[Conseil] Bric-à-brac psy

Livres, publications, films en rapport avec l'autisme : donnez ici votre avis.
Message
Auteur
Avatar du membre
Jonquille57
Forcené
Messages : 10811
Enregistré le : samedi 14 juin 2008 à 5:39

Re: bric-à-brac psy

#16 Message par Jonquille57 » dimanche 3 juillet 2011 à 21:42

En 2004, nous avions fait hospitaliser Mysterio en Belgique dans un service spécialisé dans les troubles du comportement des enfants et adolescents afin d'avoir un diagnostique. A la fin du séjour, la médecin chef nous a confirmé la psychose infantile ( diagnostique que nous avions eu en France ). Quelques temps plus tard, et après plusieurs longues conversations téléphoniques avec le Dc Ba... de Tours, j'ai rappelé ce médecin belge et je lui ai parlé d'autisme : elle s'est pratiquement mise en colère en m'affirmant que Mysterion n'était évidemment pas autiste, que sa pathologie n'avait strictement rien à voir avec l'autisme, et qu'elle connaissait parfaitement l'autisme et savait de quoi elle parlait...

Quelques mois après, Mysterio était diagnostiqué par le Dc L. qui nous confirmait ce que nous avait dit le Dc Ba... de Tours... Et pourtant, en allant en Belgique, nous avions eu, à l'époque, beaucoup d'espoir... :roll:

Avatar du membre
bernard
Forcené
Messages : 3478
Enregistré le : mercredi 27 février 2008 à 22:34
Localisation : Clermont-Fd, Auvergne

Re: bric-à-brac psy

#17 Message par bernard » mardi 12 juillet 2011 à 10:59

Jonquille57 a écrit :... j'ai rappelé ce médecin belge et je lui ai parlé d'autisme : elle s'est pratiquement mise en colère en m'affirmant que Mysterio n'était évidemment pas autiste, que sa pathologie n'avait strictement rien à voir avec l'autisme, et qu'elle connaissait parfaitement l'autisme et savait de quoi elle parlait...
Ce que tu ne savais pas Jonquille, c'est que la pathologie de ce médecin était une forme de surdité.
"Il n'y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre".
Tony Attwood disait en 2009 que les parents d'enfants autistes devraient se voir décerner un doctorat dès qu'ils auraient franchi les 7 ans de vie "spécialisée" avec leur enfant. Jamais un médecin, même passionné, n'aura autant d'infos sur le sujet que le parent qui vit 24h/24 avec un enfant autiste.
D'un autre côté, depuis que l'autisme est sorti de la caractérisation maladie pour entrer dans la branche neurobiologique, on ne peut demander à un médecin de soigner un enfant autiste, ce que cherche à faire beaucoup de parents.
Je ne jetterai donc pas la pierre.
C'est le propre de l'Homme que d'aller chercher de l'aide vers ceux dont il pense qu'ils savent; ici les médecins. Il serait bon parfois que la raison finisse par l'emporter. Et que les médecins reconnaissent leurs limites (ce n'est pas une maladie, je peux vous orienter vers des CRA pour mieux comprendre comment cela marche; mais je ne peux pas soigner la cause), plutôt que d'inventer des psychoses infantiles et autres niaiseries. Que ces médecins se forment auprès de neurologues ou de neurobiologistes plutôt que de se fourvoyer dans des théories fumeuses, qui retarderont d'autant le diagnostic.
Bernard (55 ans, aspie) papa de 3 enfants (dont 2 aspies)

Avatar du membre
Jonquille57
Forcené
Messages : 10811
Enregistré le : samedi 14 juin 2008 à 5:39

Re: bric-à-brac psy

#18 Message par Jonquille57 » mardi 12 juillet 2011 à 18:03

Malheureusement, bien souvent, quand on rencontre un problème avec son enfant, la seule personne vers qui on peut se tourner, c'est un médecin... Qui d'autre aller voir quand on commence à se poser des questions, mais qu'on est encore loin d'imaginer la réponse ?

Avatar du membre
Jonquille57
Forcené
Messages : 10811
Enregistré le : samedi 14 juin 2008 à 5:39

Re: bric-à-brac psy

#19 Message par Jonquille57 » mardi 12 juillet 2011 à 18:05

Perso, je n'ai jamais cherché à soigner Mysterio : juste trouvé des solutions pour qu'il soit heureux et ai droit à une vie normale...

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19392
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: bric-à-brac psy

#20 Message par Jean » mardi 12 juillet 2011 à 23:00

bernard a écrit :C'est le propre de l'Homme que d'aller chercher de l'aide vers ceux dont il pense qu'ils savent; ici les médecins. Il serait bon parfois que la raison finisse par l'emporter. Et que les médecins reconnaissent leurs limites
... Oui, il serait bon que les "médecins reconnaissent leurs limites"
père d'une fille SA de 35 ans

Avatar du membre
Jonquille57
Forcené
Messages : 10811
Enregistré le : samedi 14 juin 2008 à 5:39

Re: bric-à-brac psy

#21 Message par Jonquille57 » mercredi 13 juillet 2011 à 8:03

Oui, dans la mesure où ils peuvent nous conseiller vers une autre voie : avoir un médecin en face de nous qui nous dit : « Je ne sais pas », n'aide pas à faire avancer le schmilblick... :naugty:

Avatar du membre
Rose
Forcené
Messages : 2320
Enregistré le : mardi 16 novembre 2010 à 18:58
Localisation : Bretagne

Re: bric-à-brac psy

#22 Message par Rose » mercredi 13 juillet 2011 à 17:17

Je préfère avoir en face de moi un médecin qui me dit:" je ne sais pas", plutôt qu'un ab...i qui va m'assener des diags bien carrés, mais erronés. Non?
"Ne le secouez pas, cet homme est plein de larmes." Charles Dickens.

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19392
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: bric-à-brac psy

#23 Message par Jean » mercredi 13 juillet 2011 à 20:58

gauthier a écrit :Je préfère avoir en face de moi un médecin qui me dit:" je ne sais pas", plutôt qu'un ab...i qui va m'assener des diags bien carrés, mais erronés. Non?
Certes, certes .. Mais il vaut mieux ("mieux" ? minimum syndical) que le médecin oriente vers un professionnel qui connaît mieux.

NB : je me suis interrogé sur le sens d' ab...i . Il m'a semblé qu'imbécile ne s'écrivait pas exactement comme cela. Je viens d'imaginer enfin, qu'il s'agit, sans doute d'abruti. Dans la mesure où le nom du professionnel n'est pas adjoint au message, il n'y a aucune incompatibilité par rapport aux règles du forum :mryellow:
père d'une fille SA de 35 ans

Avatar du membre
Rose
Forcené
Messages : 2320
Enregistré le : mardi 16 novembre 2010 à 18:58
Localisation : Bretagne

Re: bric-à-brac psy

#24 Message par Rose » jeudi 14 juillet 2011 à 8:29

pour moi, c'est un gros mot, comme beaucoup d'autre donc inemployable par écrit. Déjà oralement... Je n'ai pas raconté comment à l'adolescence je me suis exercée à dire des gros mots sur un ton naturel pour être "comme les autres". Je devais avoir 14 ou 15 ans... complètement à coté de la plaque le pôvre fille!!! :lol:
"Ne le secouez pas, cet homme est plein de larmes." Charles Dickens.

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19392
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: bric-à-brac psy

#25 Message par Jean » jeudi 14 juillet 2011 à 14:33

Moi aussi, je me suis exercé. Et çà a été très dur et peu convaincant. Avec l'âge, cependant, j'arrive à en dire quelques-uns.
père d'une fille SA de 35 ans

Avatar du membre
Murielle
Forcené
Messages : 11099
Enregistré le : vendredi 21 octobre 2005 à 11:05
Localisation : Plougastel-Daoulas

Re: bric-à-brac psy

#26 Message par Murielle » mardi 19 juillet 2011 à 10:02

Absolument d'accord avec Gauthier.! :bravo:
Moi aussi, je préfère un médecin qui a l'honnêteté de dire "je ne sais pas" plutôt que de balancer des bêtises.! :?

Petite anecdote pour illustrer...
Mon mari m'a raconté que lorsqu'il faisait son stage d'infirmier en hôpital, il y avait un grand médecin qui suivait un patient depuis pas mal de temps mais il n'arrivait pas à savoir ce qu'il avait.
Au bout de la visite il lui dit:
"Monsieur, vous avez une maladie idiopathique".... :roll:
La patient est parti avec ça pensant avoir un "nom" sur sa maladie.... :?

Idiopathique: "dont on ignore l'origine" (autrement dit: "je ne sais pas ce que vous avez".... :evil: )
Murielle,
Maman de Pauline 21 ans,Léo (asperger) 17 ans et demi .
Savoir profiter du moment présent ,
Savoir vivre pleinement chaque instant et ne pas uniquement penser aux jours à venir, voilà un défi à relever maintenant.

sophga
Régulier
Messages : 31
Enregistré le : mercredi 14 avril 2010 à 14:38

Re: bric-à-brac psy

#27 Message par sophga » mercredi 20 juillet 2011 à 14:38

le vrai problème est lorsqu'un médecin est persuadé de savoir mieux que les autres alors qu'il ne s'est jamais vraiment intéressé au sujet.
Savoir se remettre en question est preuve d'une grande valeur et d'un vrai professionnalisme.
Savoir admettre qu'on ne sait pas, ou même qu'on s'est trompé est preuve d'une grande humanité.

Avatar du membre
Jonquille57
Forcené
Messages : 10811
Enregistré le : samedi 14 juin 2008 à 5:39

Re: bric-à-brac psy

#28 Message par Jonquille57 » vendredi 22 juillet 2011 à 19:32

Bon, certes, j'admets qu'il vaut mieux avoir un ignare qu'un médecin qui se trompe... Mais quand on n'a que des questions et jamais de réponses, cela ne fait pas avancer le schmilblick non plus et on perd un temps fou.

Quoiqu'il en soit, avoir un bon médecin est encore ce qu'il y a de mieux. Malheureusement, au fil des ans, j'ai fini par n'avoir plus confiance en aucun médecin, quelqu'il soit... :roll:

Avatar du membre
Murielle
Forcené
Messages : 11099
Enregistré le : vendredi 21 octobre 2005 à 11:05
Localisation : Plougastel-Daoulas

Re: bric-à-brac psy

#29 Message par Murielle » samedi 23 juillet 2011 à 8:58

C'est ça le principe Jonquille.! Un médecin qui te dit "je ne sais pas"....il doit aussi pouvoir te dire "je vous oriente vers un de mes confrères plus calé en la matière...."par exemple.!! :mryellow:
Murielle,
Maman de Pauline 21 ans,Léo (asperger) 17 ans et demi .
Savoir profiter du moment présent ,
Savoir vivre pleinement chaque instant et ne pas uniquement penser aux jours à venir, voilà un défi à relever maintenant.

Avatar du membre
Mars
Modératrice
Messages : 8315
Enregistré le : vendredi 21 octobre 2005 à 15:02
Localisation : finistère

Re: bric-à-brac psy

#30 Message par Mars » lundi 1 août 2011 à 13:22

Je n'ai pas raconté comment à l'adolescence je me suis exercée à dire des gros mots sur un ton naturel pour être "comme les autres". Je devais avoir 14 ou 15 ans... complètement à coté de la plaque le pôvre fille!!! :lol:
C'est rigolo, j'ai fait pareil à 16 ans (je me souviens du jour où j'ai dit m..... pour la 1ère fois, le 18 mars :wink: , je n'ai pas continué dans cette voie, ça me semblait trop artificiel. J'étais furieuse ce jour-là :wink: :wink: )
Atypique sans être aspie. Maman de 2 jeunes filles dont une aspie.

Répondre