3ème Plan Autisme

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
Avatar du membre
Anty28
Passionné
Messages : 365
Enregistré le : dimanche 23 septembre 2012 à 19:27
Localisation : Paris, France
Contact :

Re: [2013/06/16] 3ème et 4ème Plans Autisme

#376 Message par Anty28 » samedi 10 décembre 2016 à 20:36

Très bon article qui dénonce la politisation du débat :
J’ai été très récemment étonné d’apprendre par les médias que près d’une centaine de députés LR (Les Républicains) avaient déposé un projet de loi (en fait une résolution) qui avait été rejeté.
Je me suis demandé ce que le traitement de l’autisme avait à voir avec la politique et pourquoi ce projet de loi n’était défendu principalement que par des députés de droite ?
Une recherche google sur ce sujet renvoie en grande partie à des textes de protestation sur l’aspect liberticide et dogmatique du projet.

Renseignement pris, il semble qu’en France, le milieu psychiatrique soit dominé par la psychanalyse et s’oppose au reste du monde qui adhère aux traitements éducatifs et comportementaux qui ont démontré leur efficacité.

Au delà, de la polémique sur les théories, il semble qu’il y ait une opposition entre le milieu psychanalytique très influent dans la psychiatrie française et les associations de parents d’enfants autistes qui soutiennent les approches éducatives et comportementales.

Intuitivement j’aurais tendance à être plus proche des associations de parents dont on ne peut douter de la volonté d’aider leurs enfants.

Mais toujours en s’informant, on prend conscience que le fond de cette polémique n’est pas de l’ordre de la théorie ou même de la liberté de pratique médicale, mais qu’il est surtout d’ordre financier.
Dans cette résolution, les députés demandaient de réallouer les financements aux approches qui ont démontré leur efficacité (les approches éducatives et comportementales) et à ne plus financer les prises en charge psychanalytiques. Ce qui était en cause dans cette résolution, c’était le remboursement des traitements psychanalytiques de l’autisme jugés culpabilisants pour les familles, inefficaces voire même néfastes.(1)

En effet, la psychanalyse considère l’autisme comme une psychose (maladie mentale) qui aurait été déclenchée par une forme de détachement de la mère en phase intra-utérine voire dans les toutes premières années. On comprend ainsi l’aspect culpabilisant pour les mères et les familles. En revanche les derniers développements de la neurologie ont montré la présence d’anomalies dans une zone du cerveau des autistes (le sillon temporal supérieur) que la psychiatrie française s’efforce d’ignorer. Le documentaire « Le mur » de Sophie Robert en donne une très bonne illustration.(2)

Le plus étonnant c’est que le gouvernement actuel (de gauche) a ouvert un site officiel (3) qui valide explicitement les approches éducatives et comportementales et condamne les approches psychanalytiques. Alors pourquoi ce projet n’était-il soutenu principalement que par des députés de droite ?
Le 3ème plan Autisme qui date de 2013, soutient le dépistage précoce de l’autisme pour mieux le traiter et une orientation vers les méthodes éducatives et comportementales. Il été initiée par Marie-Arlette Carlotti députée socialiste alors ministre chargée des personnes handicapées.

Pourquoi alors cette insistance des médias pour mettre en exergue l’appartenance politique des députés ayant proposé ce projet de loi ? Pourquoi politiser et présenter comme liberticide un projet de loi qui ne fait que relever nos pesanteurs et nos retards ?

(1) Ainsi, la France a été condamné en février 2015 par la Cour européene des droits de l’homme pour « manque d’accompagnement » des personnes autistes.

(2) Disponible sur Dailymotion

(3) Voir le site gouvernemental et les vidéos explicatives : www.autisme.gouv.fr
Source : http://dupuiselise.canalblog.com/archiv ... 71458.html
http://ineakis.blogspot.fr/

Non encore diagnostiqué. Entamera peut-être des démarches d'ici quelques mois, suivant l'état de mes difficultés.

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19954
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: [2013/06/16] 3ème et 4ème Plans Autisme

#377 Message par Jean » jeudi 12 janvier 2017 à 13:24

Collectif Autisme
Autisme France - Unapei - Sésame Autisme - Autistes Sans Frontières - Agir et Vivre l’Autisme - Asperger Aide France - Pro Aid Autisme - L’alliance les 4 A

Paris, le 10 janvier 2017

COMMUNIQUE

Nous, associations du Collectif Autisme, soutenons la démarche et adressons tous nos voeux aux 25 chercheurs qui se sont exprimés, dans le journal Le Monde du 28 novembre 2016, pour demander un autre modèle pour l’autisme, de manière urgente.

Nous connaissons depuis longtemps le caractère neuro-développemental de l’autisme et suivons les recherches mises en avant par les chercheurs qui ont signé la tribune.

Nous les remercions de l’intérêt qu’ils portent aux nouveaux axes de recherche en France qui découlent de la nature neuro-développementale de l’autisme,dans les disciplines de la génétique, des neurosciences et des sciences humaines et sociales et de l’éducation, mais aussi dans la médecine concernée par les mécanismes sous-jacents de l’autisme, de mieux en mieux identifiés (facteurs toxiques, médicamenteux, immunologiques ou infectieux, …).

Nous remercions aussi les professionnels médicaux, paramédicaux, de l’éducation spécialisée ou ordinaire, qui n’ont pas attendu les recommandations de 2012 pour développer leurs compétences, et à tous ceux qui ont su depuis actualiser leurs connaissances sur les troubles du spectre de l’autisme, de l’étiologie, du diagnostic à l’accompagnement, en engageant une dynamique de changement dans leurs services.

En dépit d’une indéniable et constante volonté des pouvoirs publics dans leurs plans autisme depuis 2005, appuyée par des rapports et recommandations des instances de référence (CCNE, HAS, ANESM, IGAS,…), la mise en oeuvre pour les enfants,adolescents et adultes autistes des interventions éducatives les plus couramment préconisées, est trop lente et inaccessible à un trop grand nombre de personnes autistes et de leurs familles.

Ce retard est synonyme de graves maltraitances pour les personnes elles-mêmes et leurs familles : c’est en particulier le cas des adultes, absents de tous les plans autisme, parce qu’on n’a pas voulu admettre que l’autisme est un trouble neuro-développemental à vie.

Ce retard résulte de résistances et d’inerties bien identifiées dans la formation des professionnels, entre autres, pédopsychiatres, psychologues, travailleurs sociaux, et au sein des dispositifs et services dédiés au diagnostic et à l’accompagnement des personnes autistes.

Nos associations attendent donc une refonte totale des formations initiales et continues des professionnels impliqués dans l’autisme et un renforcement des moyens de recherche dédiés à la compréhension de l’étiologie de l’autisme, à l’adaptation des apprentissages à tout âge.

Danièle Langloys - Autisme Franc
Sophie Biette - Unapei
Christine Meignien - Sésame Autisme
Vincent Gerhards - Autistes Sans Frontières
Vincent Dennery - Agir et Vivre l’Autisme
Elaine Hardiman-Taveau - Asperger Aide France
Michel Favre -Pro Aid Autisme
Jean Vinçot - L’alliance les 4 A Communiqué du Collectif Autisme - 10 janvier 2017 (pdf, 836.1 kB)
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19954
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: [2013/06/16] 3ème et 4ème Plans Autisme

#378 Message par Jean » samedi 11 mars 2017 à 11:27

Dans le cadre du 3ème plan autisme, la classe du Finistère :
Autisme. Une classe en maternelle
Publié le 10 mars 2017 - Le Télégramme - Catherine Le Guen

Image
Frédérique Baron, enseignante, au premier plan, avec Servanne Durosset, neuropsychologue, Muriel Lansonneur, aide-médico-psychologique et Nathalie Perenne, éducatrice spécialisée.

La première unité d'enseignement en maternelle pour les enfants avec troubles autistiques a été inaugurée, hier, à l'école Langevin. Mardi, le Dr Djéa Saravane, initiateur d'un centre de soins pour autistes qui va être généralisé, était à Brest pour parler de la douleur aux étudiants en médecine. Les choses bougent enfin dans le bon sens ! « Dans ma précédente école, j'accueillais déjà des enfants autistes, je me suis formée et quand l'occasion s'est présentée de devenir l'enseignante de cette première unité finistérienne d'enseignement pour les enfants avec troubles du spectre de l'autisme, j'ai aussitôt postulé », explique Frédérique Baron, enseignante à l'école primaire Langevin, à Brest.

Des enfants de 3 et 4 ans

Voilà une classe qui va faire rêver bon nombre de parents d'enfants autistes, mais, pour l'instant, il n'existe qu'une unité de sept places dans le Finistère. Deux autres classes ont été ouvertes à Rennes, une à Vannes et une à Saint-Brieuc. « Une enveloppe régionale de 380.000 € a été accordée à la Bretagne dans le cadre du plan autisme. Dans le Finistère, elle a été attribuée au Service d'éducation spéciale et de soins à domicile (Sessad) du CHRU de Brest, qui a créé l'unité en partenariat avec l'Éducation nationale », précise Jean-Paul Mongeat, directeur de la délégation finistérienne de l'Agence régionale de santé (ARS) Bretagne, venu, hier, pour inaugurer cette unité. Le Sessad s'est rapproché de l'école primaire Langevin, la ville a fait des travaux pour aménager les trois salles, d'enseignement, de motricité et de sieste, et une dernière pour l'accompagnement individualisé.

L'originalité de l'unité d'enseignement est que tout l'accompagnement se déroule à l'école, les parents n'ont plus à conduire l'enfant chez le psychomotricien par exemple. Les enfants autistes accueillis ont été orientés par la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH). La classe s'adresse aux 3-6 ans comme dans toute maternelle, mais les six premiers enfants, une fille et cinq garçons, ont entre 3 et 4 ans. Le diagnostic précoce leur permet cette prise en charge rapide. Il reste encore une place à attribuer dans cette unité qui a ouvert ses portes début novembre.

Rejoindre le milieu ordinaire

L'équipe est constituée d'une enseignante spécialisée dépendant de l'Éducation nationale et d'une équipe médico-sociale composée : d'une orthophoniste, une psychomotricienne, deux aides médico-psychologique (AMP), une éducatrice spécialisée et une psychologue-neuropsychologue. « L'objectif est de permettre à ces enfants, qui n'ont pas encore le langage pour certains, et qui présentent des troubles du comportement, de rejoindre le milieu ordinaire dans leur école de quartier dès que possible. Pour certains ce sera ou bout d'un an, pour d'autres il faudra les trois ans de maternelle », dit Frédérique Baron. Déjà les cinq enfants de l'unité partagent une partie des temps de récréation et les repas de midi à la cantine avec les autres enfants de l'école. L'espace a été conçu pour aider les enfants à être autonome et à se concentrer : leur petit bureau est face à un mur blanc. Le matin, quand ils arrivent, une série de pictogrammes décrit quel sera le programme de leur journée.

http://www.letelegramme.fr/finistere/br ... 428955.php
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Répondre