[Livre] Marcher droit, tourner en rond (Emmanuel Venet)

Livres, publications, films en rapport avec l'autisme : donnez ici votre avis.
Message
Auteur
budakesi
Passionné
Messages : 400
Enregistré le : samedi 7 décembre 2013 à 11:35

Re: Emmanuel Venet: "marcher droit, tourner en rond"

#16 Message par budakesi » lundi 12 septembre 2016 à 12:47

rainbow a écrit :budakesi a écrit:
Je viens de découvrir cet auteur et son dernier roman intitulé "Marcher droit, tourner en rond", qui décrit avec beaucoup de subtilité et un humour aussi discret que malicieux la vision du monde de son héros atteint du:
"syndrome d'Asperger: un variant humain non pathologique voire avantageux, puisqu'il garantit, au prix d'une asociognosie

J'ai cherché ce mot sur internet, mais trouvé aucune définition...
Quel sens lui donnes-tu budakesi ?
De fait, l'auteur donne une définition de son mot dans son roman :) :
"Le syndrome d'Asperger, atypie du développement appartenant au spectre de l'autisme et qui ressemble à l'idée que je me fais du surhomme nietzschéen, me rend asociognosique, c'est-à-dire incapable de me plier à l'arbitraire des conventions sociales et d'admettre le caractère foncièrement relatif de l'honnêteté."

Une belle définition !
HPI, diagnostiquée Asperger en janvier 2016

Avatar du membre
rainbow
Passionné
Messages : 480
Enregistré le : mardi 25 août 2015 à 7:31

Re: Emmanuel Venet: "marcher droit, tourner en rond"

#17 Message par rainbow » lundi 12 septembre 2016 à 14:18

budakesi a écrit :De fait, l'auteur donne une définition de son mot dans son roman :) :
"Le syndrome d'Asperger, atypie du développement appartenant au spectre de l'autisme et qui ressemble à l'idée que je me fais du surhomme nietzschéen, me rend asociognosique, c'est-à-dire incapable de me plier à l'arbitraire des conventions sociales et d'admettre le caractère foncièrement relatif de l'honnêteté."

Une belle définition !
Merci beaucoup !!! :bravo:
Enfin diagnostiquée Syndrome d'Asperger à 36 ans !

http://hors-competition.over-blog.com

Avatar du membre
Daredevil
Forcené
Messages : 4396
Enregistré le : samedi 12 décembre 2015 à 16:38

Re: Emmanuel Venet: "marcher droit, tourner en rond"

#18 Message par Daredevil » lundi 12 septembre 2016 à 17:46

J'aime bien cette définition :P
Vieux geek non diagnostiqué
CIM10 F84
Insight Aspie (?) +Aphantasie, prosopagnosie, écholalie, mutisme électif....
Fan de super héros, Daredevil le pygmalion de mon fonctionnement social
Mes doigts sur un clavier communiquent plus de mots que ma bouche...

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19338
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Emmanuel Venet: "marcher droit, tourner en rond"

#19 Message par Jean » dimanche 25 septembre 2016 à 9:53

Venet.jpg
Venet.jpg (5.83 Kio) Vu 924 fois
Le calme… et la tempête
Emmanuel Venet imagine l’existence d’un jeune autiste Asperger, et en profite pour régler ses comptes avec le mensonge. Hugo Horiot est Asperger, et raconte son combat quotidien pour devenir un homme. Et, surtout, un père. Rien n’est jamais acquis.
L'Alsace par Jacques Lindecker
Image
Emmanuel Venet Photos © ESO / Sandrine Roudeix

La famille est réunie au (presque) grand complet pour les funérailles de la grand-mère Marguerite. La dame Vauquelin, de la Pastorale diocésaine, fait l’éloge de la défunte, et chacun fait mine d’y croire. Tous, sauf un, le narrateur, atteint d’une forme d’autisme, le syndrome d’Asperger, une atteinte qui le rend « asociognosique, c’est-à-dire incapable de se plier à l’arbitraire des conventions sociales et d’admettre le caractère foncièrement relatif de l’honnêteté. » Lui ne supporte que la vérité et la sincérité. En plus de ses deux marottes : le scrabble (le seul endroit, remarque-t-il, où « naître » et « mourir » ont la même valeur) et les recherches sur les catastrophes aériennes (et il est également imbattable au jeu du petit bac). Sans oublier une passion obsessionnelle (qui va le mener trop loin) pour Sophie Sylvestre, une ancienne camarade de lycée devenue comédienne ratée.

Alors, durant les obsèques de Marguerite, il va être servi en matière de mensonges. La grand-mère est-elle présentée post mortem comme une femme de gauche, une (bonne) chrétienne, une épouse loyale, une mère dévouée ? Elle n’était rien de tout cela : elle « préférait l’argent aux êtres humains, voulait rendre la France aux Français, considérait les handicapés comme des parasites et les homosexuels comme des malades mentaux. » Quant à l’amour, elle le voyait « comme un mal nécessaire par quoi les humains se donnent l’illusion de ne pas être seuls. »

Emporté par son élan, et par le temps interminable que dure la célébration, notre « aspergé » (l’une des moqueries de la part de ses proches) passe en revue les membres de sa famille. Et là, pas un pour sauver l’autre. On parle ici, au mieux, de futilités, de régimes alimentaires qui n’aboutissent jamais, d’humour vache, d’inculture crasse ; au pire, d’inceste, d’adultère, de violences conjugales. Un catalogue des turpitudes et bassesses humaines. Dit comme ça, on pourrait penser que Marcher droit, tourner en rond, le roman d’Emmanuel Venet est un pensum sinistre. C’est tout le contraire : en plus d’être étincelant et d’une lucidité acérée, le livre est à se taper sur les cuisses (de rire). Mieux : au-delà de la peinture féroce de la famille du narrateur (de n’importe quelle famille, en fait), l’auteur brasse avec un talent inouï le fameux « d’où venons-nous/où allons-nous ». Rien que pour les trois pages sur l’invention de Dieu, le roman serait déjà un must. (...)
père d'une fille SA de 35 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19338
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Emmanuel Venet: "marcher droit, tourner en rond"

#20 Message par Jean » mardi 18 octobre 2016 à 22:29

Emmanuel Venet: un roman familial où les maux comptent triple
18 OCTOBRE 2016 | PAR DOMINIQUE CONIL
https://www.mediapart.fr/journal/cultur ... ent-triple
Marcher droit, tourner en rond est le monologue intérieur d’un homme atteint du syndrome d’Asperger, contraint d’assister à l’enterrement de sa grand-mère. Drôle et décapant avec, en mineur, le récit d’une lucide solitude et un conte moral. Extrait du roman en fin d’article.

Le narrateur de ce roman est un homme de vérité. Hélas pour lui. C’est un symptôme. Parmi d’autres, qu’il décrit avec l’exactitude qui lui est chère : « Le syndrome d’Asperger, atypie du développement appartenant au spectre de l’autisme et qui ressemble à l’idée que je me fais du surhomme nietzschéen, me rend asociognosique, c’est-à-dire incapable de me plier à l’arbitraire des conventions sociales et d’admettre le caractère foncièrement relatif de l’honnêteté. » Autour, dans la famille, on s’exprime souvent en termes plus abrupts, mongolien ou schizo, quand il énerve trop.

Et justement elle est là, rassemblée, la famille, y compris feue grand-mère Marguerite, que l’on enterre. Autant dire que c’est une épreuve pour notre Asperger. Il endure tout d’abord le poème du type fête des mères qu’a écrit l’une des filles de la défunte, Lorraine, une litanie de « maman gracieuse », « maman chaleureuse », « maman heureuse». « L’indigence le dispute à l’insincérité » : grincheuse, coureuse, chicaneuse riment aussi bien et lui paraîtraient plus appropriés. Marguerite était une forte femme, et redoutable femme.

Ce n’est rien encore, toute la cérémonie, à l’église pour cette dame qui n’y mettait jamais les pieds, est un défi à son goût obsessionnel pour la vérité. Lorsque s’avance une nommée Vauquelin, recrutée à la pastorale diocésaine, qui de sa vie n’a rencontré grand-mère Marguerite mais se lance dans un éloge funèbre dithyrambique, c’est bien pire. Cet homme de quarante-cinq ans avec pension d’invalidité, habité par une passion pour les accidents d’avion et le scrabble, qui vit avec son père (lequel n’a pas voulu se débarrasser de son fils en institution, et fournit ici et là d’utiles informations familiales à son descendant hypermnésique), va résister en passant au crible trois générations de mensonges, d’hypocrisies, d’abus et de toxicité maximale. Car Asperger il est – un « variant humain », dit-il, mais non dénué d’orgueil. Au moins on peut compter, avec lui, sur « une rectitude morale plutôt bienvenue dans notre époque de voyous ».

Nous y sommes : le lecteur plié en deux épouse les raisonnements fort logiques du narrateur, qu’il s’agisse de l’amour de Marguerite pour la gauche et Mitterrand, de sa duplicité et de son absence totale de compassion envers son époux plongeant dans la dépression alcoolisée, de l’extrême gauche affichée par la cousine Christelle qui, devenue amante du patron, refuse net de répondre « sur l’écart entre ses valeurs politiques et son action personnelle », de viol et d’inceste tus et déguisés au nom des apparences, du viager heureux avec propriétaire anéanti par un rapide cancer en un an, de l’amoureux transfuge hongrois, Imre, à la fois rejeté et esclavagisé, de la cousine Marie qui s’épanouit formidablement en Suisse sur fond d’affaires africaines et moyen-orientales, de la cousine Solange, allumée mystique et assistante sociale en prison pour laquelle il y a des sujets « remarquablement équilibrés » (« un quart d’heure de conversation malgré un lourd traitement neuroleptique ou des crises d’hystérie récurrentes », traduit le narrateur), et des malheureux « un peu perturbés » (« chambre de force hospitalière », « squat et junkies », traduit le même). On rit : mais se construit un conte moral sous Asperger.

Emmanuel Venet, écrivain, psychiatre, auteur entre autres d’un remarquable Ferdière, psychiatre d’Antonin Artaud, s’est pris d’empathie pour ce « variant humain » qui sait si bien pourfendre mensonges et logorrhée. Un Candide assujetti, donc, à d’exigeantes disciplines, qu’il potasse à fond : « J’aime les catastrophes aériennes parce qu’elles répondent toujours à une logique précise qu’on peut découvrir d’après des indices parfois ténus, et j’aime le scrabble parce qu’il ravale à l’arrière-plan le sens des mots et permet de faire autant de points avec “asphyxie” qu’avec “oxygène”. » Fuir le sens pour fuir les mots évidés de sens ?

Il y a eu un crash ancien dans la vie de cet homme, ou seulement un désir de crash ; c’est à peine esquissé. Il y a eu un crash récent, son amour aussi absolu que platonique pour Sophie Sylvestre dont il fut porteur de cartable et rédacteur de devoirs en classe de seconde, et dont il a visionné ensuite, avec passion, la moindre apparition de dix secondes dans des films où jamais elle ne dépassa le statut de figurante. Malheur des mails, il put facilement lui écrire. À l’évidence, il y eut déficit affectif, et excédent de logique. Retour à la solitude et aux rêves d’idylliques garden-parties, mais la solitude a-t-elle jamais cessé d’être le lot de cet asociognosique ?

On rit beaucoup, en lisant Marcher droit, tourner en rond : mais on rit avec celui qui déshabille un univers circonscrit entre Bourgogne et Franche-Comté, au sein d’une famille plus proche de l’asphyxie que de l’oxygène. Tourner en rond : on rit avec le type qui marche droit.
père d'une fille SA de 35 ans

Avatar du membre
rainbow
Passionné
Messages : 480
Enregistré le : mardi 25 août 2015 à 7:31

Re: Emmanuel Venet: "marcher droit, tourner en rond"

#21 Message par rainbow » mercredi 19 octobre 2016 à 21:17

Merci beaucoup Jean de ce partage :bravo:
(l'article n'étant pas accessible entièrement pour les non-abonnés au lien cité)
Enfin diagnostiquée Syndrome d'Asperger à 36 ans !

http://hors-competition.over-blog.com

Avatar du membre
TiZ
Forcené
Messages : 2796
Enregistré le : dimanche 16 septembre 2012 à 11:31

Re: [Livre] Marcher droit, tourner en rond (Emmanuel Venet)

#22 Message par TiZ » samedi 27 octobre 2018 à 10:11

Je viens de lire le livre, j'ai beaucoup aimé. Même si je ne me reconnais pas dans beaucoup de traits du personnage principal, j'aime beaucoup cet "humour franc", acide et en même temps très vrai.
Diagnostiquée Aspie en février 2015 (psychiatre libéral) puis confirmation au CRA en novembre 2016

Répondre