Causes environnementales de l'autisme

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 23149
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Causes environnementales de l'autisme

#256 Message par Tugdual » jeudi 6 décembre 2018 à 10:22

@Zebra3 :

Je me répète :
Merci de ne pas polluer cette discussion (et au delà, cette section du forum), avec de simples avis ou opinions personnels qui n'ont rien à y faire.
Bilan le 24/09/2014 : TCS = trouble de la communication sociale.

Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 2419
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 21:00
Localisation : Toulouse

Re: Causes environnementales de l'autisme

#257 Message par olivierfh » jeudi 6 décembre 2018 à 11:23

SanGoku a écrit :
jeudi 6 décembre 2018 à 8:23
Il y a bien souvent d'après ce que j'en sais, une contribution à l'apparition du spectre autistique qui est souvent peu connue, c'est celle du microbiote, des tests entre autres sur des rats laissent à penser qu'il y une corrélation, si ce n'est une relation de cause à effet
Il doit s'agir de (vu dans The Conversation, 2017: Le microbiote intestinal dicte-t-il notre humeur et nos comportements ?): qui indique à la fin
an altered behavioral phenotype associated with the absence of intestinal microbiota

Voir aussi le sujet "Problèmes gastro-intestinaux".



(grrrr :( les balises url traitées en inline-block par phpBB...)
TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017) + HQI (11/2016).
4 grands enfants avec quelques traits me ressemblant, aucun diagnostic lancé.

bidouille
Forcené
Messages : 3052
Enregistré le : lundi 16 janvier 2012 à 7:15
Localisation : region parisienne
Contact :

Re: Causes environnementales de l'autisme

#258 Message par bidouille » jeudi 6 décembre 2018 à 13:03

https://www.facebook.com/16471959788924 ... 099423048/

Une conference sur le sujet des ecrans
Maman bizarroïde d'un grand boud de 11 ans (EIP TDA) et d'un ptit bouyou de 10 ans Asperger TDAH.
En cours de diagnostic pour une myasthenie grave
Tous différents , tous humains!

Carapa
Adepte
Messages : 212
Enregistré le : dimanche 22 mars 2015 à 20:45

Re: Causes environnementales de l'autisme

#259 Message par Carapa » jeudi 6 décembre 2018 à 19:31

Tugdual a écrit :
jeudi 6 décembre 2018 à 10:22
@Zebra3 :

Je me répète :
Merci de ne pas polluer cette discussion (et au delà, cette section du forum), avec de simples avis ou opinions personnels qui n'ont rien à y faire.
Le message visé n'était pas à prendre au premier degré, me semble-t-il...
Diagnostiqué SA (septembre 2016).

SanGoku
Habitué
Messages : 77
Enregistré le : mercredi 5 décembre 2018 à 11:48

Re: Causes environnementales de l'autisme

#260 Message par SanGoku » jeudi 6 décembre 2018 à 20:45

olivierfh a écrit :
jeudi 6 décembre 2018 à 11:23

Il doit s'agir de (vu dans The Conversation, 2017: Le microbiote intestinal dicte-t-il notre humeur et nos comportements ?)
Je pensais plutôt à ce genre d'annonces:

https://www.onmeda.fr/magazine/transpla ... tiste.html

https://www.consoglobe.com/autisme-regr ... estinal-cg

https://www.sciencesetavenir.fr/sante/l ... ale_119174

http://blogs.lexpress.fr/the-autist/201 ... lintestin/

https://www.probiotixx.info/fr/autisme- ... icrobiote/

Et dans la revue Cerveau et Psycho de décembre 2018 un dossier " spécial " autiste parle quant à lui plutôt de communication neuronale, autrement dit neurologique pour bonne part.
Auto-diagnostiqué Zébulon

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 23149
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Causes environnementales de l'autisme

#261 Message par Tugdual » mardi 11 décembre 2018 à 11:37

Bilan le 24/09/2014 : TCS = trouble de la communication sociale.

Avatar du membre
Zebra3
Fidèle
Messages : 134
Enregistré le : samedi 31 décembre 2016 à 18:57

Re: Causes environnementales de l'autisme

#262 Message par Zebra3 » vendredi 14 décembre 2018 à 14:24

Une question qui me vient mais je ne sais pas trop où la mettre :
Existe-t-il des données géographiques de répartition des TSA et autres ? (TDAH)
Est-ce grosso-modo similaire ?
Ou à l'inverse n'y a-t-il pas suffisamment de données pour cet exercice ?
(déjà qu'on a du mal à les diagnostiquer dans nos contrées, alors dans les pays en voie de développement ou très ruraux il ne doit pas y avoir beaucoup de données)

Edit : Après une brève recherche, il semble y avoir peu d'infos : https://en.wikipedia.org/wiki/Epidemiology_of_autism
Statut : Proche d'éventuel(s) aspie(s) et/ou TDA/H. Personnellement, probable tendance TDA, doué, zébré :mryellow: éventuellement tendance aspie. Je vais peut-être faire un bilan neuropsy...

Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 2419
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 21:00
Localisation : Toulouse

Re: Causes environnementales de l'autisme

#263 Message par olivierfh » mardi 8 janvier 2019 à 16:04

Un étude qui (pour des enfants à haut risque familial de TSA) ne trouve pas de lien entre TSA et exposition pré-natale aux phtalates (plastifiants, qui rendent plus flexibles les plastiques):
TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017) + HQI (11/2016).
4 grands enfants avec quelques traits me ressemblant, aucun diagnostic lancé.

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20053
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Causes environnementales de l'autisme

#264 Message par Jean » lundi 4 mars 2019 à 23:55

Vitamines pendant la grossesse : risque d'autisme modifié ? Peut-être, peut-être pas
https://blogs.mediapart.fr/jean-vincot/ ... t-etre-pas
Selon une nouvelle étude, les femmes qui prennent des vitamines prénatales au cours du premier mois de grossesse sont deux fois moins susceptibles que celles qui n'ont pas d'enfant autiste d'en avoir un.

par Nicholette Zeliadt / 4 mars 2019

Traduction de Spectrum News : Does vitamin use in pregnancy alter autism risk? Maybe, maybe not
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20053
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Causes environnementales de l'autisme

#265 Message par Jean » lundi 1 avril 2019 à 17:03

L'asthme chez les parents montre un lien étroit avec l'autisme chez les enfants
par Hannah Furfaro / 1 avril 2019

Solution sûre : La prise de médicaments contre l'asthme pendant la grossesse n'expose pas l'enfant à un risque d'autisme.

Selon une étude menée auprès de près de 23 000 enfants autistes en Suède 1, le risque d'autisme chez un enfant est légèrement plus élevé si l'un des parents est asthmatique. Selon une autre étude menée en Finlande 2, les enfants ont également plus de risques d'être atteints d'autisme si leur mère reçoit un diagnostic de maladie auto-immune.

L'étude sur l'asthme met fin à l'idée que l'exposition aux médicaments contre l'asthme in utero augmente le risque d'autisme.

"D'après ce que nous pouvons voir, il n'y a aucun risque à prendre des médicaments contre l'asthme pendant la grossesse ", déclare Catarina Almqvist, chercheuse principale et professeur d'épidémiologie clinique à l'Institut Karolinska de Stockholm, en Suède. "C'est un message important."

Dans l'ensemble, les résultats concordent avec ceux d'une étude menée en 2005, selon laquelle les mères qui souffrent d'asthme ou d'allergies au cours du deuxième trimestre ont plus du double du risque typique d'avoir un enfant autiste 3.

Ni l'une ni l'autre des nouvelles études n'établit de lien définitif entre l'asthme d'un membre de la famille et l'autisme ; le risque accru dans chaque étude est faible, et même moindre pour les pères et les frères et sœurs.

"C'est une association intéressante, qui mérite d'être suivie, mais elle n'est en aucun cas concluante ", dit Adam Guastella, professeur de santé mentale des enfants et des adolescents à l'Université de Sydney, en Australie, qui n'a pas participé à ce travail.

La famille, c'est important :

Almqvist et ses collègues ont identifié 22 894 enfants autistes, ainsi que 1 267 de leurs frères et sœurs, 1 323 demi-frères et demi-sœurs, 11 477 cousins et 3 337 demi-cousins dans les registres nationaux de santé suédois. L'équipe a également analysé les données de 228 940 témoins non apparentés selon le sexe et l'âge. Ils ont vérifié les diagnostics d'asthme des parents et l'utilisation de médicaments contre l'asthme par les femmes pendant la grossesse.

Selon les chercheurs, environ 20 % des enfants autistes ont des mères asthmatiques, comparativement à 14,3 % des enfants dans la population générale.

Le lien avec l'asthme chez les pères est plus faible : 8,7 % des enfants autistes ont un père asthmatique, comparativement à 7,4 % des enfants types. Et ce lien a disparu lorsque les chercheurs se sont ajustés à l'asthme chez les pères de cousins, de demi-cousins et de demi-frères et demi-sœurs de sang. Les résultats ont été publiés en février dans le rapport intitulé Clinical & Experimental Allergy.

L'équipe a également examiné l'exposition aux médicaments contre l'asthme in utero chez 3 507 enfants autistes et 5 350 témoins non apparentés. Les enfants exposés n'étaient pas plus susceptibles de souffrir d'autisme que ceux nés de mères asthmatiques enceintes qui ne prenaient pas les médicaments.

"C'était vraiment une bonne chose à contrôler ", dit Janine LaSalle, professeure de microbiologie médicale et d'immunologie à l'Université de Californie, Davis, qui n'a pas participé à l'étude. "Ça suggère vraiment que[le risque d'autisme vient] de l'asthme lui-même et de la réaction immunitaire plutôt que des médicaments qu'ils prennent."

Preuves indirectes :


Les chercheurs soutiennent que leurs résultats sont conformes à l'idée qu'une réaction immunitaire pendant la grossesse augmente le risque d'autisme chez l'enfant. Pourtant, l'étude fournit peu de preuves à l'appui de cette hypothèse, en partie parce qu'elle ne portait pas exclusivement sur les femmes enceintes. On ne sait pas exactement combien de femmes de l'étude souffraient d'asthme avant l'accouchement.

"Il est difficile de savoir ce que cela signifie en termes d'étiologie ", dit Lisa Croen, directrice du programme de recherche sur l'autisme à Kaiser Permanente en Californie, qui n'a pas participé à la recherche.

L'étude finlandaise ne montre également qu'un lien ténu entre l'autisme chez l'enfant et l'asthme ou les maladies auto-immunes chez la mère. Dans le cadre de cette étude, les chercheurs ont analysé les registres nationaux contenant des renseignements diagnostiques et d'autres renseignements sur la santé de 1,2 million de personnes, dont 4 600 personnes autistes.

Ils ont découvert un lien entre l'autisme chez un enfant et l'asthme ou les maladies auto-immunes chez la mère qui entraînent une inflammation de l'œil ou de l'oreille. Par exemple, l'asthme chez les mères est associé à une augmentation de 40 % des risques d'autisme chez les enfants. Les chercheurs ont également constaté une augmentation des risques d'autisme chez les enfants dont les frères et sœurs sont atteints d'une maladie auto-immune ou qui en ont un eux-mêmes.

Cette étude n'a pas non plus porté uniquement sur les femmes ayant reçu un diagnostic de maladies auto-immunes avant la grossesse, et ne fournit donc que des preuves indirectes de l'hypothèse immunitaire maternelle. Les résultats ont été publiés en février dans le Journal of the American Academy of Child & Adolescent Psychiatry.

https://www.spectrumnews.org/news/asthm ... -children/
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 2419
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 21:00
Localisation : Toulouse

Re: Causes environnementales de l'autisme

#266 Message par olivierfh » dimanche 28 avril 2019 à 20:49

olivierfh a écrit :
jeudi 6 décembre 2018 à 11:23
SanGoku a écrit :
jeudi 6 décembre 2018 à 8:23
une contribution à l'apparition du spectre autistique qui est souvent peu connue, c'est celle du microbiote
Un article récent:
Based on the Childhood Autism Rating Scale (CARS) rated by a professional evaluator, the severity of ASD at the two-year follow-up was 47% lower than baseline
Mais c'est seulement 18 participants, pas de comparaison à un groupe contrôle sans traitement, ni au placebo par essai contrôlé randomisé.
TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017) + HQI (11/2016).
4 grands enfants avec quelques traits me ressemblant, aucun diagnostic lancé.

user5754
Adepte
Messages : 202
Enregistré le : vendredi 7 décembre 2018 à 22:39
Localisation : IDF

Re: Causes environnementales de l'autisme

#267 Message par user5754 » mercredi 1 mai 2019 à 2:11

Je suis allée à une conférence il y a quelques années et le directeur du service de pédopsy spécialisé dans les troubles TSA à mentionné qu'il devait exister une par d'épignénétisme. Les causes environnementales ont été évoquées (notamment pesticide et autres) mais ce qui m'a le plus marquée est la conclusion du médecin : Il faut sanctuariser les femmes enceinte car le stress semble jouer un rôle important dans l'apparition de TSA sur l'enfant.
THPI, Asperger, dépression sévère et résistante depuis 3 ans

la folie est de toujours se comporter de la même manière et de s'attendre a un résultat different
A. Einstein

user5754
Adepte
Messages : 202
Enregistré le : vendredi 7 décembre 2018 à 22:39
Localisation : IDF

Re: Causes environnementales de l'autisme

#268 Message par user5754 » mercredi 1 mai 2019 à 2:25

THPI, Asperger, dépression sévère et résistante depuis 3 ans

la folie est de toujours se comporter de la même manière et de s'attendre a un résultat different
A. Einstein

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20053
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Causes environnementales de l'autisme

#269 Message par Jean » vendredi 21 juin 2019 à 19:27

jim.fr
Un allaitement plus bref pour les enfants atteints de troubles du spectre autistique

Une étude réalisée sur six sites aux États-Unis compare les pratiques d’allaitement chez les mères d’enfants avec troubles du spectre autistique (TSA) et chez les mères d’enfants neurotypiques (c’est-à-dire sans TSA).

Après ajustement des données (présence ou absence d’allaitement, et sa durée en mois) pour certains facteurs concernant l’enfant ou sa mère (relatifs à la démographie et à la grossesse), les auteurs constatent un pourcentage presque identique de mères ayant allaité dans les deux groupes : 85,7 % dans le groupe d’enfants avec TSA et 90,6 % dans le groupe-contrôle. Mais ils notent cependant que les mères d’enfants avec TSA les ont allaités « pendant une période plus brève » : comparativement aux mères d’enfants neurotypiques, les mères d’enfants avec TSA évoquent plus souvent un allaitement de courte (< 6 mois) ou de moyenne durée (entre 6 et 12 mois) qu’un allaitement prolongé (≥ 12 mois).

Une causalité inversée, peut-être


Cette association observée entre TSA et durée de l’allaitement est difficile à expliquer : peut-on imaginer un effet protecteur de l’allaitement ou/et un facteur de risque lié à son absence ou à sa brièveté ? Facteur psychologique ? Immunitaire ? Nutritionnel ?... Ou révèle-t-elle seulement une causalité « inversée » car il pourrait exister d’emblée, dans les dyades mère/bébé où l’enfant est à risque de TSA, des difficultés d’allaitement liées à un trouble précoce de l’attachement ou/et à un dysfonctionnement dans la réponse maternelle. En d’autres termes, sans être forcément la conséquence directe de ce trouble précoce de l’attachement ou de l’allaitement, un contexte pré-autistique chez l’enfant pourrait-il contribuer au contraire à le causer ou à l’entretenir ? Cette hypothèse est d’autant plus crédible que l’autisme est considéré désormais comme un trouble du neurodéveloppement, donc présent dès la naissance voire dès la vie intra-utérine...

Comme les auteurs ne sont « pas en mesure de distinguer » si cette différence de durée est due « à des difficultés d’allaitement, à d’autres facteurs non ajustés dans l’étude, ou à un risque plus élevé de TSA résultant d’une durée d’allaitement plus courte », ils suggèrent de développer « des études longitudinales comparant les raisons pour lesquelles les mères mettent fin à l’allaitement chez des enfants avec TSA et des témoins » et « évaluant aussi les interactions entre les gènes de risque de TSA et l’allaitement. »

Dr Alain Cohen
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20053
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Causes environnementales de l'autisme

#270 Message par Jean » vendredi 23 août 2019 à 17:16

Les complications pendant la grossesse peuvent contribuer au risque d'autisme

spectrumnews.org Traduction de "Complications during pregnancy may contribute to autism risk"

par Rachel Zamzow / 22 août 2018

L'hypertension artérielle ou les saignements anormaux pendant la grossesse, ainsi que les complications telles que l'accouchement par césarienne ou la naissance prématurée, peuvent toutes augmenter le risque d'autisme, selon deux nouvelles études 1,2. Et plus il y a de difficultés pendant la grossesse et l'accouchement, plus l'autisme est grave chez l'enfant, selon l'une des études. La première étude, publiée dans "Autism", suggère que les frères et sœurs d'enfants autistes éprouvent plusieurs des mêmes troubles :

"Nous enquêtons toujours sur les facteurs prénataux de l'autisme et des groupes contrôles, mais nous ne nous intéressons pas vraiment aux frères et sœurs ", explique Susan Shur-Fen Gau, chercheuse principale et professeure de psychiatrie à la National Taiwan University. Cette découverte justifie un examen plus approfondi de la façon dont le profil génétique d'une personne interagit avec les déclencheurs environnementaux pour façonner le risque d'autisme, dit-elle.

La deuxième étude, en "Pediatrics", a révélé que la prévalence de l'autisme chez les enfants nés prématurément est de 7 %, comparativement à 1,7 % dans la population générale.

Ensemble, ces études viennent s'ajouter aux preuves de plus en plus nombreuses que les facteurs environnementaux, en particulier ceux qui sont en vigueur pendant la grossesse, jouent un rôle important dans le risque d'autisme.

"En dehors de la génétique, les facteurs qui surviennent pendant la grossesse sont probablement la deuxième plus grande zone d'influence sur l'étiologie de l'autisme ", dit Stephen Buka, professeur d'épidémiologie à l'Université Brown de Providence, Rhode Island, qui n'a participé à aucune des études.

Dépendance à la "dose"

Gau et son équipe ont recruté 323 enfants autistes âgés en moyenne de 10 ans et 257 de leurs frères et sœurs dans deux centres médicaux du nord de Taiwan. Ils comprenaient également 1 504 témoins, âgés en moyenne de 8 ans, provenant des écoles locales et de la communauté.

L'équipe a demandé aux mères des enfants si elles avaient éprouvé l'une des 10 complications suivantes pendant la grossesse ou l'accouchement : diabète gestationnel, hypertension artérielle, saignement anormal et faible poids à la naissance. Pour environ 15 % des mères, les chercheurs ont pu vérifier les réponses à l'aide de dossiers médicaux.

Les mères des enfants autistes ont également rempli des versions chinoises de deux mesures des traits de l'autisme : l'échelle de réceptivité sociale et le questionnaire sur la communication sociale [Social Responsiveness Scale, Social Communication Questionnaire].

Environ 22 % des mères d'enfants autistes ont eu des saignements anormaux comparativement à 9 % des mères d'enfants neurotypiques, selon les chercheurs. Une plus grande proportion de mères d'enfants autistes présentaient également une prééclampsie (hypertension artérielle pendant la grossesse) et une césarienne comparativement aux témoins.

Qui plus est, plus d'enfants autistes avaient un faible poids à la naissance ou avaient subi une réanimation, une incubation ou une photothérapie pour la jaunisse après la naissance que les témoins. Les taux de photothérapie ont montré la plus grande différence : 78 % des bébés autistes l'ont reçu comparativement à 24 % des bébés typiques.

Les chercheurs ont également constaté que plus les enfants autistes étaient exposés à des difficultés pendant la gestation et la naissance, plus leurs troubles de communication sociale et leurs comportements répétitifs étaient graves, parmi les autres traits de l'autisme. Cette dépendance à la "dose" suggère que ces facteurs prénataux contribuent à l'autisme, dit Mme Buka.

Facteur insaisissable


Cependant, on ne sait pas très bien quel est ce lien, dit Gau. "Les mécanismes spécifiques doivent absolument être étudiés, dit-elle.

Le lien pourrait être indirect : un facteur unificateur comme l'âge des parents ou une variante génétique pourrait augmenter la probabilité de facteurs prénataux et d'autisme, dit Elizabeth Hisle-Gorman, professeure adjointe de pédiatrie à l'Uniformed Services University of Health Sciences à Bethesda, Maryland, qui ne participait pas aux travaux.

"Nous sommes toujours à la recherche de ce facteur insaisissable", dit-elle.

Les frères et sœurs des enfants autistes ont connu la plupart des complications à la naissance que les chercheurs ont mesurées à des taux semblables à ceux des enfants autistes, bien que ces derniers aient connu davantage de ces problèmes dans l'ensemble. Cette découverte suggère qu'une prédisposition génétique à l'autisme rend certains enfants particulièrement vulnérables aux insultes environnementales, dit Gau.

L'une des faiblesses de l'étude réside dans le fait qu'elle repose sur les souvenirs des mères de grossesses survenues il y a plus d'une décennie, explique Mme Buka. De plus, les mères dont la grossesse est compliquée peuvent se souvenir de plus de détails que celles dont la grossesse s'est déroulée sans incident.

Sortie prématurée

Dans l'étude "Pédiatrics", les chercheurs ont effectué une méta-analyse pour mieux comprendre le risque d'autisme à la naissance prématurée, les estimations antérieures ayant varié considérablement.

L'équipe a regroupé les données de 18 études sur l'autisme chez des enfants nés entre 25 et 31 semaines de gestation. Elles ne comprenaient que des études qui s'appuyaient sur des outils diagnostiques standard, tels que l'Autism Diagnostic Observation Schedule [ADOS].

Ils ont trouvé une prévalence de 7 % d'autisme chez 3 366 enfants. Ce taux est beaucoup plus élevé que celui de la population générale, affirme Robert Joseph, professeur adjoint d'anatomie et de neurobiologie à l'Université de Boston, qui n'a pas participé à l'étude.

Les facteurs entourant les naissances prématurées, comme ceux que Gau et son équipe ont étudiés, peuvent aussi augmenter le risque d'autisme, selon Shripada Rao, chercheuse principale et professeure agrégée à la faculté de médecine de l'University of Western Australia à Perth.

Contrairement à d'autres articles, l'étude de Rao n'a pas trouvé d'association entre les courtes périodes de gestation ou le faible poids à la naissance et le risque d'autisme. Malgré tout, les études incluses dans son analyse varient considérablement en taille et en âge, ce qui peut avoir influencé les résultats.

"Nous avons besoin d'études prospectives de plus grande envergure, parce que leurs échantillons étaient si petits et variables ", dit Joseph.

Des efforts continus, comme l'étude sur les influences de l'environnement sur les résultats en matière de santé des enfants, qui suit les expositions environnementales des enfants dès avant la naissance, pourraient faire progresser ce domaine de recherche.

Références:

Chien Y.L. et al. Autism Epub ahead of print (2018) PubMed
Agrawal S. et al. Pediatrics Epub ahead of print (2018) PubMed
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Répondre