Effet Barnum, effet Forer ...

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Répondre
Message
Auteur
Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20087
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: L'effet Barnum

#61 Message par Jean » samedi 2 janvier 2016 à 18:43

La répétition de questions proches est une technique classique pour améliorer la cohérence du test.
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 27056
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: L'effet Barnum

#62 Message par freeshost » samedi 2 janvier 2016 à 18:50

Selon ce test que je viens de faire :

- retrait : 2.0
- affectivité restreinte : 1.9
- évitement de l'intimité : 1.8
- anhédonie : 1.1
- soumission : 1.0
- perfectionnisme rigide : 1.0
- persévération : 1.0
- tendance anxieuse : 0.9
- irresponsabilité : 0.9
- excentricité : 0.9
- suspicion : 0.9
- insécurité dans la séparation : 0.7
- prise de risque : 0.6
- tendance manipulatoire : 0.4
- dureté : 0.4
- dysrégulation : 0.4
- hostilité : 0.3
- labilité émotionnelle : 0.3
- duplicité : 0.3
- dépressivité : 0.2
- impulsitivité : 0.2
- croyances inhabituelles : 0.1
- recherche d'attention : 0.0
- grandiosité : 0.0

Ce qui donne, pour les cinq grands domaines :

- détachement (vs extraversion) : 1.6
- désinhibition (vs consciencieusité) : 0.7
- affectivité négative (vs stabilité émotionnelle) : 0.6
- psychoticisme (vs lucidité) : 0.5
- antagonisme (vs agréabilité) : 0.2

En ce qui concerne les six troubles de la personnalité :

- trouble de la personnalité obsessionnel-compulsif : 1.6
- trouble de la personnalité évitante : 1.6
- personnalité schizotypique : 1.4
- trouble de la personnalité borderline : 0.5
- trouble de la personnalité antisociale : 0.5
- trouble de la personnalité narcissique : 0.0

C'est grave, docteur ? :mrgreen:
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

FinementCiselé
Forcené
Messages : 1218
Enregistré le : mercredi 28 août 2013 à 13:26

Re: L'effet Barnum

#63 Message par FinementCiselé » samedi 2 janvier 2016 à 20:24

Si ça vous choque d'avoir un score en schizotypique élevé, c'est normal. 80% 30% (je retrouve plus les études sur les faux positifs d'ailleurs et le mieux c'est un 30% -_-*) des aspies sont faux positif a la personnalité schizoïde/schizotypie. Et plus vous descendez dans le spectre, plus c'est flagrant. (vous pourriez même être a 6/6 en schizotypie si vous étiez un vieil aspie non pris en charge et ayant subit énormément de maltraitance psychologique.

Je trouve ces troubles assez psychanalytiques d'ailleurs Jean :O Brûlons Jean ! Support des psychanalystes ! (humour :D )
Aspie "cru 2014".

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20087
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: L'effet Barnum

#64 Message par Jean » samedi 2 janvier 2016 à 21:10

C'est le DSM5 ... :crazy:
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Ixy
Forcené
Messages : 4603
Enregistré le : jeudi 20 mars 2014 à 20:59
Localisation : 92

Re: L'effet Barnum

#65 Message par Ixy » samedi 2 janvier 2016 à 21:45

220 questions :crazy:
Je n'ai pas de diagnostic /!\
Ce que tu as la force d'être, tu as aussi le droit de l'être - Max Stirner

Avatar du membre
zad
Forcené
Messages : 3896
Enregistré le : mercredi 6 juillet 2011 à 19:48
Localisation : br
Contact :

Re: L'effet Barnum

#66 Message par zad » samedi 2 janvier 2016 à 22:06

c'est vraiment intéressant !
et ça semble assez sérieusement fait, un bon point.

et ça peux aider bcp de monde qui se questionne pour relativiser,
et ne pas s'enflammer au sujet de l'autisme asperger, qui est sommes toutes
est assez rare (malgré une prévalence en hausse, surtout pour les cas sévères et atypiques)

un excellent outil à conseiller pour contrebalancer l'aspie quizz,
qui est manipulable facilement si on connaît ne serait ce qu'un peu
l'autisme.
Jean a écrit :C'est le DSM5 ... :crazy:
il ne faut pas oublier le sens du S de DSM : Statistical, statistique

ce n'est pas basé sur du vent comme la psyk, mais c'est issue d'etudes menées
correctement, et apportant des niveaux de preuves élevées
(en particulier avec des études de cohortes)

les groupes de travail du DSM sont composé des meilleurs spécialistes de chacunes des pathologies.
TSA :mryellow:

Avatar du membre
evolution650HBn°2
Forcené
Messages : 4322
Enregistré le : dimanche 1 décembre 2013 à 17:58

Re: L'effet Barnum

#67 Message par evolution650HBn°2 » samedi 2 janvier 2016 à 23:05

Had, en quoi ça peut aider à relativiser et à contrebalancer l'aspiquizz ?
Non-diag.
"Just another brick in the wall."

Avatar du membre
Moonygirl
Forcené
Messages : 954
Enregistré le : jeudi 28 mai 2015 à 22:47
Localisation : Rennes

Re: L'effet Barnum

#68 Message par Moonygirl » samedi 2 janvier 2016 à 23:17

Je crois que had veux dire qu'un test sur internet peut facilement détecter des "pathologies" qu'on a en fait pas du tout, et donc que l'aspie quizz n'est pas fiable ?
TSA, TDA, Dyspraxie neuro-visuelle (08/12/15)

Avatar du membre
zad
Forcené
Messages : 3896
Enregistré le : mercredi 6 juillet 2011 à 19:48
Localisation : br
Contact :

Re: L'effet Barnum

#69 Message par zad » samedi 2 janvier 2016 à 23:53

evolution650HBn°2 a écrit :Had, en quoi ça peut aider à relativiser et à contrebalancer l'aspiquizz ?
lorsque on se pose des questions sur l'autisme, et que l'on s'interroge en tant qu'adulte (1), on arrive souvent
ici à partir de descriptions et témoignages d'adultes asperger, ou personne se pensant autiste asperger (2)

on trouve pas mal de listes et descriptions de ce qu'est le SA chez l'adulte. et c'est là qu'est le piège : ces descriptions (non professionnel) décrivent les
problèmes que des adultes aspies rencontrent et généralisent sur certaines de leurs spécificités. c'est très éloigné des descriptions du DSM qui sont pourtant
super bien faite, utlra-récente, et mixte.

il se trouve que la description des autistes aspergers adultes ressemblent comme deux gouttes d'eaux à tout un tas d'autres pathologies, fait mis en évidence dans le test "sympa" (5) présenté ici.

lorsque une personne arrive ici, elle est encouragé clairement à aller au CRA. parfois, entre vous, vous conseillez d'aller chez un libéral (ce que je ne cautionne pas personnellement). souvent, les gens arrivent avec le resultat de l'aspie quizz et du QA (4).

le diagnostic lui, est "presque" entièrement fait sur l'enfance (3), car on naît autiste, on ne de le deviens pas.
de toute évidence, il va falloir prouver la présence d'autisme dans la prime enfance, sinon quoi il est impossible que la personne
soit autiste asperger ou se retrouve dans autre forme d'autisme.

le piège, du coup, c'est de s'identifier à des descriptions et des témoignages chez l'adulte asperger (6), alors que concernant l'autisme, il n'y a que l'enfance
qui est pertinente, et qui vaux la peine de se plonger dans l'aventure d'un diagnostic d'autisme (1,5 ans à 2 ans pour faire qqchose de sérieux, en CRA).

ça devrait être l'enfance le moteur qui amène au diag, pas les problématiques que rencontre l'adulte.
c'est pcq l'enfance a été complexe et troublé que ça vaut le coup de s'ajouter sur la liste d'attente d'un CRA.

l'aspie quizz est un outil cool (et mal utilisé). le test présenté ici est tout aussi cool. il ouvre tout un tas de pistes de diag tout à fait sérieux,
qui correspondent aussi -pour certains- aux descriptions et aux témoignages des adultes asperger.

ce nouveau test contrebalance en effet les résultats d'un aspie quizz, puisque il ouvre les autres pistes que les nouveaux arrivant devraient suivre avec autant de diligence que la piste de l'autisme (enfin, j'espères, ça évitera des déconvenues qui sont plus douloureuses encore que de se savoir autiste et handicapé, comme de se penser autiste et modifier sa vie, alors que non.)

voilà j'espères répondre à cette question correctement avec un peu de détail :)

---
1 : pour les enfants, c'est la mauvaise prise en charge des pbs de leurs enfants qui les amènent à l'autisme ; démarche salvatrice, puisque on découvre souvent après qu'entre eux les pro parlent de l'autisme du gosse, mais ne le disent pas directement aux parents. c'est tout un autre pb, tout à fait outrageant, dont on ne discutera pas sur ce fil.

2 : un autre pb : les "gens" aiment s'auto-diagnostiquer des troubles sur internet. doctissimo ou atoute.org sont de bons exemples.
(remarque acidulé : evitons de faire d'asperansa un forum de ce type ; mais ça va être dur)

3 : les pro, pour diag l'autisme, ont besoin de preuves irréfutables de la présence de l'autisme dans l'enfance, surtout entre 0 et 5 ans.
preuves que la personne s'interrogeant ne peux en aucun cas fournir elle même, puisqu'elle n'a tout simplement pas de souvenirs,
et si elle en a, des souvenirs subjectifs et directs, sur lequel la psyché d'un enfant de 3 ans, par expl, n'est pas capable de méta-analyse
(c'est à dire analyser ses propres pensées. d'ailleurs, c'est une capacité que de toutes façons les autistes n'ont pas tous, selon la gravité !)

4 : au sujet du QA de Simon Cohen, une étude récente sur un grand groupe avec ce test démontre que presque 50% de la pop mondiale
a des traits autistiques. c'est important à garder en tête.

5 : le test est grand public, mais basé sur des infos et avec des pro vraiment pertinent. ce n'est juste 220 questions débiles comme on en retrouve
sur un max de sites en recherche de clics et de revenus publicitaires. vraiment, de loin, ce test est pas mal conçu (et notez, que c'est rare que je dises ça !). néanmoins, ça reste un divertissement vis à vis d'une batterie de tests menés et cotés par des professionnels habilités et formés.

6 : adulte asperger qui de toute façon va se retrouver avec des comorbidités psychiatriques plus ou moins lourdes, en plus des TSA. les témoignages et les posts de blog qui décrivent un aspie sont donc invalides, puisque l'on ne peut pas savoir ce qui est autisme, de ce qui vient des commodités.

edit :
Moonygirl a écrit :Je crois que had veux dire qu'un test sur internet peut facilement détecter des "pathologies" qu'on a en fait pas du tout, et donc que l'aspie quizz n'est pas fiable ?
ces deux tests ne sont pas fiables.
seul un travail complet avec des pros compétents est fiable. l'aspie quizz mets sur une piste, alors qu'il y en d'autres à étudier autant.
TSA :mryellow:

Avatar du membre
evolution650HBn°2
Forcené
Messages : 4322
Enregistré le : dimanche 1 décembre 2013 à 17:58

Re: L'effet Barnum

#70 Message par evolution650HBn°2 » dimanche 3 janvier 2016 à 0:08

voilà j'espères répondre à cette question correctement avec un peu de détail :)
Tu as bien répondu, je n'en demandais pas tant :p

Ceci étant dit (en fait c'est le terme "contrebalancer", qui je crois me dérange), n'est-il pas possible d'être autiste, tout en ayant des troubles de la personnalité annexes ?
Non-diag.
"Just another brick in the wall."

Avatar du membre
zad
Forcené
Messages : 3896
Enregistré le : mercredi 6 juillet 2011 à 19:48
Localisation : br
Contact :

Re: L'effet Barnum

#71 Message par zad » dimanche 3 janvier 2016 à 0:09

evolution650HBn°2 a écrit :
voilà j'espères répondre à cette question correctement avec un peu de détail :)
Tu as bien répondu, je n'en demandais pas tant :p

Ceci étant dit (en fait c'est le terme "contrebalancer", qui je crois me dérange), n'est-il pas possible d'être autiste, tout en ayant des troubles de la personnalité annexes ?
oui, il y a presque tjs des comorbidités.
mais il faut démontrer que l'autisme était bien là avant tout le reste, dans la petite enfance.

(édité)
TSA :mryellow:

Avatar du membre
Ixy
Forcené
Messages : 4603
Enregistré le : jeudi 20 mars 2014 à 20:59
Localisation : 92

Re: L'effet Barnum

#72 Message par Ixy » dimanche 3 janvier 2016 à 0:19

Le souci had c'est que ce n'est pas ce que disent certains spécialistes, ex: Tony Atwood, qui dit clairement que les problèmes peuvent devenir plus visibles à partir de l'adolescence même si effectivement les difficultés doivent être présentes dès l'enfance.

Tu dis que l'autisme Asperger est rare or ce n'est pas sûr puisque on trouve tous les chiffres de prévalence, de 1 sur 300 à 1 sur 10 000. C'est d'ailleurs pourquoi on parle de spectre autistique et qu'on ne peut pas être tranchant comme tu l'es.

En outre, ça ne me semble pas si grave que ça de se retrouver dans le syndrome d'Asperger lorsqu'il s'agit de troubles associés (lorsqu'ils sont plusieurs) : troubles obsessionels-compulsifs, troubles sensoriels, difficultés dans les interactions sociales, diverses difficultés dans les tâches cognitives et exécutives. Sur ce forum on parle de tout ça et ça peut en venir en aide de plein de personnes. Peut-être aussi pourquoi la tendance me semble-t'il dans les centres de diagnostic est plutôt d'accepter les faux positifs plutôt que de rater des faux négatifs.

Je ne t'encourage pas à arrêter tes posts sur le sur-diagnostic, je trouve que c'est important d'avoir cette voix là sur ce forum, mais il me semble qu'en définitive ce n'est pas aussi simple que cela.
Je n'ai pas de diagnostic /!\
Ce que tu as la force d'être, tu as aussi le droit de l'être - Max Stirner

Avatar du membre
evolution650HBn°2
Forcené
Messages : 4322
Enregistré le : dimanche 1 décembre 2013 à 17:58

Re: L'effet Barnum

#73 Message par evolution650HBn°2 » dimanche 3 janvier 2016 à 0:21

De toute façon, personne ne peut savoir s'il s'agit d'un faux-positif, donc la question ne se pose pas.
Non-diag.
"Just another brick in the wall."

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20087
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: L'effet Barnum

#74 Message par Jean » dimanche 3 janvier 2016 à 0:26

J'ai mis cet exemple à partir du sujet de l'effet Barnum.

Je me suis en effet retrouvé 2 ou 3 troubles (sur 6) à examiner. Mars en a trouvé 2 autres (pas les mêmes tout à fait, si je me souviens bien).

Même si le test est bien fait, c'est un outil dans les mains des professionnels. Il n'est pas interprétable directement par nous.

Certes, quand quelqu'un a des difficultés dans la vie, qu'il fait l'aspie quizz et que tous les indicateurs vont dans le même sens, il est utile qu'il voie un professionnel pour l'aider à cerner son fonctionnement.

Mais n'allons pas trop vite en musique dans l'étiquetage. Je n'ai pas une confiance absolue dans la description des troubles dans le DSM ou la CIM. En ce ce qui concerne l'autisme, cependant, il y a 6000 articles publiés par an. C'est un ensemble de troubles, avec des causes diverses, qui est suffisamment identifié pour l'instant.
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Ixy
Forcené
Messages : 4603
Enregistré le : jeudi 20 mars 2014 à 20:59
Localisation : 92

Re: L'effet Barnum

#75 Message par Ixy » dimanche 3 janvier 2016 à 0:33

evolution650HBn°2 a écrit :De toute façon, personne ne peut savoir s'il s'agit d'un faux-positif, donc la question ne se pose pas.
Pour un test le risque 0% de se tromper n'existe pas, mais on peut décider de placer l'erreur sur les faux positifs ou sur les faux négatifs. Si on dit oui à tout le monde on n'est sûr de pas rater un positif. Si on dit non à tout le monde, on est sûr que l'on ne marque pas positif une personne négative.
Je n'ai pas de diagnostic /!\
Ce que tu as la force d'être, tu as aussi le droit de l'être - Max Stirner

Répondre