Page 2 sur 2

Re: Financement film Sophie Robert : "Le Phallus et le Pas T

Posté : jeudi 15 décembre 2016 à 9:48
par Mizton
Wah, merci de votre participation. Moi j'ai bien fait tourné dans les milieux féministes, hâte de voir le film maintenant, il est largement financé :)

Re: Financement film Sophie Robert : "Le Phallus et le Pas T

Posté : mercredi 1 mars 2017 à 22:03
par Carapa
"Il faudra que je lise des livres de Lacan pour ma formation en psychanalyse."
Bon courage: Lacan est intraduisible, même en français. :lol: On pourrait d'ailleurs faire une parodie d'une célèbre chanson de Brassens: "Sans le Lacan"...

"Dans un livre de psychologie d'il y à longtemps, j'avais lu qu'instinctivement lors des jeux les garçons prenaient le rôle de cow-boy ( forts ) et les filles le rôle d'indiens ( faibles ) :?"
Ah, les livres de psychologie!!! Recenser toutes les âneries qui s'y impriment serait un châtiment moderne pour Sisyphe. En tout cas l'auteur de celui-ci n'avait pas du lire Education européenne, de Romain Gary, où l'un des camarades du héros se fait appeler "Winetoo, le noble chef des Apaches"...

[Film] Le Phallus et le Néant (Sophie Robert)

Posté : jeudi 10 janvier 2019 à 17:19
par Tugdual
Modération (Tugdual) : Fusion de sujets (début).


Le dernier film de Sophie Robert :
LePhallusEtLeNeant_w.jpg
Source : Le Phallus et le Néant...

Re: [Film] Le Phallus et le Néant (Sophie Robert)

Posté : jeudi 10 janvier 2019 à 17:54
par olivierfh
Ce semble être le film résultant du financement participatif sur "[Film] Le Phallus et le Pas Tout (S. Robert, financement)".

Re: [Film] Le Phallus et le Néant (Sophie Robert)

Posté : jeudi 10 janvier 2019 à 18:18
par Tugdual
Très juste, je vais fusionner.


Modération (Tugdual) : Fusion de sujets (fin).

Re: [Film] Le Phallus et le Néant (Sophie Robert)

Posté : vendredi 17 mai 2019 à 12:48
par Anty28
J'ai enfin pu voir le film, et y a pas à dire, ça tape lourd et fort. Du bon Sophie Robert dans la lignée de son précédent film. Je pense même que ce film devrait être le plus largement partagé, c'est d'utilité publique à ce niveau-là.

Seul petit bémol : certains contre-arguments de la réalisatrice ne sont pas sourcés, même si je sais que le format ne s'y prête guère. Toutes les affirmations de part et d'autre sont donc à vérifier soigneusement.

Juste : ne montrez pas ce film à vos jeunes enfants (à moins d'avoir une justification très sérieuse pour le faire) notamment à cause de propos très durs prononcés face caméra.

(Ah oui, au fait : mon nom figure au générique de ce film. Saurez-vous le trouver ?)

Re: [Film] Le Phallus et le Néant (Sophie Robert)

Posté : vendredi 17 mai 2019 à 15:51
par WinstonWolfe
Anty28 a écrit :
vendredi 17 mai 2019 à 12:48
(Ah oui, au fait : mon nom figure au générique de ce film. Saurez-vous le trouver ?)
Ah oui, au fait, il faudrait une signature qui précise le statut quant au diagnostic, conformément à la charte :mryellow:

Re: Financement film Sophie Robert : "Le Phallus et le Pas T

Posté : samedi 25 mai 2019 à 17:44
par Siobhan
freeshost a écrit :
lundi 7 novembre 2016 à 13:55
Il faudra que je lise des livres de Lacan pour ma formation en psychanalyse. :lol:
HS : Retiens les titres, et si tu dois parler des livres en question, improvise à partir du titre auprès des personnes intéressées. Tu n'auras pas beaucoup de raison d'être moins pertinent que si tu avais réellement lu les livres. :mrgreen:


Hors-HS : Je suis un grand fan du travail Sophie Robert, j'ai du voir au moins (grand minimum) quatre de ses films. Mais je n'ai pas encore eu l'occasion de voir "Le Phallus et le Néant" du coup.

Re: [Film] Le Phallus et le Néant (Sophie Robert)

Posté : mercredi 14 août 2019 à 2:22
par gatony
je viens de voir le film de Sophie Robert, édifiant. son premier film l'était déjà, mais il ne parlait presque que d'autisme ... ce qui ne laissait pas toujours entrevoir clairement le discours profondément malsain, anti-humaniste, tenu par ces psychanalystes.

j'ai été lecteur de Freud, lecteur de Lacan aussi. pour le second, je n'ai jamais trop compris ce qui était écrit je crois ... mais il semblerait que la forme jargonneuse du discours lacanien lui ait permis d'entretenir son mystère, et par là-même son fond de commerce. je n'ai rien contre la psychanalyse, a priori. mais je ne comprends pas comment cette discipline peut fonder aujourd'hui une pratique thérapeutique (quoique, un psychanalyste trouvera à dire qu'il ne s'agit jamais de soigner en psychanalyse, mais de permettre au désir de s'exprimer ?). plus encore, je suis outré de voir que le référentiel psychanalytique serve de fondement à la pratique psychiatrique - donc médicale - alors même que la discipline se caractérise par son absence totale de scientificité. en soi, ce n'est pas un problème : c'est même positif quand cela permet de renouveler la pensée et de questionner certains ordres conceptuels et philosophiques (la psychanalyse a notamment beaucoup apporté à la philosophie de la déconstruction que je sache). mais jouer sur l'ambiguïté pour justifier de toutes les dérives dans la prise en charge des patients, comme cela semble être le cas chez les analystes interrogés par Sophie Robert ... c'est écoeurant.

j'ai au fond l'impression que beaucoup de psychiatres ratés tentent de s'acheter une forme de profondeur intellectuelle en adhérant maladroitement à une discipline dont ils ne maitrisent rien. dans le même temps, cela leur évite bien l'effort d'une pensée et d'une pratique proprement médicale, qui nécessite a minima de s'interroger scientifiquement sur l'évolution des savoirs et des pratiques dans leur domaine. leur rôle (en tant que médecins) est de soigner, pas de philosopher ... pourquoi se le permettent-ils ? surtout avec des positions aussi destructrices.