprenant pas les motivations des gens, étranger aux sentiments des autres qu'il ne peut réellement saisir, il a fini par se couper totalement de lui-même, ne plus tenir compte de ses préférences qu'il a par ailleurs oublié ; son indifférence quant à ce qu'il ressent face au mariage lui évite d'avoir à angoisser. L'indifférence coupe la liberté de choix. Accepter évite d'avoir à souffrir. De son "aspergerité" reste l'environnement extérieur qui ne dépend pas de lui : le soleil, le vent.. et qui l'opprime.
Ce que tu écris n°2 me plait énormément. C'est ainsi que je pourrais définir mon compagnon (je sais, c'est mon intérêt spécifique du moment :mryellow: ). Mais pourquoi parler de personnalité schizoïde? Il n'est pas coupé du réel, au contraire, il cherche simplement à composer avec la vie, peut être le vide de sa vie...
Neuro pas du tout typique, diagnostiquée hqi, ne souhaite pas faire de diagnostic SA

Avatar du membre
evolution650HBn°2
Forcené
Messages : 4322
Enregistré le : dimanche 1 décembre 2013 à 17:58

Re: L'Etranger

#9 Message par evolution650HBn°2 » jeudi 5 décembre 2013 à 10:39

Parce que Meursault s'est aussi coupé de lui, il ne ressent rien, est indifférent à tout.
Il me semble que dans le cas de l'Aspergerité (?) ce n'est pas tout à fait ça.
Le schizoïde n'est pas coupé du réel, il est bien dedans, mais il ne lui cause aucun problème justement grâce/à cause de cette indifférence et cette involonté de choix.
Non-diag.
"Just another brick in the wall."

Avatar du membre
LaKapsule
Fidèle
Messages : 139
Enregistré le : vendredi 13 décembre 2013 à 9:10
Localisation : Bretagne - Ille-et-Vilaine

Re: L'Etranger

#10 Message par LaKapsule » samedi 14 décembre 2013 à 1:48

En même temps c'est bizarre. J'ai centré ce roman au moment où il agit contre quelque chose, au seul moment du livre où il agit, contre ce soleil et là... J'avais discuté de ça avec mon amie juste après en faisant une sorte d'analyse qui s'est perdue.

J'avais choisi ce livre parce que les mots " étranger au monde " me parlait beaucoup. Quand je lisais ce livre je me reconnaissais tellement aussi. Il vit en mode automatique et s'il peut agir ainsi, je pense, c'est parce qu'il peut ne rien ressentir. En fait, s'il se coupe de ce qu'il est, en jouant le jeu, il se coupe aussi de son humanité. On ne sélectionne pas forcément ce que l'on peut ou ce que l'on ne peut pas ressentir, souvent, ce couper de l'un ( des difficultés sociales ) nous fera nous couper de l'autre ( la joie de vivre ).

Ainsi, je dirais que si l'on voit quelqu'un qui s'est coupé des joies, on pourrait se demander s'il n'a pas dû se couper des difficultés, s'il est lui-même, si sa vie ( et les gens qui l'entourent ) lui donne la possibilité d'être ce qu'il est - ou si dans l'enfance on lui a donné cette occasion etc.
Je me lance...
--------------------

perestroika
Nouveau
Messages : 3
Enregistré le : jeudi 20 mars 2014 à 10:10
Localisation : Paris

Re: L'Etranger

#11 Message par perestroika » jeudi 20 mars 2014 à 10:29

Je pense la même chose depuis ma propre lecture du roman il y a plus de 40 années...
J'ai lu relu récemment à cause de cela.

C'est en y repensant ce matin même que je viens de découvrir ce forum en tapant sur Google : " L'étranger ; Camus ; Asperger " !

Je suis heureux de constater que mon impression est partagée.
______________________________________________________________________________________________
Passer sa vie dans l'imitation pour accroître son confort psychologique empêche-t-il de la vivre ?
Ne veut pas être diagnostiqué.

stef_asper
Fidèle
Messages : 184
Enregistré le : dimanche 30 juin 2013 à 20:59

Re: L'Etranger

#12 Message par stef_asper » vendredi 21 mars 2014 à 12:15

Justement il y a deux ou trois semaines j'ai acheté le roman, 2 € chez un libraire d'occasion.....ca m'a fait bizarre car la derniere fois que je l'avais lu c'etait il y a 25 ans quand j'etais en classe de premiere

Alors comprendre le personnage de Meursault est vraiment difficile, et c'est peut etre ca qui a fait le succes du livre, Camus ne nous donne pas les clefs du personnage, mais il a vraiment tous les traits d'un autiste / schizoide.

Tout d'abord on ne comprend pas son indifference face à sa decheance sociale et jusqu'à la mort, mais en fait il est au fond tres courageux. Il ne perd jamais son calme.

Ensuite on a l'impression qu'il ne cherche jamais à se defendre, mais en fait il a bien une stratégie, mais sans le vouloir il joue contre lui. Alors que tout le monde se mefie de Raymond lui va lui donner sa confiance. Il est gentil avec lui en pensant que Raymond sera gentil en retour.

De meme avec le procureur, il ne comprend pas le jeu du procureur, il pense qu'en etant gentil avec le procureur celui ci sera gentil avec lui.

Il a du mal à comprendre les intentionnalités et il va donner sa confiance à ceux qui veulent le detruire, et au contraire il n'aime pas ceux qui pourraient le proteger (l'agent de police....)

Ensuite il y a le personnage de Marie, on a l'impression qu'avec elle il cherche juste l'aventure d'une nuit, ce qui renforce l'impression premiere que c'est un homme "basique", superficiel. Tout ce qu'on sait c'est qu'il est capable de partager de la sensualité avec elle, on connait pas les details de la nuit. J'ai l'impression que en ecrivant le roman Camus a rajouté le personnage de Marie en dernier, mais leur relation de reflete pas la complexité probable du rapport de Meursault aux femmes.

fanfan9422
Nouveau
Messages : 8
Enregistré le : mercredi 28 août 2013 à 9:05

Re: L'Etranger

#13 Message par fanfan9422 » mardi 9 septembre 2014 à 9:19

Bonjour,

Je suis, moi aussi, en train de lire et relire l’Étranger, et ce matin, très intrigué à cette lecture, j'ai tapé 2 mots dans Google: Étranger et autisme et le moteur de recherche m'a dirigé vers votre Fil qui, pour certains détails, vont dans le même sens que ma réflexion. Je ne parlerai pas de schizoïdie, je ne suis pas d'accord avec l'utilisation de cette particularité comportementale.
Je suis moi aussi très intrigué par les traits de personnalité de Meursault qui me rappellent vraiment les troubles autistiques (Autiste de haut niveau): absence d'empathie, logique propre, pas de mensonge, d'hypocrisie, de sentiments affectifs, il est détaché de toute émotion et reste imperturbable, déterminé jusqu’à la dernière minute.
Je vais continuer mon étude
bien à vous tous
François

stef_asper
Fidèle
Messages : 184
Enregistré le : dimanche 30 juin 2013 à 20:59

Re: L'Etranger

#14 Message par stef_asper » dimanche 7 décembre 2014 à 20:27

Je vois que ce topic a du succès, et je ne cesse d'y reflechir car ce roman est une source d'inspiration inépuisable pour moi, à la fois car Camus nous a mis des yeux pour voir le monde avec le regard de Meursault et aussi de par la poesie qui se dégage de ce récit.

Meursault a non seulement les traits de personnalité d'un autiste mais il a également le rapport cognitif aux choses qui est celui de l'autisme.

C'est une sorte d’attrapé tout : le soleil, la chaleur, la mer, son monde est un monde de sensations.

Quand j'ai lu le roman pour la premiere fois il y a 25 ans (en classe de premiere) j'ai cru qu'il s'agissait d'un personnage superficiel, d'une sorte d'hedoniste.

Mais Meursault est un "sensuel" qui subi sa sensualité.

Il n'ose pas refuser un film comique à Marie le lendemain de la mort de sa mère.

Il y a chez lui une sorte de fatalisme, un amour du destin (l'Amor Fati) qui l’amène jusqu'au tragique.

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 28306
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: L'Etranger

#15 Message par freeshost » lundi 8 décembre 2014 à 4:26

L'étranger m'a fait penser à la différence, à la peur de la différence, mais aussi à l'acceptation de la différence, de l'inconnu.

Il me semble que la curiosité est un pas qui aide à accepter l'inconnu (pour faire en sorte que l'inconnu devienne moins inconnu).

Il y a aussi le débat de faire confiance en l'inconnu ou non. Faut-il encore suivre le conseil de "ne pas faire confiance à une personne inconnue" ?
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Répondre