Recherches sur l'autisme

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
2N3055
Forcené
Messages : 940
Enregistré le : jeudi 3 août 2017 à 7:10

Re: Recherches sur l'autisme

#856 Message par 2N3055 » lundi 15 octobre 2018 à 0:16

Spoiler : 
Asperger diagnostiqué

Avatar du membre
Siobhan
Forcené
Messages : 1703
Enregistré le : mardi 20 mars 2018 à 23:54

Re: Recherches sur l'autisme

#857 Message par Siobhan » lundi 15 octobre 2018 à 19:51

Tugdual a écrit :
vendredi 12 octobre 2018 à 9:54
Il n'est pas exclu qu'au delà d'une certaine dose, le plus rationnel des autistes puisse tomber en adoration devant Freud...
Spoiler : 
:mryellow:
Tugdual a écrit :
dimanche 14 octobre 2018 à 23:33
MudBloodKnowItAll a écrit :
dimanche 14 octobre 2018 à 20:55
Euh, tu penses à quelqu'un en particulier ?
Non, de la pure prospective humoristique...
Ok :lol:

Il y a Freud, la MDMA, mais n'oublions pas les vapeurs de colle et l'alcool. Peut-être pourrait-on observer des effets synergiques positifs en mélangeant tout ça dans le traitement de l'autisme ? :mrgreen:
(ex-MudBloodKnowItAll)

TSA

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20099
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Recherches sur l'autisme

#858 Message par Jean » mercredi 31 octobre 2018 à 11:42

La génétique joue un rôle énorme dans l'autisme, selon une grande étude
Dans la famille,les frères et sœurs à part entière sont plus susceptibles que les demi-frères et sœurs de partager un diagnostic d'autisme. A partir de cette donnée, une étude évalue l'héritabilité à 64%.

Traduction de "Genetics plays outsized role in autism, large study shows | Spectrum" par Nicholette Zeliadt / 15 octobre 2018

https://blogs.mediapart.fr/jean-vincot/ ... ande-etude
Image
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 2484
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 21:00
Localisation : Toulouse

Re: Recherches sur l'autisme

#859 Message par olivierfh » mercredi 31 octobre 2018 à 12:22

Jean a écrit :
mercredi 31 octobre 2018 à 11:42
Traduction de "Genetics plays outsized role in autism, large study shows | Spectrum" par Nicholette Zeliadt / 15 octobre 2018
D'après l'article c'est encore une fois sur la grande base de données suédoise (dates un peu différentes):
Information was extracted from the National Patient Register, which includes all public psychiatric inpatient diagnoses in Sweden since 1973 and outpatient diagnoses since 2001
TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017) + HQI (11/2016).
4 grands enfants avec quelques traits me ressemblant, aucun diagnostic lancé.

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8888
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: Recherches sur l'autisme

#860 Message par Benoit » mercredi 31 octobre 2018 à 13:35

Je crois que dans les publications scientifiques, l'autisme est à au moins 60% psy, et peut être 40% neuro. (pas de source récente retrouvée).
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 23511
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Recherches sur l'autisme

#861 Message par Tugdual » mercredi 31 octobre 2018 à 19:41

Modération (Tugdual) : Des messages hors-sujet ont été déplacés ici.
Bilan le 24/09/2014 : TCS = trouble de la communication sociale.

martine_75
Fidèle
Messages : 113
Enregistré le : vendredi 19 octobre 2018 à 19:33

Re: Recherches sur l'autisme

#862 Message par martine_75 » jeudi 1 novembre 2018 à 20:02

Syndrome de l'X fragile : vers la mise au point d'un traitement ?

https://www.sciencesetavenir.fr/sante/u ... ude_129057
Diagnostic "TSA sans déficience intellectuelle ni retard de langage"

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20099
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Recherches sur l'autisme

#863 Message par Jean » vendredi 2 novembre 2018 à 18:14

martine_75 a écrit :
jeudi 1 novembre 2018 à 20:02
Syndrome de l'X fragile : vers la mise au point d'un traitement ?

https://www.sciencesetavenir.fr/sante/u ... ude_129057
Lien entre le syndrome de l'X fragile et l'autisme, explications

Le syndrome de l'X fragile est l'une des principales causes génétiques de l'autisme [5% des cas d'autisme.. Environ une personne sur trois atteinte du syndrome est également autiste. Mais même ceux qui ne sont pas autistes partagent souvent certains traits de l'autisme, tels que l'évitement du contact visuel et les difficultés rencontrées dans des situations sociales.

Traduction de "Fragile X syndrome's link to autism, explained | Spectrum" par Hannah Furfaro / 10 octobre 2018
https://blogs.mediapart.fr/jean-vincot/ ... ications-0
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20099
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Recherches sur l'autisme

#864 Message par Jean » lundi 17 décembre 2018 à 22:53

A la recherche de facteurs de risque périnatals de l’autisme

Les Troubles du Spectre Autistique [TSA] sont attribués pour partie à des facteurs périnatals, au sens large, qui perturbent le développement cérébral. E Hisle-Gorman et coll. ont recensé 29 associations de conditions et/ou d’expositions à des médicaments durant la grossesse, l’accouchement et la période néonatale avec des diagnostics ultérieurs de TSA. Leur étude cas-témoins rétrospective teste l’hypothèse que l’évaluation simultanée de tous les facteurs de risque périnatals publiés, dans une vaste cohorte, permet d’identifier une série plus restreinte d’associations.

Au cours des années 2000-2013, 8 760 enfants de 2 à 18 ans, enregistrés dans la base de données du Military Health System des USA, ont reçu un diagnostic de TSA à au moins deux reprises, d’après les codes de la CIM-9 –syndrome de Rett exclu-. Chacun d’eux a été apparié à trois témoins de date de naissance et de sexe identiques.

Les associations significatives entre les facteurs de risque périnatals et les TSA sont identifiées en utilisant une régression logistique conditionnelle.

Six facteurs de risque ne sont pas retenus dans le modèle final après sélection des variables par la méthode LASSO : une maladie auto-immune, une maladie cœliaque, une anémie, une toxicomanie chez la mère, une grossesse multiple, et le dépassement de terme. Et deux facteurs ne sont pas significatifs dans ce modèle : les complications de la grossesse et la prématurité (p corrigé > 0,05).

3 facteurs significatifs : convulsions néonatales, maladie mentale et épilepsie maternelles

Les pathologies qui demeurent associées aux TSA comprennent : chez la mère, une maladie mentale, une épilepsie, une obésité, une hypertension artérielle, un diabète, des ovaires polykystiques [OPK], des infections, un asthme, une assistance à la procréation, les vomissements gravidiques, et un âge < 25 ans ; les complications de l’accouchement ; et chez le bébé, un petit poids de naissance, une infection, des convulsions, une asphyxie et des complications néonatales. Six des affections maternelles précitées ne sont des facteurs de risque significatifs qu’en combinaison avec leur traitement médicamenteux ou seulement par leur traitement médicamenteux : les infections, le diabète, la maladie mentale, les OPK, l’assistance à la procréation, et l’épilepsie. Les médicaments peuvent être soit les marqueurs de la sévérité de ces conditions, soit les agents directs des TSA. Les pathologies néonatales associées aux TSA étayent l’idée que l’augmentation de la prévalence des TSA est due, au moins en partie, à la survie de nouveau-nés à risque élevé (petits poids de naissance avec des complications, asphyxie néonatale, etc.).

En définitive, les trois facteurs de risque de TSA les plus importants sont les convulsions néonatales (Odds Ratio ajusté [ORa] : 7,57 ; Intervalle de Confiance de 95 % [IC95 %] : 5,68-10,07), une maladie mentale maternelle (OR : 1,80 ; IC95 % : 1,65-1,96) et une épilepsie maternelle (OR : 1,60 ; IC95 % : 1,02-2,50).

Les associations avec les traitements maternels, non détaillés dans l’étude, un jeune âge maternel, en contradiction avec les résultats d’études antérieures, et les lésions cérébrales néonatales méritent d’être approfondies. Ceci étant, les résultats de cette étude suggèrent que l’étiologie des TSA est multifactorielle et qu’aucun facteur de risque périnatal n’est vraisemblablement suffisant à lui seul pour provoquer des TSA.

Dr Jean-Marc Retbi

Référence : Hisle-Gorman E et coll. : Prenatal, perinatal, and neonatal risk factors of autism spectrum disorder. Pediatr Research., 2018 ; 84 : 190-198.

https://www.jim.fr/medecin/actualites/m ... _med.phtml
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20099
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Recherches sur l'autisme

#865 Message par Jean » vendredi 28 décembre 2018 à 0:03

Revealing autism’s hidden strengths
By NICHOLETTE ZELIADT
https://www.spectrumnews.org/features/d ... strengths/

Introduction

Les autistes qui ont du mal à parler ou à se mouvoir, passent souvent mal les tests d’intelligence classiques. De nouvelles méthodes promettent de révéler leurs capacités et d’améliorer notre compréhension de l’autisme lui-même.
Neuropsychologue clinique dans un hôpital de Montréal, il y a une dizaine d'années, Isabelle Soulières faisait souvent passer des tests d'aptitude cognitive à des enfants autistes. Et les enfants se heurtaient régulièrement à des questions auxquelles elle savait qu’ils pouvaient répondre.

Par exemple, pour vérifier si un enfant comprenait le mot «chien», Isabelle Soulières lui demandait de pointer un chien dans une série de quatre images. Mais les enfants autistes avec lesquels elle travaillait, dont beaucoup étaient peu verbaux, ne faisaient juste que la regarder ou détournaient les yeux - même lorsque les parents affirmaient que leur enfant savait ce qu'était un chien. Pour tester la mémoire des enfants, Soulières montrait une image d’un clown, puis d’un des deux clowns, et demandait à l’enfant d’identifier le clown familier sur la deuxième image. Une fille autiste dont elle se souvient n’a pas montré le clown, comme le faisaient beaucoup de ses camarades, mais elle a ensuite démontré qu’elle avait une excellente mémoire, cherchant dans un tiroir un jouet avec laquelle elle avait joué deux semaines plus tôt.
Après plusieurs mois de cet exercice frustrant, Soulières est parvenu à une conclusion simple: certains enfants autistes comprennent beaucoup plus qu'ils ne peuvent en dire avec des mots ou par gestes, et on pense à tort qu'ils ont une faible intelligence. «Nous savons qu'ils ont des capacités, mais nous ne pouvons pas obtenir de réponses», explique Soulières, maintenant professeur de psychologie à l'Université du Québec à Montréal, au Canada.

De nombreux cliniciens et familles partagent cette idée, renforcée en partie par des reportages très médiatisés. Tito Mukhopadhyay, par exemple, est un homme autiste non verbal âgé de 29 ans qui est l'auteur de trois livres au moyen d'une technique controversée appelée «méthode de réponse rapide» RPM. Sa mère, Soma Mukhopadhyay, est reconnue pour avoir inventé la méthode pour tenter de mettre en évidence ses compétences linguistiques. De même, Ido Kedar, 22 ans, ne dit que quelques mots, mais écrit un blog à l’aide une tablette. Il a d'abord appris à communiquer en utilisant la RPM à l'âge de 7 ans, explique sa mère.
Les sceptiques remettent en question cette méthode et se demandent si ce que ces hommes écrivent reflète leurs propres pensées. Quoi qu’il en soit, au cours des dix dernières années, les recherches ont confirmé que certaines personnes autistes - en particulier ceux qui ne parlent que peu ou pas de mots - ont des capacités que les tests classiques de l’intelligence sous-estiment ou négligent.
Les conséquences vont bien au-delà des problèmes de communication: «Ne pas pouvoir communiquer ses connaissances ou être traité comme si on ne comprenait pas ce que l'on fait serait extrêmement frustrant», déclare Vanessa Bal, Karmazin et Lillard Chaire du service « l’autisme à l’âge adulte » à l’université de Rutgers dans le New Jersey. "Je pense que cela pourrait conduire à la dépression et à une diminution de la satisfaction de la vie."

Cela pourrait également limiter l’accès des enfants autistes aux traitements qui les aideraient le mieux à naviguer dans le monde. «Ces enfants dont nous pensons qu’ils sont de bas niveau de fonctionnent, véritablement non verbaux, risquent d’être sous évalués », explique Charles A. Nelson, professeur de pédiatrie à l’Université de Harvard et au Boston Children’s Hospital. "Mais si nous pensions qu'ils ont un potentiel plus élevé, nous pourrions peut-être développer de meilleures interventions."

Les résultats de tests peu fiables peuvent également fausser notre compréhension de l'autisme lui-même. Par exemple, les études associent souvent les participants autistes à des contrôles neurotypiques utilisant des quotients intellectuels (QI), mesurés à l'aide de tests tels que ceux administrés par Soulières. "Si vous vous trompez de QI, votre groupe ne sera pas précis", dit Soulières. Et parce que les chercheurs ne peuvent pas obtenir de données fiables sur des personnes atteintes d'autisme grave, ils les excluent souvent de leurs investigations. «Je pense que la plupart des gens esquivent leur problème en évitant d'étudier les enfants de ce niveau», a déclaré Nelson. "C'est un gros problème."

Au cours des cinq dernières années, certains scientifiques ont mis au point des tests pour évaluer le potentiel cognitif des personnes peu verbales ou nécessitant un niveau élevé de soutien. Certains adaptent les tests existants pour les rendre plus attrayants et plus faciles à compléter pour les autistes. D'autres se tournent vers des techniques telles que l'eye tracking et l'imagerie cérébrale pour révéler des capacités cachées. Les résultats sont préliminaires et les tests, dont beaucoup reposent sur une technologie compliquée, risquent de ne jamais être largement disponibles. Mais ils pourraient quand même fournir des indices sur l'autisme et expliquer pourquoi certaines personnes atteintes ont des difficultés à parler.

Batterie de test

Il existe une variété de raisons, aucune d’entre elles n’ayant rien à voir avec la capacité, qui explique pourquoi une personne autiste risque de ne pas réussir un test standardisé.

Dans un article de blog de 2015, Kedar décrit ses expériences avec des exercices de vocabulaire. Il se souvient qu'un évaluateur avait disposé une série de flashcards sur la table et avait demandé à Kedar de désigner certaines images. "Mon esprit pourrait se mettre à crier,‘ Touche à l’arbre! Ne touche pas à la maison! ’Et j’observais, comme un spectateur, que ma main se posait sur la carte qu’elle voulait, pas mon cerveau,“, écrit-il. «Et dans le recueil de données, il serait marqué que je n’ai pas encore maîtrisé le concept d’arbre.»
De même, beaucoup d'autistes disent qu'ils contrôlent mal leurs mouvements volontaires. La configuration d’un test,l’ anxiété ou des problèmes d’attention peuvent également interférer avec les résultats.

La plupart des tests de QI sont administrés verbalement face à face. Cette configuration peut être difficile, voire impossible, pour certaines personnes autistes en raison de leurs problèmes de communication sociale. Les intérêts restreints caractéristiques de l'autisme peuvent également affecter les performances du test. Par exemple, si on demande à une personne autiste de définir le mot "télescope" et que l’astronomie soit son intérêt particulier, elle peut parler longuement de ce qu’elle peut voir à travers un télescope sans jamais expliquer ce qu’est un télescope. «On n’arrive jamais au point de dire les éléments clés de la définition qu’on cherche, de sorte que vous n’êtes pas crédible», explique Bal.

Même pour les tests qui peuvent être passés de manière non verbale, le candidat doit en principe être capable de comprendre ou d’exécuter des gestes complexes tels que pointer du doigt, ce qui est souvent difficile pour les personnes du spectre autistique. De nombreux évaluateurs n’ont pas la formation nécessaire pour aider les personnes autistes peu verbales à surmonter de tels problèmes.

Les évaluations des capacités cognitives prennent également généralement entre 45 minutes et une heure, ce qui est trop long pour que les personnes autistes ayant des problèmes d’attention et d’hyperactivité restent concentrées. Beaucoup n'ont pas la motivation nécessaire pour terminer les tests. "Vous devez les motiver pour qu'ils fassent ces tâches, et les tâches que nous avons qui mesurent la capacité cognitive sont souvent ennuyeuses", explique Beth Slomine, neuropsychologue à l'Institut Kennedy Krieger de Baltimore. En raison de tous ces facteurs, dit-elle, «les tâches ne mesurent pas toujours ce que nous pensons qu’elles mesurent».

Il n'y a pas de consensus parmi les experts sur les meilleurs tests à utiliser avec les personnes autistes, en particulier celles qui sont peu verbales. Parmi les plus courants figurent l’échelle d’intelligence de Wechsler pour les enfants, l’échelle de Mullen de l’apprentissage précoce, l’échelle de performance internationale de Leiter et les matrices progressives de Raven, mais les chercheurs s’accordent à dire qu’aucune ne convient particulièrement bien.

Il existe également une confusion quant à la manière d’interpréter les scores des tests. Les tests de QI calculent généralement le score d’un individu en comparant ses performances à des centaines, voire des milliers, de personnes du même âge choisies au hasard. La plupart désignent le score moyen comme étant 100, avec 95% de la population enregistrant un score compris entre 70 et 130. Si une personne autiste a du mal à passer un test adapté à son âge ou si le score est tellement bas que ce n'est pas plausible, l'administrateur peut essayer un test conçu pour un groupe d'âge plus jeune. Cette stratégie donne une équivalence d'âge plutôt qu'un score standard: par exemple, un homme de 19 ans qui remplit un test pour les enfants d'âge scolaire et reçoit une équivalence d'âge de 10 ans a obtenu des résultats similaires à ceux d'un échantillon représentatif de Enfants de 10 ans. Les chercheurs divisent souvent cette équivalence d'âge par l'âge chronologique et multiplient le résultat par 100 pour obtenir ce que l'on appelle un ratio QI.

Le ratio QI pour le jeune homme de 19 ans serait d’environ 52. Mais sa signification n’est pas claire. "Est-ce que le ratio de QI 50 est identique à un score standard de 50 pour un test pour adultes?", Explique Bal. "C'est une question ouverte."

L’eye-tracking :

La technologie pourrait aider à rendre les tests cognitifs pour les autistes moins exigeants et, par conséquent, plus précis. L'année dernière, Nelson et ses collègues ont adapté des parties du Mullen Scales of Early Learning, un test standardisé des capacités cognitives, linguistiques et motrices généralement réservé aux enfants de moins de 6 ans, pour les enfants peu verbaux, à l'aide d'un dispositif de suivi de l'œil et d'une modification des instructions. .

L’équipe a administré leur version modifiée du test à 47 filles atteintes du syndrome de Rett, âgées de 2 à 11 ans environ. Le syndrome de Rett est une affection rare caractérisée par une déficience intellectuelle et souvent par l’autisme; Les filles atteintes du syndrome ont des difficultés motrices et sont très peu verbales. Bien que Mullen ne soit pas chronométré, les cliniciens n’accordent généralement pas plus de 20 secondes pour chacun des 159 items du test. Dans ce cas, cependant, les testeurs ont donné aux filles jusqu'à une minute pour répondre à chaque élément. Ils ont également ajusté certaines des questions: lors du test classique, un examinateur évalue la compréhension des gestes et des commandes d’un enfant en lui tendant la main et en lui demandant de lui passer un jouet à proximité. Dans la version adaptée, l'examinateur tend les bras et dit: «Donnez-moi un câlin», ce qui est physiquement plus facile pour un enfant atteint du syndrome de Rett.

Pour un sous-groupe de filles, Nelson et ses collègues ont également ajusté certains éléments du test afin qu’un dispositif de suivi de la vision puisse aider à évaluer les réponses des enfants. Par exemple, sur un élément, un examinateur donne généralement à un enfant un ensemble de crayons, nomme une couleur et demande à l'enfant de désigner le crayon correspondant. L’équipe a remplacé les crayons par des morceaux de papier de couleur et a surveillé le regard des filles alors que des couleurs étaient nommées.

Comme prévu, les filles ont eu de résultats aux tests pauvres en motricité fine et en langage expressif. Mais avec les adaptations en place, certaines des filles ont mieux réussi à comprendre les mots, les images et les symboles qu’un enfant moyen ordinaire. "Elles réussissaient mieux que ce que nous aurions pensé", déclare Nelson.
Une équipe de l’Université de Boston a également utilisé l’eye tracking pour mesurer la compréhension de mots chez des personnes autistes peu verbales .Dans une étude réalisée en 2016, les chercheurs ont demandé à 19 personnes atteintes d'autisme âgées de 5 à 21 ans de visionner une série de deux images côte à côte sur un écran. Deux secondes et demie après l’apparition de chaque paire d’images sur l’écran, les participants ont entendu un enregistrement disant «Regarde!» Suivi d’un mot correspondant à l’une des images. Un dispositif de suivi du regard a mesuré le temps que les participants ont regardé l'une ou l'autre des photos; les chercheurs ont interprété plus de temps passé à regarder l'image correspondant au mot comme un signe de compréhension des mots.

Le test évite toute interaction directe entre les chercheurs et les participants, ce qui aurait pu le rendre moins stressant pour certains des participants. Entre deux images, les chercheurs ont montré aux participants des images colorées d’un train animé appelé Thomas the Tank Engine ou de séquences de dessins animés de 10 secondes montrant le lancement de roquettes et la nage de poissons. «Nous avons fait cela pour les actifs , pour qu’ils restent à regarder , et ne se sentent pas évalués », explique la chercheuse en chef Helen Tager-Flusberg, directrice du Center for Autism Research Excellence de l’Université de Boston.

L’étude a révélé que les mouvements oculaires des participants n’étaient pas aléatoires et que certains d’entre eux avaient compris les mots prononcés. Leurs performances ont également été suivies de leurs scores à d’autres tests de compréhension des mots, notamment un test de vocabulaire classique basé sur le pointage impliquant des cartes flash, ainsi qu’une liste de contrôle sur laquelle leurs parents ont indiqué les mots qu’ils connaissent. Mais les résultats n'étaient pas toujours cohérents. Les participants ont vu chaque image deux fois - une fois quand elle correspondait au mot et une fois quand elle ne l’était pas - et seules certaines ont fonctionné correctement pour les deux.

Une équipe israélienne utilise également l’eye tracking pour tester la compréhension des mots, mais son approche n’exige pas que les autistes contrôlent leurs mouvements. L’équipe se concentre sur les mouvements oculaires involontaires appelés microsaccades, de minuscules coups d’œil vers ce qui montre de l’intérêt.

Ils vérifient également si ces mouvements oculaires s'arrêtent lorsqu'un individu regarde quelque chose de familier. «Peut-être que les choses involontaires, les choses cachées - les petits mouvements de la tête ou des yeux, etc. - montreront les réponses correctes», déclare le chercheur principal Yoram Bonneh, professeur associé de science de la vision et d'optométrie à l'université Bar-Ilan de Ramat. Gan, Israël. Bonneh dit qu'il s'est intéressé à cette approche après avoir entendu parler de Mukhopadhyay et de Kedar.

Dans une série d’expériences, l’équipe de Bonneh fournit aux participants un mot (prononcé ou affiché à l’écran), suivi de deux images côte à côte, dont une seule correspond au mot. Un oculomètre surveille les microsaccades du participant pour obtenir une image dès 200 millisecondes après son apparition et interprète ces sauts oculaires rapides comme un signe de compréhension. Les résultats préliminaires de trois enfants en bas âge typiques suggèrent que l'approche peut mesurer avec précision les capacités linguistiques. Les adultes autistes non verbaux semblent avoir les mêmes résultats que les adultes typiques lors de ce test. L’équipe évalue les enfants autistes peu oralisant.

Dans une autre expérience, on montre aux participants un questionnaire à choix multiple sur un écran d'ordinateur, ainsi qu'une série de réponses possibles. Un oculomètre extrêmement sensible mesure si les yeux s’arrêtent brièvement sur la bonne réponse. Les résultats préliminaires suggèrent que l'approche mesure avec précision les capacités cognitives, dit Bonneh. Son équipe a utilisé cette technique pour tester un groupe d'hommes autistes peu verbaux présumés illettrés; ils ont constaté que la plupart des jeunes hommes savent lire.

Passive signs:

Certaines personnes autistes ne peuvent même pas passer ces formes modifiées de tests d'intelligence. Pour eux, les scientifiques étudient un certain nombre de façon plus passive de détecter leur compréhension. Des chercheurs de l'Université Rutgers-Newark, par exemple, explorent l'utilisation de l'électroencéphalographie (EEG). Dans une étude réalisée en 2016, ils ont enregistré une activité électrique dans le cerveau de 10 enfants autistes de 3 à 7 ans peu verbaux, et de 10 témoins appariés, tous équipés de capuchons d'électrodes. Les enfants ont observé une série d'images. Une demi-seconde après chaque image, ils ont entendu un mot qui lui correspondait parfois.

Les chercheurs ont recherché des schémas révélateurs d'activité cérébrale reflétant la mesure dans laquelle un individu reconnaît les images et les associe aux mots corrects. Dans le cortex auditif, une région du cerveau qui traite les mots, les deux groupes ont présenté un pic d'activité, appelé P1 auditif, environ 100 millisecondes après avoir entendu un mot. Et dans le cortex visuel, qui traite les images, les deux groupes ont à nouveau montré une brève augmentation de l'activité cérébrale, appelée P1 visuelle, environ 150 millisecondes après l'apparition de chaque image. Les deux pointes sont survenues un peu plus tard chez les enfants autistes, ce qui indique que le traitement sensoriel est en place, bien que légèrement retardé.
«Ces processus de perception qui interviennent en amont étaient relativement intacts», explique April Benasich, directrice du laboratoire des études sur l'enfance à l'université Rutgers de Newark, qui a dirigé l'étude.

Benasich et ses collègues ont toutefois constaté que des différences plus importantes apparaissaient plus tard dans le traitement sensoriel. Dans le cortex visuel, le groupe témoin a montré une augmentation plus durable de l'activité cérébrale, appelée onde lente positive, environ 350 millisecondes après l'apparition d'une image. On pense que cette onde reflète la tentative du cerveau d’appeler des souvenirs liés à une image et indique un traitement visuel plus complexe. Les enfants autistes n'ont pas présenté cette vague, ce qui suggère que leur cerveau peut ne pas associer les images qu'ils voient à des informations connexes.

Les contrôles ont également montré un changement important de l'activité cérébrale, appelé N400, environ 400 millisecondes après avoir entendu un mot non associé à l’image. Cette réponse est censée indiquer la tentative du cerveau de donner un sens à un mot inattendu ou inapproprié, et est souvent considérée comme un signe de compréhension de la parole. Certains enfants autistes ont montré moins de différence dans le N400 après avoir entendu un mot mal assorti par rapport à un mot correspondant. Le plus petit écart suggère que leur cerveau a du mal à faire correspondre les images qu’ils voient aux mots qu’ils entendent, ou qu’ils ne comprennent tout simplement pas les mots. Alternativement, ils peuvent utiliser d'autres parties du cerveau pour traiter les informations. «Même s’ils ne ressemblent pas à des enfants typiques dans la façon dont ils traitent l’information, ils sont peut-être en train de les assembler, mais en utilisant des parties du cerveau et des voies très différentes», explique Benasich.

Ces différences pourraient aider les chercheurs à comprendre pourquoi certains enfants autistes ne parlent pas. «Certains de ces enfants ne présentent pas un N400 robuste, c’est peut-être la raison pour laquelle ils ne comprennent pas ou ne produisent pas de langage», déclare Charlotte DiStefano, enseignante clinique en psychiatrie et sciences du comportement biologique à l’Université de Californie à Los Angeles. "Pour les autres enfants qui ont un N400 mais ne parlent pas encore, ce doit être une raison différente", dit-elle. «Il y a probablement beaucoup de types de déficiences qui conduisent un enfant à être verbalement minimal.» DiStefano n'a pas participé à l'étude de 2016 mais a trouvé des résultats similaires, non publiés, chez 20 enfants autistes peu verbaux.

Kedar dit que son incapacité à parler au-delà de quelques mots peut être due à l'apraxie, une déconnexion entre les plans de la parole dans le cerveau et les plans moteurs nécessaires pour les exécuter. Il avait presque 7 ans avant que sa mère, Tracy, commença à comprendre à quel point il comprenait. Elle et Ido étaient en train de rédiger des invitations à sa fête du 7e anniversaire, sa main couvrant celle d’Ido. Elle épelait à haute voix chaque lettre qu'il devait écrire. À un moment donné, elle a remarqué qu'elle avait omis un mot. Avant de pouvoir le dire à son fils, cependant, elle dit avoir senti la main d’Ido bouger le stylo pour écrire les lettres manquantes. «C’est à ce moment-là que je me suis rendu compte qu’il comprenait tout et depuis le début», dit-elle.
Un autre test cognitif, utilisant l’eye tracking ou l’EEG, aurait pu identifier plus tôt les capacités de langage caché de Kedar. Mais avant que de tels tests ne remplacent les tests standardisés, les chercheurs devront valider leurs résultats auprès de centaines, voire de milliers de personnes. Cela peut être délicat, car les techniques sont plus onéreuses et moins transférables que les tests cognitifs traditionnels, explique Aaron Kaat, professeur assistant de recherche en sciences sociales médicales à la Northwestern University de Chicago. Kaat fait partie d'une équipe qui a créé une série de tests de capacités cognitives entre autres appelés NIH Toolbox pour tablettes. La boîte à outils est en cours de validation chez les personnes atteintes du syndrome de Down, de déficience intellectuelle et d'un trouble lié à l'autisme appelé syndrome de l'X fragile. Il est conçu pour être utilisé même en dehors des limites d'un laboratoire.

Compte tenu des préoccupations soulevées par les études d'eye tracking et d'EEG sur l'inexactitude des tests d'intelligence classiques, certains chercheurs estiment qu'il est impératif de développer des techniques permettant de tester les capacités cognitives des personnes autistes. C’est peut-être le seul moyen d’atteindre les enfants qui peuvent comprendre la langage et lire, mais qui ne peuvent pas communiquer. "Tout le monde n'est pas d'accord sur ce que nous devrions faire", dit Soulières, "mais au moins nous devrions être conscients du problème potentiel."
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 2484
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 21:00
Localisation : Toulouse

Re: Recherches sur l'autisme

#866 Message par olivierfh » lundi 14 janvier 2019 à 17:21

Une étude de faisabilité (proof of concept) d'une méthode pour tester l'efficacité de centaines de composés sur le fonctionnement neuronal d'un patient autiste (syndrome dû aux effets synaptiques du gène SHANK3) en utilisant des neurones dérivés de cellules souches induites à partir de ses tissus, donc sans lui faire absorber ces produits.
TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017) + HQI (11/2016).
4 grands enfants avec quelques traits me ressemblant, aucun diagnostic lancé.

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 23511
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Recherches sur l'autisme

#867 Message par Tugdual » jeudi 24 janvier 2019 à 10:44

Je suis tombé là dessus par hasard :
Spoiler : Traduction : 
Activités et thérapies assistées par le cheval chez les enfants atteints de troubles du spectre autistique : Une revue systématique et une méta-analyse.

Résumé

INTRODUCTION :
La nature multifactorielle des troubles du spectre autistique (TSA) est la raison pour laquelle des méthodes de traitement complémentaires et alternatives sont recherchées afin de soutenir l'approche classique.

OBJECTIFS :
Le but de l'étude était d'évaluer l'efficacité des activités et thérapies assistées par le cheval (EAAT) chez les patients atteints de TSA en se fondant sur une analyse documentaire.

MÉTHODES :
Une analyse documentaire et une méta-analyse ont été effectuées conformément aux lignes directrices PRISMA (Éléments de rapport privilégiés pour les examens systématiques et les méta-analyses). Les bases de données PUBMED, Cochrane Library, Web of Science, ClinicalTrials.gov et PEDro ont été consultées jusqu'au 20 juillet 2017. Seuls les articles publiés en anglais, dans une revue avec un processus de révision, après 1999, avec un groupe témoin ou la présentation de résultats comparatifs pré/post-thérapie chez les patients atteints de TSA, et des critères clairs d'inclusion/exclusion ont été considérés. La qualité méthodologique des études incluses a été évaluée à l'aide de l'Outil d'évaluation de la qualité des études quantitatives (QATQS) et la méta-analyse de trois études a été effectuée.

RÉSULTATS :
Au total, 15 études ont été menées auprès de 390 participants (âgés de 3 à 16 ans). L'interaction entre le fonctionnement psychosocial et l'EAAT a été étudiée dans la plupart des études. Des améliorations ont été signalées dans les domaines suivants : socialisation, engagement, comportements inadaptés et temps de réaction plus court dans les situations de résolution de problèmes après EAAT. La méta-analyse n'a révélé aucune différence statistiquement significative pour les effets étudiés.

CONCLUSIONS :
Malgré le besoin de recherches plus approfondies et plus normalisées, les résultats des études incluses dans cette étude nous permettent de conclure que l'EAAT peut être une forme de thérapie utile chez les enfants atteints de TSA.

Copyright © 2018 Les Auteurs. Publié par Elsevier Ltée. Tous droits réservés.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator
Bilan le 24/09/2014 : TCS = trouble de la communication sociale.

Aeryn
Forcené
Messages : 544
Enregistré le : mardi 10 janvier 2017 à 18:49

Re: Tu es capable de ... donc tu ne peux pas être autiste.

#868 Message par Aeryn » jeudi 24 janvier 2019 à 11:01

Modération (Tugdual) : Déplacement de messages depuis ici (début).


Je ne sais pas si ce message a vraiment sa place ici, à déplacer donc si ce n'est pas le cas ...

Je continue ma bibliographie, et je tombe cette fois sur cet article qui décrit globalement le profil des personnes diagnostiquées autistes à l'âge adulte. Un résumé à faire lire aux psychiatres ou médecins généralistes qui répondent à une personne en questionnement qu'elle ne peut pas être autiste parce que [elle a des enfants / elle est mariée / elle travaille / pick the one you want].

Références de l'article :
[Psychosocial functioning of adults with late diagnosed autism spectrum disorders--a retrospective study].
Lehnhardt FG1, Gawronski A, Volpert K, Schilbach L, Tepest R, Vogeley K.
PMID: 22086712 DOI: 10.1055/s-0031-1281642
Le résumé (issu de Pubmed) :
BACKGROUND:
The first time diagnosis of autism spectrum disorder (ASD) after passing childhood and adolescence is still considered a rare event. However, in recent years an increasing demand for diagnostic clarifications with suspected ASD in adulthood challenges this view. There is insufficient knowledge about the neuropsychological characterisation and psychosocial outcome of this adult subgroup in the autistic spectrum.

AIM:
To determine the psychosocial functioning (living status, partnerships, level of education, psychiatric history) of adult patients with late diagnosed ASD.

METHODS:
In a retrospective study, a chart review was conducted on 178 consecutively diagnosed individuals at a specialised outpatient clinic for adults with ASD. Global ratings of psychosocial functioning, assessment of psychiatric history and neuropsychological and psychopathological investigations were evaluated.

RESULTS:
The majority of patients (92 %) diagnosed with ASD suffered from high-functioning autism (HFA)/Asperger syndrome (AS) according to the criteria of ICD-10 (F84.5). The gender ratio was 2:1 favouring males. Mean age at diagnosis (34.1 ± 9.5 years), general intelligence (HAWIE-R, global-IQ 115 ± 20) and self-rated autistic symptoms (autism spectrum quotient [AQ] 39 ± 6) were not discriminative to gender. The psychiatric history revealed a lifetime consultation rate of 78 %, most frequently with depression (50 %). The self-report instrument Beck depression inventory (BDI) identified 30 % of individuals presenting with depressive symptoms in clinical relevant intensity (BDI > 17). Achievement of an independent living status was reported by 68 % of individuals, 58 % reported about current or past intimate partnerships and almost two-thirds of the patients had achieved a higher educational status.

DISCUSSION:
The majority of ASD diagnosed late in lifetime turned out to be HFA/AS, presenting with high psychosocial adjustment with regard to independent living, educational status and partnerships. The high level of global intelligence supports the hypothesis of cognitively compensated autistic disturbances leading to the diagnosis comparably late in lifetime. The lifetime rate of psychiatric consultations is high, reflecting the importance to consider a diagnosis of ASD even late in life.
L'article est malheureusement publié en allemand, et je ne comprends pas l'allemand, donc je ne sais pas ce que vaut l'article complet ...
TSA d'intensité légère à modérée

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 23511
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Tu es capable de ... donc tu ne peux pas être autiste.

#869 Message par Tugdual » jeudi 24 janvier 2019 à 11:17

Aeryn a écrit :
jeudi 24 janvier 2019 à 11:01
Je ne sais pas si ce message a vraiment sa place ici, à déplacer donc si ce n'est pas le cas ...
Pour les articles scientifiques concernant l'autisme, poster plutôt dans cette discussion (je vais déplacer).

Note : Précise le lien quand tu cites un tel article, c'est plus pratique.
Bilan le 24/09/2014 : TCS = trouble de la communication sociale.

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 27082
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Tu es capable de ... donc tu ne peux pas être autiste.

#870 Message par freeshost » jeudi 24 janvier 2019 à 11:50

Aeryn a écrit :
jeudi 24 janvier 2019 à 11:01
L'article est malheureusement publié en allemand, et je ne comprends pas l'allemand, donc je ne sais pas ce que vaut l'article complet ...
Peux-tu nous le partager en intégralité ? :mrgreen:

Einige Personen hier verstehen Deutsch.
Quelques personnes ici comprennent l'allemand.
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Répondre