[Livre] L'autisme : une autre intelligence (Laurent Mottron)

Livres, publications, films, ressources en rapport avec l’autisme : donnez ici votre avis.
Message
Auteur
Avatar du membre
Emma
Forcené
Messages : 516
Enregistré le : mercredi 28 septembre 2005 à 22:25
Localisation : Landerneau
Contact :

[Livre] L'autisme : une autre intelligence (Laurent Mottron)

#1 Message par Emma » samedi 29 octobre 2005 à 21:23

Détails et avis...

L-autisme-une-autre-intelligence.jpg

Présentation :
Ce livre présente en un seul ouvrage l'essentiel de ce que les chercheurs, les professionnels et les parents doivent connaître sur les personnes porteuses d'un trouble envahissant du développement sans déficience intellectuelle : l'autisme " de haut niveau " et le syndrome d'Asperger. De manière accessible et technique à la fois, les aspects diagnostiques positifs et différentiels et le support qu'on peut apporter à ces personnes y sontexposés de façon approfondie, mais aussi directement utilisable sur le terrain. Au niveau scientifique, les connaissances les plus récentes en neuropsychologie de l'autisme y sont présentées et discutées. L'originalité de ce livre tient à son objet, une population encore presque inconnue en France, et à sa méthode, associant la psychologie expérimentale la plus rigoureuse à l'expertiseclinique. Mais surtout, l'auteur développe une synthèse unique de l'autisme comme différence plutôt que comme handicap, à partir des résultats montrant un surfonctionnement des personnes autistes dans les tâches de nature perceptive, et à partir des écrits de personnes autistes de haut niveau de fonctionnement. Un livre qui a le pouvoir de modifier en profondeur notre conception de l'autisme, nos pratiques thérapeutiques, et généralement la place qui est faite aux personnes autistes dans notre monde.

Qui a lu le livre de Laurent Mottron?
Qu'en pensez-vous?
Le syndrome d'Asperger est-il pour vous une forme d'intelligence différente?
Pensez-vous également que les personnes Asperger forment une minorité ethnique, et non un groupe de personnes handicapées? (cf le site de Michelle Dawson, en lien sur https://www.asperansa.org/ )

Ne pensez vous pas que faire fi des codes sociaux et des modes, c'est garder une part d'émerveillement et aller à l'essentiel? (et être dans le vrai, finalement...)
Ne croyez-vous pas que nos codes sociaux "trop" développés peuvent nous faire galoper toute une vie après des bonheurs illusoires, que nous imposent les marchands de rêves?

Je serais ravie d'avoir votre avis à tous, je garde le mien pour moi, pour l'heure, je lance juste la discussion...

Emma.

Avatar du membre
Mars
Modératrice
Messages : 8317
Enregistré le : vendredi 21 octobre 2005 à 15:02
Localisation : finistère

Heureux les Asperger

#2 Message par Mars » mercredi 9 novembre 2005 à 22:05

Je constate que ma réponse n'a pas "marché". Je recommence donc.

J'ai lu avec intérêt ce que dit Laurent Mottron et je suis d'accord avec pas mal de choses même si je reste sceptique par rapport à ses conclusions.
"Minorité ethnique", pourquoi pas puisque l'on compare souvent nos enfants à des "martiens" qui ont besoin du mode d'emploi des fameux NT.
Lorsque j'ai lancé les sujets sur l'emploi, puis sur la lenteur des Asperger, j'avais en tête de mettre en valeur leurs spécificités.
Dans un monde ou rapidité et superficialité sont dominants, quel intérêt, en effet, d'apprendre à aller plus vite ? Aucun, sinon ne pas trop se faire larguer dans une classe ou au travail... Si l'on acceptait de considérer, comme on le préconise d'ailleurs à l'école, que chacun a son rythme, il faudrait peut-être accepter de considérer qu'un devoir incomplet, mais très bien fait, a autant de valeur qu'un autre qui est terminé "n'importe comment".
Quant au non respect des codes sociaux, même réflexion : une politesse de base, accompagnée d'un respect de l'autre, vaut bien mieux que certains usages dénués de sens ou que des propos hypocrites. Je sais que tous les parents en ont bavé à un moment donné dans ce domaine. Quand l'entourage est prévenu, les choses prennent plus facilement leur juste place. C'est vrai qu'on ne peut pas se promener avec la pancarte "excusez ma franchise/mon manque de tact, je suis autiste", il faut aussi décoder pourles NT, si possible avec à propos et délicatesse. Pour un adulte, c'est faisable, pour un enfant, c'est à l'accompagnant de faire relativiser les propos ou l'attitude.
On parle de "culture" de certaines minorités, il y a effectivement une culture autiste asperger, à mon avis.
Qui dit culture, dit richesse et donc un potentiel à reconnaître et développer :
Un fan du classement et du catalogage peut devenir documentaliste ou, s'il aime les chiffres, travailler dans la comptabilité... Tous les Asperger qui sont plus à l'aise avec la logique informatique qu'avec celle des NT, devraient pouvoir exercer ce talent dans un emploi approprié. Tous les Asperger scrupuleux, devraient faire merveille dans un travail où le respect des procédures est apprécié etc...
Je suis très heureuse d'avoir une fille Asperger et je me dis souvent "c'est elle qui a raison". J'aime sa façon d'appréhender la vie et c'est souvent elle qui me donne des leçons

Avatar du membre
fugen
Occasionnel
Messages : 17
Enregistré le : lundi 28 novembre 2005 à 20:13
Localisation : Paris
Contact :

#3 Message par fugen » mercredi 30 novembre 2005 à 10:10

Pour ma part et probablement parce que je ne suis pas la mère d'un enfant autiste ou asperger, j'ai une vision plus large des choses.
Nous avons tous des intelligences différentes.
Je m'interesse au monde de tous les handicaps sans cloisonnement parce que j'apprends à mieux communiquer entre autres.
J'ai une impression qui me mets un peu mal à l'aise (confirmée par des gens que j'ai rencontré dans un C.A.T) On veut toujours que son enfant aie un handicap plus "acceptable" que celui des autres.
Il y a vraiment une intolerence sous jacente entre les parents de personnes handicapées mentales. On aimerai que notre enfant ne cotoie pas des trisomiques, les parent d'enfants trisomiques aimeraient que leur enfant ne cotoie pas des déficient mentaux...etc..
J'ai crée mon asso en pensant à cette phrase de st Exupéry : "Si tu diffères de moi, moin de me léser, tu m'enrichis" et aussi un truc que j'ai entendu un jour: "Si un etre a un handicap dans un domaine, c'est qu'il a une excellence dans un autre".
Je suis la soeur de Fabienne, autiste de 40 ans
Sa vie ici: http://spaces.msn.com/members/fabifugen/

Avatar du membre
Mars
Modératrice
Messages : 8317
Enregistré le : vendredi 21 octobre 2005 à 15:02
Localisation : finistère

handicap ou intelligence différente

#4 Message par Mars » mercredi 30 novembre 2005 à 22:24

Chère Fugen , je partage ton point du vue sur le fait que toute différence nous enrichit. C'est dans ce sens que j'ai argumenté plus haut.
La notion de handicap reste d'ailleurs tout à fait réelle pour les Asperger, même s'ils réalisent parfois des performances étonnantes.
C'est d'ailleurs parfois ce qui pousse les parents à "pavoiser" quand leur enfant à réussi à passer un cap. En général, ce n'est pas fulgurant, cela se voit sur la durée, mais toute évolution vers une meilleure communication est toujours bienvenue n'est-ce pas ?
Quant à moi, je le revendique à nouveau, je ne souhaite à aucun prix que Lila devienne "normale", ce ne serait plus elle, la dose d'autisme, dont elle ne souffre pas vraiment d'ailleurs, a contribué à ce qu'elle devienne ce qu'elle est aujourd'hui.
Je pense que lorsqu'Emma a lancé le sujet, il ne s'agissait pas de valoriser les autistes Asperger par rapport aux autres autistes. Il s'agissait surtout de faire reconnaître les qualités spécifiques des autistes Asperger par rapport aux personnes NT.
Quand je vois les dessins de Fabie, je me dis que beaucoup de NT n'ont pas son talent. Il en est de même pour chacun, pris individuellement.
Si nous nous battons pour faire reconnaître les talents de chacun c'est pour essayer de prouver que le handicap n'exclut pas la valeur des personnes. Il y a effectivement bien autre chose à prendre en compte que le fameux QI.

Avatar du membre
Xavier
Fidèle
Messages : 198
Enregistré le : vendredi 28 octobre 2005 à 22:23
Localisation : Côtes d'Armor

Le débat continue

#5 Message par Xavier » mercredi 22 février 2006 à 8:35

Bonjour et bonne lecture :D

Le débat continue, avec l'article "Autistes : l'intelligence autrement" : http://www.ledevoir.com/2006/02/20/102496.html
Xavier - "Je ne regrette rien, j'avance" (Paul ELUARD)
Père d'un enfant, devenu adolescent et qui sera bientôt un adulte, pour lequel un syndrome d'Asperger a été diagnostiqué à l'âge de 6 ans.

Avatar du membre
UnDeRsKoRe, ThE BoSs
Nouveau
Messages : 5
Enregistré le : dimanche 19 février 2006 à 16:20

Re: Le débat continue

#6 Message par UnDeRsKoRe, ThE BoSs » mercredi 22 février 2006 à 11:34

Moi j'ai pas lu le livre mais cela me donne envie de le lire rien qu'a vos avis personel.

Moi personellement, je pense que les aspergers sont très intelligents mais ils ne pensent pas comme nous et donc ils sont incompris, de plus je pense que finalement que les moins intelligents dans l'histoire c'est nous !

Avatar du membre
Emma
Forcené
Messages : 516
Enregistré le : mercredi 28 septembre 2005 à 22:25
Localisation : Landerneau
Contact :

#7 Message par Emma » mercredi 22 février 2006 à 11:59

Ah ça, l'incompréhension....Je suis 100 % d'accord avec toi. On dit que les autistes manquent d'empathie, mais quid de la nôtre? Toutes les personnes qui travaillent avec des autistes devraient toujours avoir en tête que c'est à elles de s'adapter à eux, surtout dans un premier temps, et non l'inverse! :roll:

Emma.
Maman d'Elouan (asperger), 13 ans, Maël (autiste de haut niveau) 11 ans et Pierre-Marie, 9 ans.

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20601
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Laurent Mottron et Michelle Dawson

#8 Message par Jean » samedi 4 mars 2006 à 14:39

Une interview de L. Mottron sur Radio Canada (quelques minutes) :

http://www.radio-canada.ca/Medianet/CBF ... 10_2_2.asx

et un texte présentant les recherches dans l'hebdo de l'université québécoise :

http://www.iforum.umontreal.ca/Forum/20 ... istes.html

Avatar du membre
gilliane
Fidèle
Messages : 195
Enregistré le : jeudi 10 novembre 2005 à 16:04
Localisation : Rennes

#9 Message par gilliane » dimanche 12 mars 2006 à 3:02

est ce que quelqu'un parmi vous va à la conférence à Brest de laurent Mottron? je compte y aller.le dr Chevreuil qui interviendra aussi avait diagnostiqué Owen Asperger il y a bientôt 5 ans.diagnostic tant contesté depuis par les autres médecins :evil: si je peux rencontrer quelqu'un d'entre vous ce serait sympa.
Gilliane

Avatar du membre
Emma
Forcené
Messages : 516
Enregistré le : mercredi 28 septembre 2005 à 22:25
Localisation : Landerneau
Contact :

#10 Message par Emma » dimanche 12 mars 2006 à 8:32

Bonjour Gilliane,

Il y aura plusieurs personnes du CA d'Asperansa aux Regards croisés sur l'autisme organisés par le CIERA, à la fac de médecine de Brest, les 6 et 7 avril 2006.
On devrait peut être se faire des badges Asperansa :lol:

Va-t-on enfin se recontrer, Gilliane , après combien...4 années de relations épistolaires (virtuelles?)

Emma.

Avatar du membre
Xavier
Fidèle
Messages : 198
Enregistré le : vendredi 28 octobre 2005 à 22:23
Localisation : Côtes d'Armor

Tarifs

#11 Message par Xavier » dimanche 12 mars 2006 à 9:06

Bonjour,
Les tarifs sont relativement élevés. Y-a-t-il la possibilité pour les parents d'avoir un tarif préférentiel ?
A +
Xavier - "Je ne regrette rien, j'avance" (Paul ELUARD)
Père d'un enfant, devenu adolescent et qui sera bientôt un adulte, pour lequel un syndrome d'Asperger a été diagnostiqué à l'âge de 6 ans.

Avatar du membre
gilliane
Fidèle
Messages : 195
Enregistré le : jeudi 10 novembre 2005 à 16:04
Localisation : Rennes

#12 Message par gilliane » dimanche 12 mars 2006 à 10:09

Emma,ce serait un grand plaisir pour moi de te rencontrer enfin.c'est vrai que c'est un peu cher!!! le train en plus mais bon,ça m'intéresse tellement.
Gilliane

Sophie Daniel
Occasionnel
Messages : 29
Enregistré le : samedi 17 décembre 2005 à 20:21

Au moins une passionnée

#13 Message par Sophie Daniel » samedi 25 mars 2006 à 23:23

Je trouve super qu'Emma lance tous ces débats. Même si ses questions sont franchement conventionnelles en apprences, elles prennent tout leur sel quand les aspies se mêlent d'intervenir.
Pour Fugen : je ne cerhce pas à rendre le handicap de mes enfants plus acceptable que celui des autres, étant moi asperger, je ne les trouvent pas handicapés par l'autisme. Moi aussi je suis très sensibles aux handicapés, ne vous déplaise. Et je peux très bien être polie même si j'ai l'avantage de l'âge par rapoort aux enfants des gens qui s'expriment sur cette discussion. Je vous vouvoie par politesse.

Alors pour expliquer encore et encore ce qu'est l'autisme : parfois, dans une rencontre, les émotions échangées (ça vous passe au dessus peut-être) paralyse momentannément le jeune autiste. Et cela d'autant plus que la personne en face est hypocrite ou incongruente (un grand sourire sur une femme qui porte une grande souffrance par exemple). Les personnes âgées sont d'ailleurs plus aptes à trouver la douceur qui reste dans leur coeur pour émettre un véritable sourire de bien venue même si elles souffrent au quotidien. D'ailleurs, à ce moment précis, elles souffrent moins tant elles sont heureuse de voir un enfant.... Les autistes sont polis quand ils "décoincent", enfin inversement à la profondeur de leur trouble manifesté. Donc les enfants aspis sont polis avec parfois un temps de retard, les enfants "bloqués" parfois pas du tout à vos yeux.

Je souhaite également revenir sur la lenteur des autistes. J'ai cru longtemps être lente.... Je me moquais d'ailleurs facilement de moi même dans la mouvance : comprend vite mais faut lui espliquer longtemps....
D'accord mais c'est une apparence trompeuse parce qu'en fait de lenteur, celle-ci ne s'exprime que face à la nouveauté et elle cache en fait un besoin de compréhension beaucoup plus vaste. Par exemple, il m'a fallu 4 fois plus de temps que les autres pour réussir à tenir les cadences dans une chaines de production de gâteau mais au bout de 2 mois, j'avais tenu tous les postes, j'étais la plus efficace (alors que certaines étaient là depuis 20 ans), je plaisantais pour entretenir le moral des troupes et pire.... Je connaissais tous les clients (les emballages sont explicites), leurs pays, leurs niveau de distribution (les volumes de fabrications me renseignaient) et j'avais donc des avis sur la gestion de la boite. Je m'en suis ouverte au responsable qui m'a répondu : le poste de sous directeur n'est pas vacant.... Honnête au demeurant vu que c'était lui le sous directeur, et je lui ai répondu : mais je fais ça pour vous aider parce que ça me plait.

Oui, on a sans doute une intelligence différente....

Bonne nuit, BIS

Sophie
Aspie, 38 ans, 4 enfants aspies

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20601
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

critiques de Laurent Mottron

#14 Message par Jean » dimanche 23 décembre 2007 à 12:46

L'autisme, une autre intelligence : nouveauté ou recul ?
Auteurs SENECHAL (Carole), ROGE (Bernadette), GIROUX (Normand), LARIVEE (Serge)
Revue de psychoéducation - 2007 - Pages 36, 1, 195-224 ; biblio. (4 p.)

Résumé Dans ce texte, les auteurs soumettent à examen la conception de l'autisme avancée par Laurent MOTTRON dans son ouvrage "L'autisme : une autre intelligence" (2004). Le texte comprend quatre parties. Dans la première partie, le cadre paradigmatique de l'auteur est présenté en matière de troubles envahissants et l'emphase mise sur une catégorie qu'il tient pour majoritaire bien que négligée dans la littérature scientifique et dans les réseaux de services : les troubles envahissants du développement sans déficience intellectuelle (TEDSDI). Il assimile ce groupe à un nouvel autisme dominant. La deuxième partie montre que souscrire à l'idée de l'autisme comme une autre forme d'intelligence ne permet pas une conceptualisation adéquate des capacités ni des déficits des personnes concernées. La troisième partie, aborde le problème du traitement de l'autisme. À l'encontre des propos de MOTTRON, les auteurs de l'article défendent la pertinence de traiter l'autisme, notamment par I'intervention comportementale intensive (lCI) et l'analyse appliquée du comportement et jugent la position de MOTTRON anachronique. D'autre part, la prépondérance et quasi-exclusivité qu'il accorde à TEACCH comme réponse socio-psychopédagogique apparaît injustifiée. La quatrième partie constitue une critique de l'analyse des émotions chez les personnes autistes que fait l'auteur à partir d'écrits autobiographiques, un retour vers l'introspection comme méthode de recherche. En conclusion, les auteurs déplorent le ton général du propos, trop dialectique, notamment dans sa dichotomisation entre autistes et non autistes. Le militantisme de MOTTRON pour les "autistes" sans déficience intellectuelle déçoit, de même que le débordement idéologique de sa théorie en faveur de la reconnaissance d'une culture autistique. (RA)

Source : http://194.199.119.233/Saphir/Scripts/S ... qRef=23747

Avatar du membre
emmanuel_dubrulle
Habitué
Messages : 84
Enregistré le : samedi 22 octobre 2005 à 21:09
Contact :

#15 Message par emmanuel_dubrulle » jeudi 3 janvier 2008 à 8:50

Le livre est sorti en 2005, je me demanda pourquoi il se mettent à sortir leur bouquin "critique" en 2007. J'ai lu le livre de Mottron et on dirait que je ne l'ai pas du tout compris de la manière qu'ils l'ont compris.

Emmanuël

Répondre