[Livre] Je pense trop (Christel Petitcollin)

Livres, publications, films en rapport avec l'autisme : donnez ici votre avis.
Message
Auteur
Avatar du membre
Rudy
Forcené
Messages : 1101
Enregistré le : samedi 28 mars 2015 à 18:52

[Livre] Je pense trop (Christel Petitcollin)

#1 Message par Rudy » mercredi 8 juillet 2015 à 11:35

Yo,

Il y a peu de temps de ça, une amie qui flânait dans une librairie est tombée sur sur ce bouquin : "Je pense trop : comment canaliser ce mental envahissant", de Christel Petitcolin. Elle l'a feuilleté, lu, et en fait, elle me l'a acheté, parce qu'elle m'a reconnu dedans et qu'elle voulait partager avec moi cette découverte. C'est un livre vulgarisé, si je puis dire. Le livre parle des personnes surdouées, et date de 2010. Il se base beaucoup sur des témoignages de personnes surdouées. Pour toute nuance, je cite "les surefficents mentaux", mais, ce n'est pas pour autant que je me considère ainsi. Ce ne sont que des mots.

Dès qu'elle m'a donné le bouquin, et que j'ai lu dans le résumé "cerveaux surefficients", je lui ai fait remarqué: Ce livre parle des personnes surdouées. Et, je te rappellerai que je ne le suis pas... Elle m'a quand même poussé à le lire, parce qu'elle m'a vraiment reconnu dedans. Je commence devant à elle à survoler le bouquin, les chapitres, des phrases rapidement, et je ferme le bouquin : je sais de quoi ça parle. Elle me dit: Elle dit qu'il faut le lire linéairement et jusqu'au bout... Plus tard, quand je décide de le lire "normalement", je lis ceci: "Je connais les surefficients mentaux comme adorant picorer dans les livres en diagonal. En général, cela leur permet de l'imprégner de l'esprit du livre et il est assez fréquent qu'ils n'aient pas besoin de le finir, tant ce grappillage est suffisant pour faire le tour du sujet. [...] je vous invite à suivre le cheminement du livre sans brûler d'étape". Oh. Je me suis demandée si l'auteur n'était pas en train de m'espionner du coin de l'oeil quelque part dans la pièce. :mryellow:

Et bon, c'est vrai que de tout ce que j'ai lu jusqu'à maintenant, c'est moi, avec des anecdotes qui auraient pu être les miennes. Bon vous allez me dire : "C'est quoi le rapport avec Asperger???". Et bien, elle parle des personnes surdouées, mais, en fait, elle parle d'autres surefficiences mentales. Je cite rapidement:

"-Les hyperesthésiques, [...] hyperstimulation" Je me suis dis: Moi.
"-Les encombrés mentaux, [...] qui n'arrivent plus à trier leur pensée" Je me suis dis: Moi.
"-Ceux qui parlent à haut débit en essayant de suivre le flot de leur pensée ainsi que ceux qui trébuchent en courant après leur cheminement intellectuel à en begayer," Je me suis dis : Moi.
"-Les hyperémotifs [...]" Je me suis dis : Moi.
"-Ceux dont la curiosité est insatiable [...]" Je me suis dis : Moi.
"-Les hyperactifs [...] monomaniaques [...]" Je me suis dis : Moi.
"-Les personnes atteintes du syndrome d'Asperger." Je me suis dis: ???.

Et il s'avère que cette auteure s'inspire beaucoup d'Atwood pour pouvoir expliquer aussi le fonctionnement de certaines personnes surdouées. Elle a aussi un attachement particulier à Daniel Tammet. Il y a ainsi un petit chapitre sur les personnes Asperger. Elle propose une hypothèse "poétique":
"incompréhensibles les uns que les autres, l'enfant s'épuise à donner du sens à ce qui n'en a pas. Il peut être tenté de renoncer et de se renfermer dans son monde intérieur, si riche et si apaisant. Et si l'autisme n'était que du découragement?"
"Mais finalement, qui est dysfonctionnant? L'autiste Asperger qui, tel le misanthrope, ne peut ni mentir ni valider un illogisme ou cette majorité de gens à la moral très approximative et au raisonnement complètement brouillon?"
"Se savoir atteint du syndrome d'Asperger permet de prévenir et de réduire ses propres stratégies d'ajustement et de dissiper la peur d'être fou".
Ainsi qu'une charte d'affirmation de soi de Liane Holliday Willey de 2001:

-Je ne suis pas déficient, je suis différent.
-Je ne sacrifierai pas ma dignité pour me faire accepter de mes pairs.
-Je suis quelqu'un de bien et d'intéressant.
-Je suis fier de moi.
-Je suis capable de me débrouiller en société.
-Je demanderai de l'aide en cas de besoin.
-Je suis digne d'être respecté et accepté par les autres.
-Je me trouverai une carrière adaptée à mes aptitudes et intérêts.
-Je serai patient avec ceux qui auront besoin de temps pour me comprendre.
-Je ne renierai jamais mon identité.
-Je m'accepterai pour ce que je suis.


Voilà pour le rapport.

Bon, dans ce livre, il y a des choses discutables (tout ce qui est statistique, scientifique en fait...). Quand je lis qu'il faudrait diagnostiquer des personnes surdouées sans test de Qi je me dis euh... Mais, en soit, je trouve que la description généralisée est bien faite pour mettre au moins un pied dedans. Cela dit, puisque c'est quand même très généralisé, je trouve que ça peut être aussi "dangereux" pour des personnes qui se cherchent, parce qu'elles pourraient vite se retrouver dedans (dont moi, mais, j'ai appris à prendre du recul), quelques effets barnum en plus, je pense. Mais je pense que c'est un bon livre pour les personnes diagnostiquées et qui savent ce qu'elles sont, afin de rehausser l'estime de soi (qui, je vous assure, est bien rehausser dans ce bouquin, peut-être même un peu trop...). Voilà pour l'avis.

Une chose en particulier à attirer mon attention (ce sujet commence à être long, désolé!): L'hyperempathie. C'est bien le seul passage où je ne me suis qu'à moitié reconnue, et, mon amie me l'a aussi fait remarqué pour les mêmes raisons. Elle parle des surdouées comme des personnes "éponges", envahies par les émotions des autres, ce qui fait qu'elles peuvent fondre en larme devant une personne triste. Et bien, juste, ce n'est pas mon cas. Je ne ressens pas les émotions. En revanche, il y a quelque chose qui a fait porté un peu plus mon attention:

Elle parle de l'hyperstimulation, la réception d'un nombre importants d'informations par les sens.

"Les surefficients mentaux captent beaucoup d'information généralement inconscient pour les autres [...] ton employé, aux mots prononcés, aux expressions du visage, à la gestuelle de leur entourage [...] leur rend avide de précision. Pour eux, un mot est rarement synonyme d'un autre puisque chacun porte sa nuance." Et bon d'autres choses dans ce thème là.
Spoiler :  : 
Il y a ainsi en moi une contradiction qui peut être difficile à comprendre des Autres: Oui, je manque d'empathie. Quelqu'un qui pleure avidement, je ne ressentirais pas l'émotion. Je m'en soucierai, mais, je ne ressentirai rien. Et pareillement, comme c'est intellectualisé : larme = tristesse, je ne fais pas le lien forcément avec le contexte. Bref, il y a des fois où j'ai vraiment un train de retard, et une personne pourra être remplie de tristesse pendant une heure devant mes yeux que je ne le capterai pas avec les nuances. Mais à l'opposé, j'ai ce que j'appellerai une "hyperlucidité". Je vais recevoir une quantité d'information, porter mon attention sur des détails dont les autres ne feront pas attention (en lien avec mes connaissances sur le sujet, il en va de soit), et je vais rapidement établir une connexion logique entre les choses, par des réseaux d'association et une pensée rapide. Ce qui fait que, autant je peux ne pas voir qu'une personne est triste ni ce qu'elle ressent ou vit, autant je peux percevoir de façon très rapide à qui j'ai à faire. C'est une chose que j'ai beaucoup développé tout au long de ma vie. Et déjà enfant, je percevais ce nombre important d'information en faisant des liens logiques ce qui faisait que, tout en étant naïve, crédule, manipulable, j'avais aussi une certaine lucidité sur les choses et les évènements.
Avez vous lu ce livre? Si oui, il y a-t-il des passages qui vous ont parlé, fait écho?
Il y a eu un topic sur les neurones et le lien entre surdoué et aspie. Est-ce pour cela qu'on peut parler de "surefficience mentale" dans les deux cas? Vous sentez vous en phase avec ce terme "surefficient"? Comment ressentez vous le passage que j'ai cité sur les personnes Asperger?

Bonne lecture si ça vous intéresse!
Pas diag.

Bilans cognitifs: Pré-diagnostiquée Asperger léger à modéré.
Psychiatre: Troubles évoquant TSA + dys associés et anxiété. Préconisation CRA.
1er entretien avec le CRA effectué. En attente...

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8537
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: Je pense trop, Christel Petitcollin (2010)

#2 Message par Benoit » mercredi 8 juillet 2015 à 11:45

Il y a beaucoup de choses intéressantes (et variées dans ce message).

Un point qui me semble important, c'est la partie "sur-efficience sensorielle".

Un grand nombre de travaux scientifique récents ont soulevé l'hypothèse que les autistes (quel que soit leur Q.I.) avaient une capacité à prendre connaissance de leur environnement de façon très rapide et efficace, comparé aux personnes non autistes.

Suivant les intérêts de chacun, cela doit pouvoir s'appliquer à d'autres domaines comme la musique (lu dans certains papiers) ou la lecture comme évoqué ici, même si personnellement je ne lis pas comme ça du tout.
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Cryptobiose
Forcené
Messages : 3395
Enregistré le : vendredi 1 août 2014 à 21:28

Re: Je pense trop, Christel Petitcollin (2010)

#3 Message par Cryptobiose » mercredi 8 juillet 2015 à 12:00

Message supprimé
Modifié en dernier par Cryptobiose le jeudi 25 février 2016 à 22:01, modifié 1 fois.
TSA Image TDA

Avatar du membre
calande
Forcené
Messages : 1000
Enregistré le : samedi 30 août 2014 à 10:56
Localisation : Nantes

Re: Je pense trop, Christel Petitcollin (2010)

#4 Message par calande » mercredi 8 juillet 2015 à 13:31

J'ai lu ce livre il y a quelque temps. C'était le premier livre que j'ai lu sur la douance et j'en ai lu plusieurs autres. C'est le meilleur, à mon avis. À l'époque, je ne savais rien de la douance et d'Asperger. C'est la 1ère et la 4ème de couverture qui m'ont interpellé.
Présentation - Aspie | HPI | TDA/H | TOC | Fibromyalgique (maladie de Lyme, stade 2)

Avatar du membre
zad
Forcené
Messages : 3896
Enregistré le : mercredi 6 juillet 2011 à 19:48
Localisation : br
Contact :

Re: Je pense trop, Christel Petitcollin (2010)

#5 Message par zad » mercredi 8 juillet 2015 à 15:39

moi aussi j'aime bien lire l'horoscope, je me retrouves toujours dedans en le lisant
TSA :mryellow:

Pupuce
Forcené
Messages : 5330
Enregistré le : vendredi 3 janvier 2014 à 3:44

Re: Je pense trop, Christel Petitcollin (2010)

#6 Message par Pupuce » mercredi 8 juillet 2015 à 16:26

:lol: mais l'as-tu au moins lu, mauvaise langue? :P
Officiellement non-autiste

"J'aurais pas été besoin" Nikos Aliagas, philosophe grec des Lumières

Avatar du membre
zad
Forcené
Messages : 3896
Enregistré le : mercredi 6 juillet 2011 à 19:48
Localisation : br
Contact :

Re: Je pense trop, Christel Petitcollin (2010)

#7 Message par zad » mercredi 8 juillet 2015 à 16:44

Pupuce a écrit ::lol: mais l'as-tu au moins lu, mauvaise langue? :P
ben non :) mais ce genre de textes, ça fait me tjs l'effet "horoscope", et je pense que si ça me fait ça, ça devrait le faire à tout le monde.
du coup ... je vois pas en quoi il faudrait apporter plus de valeurs à ce genre de bouquin qu'à un horoscope (c'est un peu vache, je sais)

d'autant que je me méfie des "coach en développement personnel", sans formation reconnue par l'état (psychologue par expl)
voir : http://www.christelpetitcollin.com/spip.php?rubrique10.

je dois dire que j'ai été surpris par le message d'introduction de son site :
Les relations harmonieuses sont une des composantes essentielles du bien-être des humains. Chaque communication améliorée avec soi ou avec autrui est un pas vers le mieux-être collectif et la paix dans le monde.

Lorsque tous les parents et tous les enseignants seront formés à la communication et transmettront aux enfants l’art d’établir des relations saines et constructives avec leurs semblables, l’humanité sera sauvée.
c'est beau, mais honnetement, je trouve assez culotté de se présenter comme qq1 qui améliore tellement les relations entre les gens, que ça sauvera (de quoi au juste ?) l'humanité toute entière ^^ c'est une sacré publicité, bien couillu :P


en cherchant des infos sur l'auteur, je suis tombé sur une commentaire d'une lectrice qui grogne bien mieux que moi :mryellow: :mryellow:
et qui semble avoir lu le livre (et aussi, qui semble s'y connaitre un peu)
Livre écrit par une non-psychologue, conseillère en développement personnel. Ce livre est très discutable éthiquement parlant. La 1ère partie décrit bien les caractéristiques des surefficients mentaux (copiée sur d'autres auteurs).
Ensuite ça se gâte: rejet subjectif et en bloc des tests de QI, vulgarisation psychiatrique sur les pervers narcissiques persécutant les pauvres surdoués, puis le pompon: opposition radicale et manichéenne entre les 85% de la population mondiale qui seraient, d'après l'auteure, et sans aucun étayage scientifique pour soutenir cette position, "normopensants" (c'est-à-dire cerveau gauche, et donc froids, critiques, individualistes, et bêtes, etc), et les 15% de gentils surdoués (en mode "cerveau droit"), les "gros bisounours intelligents, qui survivent dans ce monde de brutes".
Livre bourré de fautes de ponctuation et d'orthographe.
Et qui apporte peu de pistes pour "canaliser ce mental envahissant", quoiqu'en dise le titre (la partie qui y est consacrée est la plus courte du livre!). Seuls avantages du livre: l'auteure ose parler de la joie de vivre puissante des surdoués. Et quelques chapitres peuvent aider à booster l'estime de soi et se réconforter.
Pour le reste, passez votre chemin ou lisez ce livre avec les précautions qui s'imposent et référez vous à d'autres auteurs plus objectifs sur l'espèce humaine
voilà voilà, j'arretes de troller sur ce fil :)
TSA :mryellow:

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8537
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: Je pense trop, Christel Petitcollin (2010)

#8 Message par Benoit » mercredi 8 juillet 2015 à 16:56

Parenthèse Coaching.
had a écrit :
Pupuce a écrit : d'autant que je me méfie des "coach en développement personnel", sans formation reconnue par l'état (psychologue par expl)
Pas la peine de faire appel à des psys qui auraient vu ça à la télé et se diraient que ça serait sympa comme truc à la mode:

Il y a des diplômes de Coaching délivrés par les universités, à Paris ou en Région, par exemple celui là:
http://www.ut-capitole.fr/formations/no ... 24902.kjsp

Mieux, dans ce cas l'activité est encadrée par des responsables de coach, qui permettent au professionnel de se retourner vers un tiers quand son intégrité ou sa déontologie sont mises à l'épreuve.

Pendant que j'y suis, on ne peut pas coacher une personne proche comme son enfant, c'est autre chose, donc les parents qui voudraient mettre en avant ça comme expérience, c'est niet aussi.
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Avatar du membre
Ixy
Forcené
Messages : 4566
Enregistré le : jeudi 20 mars 2014 à 20:59
Localisation : 92

Re: Je pense trop, Christel Petitcollin (2010)

#9 Message par Ixy » jeudi 9 juillet 2015 à 0:14

Merci pour le retour. Peut-être qu'un jour, un pont entre SA et ce genre de "sur-douance" (je met les guillemets) sera révélé scientifiquement. Pour l'instant c'est vrai que ça reste que de l'intuition.
Etudiant en doctorat maths&info, 26ans. Je n'ai pas de diagnostic /!\
Ce que tu as la force d'être, tu as aussi le droit de l'être - Max Stirner

Avatar du membre
calande
Forcené
Messages : 1000
Enregistré le : samedi 30 août 2014 à 10:56
Localisation : Nantes

Re: Je pense trop, Christel Petitcollin (2010)

#10 Message par calande » jeudi 9 juillet 2015 à 9:38

had: je trouve ce jugement assez dur. Personnellement j'ai beaucoup apprécié le contenu du livre, et à mon avis les livres des autres auteurs sur le sujet sont de moins bonne qualité...
Présentation - Aspie | HPI | TDA/H | TOC | Fibromyalgique (maladie de Lyme, stade 2)

Avatar du membre
zad
Forcené
Messages : 3896
Enregistré le : mercredi 6 juillet 2011 à 19:48
Localisation : br
Contact :

Re: Je pense trop, Christel Petitcollin (2010)

#11 Message par zad » jeudi 9 juillet 2015 à 9:47

calande a écrit :had: je trouve ce jugement assez dur. Personnellement j'ai beaucoup apprécié le contenu du livre, et à mon avis les livres des autres auteurs sur le sujet sont de moins bonne qualité...
tu as raison, c'est sans doute pas le 'pire' livre de dev perso qui existe. qd je vois le rayon dans une librairire, ça fait peur ! entre la psychanalyse à grand papa et la coach vu la tv, c'est désespérant :mryellow:

disons qu'il ne faut pas non plus se leurrer et être trop naïf : ce bouquin a été écrit pour qu'il soit vendu.

si le public visé (fragile, de surcroît) ne se retrouve pas dedans, ne peut pas s'identifier (d'où le // avec l'horoscope), il ne va pas se vendre bcp d'exemplaires. donc il faut ratisser large, quitte à ne pas respecter la science et à faire des approximations.
TSA :mryellow:

Avatar du membre
Rudy
Forcené
Messages : 1101
Enregistré le : samedi 28 mars 2015 à 18:52

Re: Je pense trop, Christel Petitcollin (2010)

#12 Message par Rudy » jeudi 9 juillet 2015 à 11:17

had a écrit :
calande a écrit :had: je trouve ce jugement assez dur. Personnellement j'ai beaucoup apprécié le contenu du livre, et à mon avis les livres des autres auteurs sur le sujet sont de moins bonne qualité...
tu as raison, c'est sans doute pas le 'pire' livre de dev perso qui existe. qd je vois le rayon dans une librairire, ça fait peur ! entre la psychanalyse à grand papa et la coach vu la tv, c'est désespérant :mryellow:

disons qu'il ne faut pas non plus se leurrer et être trop naïf : ce bouquin a été écrit pour qu'il soit vendu.

si le public visé (fragile, de surcroît) ne se retrouve pas dedans, ne peut pas s'identifier (d'où le // avec l'horoscope), il ne va pas se vendre bcp d'exemplaires. donc il faut ratisser large, quitte à ne pas respecter la science et à faire des approximations.
Mince... Ce serait mieux que tu le lises avant de faire un avis si tranché. Même pour un bouquin que tu soupçonnes. Ceci n'est qu'un avis mais:

Je suis d'accord qu'il faut prendre du recul sur ce livre, ne pas le prendre pour une bible, et, qu'il y a des choses discutables (comme je l'ai dit plus haut). Par contre, le comparer à un horoscope, c'est impossible je pense, puisque les horoscopes sont fait pour que la majorité des personnes s'y retrouvent, des choses que l'on retrouve chez à peu près tout le monde. Genre, si elle avait écrit "Les surdoués, lorsqu'ils sont amoureux, peuvent se sentir très impactés par une séparation", là ouais. Hors ici, il y a quand même des particularités où tout le monde ne peut pas se retrouver dont quelques exemples ici :

- L'hypersensibilité (on ne peut pas s'inventer "hyperstimulé" par son environnement, ni hyperémotif en ayant une réaction toujours disproportionnée par rapport à la situation).
- Une curiosité insatiable (dévier sur milles sujets et faire des recherches pendant des heures en amassant un nombre important d'information alors qu'on doit juste rendre un exposé et se perdre dans tout ça, par exemple).
- Hyperempathie (ressentir toutes les émotions des autres au point de fuir un supermarché par exemple).

Et si une personne se retrouve dedans, à mon sens, c'est qu'elle a repéré des particularités chez elle malgré tout, surdouée ou pas. D'autant plus qu'elle indique qu'il existe différente forme de "surefficience".

Il ne faut pas s'arrêter à une globalisation des termes que j'ai utilisé, ni à une rapide lecture, j'ai condensé pour ne pas citer tout le bouquin. Le livre intensifie tout de même au possible le fonctionnement des surdoués. Je pense même que, certains surdoués, face à cette "ode aux surdoués", pourraient se dire qu'ils ne sont pas si intelligents, si hyper, super, qu'il est décrit dans ce bouquin. Elle montre bien la différence entre les personnes "surefficientes" et les personnes normées. Alors, il me semble que, une personne, à moins qu'elle soit mégalomane, reconnaîtra bien des particularités qu'on ne retrouve quand même pas chez "monsieur tout le monde"...
Pas diag.

Bilans cognitifs: Pré-diagnostiquée Asperger léger à modéré.
Psychiatre: Troubles évoquant TSA + dys associés et anxiété. Préconisation CRA.
1er entretien avec le CRA effectué. En attente...

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 25474
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Je pense trop, Christel Petitcollin (2010)

#13 Message par freeshost » jeudi 9 juillet 2015 à 17:37

Il vaut mieux trop penser que pas assez, non ? :mrgreen:

Bienvenue chez les hyperactifs du cerveau ! :lol:

- Je compense ce qu'on pense.
- Ce con pense ?
- Il décompense, c'est sa récompense.
- Ah ! la raie qu'on panse ?
- L'arrêt qu'on pense trop !
- Pas capable d'arrêter l'arête !
- Quelle cadence cognitive !
- Difficile de se sentir comme un poisson dans l'eau !

Les fichiers pdf, quelle belle invention ! :mrgreen:
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Avatar du membre
Ixy
Forcené
Messages : 4566
Enregistré le : jeudi 20 mars 2014 à 20:59
Localisation : 92

Re: Je pense trop, Christel Petitcollin (2010)

#14 Message par Ixy » vendredi 10 juillet 2015 à 0:55

Etudiant en doctorat maths&info, 26ans. Je n'ai pas de diagnostic /!\
Ce que tu as la force d'être, tu as aussi le droit de l'être - Max Stirner

Avatar du membre
guillaume
Passionné
Messages : 445
Enregistré le : samedi 7 mars 2015 à 22:49
Localisation : Finistère

Re: Je pense trop, Christel Petitcollin (2010)

#15 Message par guillaume » dimanche 12 juillet 2015 à 17:16

J'avoue, j'ai un gros problème avec ce bouquin. Je ne sais pas si je dois l'adorer ou le détester. Du coup, je garde une opinion assez neutre.

Je vais attaquer la principale critique faite à Petitcollin : c'est une coach, et pas une 'chologue.
C'est une attaque ad hominem, elle n'a aucun intérêt constructif. Se cacher derrière son diplôme, c'est l'attitude qui est reprochée par les associations autour du SA. Alors si ce n'est pas valable pour le SA, ce n'est pas valable ailleurs.

Deuxième attaque contre Petitcollin : elle critique les tests de QI. Ben en fait, sur le principe, elle a raison. En effet, ils sont calibrés pour donner 2% de zèbres, en dehors de toute réalité humaine. Là où je ne suis pas d'accord avec elle : elle considère que du coup, il faut oublier le test. Personnellement, je pense que comme on n'a pas mieux pour l'instant, on ne va pas supprimer le peu d'outil qu'on a. Même si ce n'est qu'un outil.

D'ailleurs, ce livre, ce n'est aussi qu'un outil. Le tout, c'est de bien s'en servir. J'ai en tête une petite cuillère, ne me demandez pas pourquoi. C'est super pratique pour manger un yaourt, une petite cuillère. Ça l'est moins pour couper son steak. Bah son livre, c'est la même chose : il ne sert pas à faire de diag.
Ce livre sert à démarrer une démarche de connaissance de soi, de remise à niveau de la confiance en soi. C'est du coaching.

Sur ce, je dois y aller, je reviens dans la soirée finir ce que j'ai à dire sur ce livre. (surtout la partie critique).
NB : je ne m'appelle pas Guillaume pour de vrai, c'est un pseudo.

Diag : AHN & HQI hétérogène + "difficultés attentionnelles".
Père de F, AHN et de G, atypique mais pas aspie.

Répondre