Pourquoi les personnes autistes font-elles l'objet d'une pareille discrimination ?

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Répondre
Message
Auteur
NewAsperger
Occasionnel
Messages : 14
Enregistré le : jeudi 14 septembre 2017 à 16:28

Pourquoi les personnes autistes font-elles l'objet d'une pareille discrimination ?

#1 Message par NewAsperger » mardi 4 mai 2021 à 10:31

Pourquoi sommes-nous pareillement stigmatisés ? Ce sont les neurotypiques qui sont de vilains monstres, ou alors nous sommes en quelque sorte les seuls et uniques fautifs, ainsi que la seule cause d'un rejet qui j'ai l'impression peut durer très longtemps, si ce n'est toute une vie ? Que faudrait-il alors faire ? Arrêter de vivre au quotidien et espérer une délivrance qui ne viendra jamais (ou alors si elle vient, m'expliquer dans quelles circonstances) ?
Diagnostiqué en octobre 2016, j'habite en Suisse. Je suis impatient de côtoyer d'autres Aspie et de prendre part à cette vie en communauté.

Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 3185
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 21:00
Localisation : Toulouse

Re: Pourquoi les personnes autistes font-elles l'objet d'une pareille discrimination ?

#2 Message par olivierfh » mardi 4 mai 2021 à 12:12

NewAsperger a écrit :
mardi 4 mai 2021 à 10:31
Ce sont les neurotypiques qui sont de vilains monstres, ou alors nous sommes en quelque sorte les seuls et uniques fautifs
Ni l'un ni l'autre selon l'idée de "double empathie": les deux ne se comprennent pas naturellement, ce qui n'empêche pas qu'avec les bonnes personnes ça peut fonctionner. :)
TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017) + HQI (11/2016).
4 grands enfants avec quelques traits me ressemblant, les 2 cadets en début de parcours de diagnostic.

Ivanovna
Régulier
Messages : 59
Enregistré le : vendredi 16 février 2018 à 12:48

Re: Pourquoi les personnes autistes font-elles l'objet d'une pareille discrimination ?

#3 Message par Ivanovna » mardi 4 mai 2021 à 21:46

Je ne suis pas sûre que ça réconforte mais les autistes ne sont malheureusement pas les seuls à être discriminés.
Il suffit d'être différent, "deviant" de la norme. Pas une tête ne doit dépasser.
Je suis tout à fait d'accord que la société est dégueulasse et n'est pas là pour nous faciliter la vie (bel euphémisme !). Je comprends, les gens m'épuisent.

D'ailleurs, ta réflexion me fait penser à Josef Schovanec qui en parle dans ses dernières chroniques (on les trouve en cherchant sur YouTube), que la société occidentale ne tolère plus la moindre déviation, le dialogue est difficile. Je suis les blogs de personnes qui sont en Asie et elles disent la même chose. Alors après ça vaut ce que ça vaut, pas moyen de vérifier si c'est subjectif et puis si ça se trouve, je suis toute biaisée quand je cherche des infos.

Mais, il y a de très belles rencontres à faire et de belles expériences à vivre au milieu de tout ça.
Je commence juste à comprendre comment utiliser les conseils prodigués par ma psychologue il y a 3 ans pour mieux vivre au quotidien. C'est long de mettre en œuvre de bons conseils quand on est psychorigide mais ça aide !

Bon courage.
:kiss:
Diagnostiquée TSA sur le tard
RQTH

propane42
Adepte
Messages : 263
Enregistré le : mercredi 14 août 2019 à 12:00
Localisation : Sur Gaïa

Re: Pourquoi les personnes autistes font-elles l'objet d'une pareille discrimination ?

#4 Message par propane42 » mercredi 5 mai 2021 à 12:01

Question intéressante mais qui dépend avant tout du contexte et de comment on aborde le problème.

Tu dis "Pourquoi les personnes autistes font-elles l'objet d'une pareille discrimination ?", avant de te répondre j'ai besoin de comprendre pourquoi tu dis cela comme ca et pas autrement. En particulier je m'interroge sur les 2 termes "pareille" et "discrimination".

D'aborde le terme "pareille". Ca sous-entend une gradation de valeur de la discrimination. Quant tu dis "pareille"; tu compare avec quoi ?? La discrimination envers les autiste est pareille à "quoi" ??? Je suis pas sur que sur ce plan, l'autisme est discriminer de manière disproportionnée. Donc ca serait utile de qualifier ce terme de "pareille" et de définir la comparaison.

Par contre si l'idée n'est pas de comparer mais de qualifier un ressenti, alors le terme n'est pas le bon et il faut utiliser un autre terme.

Ensuite le terme "discrimination", que veux tu dire exactement ?? Qu'on est différent ? Que nos différences provoque un traitement différent de nous autistes par rapport a d'autre (rebelote comparatif avec qui???). Idem, si l'idée derrière n'est pas une question de traitement différent mais de ressenti, alors le terme n'est pas forcément le bon. Et j'en veux pour preuve que la discrimination positive est un outil d'intégration. Etre Discriminer n'est pas forcement négatif. Donc je me permet de questionner cette notion de "discrimination envers les autistes".

Je suis d'accord avec Olivierfh, je pense que le nœud du problème c'est pas une discrimination, réelle ou supposée, mais bien l'incompréhension. Il est clair que si on est incompris, c'est difficile de se sentir intégrer. Mais cette incompréhension ne signifie pas qu'il y a une discrimination active consciente envers les autistes. C'est juste que les gens ne savent pas comment se comporter avec nous et qu'il n'existe pas de mode d'emploi a leur égard pour mieux nous comprendre, et donc dans ce contexte il est clair qu'en tant qu'autiste on se sent ailleurs.

Il faut prendre un peu de recule sur ce qu'on pourrait ressentir et comment le qualifier, et se méfier de notre tendance à l'absolu. Que mon cerveau me suggère que je suis activement discriminé parce que ma tête ne revient pas aux gens ne signifie pas que c'est ce qu'il se passe dans leur tête. Ca veut juste dire que mon cerveau interprète ce qui se passe d'une manière absolue qui n'est pas forcément justifié. Bref, attention au sens qu'on donne aux choses surtout de manière abstraite et générale, ce qui est le cas ici vu la formulation de la question.
IA helvétique chargée sur substrat biologique en 1982
Diagnostiqué TSA (psychiatre) à l'âge adulte (37) + HP testé durant l'enfance et retester pour confirmation à l'âge adulte (neuro-psy).
viewtopic.php?f=5&t=13627

Répondre