[Film] Crazy in love - Mozart and the Whale (Petter Næss)

Livres, publications, films en rapport avec l'autisme : donnez ici votre avis.
Répondre
Message
Auteur
Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19712
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

[Film] Crazy in love - Mozart and the Whale (Petter Næss)

#1 Message par Jean » lundi 11 août 2008 à 23:26

Sources :

Wikipedia...
Sens Critique...

Affiche :
Crazy_in_love.jpg

Bande annonce :
Spoiler : ▮▶ : 

Pitch :

Un savant en mathématiques tombe amoureux d'une experte en art en et musique. Mais tous deux sont concernés par le syndrome d'Asperger...


Modération (Tugdual) : Ajout du lien Wikipedia, de l'affiche, de la bande annonce.


"Mozart and the Whale", c'était le titre anglais . "Crazy in Love", c'est le titre en "français". Le film ne sort qu'en DVD en France, le 26 août 2008 (19 à 20 euros).

Résumé(s) :
Donald et Isabelle souffrent tous deux d'une forme d'autisme, le syndrome d'Asperger, les isolant du monde qui les entoure. Il est timide et obsédé par les chiffres. Elle est extravertie, artiste, les nerfs à fleur de peau. Leur rencontre va déboucher sur une relation amoureuse aussi forte que houleuse...
Un savant en mathématiques tombe amoureux d'une experte en art en et musique. Leur amour est toutefois mis à rude épreuve par le syndrôme d'Asperger, une maladie qui les enferme tous deux dans l'autisme.
Image

La bande-annonce du film (en anglais)

Quelle est la raison du changement de titre ? Franchement, je ne vois pas. Il y a bien une chanson Crazy in love, mais elle n'est pas mentionnée dans la BO du film

Dans le dernier livre de Tony Attwood, page 94, le film est mentionné :
Une nouveauté intéressante est le développement de groupes de soutien pour adultes Asperger, avec des réunions régulières pour discuter de sujets allant des problèmes d'emploi aux relations personnelles, et des évènements sociaux pour les participants, comme visiter le musée d u chemin de fer ou aller au cinéma pour voir le dernier fim de science-fiction. Des amitiés peuvent se créer entre des personnes ayant les mêmes centres d'intérêt et les mêmes conditions de vie. Les groupes peuvent naître d'un grand nombre de manières. Par exemple, un groupe peut se former initialement autour de parents de jeunes adultes Asperger, ou de personnes Asperger qui se sont rencontrées pour la première fois lors de séances de coaching collectif ou de sessions thérapeutiques, et voulaient rester en contact. Des adultes plus âgés Asperger qui veulent aider les autres partageant le même diagnostic et les mêmes difficultés, peuvent former des groupes de soutien. Ils peuvent être également crées par des étudiants en fin de cursus pour aider les nouveaux étudiants Asperger; ou par quelqu'un qui faisait partie d'un groupe de soutien et en tirait bénéfice, et qui déménage dans une autre ville et veut créer un groupe de soutien local.

A Los Angeles, Jerry Newport a fondé l'AGUA, un groupe de soutien pour adultes Asperger, et c'est au cours des réunions de ce groupe de soutien qu'il a rencontré Mary, une femme Asperger. La relation est devenue peu à peu moins platonique et plus romantique, et finalement Jerry et Mary se sont mariés. Leur liaison et leur relation est dépeinte dans le film Mozart and the Wale

Modération (Tugdual) : Ajout du lien Wikipedia, de l'affiche, de la bande annonce.

Avatar du membre
jakesbian
Forcené
Messages : 2933
Enregistré le : vendredi 17 août 2007 à 17:33
Localisation : plounéventer
Contact :

#2 Message par jakesbian » mardi 12 août 2008 à 6:31

la bande annonce donne envie d'aller le voir 8) .
"petits bouts par petits bouts... les bouts étant mis bout à bout."
"en chacun de nous sommeille un dragon... il faut y croire." (devise "bat-toi florent")

Avatar du membre
bernard
Forcené
Messages : 3478
Enregistré le : mercredi 27 février 2008 à 22:34
Localisation : Clermont-Fd, Auvergne

#3 Message par bernard » mardi 12 août 2008 à 22:41

Jacqueline !
Jean vient d'écrire qu'il ne sort qu'en DVD en France !
Il faudra attendre le 26/8.

Je vais me le procurer pour le montrer à ma femme.
Bernard (55 ans, aspie) papa de 3 enfants (dont 2 aspies)

alexis
Adepte
Messages : 262
Enregistré le : lundi 21 janvier 2008 à 19:17
Localisation : Lille

#4 Message par alexis » mardi 12 août 2008 à 23:52


Avatar du membre
jakesbian
Forcené
Messages : 2933
Enregistré le : vendredi 17 août 2007 à 17:33
Localisation : plounéventer
Contact :

#5 Message par jakesbian » mercredi 13 août 2008 à 11:29

j'ai vu depuis, bernard, mais j'ai capté avec un temps de retard...

... çà m'arrange bien, au fond 8) .

j'avais aussi pensé à un éventuel livre... je ne suis pas assez douée en anglais pour lire... disons, je lis facilement, niveau 2nd 8) .
"petits bouts par petits bouts... les bouts étant mis bout à bout."
"en chacun de nous sommeille un dragon... il faut y croire." (devise "bat-toi florent")

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19712
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

#6 Message par Jean » lundi 18 août 2008 à 22:40

ImageMozart & the Whale, le film
_____________________________________________
La relation amoureuse liant un génie mathématicien à une femme mélomane passionnée d'art n'a rien de commun. Ils sont tous les deux atteints du syndrome d'Asperger, une manifestation de l'autisme qui les emprisonne dans un univers clos._
____________________________________________
Le scénario de cette comédie romantique a été écrit par Ron Bass, qui a coécrit celui du film Rain Man. Il s'est inspiré de la relation entre Jerry Newport et Mary Meinel, aujourd'hui Mary Newport, relatée dans un article du Los Angeles Times, datant de 1995.
Donald, Josh Hartnett, est chauffeur de taxi. Il aime la régularité, les oiseaux, les baleines et, plus que tout, les nombres. Il est aussi le créateur et l'animateur d'un groupe de soutien pour les adultes souffrant du syndrome d'Asperger. Un jour, une nouvelle personne rejoint le groupe, l'extravertie Isabelle, Radha Mitchell.
Leur amour naît bientôt : or, le syndrome d'Asperger étend son ombre menaçante sur leur couple. Ils tentent de construire leur relation, malgré ce carcan.
Le cinéma peut-il faire connaitre ce syndrome particulier sans stéréotype ? C'est le pari de Mozart & The Whale et dont l'annonce a reçu un accueil mitigé parmi les personnes Asperger : certains craignant des stéréotypes, d'autres espérant un film montrant le bon côté, et le vrai côté du syndrome d'Asperger.
Le film a été finalement salué par la communauté autiste, pour son portrait réaliste du syndrome d'Asperger au quotidien. Contrairement à de nombreux romans et films sur le sujet, Mozart & The Whale donne un rendu plus précis de l'autisme comme un syndrome. Le film dépeint les individus Asperger avec différents niveaux de fonctionnement, ainsi que différents intérêts, forces et faiblesses.
http://azumi57.unblog.fr/2008/04/24/jos ... the-whale/

« Crazy in love » est le titre du livre en allemand …

Rencontre des héros (Isabelle et Donald) avec le groupe de soutien aspie (femme ou homme)
Bande- annonce en allemand
Bande-Annonce en anglais
musique du film, avec clip vidéo

alexis
Adepte
Messages : 262
Enregistré le : lundi 21 janvier 2008 à 19:17
Localisation : Lille

#7 Message par alexis » mercredi 27 août 2008 à 22:36

Je l'ai vu, il est bien ce film

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19712
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

critique

#8 Message par Jean » mercredi 27 août 2008 à 23:11

Nous venons de le regarder.

Le film est intéressant : il y a deux éléments qui m'ont le plus intéressé, c'est le fonctionnement du groupe d'Asperger (fonctionnement auto-administré, sans psy ou assimilé) et l'histoire d'amour, spéciale.

Ce que je préfère, c'est le personnage d'Isabelle, qui m'apparaît avec un fonctionnement "normal", puis avec des fulgurances dans la différence. J'aime bien aussi Donald, mais sa différence est tout le temps apparente.

En tout cas, çà donnera à réfléchir.

Pour une fois, j'ai regardé le making of tout de suite. Bon, c'est vrai, ils sont beaux et gentils, ils se sont bien arrangés, mais il y a quelques explications (le montage financier gâce à l'implication de l'acteur Josh Hartnett ?, l'Asperger à l'origine de l'histoire dans le rôle de conseiller en autisme Jerry Newport).

Des scènes inoubliables : l'entretien d'embauche à la fac, le rangement de l'appartement, le dîner dans le grand restaurant, la conduite en taxi ...

alexis
Adepte
Messages : 262
Enregistré le : lundi 21 janvier 2008 à 19:17
Localisation : Lille

#9 Message par alexis » mercredi 27 août 2008 à 23:38

Moi, c'est la relation entre les 2 personnages principaux qui m'intéressait. J'ai vécu quelque chose de proche, transposé en version trouble alimentaire (mon amie est anorexique). Là, elle ne veut plus me parler depuis quelques semaines, son psy lui a dit de m'éviter. J'espère qu'il n'y a pas que dans les films que les histoires se terminent bien.

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19712
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

happy end

#10 Message par Jean » mercredi 27 août 2008 à 23:45

C'est sûr qu'il n'y a pas que dans les films que les histoires se terminent bien. :P

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19712
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: happy end

#11 Message par Jean » mercredi 27 août 2008 à 23:47

Jean a écrit :C'est sûr qu'il n'y a pas que dans les films que les histoires se terminent bien. :P
La relation entre Isabelle et Donald est pour moi mystérieuse : comment çà peut se passer entre 2 Asperger ? C'est déjà pas simple pour des NT, mais au moins le non-dit permet d'avancer pas à pas, sans trop se blesser en prenant des gamelles. Comment çà peut marcher en y allant franco de port ? Mystère toujours.

Avatar du membre
Jonquille57
Forcené
Messages : 10811
Enregistré le : samedi 14 juin 2008 à 5:39

#12 Message par Jonquille57 » lundi 1 décembre 2008 à 3:34

Ce film m'a laissé un goût un peu amer : finalement, on y voit plus de souffrance que de bonheur... L'amour est parfois compliqué, mais pour les personnes Asperger, cela semble encore plus difficile... On ne sait pas vraiment si l'amour leur a apporté le bonheur.

Avatar du membre
bernard
Forcené
Messages : 3478
Enregistré le : mercredi 27 février 2008 à 22:34
Localisation : Clermont-Fd, Auvergne

#13 Message par bernard » jeudi 5 février 2009 à 0:06

Je viens de visionner la bande annonce.
Et un truc m'a interpelé. La fille lui a rangé sa chambre !!!!!!
C'est pô bien ça !
Comment a-t-elle pu commettre cette erreur ?
Bernard (55 ans, aspie) papa de 3 enfants (dont 2 aspies)

Avatar du membre
maho
Forcené
Messages : 5139
Enregistré le : samedi 30 décembre 2006 à 22:05
Localisation : Yvelines

#14 Message par maho » jeudi 5 février 2009 à 7:37

Et un truc m'a interpelé. La fille lui a rangé sa chambre !!!!!!
C'est pô bien ça !
:lol: Elle aurait due venir faire un tour sur ce forum , elle aura compris tout de suite!!
Suzanne, la vieille qui blatere, maman de Loic 29 ans

Avatar du membre
jakesbian
Forcené
Messages : 2933
Enregistré le : vendredi 17 août 2007 à 17:33
Localisation : plounéventer
Contact :

#15 Message par jakesbian » jeudi 5 février 2009 à 11:14

c'était peut-être un besoin pour elle... tu vois bien, laura n'aime pas quand "son nounours adoré" laisse traîner ses affaires;

autre exemple: lorsque nicolas va au cabinet médical, c'est un besoin pour lui de réparer les jouets ou recoudre les vêtements des poupées ou autres nounours en attendant son tour.
"petits bouts par petits bouts... les bouts étant mis bout à bout."
"en chacun de nous sommeille un dragon... il faut y croire." (devise "bat-toi florent")

Répondre