[Livre] Autisme et syndrome d'Asperger (Myriam Noel-Winderling)

Livres, publications, films, ressources en rapport avec l’autisme : donnez ici votre avis.
Message
Auteur
Avatar du membre
Idée
Forcené
Messages : 3995
Enregistré le : vendredi 13 juillet 2012 à 19:58

[Livre] Autisme et syndrome d'Asperger (Myriam Noel-Winderling)

#1 Message par Idée » lundi 9 décembre 2013 à 2:17

Détails et avis...

Autisme-et-syndrome-d-Asperger.jpg

Présentation :
Explorer le monde mental des personnes autistes ou souffrant du syndrome d'Asperger conduit à penser à la nature et aux dangers de la solitude, comme à ceux de l'accueil d'autrui dans sa vie. Les adjectifs d'impensable, d'invivable, d'insoluble, d'absolu émergent de cette recherche.

À partir du témoignage des autistes et Asperger qu'elle reçoit en consultation, Myriam Noël-Winderling s'attache à comprendre leur psychisme, leur affectivité et leurs fonctions cognitives. Elle apporte une contribution originale aux théories des neurosciences et de la psychanalyse et dessine des pistes pour la psychothérapie des Asperger qui visent à consolider leurs spécificités plutôt qu'à les transformer.

Pour elle, l'autiste préfigure l'homme normal de demain pris dans un tourbillon d'informations et de sensations qu'il échoue à comprendre, incapable de créer de véritables liens avec autrui malgré l'interconnexion médiatique de nos sociétés. Elle nous invite à nous intéresser à l'expérience des autistes et Asperger pour reconsidérer les conditions de la socialisation, du lien et de l'humanité.

Que pensez-vous de ceci ?



Présentation du livre Autisme et syndrome d'asperger, un autre regard sur l'humanité
de Myriam Noël-Winderling

Livre dont la parution est prévue en mars :
http://www.editions-eres.com/parutions/ ... perger.htm
HP+SA

Avatar du membre
Idée
Forcené
Messages : 3995
Enregistré le : vendredi 13 juillet 2012 à 19:58

Re: Un autre regard sur l'humanité

#2 Message par Idée » lundi 9 décembre 2013 à 3:13

Pour ma part, j’y vois des points positifs et des points qui me questionnent.
Mon analyse ne peut être que sommaire puisque je n’ai pas lu le livre et qu’il ne sort qu’en mars prochain. Mes impressions se basent donc sur les éléments suivants : la vidéo de présentation et le résumé du livre.

Parmi les points positifs, je trouve intéressant que l’auteure fasse mention de l’hyperacuité sensorielle (qui se rapporte à « The intense world theory » (référence : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3010743/)). C’est quelque chose qui me parle vraiment beaucoup. Je me demande, par ailleurs, si cet aspect n’est pas quelque chose de central dans la présentation autistique (et qui devrait peut-être être pris davantage en considération que ça ne l’a été jusqu’à présent).

Je trouve aussi très intéressant ce qu’elle dit à propos du retrait derrière une barrière attentionnelle. Cela me parle également beaucoup et me fait penser à plusieurs documents et témoignages lus ou visionnés se rapportant au syndrome d’asperger.

Je trouve également intéressant que soit soulignée l’intériorité des personnes autistes (qui n’est souvent pas prise en compte comme elle le devrait), la difficulté par rapport aux codes de communication sociale, le rapport à la solitude (le besoin de solitude et le sentiment de parfois s’y sentir emprisonné), la mention de stratégies mimétiques pour se fondre parmi les autres.

Ce qu’elle nomme « l’équation insoluble » en lien avec « la peur des gens », a également attiré mon attention. Selon l'auteure, tous les êtres humains doivent, à tous moments, résoudre cette équation (déterminer si les personnes croisées ou côtoyées sont des prédateurs ou des sauveurs – selon sa description). Personnellement, je trouve un peu fort les termes « prédateur » et « sauveur », mais ce que je comprends, c’est la difficulté pour la personne autiste, à déterminer si les personnes rencontrées sont davantage des « amis », des alliés, des personnes favorables ou non dangereuses VS une personne qui nous veut du mal, qui profite de soi, etc. Toujours selon elle, les personnes autistes oscillent, n’arrivent pas à résoudre cette équation et cela fait qu’ils ne peuvent pas se civiliser. Le concept de base me parle (lorsque je rencontre quelqu'un, je me demande souvent : à qui j'ai affaire ?). C’est une problématique que je rencontre, j’ai beaucoup de mal à déterminer les intentions d’autrui, de comprendre où la personne en face de moi se situe, ce qu’elle me veut, etc. Par contre, je trouve la conclusion de cette personne un peu forte, voire exagérée. Je conçois qu’une personne aspie puisse avoir du mal dans ce champ, mais de là à dire qu’ils ne peuvent pas se civiliser… Cette difficulté complexifie certainement les choses, mais ne les rend pas impossibles. Les personnes aspies m’apparaissent, par ailleurs, souvent plus civilisées que bien des personnes dites neurotypiques.

Par rapport au résumé du livre, il est dit que « Des pistes pour la psychothérapie des personnalités autistiques qui visent à renforcer leurs spécificités psychiques plutôt qu’à les transformer sont ici évoquées. » J’espère avoir la chance un jour de lire ce chapitre. J’ai conscience que les personnes autistes n’ont pas forcément besoin de psychothérapie (en tous les cas pas pour « soigner leur autisme »). Par contre, comme tout un chacun, il arrive aux personnes autistes d’avoir à composer avec des difficultés autres (difficultés familiales, maladie, trouble anxieux, dépression, événement de vie difficile…) et qu’une psychothérapie soit entamée. Les thérapies conventionnelles ne semblent pas être très adaptées aux personnes qui ont des composantes autistiques. Alors cet aspect pique ma curiosité. (Sachant aussi qu’une des raisons qui a fait penser à mon psychologue qu’il pouvait exister des traits autistiques chez moi a été le fait que je réagissais mal aux approches qui normalement aident les personnes qui rencontrent des difficultés semblables aux miennes). Ce qui est évoqué ici, rejoint ce que j'ai déjà lu par ailleurs de certains spécialistes (qui soulignent que l'accent devrait être mettre mis sur les forces plutôt que sur les déficits). Peut-être que de telles approches peuvent éviter de rencontrer des impasses en psychothérapie ? (donc éviter des souffrances supplémentaires et offrir une aide plus efficace).

Pour les points un peu plus négatifs ou en tous les cas questionnants :
Je me demande quel est le rapport qui a été développé dans sa réflexion par rapport à la psychanalyse qui a été évoquée ?
Je me demande pourquoi s’être faite la porte-parole des aspies et ne pas avoir donné (au moins en partie) la parole aux aspies eux-mêmes? La vision de l'autisme me semble passer un peu trop souvent par le filtre du "spécialiste".
Si je trouve intéressant qu’un livre se rapportant aux adultes soit écrit (et qu’il le soit de surcroit par une auteure francophone), je me demande pourquoi le livre est classé dans la collection « La vie de l’enfant » des éditions Éres ? Et apparaisse sous le thème « Enfance & Parentalité » ?

Bref, dans ses propos ainsi que dans la présentation du livre, je trouve des choses intéressantes et d’autres questionnantes.

P.-S. désolée si mon message est un peu brouillon, je n'ai pas le temps pour le peaufiner à mon goût, mais je souhaitais quand même partager mes réflexions.
HP+SA

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20748
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Un autre regard sur l'humanité

#3 Message par Jean » lundi 9 décembre 2013 à 7:45

Bravo pour cette magnifique analyse.

Cela ne m'étonnerait pas que cette psychologue soit de formation psychanalytique. Puisque la collection l'est : http://www.editions-eres.com/resultats_ ... ECTION=135.

Cela ne la fait pas nécessairement devenir bête, si elle sait écouter. Pour la théorisation, il faudra voir plus loin (quand le livre sera publié). On est souvent déçu : on sait çà maintenant depuis longtemps, il n'y a rien de neuf, si ce n'est que puisque çà vient de l'intérieur du temple, cela sera un peu plus écouté par les fidèles.
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
charles
Forcené
Messages : 759
Enregistré le : vendredi 6 décembre 2013 à 19:37

Re: Un autre regard sur l'humanité

#4 Message par charles » lundi 9 décembre 2013 à 8:58

Super vidéo. Et je dois dire que je ne sais quoi faire de ma réflexion d'avant hier où en regardant le journal TV, et entre-autre le journaliste parlait des tablettes tactiles pour enfants de 3 ans, des réseaux sociaux et d'un monde du travail agressif. Je suis dis : "mais n'est-ce pas la société qui nous rend Asperger ?" ......

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20748
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Un autre regard sur l'humanité

#5 Message par Jean » lundi 9 décembre 2013 à 11:58

Je ais retrouver un article d'un chercheur japonais sur l'aspergisation de la société. Cela me smeblait une bonne idée, et enfin de compte, mon souvenir, c'était qu'elle était vraiment à côté.

La rapidité, le stress permanent : c'est pas une qualité TED.
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20748
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Un autre regard sur l'humanité

#6 Message par Jean » lundi 9 décembre 2013 à 12:45

Extrait :
Enfin, l'auteur fait remarquer qu'on peut trouver une sorte d'isomorphie entre le syndrome d'Asperger et la société contemporaine, en proposant le terme d'« aspérigisation » pour caractériser notre société, étant donné que l'équilibre entre émotion et logique y est fortement perturbé, que la logique s'hypertrophie, tandis que l'émotion s'appauvrit.
http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=24454122
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Idée
Forcené
Messages : 3995
Enregistré le : vendredi 13 juillet 2012 à 19:58

Re: Un autre regard sur l'humanité

#7 Message par Idée » lundi 9 décembre 2013 à 13:03

Jean a écrit :Cela ne m'étonnerait pas que cette psychologue soit de formation psychanalytique. Puisque la collection l'est : http://www.editions-eres.com/resultats_ ... ECTION=135.
Je n'avais pas été visiter la collection... Ça aide effectivement à comprendre le contexte. Cela soulève par contre d'autres questions... Dans la vidéo, elle se présente comme neuropsychologue, si elle a suivi deux cursus, pourquoi n'en présenter qu'un seul pour s'identifier ?
HP+SA

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8888
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: Un autre regard sur l'humanité

#8 Message par Benoit » lundi 9 décembre 2013 à 16:05

Jean a écrit :Extrait :
Enfin, l'auteur fait remarquer qu'on peut trouver une sorte d'isomorphie entre le syndrome d'Asperger et la société contemporaine, en proposant le terme d'« aspérigisation » pour caractériser notre société, étant donné que l'équilibre entre émotion et logique y est fortement perturbé, que la logique s'hypertrophie, tandis que l'émotion s'appauvrit.
http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=24454122
Je suis très intéressé par une version complète de cette article, peut être sur un site plus libre d'accès (ou de publications "généralistes").

Il me semblait plutôt que la déshumanisation de la société (en gros la transformation des rapports humains anciennement basés sur la "cohésion collective" en "société du paraître") contribuait à révéler les personnes qui sont déjà en représentation, comme les Aspi(e)s, en exigeant d'eux un comportement impossible.
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Avatar du membre
charles
Forcené
Messages : 759
Enregistré le : vendredi 6 décembre 2013 à 19:37

Re: Un autre regard sur l'humanité

#9 Message par charles » lundi 9 décembre 2013 à 16:33

Je pense que notre société forme les enfants à tendre vers un déficit de l'attention, les pousse à l'hyperactivité tout en "normalisant" les rapports humains via les réseaux sociaux.
La douance est valorisée. J'ai maintes fois entendu : "mon fils a sauté une classe" ou j'ai vu des parents vouloir absolument que son enfant apprenne à lire dès 3 ans. Quand d'autres multiplies les activités. Ma fille garde un petit de 8 ans, qui enchaîne cours privé de piano, d'anglais, sport et ils demandent en plus que ma fille l'éveille dans tous les domaines scolaires.

Une neuropsy expliquait que laisser un enfant de moins de 3 ans face à sa tablette le privait de l'apprentissage fondamental qu'est l'empathie. C'est à travers un adulte que l'enfant apprend à appréhender ses émotions, comprendre ce qu'il ressens par l'observation d'un adulte ... et une tablette reste un objet aussi expressif que que je peux l'être :D. Je m'inquiète un peu pour mes enfants ... :(
C'est cela que je pensais quand je disais que la société rendait aspie. Mais c'est juste une idée personnelle. je n'ai pas de références psychanalytiques pour débattre du sujet.

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 27281
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Un autre regard sur l'humanité

#10 Message par Tugdual » lundi 9 décembre 2013 à 16:58

Jean a écrit :Extrait :
Enfin, l'auteur fait remarquer qu'on peut trouver une sorte d'isomorphie entre le syndrome d'Asperger et la société contemporaine, en proposant le terme d'« aspérigisation » pour caractériser notre société, étant donné que l'équilibre entre émotion et logique y est fortement perturbé, que la logique s'hypertrophie, tandis que l'émotion s'appauvrit.
http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=24454122
Là je ne suis pas du tout ...

À contrario, je constate que notre société
contemporaine escamote la logique autant
qu'elle peut, tandis qu'elle exploite à fond
les émotions pour vendre, manipuler ...

Quant aux valeurs de cette société, (ambition,
compétition, cynisme et autres), j'y vois
tout le contraire du fonctionnement Aspie ...
TCS = trouble de la communication sociale (24/09/2014).

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8888
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: Un autre regard sur l'humanité

#11 Message par Benoit » lundi 9 décembre 2013 à 18:47

Jean a écrit :Je ais retrouver un article d'un chercheur japonais sur l'aspergisation de la société. Cela me smeblait une bonne idée, et enfin de compte, mon souvenir, c'était qu'elle était vraiment à côté.
Je viens de comprendre ce que tu veux dire par "à côté" (de la plaque).
Les personnes Asperger manqueraient de "sens commun" ce qui expliquerait pourquoi "si peu d'entre eux réussissent".

Comparé à l'abstract de l'article, je me dis que les insanités sur les Aspies qu'on lit sur 2ch sont de la petite bière.
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Avatar du membre
chawacee
Forcené
Messages : 996
Enregistré le : mercredi 15 mai 2013 à 16:05

Re: Un autre regard sur l'humanité

#12 Message par chawacee » lundi 9 décembre 2013 à 19:37

charles a écrit :Je pense que notre société forme les enfants à tendre vers un déficit de l'attention, les pousse à l'hyperactivité tout en "normalisant" les rapports humains via les réseaux sociaux.
La douance est valorisée. J'ai maintes fois entendu : "mon fils a sauté une classe" ou j'ai vu des parents vouloir absolument que son enfant apprenne à lire dès 3 ans. Quand d'autres multiplies les activités. Ma fille garde un petit de 8 ans, qui enchaîne cours privé de piano, d'anglais, sport et ils demandent en plus que ma fille l'éveille dans tous les domaines scolaires.

Une neuropsy expliquait que laisser un enfant de moins de 3 ans face à sa tablette le privait de l'apprentissage fondamental qu'est l'empathie. C'est à travers un adulte que l'enfant apprend à appréhender ses émotions, comprendre ce qu'il ressens par l'observation d'un adulte ... et une tablette reste un objet aussi expressif que que je peux l'être :D. Je m'inquiète un peu pour mes enfants ... :(
C'est cela que je pensais quand je disais que la société rendait aspie. Mais c'est juste une idée personnelle. je n'ai pas de références psychanalytiques pour débattre du sujet.
On a eu cette discussion avec une amie il y a peu de temps, cette idée me travaille aussi.
Maman d'un enfant TED diagnostiqué au CRA de Reims.
Je ne suis pas très typique, sans avoir pourtant creusé la question d'une façon ou d'une autre.

Nath62
Forcené
Messages : 2521
Enregistré le : vendredi 7 décembre 2012 à 22:15

Re: Un autre regard sur l'humanité

#13 Message par Nath62 » lundi 9 décembre 2013 à 20:45

Et comme d'hab, je suis à contre courant :( Je m'inquiète parce qu'on a évoqué la douance éventuelle de ma puce et elle n'a que très peu accès à l'informatique, d'un, parce qu'elle a encore du mal avec le jeu en général, de deux, parce qu'elle brise tout :(.
Mère absolument atypique (mais à quel niveau ?) d'une petite atypique de 5 ans dont le diagnostic est enfin en route..

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20748
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Un autre regard sur l'humanité

#14 Message par Jean » lundi 9 décembre 2013 à 20:59

Visite récente chez un toubib : le gamin TED joue avec sa tablette. Le Dr fait l'intéressé et tend la main vers la tablette. Le gamin la lui tend, et le docteur la reprend de justesse.

Le Dr (d'un certain âge) s'excuse en disant qu'il a failli la casser. Pas question de laisser exploser un débordement émotionnel.

Le gamin reprend la tablette, la tient à bout de bras et la laisse tomber sur le sol, avec le commentaire : "Maintenant, avec les coques, çà craint rien".
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20748
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Un autre regard sur l'humanité

#15 Message par Jean » lundi 9 décembre 2013 à 21:02

Benoit a écrit :Je suis très intéressé par une version complète de cette article, peut être sur un site plus libre d'accès (ou de publications "généralistes").
Il suffit de demander, pas besoin de hacker. Et je n'ai pas la patience de le relire. Commentez-le maintenant.
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Répondre