Prévalence des troubles du spectre autistique

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Répondre
Message
Auteur
Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19667
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Prévalence des troubles du spectre autistique

#1 Message par Jean » dimanche 13 décembre 2009 à 21:06

Il a été question plusieurs fois des dernières publications à ce sujet.

Je reprends d'abord une info publiée sur le site de la BBC le 29 mai 2009 : http://news.bbc.co.uk/2/hi/health/8072127.stm

De nombreux cas d'autisme « non diagnostiqués»

Un nombre important d'enfants atteints d'autisme et de troubles apparentés pourrait être non-diagnostiqués, a suggéré une étude.

Une équipe de l'Université de Cambridge a regardé les diagnostics existants - et a effectué des essais reconnus, pour évaluer les autres enfants. Sur les 20.000 étudiés, 1% avaient un trouble du spectre autistique, 12 fois plus élevé que le taux d'il y a 30 ans. Des experts en autisme ont déclaré qu'il était crucial d'avoir des données précises sur la façon dont de nombreux enfants sont touchés par ce trouble.

La recherche, publiée dans leBritish Journal of Psychiatry, a été réalisée en trois parties. Les scientifiques ont d'abord vérifié les cas d'autisme et de syndrome d'Asperger parmi les 8824 enfants sur les registres d’éducation spéciale [Special Educational Needs ] dans 79 écoles de l'East Anglia

Un total de 83 cas a été signalé, ce qui donne une prévalence de 94 pour 10.000, soit 1 pour 106 enfants. L'équipe a ensuite lancé une enquête de diagnostic auprès des parents de 11.700 enfants de la région. À partir de 3373 questionnaires remplis, 41 situations dans le spectre de l’autisme spectre ont été signalées, ce qui correspond à la prévalence de 1 sur 101. Ce taux de 1% confirme les estimations de recherches antérieures.

Ils ont ensuite envoyé le test de dépistage de l’autisme infantile [Childhood Autism Screening Test (CAST)] aux mêmes parents pour aider à identifier les éventuels cas non diagnostiqués d'autisme. Tous ceux avec scores élevés, plus certains avec score bas ou moyen, ont été convoqués pour une évaluation plus poussée. L'équipe a découvert 11 enfants supplémentaires qui remplissaient les critères pour une affection du spectre autistique, mais n'avait pas encore été diagnostiqués.

Besoin de soutien
Les chercheurs disent que, si ces résultats ont été extrapolés à l'ensemble de la population, pour trois cas connus connus dans le spectre de l'autisme, il peut y avoir deux autres cas qui ne sont pas diagnostiqués.

Le professeur Baron-Cohen dit: "En termes de prestation de services, si nous voulons être prêts pour que le maximum s’en sortent, ces cas non diagnostiqués pourraient être importants. «Il est important de mener des études épidémiologiques sur les situations dans le spectre autistique pour que les services compétents, notamment l'éducation, la santé et des services sociaux, planifient les mesures adaptées pour tous les enfants et les adultes qui peuvent avoir besoin de soutien."

Mark Lever, directeur général de la National Autistic Society, a déclaré: "Il s'agit de recherches importantes, qui, pour la première fois, nous donnent une estimation du nombre de personnes qui n'ont pas un diagnostic d'autisme, mais peuvent avoir besoin de soutien. «Obtenir un soutien adéquat au bon moment est d'une importance vitale et l'accès aux services appropriés de diagnostic est cruciale." Selon lui, le NAS faisait campagne pour que l’encadrement juridique du diagnostic soit inclus dans le cadre du projet de loi autisme pour essayer d'améliorer les progrès chez les autorités locales et les services du NHS.

Voir aussi article du Telegraf du 29 mai

Le texte de l'étude :
Prevalence of autism-spectrum conditions: UK school-based population study
Simon Baron-Cohen,* Fiona J. Scott,* Carrie Allison,* Joanna Williams, Patrick Bolton, Fiona E. Matthews and Carol Brayne
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
bernard
Forcené
Messages : 3478
Enregistré le : mercredi 27 février 2008 à 22:34
Localisation : Clermont-Fd, Auvergne

Re: Prévalence des troubles du spectre autistique

#2 Message par bernard » jeudi 17 décembre 2009 à 22:09

Ce taux de 1% me semble plus proche de la réalité en ce qui concerne la prévalence dans le TSA.
J'ai relu des articles anglophones qui ont jalonné le parcours de Tony Attwood durant son Tour 2009 après être passé à Paris fin mai 2009.
Le taux réestimé fin 2009 est voisin aussi de 1% pour le TSA, avec des pointes vers 1,2% et même 1,4% dans certains états des Etats-Unis par exemple.
On est loin des précédentes valeurs de 6/1000 (1/165) encore notées sur de nombreux sites et qui dataient de la fin du XXe siècle (1995-2000). La nouvelle estimation vaut le double de la précédente.
Restera à cibler le taux de prévalence du SA, beaucoup plus subtil à détecter que l'autisme classique (dont j'inclus avec les cas AHN).
Des valeurs lues récemment le cernaient entre 0,2 et 0,4%, pour un TSA estimé à 1,2%.
Bernard (55 ans, aspie) papa de 3 enfants (dont 2 aspies)

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19667
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Prévalence des troubles du spectre autistique

#3 Message par Jean » dimanche 20 décembre 2009 à 15:12

Le dernier rapport du CDC sur l’autisme aux USA ; nouveau taux de prévalence : 1 sur 110.

Si vous lisez l’anglais, le dernier rapport du CDC sur l’autisme aux USA ; nouveau taux de prévalence : 1 sur 110.
http://www.cdc.gov/ncbddd/autism/states ... rt2009.pdf

Source : http://www.autisme42.org/spip.php?article1249
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19667
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Prévalence des troubles du spectre autistique

#4 Message par Jean » lundi 4 janvier 2010 à 19:26

Publié dans le dernier numéro de Sésame

Modification du diagnostic et accroissement de la fréquence de l'autisme.

Les auteurs ont fait une étude rétrospective importante portant sur les cas diagnostiqués autisme et ceux qui l'ont été par la suite. En conclusion, les changements des critères diagnostiques ont joué un rôle notable (26%) dans l'augmentation alléguée des cas d'autisme en Californie entre 1992 et 2005.

Diagnostic c,.h ange and the increased prevalence of autism.
King M, ...
Institute for Social and Economic Research and Policy, Columbia University, New York, NY, USA. Int J Epidemiol. 2009 Sep 7.
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19667
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Prévalence des troubles du spectre autistique

#5 Message par Jean » lundi 4 janvier 2010 à 22:49

L'autisme est à 1% : qu’est-ce qui se passe?
http://autism.about.com/b/2009/12/22/au ... ing-on.htm
Autism Is at 1:100: What's Going On?
22 Décembre 2009


Selon un nouveau rapport du CDC, le nombre d'américains de huit ans avec autisme était de 1% en 2006, en hausse de 60% par rapport à 2002. En d'autres termes, environ 1% des américains de huit ans avaient un diagnostic du spectre autistique, en 2006, et ce nombre est nettement en hausse.

Il est important de noter que ce nombre de 1% comprend non seulement les diagnostics médicaux, mais aussi les diagnostics «éducatifs» ou «administratifs» (diagnostics réalisés par les écoles ou d’autres personnes non-médecins). Le rapport indique également que 40% de ceux qui ont reçu des diagnostics d'autisme ont plus tard perdu ces diagnostics !

Pour prêter à confusion, une conclusion semblable a été présentée en octobre dans un article de « Pediatrics », et cette annonce est en fait une nouvelle annonce de ces résultats et de ceux y afférents.

Le résumé de l'article de « Pediatrics » stipule :

  • RESULTATS : La pondération actuelle de la prévalence des TSA était de 110 pour 10.000. Nous estimons que 673.000 enfants américains sont atteints de TSA. Les risques d'avoir un TSA étaient 4 fois plus grands pour les garçons que pour les filles. Les enfants noirs et multiraciaux non-hispaniques (NH) étaient moins susceptibles de TSA que les enfants blancs NH. Près de 40% de ceux déjà diagnostiqués comme autistes n'en ont pas actuellement l'état; les enfants noirs NH ont été plus susceptibles que les enfants blancs NH de ne pas avoir actuellement de TSA. Les enfants dans les deux groupes TSA étaient moins susceptibles que les enfants sans TSA de recevoir des soins à l'intérieur d'une maison médicale.

    CONCLUSIONS : Le degré de prévalence observé est plus élevé que les estimations précédentes aux Etats-Unis. Plus que les questions de l'enquête, la sensibilisation accrue de la population, le dépistage amélioré et l'identification par les prestataires peuvent en partie expliquer ces résultats.


Est-ce que les facteurs décrits dans la conclusion de Pediatrics peuvent vraiment expliquer l'explosion dans les diagnostics du spectre autistique? Est-ce une explosion réelle ou apparente? Comment peut-on expliquer qu’il soit possible d’avoir un taux de 40% de diagnostics apparemment erronés ou de guérisons ? (...)
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19667
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Prévalence des troubles du spectre autistique

#6 Message par Jean » mardi 5 janvier 2010 à 19:25

Le dernier article publié sur le blog de Michelle Dawson : 31 décembre 2009.

Si vous voulez approfondir, vous pouvez voir les pages en liens sur l'original en anglais.

1 sur 86: la prévalence de l'autisme chez les adultes
1 in 86: the prevalence of autism among adults


"Le taux d'autisme chez les enfants a doublé, disent les médecins" ... "L’Autisme plus courant qu’on le pensait»" ... "L'autisme chez les enfants est «10 fois plus élevé» qu’on le pensait d’abord" ... "L’autisme à un niveau record" ... "l'autisme est 25 fois plus fréquent que ce que les chercheurs pensaient"...


Ce gâchis de titres et de déclarations a été généré en réponse à une étude de prévalence d'autisme, Baird et al. (2006), publiée dans le Lancet.

Les 56.946 personnes qui constituaient la cohorte de la population ciblée par cette étude ont, dès aujourd'hui, le dernier jour de la décennie, 18 ans ou plus. Ils sont nés entre le 1er Juillet 1990 et le 31 décembre 1991 et ils sont maintenant tous adultes.

Au sein de cette cohorte, Baird et al. (2006) ont rapporté un taux de prévalence du spectre autistique de ~ 116/10, 000. Ce sont 1 en 86, et tous ces autistes, initialement évalués en tant que tels entre 9 et14 ans, sont maintenant des adultes.

Pour ceux à qui il s'agit d'une affaire d'une importance urgente, le syndrome d'Asperger contribuait exactement en rien à ce chiffre de prévalence. Donc, aucune de ces 1/86 personnes évaluées comme autistes et aujourd’hui adultes ne sont, au moins selon Baird et al. (2006), Asperger.

J'ai précédemment fait du bruit sur Baird et al. (2006), l'une des plus importantes études épidémiologiques sur l’autisme publiée à ce jour, et l'une des plus dénaturées. Les auteurs ont constaté que de petites différences dans la qualification de cas produisaient des chiffres de prévalence variant de ~ 25/10, 000 (1 400) à ~ 116/10, 000 (1 à 86), un écart de 4,6 fois - au sein de la même cohorte au même moment, en utilisant les mêmes critères de diagnostic, équipes de diagnostic, et instruments de diagnostic de "bon niveau".

Dans le cadre d'une étude antérieure étroitement liée sur la prévalence (Baird et al., 2000), les auteurs ont en outre constaté qu'un changement de méthode de détermination des cas doublait la prévalence du spectre autistique dans des cohortes très proches, même lorsque les normes de diagnostic étaient équivalentes.

Mais de telles découvertes provocatrices et cruciales, et d'autres similaires, se sont perdues dans le prévisible brouhaha incohérent (voir les titres et citations représentatifs ci-dessus) par dessus ce seul chiffre - le 1des 86 qui, comme aujourd'hui, sont tous adultes. Je suggère que si Baird et al. (2006) avait été réalisé exactement de la même manière avec une cohorte née cinq ans plus tôt, les conclusions ne seraient pas très différentes. Ou dix ans plus tôt, ou plus, si cela était possible. Bien sûr que c'est une réponse au hasard, mais elle n’est pas entièrement infondée.

Plus tôt cette année, une petite étude britannique innovantea fait état d'une prévalence d'environ 1 % pour les autistes âgés de 16 ans et plus - pour adultes autistes jusqu'à plus de 75 ans. Il n'y a que de mauvaises raisons pour expliquer pourquoi cette petite étude des autistes adultes est unique et sans précédent.

Le monde serait très différent maintenant, tant pour les autistes et non-autistes, si au cours des dix dernières années ou plus, il y avait eu un discours rationnel sur la prévalence de l'autisme dans laquelle l'existence des autistes plus vieux n'aurait pas été automatiquement rejetée.

Références:
Baird, G., Charman, T., Baron-Cohen, S., Cox, A., Swettenham, J., Wheelwright, S., & Drew, A. (2000). A screening instrument for autism at 18 months of age: a 6-year follow-up study. [Un instrument de dépistage de l'autisme à l'âge de 18 mois: une étude de suivi à 6 ans] Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry, 39, 694-702.

BAIRD, G., SIMONOFF, E., PICKLES, A., CHANDLER, S., LOUCAS, T., MELDRUM, D., & CHARMAN, T. (2006). Prevalence of disorders of the autism spectrum in a population cohort of children in South Thames: the Special Needs and Autism Project (SNAP) [Prévalence des troubles du spectre autistique dans une cohorte de la population d'enfants du Sud Tamise: les Besoins Spécifiques et le Project Autism (SNAP)] The Lancet, 368 (9531), 210-215 DOI: 10.1016/S0140-6736(06)69041-7
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19667
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Prévalence des troubles du spectre autistique

#7 Message par Jean » lundi 11 janvier 2010 à 22:03

En réponse à des commentaires de son article au sujet de l'absence du syndrome d'Asperger dans ces études, Michelle Dawon a répondu :
Image
    En réponse de manière générale , je suggère la lecture à la fois de Baird et al. (2000) et Ed Baird et al. (2006), les deux articles que j'ai cités. Ces deux articles expliquent brièvement les problèmes que les auteurs ont rencontré dans le diagnostic du syndrome d'Asperger et ce qui a été fait en conséquence dans chaque étude.

    De nombreux chercheurs sont peu disposés, pour une raison ou une autre, à diagnostiquer le syndrome d'Asperger comme distinct de l'autisme. Il n'y a pas de consensus quant à la manière de diagnostiquer exactement le SA (voir Klin et al., 2005, pour trois méthodes différentes, et il y en a plus).

    Aucun instrument de diagnostic «règle d'or » (les deux sont utilisés dans Baird et al., 2006) n'est livré avec les critères spécifiques du SA. L'ADI-R ne dispose que d'un seul ensemble de seuils [cut-offs] (pour l'autisme) et l'ADOS a deux (autisme et TED).

    La plupart des personnes Asperger se réunissent également les critères des DSM-IV et CIM-10 pour le diagnostic spécifique de l'autisme. Peter Szatmari a commenté ce problème bien connu. Le DSM-IV exige en outre que si l'autisme peut être diagnostiqué, il doit l'être (la règle de priorité).

    Je suis affilié à un laboratoire où l'autisme et le syndrome d'Asperger sont considérés comme distincts, au moins pour l'instant (à savoir que çà peut changer) et au moins pour de nombreuses recherches. Mais dans le travail où j'ai été impliqué, à peu près tous les individus SA réunissaient les critères d'autisme du DSM-IV aussi bien que les seuisl de l'autisme avec l' ADOS et l'ADI-R.

    "DifferentlyWired_10" pourrait être "extrêmement déçue" pour être réunie dans la même catégorie que les autistes comme moi, mais cela arrive beaucoup en recherche sur l'autisme pour les raisons ci-dessus, parmi d'autres.

    En passant, Temple Grandin n'a pas, selon son propre compte-rendu, eu un diagnostic de syndrome d'Asperger.

Image Stephanie Lynn Keil a dit ...

    « La plupart des personnes Asperger se réunissent également les critères des DSM-IV et CIM-10 pour le diagnostic spécifique de l'autisme. Peter Szatmari a commenté ce problème bien connu. Le DSM-IV exige en outre que si l'autisme peut être diagnostiqué, il doit l'être (la règle de priorité)." 

    Le syndrome d'Asperger est souvent diagnostiqué chez les personnes de haut-niveau, indépendamment de savoir si elles répondent ou non aux critères de l'autisme.

    On m'a diagnostiqué avec un syndrome d'Asperger autrefois simplement come étant de haut-niveau, même si j'avais déjà reçu un diagnostic de «trouble autistique» .

    Mais je comprends ce raisonnement, parce que je ne suis certainement pas comme un adulte non-verbal ou quelqu'un qui n'a pas ma capacité intellectuelle.

    Aussi, il semble que ce soit un moyen de dire qu'ils fonctionnent actuellement plus comme une personne ayant le syndrome d'Asperger, plutôt que ce qui est généralement considéré comme l'autisme, indépendamment de l'histoire (j'ai eu un retard de langage, etc)

    Une personne avec autisme de haut niveau bénéficiera du même type de traitement que les personnes Asperger plutôt que celui pour quelqu'un qui ne communique d'aucune façon.

    Cela semble simplement à une façon de classer les gens en catégories de "fonctionnement", pas en catégories de troubles autistiques séparés.


ImageMichelle Dawson a dit ...

    Je suis d'accord avec l'observation de Mme Keil selon laquelle les autistes sont souvent classés, classés, etc, en fonction de leurs résultats perçus ou présumés.

    Mais je ne partage pas l'idée que ce classement et cette classification (et leur effacement) des autistes, ait quelque chose d'approchant d'une base scientifique adéquate. Il ya aussi des problèmes éthiques majeurs.

    Aussi, je suggère que toute personne qui utilise ici des termes comme «Autisme de haut niveau" fournisse des critères, des instruments, des seuils, etc

    Pour la perspective, moins de 1% de la population générale a la capacité intellectuelle signalée (par elle) de Mme Keil.
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19667
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Prévalence des troubles du spectre autistique

#8 Message par Jean » vendredi 9 avril 2010 à 21:25

Étude: L’influence sociale joue un rôle dans la flambée des diagnostics d'autisme
7 avril 2010
(PhysOrg.com) - L'influence sociale joue un rôle considérable dans le nombre croissant de diagnostics d'autisme, selon une étude publiée dans l’American Journal of Sociology.
Study: Social influence playing role in surging autism diagnoses

Fourni par l'Université de Chicago
http://www.physorg.com/news189880491.html

L'étude, par des chercheurs de l'Institut de recherche économique et sociale et de la politique à l'Université Columbia, a constaté que les enfants vivant près d'un enfant qui a déjà été diagnostiqué avec autisme ont une plus grande chance d'être eux-mêmes diagnostiqués dans l'année suivante. La probabilité accrue d'être diagnostiqué n'est pas due à des facteurs environnementaux ou des agents contagieux, selon l'étude. Au contraire, elle est due principalement aux parents qui apprennent au sujet de l'autisme avec d'autres parents qui ont un enfant atteint de cet état.

«Nous montrons que la probabilité d'obtenir un diagnostic d'autisme est clairement associée à la transmission de personne à personne de l'information", a déclaré Peter Bearman, un sociologue qui a rédigé l'étude avec Ka-Yuet Liu et Marissa King. "Les parents apprennent sur l'autisme et ses symptômes; en apprennent davantage sur les médecins qui sont capables de le diagnostiquer, et apprennent à naviguer dans le processus d'obtention d'un diagnostic et de services avec les parents qui ont déjà été dans ce processus avec leur propre enfant."

Les chercheurs soulignent que les résultats ne signifient pas que l'autisme n'est pas réel ou qu'il est surdiagnostiqué. «Notre étude ne traite pas la cause sous-jacente de l'autisme», dit le Dr. Bearman. «Nous avons décrit le mécanisme par lequel le nombre de diagnostics est en augmentation. Il se pourrait que l'incidence réelle de cet état est seulement maintenant en train d’être découvert. Je pense que c'est le message raisonnable de cet article. «

En Californie, où cette étude a été réalisée, le nombre de cas d'autisme géré par le California Department of Developmental Services a augmenté de 636 % entre 1987 et 2003.

L'équipe de l'Université de Columbia a analysé les données sur plus de 300.000 enfants nés entre 1997 et 2003 à travers la Californie. L'équipe a constaté que les enfants qui vivent à moins de 250 mètres d'un enfant atteint d'autisme ont une chance de 42 % plus élevée d'être diagnostiqués avec ce désordre dans l'année suivante par rapport aux enfants qui ne vivent pas à proximité d'un enfant autiste. Les enfants qui vivent entre 250 mètres et 500 mètres d'un enfant atteint d'autisme ont été de 22% plus susceptibles d'être diagnostiqués. Les chances d'être diagnostiqués diminuent sensiblement pour les d'enfants qui vivent plus éloignés d'un autre enfant atteint d'autisme. L'étude a utilisé plusieurs tests pour déterminer si ces résultats peuvent être expliqués par un effet d’influence sociale, ou si des substances toxiques dans l'environnement ou un virus sont à mettre en cause. Par exemple, les chercheurs ont étudié les enfants qui vivent à proximité les uns des autres, mais sur les côtés opposés des limites du district scolaire. Ces enfants sont susceptibles d'être exposés aux mêmes conditions environnementales, mais leurs parents appartiennent à différents réseaux sociaux. La recherche montre que l'augmentation du risque de diagnostic n'existe que lorsque les parents résident dans le même district scolaire. Les enfants qui vivent également à proximité d'un enfant autiste, mais dans une autre école du district n'étaient pas plus susceptibles d'être diagnostiqués avec le désordre que les enfants qui n'ont pas un voisin avec l'autisme. Les résultats sont une forte indication que l'effet de proximité est un phénomène social et non le résultat de l'environnement, selon le Dr. Bearman.

L'étude a également montré l'effet de proximité est le plus fort chez les enfants sur le côté « plus doux » du spectre autistique. Cela est également compatible avec une explication d’influence sociale, selon le Dr. Bearman. «Les parents d'enfants gravement handicapés sont plus susceptibles de reconnaître le désordre, sans avoir besoin pour cela de contacts sociaux », dit-il. «Alors, nous nous attendions à voir un effet plus faible de proximité là, et c'est exactement ce que nous avons trouvé."

La force de l'influence sociale
L'ensemble des données utilisées dans l'étude a permis aux chercheurs de juger à quel point l'effet de l’influence est fort, comparé à d'autres facteurs qui peuvent être moteur de l'épidémie. Par exemple, des études antérieures ont établi un lien entre l'autisme et l'âge des parents. Les parents d'aujourd'hui ont des enfants plus tard dans la vie, et cela pourrait être à l'origine des cas d'autisme qui augmentent. D'autres études ont montré que l'éducation des parents joue un rôle. Les parents mieux éduqués peuvent avoir plus de chances d'obtenir un diagnostic de leurs enfants.

L'équipe de Columbia a constaté que chacun de ces facteurs joue un rôle dans l'épidémie, mais que le phénomène de l'influence sociale était le plus fort. Les chercheurs estiment que l'effet de proximité, explique environ 16% de l'augmentation récente des diagnostics d'autisme. Autrement dit, si aucun enfant ne vivait à moins de 500 mètres d'un enfant autiste, il y aurait une réduction de 16 % dans les diagnostics d'autisme. Cet effet était plus fort que les autres facteurs testés. L'âge de la mère a expliqué environ 11% de l'augmentation, l'éducation de la mère représentait 9 %.

L'étude a été financée par le prix NIH Pioneer pour la recherche novatrice en santé.
Plus d'informations: L Ka-Yuet Liu, Marissa King, and Peter S. Bearman, “Social Influence and the Autism Epidemic.” American Journal of Sociology 115 (March 2010): 1387-1434.
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19667
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Prévalence des troubles du spectre autistique

#9 Message par Jean » samedi 7 mai 2011 à 12:46

Signalé par referentiel autisme

La majorité des adultes atteints d'autisme ignorent leur maladie et sont souvent marginalisés
le 6 mai 2011
http://www.psychomedia.qc.ca/autisme/20 ... prevalence

La majorité des adultes atteints d'autisme en Angleterre ne sont pas diagnostiqués et ignorent leur condition, selon une étude publiée dans la revue General Psychiatry.

L'autisme était plus fréquent chez les hommes sans scolarité de niveau supérieur et ceux vivant dans des logements sociaux.

Traolach Brugha de l'Université de Leicester et ses collègues ont analysé les données provenant d'une enquête nationale de 2007 sur l'autisme de l'adulte. Toutes les personnes chez qui l'on a diagnostiqué l'autisme ignoraient leur condition, et n'avaient jamais reçu de diagnostic d'autisme ou de syndrome d'Asperger.

1% de la population adulte présentait un trouble du spectre autistique, ce qui correspond aux statistiques existantes de prévalence de ces troubles chez l'enfant.

Ces cas étaient relativement modérés et quelques-uns étaient graves. «On reconnaît plus facilement les cas d'autisme grave, notamment lorsqu'ils sont accompagnés de troubles de l'apprentissage.»

Comme les taux d'autisme étaient identiques pour les personnes âgées de 16 et de 80 ans, ces données suggèrent que le nombre d'adultes atteints de la maladie n'a pas changé au cours des 80 dernières années.

Les changements au niveau des taux d'autisme dans la population reflète une meilleure méthode de dépistage et de diagnostic plutôt qu'un facteur environnemental, concluent les chercheurs.

"Les adultes atteints d'autisme sont plus souvent victimes d'exclusion sociale. La recherche sur le diagnostic de la maladie est donc essentielle pour détecter ces individus en marge de la société", considèrent les auteurs.

article en anglais : 7461 entretiens, 618 diagnostic.
http://www.globaltoronto.com/health/Aut ... story.html

Résumé de la publication
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
omega
Forcené
Messages : 1669
Enregistré le : lundi 18 janvier 2010 à 17:22

Re: Prévalence des troubles du spectre autistique

#10 Message par omega » lundi 9 mai 2011 à 10:32

Jean a écrit :La majorité des adultes atteints d'autisme en Angleterre ne sont pas diagnostiqués et ignorent leur condition, selon une étude publiée dans la revue General Psychiatry.
Hé hé, je trouve cela ô combien réconfortant et plein d'espoir! :lol: :D
Même si ce n'est certainement pas facile pour ces gens tous les jours, c'est infiniment merveilleux de constater que la vie, sans chercher à "mieux" faire ni à soigner personne... :roll: imagine toujours des solutions pour aller de l'avant!
«Nous sommes tous des farceurs: nous survivons à nos problèmes.» (Cioran)

Avatar du membre
Mars
Modératrice
Messages : 8315
Enregistré le : vendredi 21 octobre 2005 à 15:02
Localisation : finistère

Re: Prévalence des troubles du spectre autistique

#11 Message par Mars » lundi 9 mai 2011 à 13:36

Hé hé, je trouve cela ô combien réconfortant et plein d'espoir! :lol: :D
C'est discutable, car il est bien indiqué que beaucoup se trouvent en situation d'exclusion sociale.
Atypique sans être aspie. Maman de 2 jeunes filles dont une aspie.

Avatar du membre
omega
Forcené
Messages : 1669
Enregistré le : lundi 18 janvier 2010 à 17:22

Re: Prévalence des troubles du spectre autistique

#12 Message par omega » lundi 9 mai 2011 à 14:30

Oui, mais personnellement je ne trouve pas le sort des autres (diagnostiqués) plus enviable.
Opinion discutable aussi. ;)
«Nous sommes tous des farceurs: nous survivons à nos problèmes.» (Cioran)

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19667
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Prévalence des troubles du spectre autistique

#13 Message par Jean » lundi 9 mai 2011 à 20:09

OK : l'exclusion sociale ne dépend pas d'abord d'un diagnostic correct (rare), mais des capacités.

Dans certains domaines, les capacités particulières des TSA/TED/SA trouvent une application suffisamment exceptionnelle pour percer - sans diagnostic ou accompagnement.

Tant que les personnes avec diagnostic et accompagnement ne sont pas acceptées normalement, il est possible de passer entre les gouttes. Mais tous ne le pourront pas.
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Schehade
Passionné
Messages : 335
Enregistré le : lundi 4 avril 2011 à 13:26
Localisation : 48°00'44''N / 4°05'18''W... altitude 57m. Environ.

Re: Prévalence des troubles du spectre autistique

#14 Message par Schehade » lundi 9 mai 2011 à 23:15

La lecture de cet article a eu un effet apaisant chez moi. Vous dire pourquoi, je n'en suis pas sûr. Mais comme Oméga, j'ai trouvé ça rassurant...
Peut-être parce que, même si on est dans une situation d'exclusion sociale (ce qui ne me dérange pas outre mesure), je trouve rassurant de savoir qu'on peut vivre en étant aspie sans avoir été diagnostiqué.

Et puis après réflexion, je pense que par contre, si l'article avait fait état des réelles difficultés rencontrées au quotidien par ceux-ci, l'article m'aurait renvoyé des images plus négatives de la vie d'un aspie en absence de diagnostic, livré à lui-même au milieu d'un monde qu'il ne comprend que partiellement. Des images connues, moins agréables, et au final c'est tout cet effet rassurant qui se serait dissipé.

De là à dire que la vie d'un aspie diagnostiqué est rassurante... il y a des extrapolations que je ne ferais pas. Dans un monde étrange, peuplé de gens étranges, se sentir rassuré, en confiance, je doute que ce soit possible. Disons qu'au moins un diagnostic doit permettre de "rencontrer" des professionnels qualifiés, des aides précieuses. (je n'aime pas l'expression de prise en charge, ca sonne chez moi comme assistanat)
Papa (Aspi) de 2 enfants ; Raphaël (6 ans, Aspie) et Hadriel (4 ans et demi NT).

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19667
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Prévalence des troubles du spectre autistique

#15 Message par Jean » mardi 10 mai 2011 à 23:16

L’AUTISME très probablement plus fréquent qu’on ne le pense

L’augmentation de la prévalence des troubles du spectre autistique (TSA) a conduit ces chercheurs à réaliser la première étude globale de prévalence de l'autisme sur 55.266 enfants d’une communauté sud-coréenne. Cette étude américaine menée par le Yale Child Study Center conclut à une prévalence “record” des TSA en Corée du Sud soit environ 2,64% des enfants d'âge scolaire, soit 1 enfant sur 38 mais surtout à l’identification de la majorité des cas dans les établissements d’enseignement général. Les chercheurs concluent que la prévalence de l’autisme pourrait donc être bien plus élevée qu’on ne le pense et recommandent un dépistage généralisé des enfants pour un diagnostic et une intervetion plus précoces.

Les experts ne s'entendent pas sur les causes et la signification de cette augmentation récente de la prévalence des troubles du spectre autistique (TSA). Les données limitées sur les taux de base de la population contribuent à cette incertitude.

La population cible était l'ensemble des enfants âgés de 7 à 12 ans (N = 55 266) dans une communauté sud-coréenne, tant les enfants à risque élevé provenant des écoles d'éducation spécialisée que les enfants scolarisés dans les établissements d’enseignement général. Premier résultat, plus des deux tiers des cas de TSA dans l'étude ont été identifiés dans la population scolaire générale, alors non reconnus et non traités.

L’autisme plus fréquent qu’on ne le pense: Le Dr. Young-Shin Kim, du Yale Child Study Center et l'équipe de recherche, dont l’anthropologue Richard Roy Grinker de l'Université George Washington, ayant pris en compte les préjugés culturels qui pouvaient être des biais pour le diagnostic et les estimations de la prévalence, montrent ainsi que les enfants coréens atteints de TSA peuvent appartenir à des groupes différents de la population générale, en dehors des services d'éducation spéciale et que l’autisme est plus fréquent qu’on ne le pense.

La prévalence des TSA a été estimée à 2,64% (IC: 95% de 1,91 à 3.37),

· avec 1,89% dans l'échantillon représentatif de la population en général

· avec 0,75% dans le groupe à forte probabilité.

Les caractéristiques des TSA diffèrent entre les deux groupes, en particulier 12% des cas identifiés dans l'échantillon représentatif de la population en général avaient un QI supérieur, comparativement à 7% dans le groupe à forte probabilité, et 16% présentaient une déficience intellectuelle dans l'échantillon représentatif de la population en général, vs 59% dans le groupe à forte probabilité.

Alors que les deux tiers des cas de TSA sont identifiés dans la population scolaire ordinaire, non diagnostiqués et non traités, ces résultats suggèrent qu’un dépistage rigoureux sur l’ensemble de la population est nécessaire pour produire des estimations plus précises la prévalence des TSA et apporter de meilleurs services de soins et de soutien.

«Nous savons que les meilleurs résultats pour les enfants atteints de TSA sont liés au diagnostic et à l’intervention les plus précoces possible », conclut l’auteur principal.

Source: American Journal of Psychiatry Published May 9, 2011 doi: 10.1176/appi.ajp.2011.10101532 “Prevalence of Autism Spectrum Disorders in a Total Population Sample”
http://www.webmd.com/brain/autism/news/ ... an-thought
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Répondre