Les questions que vous vous posez en apprenant le diag

Discussions portant plutôt sur le point de vue des parents d'enfants autistes ou Asperger, par exemple : j'ai un problème avec mon enfant, que puis-je faire ?
Message
Auteur
Avatar du membre
Lilette
Forcené
Messages : 10533
Enregistré le : mardi 29 juillet 2014 à 11:15

Re: Les questions que vous vous posez en apprenant le diag

#16 Message par Lilette » mardi 27 mars 2018 à 19:52

Le message d'origine date d'il y'a 3 ans, je ne sais pas si c'est toujours d'actualité.
TSA.

isis30
Fidèle
Messages : 101
Enregistré le : vendredi 6 avril 2018 à 21:49

Re: Les questions que vous vous posez en apprenant le diag

#17 Message par isis30 » mercredi 27 mars 2019 à 15:04

La question que je me pose, moi après avoir appris officiellement que mon petit-fils de 13 ans "souffrait" de TSA, c'est savoir comment va se dérouler son avenir.
Parviendra t-il à avoir un métier, à se faire enfin des amis, ne serait-ce qu'un seul, à avoir un jour une amoureuse ?
Pourra t-il avoir un jour une vie de couple, et, si oui, pourra t-il envisager d'avoir un jour un enfant sans se poser des questions, à savoir s'il sera, ou non, autiste.
Ces question, nous nous les posons tous dans la famille, mais mon Petit Cygne (Swan), se les pose aussi puisqu'il a déjà évoqué ces questions là, même avant d'avoir son diagnostic définitif ?
Pourra t-il un jour s'assumer tout seul avec, en plus, ses troubles de l'attention non négligeables et sa maladresse, dont il se moque parfois, lui qui, pourtant, a parfois beaucoup du a mal à comprendre l'humour.
Oui, des questions, on s'en pose sans cesse.

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8888
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: Les questions que vous vous posez en apprenant le diag

#18 Message par Benoit » mercredi 27 mars 2019 à 15:08

Réponse courte, oui c'est possible, s'il se bat beaucoup et qu'il a de bonnes dents (pour aller chercher tout ça).

Réponse un poil plus longue, ça serait sans doute une bonne idée d’œuvrer pour que la société soit effectivement plus inclusive (pour de vrai, par pour pomper les crédits du ministère). En commençant aujourd'hui, on limitera le retard.

Réponse spécifique sur la question de l'amoureuse: si ça ne le branche jamais dans toute son existence, il faut se convaincre que ça n'est pas un problème. Une autiste très célèbre a accueilli la ménopause comme "une délivrance".
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Avatar du membre
hazufel
Modératrice
Messages : 3423
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 15:06

Re: Les questions que vous vous posez en apprenant le diag

#19 Message par hazufel » mercredi 27 mars 2019 à 16:01

Et j’ajouterais à ce que dit Benoit : que lui trouve ce qui lui convient, courir après les chimères d’une norme culpabilisante s’il manque un élément à l’équation du bonheur idéal, n’est que courir qu’à sa propre perte.
On n’est pas obligé de vivre en couple pour être heureux, ni d’avoir des enfants.
Ni de travailler dans une boite d’informatique.
La question de savoir si les enfants potentiels seront autistes ne devrait pas être un problème, si l’autisme n’est pas vécu comme une malédiction...

J’ajoute que PERSONNE ne peut prévoir l’avenir d’aucun de ses enfants, quel qu’il soit. Les accidents / les difficultés / les gros problèmes, personne ne peut s’en prémunir.
Diagnostiquée TSA type Asperger,
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA type Asperger.

isis30
Fidèle
Messages : 101
Enregistré le : vendredi 6 avril 2018 à 21:49

Re: Les questions que vous vous posez en apprenant le diag

#20 Message par isis30 » jeudi 28 mars 2019 à 19:56

Benoit, ce n'est pas qu'avoir une amoureuse ne le branche pas, car il a aujourd'hui 13 ans 1/2, et comme les ados "'normaux", il commence à être intéressé par les relations amoureuses, mais il pense qu'une fille ne pourra jamais s'intéresser à un autiste comme lui.
Il essaie de le cacher du mieux qu'il pleut, mais il n'est pas du tout sûr de lui;
Quant à l'autisme célèbre dont tu parles, une femme, je ne la connais pas.
Chez les autistes connus, je ne connais que des hommes, bien plus nombreux que les femmes parait-il en ce qui concerne les TSA.
Même si je sais, bien sûr, qu'il y a aussi des filles autistes, j'en connais d'ailleurs deux, deux sœurs.
Merci pour ta réponse Benoit car parfois, ici, je me sens un peu comme un cheveu sur la soupe et j'ai l'impression de déranger.

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 26700
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Les questions que vous vous posez en apprenant le diag

#21 Message par freeshost » jeudi 28 mars 2019 à 20:05

isis30 a écrit :
jeudi 28 mars 2019 à 19:56
Benoit, ce n'est pas qu'avoir une amoureuse ne le branche pas, car il a aujourd'hui 13 ans 1/2, et comme les ados "'normaux", il commence à être intéressé par les relations amoureuses, mais il pense qu'une fille ne pourra jamais s'intéresser à un autiste comme lui.
Il essaie de le cacher du mieux qu'il pleut, mais il n'est pas du tout sûr de lui;
Si le temps est à l'orage, viendra le coup de foudre ? :lol:
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

isis30
Fidèle
Messages : 101
Enregistré le : vendredi 6 avril 2018 à 21:49

Re: Les questions que vous vous posez en apprenant le diag

#22 Message par isis30 » jeudi 28 mars 2019 à 20:09

Hazufel, je n'ai jamais pensé une seule seconde que l'autisme était une malédiction et personne ne le pense dans notre entourage.
Et je sais aussi sais que nul n'est capable de prévoir ce que va devenir l'enfant à qui on décide de donner le jour.
Il peut arriver n'importe quoi à nos "petits", le pire comme le meilleur.
Swan est dyscalculique mais, depuis qu'il est tout petit, son ordi étant son meilleur (et seul) ami, il est plutôt doué en informatique.
Maintenant, pourrai-il un jour en faire son métier, je ne saurais le dire.
Comme il aime dessiner et écrire, et qu'il y a quelques belles plumes dans la famille, il dit parfois qu'il aimerait être écrivain.
La femme de son papy( mon ex mari), qui aime beaucoup Swan mais ne le comprend pas toujours, dit qu'il pourrait trouver un travail manuel, mais, même si je n'ai rien contre cette profession, je ne vois pas mon petit-fils, si maladroit de ses mains, être plombier par exemple.
Merci pour ta réponse.

isis30
Fidèle
Messages : 101
Enregistré le : vendredi 6 avril 2018 à 21:49

Re: Les questions que vous vous posez en apprenant le diag

#23 Message par isis30 » jeudi 28 mars 2019 à 20:11

freeshost a écrit :
jeudi 28 mars 2019 à 20:05
isis30 a écrit :
jeudi 28 mars 2019 à 19:56
Benoit, ce n'est pas qu'avoir une amoureuse ne le branche pas, car il a aujourd'hui 13 ans 1/2, et comme les ados "'normaux", il commence à être intéressé par les relations amoureuses, mais il pense qu'une fille ne pourra jamais s'intéresser à un autiste comme lui.
Il essaie de le cacher du mieux qu'il pleut, mais il n'est pas du tout sûr de lui;
Si le temps est à l'orage, viendra le coup de foudre ? :lol:
:D :D :D
Merci, ça fait du bien de rire de temps en temps.

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8888
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: Les questions que vous vous posez en apprenant le diag

#24 Message par Benoit » jeudi 28 mars 2019 à 20:14

Sur le sujet de l'amour, c'est encore plus dangereux si ça l'intéresse, je ne vais pas entrer dans le détail mais le fait d'être un homme autiste (=incapable de savoir ce qu'exprime une femme qui vous interesse) peut conduire à des très gros soucis, je connais des autistes qui sont à peu près l'équivalent autiste d'obsédés sexuels sans aucune idée de leur absence de sex-appeal, et qu'il ne faudrait surtout pas laisser approcher des femmes. Bon, il n'y a pas que cela, il y a également des comportements tout à fait à l'opposé, des gens qui ont du mal à parler à une femme qui les intéresse même pour lui demander l'heure, et qui croient que les femmes sont physiquement aussi fragiles que des poupées en porcelaine.

Ceci pour dit que c'est un terrain très miné, surtout pour un autiste à carrure de rugbyman (il y en a). Il faut faire très attention à l'éducation sentimentale et sexuelle (question du consentement exprimé tout particulièrement) pour un autiste, et franchement personne n'est formé à enseigner ça.

La personne que je citais est T. Grandin, l'une des précurseurs aux Etats Unis.
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

isis30
Fidèle
Messages : 101
Enregistré le : vendredi 6 avril 2018 à 21:49

Re: Les questions que vous vous posez en apprenant le diag

#25 Message par isis30 » jeudi 28 mars 2019 à 21:14

Benoit a écrit :
jeudi 28 mars 2019 à 20:14
Sur le sujet de l'amour, c'est encore plus dangereux si ça l'intéresse, je ne vais pas entrer dans le détail mais le fait d'être un homme autiste (=incapable de savoir ce qu'exprime une femme qui vous interesse) peut conduire à des très gros soucis, je connais des autistes qui sont à peu près l'équivalent autiste d'obsédés sexuels sans aucune idée de leur absence de sex-appeal, et qu'il ne faudrait surtout pas laisser approcher des femmes. Bon, il n'y a pas que cela, il y a également des comportements tout à fait à l'opposé, des gens qui ont du mal à parler à une femme qui les intéresse même pour lui demander l'heure, et qui croient que les femmes sont physiquement aussi fragiles que des poupées en porcelaine.

Ceci pour dit que c'est un terrain très miné, surtout pour un autiste à carrure de rugbyman (il y en a). Il faut faire très attention à l'éducation sentimentale et sexuelle (question du consentement exprimé tout particulièrement) pour un autiste, et franchement personne n'est formé à enseigner ça.

La personne que je citais est T. Grandin, l'une des précurseurs aux Etats Unis.
On ne peut pas dire que mon petit-fils ait une carrure de rugbyman, c'est même tout le contraire.
Il est de taille moyenne, mais très menu, pour ne pas dire carrément maigre.
Question éducation sentimentale et sexuelle, il a des parents intelligents et très à l'écoute qui sauront répondre à ses questions, comme ils l'ont toujours fait car mon petit-fils communique beaucoup en posant des questions sur tout ce qui l'intrigue ou le tarabuste.
Quitte à reposer la même question 10 fois dans la journée !!!
Chez lui, une conversation débute presque toujours par une question.
D'ailleurs je suis moi-même très à son écoute car nous sommes très proches tous les deux et mon opinion, et les conseils que je lui donne sur ce qui se fait ou ne se fait pas comptent beaucoup pour lui.
Par contre, je ne le vois pas capable d'aborder des filles pour l'instant, même si récemment, au collège, il y en a une qui lui a dit qu'elle le trouvait mignon.
Pourquoi elle m'a dit ça mamie ? m'a t-il dit
Comme il a du mal à comprendre la plaisanterie, il voulait savoir si elle le pensait vraiment.
J'ai quelques livres sur l'autisme, et je vais me documenter sur T. Grandin.

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8888
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: Les questions que vous vous posez en apprenant le diag

#26 Message par Benoit » jeudi 28 mars 2019 à 21:36

Comme il a du mal à comprendre la plaisanterie, il voulait savoir si elle le pensait vraiment.
A moins de l'accompagner pendant ses rendez vous (non :mryellow: ) ou d'enregistrer sa phrase sur téléphone pour que vous jugiez à postériori du ton (re : non :mrgreen: ) ce sera toujours très compliqué pour lui.
On ne s'en rend pas forcément compte à quel point il y a nombre de situations ambigües dans les relations romantiques. Situations qu'il va être difficile d'apprendre avec un psy, même si on osait lui en parler.
Inversement, j'ai des amies autistes qui "projetent" une image d'allumeuse dans les bars, tout à fait involontairement. Bon comme elles débouchent leurs bières avec les dents elles ne se font pas emmerder mais quand même.

Ceci pour dire que c'est très compliqué comme sujet.

Ou alors, il faut partir dans une forme de relation "spécifique" qui est très "teintée" par l'autisme. C'est le sujet d'un livre de J. Schovanec (de l'amour en autistan) qui présente quelques catégories de relations amoureuses de cette sorte. Clairement, ca ne ressemble pas à grand chose de connu dans le monde non autiste, mais vous pouvez le lire pour vous (et le...) rassurer sur ce point.
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Avatar du membre
Flower
Modératrice
Messages : 4442
Enregistré le : mercredi 8 avril 2015 à 13:13
Localisation : Un peu à l'Est (géographiquement parlant)

Re: Les questions que vous vous posez en apprenant le diag

#27 Message par Flower » vendredi 29 mars 2019 à 13:01

A 13 ans, il a encore le temps! Aujourd'hui il y a beaucoup de possibilités pour faire des rencontres, internet par exemple est parfois assez pratique, mais évidemment une fois qu'il sera adulte. (Il y a aussi beaucoup de conseils sur comment aborder une femme quand on est timide etc., mais là encore, c'est pour les plus de 18 ans.) Déjà le rassurer sur le fait qu'il est possible de plaire même si sur le moment, on ne ressemble pas à l'idée qu'on se fait d'un garçon séducteur. Souvent à l'adolescence, on croit qu'il faut être un peu macho, un "homme fort", mais il y a des filles qui préfèrent les garçons un peu discrets/timides et sensibles.
Spoiler : 
Même pas autiste (a priori), mais mon copain était encore puceau à 27 ans et n'avait jamais eu de relation amoureuse, tout simplement parce qu'il était dans un environnement où il "détonnait" par sa sensibilité et son introversion très forte. Il a suffi qu'il rencontre une femme pour qui ce sont des traits positifs... :love:
Détectée HQI dans l'enfance, diagnostiquée TSA de type syndrome d'Asperger en juillet 2015.

Marisol
Habitué
Messages : 82
Enregistré le : mercredi 5 juin 2019 à 8:39

Re: Les questions que vous vous posez en apprenant le diag

#28 Message par Marisol » vendredi 9 août 2019 à 21:18

Bonsoir,

Quid de la rédaction du guide ?
maman d'un ado TED

Répondre