études supérieures, comment ça se passe pour vos enfants?

Discussions portant plutôt sur le point de vue des parents d'enfants autistes ou Asperger, par exemple : j'ai un problème avec mon enfant, que puis-je faire ?
Message
Auteur
Avatar du membre
Glaciell
Prolifique
Messages : 1256
Enregistré le : mercredi 8 janvier 2020 à 17:00

Re: études supérieures, comment ça se passe pour vos enfants?

#46 Message par Glaciell » samedi 23 septembre 2023 à 16:52

Cardamome a écrit : vendredi 22 septembre 2023 à 20:23Il n'a aucune idée de ce qu'il va en faire.
C'est plus que ça semble lui plaire d'apprendre ça. C'est le voyage qui l'intéresse et non l'arrivée au bout.
J'étais comme ça aussi... :oops: Je n'ai pas de solution car je ne vois pas comment il aurait pu en être autrement... D'ailleurs ce n'est pas que je ne pensais pas à la question de l'arrivée au bout, je savais bien qu'un jour ce serait problématique mais je ne pouvais pas "forcer" le fait d'avoir des réponses, donc j'essayais de profiter du voyage et de le faire durer autant que possible, en espérant que des solutions finiraient par se dessiner... :innocent: Je ne pouvais rien y faire donc j'essayais de me concentrer sur le présent, mais c'était malgré tout anxiogène...
Cardamome a écrit : vendredi 22 septembre 2023 à 20:23
Spoiler : 
s'il avait des parents comme moi j'ai eus... Il ne pourrait pas compter sur eux. J'en aurais eu besoin au même âge que lui. Du coup, j'ai foiré total mes études mon orientation etc :oops: pas dutout soutenue et j'ai dû faire des choix. Et un niveau qui a plongé à partir du lycée alors que j'avais un an d'avance et énormément de facilité et d' excellents résultats jusqu' au lycée. Jamais compris pourquoi et ça n'a pas questionné mes parents. :? Je pense que ça m'a manqué de pas avoir pu compter sur eux.
J'ai vécu la même chose lors du passage au lycée, et j'ai essayé désespérément de comprendre ce qui m'arrivait, j'ai même tenté de "me reprendre" en cherchant dans mes manuels de cours les choses qui m'échappaient... ça m'a marquée car je n'ai trouvé aucune aide dans les manuels et je comprenais encore moins comment je pouvais être aussi bête. À l'époque, j'avais des manuels qui s'inscrivaient dans la tradition minimaliste, où il n'y avait plus d'explications, de récap... En histoire, un titre du type "La France dans la guerre", puis des documents imprimés sur la page après avoir subi des rotations de 30°dans un sens ou dans l'autre façon scrapbook : un portrait, un extrait de lettre, un extrait d'article, un monument. Impossible de reprendre soi-même une leçon pas comprise. Mes parents ne se sont pas inquiétés de me voir décrocher, puis quitter le lycée (je suis restée 2 ans dans ma chambre). J'ai passé le bac "par hasard" : j'avais été inscrite en candidat libre en début d'année scolaire, puis j'ai renoncé, je ne savais pas comment m'y prendre, je n'avais aucune aide (j'étais dans ma chambre...), c'est une semaine avant les épreuves que j'ai réalisé que j'attendais seulement que mes parents bougent, m'aident, me disent que je pouvais le faire, mais que visiblement eux faisaient comme s'ils ne voyaient pas le problème (le jour où j'ai dit que j'avais besoin de savoir quoi faire sans le bac, ils m'ont acheté le bouquin "que faire sans le bac" alors que 3 ans avant ils m'avaient acheté "que faire avec un bac S" et "que faire dans les langues"). J'ai compris que le soutien ne viendrait pas et je leur ai dit que j'allais passer les épreuves 1 semaine plus tard. Je suis passée à la librairie acheter des manuels de révisions en n'ayant fait ni Première ni Terminale. J'ai eu énormément de chance, je l'ai eu comme j'aurais pu ne pas l'avoir (j'ai eu la chance d'avoir de bonnes notes grâce à mes acquis en langues, de m'en sortir en philo par pure chance, et de viser juste dans l'étude de document en histoire-géo sur des sujets que je ne connaissais pas... tout ça m'a permis de compenser le 3 en maths en bac S :mryellow: car là je n'ai rien pu inventer :lol: ). Souvent j'y pense, à quel point ma vie a pris une direction quasiment à pile ou face. Pour moi c'est clair que je l'ai eu comme j'aurais pu ne pas l'avoir. Je me suis éclatée à la fac, c'est là que j'ai redécouvert comment apprendre (mais c'est aussi parce que le format des formations que j'avais choisies était compatible avec mon profil d'apprenant autodidacte... et parce que prendre systématiquement un double-cursus m'a permis d'être dispensée d'obligation d'assiduité :mrgreen: ). Mais tout s'est joué à un fil... Et ça reste une période de fort mal-être car j'avais été "élève brillante" jusqu'à la fin du collège, et d'un seul coup j'étais perdue, et mes anciens "camarades" (y compris les harceleurs) ont obtenu leur bac pendant que je moisissais dans ma chambre (je ne l'ai passé que 2 ans plus tard...).

Ma mère était pourtant prof de maths... :innocent:
Cardamome a écrit : vendredi 22 septembre 2023 à 20:23Tant que ça tient comme ça...
Mais je suis lucide au fond de moi. Je sais que ça n'est pas pour autant qu'il va pouvoir chercher/trouver et conserver un emploi. Et se créer/faire perdurer un cadre stable pour sa vie.

C'est juste pour l'instant une petite bulle où il est bien, mais qui ne sera pas éternelle. Et la trouver cette bulle et faire en sorte qu'il puisse accommoder ses goûts, son TSA, ses capacités, son niveau, ses limites...a fini par quasi épuiser mon énergie.

Je ne pense plus être capable de trouver une nouvelle bulle de répit pour l'après celle ci et lui n'en est pas capable non plus.
Ça dépend... il va continuer à mûrir et à mûrir sa réflexion, il va se faire des expériences peu à peu... Il peut aussi finir par trouver une bulle dans un emploi et s'y sentir bien... peut-être pas du premier coup, et l'incertitude fait peur, mais ça n'est pas forcément aussi bouché que tu ne le crains aujourd'hui.

Cardamome a écrit : vendredi 22 septembre 2023 à 20:23Je pensais avoir réglé hier soir, j'ai envoyé des mails (de sa part avec son aval); on attendait des réponses.
Ce jour pour moi au travail; mener de front réception des diverses réponses. Incohérentes venant d'une même personne qui se contredit mais aussi incohérentes selon les personnes qui ont répondu.
:?
Du boulot par dessus la tête, et mon fils qui me fait comprendre qu'il en a marre alors que je me suis aperçue qu'il a des cours sur les créneaux où nous avons tenté les démarches depuis hier concrètement mais depuis une semaine ou deux je l'oblige à y penser, anticiper etc.
J'ai de plus en plus de mal à surmonter tout ça.
Ma fille doit remplir et signer son contrat de réussite.
Et remplir (avec moi) le dossier médical pour la fac + prendre le rdv avec le médecin de la fac + réfléchir à ce rdv...
Je le lui rappelle et ça n'avance pas...
Je devrais pousser mais j'ai plus l'énergie... moi aussi ça me pèse, si elle n'y met pas du sien et si je dois en plus la pousser, c'est lourd...
J'aurais voulu classer tout ça la semaine dernière déjà... je suis pas sûre d'avoir l'énergie pour le faire ce week-end donc je pense que ce sera dans le courant de la semaine prochaine. On n'est pas en retard mais bon, il faut s'en occuper (et en plus, je dois refaire son dossier MDPH dans les 15 jours à venir... :roll: ).

Bon courage. :kiss:
Diag. à 37 ans "TSA sans DI ni altération du langage", avec HPI (2020)
"Vous vous voyez comme un Asperger et vous pensez comme un Asperger, donc c'est très bien"
Fille 15 ans HPI + TSA, suspicion TDAH, 3 sauts de classe.

emma75
Familier
Messages : 106
Enregistré le : dimanche 25 avril 2021 à 20:05
Localisation : Paris

Re: études supérieures, comment ça se passe pour vos enfants?

#47 Message par emma75 » samedi 23 septembre 2023 à 18:41

Bonjour Cardamome,

Angoisser pour l'avenir c'est un truc que je sais très bien faire moi aussi :D Je me réveille la nuit, souvent vers 3h, en me demandant comment on va faire.
Objectivement il y a des tas d'obstacles sur le chemin.

Mais quand même, je trouve que votre fils se débrouille super bien. Pour le moment, un truc comme le permis, l'autonomie m^eme partielle dans la semaine,le théatre d'impro ... tout ça pour le moment pour nous c'est de la science fiction ;) Demain peut-être.
Donc quand même il se débrouille bien.
Même si lui même ne sait pas trop ce qu'il veut faire et qu'il se dirige vers des études qui me semblent très déconnectées de la réalité.
Il n'a aucune idée de ce qu'il va en faire.
C'est plus que ça semble lui plaire d'apprendre ça. C'est le voyage qui l'intéresse et non l'arrivée au bout.

Études qu'il devrait poursuivre des années sans quoi je n'imagine pas très bien à quoi ça va lui servir...
Ce n'est pas grave s'il ne sait pas encore ce qu'il va faire après.
Moi non plus à son age je ne savais pas ce que je ferais, ou alors je poursuivais des rêves inaccessibles ( devenir reporter - en fait pas du tout pour moi au niveau caractère).
La seule bonne idée que j'aie eue a été de faire des trucs qui me plaisaient.
Je trouve aussi que le chemin importe plus que la destination 8)

D'autre part bcp de mômes neurotypiques ont des moments d'errance au niveau des études. Des essais erreurs avec retour à la case départ. Pas grave tant qu'on a de quoi manger et un toit au-dessus de sa tête. On a le droit de perdre du temps et de se tromper de route, ça fait partie des années de formation.
Mais je suis lucide au fond de moi. Je sais que ça n'est pas pour autant qu'il va pouvoir chercher/trouver et conserver un emploi. Et se créer/faire perdurer un cadre stable pour sa vie.
Bon, il aura sans doute des échecs, mais c'est pas grave, c'est aussi formateur, et ca peut le pousser à trouver ses propres ressources.
Le pire n'est pas toujours certain.

Mon ex est sans doute asperger, même s'il n'a pas encore été au bout de la démarche diagnostique.
Il a eu son bac à 20 ans alors qu'il est doué surtout en histoire.
Il a galéré atrocement à la fac puis horrible au niveau du boulot jusqu'à environ 28/30 ans - échecs sans qu'il ne comprenne pourquoi, errance, petits jobs précaires, licenciements etc. Mais petit à petit du mieux.
Puis job improbable, commercial sur un truc qu'il maîtrise à fond. Une niche avec grosse valeur ajoutée car il maitrise vraiment et est super honnête avec ces clients.
Donc bon... Le pire n'est pas toujours certain.

Et on a le droit aussi de se rejouir des réussites, et de s'accorder un temps sans penser au lendemain ;)

Si possible essayez de vous reposer, de vous changer les idées, de faire des trucs qui rechargent vos batteries - quoi que ce soit.
Le burn out de l'aidant n'est pas un truc à prendre à la légère.
Vous avez soulevé déjà quelques montagnes :D ... Un petit break ne serait pas du luxe je pense.

Bon courage :kiss:
Maman d'un ado TSA de 17 ans.

Cardamome
Prolifique
Messages : 2676
Enregistré le : samedi 4 février 2017 à 20:07

Re: études supérieures, comment ça se passe pour vos enfants?

#48 Message par Cardamome » samedi 23 septembre 2023 à 20:56

Merci.

Pas le courage ou l'énergie de répondre plus en détail à cet instant.
Un break serait salutaire, oui.
Spoiler : 
réveillée cette nuit encore à 3h, :wink:
cogitations intenses par rapport à autre chose de pas très joyeux que je traverse et dont ce ne sont que prémices :oops:
Les pieds glacés alors qu'il faisait bon :crazy: , j'ai mis des chaussettes et j'ai réussi me rendormir dans un espèce de sommeil comme enfiévré, rêves très étranges un peu délirants. Tête lourde au réveil.
maman d'un jeune homme diagnostiqué avec TSA.

"Caminante, no hay camino, se hace camino al andar."
Antonio Machado

Bulle
Familier
Messages : 146
Enregistré le : dimanche 20 octobre 2013 à 14:59

Re: études supérieures, comment ça se passe pour vos enfants?

#49 Message par Bulle » dimanche 24 septembre 2023 à 17:34

Et ben, Emma, les notes de ton fils au bac de français sont excellentes ! Bravo à lui ! :bravo:
Cardamome, il faut voir le chemin parcouru, c'est énorme...

Mon fils démarre des évals la semaine prochaine et n'a toujours pas de papiers officiels pour son tiers-temps, malgré des mails de rappel...

Voilà 3 semaines de faites à l'iut...je viens d'acheter 10 porte-vues pour trier ( avec lui) toutes les feuilles volantes entassées dans son cartable :evil: . Clairement, il ne sait toujours pas s'organiser, ce qui me fait un peu peur car l'iut demande quand même pas mal de débrouillardise en TP. Les cours ( maths et physique essentiellement) vont très vite, je ne sais pas si il aura le niveau...Il ne sait pas apprendre : il révise sur son canapé dans sa chambre, sans stylo à la main, et relit ses cours les yeux dans le vague...J'attends un déclic "travail" qui ne vient pas ( son père ou moi l'avons toujours aidé à réviser, mais là moi, je ne comprends plus rien à ses cours...). Il faut que j'apprenne à lâcher prise, mais c'est difficile...

Sinon, il semble plutôt bien intégré dans son groupe et il est content de son choix d'orientation, c'est déjà pas mal...

Quant à l'angoisse pour son avenir, je fais partie du club :roll:
Maman de 3 enfants, l'aîné a un syndrome d'asperger.

Cardamome
Prolifique
Messages : 2676
Enregistré le : samedi 4 février 2017 à 20:07

Re: études supérieures, comment ça se passe pour vos enfants?

#50 Message par Cardamome » dimanche 24 septembre 2023 à 18:56

juste comme ça, je ne sais pas si vous connaissez?
on avait trouvé des porte vues verticaux l'an dernier et c'est cool! il n'a pas besoin de sortir du sac en amphi. Les feuilles sortent par en haut par le petit coté du trieur.
ça s'appelle parfois organiseur de sac.
Fichiers joints
trieur vertical.jpg
maman d'un jeune homme diagnostiqué avec TSA.

"Caminante, no hay camino, se hace camino al andar."
Antonio Machado

Avatar du membre
Dinolette
Prolifique
Messages : 2170
Enregistré le : dimanche 26 janvier 2020 à 10:38

Re: études supérieures, comment ça se passe pour vos enfants?

#51 Message par Dinolette » dimanche 24 septembre 2023 à 20:07

C'est vraiment super cette organisateur de sac :bravo: :bravo:
Maman d'un petit garçon de 9 ans, TSA niveau modéré confirmé le 16/03/2020 à l'âge de 5 ans et demi
06/02/2023 Diagnostic de fibromyalgie
18/09/2023 Diagnostic de TDAH de forme mixte de niveau sévère

Bulle
Familier
Messages : 146
Enregistré le : dimanche 20 octobre 2013 à 14:59

Re: études supérieures, comment ça se passe pour vos enfants?

#52 Message par Bulle » lundi 25 septembre 2023 à 13:48

Merci Cardamome, je ne connaissais pas.

Mon fils a un trieur classique, mais rien dedans...juste un tas de feuilles bourrées dans son sac.

J'ai râlé hier soir, tout trié avec lui...il me jure qu'il n'a rien jeté...mais je crois bien qu'il manque déjà des TD...

J'avoue que je ne comprends pas un tel manque d'organisation...il a 18 ans !!! Et en plus il est motivé :innocent:
Maman de 3 enfants, l'aîné a un syndrome d'asperger.

Avatar du membre
Glaciell
Prolifique
Messages : 1256
Enregistré le : mercredi 8 janvier 2020 à 17:00

Re: études supérieures, comment ça se passe pour vos enfants?

#53 Message par Glaciell » lundi 25 septembre 2023 à 14:12

Je ne connaissais pas non plus...

Je trouve que ma fille ne se soucie pas beaucoup de ses cours... Elle est contente, me dit qu'elle comprend bien en classe (visiblement elle lève la main pour répondre régulièrement).
Mais à la maison rien... Je lui explique qu'il faut relire ses cours, que le jour de l'exam elle n'aura pas ses supports, que si elle ne reprend pas régulièrement, elle va finir par être dépassée au moment de réviser... elle me semble planer...

Je lui ai préparé tous ses classeurs avec des étiquettes devant, sur la tranche, sur les intercalaires, pour qu'elle n'ait plus qu'à ranger ses cours dedans au fur et à mesure.
Bon, apparemment ça fonctionne... OK...

Mais hier je repense à une feuille que j'ai aperçue toute froissée dans son lit.
Et là ça fait tilt : "Mais ! Tu dois avoir des feuilles volantes ?" Elle me regarde sans comprendre. "Tes profs ont bien distribué des polys, ils n'ont pas de trous, tu ne peux pas les ranger dans le classeur et tu ne m'as jamais demandé de pochettes, ils sont où ces documents ?"
Et elle "Ah oui bah je sais pas, j'essaie de les caler où je peux"
Et moi "Mais non, il faut les ranger au fur et à mesure dans l'ordre avec le reste, sinon tu ne vas plus t'y retrouver !" (ou les perdre ou les abîmer)... "Il t'en faut combien ?"
Elle : "Oh bah au moins 10".

Voilà... donc soudain je l'ai vue sortir plein de feuilles qu'elle a rangées dans le classeur d'aujourd'hui. :innocent: Il faudra qu'elle s'occupe des suivantes ce soir, hier il était déjà tard...
Mais sinon elle n'y pensait pas, et ça ne la préoccupait pas d'avoir des feuilles volantes dispersées un peu partout (et qu'elle aurait oublié d'emporter).

:innocent:
Diag. à 37 ans "TSA sans DI ni altération du langage", avec HPI (2020)
"Vous vous voyez comme un Asperger et vous pensez comme un Asperger, donc c'est très bien"
Fille 15 ans HPI + TSA, suspicion TDAH, 3 sauts de classe.

Cardamome
Prolifique
Messages : 2676
Enregistré le : samedi 4 février 2017 à 20:07

Re: études supérieures, comment ça se passe pour vos enfants?

#54 Message par Cardamome » lundi 25 septembre 2023 à 16:39

Bulle a écrit : lundi 25 septembre 2023 à 13:48 J'avoue que je ne comprends pas un tel manque d'organisation...il a 18 ans !!! Et en plus il est motivé :innocent:
L'âge n'y changera peut être rien.
:innocent:
Mon fils est très mal organisé.
Spoiler : 
et j'ai l'impression que les garçons en général ne sont pas très appliqués pour ça? :innocent:
Mon fils aussi c'est le souk complet. Il avait un peu trié l' an dernier à Noël quand j'ai insisté. Et une autre fois avec l'éducateur.
Mais j'ai l'impression qu'il n'y rejette jamais un œil donc il s'en moque.
:crazy: et en plus entre les cours distribués papier à trous... Que lui complète à la main c'est illisible ou sur l'ordi c'est incompréhensible car juste des bouts de phrase...
Il n'a rien fait ce WE.
Que regarder des vidéos données par une prof.
L'éducateur me dit que mon fils sortait d'un cours où il ne comprend rien.
Mais ils ne cherche pas à la BU ou ailleurs pour améliorer cet état de fait.
:innocent:
J'ai répété ce WE qu'il doit refaire des exercices ou chercher s'il ne comprend pas.
Il n'a rien fait.
Sauf jouer en ligne samedi et dimanche.

Je ne l'ai jamais aidé et ce n'est pas maintenant où je pense ne plus rien comprendre, que je pourrais faire quelque chose.
Il aurait un binôme qui le pousse je pense ça lui donnerait un peu d élan. Mais la où il ne comprend rien, je ne sais pas.
maman d'un jeune homme diagnostiqué avec TSA.

"Caminante, no hay camino, se hace camino al andar."
Antonio Machado

Avatar du membre
freeshost
Intarissable
Messages : 36469
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: études supérieures, comment ça se passe pour vos enfants?

#55 Message par freeshost » lundi 25 septembre 2023 à 22:45

Vive les porte-vues ! :mrgreen:
Bulle a écrit : lundi 25 septembre 2023 à 13:48 J'avoue que je ne comprends pas un tel manque d'organisation...il a 18 ans !!! Et en plus il est motivé :innocent:
Ben... il n'est pas la seule personne à avoir des difficultés d'organisation même à l'état majeur. :lol: :lol: :lol:

Puis l'organisation, quelle qu'elle soit, ça demande du temps, des rites à systématiser, qu'on trouve parfois chiants. :lol: [Ça demande du temps quand on a beaucoup de choses qu'on aime ou doit faire, ranger, classer, etc.]

Les trucs qui nous plaisent (intérêts spécifiques, hobbys, etc.) peuvent être une tentation, parfois addictive, pour ne pas s'y mettre et procrastiner. On n'aurait pas les priorités à la bonne place ? :mrgreen: [Je m'inspire de la tournure de l'expression québécoise avoir le coeur à la bonne place. :P ]
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

Diagnostiqué autiste en l'été 2014 :)

Avatar du membre
Flower
Intarissable
Messages : 5389
Enregistré le : mercredi 8 avril 2015 à 13:13
Localisation : Au pied des Pyrénées

Re: études supérieures, comment ça se passe pour vos enfants?

#56 Message par Flower » mardi 26 septembre 2023 à 19:33

Je crois que si j'avais sérieusement dû aller travailler à 20 ans, ça aurait été une catastrophe... Je n'étais pas du tout assez autonome sur l'administratif à mon avis. Je crois que j'ai fait ma première déclaration d'impôts à 25 ans et mon père m'avait aidée !
Les études longues, ça permet de prendre le temps de mûrir, d'apprendre, sans avoir tout à gérer de suite. Et d'affiner un projet professionnel, je n'avais plus du tout les mêmes objectifs en 5ème année que quand je suis rentrée à la fac!

Bon, sinon je préfère ne pas intervenir sur le sujet "il faut relire ses cours régulièrement". Je faisais ça la semaine avant l'examen. :oops: Je n'avais pas de super notes, mais c'est toujours passé. Même dans les cours que je ne supportais pas.
Détectée HQI dans l'enfance, diagnostiquée TSA de type syndrome d'Asperger en juillet 2015.

Leo17
Nouveau
Messages : 2
Enregistré le : jeudi 27 octobre 2022 à 11:21

Re: études supérieures, comment ça se passe pour vos enfants?

#57 Message par Leo17 » vendredi 20 octobre 2023 à 11:58

Bonjour,

Mon fils, 39 ans actuellement, a fait la rhétorique (en Belgique)plus ou moins normalement, càd dans le temps normal (12 ans ici en Belgique). C'était pas facile, pas pour moi, père, ni pour lui. A cette époque, j'ignorais complètement ce que c'est Asperger et, puisqu'il ne travaillait pas, je mettais de la pression, je criais, ce qui a fait que la relation entre nous s'est gravement déteriorée.
En 2001, il a terminé le secondaire, puis, il a commencé des études d'électromécanique en cous du soir, il ne les a pas termine.
Enfin, il a fait des études d'astrophysique (master) qu'il a terminé en 2021.
Et maintenant ? Depuis 7 ans, il souffre de crises d'angoisse et ne peux donc pas travailler. Lorsqu'il trouve un logement, on le met vite à la porte parce que il est trop bruyant et à cause de ses crises (il lui arrive de crier lorsqu'il fait une crise). A celà s'ajoute une dépression profonde.
Actuellement, il est en psychiatrie, mais il doit quitter fin novembre. Commence alors de nouveau la recherche de location...
Je suis à bout de forces, autant que lui. Je vais essayer d'acheter une maison avec plusieurs logements pour qu'il ait des entrées plus tard et un logement sur pour lui.
Si j'écris ce message, c'est pour donner de l'espoir: oui, un autiste Asperger peut faire des études, mais il faut plus longtemps, tout est plus difficile.
C'est aussi pour que vous, qui avez des enfants jeunes, ne fassiez pas la même erreur que moi: il ne faut jamais mettre de la pression sur les enfants Asperger, même si c'est très dur.
Enfin, peut-être y a t-il également un autre, ou des autres personnes Asperger adultes qui auraient envie de participer à une colocation ou un achat d'une maison.
Merci de m'avoir lu
Leo

Avatar du membre
Lilas
Modératrice
Messages : 6504
Enregistré le : dimanche 14 juillet 2013 à 12:17
Contact :

Re: études supérieures, comment ça se passe pour vos enfants?

#58 Message par Lilas » vendredi 20 octobre 2023 à 12:06

Bonjour et bienvenue Leo,

Peux-tu mettre à jour ta signature (dans ton profil) avec ton statut quant au diagnostic (voir notre charte, chapitre 1.2) ?
Spoiler : Pour modifier la signature : 
  • cliquer (en haut à droite) sur ton pseudo ;
  • dans le menu qui apparaît, cliquer sur "Panneau de l'utilisateur" ;
  • cliquer sur l'onglet "Profil" ;
  • cliquer (à gauche) sur "Modifier la signature" ;
  • préciser ton statut dans la zone d'édition
    (exemples : suspicion de TSA, TSA diagnostiqué, parent...) ;
  • cliquer (en bas) sur "Envoyer".
Une petite présentation dans la section dédiée serait aussi appréciée.
Lilas - TSA (AHN - Centre Expert - 2015)

Mes romans :

Avatar du membre
tintaglia227
Familier
Messages : 102
Enregistré le : lundi 21 octobre 2019 à 13:56

Re: études supérieures, comment ça se passe pour vos enfants?

#59 Message par tintaglia227 » dimanche 19 novembre 2023 à 21:52

Bonsoir à tous,
J'y serais bientôt. Mon fils va avoir 17 ans, est en terminale (maths, physique chimie, maths expertes) et envisage un iut d'informatique, mais ne se ferme pas la porte à la physique chimie, il ne sait pas trop.....
J'angoisse beaucoup à l'idée de l'imaginer loin de nous, ce n'est d'ailleurs pas envisageable, il va falloir déménager...
Atypique maman d'un aspie de 17 ans en terminale scientifique (maths, pc, maths expertes), aesh à 20 h en seconde, 3 h en terminale.

Cardamome
Prolifique
Messages : 2676
Enregistré le : samedi 4 février 2017 à 20:07

Re: études supérieures, comment ça se passe pour vos enfants?

#60 Message par Cardamome » lundi 20 novembre 2023 à 10:13

En IUT il conservera un certain cadre un peu comme au lycée.
(Par rapport à d'autres endroits comme la fac par exemple).

Quant à vivre loin de la maison... Il y a parfois des compromis possibles ou tout du moins envisageables.

Mais c'est énormément de travail pour tout caler sachant qu'il n'y a pas grand chose de prévu pour ce genre de situation.
Envisager de loger en cité U si c'est proche de l'IUT et d'un restau U... Ça peut passer ou non (collectivité pesante ou au contraire proximité études repas logis favorable pour que tout soit simplifié et moins pesant pour lui).
Envisager un appui sur place: personne de confiance dans l'idéal... Joignable par lui et par vous.
Appui d'un éducateur sur place pour l'aider dans ses difficultés?
Gérer le trajet domicile lieu d'étude.
Spoiler : 
mon département propose le transport gratuit pour les élèves en situation de handicap. Youpi. Mais mon fils n'entre pas dans leurs critères très restrictifs basés sur le cliché typique personne handicapée loge et passe ses journées au même endroit. ESAT ou école primaire. Étudiant en fac, le département proposait payer un taxi les lundis matins donc partir vers 6h30 mais surtout... Dépôt stricto senso à la fac avec ses bagages tant pis pour lui qu'il loge à 20 mn de là à pied et qu il n'y ait pas d'endroit sûr pour laisser ses bagages à l'aller et au retour.. Donc subir le train... Et ses innombrables retards. Côté positif: c'est devenu normal qu'il y ait des grèves et du retard. Il s'y est fait!
Mais ça veut dire être sûrs du lieu d'étude! Parcoursup donne les réponses très tard pour caler tout le reste et pouvoir anticiper.
Ça ne dérange personne.
Après on s'étonne du faible pourcentage d'étudiants TSA... à moins d'avoir la chance de vivre dans une grande ville où ils poursuivent les études en restant à domicile et avec les suivis déjà en place..
C'est avoir sacrément de la chance pour y arriver.
Spoiler : 
notre chance, provoquée en déposant annonce sur le Facebook asso locale...a été de trouver une famille qui l' héberge puisque le CROUS a refusé sans aucune raison, la demande de dérogation pour pouvoir déposer une demande et cite U malgré nombreux échanges avec l'AS du CROUS et celle en charge de l'accueil des étudiants en situation de handicap. Toutes deux brillantes par leur incompétence. Elles voulaient le caser à 40 kms de là ou avec des toxicomanes :naugty: :crazy:
maman d'un jeune homme diagnostiqué avec TSA.

"Caminante, no hay camino, se hace camino al andar."
Antonio Machado

Répondre