Conseils et ressources pour l'emploi

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8888
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#631 Message par Benoit » vendredi 29 juillet 2016 à 15:24

Dans la catégorie n'importe quoi :
http://www.franceculture.fr/societe/les ... -en-france
Même s'il ne s'assimile pas du tout à de la charité, un tel programme d'intégration est évidemment gagnant-gagnant : il permet aux personnes Asperger de développer un sentiment de "bien être" en se sentant intégrées dans une entreprise, en s'établissant dans une routine qui leur est essentielle. [...]

Tester des logiciels est un travail extrêmement exigeant et requiert beaucoup de précision, mais c’est tellement répétitif que ça anesthésie le cerveau, [...] C’est important de le faire correctement, mais il est difficile de garder suffisamment d’attention pour ce faire." Or, [...] les autistes Asperger ont une capacité de concentration et un souci du détail exceptionnels
On n'est pas dans le thread "pour gueuler", donc je me contenterai de réagir par "va te jeter dans un puits".
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Avatar du membre
Flower
Modératrice
Messages : 4428
Enregistré le : mercredi 8 avril 2015 à 13:13
Localisation : Un peu à l'Est (géographiquement parlant)

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#632 Message par Flower » vendredi 29 juillet 2016 à 15:56

Je suis autiste Asperger et je déteste les tâches répétitives dans ce genre. ;)
L'article évoque quand même le besoin d'intégrer les autistes Asperger dans toutes sortes d'emploi, pas que dans l'informatique. C'est dans ce dernier qu'on a des exemples, mais ça reste un secteur parmi d'autres...
Détectée HQI dans l'enfance, diagnostiquée TSA de type syndrome d'Asperger en juillet 2015.

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8888
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#633 Message par Benoit » vendredi 29 juillet 2016 à 16:09

Et moi donc, et je travaille dans un domaine où il faut pouvoir envisager un problème dans sa totalité.

Ils pourraient profiter de ce genre d'articles pour exprimer que les autistes peuvent travailler à fond dans un boulot qui les passionne, quel que soit le domaine, parce que là l'article est phagocyté par l'étude de la Harvard Business School.
(Je ne suis même pas sûr qu'ils savent ce qu'ils étudient dans cette fac).
Par contre, ils sont difficiles à gérer car leur volonté de faire si bien va les entraîner à avoir des relations difficiles avec les autres.
Faut comprendre quoi exactement, que c'est normal de saloper son boulot ? De glander à la machine à café pendant les heures de bureau. :mrgreen:
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Avatar du membre
Flower
Modératrice
Messages : 4428
Enregistré le : mercredi 8 avril 2015 à 13:13
Localisation : Un peu à l'Est (géographiquement parlant)

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#634 Message par Flower » vendredi 29 juillet 2016 à 16:23

Le souci réel que je vois, c'est plutôt de contredire son chef en public parce qu'il s'est trompé sur la date d'un évènement, ou quelque chose dans ce genre. Il semblerait que ça ne se fait pas. :| (Les discussions devant la machine à café sont pour le coup plutôt limitées dans mon boulot, c'est dans d'autres situations qu'il faut être bon en "relationnel".)
Détectée HQI dans l'enfance, diagnostiquée TSA de type syndrome d'Asperger en juillet 2015.

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8888
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#635 Message par Benoit » vendredi 29 juillet 2016 à 16:52

Tu veux dire que ça ne se fait pas de dire à un manager qu'il a eu son diplôme dans une pochette surprise ?
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Avatar du membre
Flower
Modératrice
Messages : 4428
Enregistré le : mercredi 8 avril 2015 à 13:13
Localisation : Un peu à l'Est (géographiquement parlant)

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#636 Message par Flower » vendredi 29 juillet 2016 à 17:25

Alors là je ne sais pas, je ne l'ai jamais fait. :D Mais quand le chef dit que tel événement avait lieu à la date x/y/z, alors que c'était un mois plus tôt, il ne faut pas le corriger en public. Pourtant c'est faux...
Détectée HQI dans l'enfance, diagnostiquée TSA de type syndrome d'Asperger en juillet 2015.

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19850
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#637 Message par Jean » mardi 2 août 2016 à 9:32

http://forum.asperansa.org/viewtopic.ph ... 51#p309851

Interview de Bruno Wicker, co-fondateur d'Aspertise
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8888
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#638 Message par Benoit » mercredi 10 août 2016 à 18:41

Vu sur leur site, Autisme PACA lance un projet qui semble très ambitieux dans son descriptif (surtout le détaillé):
http://autisme-paca.e-monsite.com/pages ... s-p-i.html

Je ne l'ai que survolé, mais je trouve que c'est largement au dessus du projet Malakoff, en terme de prise en compte des aspirations.

(Par contre, j'espère qu'ils ont trouvé une mine d'or quelque part pour faire tout ça).
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19850
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#639 Message par Jean » mercredi 10 août 2016 à 19:04

C'est surtout un projet concret, sur le terrain.

Nous bénéficions dans le Finistère d'un SAVS et de Tremplin (ex-plate-forme pour l'autonomisation des jeunes). Le SAVS est dans les mêmes locaux que le CRA. Tremplin est gérée par la même asso que le CRA.

La direction de Cap Emploi est également motivée, et les salariés aussi, comme j'ai pu le constater en accompagnant Josef le 1er juillet à Bénodet.

Connaissant l'activisme dont est capable APACA, je ne doute pas qu'il en sortira quelque chose.
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19850
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#640 Message par Jean » samedi 20 août 2016 à 16:24

Un résumé de la situation par Autistica :
page 9 d'une brochure sur les priorités des recherches
https://www.autistica.org.uk/wp-content ... search.pdf

15-20% des adultes autistes travaillent à temps plein, mais selon la National Autistic Society, 79% des autistes adultes qui ne travaillent pas ou ont des pensions veulent travailler 37. Une enquête de la National Autistic Society a également constaté qu'un tiers des personnes atteintes d'autisme de 16-24 ans ne sont pas en formation ou en emploi. La recherche américaine montre que 50% des jeunes autistes ne participent pas à une formation ou ne travaillent pas dans les deux premières annéss après avoir quitté l'école, et que ceux qui le font sont payés beaucoup moins que la moyenne nationale. 38 39 40
  • Sources
    37. Redman, S. et al. (2009) Don’t write me off. National Autistic Society.
    38. Shattuck, P. T. (2012) Postsecondary education and employment among youth with an autism spectrum disorder. Pediatrics. 129, 6, 1042–9.
    39. Roux, A. M. et al. (2013) Postsecondary Employment Experiences Among Young Adults With an Autism Spectrum Disorder. Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry. 52, 9, 931–9.
    40. Roux, A. M. et al. (2016) National Autism Indicators Report: Vocational Rehabilitation. Philadelphia, PA: Life Course Outcomes Research Program, A.J. Drexel Autism Institute, Drexel University.
Ce que nous savons
L'incapacité à amener les personnes autistes à l'emploi est quelque chose qui a un effet manifestement négatif sur la qualité de vie dans un groupe de personnes qui ont souvent un ensemble de compétences uniques et précieux 41. Le chômage élevé et le sous-emploi des personnes autistes a des conséquences économiques négatives évidentes, et représente une occasion manquée pour la société d'utiliser les talents des personnes autistes. Il a été montré que les interventions de formation en matière d'emploi et d'entretien d'embauche nt sont efficaces pour les personnes autistes en termes de probabilité d'obtenir un emploi,de la durée de l'emploi salarié, et de la qualité de vie 42. La recherche du rapport coût-bénéfice de la formation à l'emploi pour les personnes autistes suggère que les bénéfices l'emportent sur les coûts en termes économiques et sociaux.43, 44, 45, 46, 47


Sources
  • 41. Scott, M. et al. (2015) Viewpoints on Factors for Successful Employment for Adults with Autism Spectrum Disorder. PLoS ONE 10 (10): e0139281.
    42. Mawhood, L. and Howlin, P. (1999) The outcome of a supported employment scheme for high functioning adults with autism or Asperger syndrome. Autism 3, 3, 229–254.
    43. Howlin, P., Alcock, J. and Burkin, C. (2005) An 8-year follow-up of a specialist supported employment service for high-ability adults with autism or Asperger syndrome. Autism 9, 5, 533–549.
    44. Taylor, J. L. et al. (2012) A Systematic Review of Vocational Interventions for Young Adults With Autism Spectrum Disorders. Pediatrics. 130, 3, 531–8.
    45. Morgan, L. et al. (2014) Interview Skills for Adults with Autism Spectrum Disorder: A Pilot Randomized Controlled Trial. Journal of Autism and Developmental Disorders. 44, 2290-300.
    46. Nicholas, D. B. et al. (2015) Vocational support approaches in autism spectrum disorder: A synthesis review of the literature. Autism. 19, 2, 235–245.
    47. Jacob, A. et al. (2015) The Costs and Benefi ts of Employing an Adult with Autism Spectrum Disorder: A Systematic Review. Plos One . 10, 10, e0139896
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19850
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#641 Message par Jean » mardi 23 août 2016 à 20:06

Travaux en cours : un regard sur le boom de l'emploi autiste

De spectaculaires initiatives d'entreprises destinées à embaucher des personnes autistes, mais obtenir et conserver un emploi reste un défi pour les personnes dans le spectre. Les avatars virtuels et les startups commerciales pourront-elles être une aide ?
par Elizabeth Preston - 20 juillet 2016 - Spectrum News

Introduction

George me toise depuis son bureau. Ses cheveux sont presque rasés et sa bouche est fixée sur un ricanement. Il me demande mon expérience professionnelle passée, puis me répond sarcastiquement, "Oui, Bien, ce que vous feriez ici serait bien autre chose que tout ça."

Ce serait l'entretien d'embauche le plus difficile que j'aie jamais passé, si c'était un vrai. Par chance, George est un avatar virtuel, qui me parle depuis un grand écran. Il fait partie de l'équipe d'examinateurs virtuels qui assistent de jeunes adultes autistes dans leur formation à la Dan Marino Foundation (http://www.danmarinofoundation.org/portal/) de Fort Lauderdale, en Floride. Les étudiants apprennent ici les compétences en milieu de travail, se forment pour des certifications professionnelles et suivent des stages. Avec les avatars (qui peuvent être ou non de bonne humeur), ils pratiquent aussi les entretiens - un obstacle qui sans cela pourrait être insurmontable pour les demandeurs d'emploi autistes.

Apprendre à mener un entretien n'est que la première étape pour les personnes autistes recherchant un travail. Souvent, ils n'ont pas de diplôme, et si ils ont une expérience, elle peut provenir de plusieurs emplois qui n'ont pas duré très longtemps. Au travail, ils peuvent lutter contre l'anxiété, avoir du mal à communiquer avec leurs supérieurs ou éloigner leurs collègues par leurs comportements. Aux États-Unis, selon une étude de 2012, seulement 55% des adultes autistes ont travaillé (http://pediatrics.aappublications.org/c ... 129/6/1042) d'une façon ou d'une autre pendant les six ans ayant suivi la fin de leurs études secondaires. Par contraste, 74% des jeunes adultes déficients mentaux ont eu une expérience professionnelle. (Bien que les personnes autistes puissent rencontrer des difficultés à trouver un travail à tous les âges, les études et les interventions tendent à se restreindre à ceux quittant le lycée ou l'université.)

"Ces gamins qui participent à ce programme, ils ont beaucoup de chance," dit Michelle Canazaro, qui est autiste et travaille à mi-temps comme assistante administrative à la Dan Marino Foundation. "Ils bénéficient d'une technologie à laquelle je n'avais pas accès." Canazaro a travaillé dans un entrepôt commercial après le lycée et le lycée professionnel. Mais elle a détesté cet emploi, et fut finalement congédiée. Elle passa des entretiens pour d'autres emplois mais n'en réussit aucun. D'autres candidates avaient plus d'expérience. Elle se souvient d'avoir porté "un joli top rose avec des pantalons noirs" pour un entretien dans le commerce, pendant lequel elle a fini par devoir s'asseoir par terre. "Ils me dirent que j'étais un peu trop bien habillée," dit-elle. "Eh bien, je ne savais pas."

Pourtant, comme Canazaro, de nombreux adultes autistes sont désireux de travailler. Et les dernières années ont vu se développer des entreprises désirant embaucher des personnes comme elle, des grandes compagnies comme Microsoft (https://spectrumnews.org/opinion/compan ... th-autism/) aux petites entreprises qui emploient presque uniquement des personnes autistes. Ces entreprises disent que les adultes autistes sans emploi ou sous-employés représentent non seulement un problème sociétal, mais une force de travail inexploitée disposant d'un potentiel unique.

Des programmes comme celui de Floride tentent de combler l'écart entre les travailleurs et ces entreprises en aidant à la formation des candidats ou en adaptant les processus de recrutement. "Le nombre d'initiatives pour l'emploi des autistes aujourd'hui est bien plus élevé qu'il ne l'a jamais été," dit Michael Bernick (http://www.sedgwicklaw.com/michael-s-bernick/), un juriste californien, ancien directeur de l'emploi de l'État. Les entreprises ayant mis en place des programmes d'embauche de personnes autistes disent constater des avantages pour l'ensemble de l'espace de travail, qui vont de meilleurs résultats pour les clients à une administration améliorée.

Jusqu'à maintenant pourtant, le taux de chômage des adultes autistes ne semble pas s'améliorer. Le U.S. Bureau of Labor Statistics ne suit pas spécifiquement les adultes autistes. Mais en se basant sur son expérience, Bernick doute que les nouvelles initiatives l'aient vraiment réduit. "Elles ne concernent que très peu de gens," dit-il. Il se pourrait que certains efforts fournissent plus de battage publicitaire que d'aide.

Un pied dans la porte

Pour une personne autiste, obtenir un premier emploi peut être un vrai défi. Bryan Siravo a passé quatre ans au lycée professionnel pour acquérir des compétences dans les technologies de l'information et la maintenance des matériels de casino. En dépit d'au moins quinze entretiens d'embauche, il n'a pas pu obtenir un travail. Il est arrivé à la Dan Marino Foundation en 2011 pour un stage d'été, et s'y inscrivit plus tard dans un programme de technologie de l'information. Il a appris les codes sociaux et les techniques d'entretien tout en suivant une formation pour une certification Microsoft. Les équipes de la fondation l'ont aidé à obtenir des entretiens d'embauche avec une compagnie d'assurances et un fabricant de trophées. Enfin, en 2014, il obtint un emploi à temps partiel dans un centre de stockage.

Siravo dit que le long trajet en bus ne le rebute pas, comme le fait que son activité soit plus proche de la maintenance que des technologies de l'information, mais il indique toutefois qu'il y a eu quelques adaptations difficiles. Avec sa superviseur "il y a eu quelques frictions," dit Siravo. "Elle pensait que j'utilisais mon handicap comme un excuse, ce que je n'ai jamais fait."

Siravo s'apprêtait à abandonner, quand Steffen Lue, un gestionnaire de carrières de la fondation, est intervenu. Le problème se résumait à la communication, dit Lue : Siravo avait besoin d'un agenda précis, et sa superviseur voulait qu'il lui rende compte. Non seulement ce problème fut résolu, mais Lue dit qu'ils devinrent tous deux "de bons amis." (La superviseur le confirme.) Quand la fondation a embauché Siravo en 2015 pour assurer la maintenance de son programme d'entretiens d'embauche virtuels, ses collègues du centre de stockage plaisantèrent en disant que la fondation avait "volé" leur employé.

Le programme suivi par Siravo a évolué en une école nommée le Marino Campus, pour lequel les étudiants paient des frais de scolarité pour dix mois de formation à l'accueil, au commerce ou aux technologies de l'information, sanctionnés par des certifications d'un niveau national. Dans le même temps, ils acquièrent des compétences sociales dans le milieu du travail, pratiquent les entretiens d'embauche avec des personnes et des avatars virtuels, et suivent deux stages.

Les membres de l'équipe s'assurent que les étudiants pratiquent durant leurs stages les compétences acquises en cours, une chose que les personnes autistes ont souvent des difficultés à obtenir. Des formateurs en milieu de travail les aident aussi à optimiser les trajets en bus, surmonter les difficultés familiales et les entretiens '˜jeux de rôle'. Avec des clients dans le spectre, dit Lue, il peut être difficile de prédire tous les points à couvrir. Il se souvient d'avoir conduit un de ses clients à un entretien, pour découvrir que le jeune homme s'était habillé en magicien.

Des seize premiers étudiants, qui obtinrent leur diplôme l'année dernière, neuf ont trouvé un travail. La promotion de cette année comprend trente-deux étudiants. L'ouverture d'un second campus est prévu en septembre à la Florida International University, à Miami.

Une fois que nos diplômés ont un pied dans la porte, dit Lue, "ils ont plus de motivation à travailler que les neurotypiques. C'est la vérité." Même en tant que stagiaires, les étudiants sont de grande valeur, dit Rebecca Bratter (http://www.gmlaw.com/rebecca-faith-bratter/), partenaire du cabinet juridique Greenspoon Marder, à Fort Lauderdale, qui a accueilli près d'une douzaine d'élèves de Marino en stage ces deux dernières années. Les étudiants sont fiers de leur travail et assurent les tâches dont les autres employés ne veulent pas, comme traiter le courrier en retard, dit Bratter. "Nous ne savions pas combien nous avions besoin d'eux avant de les accueillir."

Même des personnes sévèrement autistes qui ne devraient pas sembler être de bons candidats pour le milieu du travail peuvent bien s'en débrouiller (http://aut.sagepub.com/content/early/20 ... ract?rss=1) avec une assistance suffisante au départ, dit Paul Wehman (http://www.soe.vcu.edu/faculty_and_staff/paul-wehman/), professeur de médecine et de réadaptation à la Virginia Commonwealth University de Richmond. Wehman a étudié depuis les années 80 les moyens pour les personnes avec un autisme sévère et d'autres handicaps à intégrer le marché du travail. Depuis 2009, il mène un essai comparatif aléatoire pour lequel son équipe a placé trente et un jeunes adultes autistes dans une série de trois stages de dix semaines à l'hôpital. "Certaines de ces personnes étaient particulièrement excentriques," dit Wehman - non verbaux, ou susceptibles de se déchaîner.

Les stages confiaient aux élèves des tâches comme la reliure de livres, la désinfection des matériels ou le contrôle des dates de validité des médicaments. Ils suivaient aussi une formation en salle de classe. Pendant ce temps, dix-huit élèves poursuivaient leurs programmes d'éducation spéciale dans leur collège. Trois mois après la fin de leur stage, 90% des participants étaient employés à temps partiel par l'hôpital ; ils étaient aussi devenus significativement plus indépendants dans l'espace de travail, en se basant sur leur besoin d'assistance physique, d'instructions verbales ou d'autres aides. Dans le groupe de contrôle, seule une personne a obtenu un emploi pendant la même période.

Wehman est dans la troisième année d'une étude plus grande, étendue sur quatre hôpitaux, qui suivra quatre-vingt à quatre-vingt-dix personnes dans le groupe de traitement et un nombre équivalent dans le groupe de contrôle. Il ne veut pas communiquer de données avant la fin de l'étude, mais dit que pour le moment, les résultats confirment ceux de l'étude précédente, les stages assistés peuvent aider les adultes autistes à trouver et conserver un emploi. "Leur courbe d'apprentissage est excellente quand on leur fournit les formations et les soutiens adaptés," dit Wehman. On demanda à un participant ce qu'il appréciait dans l'environnement de travail, et il répondit simplement, "la cantine !" Mais parce que son employeur l'avait vu travailler pendant son stage, il obtint la place.

À la Dan Marino Foundation, Siravo travaille finalement dans son domaine de formation - en tant que technicien pour le programme des examinateurs virtuels, que l'on nomme Virtual Interactive Training Agent.

Un opérateur humain caché contrôle l'expérience virtuelle, fournissant à l'avatar de nouvelles questions à mesure des réponses du candidat, dit le directeur du programme, Robert Ahlness. Les instructeurs notent les enregistrements des entretiens et en discutent en classe. Six avatars, hommes et femmes de différentes origines, se présentent dans des humeurs et des environnements différents et font vivre au candidat une expérience des nombreuses configurations d'entretiens qu'il est à même de rencontrer. George était réglé sur '˜hostile' quand je l'ai rencontré. Pour une expérience plus paisible, Ahlness utilise un avatar prénommé Kevin réglé sur '˜tendre', qui rétroagit en adressant des encouragements, comme "Très bien" et "Excellent !" L'utilisation d'avatars est plus efficient et régulier que les jeux de rôle avec des personnes, dit Ahlness, et c'est aussi moins stressant pour les étudiants autistes, qui peuvent se sentir très inconfortables dans des situations sociales.

Dans une étude pilote, la fondation a découvert que quatre entretiens avec un avatar améliorent les scores des élèves dans les entretiens de 80%. "La différence entre le début et la fin du programme est extraordinaire," dit la directrice générale de la fondation, Mary Partin. La fondation envisage de vendre des participations au programme à d'autres institutions assistant les personnes autistes ou handicapées.

A la Northwestern University de Chicago, Matthew Smith (http://psychiatry.northwestern.edu/facu ... ?xid=18455) utilise un système équivalent avec des anciens combattants ou des malades mentaux, parmi d'autres. Le programme de Smith, qui utilise des vidéos d'acteurs, n'a pas été conçu pour les autistes. Mais l'année dernière, Smith et ses collègues ont publié l'étude d'un groupe de vingt-six jeunes adultes autistes. Ils ont découvert que huit des quinze personnes ayant bénéficié des entraînements virtuels ont obtenu un travail ou un poste de bénévole dans les six mois, en comparaison, deux personnes sur les huit du groupe de contrôle. (La différence n'était significative qu'après que les chercheurs aient estimé préalablement la confiance en soi des élèves avant l'embauche et après la formation.) Smith, un travailleur social et professeur assistant de psychiatrie et de sciences du comportement, a postulé pour obtenir un financement permettant d'adapter son programme de réalité virtuelle aux personnes autistes.

Des trous carrés

"Une bonne partie des membres de notre équipe préfèrent qu'il fasse sombre," murmure Gary Moore en entrant dans un laboratoire d'informatique assombri, à Plano, Texas. À peu près une douzaine d'adultes, majoritairement de jeunes hommes, sont devant des écrans ou écrivent sur un grand tableau blanc. Une réunion d'équipe commence, mais tout le monde n'y participe pas. Un homme baille ostensiblement ; un autre se lève et s'en va.

A la différence de la fondation Dan Marino, le nonPareil Institute, une entreprise de technologie à but non lucratif, a pour objectif de devenir un employeur du secteur commercial. Près de cent quarante personnes autistes - nommés '˜l'équipage' - étudient ici la programmation logicielle, payant des frais de scolarité mensuels pour suivre un programme de formation.

Les personnels et l'équipage ont publié plusieurs livres électroniques et développé huit applications mobiles. (Dans l'une d'entre elles, un jeu appelé "Space Ape", un chimpanzé russe chevauche une fusée tout en collectant des bananes.) Ces produits n'ont généré aucun revenu pour l'instant, dit Moore, le co-fondateur de l'institut. Les contributions de donateurs et les frais de scolarité des élèves soutiennent le budget de 2,3 millions de dollars US de l'organisation. Mais Moore dit qu'il espère que les applications mobiles et les autres produits généreront suffisamment de profits pour accorder un revenu à l'équipage. Depuis l'ouverture du campus de Plano en 2010, l'institut a embauché à plein temps sept ou huit membres de l'équipage, et près de trente à temps partiel. Une seule application à succès, dit Moore, pourrait permettre à l'institut de recruter l'ensemble des membres de l'équipage. "Le véritable but," dit Moore, "est de développer ici le prochain Candy Crush."

Dans une autre salle, deux écrans d'ordinateurs sont placés en vis-à-vis, de façon à ce que leurs utilisateurs se fassent face. Un jeune homme devant l'un des écrans construit un espace de jeu. L'autre écran présente toutes ses actions, de façon à ce que l'enseignant puisse observer sans devoir se pencher au dessus de son épaule.

Cette configuration anodine est une des façons dont l'institut essaie de rendre les personnes autistes plus à l'aise. Une autres d'entre elles est la plateforme numérique qui gère la formation, elle présente les devoirs comme des '˜quêtes' que les élèves doivent compléter à leur propre rythme. Il n'y a pas de notes. "C'est un milieu d'apprentissage neutre," dit le fondateur et directeur Dan Selec, qui a conçu la plateforme.

De retour dans le laboratoire informatique assombri, un '˜membre de l'équipage', Jacob Waters raffine sur son écran l'illustration d'un livre pour enfant, un cochon avec des taches vertes. Ce cochon est "une sorte d'asocial," dit Waters d'une voix à peine audible. Il a écrit et illustré deux autres livres électroniques publiés par l'institut. Quand il a vu son travail diffusé dans le public, dit-il, "J'ai dû convenir que ç'avait été un grand défi au début."

Bien qu'un grand nombre des élèves de l'établissement font de grands progrès en programmation et en compétences sociales, dit Moore, l'industrie technologique est trop rapide et compétitive pour la plupart d'entre eux. "Cette industrie ne convient pas pour la plupart des adultes autistes," dit-il. "Ne forçons pas une cheville carrée dans un trou rond ; créons plus de trous carrés."

Des croisades dans l'entreprise

Pour les adultes autistes qui recherchent un emploi par eux-mêmes, les options se développent. Quelques entreprises se spécialisent dans l'embauche de personnes autistes pour tester des logiciels. Pour l'habitant du New Jersey John Cha, qui a obtenu son diplôme universitaire de mathématiques en 2011, cela a été une opportunité. Cha, qui est autiste, avait auparavant des difficultés à trouver un emploi, mais a trouvé du travail chez ULTRA Testing (http://www.ultratesting.us/), qui emploie principalement des personnes autistes. "Le travail est très agréable, et semble être parfaitement taillé pour profiter de mes différentes bizarreries mentales," dit Cha. Par exemple, dit-il, je m'ennuie assez vite, mais le travail me permet de travailler en indépendance et de changer souvent de tâche. D'autres entreprises de test logiciel, dont Specialisterne Denmark et Aspiritech, suivent le même modèle, reposant sur des employés autistes.

Trois quarts des trente-deux employés d'ULTRA sont autistes. L'entreprise recherche des personnes avec des compétences adéquates, comme un raisonnement analytique parfait et la reconnaissance de formes, plutôt qu'une expérience préalable. Son co-fondateur, Rajesh Anandan, dit que faire appel à ce réservoir de talents négligé est énormément fructueux ; il y a peu de rotation du personnel et il affirme que ses testeurs performent bien mieux que ceux d'autres entreprises. Un de leurs clients avait travaillé avec IBM pour tester son nouveau logiciel, mais les équipes d'ULTRA ont repris le travail et découvert 56% de bugs en plus que les personnels d'IBM.

Ces dernières années, Microsoft, SAP et Hewlett-Packard ont tous initié des programmes pour embaucher plus de personnes autistes, dans un nombre varié de fonctions. Une sensibilisation croissante du grand public à l'autisme aide à suivre cette tendance, dit Bernick, qui a co-écrit l'année dernière un livre sur le sujet, The Autism Job Club: The Neurodiverse Workforce in the New Normal of Employment (https://www.amazon.com/Autism-Job-Club- ... 163220696X). Les entreprises veulent aussi profiter du talent réputé des employés autistes, comme la concentration, la loyauté et l'attention aux détails.

Joe Velasco, le directeur pour les États-Unis du programme Autism at Work de SAP, dit que les entreprises multinationales du développement logiciel ont lancé ces initiatives pour donner plus de perspectives à l'espace de travail, stimuler l'innovation et retenir les meilleurs talents. Son objectif est de parvenir à ce que 1% de la main d'oeuvre totale, soit à peu près 650 employés, soient des autistes. Microsoft recrute des candidats autistes et les évalue dans des '˜academies' de deux semaines, plutôt que par le processus habituel de recrutement qui peut freiner les personnes autistes. "Il y a beaucoup de talents dans cette communauté qui ne passaient pas par ce que j'appellerais la grande porte classique," dit Neil Barnett, le directeur des Inclusive Hiring Programs de Microsoft. Microsoft a intégré seize employés depuis le début du programme l'année dernière. SAP a embauché 39 nouveaux employés autistes depuis 2013, et une centaine dans le monde entier. Hewlett-Packard Australie, qui a lancé en 2014 un programme de formation pour douze nouveaux employés autistes, à refusé de commenter les avancées du programme.

Toutes ces entreprises travaillent avec la firme de conseil à but non lucratif Specialisterne USA (http://usa.specialisterne.com/), qui assiste les employeurs dans la création de programmes de recrutement et la découverte de talents, et conçoit des aides pour les nouveaux embauchés. Son directeur exécutif, Mark Grein, estime que Specialisterne a facilité entre 200 et 250 embauches ces deux dernières années.

Pour aider leurs nouveaux employés à réussir, SAP et Microsoft ont organisé des '˜cercles de soutien', et les deux entreprises signalent un taux de rétention de plus de 90% pour l'instant. Bernick dit que des données fiables sur les taux de rétention sont difficiles à obtenir, mais en se basant sur sa propre expérience, ces entreprises sont minoritaires : sans l'assistance adaptée de l'employeur, beaucoup de personnes autistes ne conservent pas longtemps leur emploi. Wehman en convient. "Ne faisons pas de tout ça des '˜petits chiens et des arcs-en-ciel'," dit-il. "La réalité c'est qu'il y a de nombreux défis."

Marcia Schreiner (http://asperger-employment.org/about/staff/), la fondatrice et présidente du Asperger Syndrome Training and Employment Partnership (http://asperger-employment.org/), une firme de consultants qui aide les employeurs à devenir plus accueillants pour les autistes, a elle aussi constaté une hausse de l'intérêt depuis ces cinq dernières années, particulièrement de la part ces entreprises technologiques. Mais elle avertit qu'une carrière dans la science, la technologie ou les mathématiques (STEM) n'est pas toujours la solution. "Tous les autistes ne veulent pas devenir testeurs de logiciels, ou excellent dans les STEM," dit-elle. Grein dit que Specialisterne travaille aussi avec de grands clients, dont il refuse de donner le nom, dans la banque, la comptabilité, le conseil ou la santé.

Les employeurs sont parfois surpris par les changements qui se produisent après leurs nouvelles embauches. "Les encadrants nous ont dit qu'ils ont dû devenir plus précis et moins ambigus dans leur communication," dit Velasco. Comme les dirigeants d'équipes ajustent leur communication aux employés autistes, ils s'améliorent aussi dans la communication orale avec les autres employés. Barnett est d'accord. "Nous commençons à voir ce bénéfice général," dit-il."Vous pouvez appeler ça Management Efficace première année." Il dit qu'après avoir été formé à travailler avec des personnes autistes, les encadrants commencent à donner plus d'informations en retour, même aux employés n'ayant pas cette caractéristique, et demandent alors aux employés le style de communication qu'ils préfèrent.

Les employeurs ayant des programmes réussis d'intégration au milieu de travail peuvent découvrir que l'embauche de personnes autistes se révèle être une bonne affaire. Cela ne veut pas dire que cela sera facile. "Tout le monde pense que c'est une bonne idée," dit Barnett. "Mais découvrir le talent, la fonction et combiner le tout requiert des efforts."

Traduction par PY
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Daredevil
Forcené
Messages : 4397
Enregistré le : samedi 12 décembre 2015 à 16:38

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#642 Message par Daredevil » mardi 23 août 2016 à 22:32

Une autres d'entre elles est la plateforme numérique qui gère la formation, elle présente les devoirs comme des '˜quêtes' que les élèves doivent compléter à leur propre rythme.
Cool ;) ça m'aurait plu.
Les encadrants nous ont dit qu'ils ont dû devenir plus précis et moins ambigus dans leur communication,
qu'après avoir été formé à travailler avec des personnes autistes, les encadrants commencent à donner plus d'informations en retour, même aux employés n'ayant pas cette caractéristique, et demandent alors aux employés le style de communication qu'ils préfèrent.
C'est aussi le retour de mon chef depuis qu'il m'a en direct sous ses ordres. Il a amélioré sa communication et son management.
Est-ce que ce serait applicable en europe, en France ?
SAP c'est allemand ?
Vieux geek non diagnostiqué
CIM10 F84
Insight Aspie (?) +Aphantasie, prosopagnosie, écholalie, mutisme électif....
Fan de super héros, Daredevil le pygmalion de mon fonctionnement social
Mes doigts sur un clavier communiquent plus de mots que ma bouche...

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 26602
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#643 Message par freeshost » mardi 23 août 2016 à 22:42

Daredevil a écrit :SAP c'est allemand ?
Ja. :)

die Behinderung = le handicap

Parmi les Behinderten Personen (les personnes handicapées), il y a les personnes autistes.

À la page 14, deuxième colonne, dernier paragraphe, on lit :
Einstellung von Mitarbeitern mit der Diagnose Autismus.
Introduction de collaborateurs avec le diagnostic d'autisme.

Bon, c'est la seule occurrence du mot "Autismus" dans ce fichier.
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Avatar du membre
Flower
Modératrice
Messages : 4428
Enregistré le : mercredi 8 avril 2015 à 13:13
Localisation : Un peu à l'Est (géographiquement parlant)

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#644 Message par Flower » mercredi 24 août 2016 à 10:09

Ah bah, pour une fois un article qui évoque le fait que tous les autistes ne sont pas informaticiens... Tant mieux s'il y a aussi des initiatives dans d'autres secteurs, faudrait nous en parler un peu plus!
Détectée HQI dans l'enfance, diagnostiquée TSA de type syndrome d'Asperger en juillet 2015.

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19850
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#645 Message par Jean » mercredi 24 août 2016 à 10:11

Dans la conférence sur l'emploi faite par Asperansa le 29 avril, les représentantes d'Handisup Haute-Normandie ont bien insisté sur le fait que tous les métiers étaient possibles et qu'il fallait s'appuyer sur les centres d'intérêts.
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Répondre