Article de L.Mottron dans Nature

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
snip
Fidèle
Messages : 170
Enregistré le : vendredi 20 août 2010 à 6:48

Article de L.Mottron dans Nature

#1 Message par snip » jeudi 3 novembre 2011 à 21:47

Nature sort un numéro avec bcp d'articles sur l'autisme (sauf celui attendu).

http://www.nature.com/nature/journal/v4 ... 9033a.html

Dans cet article Laurent Mottron reprend une thèse déjà développée sur le forum celle où les autistes ne sont qu'une variante de la diversité de l'espèce humaine.

Il reprend la vue inclusive où il est plus important de développer les opportunités de développement spécifique plutot que d'essayer de soigner.

Il appelle les scientifiques à regarder du côté des avantages de la différence plutot que de se focaliser sur les déficits.

citation:"Despite these caveats, Dawson and other autistic individuals have convinced me that, in many instances, people with autism need opportunities and support more than they need treatment. As a result, my research group and others believe that autism should be described and investigated as a variant within the human species. These variations in gene sequence or expression may have adaptive or maladaptive consequences, but they cannot be reduced to an error of nature that should be corrected.

The hallmark of an enlightened society is its inclusion of non-dominant behaviours and phenotypes, such as homosexuality, ethnic differences and disabilities. Governments have spent time and money to accommodate people with visual and hearing impairments, helping them to navigate public places and find employment, for instance — we should take the same steps for autistics.

Scientists, too, should do more than simply study autistic deficits. By emphasizing the abilities and strengths of people with autism, deciphering how autistics learn and succeed in natural settings, and avoiding language that frames autism as a defect to be corrected, they can help shape the entire discussion.
"

Avatar du membre
maho
Forcené
Messages : 5139
Enregistré le : samedi 30 décembre 2006 à 22:05
Localisation : Yvelines

Re: Article de L.Mottron dans Nature

#2 Message par maho » vendredi 4 novembre 2011 à 6:43

Ca me semble trés coherent :bravo:
Y a qu'a.... :mryellow:
Suzanne, la vieille qui blatere, maman de Loic 29 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20754
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Article de L.Mottron dans Nature

#3 Message par Jean » vendredi 4 novembre 2011 à 21:19

maho a écrit :Ca me semble trés coherent :bravo:
Y a qu'a.... :mryellow:
traduire, c'est çà ? 8)
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

snip
Fidèle
Messages : 170
Enregistré le : vendredi 20 août 2010 à 6:48

Re: Article de L.Mottron dans Nature

#4 Message par snip » vendredi 4 novembre 2011 à 22:13

Jean a écrit :
maho a écrit :Ca me semble trés coherent :bravo:
Y a qu'a.... :mryellow:
traduire, c'est çà ? 8)
La communication implicite est l'apanage des neurotypiques... :lol:

Avatar du membre
maho
Forcené
Messages : 5139
Enregistré le : samedi 30 décembre 2006 à 22:05
Localisation : Yvelines

Re: Article de L.Mottron dans Nature

#5 Message par maho » samedi 5 novembre 2011 à 7:48

Ah oui!!
J'avais meme pas tilté que c'est en anglais :mryellow:
Euh......Benoit!!! t'es ou? :mryellow:
Suzanne, la vieille qui blatere, maman de Loic 29 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20754
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Article de L.Mottron dans Nature

#6 Message par Jean » samedi 5 novembre 2011 à 12:27

Cet article fait partie d'un ensemble d'articles publiés par NATURE du 2 novembre : L'ENIGME DE L'AUTISME
Changer les perceptions: La force de l'autisme
Laurent Mottron
Nature 479, 33-35 (03 Novembre 2011) doi: 10.1038/479033a Publié en ligne - 02 Novembre 2011

Des données récentes - et l'expérience personnelle - suggèrent que l'autisme peut être un avantage dans certains domaines, y compris la science, affirme Laurent Mottron.

La plupart des demandes de subvention, d’articles de recherche et de revues sur l'autisme s’ouvre par "L'autisme est une maladie dévastatrice". Ce n’est pas mon point de vue.

Je suis un chercheur, clinicien et directeur de laboratoire se concentrant sur les neurosciences cognitives de l'autisme. Huit personnes autistes ont été associés à mon groupe: quatre assistants de recherche, trois étudiants et un chercheur.

Leurs rôles n'ont pas été limités à partager leurs expériences de vie ou à l'exécution aveugle de saisie de données. Ils sont là à cause de leurs qualités intellectuelles et personnelles. Je crois qu'ils contribuent à la science en raison de leur autisme, non pas en dépit d'elle.

Tout le monde connaît des histoires d’autistes avec des capacités savantes extraordinaires, tels que Stephen Wiltshire, qui peut dessiner délicatement des paysages urbains détaillés à partir de sa mémoire, après un tour en hélicoptère. Aucun des membres de mon laboratoire n’est un savant. Ce sont des autistes«ordinaires», qui en tant que groupe, en moyenne, réussissent souvent mieux que les non-autistes dans une gamme de tâches, y compris des mesures de l'intelligence.
Image
JESSICA Épiceries / VII
Travailler avec Michelle Dawson scientifique autiste (à droite) a aidé Laurent Mottron (à gauche) à changer entièrement sa perception de la condition.

En tant que clinicien, je sais aussi que trop bien que l'autisme est un handicap qui peut rendre difficiles les activités quotidiennes. Un autiste sur dix ne peut pas parler, neuf personnes sur dix n'ont pas d'emploi régulier et quatre sur cinq adultes autistes sont encore dépendants de leurs parents. La plupart font face aux conséquences difficiles de la vie dans un monde qui n'a pas été construit autour de leurs priorités et leurs intérêts.

Mais dans mon expérience, l'autisme peut aussi être un avantage. Dans certains contextes, les personnes autistes peuvent réussir extrêmement bien. Un paramètre est la recherche scientifique. Pendant les sept dernières années, j'ai été un proche collaborateur d'une femme autiste, Michelle Dawson. Elle m'a montré que l'autisme, lorsqu'il est combiné avec une extrême intelligence et un intérêt pour la science, peut être une aubaine incroyable pour un laboratoire de recherche.
  • «Trop souvent, les employeurs ne réalisent pas ce que les autistes sont capables de faire, et leur assignent des tâches répétitives et presque serviles."
A suivre (traduction Asperansa)
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20754
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Article de L.Mottron dans Nature

#7 Message par Jean » samedi 5 novembre 2011 à 13:03

J'ai rencontré d'abord Dawson quand nous avons été interviewés ensemble pour un documentaire télévisé sur l'autisme. Quelque temps plus tard, après avoir révélé à ses employeurs qu'elle était autiste, elle a éprouvé des problèmes dans son travail en tant que facteur et a donc tout appris sur la façon dont le système juridique traite les employés handicapés. J'ai reconnu son talent pour l'étude et lui ai demandé de devenir assistante de recherche dans mon laboratoire. Quand elle a révisé certains de mes articles, elle a fait des commentaires exceptionnels et il était clair qu'elle avait lu toute la bibliographie. Plus elle lisait, plus elle a appris sur le domaine. Il y a presque dix ans, je lui ai proposé d’appartenir au laboratoire. Nous sommes maintenant co-auteurs de 13 articles et plusieurs chapitres de livres.

En examinant les hypothèses

Depuis son arrivée au laboratoire, Dawson a aidé l'équipe de recherche à questionner nombre de nos hypothèses sur les approches de l'autisme - y compris la perception qu'il y a toujours un problème à résoudre. L'autisme est défini par une suite de caractéristiques négatives, telles que les troubles du langage, les relations interpersonnelles réduites, des comportements répétitifs et des intérêts restreints. De nombreux avantages de l’autisme ne font pas partie des critères de diagnostic. La plupart des programmes éducatifs pour les autistes tout-petits ont pour but de réprimer des comportements autistiques, et de faire suivre aux enfants une trajectoire typique de développement. Personne ne s’est fondé sur la façon unique d’apprendre des autistes.

Dans les cas où les manifestations autistiques sont nuisibles - quand les enfants se cognent la tête contre les murs pendant des heures, par exemple - il est incontestablement opportun d'intervenir. Mais souvent, des comportements autistiques, bien qu’atypiques, sont tout de même des comportements d’adaptation.

Par exemple, un geste d'autisme est d'utiliser la main d'une autre personne pour demander quelque chose, comme quand un enfant met la main de sa mère sur le réfrigérateur pour demander de la nourriture, ou sur la poignée de la porte pour demander à aller dehors. Ce comportement est inhabituel, mais il permet aux enfants de communiquer sans langage.

Même les chercheurs qui étudient l'autisme peuvent faire preuve d’un biais négatif envers les personnes avec cette condition. Par exemple, les chercheurs faisant des scanographies d'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) signalent systématiquement les changements dans l'activation de certaines régions du cerveau en tant que déficits dans le groupe autiste - plutôt que des preuves tout simplement de leur organisation cérébrale autre, malgré tout parfois avec succès.

De même, les variations de volume cortical ont été attribuées à un déficit quand ils apparaissent dans l'autisme, indépendamment du fait que le cortex est plus ou moins épais que prévu 1.

Lorsque les autistes sont plus performants que les autres à certaines tâches, leurs forces sont souvent considérées comme compensatoires d’autres déficits, même quand aucun déficit n'a été démontré de manière empirique.

Sans aucun doute, le cerveau autiste fonctionne différemment. Surtout, ils comptent moins sur leurs centres verbaux. Lorsque des non-autistes regardent une image d'une scie, par exemple, leurs cerveaux sont activés dans les régions qui traitent à la fois des informations visuelles et langagières.

Chez les autistes, il y a relativement plus d’activité dans le réseau de traitement visuel que dans celui du traitement de la parole 2 , et cela semble être une caractéristique forte de l'autisme, à travers un large éventail de tâches 3 . Cette redistribution de la fonction cérébrale peut néanmoins être associée à des performances supérieures 4 (voir les images IRMf ci-dessous).

Image
SOURCE: REF. 4
Pour certaines tâches, les autistes utilisent leur cerveau différemment: ces images IRMf dépeignent les régions perceptives du cerveau davantage activées chez les autistes que chez les non-autistes lors d'un test d'intelligence non-verbale.

Ces différences peuvent aussi avoir des inconvénients, tels que des difficultés avec la langue parlée. Mais ils peuvent conférer certains avantages. Un corpus croissant de recherches montrent que les autistes surpassent les enfants et les adultes neurologiquement typiques dans un large éventail de tâches de perception, comme de repérer un motif dans un environnement distrayant 5 .

D'autres études ont montré que les personnes les plus autistes surpassent d'autres individus dans des tâches auditives (comme la discrimination d’emplacements sonores6 ), la détection de structures visuelles 7 et la manipulation mentale de formes tridimensionnelles complexes. Ils font aussi mieux dans les matrices de Raven, un test d'intelligence classique dans laquelle les sujets utilisent les compétences analytiques pour compléter un schéma continu visuel. Dans une des expériences de mon groupe, les autistes ont complété ce test avec un résultat de 40% plus rapide que les non-autistes 4 .

Références :
1 - Gernsbacher, M. A. Observer 20, 43–45 (2007).
2 - Gaffrey, M. S. et al. Neuropsychologia 45, 1672–1684 (2007).
3 - Samson, F., Mottron, L., Soulières, I. & Zeffiro, T. A. Hum. Brain Mapp. http://dx.doi.org/10.1002/hbm.21307 (2011).
4 - Soulières, I. et al. Hum. Brain Mapp. 30, 4082–4107 (2009).
5 - Pellicano, E., Maybery, M., Durkin, K. & Maley, A. Dev. Psychopathol. 18, 77–98 (2006).
6 - Heaton, P. J. Child Psychol. Psyc. 44, 543–551 (2003).
7 - Perreault, A., Gurnsey, R., Dawson, M., Mottron, L. & Bertone, A. PLoS ONE 6, e19519 (2011).
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20754
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Article de L.Mottron dans Nature

#8 Message par Jean » samedi 5 novembre 2011 à 14:31

Une intelligence modifiée

Il y a quelques années, mes collègues et moi avons décidé de comparer à quel point dont les adultes et enfants autistes et non-autistes exécutent deux types différents de tests d'intelligence: ceux non-verbaux, tels que les matrices de Raven, qui n'ont pas besoin d'instructions verbales pour les remplir, et les tests qui s'appuient sur des instructions et réponses verbales. Nous avons découvert que les non-autistes en tant que groupe fonctionnaient de manière cohérente dans les deux types de tests – s’ils étaient comptés dans les premiers 50 % dans l’un, ils avaient tendance à être comptés dans les premiers 50 % dans l'autre. Toutefois, les autistes avaient tendance à obtenir un score beaucoup plus élevé dans le test non-verbal que dans celui verbal (voir «L'intelligence autiste») - dans certains cas, jusqu'à 90 % supérieurs 8 .

Image
SOURCE: REF. 8

Malgré le succès des autistes dans les matrices de Raven, moi aussi, j’avais l'habitude de croire que les tests verbaux étaient les meilleures mesures de l'intelligence. Ce fut Dawson qui m'a ouvert les yeux sur cette attitude «normocentrique ». Elle m'a demandé : si les autistes excellent dans une tâche qui est utilisée pour mesurer l'intelligence chez les non-autistes, pourquoi n’est-ce pas considéré comme un signe d'intelligence chez les autistes?

C’est maintenant ahurissant pour moi que les scientifiques continuent à utiliser, comme ils l'ont fait depuis des décennies, des tests inappropriés pour évaluer la déficience intellectuelle parmi les autistes, qui est habituellement estimée à environ 75%. Seuls 10% des autistes souffrent d'une maladie neurologique associée qui affect l'intelligence, comme le syndrome de l’ X fragile, ce qui les rend plus susceptibles d'avoir une déficience intellectuelle.

Je ne crois plus que la déficience intellectuelle est intrinsèque à l'autisme. Pour estimer le taux réel, les scientifiques ne devraient utiliser que les tests qui ne nécessitent aucune explication verbale. En mesurant l'intelligence d'une personne ayant une déficience auditive, nous n'hésiterions pas à éliminer les composantes de l'épreuve qui ne peuvent pas être expliquées en utilisant le langage des signes, pourquoi ne devrions nous pas faire la même chose pour les autistes?

Bien sûr, l'autisme affecte d'autres fonctions, telles que la communication, le comportement social et les capacités motrices. Ces différences peuvent rendre les autistes plus dépendants des autres, et leur rendre la vie quotidienne beaucoup plus difficile. Aucun de mes arguments ci-dessus est destiné à minimiser cela.

Trop souvent, les employeurs ne réalisent pas ce que les autistes sont capables de faire, et leur assignent des tâches répétitives et presque subalternes. Mais je crois que la plupart sont désireux et capables de faire des contributions sophistiquées à la société, s'ils ont un bon environnement. Parfois, la part la plus difficile est de trouver le bon emploi - mais des organisations apparaissent désormais pour régler ce problème. Par exemple, Aspiritech, une organisation à but non lucratif basée à Highland Park, Illinois, emploie des gens autistes (principalement le syndrome d'Asperger) dans des postes de testeurs de logiciels ( http://www.aspiritech.org ). La société danoise Specialisterne a aidé plus de 170 autistes à obtenir des emplois depuis 2004. Sa maison mère, la Specialist People Foundation, vise à connecter un million de personnes autistes avec un travail significatif (http://www.specialistpeople.com ).

Beaucoup de personnes autistes, je crois, sont adaptés à la science académique. Dès leur jeune âge, ils peuvent être intéressés par l'information et les structures, comme les numéros, les lettres, les mécanismes et des motifs géométriques - la base de la pensée scientifique 9 . Leur intense concentration peut les conduire à devenir des experts autodidactes dans les sujets scientifiques. Dawson, par exemple, ne dispose pas d'un diplôme scientifique, mais elle a appris et a produit suffisamment en quelques années de lecture des documents neuroscientifiques pour mener certains types de recherche. À ce stade, elle mérite un doctorat.

Références :
8 - Dawson, M., Soulières, I., Gernsbacher, M. A. & Mottron, L. Psychol. Sci. 18, 657–662 (2007).
9 -Mottron, L., Dawson, M. & Soulières, I. Phil. Trans R. Soc. Lond. B 364, 1385–1391 (2009).
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20754
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Article de L.Mottron dans Nature

#9 Message par Jean » samedi 5 novembre 2011 à 15:04

Rappel instantané

Les recherches ont constamment démontré que, en moyenne, les autistes présentent des points forts qui peuvent être directement utile dans la recherche. Ils peuvent traiter simultanément de gros morceaux de l'information perceptive, tels que des ensembles de données volumineux, mieux que ne le peuvent les non-autistes 10 . Ils ont souvent une mémoire exceptionnelle: la plupart des non-autistes ne peuvent pas se rappeler ce qu'ils ont lu il y a dix jours ; pour certains autistes, c'est une tâche facile. Les personnes autistes sont également moins susceptibles de mal se rappeler les données. Cela est très pratique dans la science: alors que les méthodologies utilisées dans les études sur la perception du visage dans l'autisme sont pour moi terriblement similaires, Dawson peut se les rappeler instantanément.

Beaucoup de personnes autistes sont bonnes à repérer les motifs récurrents dans de grandes quantités de données, et les cas dans lesquels ces motifs sont interrompus. Dans mon laboratoire, Dawson a remarqué une divergence dans les normes appliquées à différents types de traitements: pour développer un médicament, les chercheurs doivent mener des études élaborées, y compris des essais contrôlés randomisés, mais ce n'est pas une exigence pour les interventions comportementales pour les autistes, malgré les coûts énormes de telles interventions (jusqu'à 60.000 $ américains par an pour chaque individu) et leurs éventuelles conséquences négatives.

Il est donc inquiétant de constater que certains pays, dont la France, ont proposé des interventions obligatoires qui visent à obtenir des autistes à adopter des comportements d'apprentissage et sociaux «typiques», qui n'ont pas été testés en utilisant les normes appliquées à d'autres domaines de la science.

Le point de vue aiguisé de Dawson maintient aussi le laboratoire axé sur l'aspect le plus important de la science : les données. Elle a une heuristique de bas en haut, dans lequel les idées viennent des faits disponibles, et d'eux seuls. En conséquence, ses modèles sont au-dessus des critiques, et sont presque infailliblement exacts , mais elle a besoin d'une très grande quantité de données pour tirer des conclusions. Par contraste, j'ai une approche de haut en bas : je saisis et manipule des idées générales de peu de sources, et, après les avoir exprimées dans un modèle, je reviens aux faits pour soutenir ou démentir ce modèle. Combiner les deux types de cerveaux dans le même groupe de recherche est incroyablement productif.

Parce que les données et les faits sont primordiaux pour les personnes autistes, ils ont tendance à ne pas s'enliser dans une stratégie de carrière qui peut faire dériver même les meilleurs scientifiques. Ils préfèrent ne pas chercher la popularité, les promotions ou un grand nombre d’articles ; ils peuvent afficher leurs meilleures idées sur le web plutôt que de les publier.

En 2004, Dawson a été reconnue au sein de la communauté autistique et parmi les chercheurs et cliniciens de l'autisme après avoir posté en ligne un essai détaillant les manquements à l'éthique des thérapies comportementales intensives utilisées avec des enfants autistes.

Bien sûr, les autistes ne réussiront pas dans tous les métiers. Compte tenu de leurs différences sociales, ils ont souvent du mal dans des domaines axés sur les gens, tels que la vente au détail ou le service du client. Idéalement, les personnes autistes devraient avoir des médiateurs [tuteurs] qui pourraient aider à régler les situations qui déclenchent de l'anxiété chez eux – toute chose généralement non planifiée ou hostile, telle que des modifications à un projet existant, des problèmes d'ordinateur ou de critique négative.

Malgré ces réserves, Dawson et d'autres personnes autistes m'ont convaincu que, dans de nombreux cas, les personnes autistes ont besoin d'occasions et de soutien plus qu’ils n’ont besoin de traitement. En conséquence, mon groupe de recherche et d'autres croient que l'autisme doit être décrit et étudié comme une variante au sein de l'espèce humaine. Ces variations dans la séquence ou l'expression du gène peuvent avoir des conséquences adaptatives ou inadaptés, mais elles ne peuvent pas être réduites à une erreur de la nature qui devrait être corrigée.

La caractéristique d'une société éclairée est son inclusion des comportements et des phénotypes non-dominants, comme l'homosexualité, les différences ethniques et les handicaps. Les gouvernements ont dépensé du temps et de l’argent pour accueillir les personnes souffrant de déficiences visuelles et auditives, les aidant à naviguer dans les lieux publics et à trouver un emploi, par exemple - nous devons prendre les mêmes mesures pour les autistes.

Les scientifiques, eux aussi, devraient faire plus qu’étudier simplement les déficits autistiques. En insistant sur les capacités et les atouts des personnes atteintes d'autisme, en déchiffrant comment les autistes apprennent et réussissent dans un milieu naturel, et en évitant un langage qui formule l'autisme comme un défaut à corriger, ils peuvent aider à façonner l'ensemble du débat.

Références :
10 - Plaisted, K., O'Riordan, M. & Baron-Cohen, S. J. Child Psychol. Psyc. 39, 765–775 (1998).

Laurent Mottron est professeur de psychiatrie et titulaire de la Chaire Marcel et Rolande Gosselin de recherche en neurosciences cognitives de l'autisme à l'Université de Montréal. Il est également directeur du programme de l'autisme à l'Hôpital Rivière-des-Prairies, 7070 boul. Perras, Montréal H1E 1A4, Québec, Canada.
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans


Dakota
Adepte
Messages : 256
Enregistré le : dimanche 23 octobre 2011 à 19:15

Re: Article de L.Mottron dans Nature

#11 Message par Dakota » samedi 5 novembre 2011 à 19:50

........
Modifié en dernier par Dakota le dimanche 21 avril 2013 à 16:10, modifié 1 fois.
TSA

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20754
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Article de L.Mottron dans Nature

#12 Message par Jean » samedi 5 novembre 2011 à 20:16

père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20754
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Article de L.Mottron dans Nature

#13 Message par Jean » lundi 7 novembre 2011 à 18:49

Signalé par Autisme Information Science un communiqué de l'Université de Montréal : Au sujet de l'article de Laurent Mottron : Les scientifiques doivent cesser de centrer leurs travaux sur les déficits des autistes
« Nous avons inventé un mot pour ça: le normocentrisme, qui signifie l'idée préconçue que ce que vous faites et êtes est, par principe, normal, et que ce que fait ou est une personne autiste est, par principe, anormal»
« Bien que le financement public et philanthropique soit important pour faire progresser notre compréhension de la condition, il est exceptionnel que qu'il soit utilisés pour travailler vers des objectifs identifiés par la collectivité autiste elle-même »
« Michelle Dawson et d'autres personnes autistes m'ont convaincu que, dans plusieurs cas, les autistes ont par-dessus tout besoin d'opportunités, souvent de soutien, mais rarement de traitement»
« Il en résulte que mon laboratoire, comme d'autres, croit que l'autisme devrait faire l'objet d'une description et d'une investigation à titre de variante acceptée de l'espèce humaine, pas comme un défaut à supprimer. »
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8888
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: Article de L.Mottron dans Nature

#14 Message par Benoit » mardi 8 novembre 2011 à 19:06

Jean a écrit :Signalé par Autisme Information Science un communiqué de l'Université de Montréal : Au sujet de l'article de Laurent Mottron : Les scientifiques doivent cesser de centrer leurs travaux sur les déficits des autistes
J'ajouterai qu'il faudrait aussi arrêter de faire des communiqués dont le titre est tronqué et/ou réducteur. Je trouve le mot "centrer" pas assez parlant, limiter, restreindre, focaliser serait plus parlant (peut être aussi centrer a t il une autre nuance chez nos cousins d'outre Atlantique).
Ce ne sont pas les travaux qui posent problème, c'est leur objet. Formuler comme ça, on a l'impression ça me donne qu'il demande de ne plus faire de travaux sur les autistes du tout.

Dakota, je ne sais pas si tu as lu les articles du NY Times et les discussions associées, mais c'est effectivement un point mis en avant par le fondateur de Specialisterne que d'appliquer la recette à d'autres domaines (et il dit texto qu'il l'a appliquée au domaine qu'il connaissait et non à un domaine qui serait prétendument le plus approprié).

Dakota
Adepte
Messages : 256
Enregistré le : dimanche 23 octobre 2011 à 19:15

Re: Article de L.Mottron dans Nature

#15 Message par Dakota » mardi 8 novembre 2011 à 22:30

........
Modifié en dernier par Dakota le samedi 20 avril 2013 à 19:10, modifié 1 fois.
TSA

Répondre