Page 27 sur 30

Re: Votre avis sur la psychanalyse?

Posté : jeudi 26 avril 2018 à 22:00
par V4V
Tugdual a écrit :À noter que certains psychanalystes ne font pas uniquement de
la psychanalyse, mais empruntent discrètement des outils aux TCC
(c'est évoqué dans la conférence dont j'ai parlé précédemment) ...
De quel passage parles-tu ? J'ai vu les 1h48, et la seule chose qui me fasse vaguement penser à ton propos est cette distinction faite par le conférencier entre les facs de France n'enseignant que les TCC (une seule !), que la psychanalyse (une vingtaine) et les autres qui mélangent les 2.

Re: Votre avis sur la psychanalyse?

Posté : jeudi 26 avril 2018 à 22:49
par Tugdual
De mémoire, le conférencier évoque (aux US ?) des évaluations positives
de la psychanalyse par des psychanalystes, évaluations dont il a été
par la suite montré que la pratique testée empruntait aux TCC ...

Il faudrait que je regarde à nouveau ...

Re: Votre avis sur la psychanalyse?

Posté : vendredi 27 avril 2018 à 9:50
par Flower
J'aurais tendance à penser que Rapsody est tombé sur un de ces psychiatres qui savent s'adapter à la personne en face pour l'aider à avancer - peu importe leur formation initiale. (En psychanalyse l'analyste est censé rester très passif, ce n'est apparemment pas le cas pour elle.) A mon avis c'est ce qui fait les meilleurs psys!
Mine de rien la psychothérapie est quelque chose qui doit rester individuel, avec un échange entre client et thérapeute. Il y a parfois des gens qui ont effectivement juste besoin de parler de ce qui leur arrive, de ce qu'ils ressentent, en se sentant écoutés, alors que d'autres ont besoin qu'on leur explique les choses, d'avoir du concret et du répondant. Les besoins ne vont pas être les mêmes en fonction des situations et des raisons pour lesquelles on va voir un psy.

Re: Votre avis sur la psychanalyse?

Posté : vendredi 27 avril 2018 à 10:16
par Tugdual
Flower a écrit : Les besoins ne vont pas être les mêmes en fonction des situations et des raisons pour lesquelles on va voir un psy.
Ce point est effectivement très important.

Dans la conférence, Joel Swendsen commence d'ailleurs par bien distinguer
ce qui relève des problèmes de qualité de vie, et ce qui relève des troubles
mentaux (et leur évaluation sur les trois axes : intensité, durée, handicap).

Re: Votre avis sur la psychanalyse?

Posté : vendredi 27 avril 2018 à 14:11
par lulamae
Je réfléchis en ce moment sur l'aspect héréditaire de l'autisme ou du SA, en particulier sur le rôle de la mère : arrêtez-moi si je dis une grosse bêtise... :innocent:
Admettons qu'on ait affaire à un/des enfant(s) autiste(s) dans une famille - j'imagine alors que ce que les psychanalystes appellent "la mère réfrigérateur" était peut-être, de leur point de vue, une mère autiste également, qu'ils pensaient incapable d'exprimer ses sentiments (donc, pour eux, en ressentir ?), et donc "froide" dans son comportement avec son enfant. :?

SAUF QUE : je suis mère moi-même, je vois la façon d'être des mères autistes ici, et ce n'est pas du tout ça : nous sommes au contraire en prise directe avec le bien-être de nos enfants, capté peut-être plus grâce à notre ressenti sensoriel que par une empathie émotionnelle. A ce que j'ai vécu et que je lis souvent, nous avons pour eux un amour dans lequel entre une bonne part d'animalité, d'instinct, nous avons beaucoup porté nos bébés, peau à peau...
Sachant qu'un bébé, qui ne peut exprimer ses besoins autrement que par le corps, va trouver une réponse adaptée par le biais des sensations, telles qu'être porté, tenu - la mère autiste ne serait-elle pas au contraire la meilleure mère pour son enfant ?
De toute façon, toute mère qui cherche à comprendre son enfant, peu importe le canal par lequel elle passe, EST la meilleure mère pour lui/elle, déjà.

Ca n'a aucun sens de culpabiliser les mères davantage : une mère qui a un enfant malade ou qui présente des difficultés sociales ou d'apprentissage, se culpabilise bien assez (de même que le père) ! On ferait mieux de les rassurer si on voulait accompagner au mieux les enfants, plutôt que se débarrasser à bon compte d'un syndrome qui embarrasse parce que, pendant longtemps, on n'a rien voulu en savoir, et que maintenant on est déplacé par l'affluence de nouveaux cas...

Re: Votre avis sur la psychanalyse?

Posté : vendredi 27 avril 2018 à 14:39
par gog
En général, si psychanalyste a décidé que c'est de la faute de la mère, lorsqu'il ne pense pas que la mère est un congélateur-sur-pattes, il trouve qu'elle est trop fusionnelle. C'est peine perdue, ce n'est même pas la peine d'y réfléchir deux secondes.

Re: Votre avis sur la psychanalyse?

Posté : vendredi 27 avril 2018 à 14:42
par Fift
:lol: pas faux.

Lulumae> Tiens, c'est marrant je suis de mon côté en train de réfléchir au lien entre HPI et symptômes autistiques. Je vais peut-être ouvrir un sujet là-dessus si je n'en trouve pas un déjà ouvert.

Re: Votre avis sur la psychanalyse?

Posté : vendredi 27 avril 2018 à 14:49
par lulamae
Autre interrogation perso : pourquoi les psychologues attendent-ils qu'un enfant mutique (je ne peux pas encore dire "autiste", mais je parle de ma fille cadette, non diagnostiquée) fasse l'effort incommensurable de leur parler, de parler d'elle-même ?
Ma fille ne comprend pas ses émotions, ne sait pas trouver les mots pour en parler, donc elle bloque, elle ne peut même pas commencer et ça viendrait ensuite... Bien non, ça ne vient jamais, elle reste butée sur sa chaise, la tête baissée, et c'est tout. Il ne se passe rien d'autre que son mécontentement. :x

Pourquoi est-ce que je l'emmène chez un psy alors ? Bonne question... Je l'ai amenée au CMP pour avoir le droit de faire prendre en charge son retrait scolaire au collège, et aussi parce que les maîtresses depuis le CE2 me serinaient qu'elle était dépressive, à cause de notre divorce ; je me sentais obligée, sommée de l'emmener voir un psy.
La connaissant, je suis convaincue que le seul moyen d'entretenir son bien-être, c'est de la laisser bricoler ses trucs dans sa chambre, et d'encourager toute activité artistique. Elle est toujours joyeuse et active quand nous faisons la cuisine ensemble, ou un bricolage...

Ca me crève le coeur que les gens refusent de la prendre comme elle est, de la laisser écouter les conversations des adultes en silence, sans projeter sur elle une tristesse qu'elle ne ressent pas, juste parce qu'elle ne parle pas.
Ca m'écoeure que des psys me disent d'un air dégoûté qu'ils ne peuvent rien faire pour elle, et tout autant qu'on sous-entende que je la couve trop, qu'elle ressent mon angoisse et que ça lui fait du mal, qu'elle n'a pas envie d'aller à l'école parce que "maman reste à la maison", et que si je reprenais mon boulot, elle verrait bien que ça ne marche pas quand elle pleure.
Alors que la seule psy intelligente, qui l'avait vraiment bien comprise et s'accommodait de son mutisme, m'avait dit qu'il fallait l'écouter lorsqu'elle ne pouvait pas aller au collège, qu'il n'était pas productif de la forcer - j'ai obligé l'infirmière et le médecin scolaire du collège à appeler la psy. :mryellow:

Re: Votre avis sur la psychanalyse?

Posté : vendredi 27 avril 2018 à 14:53
par lulamae
Fift a écrit ::lol: pas faux.

Lulumae> Tiens, c'est marrant je suis de mon côté en train de réfléchir au lien entre HPI et symptômes autistiques. Je vais peut-être ouvrir un sujet là-dessus si je n'en trouve pas un déjà ouvert.
Il y a celui-ci :
viewtopic.php?f=6&t=6109&hilit=TSA+et+HPI

Re: Votre avis sur la psychanalyse?

Posté : vendredi 27 avril 2018 à 15:02
par hazufel
lulamae a écrit : La connaissant, je suis convaincue que le seul moyen d'entretenir son bien-être, c'est de la laisser bricoler ses trucs dans sa chambre, et d'encourager toute activité artistique. Elle est toujours joyeuse et active quand nous faisons la cuisine ensemble, ou un bricolage...
Entretenir ça, à fond :bravo: Elle a la chance d'être artiste, elle glissera ses émotions dans ce qu'elle créera. Tu l'as comprise, alors les autres, qu'ils aillent s'occuper de ce qu'ils connaissent. Pourquoi la parole devrait être la norme pour être bien dans ces baskets ?!
lulamae a écrit : Alors que la seule psy intelligente, qui l'avait vraiment bien comprise et s'accommodait de son mutisme, m'avait dit qu'il fallait l'écouter lorsqu'elle ne pouvait pas aller au collège, qu'il n'était pas productif de la forcer - j'ai obligé l'infirmière et le médecin scolaire du collège à appeler la psy. :mryellow:
Continuez de t'entourer de gens comme ça, et dis aux autres d'aller s'occuper de ce qui se passe chez eux. :x

Re: Votre avis sur la psychanalyse?

Posté : vendredi 27 avril 2018 à 15:19
par Manichéenne
lulamae a écrit :SAUF QUE : je suis mère moi-même, je vois la façon d'être des mères autistes ici, et ce n'est pas du tout ça : nous sommes au contraire en prise directe avec le bien-être de nos enfants, capté peut-être plus grâce à notre ressenti sensoriel que par une empathie émotionnelle. A ce que j'ai vécu et que je lis souvent, nous avons pour eux un amour dans lequel entre une bonne part d'animalité, d'instinct, nous avons beaucoup porté nos bébés, peau à peau...
Je réagis là dessus pour dire que personne ne peut voir ma façon d'être avec mes enfants ici. C'est un forum, de l'écrit, et en plus je choisi de quels sujets je parle et comment les présenter.
Les témoignages libres et honnêtes sur la parentalité des autistes sont rares à mon avis, surtout pour les mères, parce que les critiques (et les services sociaux) sont vifs.
Une mère n'a pas le droit de dire qu'elle n'aime pas les câlins, qu'elle est en difficulté, qu'elle a eu du mal à ressentir de l'amour pour ses enfants, qu'elle est saturée, qu'elle ne comprend pas leurs émotions, qu'elle ne peut pas organiser le goûter d'anniversaire ou des événements sociaux, etc.
Et si une autiste évoque quelques difficultés, ça risque d'être sans nuance, alors qu'il y a effectivement beaucoup de positif aussi.

Ce qui peut faire croire à la "froideur", c'est aussi un fonctionnement différent. Les réponses apportées aux problèmes des enfants seront très pragmatiques et peu émotionnelles. Par exemple si un enfant se blesse en jouant, au lieu de le consoler la réponse peut-être des soins physiques et une solution pour éviter de reproduire l'accident.
Et puis, même en étant très à l'aise avec ses enfants chez soi, dans le bureau d'un psychanalyste c'est une autre histoire.
Quand j'accompagne mes enfants en consultation (chez des non psykk), je ne suis pas du tout dans une situation qui m'avantage, et je peux paraître être une mère très différente de ma réalité quotidienne.

Re: Votre avis sur la psychanalyse?

Posté : vendredi 27 avril 2018 à 15:29
par Fift
lulamae a écrit :
Fift a écrit ::lol: pas faux.

Lulumae> Tiens, c'est marrant je suis de mon côté en train de réfléchir au lien entre HPI et symptômes autistiques. Je vais peut-être ouvrir un sujet là-dessus si je n'en trouve pas un déjà ouvert.
Il y a celui-ci :
viewtopic.php?f=6&t=6109&hilit=TSA+et+HPI

Effectivement, merci !

Re: Votre avis sur la psychanalyse?

Posté : vendredi 27 avril 2018 à 15:32
par Fleurdeprintemps
lulamae a écrit :SAUF QUE : je suis mère moi-même, je vois la façon d'être des mères autistes ici, et ce n'est pas du tout ça : nous sommes au contraire en prise directe avec le bien-être de nos enfants, capté peut-être plus grâce à notre ressenti sensoriel que par une empathie émotionnelle. A ce que j'ai vécu et que je lis souvent, nous avons pour eux un amour dans lequel entre une bonne part d'animalité, d'instinct, nous avons beaucoup porté nos bébés, peau à peau...
Sachant qu'un bébé, qui ne peut exprimer ses besoins autrement que par le corps, va trouver une réponse adaptée par le biais des sensations, telles qu'être porté, tenu - la mère autiste ne serait-elle pas au contraire la meilleure mère pour son enfant ?
Je ne suis pas diagnostiquée, mais je ressens tout à fait ce que tu dis et c'est ainsi que je l'ai vécu avec mes enfants. J'évite au maximum de prendre l'enfant de quelqu'un d'autre dans mes bras, je ne sais pas jouer avec eux ... mais mes enfants, ça n'a rien à voir et j'avais besoin de ce contact avec eux.

Par contre, j'ai essayé de faire comme les autres mamans et d'organiser l'un ou l'autre anniversaire (assistée de ma mère). J'ai abandonné après la 3ème tentative. Trop difficile, c'était haut dessus de mes forces (même si ma mère avait bien pris les choses en main).


Par rapport à la psychanalyse, ça ne m'a jamais attirée et j'ai toujours eu une grande méfiance à leur égard. Pourquoi ?
Impression qu'ils voudraient nous faire croire, suggérer des choses qu'ils pensent eux, mais qui n'ont rien à voir avec notre réalité.

Dans le cadre d'insomnie très sévère, mon médecin m'avait proposé d'essayer la sophrologie. Pas très emballée, mais pourquoi pas essayer. On me conseille une soi-disant bonne sophrologue. Prise de rendez-vous. Et en fait elle était psychanaliste (détail que j'avais omis). Ressenti très négatif envers cette femme. Irritation ... On commence, on fait l'anamnèse et elle me fait des petits commentaires. Je n'étais pas d'accord et lui ai dit. Elle : c'est parce que vous n'en avez pas conscience ... Avec ça, on peut suggérer n'importe quoi si on est faible et un peu perdu. Je devais faire une analyse sur une dizaine de séance pour pouvoir faire la sophrologie. Prise de rendez-vous et lendemain : j'ai pris mon courage à deux mains pour annuler ce rendez-vous. Pas possible de revoir cette femme.

Je reste sur mon idée à propos de la psychanalyse.

Re: Votre avis sur la psychanalyse?

Posté : vendredi 27 avril 2018 à 15:49
par Tugdual
Fleurdeprintemps a écrit :On commence, on fait l'anamnèse et elle me fait des petits commentaires. Je n'étais pas d'accord et lui ai dit. Elle : c'est parce que vous n'en avez pas conscience ... Avec ça, on peut suggérer n'importe quoi si on est faible et un peu perdu.
Le "thérapeute" a raison quoi que dise le patient : ce genre d'attitude
est commune à de nombreuses pseudo-thérapies et doit alerter ...

Et la sophrologie est encore moins évaluée que la psychanalyse ...

Re: Votre avis sur la psychanalyse?

Posté : vendredi 27 avril 2018 à 16:16
par Fleurdeprintemps
Tugdual a écrit :Le "thérapeute" a raison quoi que dise le patient : ce genre d'attitude
est commune à de nombreuses pseudo-thérapies et doit alerter ...

Et la sophrologie est encore moins évaluée que la psychanalyse ...
Raison pour laquelle j'ai fui :mryellow: