Accueil forumAccueil site

Nous sommes le Jeudi 21 Septembre 2017 à 1:34

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 15 messages ] 
Auteur Message
MessagePosté: Lundi 14 Décembre 2009 à 23:19 
Hors ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Lundi 24 Octobre 2005 à 22:39
Messages: 18616
Localisation: Finistère
What Does Being Different Mean?
Jim Sinclair
[From "Our Voice," the newsletter of Autism Network International, 1992, Issue 1]
Que signifie d’être différent ?
Jim Sinclair

[De «Our Voice», le bulletin d’ Autism Network International, 1992, n° 1]

Les personnes autistes sont différentes des autres. Nous entendons cela tout le temps, mais qu’est-ce que cela signifie vraiment? Pour les personnes non autistes, y compris la plupart de nos parents et enseignants, d'être différent est l'une des choses les plus inquiétantes sur l'autisme. Un traitement est considéré comme réussi dans la mesure où il entraîne la personne autiste à agir plus comme une personne non-autiste. Une personne autiste est considérée ayant réussi lorsqu’il ou elle a appris à «agir normalement». Mais qu'est-ce que signifie pour nous d’être différent et normal?

Karen et Arnold Reznek demandent quand j'ai développé une prise de conscience d'être différent. Ma réponse est que je ne l'ai pas encore fait, du moins pas dans le sens dont ils parlent. Je ne commence pas avec l’attente que je devrais être comme les autres. J'ai grandi entouré d'un tas de choses qui ne sont pas comme moi - les parents et les autres adultes, les chiens, hamsters, arbres, fleurs, meubles - et il n'a jamais eu lieu pour moi d'être surpris qu'ils ne sont pas comme moi. Les autres enfants étaient seulement une catégorie de plus dans le monde. Il ne me revient pas que j'étais supposé être l'un d'eux.

Ce qui m’est arrivé comme une sorte de révélation (et cela ne m'est survenu qu'après avoir obtenu un diplôme de l'université) est que les autres s’attendent à ce que je sois l'un d'eux. Cela fut tout à fait surprenant pour moi, et semblait plus qu’un peu ridicule quand je l’ai réalisé, et je ne comprends pas vraiment encore.

Il y avait certaines choses que je connaissais dès un âge beaucoup plus précoce. J'avais remarqué que d'autres enfants m’avaient « sélectionné ». Ce n'était qu'une partie de ma vie: je ne l'ai pas aimée, et parfois je me demandais ce qu'il y avait chez eux qui a les faisait si méchants, mais je ne pensais certainement pas que je devais être comme ces méchants.

Je me souviens que ma mère me poussait à "être gentil avec eux et puis ils seront amis avec toi. "Je ne sais pas ce de quoi elle parlait. Etre gentil ? Je ne faisais rien pour les blesser. Je n’interférais avec eux en aucune façon. Je m'occupais seulement de mes affaires. Que voulait-elle de moi? Et je ne voulais certainement pas qu'ils soient amis avec moi. Je n'aimais pas les gens qui me traitaient de cette façon, pourquoi diable devrais-je les vouloir comme amis? (Je dois ajouter qu'il y avait quelques enfants qui étaient gentils avec moi, et je ne saurais valoriser leur amitié. Il ne me vient pas non plus à l’idée de les regrouper avec les enfants qui m’ont « sélectionné ».)

J'ai entendu d'autres personnes autistes dire qu'elles souhaitent n'être pas si différents des autres pour cette raison : qu'elles n'aiment pas être maltraitées, et elles savent que la raison de cette maltraitance est qu'elles sont différentes et ne sont pas en harmonie. Je ne suis jamais parvenu à cette conclusion moi-même (pourquoi devrais-je être malheureux avec la manière que je suis, simplement parce que celle d’autres est odieuse?), mais je peux comprendre le raisonnement. Ils veulent être plus comme les autres pour la perception de certains avantages qui vont avec le statut d'adaptation, et non pas parce que celle-ci est particulièrement souhaitable en soi.

L'idée de vouloir s’adapter comme une fin en soi, d'être différent comme un malheur en soi, n'est pas une idée que j'ai entendu exprimer par des personnes autistes. Si une personne autiste est malheureuse d'être différente, c'est parce que les personnes non autistes ont appris aux autistes que de mauvaises choses vous arriveront si vous êtes différents.

J'ai parlé des mauvais traitements infligés par les pairs, mais de ce que j'ai observé, certaines des plus dévastatrices conséquences d'être différent sont infligées par les parents et les autres qui croient agir par amour. Quel message est véhiculé par les parents qui expriment en permanence leur tristesse sur les différences de leur enfant avec les autres enfants? Qu’est-ce qui transmis par les parents qui exhortent constamment leur enfant à «agir normalement», et dont la plus grande louange et approbation est gagnée par "le fait de ne pas agir comme un autiste"? Les messages sont sans aucun doute: «Mes parents ne veulent pas de la manière dont je suis. Ils sont tristes de m’avoir eu au lieu d'un enfant normal. Le seul moyen pour qu’ils m’aiment est que j’agisse comme quelqu'un d'autre. "
à suivre

_________________
père d'une fille SA de 34 ans


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Mardi 15 Décembre 2009 à 9:45 
Hors ligne
Forcené
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Samedi 14 Juin 2008 à 5:39
Messages: 10811
Je ne suis pas d'accord avec ce que je viens de lire... C'est certainement une façon de voir les choses, mais elle ne concerne pas tous les autistes !

Citation:
J'ai grandi entouré d'un tas de choses qui ne sont pas comme moi - les parents et les autres adultes, les chiens, hamsters, arbres, fleurs, meubles - et il n'a jamais eu lieu pour moi d'être surpris qu'ils ne sont pas comme moi. Les autres enfants étaient seulement une catégorie de plus dans le monde. Il ne me revient pas que j'étais supposé être l'un d'eux.


Comparer les autres enfants aux animaux, plantes, etc... :roll: Un enfant, autiste ou pas, vit avec d'autres enfants et fait partie d'un groupe homogène : la classe, un groupe de sport, etc. Ce n'est pas du tout la même chose que de vivre entouré de fleurs ou avec un animal de compagnie.

Citation:
Je me souviens que ma mère me poussait à "être gentil avec eux et puis ils seront amis avec toi. "Je ne sais pas ce de quoi elle parlait. Etre gentil ? Je ne faisais rien pour les blesser.

Pour ma part, je n'ai jamais demandé à M. d'être gentil avec ceux qui le maltraitaient. Je lui ai juste dit de ne pas accepter certains comportements et si il n'arrivait pas lui-même à régler les problèmes, de se confier à un surveillant, professeur, etc...

Citation:
Je n'aimais pas les gens qui me traitaient de cette façon, pourquoi diable devrais-je les vouloir comme amis?


Vouloir avoir des amis ne veut pas dire vouloir être ami avec tout le monde. Une personne autiste est capable de sélectionner les personnes qui lui sont agréables ou pas...

Citation:
Si une personne autiste est malheureuse d'être différente, c'est parce que les personnes non autistes ont appris aux autistes que de mauvaises choses vous arriveront si vous êtes différents.


Faux ! Une personne autiste " sent " elle-même qu'elle est différente, sans avoir besoin d'écouter les personnes non-autistes... M. bien avant de savoir qu'il était autiste, me disait souvent : " Maman, pourquoi je ne suis pas comme les autres ? " Je peux vous assurer que je ne lui avais jamais dit qu'il était différent : il l'a senti tout seul. Et il a bien senti que c'est à cause de cette différence qu'il était rejeté par les autres...

Citation:
J'ai parlé des mauvais traitements infligés par les pairs, mais de ce que j'ai observé, certaines des plus dévastatrices conséquences d'être différent sont infligées par les parents et les autres qui croient agir par amour.


Encore faux. Si les personnes aimantes sont maladroites, elles ne cessent de chercher les solutions pour améliorer la vie de la personne autiste qu'elles aiment. Il y a sans doute des maladresse, mais si elles ne pouvaient pas donner de leur amour à la personne autiste qu'elles aiment, celle-ci n'aurait plus personne pour se relever. Une personne autiste ( comme tout le monde d'ailleurs ) a besoin de se sentir aimée, mais peut-être plus qu'une personne non autiste, car souvent, elle se dévalorise ( ce que fait beaucoup moins une personne non autiste, en général ).

Citation:
Qu’est-ce qui transmis par les parents qui exhortent constamment leur enfant à «agir normalement», et dont la plus grande louange et approbation est gagnée par "le fait de ne pas agir comme un autiste"?


Si les parents agissent de la sorte, c'est pour le bien de leur enfant. Comment vivre heureux dans une société qui nous rejettent ? Impossible. C'est en ayant un comportement social adéquat que la personne autiste arrivera à se socialiser et à vivre en paix.

Citation:
Les messages sont sans aucun doute: «Mes parents ne veulent pas de la manière dont je suis. Ils sont tristes de m’avoir eu au lieu d'un enfant normal. Le seul moyen pour qu’ils m’aiment est que j’agisse comme quelqu'un d'autre. "


Cela voudrait dire qu'il y a les autistes d'un côté et les NT d'un autre côté. Non ! Ce n'est pas aussi schématique que cela. J'ai toujours été fière de la façon de penser de M. : sa droiture, son sens de la justice, sa gentillesse, etc, etc... Ce qui m'a rendu malheureuse ( et qui me rend toujours malheureuse ) c'est de voir la méchanceté des NT qui ne comprennent rien aux personnes autistes !
Ce qui a rendu M. difficile à vivre n'est pas sa différence en elle-même mais sa réaction à tout ce qu'il a subi, qui, effectivement, n'aurait pas été la même si il n'avait pas été autiste.

Le problème de la différence est un sujet épineux pour M. Hier, il me demandait pourquoi il n'arrivait pas à se faire des amis NT. Il me demandait en quoi son comportement était différent de celui des NT. Sa différence le rend malheureux, pas parce qu'il est différent, mais parce que c'est cette différence qui lui a fait subir tout ce qu'il a subi jusqu'à maintenant. C'est facile de s'accepter comme on est quand on est à l'aise dans ses baskets, mais autrement, il est normal de se remettre en cause. Ceci est valable pour les NT aussi.


Modifié en dernier par Jonquille57 le Mardi 15 Décembre 2009 à 9:58, modifié 1 fois.

Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Mardi 15 Décembre 2009 à 9:53 
Hors ligne
Forcené
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Samedi 14 Juin 2008 à 5:39
Messages: 10811
Je trouve que Jim Sinclair annonce souvent ses propres pensées comme des vérités. Et c'est ce qui me gêne le plus dans tout ce que je peux lire de lui... On peut témoigner de son vécu sans en faire une généralité... :wink:


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Mardi 15 Décembre 2009 à 17:30 
Hors ligne
Modératrice
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Vendredi 21 Octobre 2005 à 15:02
Messages: 8303
Localisation: finistère
C'est sûrement vrai, du moins en partie. Je pense que Jim Sinclair parle aussi à partir des échanges qu'il a pu avoir avec d'autres personnes autistes. Mais avec des personnes autistes qui l'assument , n'en sont pas malheureuses et n'en ont pas honte, style "autism pride" "fierté autistique"
Le cas de M. est très différent car il souffre de sa situation.
Personnellement tout ce que dit Jim Sinclair me parle car je retrouve à peu de chose près la situation que je connais.
Il ne faut pas généraliser (n'est-ce pas Ole ? :D ) mais sans doute la pensée de Jim Sinclair reflète-t-elle la situation optimale d'un autiste heureux de l'être.

_________________
Atypique sans être aspie. Maman de 2 jeunes filles dont une aspie.


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Mardi 15 Décembre 2009 à 19:10 
Hors ligne
Forcené
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Samedi 14 Juin 2008 à 5:39
Messages: 10811
Il est vrai que chacun connait l'autisme en fonction des personnes autistes qu'il connait... :wink: Peut-être que dans quelques temps, ma vision des choses aura changé...


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Vendredi 18 Décembre 2009 à 15:21 
Hors ligne
Forcené
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Mercredi 27 Février 2008 à 23:34
Messages: 3478
Localisation: Clermont-Fd, Auvergne
Jonquille57 a écrit:
Je ne suis pas d'accord avec ce que je viens de lire... C'est certainement une façon de voir les choses, mais elle ne concerne pas tous les autistes !

Citation:
J'ai grandi entouré d'un tas de choses qui ne sont pas comme moi - les parents et les autres adultes, les chiens, hamsters, arbres, fleurs, meubles - et il n'a jamais eu lieu pour moi d'être surpris qu'ils ne sont pas comme moi. Les autres enfants étaient seulement une catégorie de plus dans le monde. Il ne me revient pas que j'étais supposé être l'un d'eux.


Comparer les autres enfants aux animaux, plantes, etc... :roll: Un enfant, autiste ou pas, vit avec d'autres enfants et fait partie d'un groupe homogène : la classe, un groupe de sport, etc. Ce n'est pas du tout la même chose que de vivre entouré de fleurs ou avec un animal de compagnie.


En relisant ce qu'écrit Jonquille, je comprends que NT comme NAT ont du mal à comprendre comment cela fonctionne de l'autre côté du miroir.
La phrase de Jonquille que j'ai soulignée n'est pas valable de ce côté du miroir, mais je comprends qu'on (NT) aimerait bien qu'elle soit vraie.
Il me semble que parmi les dernières recherches dont Jean a posté une copie, il venait d'être découvert que l'enfant autiste rangeait humains et non-humains (animaux comme objets) dans le même groupe.
C'est ce que le Dr Attwood dit depuis plus de 10 ans (mais il a vu plusieurs milliers de patients). Qu'une étude scientifique récente conclut en ce sens avec une population de 1000 sujets permet de corroborer cette constatation clinique.

_________________
Bernard (55 ans, aspie) papa de 3 enfants (dont 2 aspies)


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Vendredi 18 Décembre 2009 à 20:00 
Hors ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Lundi 24 Octobre 2005 à 22:39
Messages: 18616
Localisation: Finistère
bernard a écrit:
Il me semble que parmi les dernières recherches dont Jean a posté une copie, il venait d'être découvert que l'enfant autiste rangeait humains et non-humains (animaux comme objets) dans le même groupe.
La publication de Monica Zilbovicius (2004) sur le fait que c'était la même zone du cerveau qui était activée chez les autistes par la voix humaine et les autres bruits - contrairement aux NT pour lesquels ce sont des zones différentes - disait déjà cela, en fin de compte.
Citation:
Pour cela, l'activité cérébrale de cinq adultes atteints d'autisme et de huit volontaires sains a été enregistrée alors qu'ils écoutaient des séquences de sons alternant la voix humaine (parole, cri, rire, pleur, chant) et d'autres types de sons non vocaux (animaux, cloches, instruments de musique, voitures etc…).
Les résultats obtenus révèlent chez les autistes une absence d'activation de l'aire spécifique de la perception de la voix ("aire de la voix"). Chez ces sujets, les aires cérébrales activées sont exactement les mêmes, qu'il s'agisse de voix humaines ou de sons non vocaux. Aucune activation cérébrale spécifique d'une reconnaissance de la voix humaine n'a pu être mise en évidence. Par ailleurs, à la question « qu'avez-vous entendu pendant l'examen ? », les autistes ne rapportent que 8,5% de sons vocaux contre 51,2% pour les témoins, confirmant leur faible capacité à reconnaître des voix humaines.

_________________
père d'une fille SA de 34 ans


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Samedi 19 Décembre 2009 à 12:16 
Hors ligne
Adepte

Enregistré le: Lundi 21 Janvier 2008 à 20:17
Messages: 222
Localisation: Paris
Citation:
Je trouve que Jim Sinclair annonce souvent ses propres pensées comme des vérités. Et c'est ce qui me gêne le plus dans tout ce que je peux lire de lui... On peut témoigner de son vécu sans en faire une généralité...


Après avoir parcouru le site de Jim Sinclair, je doute qu'il soit autiste ou même asperger. La moitié de ses articles concerne son intersexualité. C'est une différence qui me semble suffisante pour avoir entrainé un isolement social, une perte d'estime de soi et repli sur soi. Je pense qu'il est plus concerné par ce qu'on appelle "retrait autistique" et qui touche des gens qui ne sont pas autiste.

Ses écrits peuvent donner une idée de la psychologie des autistes dans la manière dont ils ressentent leur isolement et les implications qui en découlent. Mais le recul qu'il sait avoir sur lui-même et sa capacité à s'en sortir (empathie et intellect) sont sans doute très différents des autistes.

Les gens de son entourage qui essaient de le convaincre qu'il est autiste sont sans doute plus à considérer comme ses bourreaux que comme ses amis.

_________________
haut potentiel, non tsa


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Samedi 19 Décembre 2009 à 12:37 
Hors ligne
Forcené
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Samedi 14 Juin 2008 à 5:39
Messages: 10811
alexis a écrit:
Les gens de son entourage qui essaient de le convaincre qu'il est autiste sont sans doute plus à considérer comme ses bourreaux que comme ses amis.


Hé oui, il faut souvent se méfier des " faux amis " et des gens qui sont sûrs d'eux et qui croient tout savoir.... :roll:


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Samedi 19 Décembre 2009 à 17:43 
Hors ligne
Forcené
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Samedi 26 Septembre 2009 à 22:48
Messages: 2083
Localisation: Genève (Suisse)
alexis a écrit:
Citation:
Je trouve que Jim Sinclair annonce souvent ses propres pensées comme des vérités. Et c'est ce qui me gêne le plus dans tout ce que je peux lire de lui... On peut témoigner de son vécu sans en faire une généralité...


Après avoir parcouru le site de Jim Sinclair, je doute qu'il soit autiste ou même asperger. La moitié de ses articles concerne son intersexualité. C'est une différence qui me semble suffisante pour avoir entrainé un isolement social, une perte d'estime de soi et repli sur soi. Je pense qu'il est plus concerné par ce qu'on appelle "retrait autistique" et qui touche des gens qui ne sont pas autiste.

Ses écrits peuvent donner une idée de la psychologie des autistes dans la manière dont ils ressentent leur isolement et les implications qui en découlent. Mais le recul qu'il sait avoir sur lui-même et sa capacité à s'en sortir (empathie et intellect) sont sans doute très différents des autistes.

Les gens de son entourage qui essaient de le convaincre qu'il est autiste sont sans doute plus à considérer comme ses bourreaux que comme ses amis.


Qu'est-ce-que c'est que cette histoire?
Mettre en doute son autisme c'est quelque-chose d'assez fort et grave et là il me semble que tu es un peu rapide
j'ai des arguments à ajouter, mais là il faut que je parte!


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Samedi 19 Décembre 2009 à 20:47 
Hors ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Lundi 24 Octobre 2005 à 22:39
Messages: 18616
Localisation: Finistère
Que signifie d’être différent ? - Jim Sinclair
[De «Our Voice», le bulletin d’ Autism Network International, 1992, n° 1]

Suite et fin :

Certains enfants autistes intériorisent ce message et acceptent le fait «d'être normal» comme objectif majeur dans la vie. Et ça a été mon observation que plus profondément une personne autiste s’investit dans le fait d'être normal, plus il est probable qu'il ou elle souffre d'anxiété, de dépression, et d’une faible estime de soi. C'est une conséquence naturelle de faire sa priorité absolue de devenir autre chose que soi.

Alors, que puis-je suggérer? Tout d'abord, je pense que chacun doit prendre conscience que d'être autiste n'est rien qui justifié d'être triste, honteux ou embarrassé. Cessons le deuil à ce sujet! Deuxièmement, je pense que les personnes non autistes ont besoin d'arrêter de combattre sur les problèmes de normalité et de sans-différence, et que les personnes autistes doivent cesser de se laisser enfermer dans le raccrochage des personnes non-autistes sur ces questions.

Arrêtez d'essayer de nier ou minimiser les différences, et cessez de prétendre que l'autisme peut être séparé de la personne. Les personnes autistes sont très différentes des personnes non-autistes, et ces différences parcourent tout le chemin jusqu'au cœur de la personnalité et de la conscience.

Et il n'y a rien de mal à cela ! C'est notre nature en tant que personnes autistes d'être différents dans ces manières - c'est la façon dont nous sommes censés être. S’affliger sur le seul fait de l'originalité est un handicap qu’ont les personnes non autistes. Ce n'est pas notre problème, et nous devons cesser de lui permettre de nuire à nos idées de nous-même. D'ailleurs, même si les personnes non autistes peuvent nous haïr, avoir put ou pitié du fait de notre différence, je crois qu'ils ont vraiment besoin de nous pour être précisément la façon dont nous sommes. Nous sommes ceux qui remarquent le roi est nu.

Est-ce à dire que je pense que les autistes ne devraient avoir aucun traitement ni éducation? Pas du tout. Chaqu enfant a besoin d’apprendre à fonctionner dans le monde. Chaque adulte rencontre des problèmes et des défis de temps en temps, et a besoin d'apprendre de nouvelles compétences ou de chercher l’aide des autres. Mon avis est que les autistes devraient être aidés à fonctionner dans le monde en tant qu’autistes, pour ne pas gâcher leur vie à essayer de devenir non autistes.

Si un autiste se livre à un comportement qui est dangereux ou destructeur, ou qui interfère avec les droits des autres, alors certainement c'est un problème qui doit être résolu. Si un autiste manque de compétence qui renforcerait la capacité de cette personne à poursuivre ses objectifs, alors tous les efforts devraient être faits pour enseigner la compétence nécessaire. Le problème que je vois, c’est quand les autistes sont soumis à des traitements intensifs, stressants, et souvent très coûteux dans le seule but de les faire apparaître plus normaux : éliminer les comportements inoffensifs seulement parce que les personnes non autistes pensent qu'ils sont bizarres , ou enseigner des compétences et des activités qui ne sont d'aucun intérêt pour la personne autiste uniquement parce que les personnes non autistes profitent de ces activités.

Un autre problème important pour aider les autistes à fonctionner en tant que personnes autistes, est que même si un autiste a le même objectif que la personne non-autiste, il ou elle pourrait avoir besoin de suivre une procédure différente pour y parvenir. C'est ce que j'appelle de travail avec l'autisme, plutôt que contre lui. Les autistes ont des voies d’apprentissage, de se souvenir, de s’orienter, et des façons de travailler qui sont différentes de celles des personnes non autistes. Nous devons être à la recherche des moyens d'utiliser nos méthodes naturelles de manière productive, sans essayer de tout faire de la même manière que les personnes non-autistes.

Bien sûr, cela nous ramène à la question d'être différent, et ne pas en avoir honte. Pour en revenir à mon expérience personnelle, bien sûr, cela crée des complications quand je fais utilisation de mes propres méthodes autistes pour poursuivre des intérêts et des buts qui ont un sens pour moi, et que je ne m’efforce pas de faire des choses à la façon des autres. Cela enfreint les attentes des gens. Mais l'expérience de toute une vie m’a démontré que je n'ai pas le choix dans cette matière - je vais enfreindre les attentes des gens, peu importe ce que je fais, parce que je ne sais pas comment agir normalement même si je le voulais.

Le choix que j'ai est comment enfreindre ces attentes. Si j’accepte les normes d'autres personnes comme mes propres objectifs, même si je ne les comprends pas, alors je vous garantis que quand je ne peux pas me conformer à d'autres attentes des gens, c’est aussi simple de m’appuyer sur mes propres normes. Mais si je me définis uniquement en termes ayant un sens pour moi, et si je refuse d'accepter les normes et rôles qui ne font pas partie de ma réalité, alors je peux maintenir un fort sentiment d'identité et d'assurance en moi. Lorsque je ne réponds pas aux attentes qui prévalent d'un comportement normal, je sais et peux expliquer pourquoi je ne les rencontre pas: ces normes s'appliquent aux personnes non autistes. Puisque je ne suis pas une personne non-autiste, il n'y a aucune raison pour que j’essaye d’agir comme elle, et il n'y a aucun sentiment d'échec attaché à ne pas agir comme elle.

Cela peut apparaître comme une attitude séparatiste. Que cela le soit ou non dépend de savoir si les personnes non autistes que je rencontre sont prêtes à me permettre de vivre et de fonctionner parmi elles comme un autiste. Cela se résume à ceci :

    Il y a de nombreuses façons pour lesquelles il m’est difficile ou impossible de répondre à des définitions standards de la normalité. Certaines ont trait à des déficiences ou des déficits dans des fonctions qui sont aisément acquises pour la plupart des gens. Certaines ont trait à des compétences ou des points forts dans des fonctions qui sont difficiles pour la plupart des gens. Certaines ont trait à des façons de percevoir et de se comporter qui ne sont ni meilleurs ni pires, mais sont qualitativement différents de ceux de la plupart des gens. Parmi mes plus grandes forces sont ma stabilité intérieure et mon fort sentiment de qui je suis et de ce qui est important pour moi. Certains de mes plus grands déficits affectent mon incapacité à apprendre et à intégrer les normes sociales qui me semblent vides de sens. Il y a eu suffisamment de démonstration que je puisse fonctionner plus efficacement en partant d'une position de force plutôt que de faiblesse : ceci, en me présentant comme moi-même plutôt que d'essayer de devenir quelqu’un d’autre. Sur cette base, est-il possible pour moi de trouver - ou de créer - une place dans la société qui me permette de tirer parti au maximum de mes forces et de minimiser les limites de ce que je ne peux pas faire?

Et la réponse à cela sera l'aventure de toute la vie, pour nous tous.

_________________
père d'une fille SA de 34 ans


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Dimanche 20 Décembre 2009 à 2:24 
Hors ligne
Forcené
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Samedi 26 Septembre 2009 à 22:48
Messages: 2083
Localisation: Genève (Suisse)
Suite de ma réponse à Alexis:
Pour ce qui est de l'intersexualité, c'est quand même loin d'être la "moitié du site" qui y est consacré...(5 articles sur l'intersexualité, 10 sur l'autisme (12 si on compte les questions de terminologie
On n'a su que Jim Sinclair était intersexe (et lui compris) qu'à partir de ces 16 ans!, jusque là il avait été élevé comme une fille (ce qu'on pensait qu'il était), il sentait bien qu'il y avait quelque-chose qui clochait, mais je ne pense pas qu'on puisse conclure que sa mise à l'écart venait de là.
De plus je ne pense pas qu'il se base seulement sur son expérience de "retrait autistique" pour se considérer comme autiste
Sur le site l'article le plus ancien date de 1988, je ne sais plus (ou pas) si il a été diagnostiqué enfant, mais en tous cas il a du avoir son diagnostique bien avant cet article et il me semble qu'à l'époque (avant 1988 et, donc la sortie de "Rain Man") l'autisme était beaucoup moins "à la mode" qu'aujourd'hui et qu'on était pas vraiment prompt à donner un diagnostique d'autisme à la légère!
...Là je dois aller me coucher, je continue demain!


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Lundi 21 Décembre 2009 à 20:01 
Hors ligne
Forcené
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Samedi 26 Septembre 2009 à 22:48
Messages: 2083
Localisation: Genève (Suisse)
Bon, ça y est, je m'y remets:
Jim Sinclair n'a pas communiqué par la parole avant l'age de 12 ans
Voici ce qu'il en dit:
Citation:
De telles hypothèses m'ont presque conduit à être placé dans une institution. Parce que je n'ai pas utilisé le langage pour communiquer avant l'âge de douze ans, on était presque sceptique quant à mes possibilités à apprendre à fonctionner de manière indépendante. Personne ne devinait combien je comprenais, puisque je ne pouvais pas dire ce que je savais. Et personne ne devinait la chose essentielle que je ne savais pas, la connexion manquante dont dépendaient tellement d'autres: je ne communiquais pas en parlant, non parce que j'étais incapable d'apprendre à utiliser le langage, mais parce que je ne savais pas à quoi servait Pq%20communiquer.jpgle langage. Apprendre comment parler découle du fait de savoir pourquoi parler - et jusqu'à ce que j'aie appris que les mots ont une signification, il n'y avait pas de raison de me compliquer la vie à apprendre à les prononcer en tant que sons. (...). Je n'avais pas la moindre idée que cela aurait pu être une manière d'échanger des choses sensées avec d'autres personnes. (...)

Selon ma perception des choses, il explique très bien ici l'une des bases mêmes de ce qu'est l'autisme, l'un des points essentiels.
Être tout à fait assez intelligent pour apprendre les choses ou les comprendre quand elles sont expliquées correctement mais ne pas deviner des choses qui paraissent évidentes aux autres, ne pas avoir certaines notions que les autres ont déjà en eux sans avoir eu à les apprendre... et devoir les apprendre.
Je vois mal ce témoignage être celui d'un non-autiste ayant simplement expérimenté un "retrait autistique" à cause d'une différence (intersexe) dont il n'était alors pas au courant!
Il me semblait me souvenir d'un autre exemple, je reviendrais si je m'en souviens

alexis a écrit:
Ses écrits peuvent donner une idée de la psychologie des autistes dans la manière dont ils ressentent leur isolement et les implications qui en découlent. Mais le recul qu'il sait avoir sur lui-même et sa capacité à s'en sortir (empathie et intellect) sont sans doute très différents des autistes.

Ce que tu dis là me touche particulièrement parce que d'après l'argument que tu donnes, moi non plus je ne serais pas autiste.
L'autisme est un spectre extrêmement large et complexe, il n'existe pas deux autistes pareils et peut-être même que si on pousse un peu plus loin la distinction entre les formes d'autisme, il y a autant de formes d'autisme qu'il y a d'autistes.
Je suis capable de m'imaginer à la place d'autres personnes, dans des situations que je n'ai jamais vécues et d'imaginer ce qu'ils ressentent (je ne sais pas si je tombe toujours juste), cela veut-il dire que je ne suis pas autiste, dans ce cas dis-moi, je suis quoi?
Parce qu'en tous cas on ne pourrait pas expliquer ma différence comme un simple "retrait autistique" du à mon mal être venant d'une autre différence m'isolant du reste du monde... d'autant plus que moi je ne suis pas intersexe, ma seule différence autre que l'autisme découle de celui-ci, c'est mon TDAH!
Et si le fait d'avoir un recul sur soi-même etc... veut dire qu'on est pas autiste, alors qu'en est il de Lila, Luna et d'autres sur ce forum?
Si j'ai bien compris, l'autisme est une différence neurologique qui fait qu'on vit le monde en uttilisant souvent d'autres circuits et connexions, avec notamment un manque d'activité dans certaines zones du cerveau concernant les automatismes et codes de communications compensées par un travail d'autres zones du cerveau qui prennent le relais... ou quelque-chose du genre (est-ce que j'ai bien compris?, je sais mes termes ne sont pas très scientifiques!), mais cela se manifeste de façons très variée selon l'individu, ses centres d'intérêt, sa personnalité, son vécu et toutes ses autres caractéristiques, d'autant plus que j'imagine que les différences neuronales varient aussi à chaque fois.

alexis a écrit:
Les gens de son entourage qui essaient de le convaincre qu'il est autiste sont sans doute plus à considérer comme ses bourreaux que comme ses amis.

Donc, cela inclurait, tous ceux qui l'ont entouré depuis son diagnostique (qui a du survenir tôt vu qu'il ne s'est pas exprimé avant 12 ans)
...je dois partir mais j'ai pas fini! je continue bientôt!

C'était mon 888ème message
et je l'ai dédié à Jim Sinclair!


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Dimanche 27 Décembre 2009 à 2:41 
Hors ligne
Forcené
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Samedi 26 Septembre 2009 à 22:48
Messages: 2083
Localisation: Genève (Suisse)
Je continue, quand tu parles de ceux de son entourage qui "essaient de le convaincre qu'il est autiste" tu inclus Donna Williams et Kathy Lissner (maintenant Kathy Grant) lorsque tous trois se sont rencontrés n(suite à quoi ils ont fondés l'Autism Network International)?
Ou tu supposes que ces deux autistes ne se seraient simplement rendus compte de rien, ou qu'elles non-plus ne seraient pas autistes?
Je cite le magnifique extrait de texte de Donna Willams sur cette rencontre:
Citation:
Despite thousands of miles, our 'our world' concepts, strategies, and experiences even came down to having created the same made-up words to describe them. Together we felt like a lost tribe. 'Normal' is to be in the company of one like one's self.
[]
We all had a sense of belonging, of being understood, of being normal . . . all the things we could not get from others in general. It was so sad to have to leave. 'Why can't we all live together?' we had each asked at some point or other. (p. 186)

(livre de Donna Williams Somebody somewhere et cette page du site de l'ANI: http://www.autreat.com/History_of_ANI.html)
Et que dire de tous les membres officiels de l'ANI qui rencontrent Jim Sinclair régulièrement, eux aussi seraient des bourreaux manipulateurs voulant lui faire croire qu'il est autiste?, ou alors eux aussi seraient de faux autistes?, ou alors ils ne se seraient simplement rendus compte de rien?
Et lors de toutes ces rencontres à l'Autreat, chaque année, Jim Sinclair fait au moins une (voire deux) présentation(s), celles-ci sont apparemment souvent assez interactives (Par exemple Jim Sinclair propose à chaque personnes d'apporter des objets en lien avec le sujet), et parmi toutes ces réunions tous les autistes venus pour y assister ne se seraient jamais rendus compte de rien?
(voir programme des anciennes présentations de l'Autreat: http://www.autreat.com/past-workshops.htm )
ça m'apparait quand même un peu gros, que Jim Sinclair ne soit pas autiste et rencontre tellement de personnes autistes et que personne ne se rende compte de rien!

Je remercie Jean pour ce nouveau topic:
viewtopic.php?f=4&t=1391
Après avoir lu ça il doit être difficile d'imaginer que Jim Sinclair ne soit pas autiste

J'ai peut-être réagi un peu vivement à cette mise en doute de l'autisme de Jim Sinclair, mais ça m'a piqué au vif parce que les textes de Jim Sinclair m'ont beaucoup apporté et ont été une lecture très importante pour moi. Après avoir enfin eu mon diagnostique, je me suis baladé un peu sur internet mais mes recherches sur le syndrome d'Asperger et l'autisme en général me conduisaient surtout à des textes scientifiques parlant avant tout des aspects négatifs et qui correspondaient très peu à ce que je ressentais concernant ma différence.
Je suis alors tombé sur Asperansa et sur les textes de Jim Sinclair (sur son site, en anglais!)et ça m'a fait beaucoup de bien, ça correspondait enfin à mes pensées et à ma façon d'être, alors aujourd'hui je suis très sensible quand il s'agit de Jim Sinclair!

Une autre raison pour laquelle j'ai réagi à cette remarque, est qu'il est apparemment déjà très (trop) fréquent que l'autisme de l'une ou l'autre personnalité autiste travaillant dans le monde de l'autisme ou luttant pour les droits des autistes et/ou la neurodiversité etc... soit mis en doute, et cela fait couler beaucoup d'encre et détourne l'attention des vrais sujets et débats importants autour de l'autisme.
Je n'ai pas ici d'exemple d'affaire ou l'on a mis en doute l'autisme de Jim Sinclair, mais par contre, il y a ici une réponse de Michelle Dawson à certaines personnes qui se sont attaqués à son personnage entre autres en mettant en doute son autisme:
http://www.autistics.org/library/dawson-response.html

De même un extrait que je trouve assez drôle du "Non-site" d'Amanda Baggs:
http://amanda.autistics.org/ : sous FAQish Stuff, depuis "You're high functioning." jusqu'à "</sarcasm>"
Et sur son blog ballastexistenz amanda s'exprime bien sur le sujet: http://ballastexistenz.autistics.org/?page_id=2 (depuis "I will no longer be accepting" jusqu'à "but it is a destructive one."
(elle donne aussi ici les preuves de son existence et de son diagnostique: http://ballastexistenz.autistics.org/?page_id=289 )

voilà j'espère que mes arguments étaient convainquant, mais si vous avez encore des doutes, vous avez le droit de répondre, j'ai fini, mais si je trouve encore des arguments supplémentaires, je viendrai vous les donner!


Modifié en dernier par Ole Ferme l'oeil le Mercredi 10 Mars 2010 à 16:43, modifié 1 fois.

Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Vendredi 22 Janvier 2010 à 2:23 
Hors ligne
Forcené
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Samedi 26 Septembre 2009 à 22:48
Messages: 2083
Localisation: Genève (Suisse)
Tiens ici: http://autisticbfh.blogspot.com/2006/03 ... icity.html
Dans les commentaires, la question des "You're not an autistic!" est encore abordée (en grande partie par Amanda Baggs (encore!) sous son pseudonyme "Ballastexistenz")


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 15 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit par phpBB-fr.com