Insertion professionnelle

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Message
Auteur
Avatar du membre
Siobhan
Forcené
Messages : 1591
Enregistré le : mardi 20 mars 2018 à 23:54

Re: Insertion professionnelle

#16 Message par Siobhan » dimanche 26 août 2018 à 22:05

@Lilas @Nanouille @lucius @Manichéenne @Pimpoline @Mélimélo05

Merci à tous et toutes pour vos interventions sur ce fil :), ces témoignages sont précieux je pense. :kiss:
(ex-MudBloodKnowItAll)

TSA

Avatar du membre
lepton
Modérateur
Messages : 2625
Enregistré le : samedi 17 décembre 2016 à 19:19

Re: Insertion professionnelle

#17 Message par lepton » lundi 27 août 2018 à 15:34

Après avoir fini mes études, j’ai passé trois ans sans emploi. Je squattais chez mes parents.
Je me sentais incapable de travailler, de m’insérer dans un milieu que je ne connaissais pas.
J’avais eu une seule expérience professionnelle auparavant. C’était un job d’été, où j’occupais un poste d’opérateur aux renseignements téléphoniques. Moi qui ai une phobie du téléphone.
C’est mon père qui m’y avait fait rentrer, probablement pour que je développe mes aptitudes sociales. J’ai tenu le coup sans craquer, mais ça m’a tellement traumatisé que j’y repense souvent, plus de 20 ans après...
Et lorsque j’ai été obligé de chercher du travail, je me référais à cette seule expérience, et j’avais très peur.
Quand je postulais à une offre d’emploi, j’espérais secrètement que ma candidature serait rejetée.
Ce qui s’est toujours produit, vu les 4 ou 5 lignes de mes lettres de motivation...
Mais en même temps, je savais qu’il fallait que j’arrive à faire quelque-chose, que je ne pourrais pas continuer comme ça toute ma vie, et que j’allais finir à la rue si je n’y arrivais pas.
Je ne l’ai compris que beaucoup plus tard, mais j’étais en pleine dépression à ce moment-là, je n’avais envie de rien, j’avais peur de tout, je me laissais porter au jour le jour...

Mon salut est venu de l’ANPE, qui m’a fait faire un bilan de compétences puis une formation diplômante dans mon domaine d’activité actuel. Ce domaine correspondait à un centre d’intérêt très fort, et ma formation s’est très bien passée, puisque j’avais déjà des connaissances très pointues (vive les intérêts restreints...).
J'ai gagné en confiance.
Mon gros coup de chance ensuite, c’est que j’ai répondu à une offre d’emploi quelques jours après ma formation. Je l’ai compris par la suite, cette entreprise embauchait à peu près n’importe qui, pourvu qu’il connaisse le métier et ne soit pas trop exigeant sur le salaire.
L’entretien a été catastrophique. J’ai bégayé, j’entendais ma voix s’éteindre à chaque fin de phrase. J’essayais de regarder la DRH dans les yeux et de rester concentré.
Je sais que j’ai complètement foiré l’entretien.
Sauf qu’à côté, il y avait un test technique. On m’a mis en main un appareil en panne, son schéma, on m’a expliqué comment il fonctionnait, et on m’a demandé de le dépanner en commentant à haute voix toutes les étapes de mon raisonnement. Je m’en suis très bien sorti.
La DRH m’a rappelé dans l’après-midi, et j’ai commencé la semaine suivante.
Je touchais un peu plus que le smic, je bossais à 80 km de chez moi, l’ambiance dans la boîte était lamentable, mais je m’en foutais, parce que j’avais un travail. Je ne me concentrais que sur mon travail, et j’étais fier à chaque fois que je dépannais un appareil avec une panne compliquée.

C’est ce qui m’a vraiment donné confiance en moi. Je me suis aperçu que j’étais capable de faire des choses, et que j’étais doué dans un domaine précis. Alors que ma mère m’avait toujours dit que je ne saurais jamais rien faire de mes dix doigts (entre autres gentillesses...).

Un mois avant la fin de mon CDD, j’ai à nouveau cherché du boulot. J’ai été convoqué suite à une candidature spontanée. Même chose, entretien avec la RH calamiteux, mais tests techniques parfaits. Et j’ai été embauché.

J’ai travaillé dans plusieurs entreprises ensuite, et les entretiens RH se sont passés de mieux en mieux. En fait, ce sont toujours les mêmes entretiens, avec les mêmes questions. Je peux facilement m’y préparer.
Et puis quand on travaille dans un domaine technique, l’aspect relationnel passe au second plan.

Quand j’avais passé mes évaluations au CRA, la psychiatre m’a dit que j’avais beaucoup de chance de faire ce métier, parce que c’est ma technicité qui m’avait sauvé.

Je travaille dans mon entreprise actuelle depuis 2012. Je suis rentré comme technicien en atelier, et ensuite j’ai eu une « promotion » (= changement de poste avec plein de boulot en plus sans augmentation de salaire).
Maintenant je travaille dans les bureaux, je m’ennuie à mourir. J’ai plein de boulot, je ne m’en sors pas. Et en même temps, je ne fais rien d’utile. Le pire, c’est que je suis carrément surpayé par rapport à ce que je fais. Alors qu’il y a des gens qui travaillent vraiment, qui de cassent le dos et se bousillent la santé à travailler sur des chantiers pour toucher le smic.

J’aimerais changer de métier. J’aimerais travailler plus près de chez moi. Là, il me faut 2h20 pour aller au travail, et autant pour revenir le soir, et les trajets m’épuisent. Je ne sais rien faire d’autre, et je me retrouve bloqué à cause de ça.

J’aimerais faire quelque-chose d’utile, aider les gens, mais je n’ai aucun sens social.

Mais je ne me plains pas trop, parce que je travaille. C’est le plus important pour moi...
Diagnostiqué TSA/Asperger.

Avatar du membre
Lilas
Modératrice
Messages : 3510
Enregistré le : dimanche 14 juillet 2013 à 12:17
Contact :

Re: Insertion professionnelle

#18 Message par Lilas » lundi 27 août 2018 à 20:22

lepton a écrit :
lundi 27 août 2018 à 15:34
Ce domaine correspondait à un centre d’intérêt très fort, et ma formation s’est très bien passée, puisque j’avais déjà des connaissances très pointues (vive les intérêts restreints...).
C'est vrai que je ne l'ai pas précisé, mais j'ai cette chance aussi, d'avoir pu faire des études, et ensuite trouver du travail, qui correspondaient à un de mes centres d'intérêt.
Je pense que sans ça, mon parcours serait certainement tout autre.
Lilas - TSA (AHN)

"Je suis sur la terre comme dans une planète étrangère où je serais tombé de celle que j’habitais" - Jean-Jacques Rousseau

Avatar du membre
KoaKao
Forcené
Messages : 2622
Enregistré le : jeudi 28 août 2014 à 22:53
Localisation : Bretagne
Contact :

Re: Insertion professionnelle

#19 Message par KoaKao » mercredi 29 août 2018 à 2:16

Mélimélo5 a écrit :
dimanche 19 août 2018 à 14:09
Comment vivez vous les périodes de recherches d'emploi et d'entretien d'embauche?
Je suis plutôt en recherche de formation professionnel... J'ai arrêté mes études assez tôt car je ne supporte pas le milieu scolaire (pourtant j'adore apprendre), et je ne supporte pas mes camarades, cela fait maintenant 4 ans que j'essaye de reprendre mes études, j'ai commencé plusieurs formation que je n'ai pas pu finir à cause soit de dépression, soit de problème de malchance etc et mon niveau actuel est trop faible par rapport à ce que je veux faire... Enfin mon niveau de diplôme, car au final j'ai appris 80% de mes connaissance en autodidacte, mais ça ne vaux rien pour la société... Mais que ce soit pour trouver du travail ou une formation c'est catastrophique, je n'ai travaillé qu'une fois dans ma vie en apprentissage, j'ai du arrêter pour cause de burnout du à une trèèèès mauvaise insertion social, pour ne pas dire que je ne supportais plus les autres... Ce qui à fait que j'ai fait une grosse dépression qui ma complètement détruit ma confiance en moi et maintenant j'ai encore plus peur qu'avant que travailler ou aller en formation... J'ai fait plusieurs entretiens, je n'ai eu que des porte qui se ferme pour des détails, et ça me rabaisse complètement... J’enchaîne des rdv avec le mission local qui me mène nul part, les centre de formation me font des fausse promesse et au final je vie chez moi seul à tourner en rond depuis plus d'un an, je vie de l'AAH, je suis en affection long durée, en dépression, j'ai un motif d'"insertion à l'emploi altéré", on m'a même proposer de me rentrer en ESAT... Je ne sais pas si j'arriverais à trouver une formation enfin surtout êtres accepté, ne pas décroché, avoir le diplôme... Trouver une travail... être accepté, réussir... Je n'ai que 22ans et j'ai déjà l'impression d'être un vieux déchet qui vie en hlm avec son chat au corchet de la société et fait rien de ses journée :roll: alors que ce n'est pas le cas...
loup autiste

Avatar du membre
misty
Forcené
Messages : 4320
Enregistré le : vendredi 23 janvier 2015 à 18:16

Re: Insertion professionnelle

#20 Message par misty » mercredi 29 août 2018 à 14:08

Lepton a écrit :J’aimerais faire quelque-chose d’utile, aider les gens, mais je n’ai aucun sens social.
Tu es utile et tu aides des gens par ta participation à ce forum, déjà. :D

@KoaKao: Tant que tu n'auras pas réglé ton problème de dépression, c'est normal que tu n'arrives pas à mobiliser tes capacités cognitives et à utiliser tes compétences. Je sais que tu as l'impression que tu n'arriveras à rien (ça fait partie de la dépression aussi) mais en réalité tu es jeune et tu as plein de possibilités. Ce n'est pas parce que tu n'y a pas accès maintenant que ça sera toujours comme ça. Il faut juste faire une chose après l'autre (= la dépression d'abord). :wink:

Pour le reste, ma psychiatre dit souvent que ce n'est pas moi qui ne suis pas adaptée au monde du travail mais le contraire. Je pense qu'elle a raison, donc j'essaie de trouver de nouvelles façons de travailler et de trouver du travail (les entretiens par exemple, je suis considérée comme "incapable" sur ce point donc il faut bien faire autrement). Je suppose que plus il y aura de cas comme nous, plus les choses évolueront vite.

Pour ceux qui sont diagnostiqués, je trouve que Cap Emploi et autres accompagnements peuvent vraiment aider, même si ça reste inégal selon les secteurs géo et qu'il y a beaucoup de formation à faire. C'est pareil: plus ils seront confrontés à des personnes TSA mieux ils arriveront à en gérer les spécificités. Et il y a des cas où justement une inadaptation au milieu scolaire peut devenir un avantage car on est considéré comme "vraiment inadapté" contrairement aux personnes qui ont réussi à faire des études (je dis ça dans un sens totalement neutre, étant moi-même considérée comme "vraiment inadaptée" ce n'est pas réducteur ou péjoratif).
Sur le terrain j'ai le sentiment que les profils "entre 2" sont ceux qui posent le plus de problèmes, concrètement.
*Diag TSA*

“Some lose all mind and become soul, insane.
Some lose all soul and become mind, intellectual.
Some lose both and become accepted.”

lucius
Fidèle
Messages : 154
Enregistré le : lundi 27 mars 2017 à 17:14

Re: Insertion professionnelle

#21 Message par lucius » jeudi 30 août 2018 à 14:29

KoaKao a écrit :
mercredi 29 août 2018 à 2:16
Je suis plutôt en recherche de formation professionnel... J'ai arrêté mes études assez tôt car je ne supporte pas le milieu scolaire (pourtant j'adore apprendre), et je ne supporte pas mes camarades, cela fait maintenant 4 ans que j'essaye de reprendre mes études, j'ai commencé plusieurs formation que je n'ai pas pu finir à cause soit de dépression, soit de problème de malchance etc et mon niveau actuel est trop faible par rapport à ce que je veux faire... Enfin mon niveau de diplôme, car au final j'ai appris 80% de mes connaissance en autodidacte, mais ça ne vaux rien pour la société... Mais que ce soit pour trouver du travail ou une formation c'est catastrophique, je n'ai travaillé qu'une fois dans ma vie en apprentissage, j'ai du arrêter pour cause de burnout du à une trèèèès mauvaise insertion social, pour ne pas dire que je ne supportais plus les autres... Ce qui à fait que j'ai fait une grosse dépression qui ma complètement détruit ma confiance en moi et maintenant j'ai encore plus peur qu'avant que travailler ou aller en formation... J'ai fait plusieurs entretiens, je n'ai eu que des porte qui se ferme pour des détails, et ça me rabaisse complètement... J’enchaîne des rdv avec le mission local qui me mène nul part, les centre de formation me font des fausse promesse et au final je vie chez moi seul à tourner en rond depuis plus d'un an, je vie de l'AAH, je suis en affection long durée, en dépression, j'ai un motif d'"insertion à l'emploi altéré", on m'a même proposer de me rentrer en ESAT... Je ne sais pas si j'arriverais à trouver une formation enfin surtout êtres accepté, ne pas décroché, avoir le diplôme... Trouver une travail... être accepté, réussir... Je n'ai que 22ans et j'ai déjà l'impression d'être un vieux déchet qui vie en hlm avec son chat au corchet de la société et fait rien de ses journée :roll: alors que ce n'est pas le cas...
Pour ceux qui sont dans cette situation, je peux faire quelques suggestions.
Il y a des associations (L'ADAPT, Tremplin...) qui aident à accompagner les handicapés dans la recherche d'emploi ou dans la formation.
Je ne garde pas un bon souvenir de Cap Emploi mais je suis loin d'être le seul d'après des retours que j'ai eu.
il y a à Paris le Pôle emploi Handipass qui aide à s'orienter pour les personnes reconnues handicapés.
faites aussi un tour sur les sites handiplace, fied.fr et sup-numerique.gouv.fr. Ils donnent des informations ou des offres de formations à distance (attention pas toujours entièrement à distance).

Si vous avez du mal pour vous former, il y a la possibilité de formations à distance (CNED, CNAM...) permettant de préparer à son rythme un diplôme.
Vous pouvez essaye de suivre des cours de jour ou du soir au CNAM car beaucoup des auditeurs sont plus matures mentalement que ceux des formations classiques dont c'est plus facile pour étudier pour certains dans cet environnement. Sans compter qu'au CNAM, il y a un service pour aider les personnes ayant un handicap.

@KoaKao: Peut-être qu'un jour vous devriez tenter de faire une VAE (dans quelques années car il faut au moins 5 ans d'expérience) si vos connaissances ont été appris en autodidacte mais que vous avez pu les appliquer.
Ayant une maladie et des soucis en plus, on m'a pré-diagnostiqué Asperger et j'ai eu une confirmation assez incertaine depuis. Résultat, je continue de douter.

Avatar du membre
TiZ
Forcené
Messages : 2930
Enregistré le : dimanche 16 septembre 2012 à 11:31

Re: Insertion professionnelle

#22 Message par TiZ » jeudi 30 août 2018 à 15:47

lucius a écrit :
jeudi 30 août 2018 à 14:29
Peut-être qu'un jour vous devriez tenter de faire une VAE (dans quelques années car il faut au moins 5 ans d'expérience) si vos connaissances ont été appris en autodidacte mais que vous avez pu les appliquer.
Maintenant, 1 an d'expérience suffit.
Diagnostiquée Aspie en février 2015 (psychiatre libéral) puis confirmation au CRA en novembre 2016

On peut revenir de tout, sans être parti très loin, on peut revenir de loin, sans être parti du tout ! - Bazar et bémols

Avatar du membre
Plieur Fou
Passionné
Messages : 358
Enregistré le : lundi 4 juin 2018 à 10:17
Localisation : Planète Zorg/Repli interstellaire en Normandie
Contact :

Re: Insertion professionnelle

#23 Message par Plieur Fou » jeudi 30 août 2018 à 16:02

lepton a écrit :
lundi 27 août 2018 à 15:34
J’aimerais changer de métier. J’aimerais travailler plus près de chez moi. Là, il me faut 2h20 pour aller au travail, et autant pour revenir le soir, et les trajets m’épuisent. Je ne sais rien faire d’autre, et je me retrouve bloqué à cause de ça.
As tu envisagé un retour en arrière sur ton ancien poste de technicien (rendez vous pour l'expliquer à ton RH) ?
Voir rechercher un poste de technicien dans ton domaine de compétence ailleurs ? (ce qui stipule retour à un entretien d'embauche ...)
Trouble du Spectre de l'Autisme sans déficit intellectuel ni altération du langage.

Avatar du membre
lepton
Modérateur
Messages : 2625
Enregistré le : samedi 17 décembre 2016 à 19:19

Re: Insertion professionnelle

#24 Message par lepton » jeudi 30 août 2018 à 16:19

Plieur Fou a écrit :
jeudi 30 août 2018 à 16:02
As tu envisagé un retour en arrière sur ton ancien poste de technicien (rendez vous pour l'expliquer à ton RH) ?
Voir rechercher un poste de technicien dans ton domaine de compétence ailleurs ? (ce qui stipule retour à un entretien d'embauche ...)
J'ai quitté mon ancien poste dès que j'en ai eu l'occasion, parce que je n'en pouvais plus d'entendre des discours racistes, sexistes, homophobes, etc. à longueur de journée.

Dans mon domaine d'activité, la plupart des boîtes de la région ont fermé au début des années 2000. C'est pour cela que je travaille à Paris...
Diagnostiqué TSA/Asperger.

lucius
Fidèle
Messages : 154
Enregistré le : lundi 27 mars 2017 à 17:14

Re: Insertion professionnelle

#25 Message par lucius » jeudi 30 août 2018 à 16:34

TiZ a écrit :
jeudi 30 août 2018 à 15:47
lucius a écrit :
jeudi 30 août 2018 à 14:29
Peut-être qu'un jour vous devriez tenter de faire une VAE (dans quelques années car il faut au moins 5 ans d'expérience) si vos connaissances ont été appris en autodidacte mais que vous avez pu les appliquer.
Maintenant, 1 an d'expérience suffit.
Intéressant de le savoir. J'ai zappé cette évolution mise en place il y a moins d'un an. D'ailleurs, je pensais me rappeler que c'était 5 ans mais je vois que c'était 3 ans.
Ayant une maladie et des soucis en plus, on m'a pré-diagnostiqué Asperger et j'ai eu une confirmation assez incertaine depuis. Résultat, je continue de douter.

Avatar du membre
KoaKao
Forcené
Messages : 2622
Enregistré le : jeudi 28 août 2014 à 22:53
Localisation : Bretagne
Contact :

Re: Insertion professionnelle

#26 Message par KoaKao » jeudi 30 août 2018 à 22:08

lucius a écrit :
jeudi 30 août 2018 à 14:29
@KoaKao: Peut-être qu'un jour vous devriez tenter de faire une VAE (dans quelques années car il faut au moins 5 ans d'expérience) si vos connaissances ont été appris en autodidacte mais que vous avez pu les appliquer.

J'ai quelques connaissances dans plusieurs chose mais vraiment pas de quoi passer une VAE... De plus j'ai très peu d'expérience professionnel.

Pour ce qui est des formation à distance ou des cours du soir, j'en avait commencé une mais le rythme était trop soutenue, c'était des cours du soir, mais avec beaucoup de travail personnel et j'avais du mal avec les porblèmes d'attentions de plus j'avais été malade un temps et du coup j'avais pris trop de retard ce qui m'a fait décrocher...
J'ai été suivie par l'adapt, mais ça m'avais pas donnée grand chose, je ne suis pas suivie par cap emploi mais par la mission local qui aide plutôt bien aussi, même si pas trop spécialisé handicape.
misty a écrit :
mercredi 29 août 2018 à 14:08
@KoaKao: Tant que tu n'auras pas réglé ton problème de dépression, c'est normal que tu n'arrives pas à mobiliser tes capacités cognitives et à utiliser tes compétences. Je sais que tu as l'impression que tu n'arriveras à rien (ça fait partie de la dépression aussi) mais en réalité tu es jeune et tu as plein de possibilités. Ce n'est pas parce que tu n'y a pas accès maintenant que ça sera toujours comme ça. Il faut juste faire une chose après l'autre (= la dépression d'abord).
C'est vrai, mais le problème c'est que une des nombreuses raisons qui alimente ma dépression c'est de na pas avoir d'activité professionnel, du coup en ce sens c'est un cercle vicieux...
loup autiste

lucius
Fidèle
Messages : 154
Enregistré le : lundi 27 mars 2017 à 17:14

Re: Insertion professionnelle

#27 Message par lucius » vendredi 31 août 2018 à 10:32

KoaKao a écrit :
jeudi 30 août 2018 à 22:08
lucius a écrit :
jeudi 30 août 2018 à 14:29
@KoaKao: Peut-être qu'un jour vous devriez tenter de faire une VAE (dans quelques années car il faut au moins 5 ans d'expérience) si vos connaissances ont été appris en autodidacte mais que vous avez pu les appliquer.

J'ai quelques connaissances dans plusieurs chose mais vraiment pas de quoi passer une VAE... De plus j'ai très peu d'expérience professionnel.

Pour ce qui est des formation à distance ou des cours du soir, j'en avait commencé une mais le rythme était trop soutenue, c'était des cours du soir, mais avec beaucoup de travail personnel et j'avais du mal avec les porblèmes d'attentions de plus j'avais été malade un temps et du coup j'avais pris trop de retard ce qui m'a fait décrocher...
J'ai été suivie par l'adapt, mais ça m'avais pas donnée grand chose, je ne suis pas suivie par cap emploi mais par la mission local qui aide plutôt bien aussi, même si pas trop spécialisé handicape.
Je vous comprends, je suis aussi passé par des épreuves sur le plan médical (bien avant mon diagnostic). J'ai connu des choses un peu similaires. On n'a pas su m'aider sur le plan psy correctement à l'époque car on a attribué ma manière de réagir, mon isolement... uniquement à l'impact de mes problémes de santé. Cela bien avant mon diagnostic.
Ayant une maladie et des soucis en plus, on m'a pré-diagnostiqué Asperger et j'ai eu une confirmation assez incertaine depuis. Résultat, je continue de douter.

Fift
Forcené
Messages : 627
Enregistré le : jeudi 22 mars 2018 à 14:23

Re: Insertion professionnelle

#28 Message par Fift » vendredi 31 août 2018 à 11:20

KoaKao a écrit :
jeudi 30 août 2018 à 22:08

C'est vrai, mais le problème c'est que une des nombreuses raisons qui alimente ma dépression c'est de na pas avoir d'activité professionnel, du coup en ce sens c'est un cercle vicieux...
Déprime ou dépression (diagnostiquée) ?
Si c'est une dépression, de toutes manières tu ne pourras pas en sortir sans une aide médicale, quitte à passer par des anti-dépresseurs. C'est une maladie, et il faut la traiter comme telle. Les médocs peuvent parfois donner justement le coup de boost qui permet de sortir de ce cercle vicieux.
Pre-diag infirme le TSA : symptômes actuels de type autistiques confirmés, sauf intérêts restreints => Troubles de la Communication Sociale ? A confirmer.

"All these words I don't just say, and nothing else matters"

lucius
Fidèle
Messages : 154
Enregistré le : lundi 27 mars 2017 à 17:14

Re: Insertion professionnelle

#29 Message par lucius » vendredi 31 août 2018 à 12:48

Fift a écrit :
vendredi 31 août 2018 à 11:20
Déprime ou dépression (diagnostiquée) ?
Si c'est une dépression, de toutes manières tu ne pourras pas en sortir sans une aide médicale, quitte à passer par des anti-dépresseurs. C'est une maladie, et il faut la traiter comme telle. Les médocs peuvent parfois donner justement le coup de boost qui permet de sortir de ce cercle vicieux.
Je suis d'accord avec le terme "parfois" mais sortir réellement d'une dépression c'est jamais avec des anti-dépresseurs selon mon avis et expérience personnel. Cela reste du palliatif pour moi. J'en connais des gens qui ont fait une dépression et 5 à 15 ans après avoir vu un psy ils sont encore sous médication. De par mon expérience, les psy qui voulait me prescrire ce type de médicament n'ont jamais rien su me proposer d'autres aides. Selon mon avis, ils attendent que les circonstances de la vie évoluent ou que le temps passent pour que les causes à l'origine de la dépression perdent de leur importance. Et sortir de 5 ans de ce type de soins, cela prend aussi du temps.
Donc le côté boostant marche si on sort d'une période difficile (divorce...) et souvent assez brutale jusqu'à ce que les conséquences de cette période se fasse moins ressentir ou pouvoir passer à autre chose (comme une rencontre). Là, l’anti-dépresseur peut fonctionner pour tenir entre deux étapes de sa vie. Par contre, si le mal est plus profond et multiple, cela nécessitera une véritable thérapie non-médicamenteuse.

Un article intéressant sur le sujet

Il faut surtout avoir une aide psy (thérapie comme la TCC ou la psychothérapie) mais cela prend du temps, cela coûte cher et c'est pas toujours facile de parler de sa vie à un inconnu au début.

Ce qui m'a aidé c'est de me fixer un double objectif pour avancer: un objectif à long terme et un objectif à très court terme sans compter avoir une occupation pour me concentrer dessus.

@koakao: vous deviez peut-être tenter un MOOC car cela ne nécessite pas beaucoup de temps et vous aiderais à vous remettre en état d'esprit de vous reconcentrer sur au moins un sujet vous intéressant. Je sais que des employeurs sont maintenant intéressés par les profils ayant en plus fait des MOOC comme Coursera.
Ayant une maladie et des soucis en plus, on m'a pré-diagnostiqué Asperger et j'ai eu une confirmation assez incertaine depuis. Résultat, je continue de douter.

Avatar du membre
misty
Forcené
Messages : 4320
Enregistré le : vendredi 23 janvier 2015 à 18:16

Re: Insertion professionnelle

#30 Message par misty » vendredi 31 août 2018 à 21:04

KoaKao a écrit :C'est vrai, mais le problème c'est que une des nombreuses raisons qui alimente ma dépression c'est de na pas avoir d'activité professionnel, du coup en ce sens c'est un cercle vicieux...
Oui et non. En fait, le principe de la dépression c'est de toujours te mettre en situation d'échec donc dans le cas où tu aurais une ouverture professionnelle, il y a de grandes chances pour que tu te torpilles toi-même (arriver en retard, mal gérer ton stress et/ou énergie, réussir à te convaincre que tu vas tout foirer quoi que tu fasses...). Je trouve que c'est l'obstacle majeur, ça, d'autant plus que ça crée un précédent (= "je suis vraiment un gros nul, ya qu'à voir ce qui s'est passé quand j'ai décroché tel entretien grâce à X...")
Et même dans le cas où les gens dépressifs ont une activité pro, le cerveau trouve autre chose, un autre os à ronger (= "je travaille mais je suis célibataire donc je suis un gros nul" ou autre); du coup concrètement le processus d'autodestruction suit son cours quand même.

Un suivi TCC peut vraiment aider à mon avis, en plus du traitement, parce qu'il est prouvé que la dépression se nourrit de ruminations et distorsions cognitives. Avec un interlocuteur qui t'aide à lire les situations de façon rationnelle, sans être parasité par le cerveau branché sur négatif en boucle, il y a moyen de progresser relativement rapidement.
*Diag TSA*

“Some lose all mind and become soul, insane.
Some lose all soul and become mind, intellectual.
Some lose both and become accepted.”

Répondre