Autisme. Le Dr Lemonnier veut faire bouger les choses

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Répondre
Message
Auteur
Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19867
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Autisme. Le Dr Lemonnier veut faire bouger les choses

#1 Message par Jean » mardi 31 mars 2009 à 17:51

Autisme. Le Dr Lemonnier veut faire bouger les choses Image
31 mars 2009
Pédopsychiatre au centre de ressources sur l'autisme, à l'hôpital de Bohars, le Dr Éric Lemonnier donnera une conférence vendredi, à Quimper.


«Le problème de l'autisme, c'est qu'on est dans un domaine où les connaissances ne sont pas très établies. Il n'y a que des faisceaux de présomption et cela laisse la porte ouverte à tout», souligne le Dr Éric Lemonnier, du centre de ressources sur l'autisme, un des trois premiers centres à avoir vu le jour en France avec Montpellier et Tours. «En dix ans, ce sont quelque 7.800 personnes qui ont été évaluées dont deux tiers d'autistes», souligne le médecin qui a eu l'occasion de voir en consultation «tout l'éventail de l'autisme». «Clairement, tous les spécialistes de l'autisme s'accordent pour dire qu'il s'agit d'un trouble du développement du système nerveux. Au moment du deuxième trimestre de la grossesse, les structures cérébrales ne se mettent pas en place de la même façon. Cela a pour conséquence, qu'on naît autiste et qu'on va fabriquer de la pensée selon des processus différents des nôtres», explique ce dernier.

Une méthode intéressante

Mais aujourd'hui encore, il doit se heurter au refus de beaucoup de praticiens d'entendre raison sur cette approche. «Ce sont des troubles associatifs. L'autiste n'arrive pas à associer et il faut tout leur apprendre. Cela peut passer par la méthode ABA qui aide à mettre en place le langage. Cela leur offre un degré de liberté supplémentaire», précise Dr Lemonnier. Il regarde aussi avec beaucoup intérêt la thérapie d'échange et développement, expérimentée avec succès par l'équipe de Tours qui travaille depuis quarante ans sur l'autisme. «Cela permettrait de se dégager des débats comportementalistes et non-comportementalistes». Et de constater que, paradoxalement, c'est dans les IME pour enfants ou les foyers d'accueil sociaux que les choses bougent, qu'on prend en compte les particularités de l'autisme et qu'on change les méthodes.

«L'école c'est fondamental»


«L'école, c'est fondamental pour eux. Quand le langage est acquis avant six ans, on peut les faire rentrer au CP. On a des surprises étonnantes. Il y a ainsi plus de 150 enfants qui sont scolarisés normalement. C'est très compliqué à mettre en place, il faut parfois des auxiliaires de vie scolaire», «Mon travail, c'est de faire progresser les uns et les autres», précise ce dernier, qui se rend aussi dans les écoles pour expliquer aux enseignants les spécificités de l'autisme. «Avec dix ans de recul, on a réussi à convaincre les enseignants référents. On a été sollicité pour faire des formations et cela va se mettre en place», se réjouit le spécialiste, qui insiste sur la nécessité d'un diagnostic précoce mais aussi d'une prise en charge, le plut tôt possible - sans attendre que le diagnostic soit posé à 3 ans ou confirmé à 5 ans- par une orthophoniste qui pratique le PECS (système de communication par échange d'image) de la méthode ABA ou le Teach.

Pratique /Conférence du Dr Éric Lemonnier sur l'autisme, à l'initiative de l'association Autisme Cornouaille, vendredi, à 20h, aux Halles Saint-François, à Quimper.

• Delphine Tanguy
Le Télégramme 31 mars 2009 - Page Bretagne

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19867
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

d'autres aussi

#2 Message par Jean » jeudi 2 avril 2009 à 7:19

Le Dr L. n'est pas le seul à vouloir faire bouger les choses, bien sûr. :) Ci-dessous, dans la page "nationale" d'Ouest-France, l'interview du Dr Claire Chevreuil, qui travaille avec le CRA.

« L'autisme est mieux accepté»


La 2ème Journée mondiale consacrée à ce handicap se tient aujourd'hui. Le regard de la société a changé.

4 questions à Claire Chevreuil.Image
Pédopsychiatre à Rennes, elle dirige un service de soins spécialisés dans les troubles envahissants du développement.

L'autisme est-il mieux accepté?
Dans les classes d'enfants scolarisés, nous constatons que leurs camarades connaissent déjà des choses. L'idée fausse que l'autisme est forcément as- socié à un retard mental n'est plus aussi présente.

En France, on a longtemps associé l'autisme à un trouble psychologique.

Chez les spécialistes, il y a un consensus pour dire que l'autisme est un trouble du développement neurologique. Un handicap. C'est un trouble de la communication et de la socialisation. Il peut se décliner sous des modes légers, moyens ou sévères, parfois associés à un retard mental, à des troubles du langage. Il faut un suivi adapté à chaque âge et à chaque cas.

La scolarisation des enfants reste un souci?
Il y a encore des frustrations, mais elle a beaucoup évolué depuis la loi de 2005 (sur le handicap) et l'augmentation du nombre d'auxiliaires de vie scolaire. On réussit mieux à préserver la scolarisation en milieu ordinaire. Elle est souvent très favorable au développement de l'enfant. La limite est atteinte quand il y a trop de décalage. Alors peut se produire un isolement. C'est pour cela que les projets individualisés, réévalués chaque année sont importants.

On parle peu des adolescents ou des adultes.
Il y a beaucoup à faire. L'autisme dure toute une vie. A l'adolescence, les structures scolaires pour enfants « difficiles » ne sont pas adaptées. Le soutien psychologique est essentiel. Les autistes, même ceux qui vivent de fa çon autonome, restent très vulnérables aux changements qu'impose la vie.
Recueilli par Philippe RICHARD.

Avatar du membre
gilliane
Fidèle
Messages : 195
Enregistré le : jeudi 10 novembre 2005 à 16:04
Localisation : Rennes

#3 Message par gilliane » vendredi 3 avril 2009 à 7:39

coucou c'est l'article de mon mari :D le DR Chevreuil est la responsable du SESSAD où va Owen.Philippe avait peu de place pour le papier.
Gilliane
Gilliane maman de Léa 21ans,Maureen 18ans et Owen 15 ans Asperger ,dyslexique et dysorthographique

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19867
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

#4 Message par Jean » samedi 4 avril 2009 à 22:18

Et bien, malgré le peu de place, l'article est bien et bien placé dans le journal :)

J'ai entendu le Dr C. à un "Regards croisés sur l'autisme" avec Laurent Mottron, et elle était très intéressante.

Répondre