Evolutions de la classification - DSM V

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Répondre
Message
Auteur
Avatar du membre
manu
Forcené
Messages : 1794
Enregistré le : mercredi 27 janvier 2010 à 13:44
Localisation : montceau les mines

Re: Evolutions de la classification - DSM V

#136 Message par manu » samedi 26 mai 2012 à 13:59

Jean a écrit :Pourquoi pas ?
:) Par ce que l'Humain typique, NT, a du mal a penser autrement voilà pourquoi!

C'est par ce qu'il est social, et que le social passe par les mots, et que les mots fonctionnent comme ça, par nature.
C'est par ce que c'est enseigné a l'école, par ce qu'on apprend a développer la pensée analytique, séquentielle, verbale, cerveau gauche, et pas celle du cerveau droit, globale, diffuse, intuitive, visuelle.

D'où l'intérêt de développer le mode de pensé singulier des autistes, qui faute d'efficacité dans l’échange ont souvent développé cet organe, organe non pas autistique mais humain, apte a penser sans ériger des frontières absolutistes.

Le pire dans l'histoire, c'est que je suis persuadé que c'est ceux qui ont a l'origine le plus de mal à "penser en case" qui sont les plus grand défenseur de ces frontières qu'il ont eut beaucoup de mal a les maîtriser. Tous ceux qui comme moi ont été rectifié par l'école, genre cerveau droit contrarié, pour qui sauter d'un repère a l'autre est ardue, alors qui s'agrippent a ceux qu'ils ont, et on d'autant plus besoin que ces repères soit fixe, absolue, et sans "situation intermédiaire".

J'entendais ce matin a la radio que "La beauté est dans le regard de l'observateur".
J'ai envie de dire dans la même ligné que la frontière est dans l'esprit de celui qui classe.
Reconnu humain à la naissance.
Aucun diagnostique plus pertinent depuis!


"L'homme qui sait ne parle pas, L'homme qui parle ne sait pas." (Lao Tseu) ... J'arrête pas d'le dire!

Avatar du membre
omega
Forcené
Messages : 1669
Enregistré le : lundi 18 janvier 2010 à 17:22

Re: Evolutions de la classification - DSM V

#137 Message par omega » mercredi 30 mai 2012 à 13:27

manu a écrit :J'entendais ce matin a la radio que "La beauté est dans le regard de l'observateur".
J'ai envie de dire dans la même ligné que la frontière est dans l'esprit de celui qui classe.
:lol: :bravo:
«Nous sommes tous des farceurs: nous survivons à nos problèmes.» (Cioran)

Avatar du membre
bernard
Forcené
Messages : 3478
Enregistré le : mercredi 27 février 2008 à 22:34
Localisation : Clermont-Fd, Auvergne

Re: Evolutions de la classification - DSM V

#138 Message par bernard » samedi 2 juin 2012 à 22:59

Jean a écrit :Autism Criteria Critics Blasted by DSM-5 Leader
http://www.medpagetoday.com/MeetingCoverage/APA/32578
Les critiques des critères de l'autisme anéanties par le dirigeant du DSM-5
Par John Gever, rédacteur en chef, MedPage Today Publié le: 8 mai 2012

PHILADELPHIE - Le leader du comité de l'American Psychiatric Association qui réécrit les critères diagnostiques des troubles du spectre autistique a défié les critiques du panel ici, les accusant de mauvaise science.

DSM-IV contre DSM-5

L’étude de Yale

En utilisant les données d’un essai de 1993 du champ du DSM-IV comme référence, les chercheurs de Yale ont estimé que la sensibilité du diagnostic du DSM-5 était de 25% pour ceux atteints du syndrome d’Asperger dans le DSM-IV, 76% pour ceux atteints de troubles autistiques, et 28% pour ceux atteints de TED-NS.
Ce cas a été cité hier par Tony Attwood à Paris.
Sur les 600 cas de l'étude de Yale, seuls 1/4 de ceux qui avaient reçu un diag de SA avec le DSM 4 le reçoivent encore avec le DSM 5. Les 75 autres % deviennent invisibles au DSM 5.
Comme Snip plus haut, il a rappelé que les assurances aux USA faisaient pression pour réduire les sommes d'argent versées aux handicapés. Si le gouvernement français veut aussi réduire les dépenses, il est fort à parier que réduire de 3/4 les détections d'aspies ensuite pensionnés va aussi lui plaire.
Les tests diagnostiques du DSM 5 sont donc plus basés sur des critères de réduction des coûts que sur des éléments scientifiques.
Bernard (55 ans, aspie) papa de 3 enfants (dont 2 aspies)

Avatar du membre
omega
Forcené
Messages : 1669
Enregistré le : lundi 18 janvier 2010 à 17:22

Re: Evolutions de la classification - DSM V

#139 Message par omega » lundi 4 juin 2012 à 9:35

bernard a écrit :Les tests diagnostiques du DSM 5 sont donc plus basés sur des critères de réduction des coûts que sur des éléments scientifiques.
:roll: Comme quoi, la frontière est bel et bien dans l'esprit de celui qui classe (selon ses propres objectifs ou intérêts).
«Nous sommes tous des farceurs: nous survivons à nos problèmes.» (Cioran)

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19850
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Evolutions de la classification - DSM V

#140 Message par Jean » lundi 11 juin 2012 à 19:11

Mais ce n'est pas prouvé jusqu'à présent qu'il y aura vraiment une réduction des diagnostics en ce qui concerne les troubles du spectre autistique par rapport aux TED.

Le principal conflit aux USA porte, me semble-t-il, sur la lutte entre les Etats et les assureurs pour savoir qui doit financer l'intervention intensive précoce.
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
manu
Forcené
Messages : 1794
Enregistré le : mercredi 27 janvier 2010 à 13:44
Localisation : montceau les mines

Re: Evolutions de la classification - DSM V

#141 Message par manu » mercredi 13 juin 2012 à 12:51

Jean a écrit :Le principal conflit aux USA porte, me semble-t-il, sur la lutte entre les Etats et les assureurs pour savoir qui doit financer l'intervention intensive précoce.
D'une manière générale, hors contexte de l'autisme, hors tout contexte, je crois que le principale conflits dans les sociétés dite développées c'est de trouver comment faire financer de façon assuré par les états des domaines d'intervention privatisée.

Je serrais extrêmement surpris que ce soit pas ici aussi le fond du sujet, du moins le fond du conflit caché derrière les besoins légitimes.
Reconnu humain à la naissance.
Aucun diagnostique plus pertinent depuis!


"L'homme qui sait ne parle pas, L'homme qui parle ne sait pas." (Lao Tseu) ... J'arrête pas d'le dire!

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19850
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Evolutions de la classification - DSM V

#142 Message par Jean » dimanche 16 septembre 2012 à 19:59

Sur le blog de Franck Ramus :
Peut-il y avoir une exception française en médecine?
Extrait :

(...) Je vous demande d'imaginer une situation où les diabétologues français, convaincus d'avoir raison contre tous les autres diabétologues du monde, mais peu soucieux de confronter leurs idées et de les soumettre à l'examen critique de leurs pairs, publieraient leurs travaux et leurs théories dans des revues et des ouvrages français publiés et lus uniquement par eux-mêmes, et éditeraient leur propre classification des maladies uniquement en français, pour usage en France. Ils se garderaient bien de chercher à publier leurs travaux et leurs idées dans des revues médicales internationales, et ainsi de participer à l'évolution globale des connaissances sur le diabète. Ils s'accrocheraient à l'idée qu'il peut y avoir une science française du diabète, isolée des connaissances du reste du monde, au mépris même de leur code de déontologie médicale. Leur diabétologie française aurait bien sûr des conséquences sur la manière dont le diabète est diagnostiqué, traité, et sur la manière dont les patients sont pris en charge en France. Des conséquences en l'occurrence dénoncées par un certain nombre d'associations de patients diabétiques. Vous trouvez ce scénario invraisemblable?

C'est pourtant exactement ce qui se passe au sein de la psychiatrie française. La 5ème édition de la Classification française des troubles mentaux de l'enfant et de l'adolescent (CFTMEA) vient d'être publiée, à destination des psychiatres français souhaitant pratiquer une psychiatrie française, avec des critères diagnostiques fondés sur une théorie psychanalytique des troubles mentaux tombée en désuétude dans le monde entier, sauf en France et dans quelques pays sous influence française
(...)

L'intégralité du post : http://franck-ramus.blogspot.fr/2012/09 ... caise.html
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
manu
Forcené
Messages : 1794
Enregistré le : mercredi 27 janvier 2010 à 13:44
Localisation : montceau les mines

Re: Evolutions de la classification - DSM V

#143 Message par manu » dimanche 23 septembre 2012 à 10:21

On peut consulter les correspondances CFTMEA / CIM10 ici.
Reconnu humain à la naissance.
Aucun diagnostique plus pertinent depuis!


"L'homme qui sait ne parle pas, L'homme qui parle ne sait pas." (Lao Tseu) ... J'arrête pas d'le dire!

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19850
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Evolutions de la classification - DSM V

#144 Message par Jean » dimanche 23 septembre 2012 à 14:25

Il s'agit d'une nouvelle édition (révision 2012).

Le tableau de correspondance reste le même : voir page 109 du livre ou 19 de l'extrait.

Extraits de la présentation :
La révision R-2012 a été suscitée principalement par la décision des pouvoirs publics d’imposer pour le RIM-P1 (version du PMSI2 pour la psychiatrie) l’obligation d’un codage des diagnostics en référence aux catégories de la CIM 10, ce qui excluait la CFTMEA et obligeait le praticien tenant à cette dernière, à recourir aux deux classifications, opération complexe et fastidieuse dans les conditions de la pratique quotidienne. Notre groupe de travail
s’est donc engagé dans la réalisation d’un véritable transcodage qui laisse au clinicien la possibilité d’utiliser les catégories de la CFTMEA, la mise en correspondance des données fournies étant assurée automatiquement par les logiciels mis en place dans les départements de l’information médicale (DIM). Ces modifications respectent la spécificité de la CFTMEA, tout en instituant un transcodage qui à la fois répond aux exigences administratives et peut faciliter l’accès des équipes françaises aux publications internationales.

(...)

1. Troubles envahissants du développement (TED), schizophrénies, troubles psychotiques de l’enfance et de l’adolescence

Dans la précédente édition de la CFTMEA, la référence aux TED coexistait avec la dénomination « psychoses précoces ». Or aujourd’hui, le terme « psychose » appliqué aux jeunes enfants est pour beaucoup chargé d’une telle connotation stigmatisante qu’il nous est apparu préférable de l’écarter de la nomenclature consacrée aux TED et à l’autisme. Ce changement ne modifie en rien la visée de la CFTMEA en ce qu’elle cherche à dégager notamment les critères différentiels qui caractérisent l’enfant et l’adolescent du point de vue psychopathologique. Toutefois des difficultés sont apparues pour l’application de ces modalités à la catégorie 1.04 « dysharmonies psychotiques ». En raison de sa fréquence, de son originalité et de son ancrage dans la clinique pédopsychiatrique en France, la plupart des praticiens souhaitent en effet que la mention « dysharmonies psychotiques » soit maintenue explicitement. [c'est moi qui souligne]C’est pourquoi le choix est proposé ici, à parité, entre « dysharmonies psychotiques » et « dysharmonies complexes du développement. »

Les dysharmonies psychotiques introduites en 1966 sont assurément considérées comme une des variétés des psychoses, mais des troubles comparables ont été décrits plus tardivement, dans les années 1990, aux USA et dans d’autres pays sous des terminologies variables, en dehors de tout lien avec la problématique des psychoses. La description la plus connue est celle des multiple complex developmental disorders (MCDD) par l’équipe de Yale, sans pour autant que ces catégories cliniques soient reconnues par le DSM ou la CIM 10. Ce qui entraîne le classement des enfants concernés dans les TED NS. Compte tenu de ces faits, la CFTMEA a francisé le terme MCDD avec la dénomination « dysharmonies multiples et complexes du développement ». L’emploi de ce terme permet d’écarter la référence immédiate à la psychose.

1.0 Autisme et troubles envahissants du développement (TED)
CIM 10 ➤ F84 Troubles envahissants du développement
1.00 Autisme infantile précoce – type Kanner
1. Début généralement au cours de la première année avec présence des manifestations caractéristiques avant l’âge de 3 ans.
2. Association de :
– troubles majeurs de l’établissement des relations interpersonnelles et des relations sociales ;
– altération qualitative de la communication (absence de langage, troubles spécifiques du langage, déficit et altération de la communication non verbale) ;
– comportements répétitifs et stéréotypés avec souvent stéréotypies gestuelles ; intérêts et jeux restreints et stéréotypés ;
– recherche de l’immutabilité (constance de l’environnement) ;
– troubles cognitifs.
Exclure :
– les autres sous-catégories « Autisme et TED » ;
– les déficiences intellectuelles dysharmoniques ;
– les démences ;
– les troubles complexes du langage oral.

CIM 10 ➤ F84.0 Autisme infantile
Les critères que nous venons de rappeler ci-dessus ne sont pas suffisants pour dégager la spécificité de l’autisme du point de vue clinique. Les difficultés en ce domaine sont connues : la définition retenue par l’OMS se prête à une extension indéfinie de ce cadre cependant, sous un autre angle, il n’est pas concevable aujourd’hui d’établir des critères spécifiques qui permettraient une présentation synthétique acceptable par un nombre significatif de cliniciens.

Pour ces motifs il paraît essentiel de soutenir une approche multidimensionnelle à visée intégrative qui prenne en considération les apports des différents courants de la recherche clinique, y compris les composantes dynamiques et structurelles, mises en valeur par la CFTMEA.

Sur ces bases, on sera davantage en mesure de reconnaître les écarts entre l’autisme précoce de Kanner et les autres sous-catégories des TED du groupe « Autisme et TED » ainsi que les faits cliniques qui doivent être classés dans une autre des grandes catégories de la CFTMEA.

Au cours des premières années de la vie, on s’appuiera également sur les données exposées dans l’axe 1 bébé, B1, « Bébé à risque de troubles sévères du développement. »

1.01 Autres formes de l’autisme
Syndrome autistique incomplet ou d’apparition retardée après l’âge de 3 ans.
Exclure :
– les autres sous-catégories « Autisme et TED » ;
– les déficiences intellectuelles dysharmoniques ;
– les démences.

CIM 10 ➤ F84.1 Autisme atypique

1.02 Autisme ou TED avec retard mental précoce

Intrication d’un retard mental sévère d’emblée présent avec des traits autistiques notamment des accès d’angoisse néantisante associés à des régressions et à des comportements auto-agressifs.
C’est le caractère massif et la survenue d’emblée, qui justifie l’individualisation de ces formes, sachant que par ailleurs, dans la plupart des cas d’autisme ou d’autres TED de l’enfant, coexistent un retard mental ou des troubles cognitifs.

Inclure :
– autisme et TED à expression déficitaire précoce ;
– débilité évolutive.
Exclure :
– autisme et TED de l’enfant, autres ;
– les déficiences dysharmoniques.

CIM 10 ➤ F84.1 Autisme atypique + F70 à F79 Retard mental (…)

p.19-21
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19850
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Evolutions de la classification - DSM V

#145 Message par Jean » dimanche 25 novembre 2012 à 0:09

Diagnosis - Redefining autism, Emily Singer
Traduction de Benoit .
Redéfinir l'autisme
Traduction d'un article de "nature" - Outlook
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19850
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Evolutions de la classification - DSM V

#146 Message par Jean » dimanche 25 novembre 2012 à 0:15

DSM-5: My Thoughts Print - 15 April 2012
The Proposed DSM-5 Changes with Regard to ASD
Michelle Garcia Winner
CHANGEMENTS PROPOSÉS AU MANUEL DIAGNOSTIQUE ET STATISTIQUE DES TROUBLES MENTAUX (DSM-V) RELATIVEMENT AU TROUBLE DU SPECTRE DE L'AUTISME (TSA)

Traduction (12 pages) - Octobre 2012 - Publication du Réseau national d'expertise en TED
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19850
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Evolutions de la classification - DSM V

#147 Message par Jean » mercredi 5 décembre 2012 à 6:09

Le syndrome d’Asperger disparaît de la bible de la psychiatrie américaine
Slate - 4/12/2012

L’APA (American Psychiatric Association) a annoncé le 1er décembre qu’elle s’apprêtait à modifier son ouvrage de référence, celui que les médecins utilisent avec leurs patients atteints de troubles mentaux. C’est la première réécriture majeure en 20 ans.

Avec les modifications, le syndrome d’Asperger va devenir une sous-catégorie de l’autisme, compris dans un large spectre incluant plusieurs troubles, «afin d’aider de façon plus pertinente et plus systématique à diagnostiquer les enfants atteints d’autisme», selon l’APA, cité par CBS News.

Comme l'expliquait Peggy Sastre sur Slate, le syndrome d'Asperger est de toute façon lié à l'autisme depuis son diagnostic originel:

«En 1944, Hans Asperger, pédiatre, publie ses observations (PDF) portant sur des enfants atteints de “psychopathie autistique”, caractérisée par des «comportements bizarres» et des capacités intellectuelles pouvant aller “de la débilité au génie”. Asperger est lui aussi convaincu d'une origine organique et héréditaire du trouble, et précise que les parents de ces enfants sont des êtres originaux possédant pour certains quelques traits autistiques. Il donnera son nom au célèbre “syndrome d'Asperger”, désignant les autistes de haut-niveau, manifestant une forme très élaborée et très précoce du langage, sans pour autant le considérer comme un outil de communication sociale.»

Indépendance

De nouveaux troubles font leur apparition dans cette bible de la psychiatrie d’outre-Atlantique. Parmi eux, la syllogomanie, trouble qui consiste à accumuler de manière compulsive et excessive des objets (sans les utiliser ou s’en débarrasser) mais s’ils ne présentent aucun intérêt ni utilité. Le livre référence aussi désormais le DMDD (Disruptive Mood Dysregulation Disorder). Ce trouble implique des explosions de colère sévères et disproportionnées par rapport aux situations dans lesquelles elles s’expriment.

L’impact du manuel, de la façon dont les maladies sont répertoriées a un impact immense aux Etats-Unis sur les traitements, car les médecins suivent de très près le manuel, mais aussi sur l’accès aux traitements.

Le problème étant que nombre de spécialistes travaillant sur ce manuel ont des liens avec l'industrie pharmaceutique, et sont donc l'objet de possibles conflits d'intérêts, explique le magazine New Scientist. Pour la révision actuelle, l'APA a demandé pour la première fois que les auteurs déclarent leurs liens financiers avec l'industrie, et a limité les sommes qu'ils peuvent recevoir des industries pharmaceutiques (maximum... 10.000 dollars par an).

Mais selon Lisa Cosgroveprofesseure d'Harvard qui a travaillé sur les liens entre les auteurs du manuel et l'industrie, «la transparence ne peut pas, à elle seule, diminuer la partialité des auteurs» et ajoute que certaines sommes allouées pour la recherche par l'industrie ne sont même pas prises en compte dans la demande de transparence. «Rien n'a vraiment changé», estime-t-elle.
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Eclipse
Forcené
Messages : 827
Enregistré le : lundi 25 janvier 2010 à 11:00
Localisation : Landerneau

Re: Evolutions de la classification - DSM V

#148 Message par Eclipse » mercredi 5 décembre 2012 à 12:34

J'ai trouvé ça sur la toile....mais c'est en anglais :(
Maman d'un petit bonhomme extraordinaire ;)
"On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu'on n'en n'a qu'une" - Confucius

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8888
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: Evolutions de la classification - DSM V

#149 Message par Benoit » mercredi 5 décembre 2012 à 14:52

Ca reprend à peu près le texte de cet article , (qui rentre plus en détail sur les conséquences).
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19850
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Evolutions de la classification - DSM V

#150 Message par Jean » mercredi 5 décembre 2012 à 18:48

Mon commentaire sur l'article paru dans "Slate" : il n'y a aucun rapport entre la première partie de l'article (sur la "disparition" du SA) et la deuxième partie (sur la "transparence").
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Répondre