Articles divers sur les TSA

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 22834
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Articles divers sur les TSA

#871 Message par Tugdual » dimanche 14 octobre 2018 à 9:37

Modération (Tugdual) : Des messages ont été déplacés ici.
Bilan le 24/09/2014 : TCS = trouble de la communication sociale.

Kiri30
Régulier
Messages : 44
Enregistré le : dimanche 14 octobre 2018 à 17:56
Localisation : Montpellier, Lunel et Nîmes

[Témoignage] Robert, 52 ans et autiste Asperger, ne trouve pas de travail : un handicap « invisible » difficile à vivre

#872 Message par Kiri30 » dimanche 14 octobre 2018 à 20:13

Cet article m'a touché. J'ai eu la chance de faire des études, même par correspondance.
Aussi, je me présentais comme "autodidacte qui a des diplômes", pour parer l'argument d'autorité.

Dans La Montagne, du 21 septembre 2018 :
Robert, 52 ans et autiste Asperger, ne trouve pas de travail : un handicap « invisible » difficile à vivre
Sa différence, il en avait conscience depuis son enfance. Mais ce n’est qu’une fois adulte que Robert a mis un nom dessus : autisme Asperger. Un handicap qui l’empêche d’intégrer durablement le monde du travail.
https://www.lamontagne.fr/issoire/sante ... 89523.html
La vie n'est pas facile.


Modération (Tugdual) : Fusion de sujets (message unique).
Tardivement diagnostiqué.
Entre Montpellier et Nîmes, via Lunel.

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 22834
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Articles divers sur les TSA

#873 Message par Tugdual » jeudi 18 octobre 2018 à 10:41

Modération (Tugdual) : Des messages ont été déplacés ici.
Bilan le 24/09/2014 : TCS = trouble de la communication sociale.

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8888
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: Articles divers sur les TSA

#874 Message par Benoit » vendredi 19 octobre 2018 à 1:13

Désolé message cru écrit à 1h du mat'.

http://blogs.lexpress.fr/the-autist/201 ... -familles/

Insérez ici mentalement l'image du capitaine Picard qui se facepalm avec 4 ou 6 mains.

Parce que clairement les personnes autistes n'ont que ça a foutre d'urgent que d'affirmer leur soutien aux familles. Sans réciprocité aucune.

Comme disait une amie autiste, je signerai ce genre de trucs uniquement quand les associations de familles feront de la place aux adultes. Sans conditions préalable.

Et pas un mot sur les attaques infondées des associations de parents qui ne veulent surtout pas que leurs progénitures deviennent "des gens comme vous".

Et deux catégories de signataires pour bien montrer qu'il y a des autistes (diag ou auto diag, le texte ne le dit pas) qui se sont engagés là dedans.

Bon, j'arrête avant d'être trop grossier.
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Barbibul
Régulier
Messages : 36
Enregistré le : samedi 16 mai 2015 à 8:11

Re: Articles divers sur les TSA

#875 Message par Barbibul » samedi 20 octobre 2018 à 18:44

Merci de l'information sur cette pétition qui m'avait échappée. Du coup, je l'ai signée. :D
parent

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8888
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: Articles divers sur les TSA

#876 Message par Benoit » samedi 20 octobre 2018 à 19:11

Hier au téléphone sonne, le député a remis en avant l'idée des droits "perpétuels" pour les handicaps irréversibles (il y en a des réversibles ?)

https://www.franceinter.fr/emissions/le ... tobre-2018

J'espère (j'exige en fait) qu'on est concerné...
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

FinementCiselé
Forcené
Messages : 1218
Enregistré le : mercredi 28 août 2013 à 13:26

Re: Articles divers sur les TSA

#877 Message par FinementCiselé » samedi 20 octobre 2018 à 23:18

Ca serais bien de pouvoir scinder les articles à caractère scientifique des articles à caractère social.
Aspie "cru 2014".

bézèdach44
Forcené
Messages : 1263
Enregistré le : mercredi 9 décembre 2015 à 21:17
Localisation : Breizh

Re: Articles divers sur les TSA

#878 Message par bézèdach44 » dimanche 21 octobre 2018 à 4:49

Benoit a écrit :
samedi 20 octobre 2018 à 19:11
Hier au téléphone sonne, le député a remis en avant l'idée des droits "perpétuels" pour les handicaps irréversibles (il y en a des réversibles ?)
Les maladies invalidantes guérissables, certains handicap liés à des traumas, certaines cécités temporaires et/ou guérissables...
Autiste.

Avatar du membre
Talegan
Fidèle
Messages : 191
Enregistré le : dimanche 31 décembre 2017 à 20:58
Localisation : Paris
Contact :

Re: Articles divers sur les TSA

#879 Message par Talegan » dimanche 21 octobre 2018 à 15:42

Dans le cahier Science & médecine du Monde du 3 octobre, trois pages Autisme, ces autres intelligences, avec un article Comprendre les intelligences atypiques et un entretien avec David Gourion et Séverine Leduc

Ces trois pages sont reprises en ligne (pour les abonnés) : Ici pour une reproduction de l'article - et billet suivant pour celle de l'entretien.

Également aux mêmes dates,
un article dont je n'ai pu prendre connaissance intégralement,
et qui n'est paru qu'en ligne : Asperger et les nazis : un cas plus qu’embarrassant
NB : il me semble que la recherche de Herwig Czech est en lien avec l'ouvrage auquel Josef Schovanec avait fait référence le 28 septembre lors du colloque la diversité dans l'autisme
dans le spectre autistique

B. Pascal : « (…) de là vient que le plaisir de la solitude est une chose incompréhensible »
M. Blanchot : « (…) entre dans l’autre solitude où précisément manquent toute solitude personnelle, tout lieu propre et toute fin. »

Avatar du membre
Talegan
Fidèle
Messages : 191
Enregistré le : dimanche 31 décembre 2017 à 20:58
Localisation : Paris
Contact :

Re: Articles divers sur les TSA

#880 Message par Talegan » dimanche 21 octobre 2018 à 15:45

Talegan a écrit :
dimanche 21 octobre 2018 à 15:42
billet suivant pour celle de l'entretien
Le docteur David Gourion, psychiatre libéral ainsi que sur le campus d’HEC Paris, publie Eloge des intelligences atypiques, coécrit avec la psychologue clinicienne Séverine Leduc (Odile Jacob, 292 p., 21,90 €). Ils y décryptent le fonctionnement très particulier du cerveau autistique, avec ses déficits, mais également ses compétences méconnues. Et montrent comment ces découvertes peuvent transformer nos façons d’éduquer et d’évaluer les enfants atteints. Et comment nos sociétés peuvent s’enrichir de l’apport de ces cerveaux hors norme.

D’où vient votre intérêt pour les « intelligences atypiques » ?
Dans mes consultations, je vois de plus en plus de jeunes arriver avec un « diagnostic » de « haut potentiel intellectuel » – soit, en principe, un quotient intellectuel (QI) supérieur à 130. On leur a expliqué qu’ils étaient trop intelligents pour pouvoir vivre comme tout le monde, que les autres ne les comprenaient pas ! Ils croient donc que leur mal-être, leurs difficultés émotionnelles, sociales, scolaires ou professionnelles viennent de ce haut QI.
Cette explication très à la mode me semblait réductrice. Et cette étiquette glamour de « surdoué » me mettait en colère : tout un business s’est construit autour de ça ! Or, le fait d’avoir de meilleures capacités cognitives n’est en rien un « diagnostic » de trouble psychiatrique – ce serait un comble. En plus, l’intelligence est multiple, évolutive, et ne se laisse pas enfermer dans un chiffre de QI. Enfin, la plupart de ceux qui ont un « haut QI » vont parfaitement bien : ils sont sociables, bien dans leur peau, avec le plus souvent de brillants parcours scolaires.

Comment, en ce cas, expliquer les difficultés de ces jeunes ?
Beaucoup décrivent une hypersensibilité émotionnelle et sensorielle, des difficultés à comprendre les éléments implicites du contexte, une anxiété sociale et des routines très ancrées. Ils ont souvent un sentiment de complet décalage avec le monde qui les entoure. Presque tous se sont fait harceler à l’école ou dans le registre sexuel, pour les filles.
Par ailleurs, certains s’intéressent à des sujets d’une façon extrêmement pointue et détaillée, ils montrent une « pensée en réseau » [chaque idée renvoyant à une autre, dans une pensée arborescente qui explore à fond chaque branche d’un domaine de connaissance]. Ce tableau ressemble par certains aspects à celui des troubles du spectre autistique. J’ajoute que les filles sont souvent sous-diagnostiquées, car elles masquent mieux leurs difficultés pour entrer dans le moule. Par ailleurs, une bonne proportion de ces jeunes étiquetés « surdoués » étaient, en réalité, dans la norme intellectuelle.

En quoi ce diagnostic d’autisme léger peut-il changer les choses ?
Cette étiquette valorisante de « surdoué » – ce pseudo-diagnostic paresseux – les enferme : elle ne débouche sur aucune prise en charge concrète. Et ne change rien à leurs difficultés. En revanche, la révélation de leur rattachement à des formes d’autisme plus ou moins légères est pour eux un soulagement : ils ne sont ni fous ni les seuls concernés. Avec Séverine Leduc, j’ai voulu montrer qu’on pouvait leur proposer des solutions concrètes : une prise en charge psy, des thérapies cognitives et comportementales (TCC), des clés de décryptage de la vie sociale, des conseils pratiques d’adaptation ou d’orientation professionnelle (vers des domaines académiques, par exemple, plutôt que dans le secteur commercial)… Nous pouvons aussi les aider à révéler leur potentiel caché.

Vous décrivez – et c’est passionnant – les modes de fonctionnement très singuliers du cerveau des autistes…
On observe dans leur cerveau une hyperconnectivité entre les neurones, notamment dans certaines zones de la matière grise (le cortex cérébral). Cette particularité expliquerait à la fois leur pensée systématique ou « en réseau », leurs bien meilleures capacités visuelles et spatiales et leur hypersensorialité : une hypersensibilité à certaines textures ou odeurs, certaines lumières et certains sons (l’oreille absolue est plus fréquente chez les autistes, par exemple).
Le cerveau autistique intègre simultanément tous les détails sensoriels, il les mémorise d’une façon extrêmement précise et durable. Mais cette puissance d’observation se paie d’une grande fatigue cognitive et d’un grand stress, le cerveau étant saturé de bruits, de stimuli visuels et sociaux : les autistes vivent dans un monde bien plus intense que le nôtre… Et cette capacité s’exercerait au détriment des compétences sociales. Par contraste, un cerveau neurotypique gomme toute une masse d’informations pour ne retenir que celles qui sont socialement pertinentes.

Nous sommes tous fascinés par la figure du savant farfelu, génial et un peu misanthrope. Un cliché ?
Je cite les cas d’Einstein, de Darwin, de Turing… Sans compter tous les geeks actuels et un certain nombre d’artistes : le pianiste Glenn Gould, le peintre Salvador Dali… La description de leur enfance, leur parcours, leurs intérêts restreints et extrêmement fouillés, leur goût fréquent pour le retrait social et la solitude, leur excentricité, parfois, évoquent des profils de type Asperger. Sans compter leur génie en sciences, philosophie, astronomie, médecine… Si Galilée, Darwin, Spinoza, Pasteur, Einstein et tant d’autres avaient été de grands mondains écumant les afters au petit matin, après avoir dansé toutes les nuits comme des endiablés, nous en serions encore à gratter les silex sous la pluie…

L’extension du spectre autistique vers des formes légères est-elle consensuelle ?
La question est très polémique. Cette vision élargie de l’autisme – aux frontières floues, il est vrai – rejoint celle d’un chercheur de renommée mondiale, Simon Baron-Cohen. Depuis les années 2000, il défend l’idée d’un continuum entre autisme et fonctionnement cognitif dans la norme (« neurotypie »). Ce qui amène au concept de « neurodiversité » : une vision optimiste de l’autisme, qui met en avant ses forces particulières plutôt que ses déficits. Une notion méconnue en France, où l’on reste dans une vision pessimiste, réductrice de l’autisme, uniquement perçu comme un handicap. Des pays comme le Canada, la Suède ou le Royaume-Uni sont bien plus en avance que nous.

Votre livre s’intéresse surtout aux autistes de haut niveau. Ne craignez-vous pas que les familles qui ont un enfant atteint de forme sévère – situation autrement plus douloureuse – ne se sentent délaissées ?
Il n’est pas question de nier que les formes graves sont très handicapantes ! En tant que psychiatres, nous savons bien que l’autisme peut entraîner beaucoup de souffrances. Seule une minorité d’autistes ont un travail régulier ; et la plupart sont dépendants de leur famille. Ils subissent souvent l’incompréhension, le rejet, la stigmatisation.
Mais même atteints de formes sévères, les autistes peuvent montrer des compétences singulières. En témoignent les travaux de Laurent Mottron et d’autres équipes. Ces aptitudes demeurent trop souvent cachées : elles n’ont pas été recherchées par des tests adaptés au cerveau autistique. Par ailleurs, je suis convaincu que la notion de neurodiversité peut servir la cause de la déstigmatisation de l’autisme, sous toutes ses formes. C’est un message positif : pour la société, pour nous tous, l’existence de personnes qui fonctionnent différemment – sur les plans cognitif, artistique ou humain – est une chance incroyable. Notre société n’est pas encore assez prête à les accueillir. En France, par exemple, peu d’entreprises souhaitent « welcome to aspies », à l’instar de celles des pays anglo-saxons.

Propos recueillis par F. R.

« En France, on a une vision réductrice de l’autisme, perçu comme un handicap »
dans le spectre autistique

B. Pascal : « (…) de là vient que le plaisir de la solitude est une chose incompréhensible »
M. Blanchot : « (…) entre dans l’autre solitude où précisément manquent toute solitude personnelle, tout lieu propre et toute fin. »

Fift
Forcené
Messages : 627
Enregistré le : jeudi 22 mars 2018 à 14:23

Re: Articles divers sur les TSA

#881 Message par Fift » lundi 22 octobre 2018 à 12:02

Oh que les réponses aux trois premières questions me parlent !!!!!
Pre-diag infirme le TSA : symptômes actuels de type autistiques confirmés, sauf intérêts restreints => Troubles de la Communication Sociale ? A confirmer.

"All these words I don't just say, and nothing else matters"

martine_75
Fidèle
Messages : 110
Enregistré le : vendredi 19 octobre 2018 à 19:33

Re: Articles divers sur les TSA

#882 Message par martine_75 » lundi 22 octobre 2018 à 14:14

Diagnostic "TSA sans déficience intellectuelle ni retard de langage"

Carapa
Adepte
Messages : 212
Enregistré le : dimanche 22 mars 2015 à 20:45

Re: Articles divers sur les TSA

#883 Message par Carapa » lundi 22 octobre 2018 à 20:08

La lecture de l'interview de David Gourion, venant après celles de plusieurs textes allant dans le même sens, me donne un peu l'impression que, après la tendance "trop intelligent pour être heureux", on se dirige maintenant vers l'excès inverse: "un surdoué doit forcément aller bien, à moins qu'il soit autiste"; ce qui risque d'aboutir à une épidémie de diagnostics. Et comme, dans le même temps, la compatibilité des deux conditions est contestée par certains, ça devient de plus en plus difficile d'y comprendre quelque chose...

Comment, en ce cas, expliquer les difficultés de ces jeunes ?
Beaucoup décrivent une hypersensibilité émotionnelle et sensorielle, des difficultés à comprendre les éléments implicites du contexte, une anxiété sociale et des routines très ancrées. Ils ont souvent un sentiment de complet décalage avec le monde qui les entoure. Presque tous se sont fait harceler à l’école ou dans le registre sexuel, pour les filles.
Par ailleurs, certains s’intéressent à des sujets d’une façon extrêmement pointue et détaillée, ils montrent une « pensée en réseau » [chaque idée renvoyant à une autre, dans une pensée arborescente qui explore à fond chaque branche d’un domaine de connaissance]. Ce tableau ressemble par certains aspects à celui des troubles du spectre autistique.


Pas mal de choses me semblent mélangées ici. Va pour les routines très ancrées et la difficulté à comprendre les éléments implicites; mais l'hypersensibilité et le sentiment de décalage avec le monde environnant se retrouvent aussi chez des gens n'ayant pas vraiment un profil autistique (Alfred de Musset est le premier exemple qui me vient à l'esprit, mais je pourrais en citer d'autres moins connus). L'anxiété sociale peut avoir différentes causes, dont entre autres un vécu traumatique. Et dans certains collèges français, il suffit pour se faire harceler d'avoir de bons résultats scolaires et un vocabulaire usuel de plus de 400 mots... Le "diagnostic" de Salvador Dali me laisse aussi perplexe...
Diagnostiqué SA (septembre 2016).

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 22834
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Articles divers sur les TSA

#884 Message par Tugdual » mardi 23 octobre 2018 à 13:28

Bilan le 24/09/2014 : TCS = trouble de la communication sociale.

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8888
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: Articles divers sur les TSA

#885 Message par Benoit » mardi 23 octobre 2018 à 13:39

Vieux motard que j'aimais.
En France, 700 000 personnes seraient ainsi concernées, soit près de 100 000 jeunes de moins de 20 ans et 600 000 adultes.

« Les professionnels de santé s’estiment, dans leur majorité, peu préparés et mal outillés pour faire face à de telles situations », souligne la Dre Trarieux. « La stratégie nationale place d’ailleurs la formation des professionnels au cœur de ses priorités. »

« Mais sans attendre les mesures annoncées, chacun de nous, écrit-elle, peut d’ores et déjà s’informer mais aussi établir des contacts avec l’écosystème de son territoire afin d’être en mesure d’agir à bon escient et au bon moment pour donner toutes leurs chances aux enfants et à leurs parents. »
600 000 personnes ont disparu de la liste des personnes "à qui donner toutes leurs chances" entre la première et la dernière phrase.
Saurez vous les retrouver ? :roll:
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Répondre